Profil de C. Lamy > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par C. Lamy
Classement des meilleurs critiques: 1.075.065
Votes utiles : 38

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
C. Lamy "moonlighdriver" (France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Why Don’t You Give It To Me
Why Don’t You Give It To Me
Prix : EUR 19,76

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur album de 2007?, 18 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Why Don’t You Give It To Me (CD)
"Why Dont You Give It To Me", c'est un peu Howlin' Wolf qui se prendrait pour James Brown, avec les Stooges en backing band (en fait, Dan Auerbach des Black Keys, entre autres).

Avec en sus, la légende de Nathaniel Mayer, soulman insaisissable parti s'aventurer du côté du blues le plus libidineux, et qui ne publie son second véritable album qu'à 63 ans. Il est mort en novembre 2008, et il nous manquera.


Veni, Vidi, Vicious
Veni, Vidi, Vicious
Prix : EUR 13,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du gros rock garage qui décrasse les oreilles, 27 août 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Veni, Vidi, Vicious (CD)
"Un album terriblement commercial. La seule faute de goût des Hives, qui s'éloignent ici de leur son protopunk originel. Dommage"

C'est ce que vous dirons beaucoup de gens sérieux. Ne les écoutez pas. Ce sont des rabats-joie.

Le deuxième album des Hives n'est pas le crochet du droit qu'était le précédent. Il n'a pas non plus pour lui la diversité musicale que sera le suivant. En attendant, c'est un des meilleurs albums de rock de ces dernières années.

Riffs imparables, rythmique marteau-piqueur et chanteur survolté, les trois ingrédients de ce rock rétro, voire régressif, mais diablement efficace. Les très énervés Hives font du rock comme s'ils ne s'étaient rien passé durant les 40 dernières années. Chaque chanson est un tube qui s'enfonce profondément dans le crâne et donne envie de bouger et de hurler.

5 ans avant les très médiatiques Artic Monkeys, ces Suédois avaient tout compris.


Telluric Chaos
Telluric Chaos
Prix : EUR 19,37

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Crade, décadent, jouissif, 7 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Telluric Chaos (CD)
30 ans après leur séparation, les "fuckin'" Stooges d'Iggy Pop nous prouvent qu'ils sont bel et bien vivants.
Cet album live, enregistré au Japon, est une tuerie de bout en bout, un objet rare et culte que doivent posséder tous les fans des Stooges. A posséder en plusieurs exemplaires, même, pour en filer à vos amis (pour leur déboucher les oreilles) et à vos ennemis (pour leur crever les tympas).
Le son, même s'il est très loin d'être parfait, est très largement meilleur que celui de leur live précédent, Metallic KO (1976), et si la plupart des classiques du groupe y sont, on peut même se féliciter de l'apparition de quatre nouveaux morceaux pas malhonnêtes.
Seul regret : l'absence totale de morceaux extraits de "Raw Power", le troisième album incendiaire des Stooges.
Un concentré, une déferlante, une grande giclée d'énergie rock/garage/protopunk à posséder de toute urgence, que ce soit pour retrouver les "fuckin'" Stooges ou pour les découvrir.


Ubik
Ubik
par Philip K. Dick
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du très grand K. Dick, 24 avril 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ubik (Poche)
A mon sens, un des meilleurs bouquins de K. Dick, avec Substance Mort.
A la fois un des plus accessibles, un des mieux écrits et traduits, et un des plus cohérents. Sans compter l'ambiance incroyable qui vous prend aux tripes (pour ma part, je n'ai pas pu faire autrement que le lire d'une traite, sans la moindre petite pause).
Impossible de le raconter sans dénaturer l'intrigue, mais tout est mis en oeuvre pour rendre passionnant ce voyage "à rebrousse temps". Diffile de lacher le livre avant de savoir ce qu'est ce fameux Ubik...
Certain lui préféreront un des autres romans ou nouvelles de l'auteur plus complexe et plus profond.
Mais c'est sa relative simplicité justement qui le rend si puissant. K. Dick possède parfaitement son roman, ne se perd pas en digression ou en intrigue secondaire (ce qui peut faire son charme mais dilue l'intrigue).


Des Femmes qui tombent
Des Femmes qui tombent
par Pierre Desproges
Edition : Broché
Prix : EUR 14,70

3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bouquin étonnant (non?), 24 avril 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des Femmes qui tombent (Broché)
Desproges a touché à tout.
Avec succès quand il s'agit de ses chroniques chez Martin ou Viller, de ses sketchs étranges et décalés sur France 3, ou de ses spectacles comiques.
Avec un résultat plus mitigé quand il s'amuse à faire l'acteur, ou pire, le chanteur.
Mais une de ses facettes les plus méconnues est sans doute celle d'écrivain.
"Des femmes qui tombent" n'est pas un bouquin prétentieux écrit par un homme d'esprit et de spectacle qui aurait voulu se débarasser de son étiquette de comique.
C'est un livre 100% Desproges, où l'histoire est tout juste un prétexte de l'auteur pour lui permettre de laisser libre court à sa fantastique gymnastique verbale : dans un petit village du sud-ouest, les femmes se mettent toutes à mourir les une après les autres. Médecin de campagne, Jacques Rouchon, sorte de "Mister Jekyll" de l'auteur, enquête sur ces décès mystérieux... et arrivera à des conclusions complètement surréalistes et innatendus chez Desproges!
Pas un roman un message certes, même si, comme d'habitude, l'auteur règle des comptes avec la gauche et la droite, la médiocrité culturelle des pauvres et la lâcheté des puissants, l'alcoolisme et l'H2O. Ici, la forme à beaucoup plus d'importance que le fond de l'histoire, "qui n'a pas d'autre prétention que celle de nous faire rire" comme Desproges aurait détesté qu'on le dise.
Mais même si ce livre est extrêmement réjouissant pour un amateur de Desproges, on peut justement lui reprocher de manquer d'ambition...


For Those About To Rock (We Salute You)
For Those About To Rock (We Salute You)
Prix : EUR 11,72

13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'essai est transformé, 24 avril 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : For Those About To Rock (We Salute You) (CD)
Après un Back in Black indépassable qui avait donné une vraie crédibilité au nouveau chanteur Brian Johnson aux yeux du public, il fallait à AC/DC confirmer le virage pris par le groupe.
Un an plus tard, "For those about to Rock" confirme le talent des australiens. Un album au concept peut-être moins fort que "Back in Black" (forcément, le chanteur du groupe ne peut pas mourir à chaque fois), mais un album qui se tient quand même exceptionnellement bien, aux chansons accrocheuses, sauvages, et jouissives.
Le contrat d'un tube interplanétaire par album est rempli, et bien rempli.
A la seule écoute de l'intro du premier titre, 'For Those About To Rock', impossible de ne pas avoir les poils qui se hérissent le long de ses gros bras velus de rocker. Après avoir rendu hommage à Bon Scott, AC/DC remercie maintenant son public. Brian Johnson lui hurle ici le manifeste d'un rock sans complexe, primal, que certains qui n'ont rien compris jurent primaire. Mais on s'en fout, on branche les guitares, et allume les amplis, et "Fire!".
Deuxième grosse claque avec un hard rock plus mâtiné de blues que jamais avec 'Inject the Venom', qui donne envie de bouger les cheveux au rythme des doigts du charmant Angus.
Un troisième boulet pour la route? 'Spellbound'. La voix traînante et malsaine de Brian Johnson nous narre un bad trip qui aurait pu mal tourner, et qui est l'occasion de cloire en beauté un album qui semblait mettre définitivement AC/DC "deuxième version" sur les rails de la légende...
Malheureusement, si le groupe a définitivement acquit son statut de légende, il ne le méritera plus guère pendant près de 15 ans, à cause d'albums trop médiocres... Mais Johnson et les frères Young n'ont pas dit leur dernier mot...


Page : 1