undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Ender > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Ender
Classement des meilleurs critiques: 2.740
Votes utiles : 861

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Ender "liseur" (Paris)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Double comment ça marche ?
Double comment ça marche ?
par Jean-Pierre Garnier Malet
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

3.0 étoiles sur 5 Intéressant mais, 4 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Double comment ça marche ? (Broché)
J'aime les thèmes développés, mais les renvois trop nombreux aux livres précédents fait office de pub déguisée, dans le sens ou bien qu'essayant de vulgariser son sujet via l'explication à un enfant, certains chapitres sont confus et auraient mérité une relecture extérieure, exercice je l'avoue périlleux que d'être le plus clair possible pour un public que l'on ne connait pas. La partie sur le zodiaque par exemple sort clairement du chapeau, comme si l'intégralité du livre "technique" précédent devait à tout prix ressortir dans celui-ci, avec moult calculs plus flous pour nous qu'enrichissants, à mon humble avis.

Du coup, je reste un peu sur ma faim, et certains points restent mal définis (pour moi) à l'issue de ma lecture : la notion de dans la lumière/dans les ombres qui parfois est bénéfique parfois neutre ?! ; ensuite, me reste une interrogation quand à la manière dont on peut différencier les intuitions venant du double et celles venant des autres entités du futurs.


Le pèlerin de Compostelle
Le pèlerin de Compostelle
par Paulo Coelho
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

4.0 étoiles sur 5 La voie royale, 12 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le pèlerin de Compostelle (Poche)
Premier livre que je lis de Mr Coelho, dont je n'avais aucune idée auparavant sinon que beaucoup de jeunes filles (le plus souvent) citait des extraits de l'alchimiste dans leur jeunesse pour ensuite devenir serial-voyageuses par la suite. Il émanait (ou je déduisais) donc de cet auteur une réputation, une sorte de vent de liberté et d'espoir.

Finalement je tombe des nues, car au lieu d'être un écrivain désirant plaire au plus grand nombre, il nous livre ici un écrit assez spécifique, à propos de sa foi dans une religion que nous comprenons sans ressentir sur notre vieux continent.

Le pélerin de compostelle n'échappe pas au type du récit initiatique, totalement linéaire. Cependant la pertinence de ce qui est écrit vaut le détour, ainsi que pour la densité. N'étant pas chrétien, je lis peu de documents sur le sujet, mais c'est véritablement un des premiers livres ou je peux dire que j'ai eu l'impression d'apprendre quelque chose sous un oeil neuf.

La chrétienté telle qu'il la pratique sans son mouvement (appelez cela secte si ça vous fait plaisir), permet de comprendre sous un oeil quotidien et approfondi la poussiéreuse messe des masses, pardonnez mon faux air méprisant. Son guide Petrus devient le guide de chaque lecteur, et donne véritablement un second souffle spirituel, que vous soyez chrétien ou pas.


Un amour
Un amour
par Dino Buzzati
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 L'obsession fatale, 30 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un amour (Poche)
Lu sur un conseil (liste de lecture sur thème), j'ai redécouvert Buzzati que je ne connaissais que par sa nouvelle (Le K) qui ne m'avait pas laissé de souvenirs, comme c'est souvent le cas avec les lectures obligatoires de l'école.

Je passerai l'exercice du résumé du livre tant le scénario est simple ; d'ailleurs Buzzati ressasse sans arrêt les mêmes idées, un de ses talents est la capacité à les ré-exprimer d'une manière différente, ou plutôt sous une autre forme, légèrement modifiée, actualisée.
Souvent les grands films traitent de sujets déjà vus et revus, ils se distinguent par l'âme qu'ils véhiculent, par l'appropriation que s'en est fait le réalisateur. Il en est ici de même : le thème de l'amour est plus que classique, mais vu comme un objet socio-normatif, matière liant les hommes et les femmes dans une société autant que le rang social et l'argent.

Sous ces airs de nihilisme social et de déterminisme matérialiste, tous les personnages se révèlent ennuyeux de par leur caractère sans horizon nouveau. Si les 100 premières pages sont intéressantes, les 100 suivantes deviennent pénibles, non pas par la qualité littéraire, qui va au contraire bonifiant avec les pages, mais par la répétition du strict même contenu, bis repetita. Nous finissons par bien comprendre qu'Antonio se fait mener en bateau et qu'il suspecte sans être sûr que Laïde soit plus que sa poulette personnelle.

Mais l'attente vaut le détour, les 75 dernières pages sont un véritable climax ou devant les évidences Antonio doit savoir et où les vérités sont mises à nues, le spectateur devient un sac de frappe dans lequel Buzzati cogne sans relâche, nous décroche la mâchoire de revers imprévus, nous sonne de faits révélés par des tiers, égrenés uns à uns, la violence des mots est réelle et le passé de Laïde aussi sales, de sueur et de tromperie que le plus doué des bretteurs.
Heureusement, les 10 dernières viennent "soulager" le lecteur, autant qu'on peut soulager quelqu'un en lui ôtant le couteau de la plaie ; cessant de crier sans vraiment guérir. Buzzati nous laisse un dernier appât. Antonio aurait t'il finalement trouvé l'amour, ou n'est-ce qu'une muette tournure des évènements, et ses tourments n'étaient donc t'ils dus qu'à un concours de circonstances fatal ?
Buzzati ne répondra jamais, car au final, seuls les actes parlent, et seuls les hommes lui cherchent du sens.


Jeux de piste et énigmes à Paris
Jeux de piste et énigmes à Paris
par Jean-Richard Matouk
Edition : Poche
Prix : EUR 9,90

2.0 étoiles sur 5 Bof, 20 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeux de piste et énigmes à Paris (Poche)
Concept intéressant mais les indications pour s'orienter sont complètement ridicules, plutot que d'aider ça ne fait que semer l'embrouille. C'est pas ludique, mais masochiste. Combien de fois on se demande si les indications sont pour aller voir un détail et revenir, ou bien le chemin proposé, s'il faut franchir 1 rue, plus ?

Dommage, le concept est bon.


Les chroniques du Girkù, Tome 0 : Le livre de Nuréa
Les chroniques du Girkù, Tome 0 : Le livre de Nuréa
par Anton Parks
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 A l'origine des temps, de l'espace et des espèces, 18 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les chroniques du Girkù, Tome 0 : Le livre de Nuréa (Broché)
Amateurs de science fiction, vous ne serez pas déçu, car ici nous retrouvons une narration nourrie, nous emmenant dans un univers lointain, qui pourrait être celui de nos créateurs. Qu'on y croit ou pas, la thèse reste intéressante, et les connaissances sur l'histoire antique et les langues sémitiques d'Anton Parks apportent un crédit et un dépaysement certain.

Ce qui distingue ce livre des autres de la saga, c'est sûrement les thèmes centraux qu'il véhicule, assez nouveau dans les chroniques du Girku : l'origine des Gina'abul, et les manipulations de l'espace-temps.

Les recoupements mythologiques à ceux de l'histoire et de la science moderne sont bien travaillés, les citation de début de chapitre très souvent magnifiques de pertinence et m'ont fait découvrir des ouvrages que j'aurai en des circonstances plus normales laissés de côté.


Le Cycle d'Ender, tome 3 : Xénocide
Le Cycle d'Ender, tome 3 : Xénocide
par Orson Scott Card
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

4.0 étoiles sur 5 Etre un homme, et se battre pour un pou qui pense, 15 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cycle d'Ender, tome 3 : Xénocide (Poche)
Ce 3ième volume du Cycle d’Ender m’a redonné le sourire. Si le premier ouvrage était passionnant, il restait limité à un contexte bien précis (la guerre contre les Doryphores sous couvert d’entrainement) et à un personnage seul (Ender), les autres n’étant qu’autant d’étapes pour le valoriser et le faire progresser.

Le second, assez pénible, m’avait presque convaincu d’arrêter le Cycle, une sorte de grande introduction de 500 pages décrivant des tas de problèmes et de personnages sans rien achever ni passionner. Un jour d’ennui j’ai acheté le 3ième tome. Là encore, le début est lent car Card se permet encore d’introduire de nouveaux personnages.

Mais l’attente fut bonne, car le développement est bien plus intéressant. Les Piggies, Doryphores et humains sont mélées dans une course contre la montre pour leur survie, et pris dans les toiles de leurs valeurs raciales. Card est ici plus philosophe qu’écrivain, et au travers de ses personnages qui trouvent enfin leur rôles, l’occasion de se confier au lecteur sur ses convictions globales sur la vie…les sujets de la religion et des sciences, qui se rejoignent presque, de la famille et du couple vu sous l’angle de la psychologie et de la rationnalité, les comportements politiques et sociaux, les décisions à échelle macroscopique…On entre véritablement dans le domaine de la science fiction, proche de l’esprit de l’âge d’or de ce genre littéraire.

Alors, que les lecteurs ne s’attendent pas à des scènes d’actions intenses comme dans le tome 1 ; Ender est désormais un pacificateur avant d’être un commandeur en chef des armées humaines. Tout réside ou presque dans les dialogues, ce qui peut pour certains être usant, comme une trop longue tension qui ne se décharge pas.


20 mm Bande de montre Bracelet cuir Remplacement Boucle Wrist Watch Strap Deployante
20 mm Bande de montre Bracelet cuir Remplacement Boucle Wrist Watch Strap Deployante
Proposé par BuyingJewelry
Prix : EUR 8,99

2.0 étoiles sur 5 Ca vaut son prix, 29 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le "genuine cuir" a son revêtement qui se détache déjà en surface (1 semaine de port), révélant un orange lisse. La fermeture papillon est rudimentaire mais marche.

Pour l'instant ça marche, mais à long terme ne vaut pas grand chose.


Direct Action Dragon Egg Sac à Dos Ranger Green
Direct Action Dragon Egg Sac à Dos Ranger Green

4.0 étoiles sur 5 Complet solide et économique, 29 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Direct Action Dragon Egg Sac à Dos Ranger Green (Divers)
Un excellent sac pour moi que ce Direct Action.

J'ai opté pour le Dragon Egg (25L) plutôt que le Dust (20L) qui me semblait un peu juste pour un sac 24H (utilisation sorties/outdoor, pas pour le travail)

Les rangements sont bien pensés et nombreux. Chacun aurait à redire et dans ce domaine aucun sac n'est parfait cari l faudrait l'adapter à chaque utilisateur. J'ai trouvé ma répartition optimale et en suit satisfait. J'aurai aimé retrouver la pochette plastique comme sur le Dust cependant.

Le cordura est beau et bien solide, les coutures doublées sur le compartiment principal, les passants molle vraiment épaix (j'avais peur de leur fragilité, sur les photos). La poignée en paracorde, pourquoi pas, je doute d'en avoir besoin et devoir la défaire sera long, sans parler de la refaire...

Le renfort de dos est pas mal, effectivement il évite de trop transpirer dans cette zone, mais le rembourrage m'a paru un peu dur.

Enfin, les poches latérales pour les bouteilles, c'est un concept extra, il y a des boucles partout (bretelles, face avant) pour passer ce que vous voulez (sangles, cordes, goupilles etc).

Autre petit regret : la ceinture lombaire (bas du ventre), qui sur les review de certain sites pouvait se rentrer DANS une fente en bas de sac. Je n'ai pas cette fente sur mon modèle, aussi la ceinture doit être fermée, ou chaque boucle repliée dans les poches de bouteille latérales...autrement dit, pour moi ces espacement sont perdus si je ne veux pas utiliser cette ceinture. Plutôt dommage.


Othello [Édition Collector]
Othello [Édition Collector]
DVD ~ Orson Welles
Prix : EUR 20,08

5.0 étoiles sur 5 Sublime, 29 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Othello [Édition Collector] (Blu-ray)
N'ayant pas trop apprécié Citizen Kane plus jeune, c'est à taton que j'achetais Othello de Welles, aguiché par l'oeuvre de Shakespeare que je ne connaissais pas encore et les prix prestigieux décernés au film (oui je suis faible...)

Au final, je suis profondément touché par ce film. Chaque plan est d'une beauté difficile à décrire, le noir et le blanc ajoutent à la grandeur. Les textes, doit ton vraiment en parler ? On se prend à écouter Iago et boire ses paroles, pourtant pleine de haine et de complots. On se rend compte du génie de Shakespeare, capable d'aborder de la plus brillante manière - à l'époque ou les autres continents étaient encore pour l'Europe des barbares - le problème du racisme en prenant un noir comme protagoniste.

Je n'ai pas été impressionné plus que ça par les acteurs, mais l'oeuvre est difficile à jouer, et ils ne sont pas du tout mauvais !

La musique va de pair avec l'image, les thèmes ont pour but de renforcer certains passages de lyrisme ou de pompe et de retenue...effet réussi.

Au final je suis vraiment tombé amoureux de ce film, loin d'être une "pièce de théatre ennuyante" comme pourraient le craindre certain.


Le Sermon sur la chute de Rome - Prix Goncourt 2012
Le Sermon sur la chute de Rome - Prix Goncourt 2012
par Jerome Ferrari
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un livre à faire aimer les Sermons, 29 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Sermon sur la chute de Rome - Prix Goncourt 2012 (Poche)
En lisant la 4ième de couverture, je vois que ça parle d'un bar familial en Corse...je craignais le pire, de découvrir un tableau familial lent et ennuyeux.

Il n'en est rien, même si la construction est un peu lente, les premiers chapitres moins expressifs, davantage présents pour structurer la suite que nous empêcher de fermer l'oeil.

Le style de jérome Ferrari m'a surpris, y étant peu habitué. De courtes propositions s'enchainent, uniquement séparées par ces virgules, ajoutant à la précédente des colorations différentes, portant le lecteur comme le ferait une rivière, pris de plus en plus fort par le courant de l'ambiance qu'il distille.

Description des scènes et des personnages un peu distante, laissant le lecteur se forger sa propre image, aidé par les sous-entendus impliqués par le choix des mots.

Finalement le scénario, n'en est pas vraiment un ; nul rebondissement incroyable, tout ce qui se passe n'a pour but que d'éclairer, pour chaque personnage, sa relation aux autres et leur approche à la vie et la mort et en ce qu'ils ont de symbolique : les aspirations et les échecs.

Le final (le fameux Sermon), est brillant de solennité et de pertinence. Il semble nous condamner tous à nos errances terrestres, privés de lucidité et d'espoir. Semble seulement. Comme Saint Augustin qui doute, qui peut vraiment savoir ?

Bonus : Couverture magnifique


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20