Profil de Unity > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Unity
Classement des meilleurs critiques: 3.948
Votes utiles : 73

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Unity (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Nord et Sud
Nord et Sud
par Elizabeth Gaskell
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Littérature pour "bonnes femmes" disait-on..., 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nord et Sud (Poche)
Pour tout dire, l’histoire sentimentale que dessinait le résumé n’avait pas retenu mon attention. Je me suis laissée tenter par la promesse d’un choc de cultures, je ne m’attendais pas à recevoir quelques 800 pages d’une romance sirupeuse. Des passages plus « politiques », il y en avait, bien heureusement, c’est ce qui m’aura permis de tenir jusqu’à la moitié, puis me résoudre à finir. Malheureusement, si l’auteur parvient à montrer toutes les difficultés qu’il y a à régler les litiges entre patrons et ouvriers, je n’ai pas trouvé le ton spécialement poussé. Elle établit un simple constat, et la naïveté de Margaret empêche un réel développement. En somme, sur la question industrielle, Nord et Sud n’est pas à conseiller.

L’écriture est d’une préciosité insupportable, à un point où je me sentais presque gênée pour Gaskell. Il m’était parfois difficile de retenir des rires nerveux à la lecture de certaines phrases qui sont un condensé presque ironique de toute l’affectation excessive des femmes anglaises. En songeant à des écrivains plus critiques comme Virginia Woolf ou Edith Wharton, je me suis parfois demandée si je ne lisais pas une parodie. Hélas, non. Elizabeth Gaskell semble un pur produit de l’époque victorienne. Ce n’est pas sans intérêt, mais pas vraiment pour les bonnes raisons.
Si l’on sent une volonté de défendre un personnage féminin fort, tout est très artificiel. La critique ne se dessine qu’à moitié : la femme doit être forte, en continuant à tenir un rôle imposé par la société, perçu comme naturel. De mon point de vue, je trouve cela presque pire et Margaret préfigure en tous points la fameuse Mary Sue qui fait toujours le succès d’une littérature dite féminine. On ne cesse de nous rappeler combien elle est belle, gentille, intelligente, capable d’affronter toutes les situations, de se faire aimer de tous, etc. C’est un personnage rigide, lisse, snobe et totalement piégé par sa condition. Jusqu’à la fin, l’un de ses seuls objectifs sera de continuer à faire bonne figure, quitte à créer des problèmes, blesser son entourage, et à pleurnicher toutes les dix pages en se lamentant du sort auquel elle serait prétendument condamnée. Cela pourrait-être une critique. Mais l’auteur semble, au contraire, du côté de son héroïne et ne blâme à aucun moment le ridicule de son attitude. Il y a donc un décalage assez troublant entre ce que Gaskell veut montrer, et ce qui nous est présenté : une vierge frigide, prétentieuse, sans personnalité et secouée par une sensiblerie ridicule. Il faut ajouter à cela ses discours pleins de bons sentiments sur les ouvriers, et le résultat devient catastrophique. Je n’ai jamais autant souhaité le malheur d’un personnage ni espéré le voir périr accidentellement dans les dernières pages.

Pour ne rien arranger, les autres personnages ne valent pas beaucoup mieux et laissent à penser que, dans les hautes sphères anglaise, la vie était une sorte de jeu de rôle permanent, mais un jeu de rôle très ennuyeux, où personne n’a le droit de s’amuser, et où il faut paraître ému par tout et à toute heure. Vous vous sentez encore nostalgique de cette époque ? Moi pas. Même les romans précieux français me semblent moins exagérés (et, de fait, la société était déjà plus libre que celle-là). D’une certaine façon, Nord et Sud m’a fait assez mal au cœur. Alors, pour parler des autres personnages, presque tous passent leur temps à geindre et à pleurnicher, à tourner en rond sans trouver de solution, hommes comme femmes, c’est un véritable cauchemar.

Après tout cela, je vous laisse donc imaginer une histoire d’amour au milieu. Sachant qu’une romance serait amenée dans le scénario, j’espérais quelque chose d’un peu plus sérieux : une histoire d’amour entre deux « mondes » différents, qu’on nous montre de quelle manière un couple inattendu parviendrait à s’accorder. De cela, nous ne verrons rien. Les personnages passent les années de ce livre à se tourner autour en feignant de se détester par devant, et en se lamentant par derrière. Sur 800 pages. Parfaitement. Cela sans qu’il y ait d’évolution palpable. On pourrait difficilement imaginer concept plus ennuyeux.

Heureusement, l’auteur a essayé d’intégrer quelques éléments perturbateurs ! D’abord, un personnage meurt, on se dit que cela va peut-être changer quelque chose. Mais finalement non. Sans exagérer, je dirais que presque toutes les 100 pages, un personnage décède très opportunément pour débloquer une situation, ou affliger encore plus Magaret (le classique de l’orpheline, du malheur qui s’abat sur un pauvre être qui n’a rien demandé, etc). Ils tombent comme des mouches ! Le pire de l’affaire, est qu’ils succombent presque tous sans raison. Donc, quand un personnage est triste, méfiance, il pourrait bien y passer dans le mois…

Je rendrais cependant hommage à Gaskell sur un point. Malgré toute la subtilité de ses personnages, elle garde un certain talent pour décrire leurs désarrois et leurs sentiments. Elle sait toucher juste, et donne, dans ces moments, des passages de lecture agréables qui laissent entrevoir un potentiel. Mais l’ensemble est gâché par une absence de causticité, un scénario cousu de fils blancs, et un conditionnement qui fait d’elle le fruit parfait de son époque.


Alternative Rock
Alternative Rock
par Stephen Baxter
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 On veut encore plus de rock !, 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alternative Rock (Poche)
Avec son petit format, son nombre raisonnable de pages (200) et son sujet, Alternative Rock semble très vite un cadeau idéal pour un nostalgique de la grande époque 60/70 un peu en froid avec la science-fiction. On regrettera cependant une cible principale vieillissante pour toucher un public large. Beaucoup de jeunes lecteurs assez peu portés sur l’histoire détaillée d’Elvis ou des Beatles pourraient être déçus par les références pointues d’auteurs contemporains (ou presque) aux groupes, à la scène et aux phénomènes de mode de ces années-là. Rien sur les 80’s ou 90’s, pas même un avant goût du punk. Non, nous restons aux fondations du rock et, si cela a l’avantage de faire réviser les classiques, j’ai cependant regretté de ne pas rencontrer des figures auxquelles m’identifier.

Sur les cinq nouvelles, la formule n’a pas toujours pris non plus, bien que seule la première me paraisse un réel mauvais choix. En effet, Le douzième album de Stephen Baxter est une entrée très abrupte dans le recueil. A coups de références très spécialisées, le narrateur essaye d’imaginer ce qu’aurait pu être le douzième album des Beatles. J’ai davantage eu le sentiment d’écouter une discussion entre fans sur-référencée et très ennuyeuse quand on ne se sent pas concerné que celui de lire une histoire dont on attend un dénouement intéressant…
En tournée, écrit à trois mains par Gardner Dozois, Jack Dann et Michael Swanwick, apporte déjà plus de légèreté bien que nous restions dans un fantasme d’admirateurs à très faible portée. On appréciera l’effort de mise en scène des personnages d’Elvis, Buddy Holly et Janis Joplin qui vont se retrouver à la croisée de leur carrière. Plutôt touchant.
Elvis le rouge de Jon Williams propose une histoire alternative où Elvis aurait refusé de s’engager dans l’armée, devenant un artiste communiste. Si le concept est amusant, je n’ai pas été réellement convaincue par l’uchronie. L’idée d’un frère jumeau décédé à la naissance (le vrai Elvis) avec lequel communique son frère m’a laissée sceptique tout le long. Je ne suis vraiment pas preneuse de ce genre de ficelles scénaristiques qui frôlent très souvent la mièvrerie. Ensuite, les conclusions tirées par l’auteur sur les conséquences de la décision d’Elvis m’ont semblées plus clichées que réalistes, et, surtout, arrivent en une sorte de résumé final qui bâcle un peu la réflexion de fond à laquelle on aurait pu s’attendre.

Heureusement, après ces trois nouvelles américaines, arrivent les anglais ! Je ne voudrais pas froisser les adeptes des auteurs outre-Atlantique, mais force est de constater que, lorsqu’il s’agit de parler rock’n’roll, les britanniques sont diablement plus dans le ton – ce qui correspond aussi à l’époque d’écriture des nouvelles, il faut le dire. Alors que les premiers gardent une écriture assez sage, des idées inspirées par le fantasme, l’admiration, les derniers y mettent la forme et le fond. Michael Moorcock n’a pas volé sa réputation puisqu’il signe avec Un chanteur mort ce qui est pour moi la meilleure nouvelle de l’anthologie. Pas le meilleur texte de sa carrière, loin s’en faut, mais en tout cas le plus fidèle à mes attentes de lectrice quand on me tend un livre sur le rock et la SF. Déjà, nous avons droit à Jimi Hendrix plutôt qu’aux Beatles et Elvis. Ensuite, il s’agit d’un road trip à l’anglaise (on a d’ailleurs droit à un taclage d’Easy Rider) avec un ex-roadie de Jimi complètement camé et le « fantôme » de ce dernier. C’est cru, ça parle de sexe, d’alcool, de drogue avec une précision qui ne relève clairement pas de l’invention. C’est cool, distrayant, et ça fait du bien.
Ian MacLeod reste dans un esprit assez proche avec Snodgrass où il nous présente un John Lennon qui, après avoir lâché son groupe au début de sa gloire, a mené une vie d’errances, de galère et de boisson. L’idée de la chute d’un musicien pendant que le reste du groupe s’élève et connaît un succès commercial est bien menée, assez universelle pour nous faire oublier le groupe dont il s’agit. Le seul problème de cette nouvelle est malheureusement sa longueur assez peu justifiée. Elle nous rend enthousiaste au début, et nous lasse sur la deuxième partie.

En conclusion, Alternative Rock est effectivement un cadeau sympathique pour les non-initiés à la SF et fans de la première heure des légendes du rock. La cible est à la fois trop large et trop pointue pour toucher un public de 20/40 ans réellement fan de rock, car celui-là attendrait une plus grande diversité dans les références, et peut-être cette liberté de ton que j’ai appréciée chez nos voisins britanniques, et qui manque cruellement aux américains.
C’est une jolie proposition, je suis heureuse d’avoir pu redécouvrir Moorcock, et eu l’occasion de me pencher plus en détail sur la bibliographie de MacLeod, mais pour une convaincue comme moi, l’ensemble reste encore trop policé.


Coup de soleil et autres nouvelles
Coup de soleil et autres nouvelles
par Ivan Bounine
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

3.0 étoiles sur 5 Belle sélection de textes, 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Coup de soleil et autres nouvelles (Broché)
Je ressors de ma lecture à la fois satisfaite et mitigée, en ce sens que tous les textes ne m’ont pas convaincue de la même manière. Un point à soulever en premier lieu cependant est une écriture particulièrement agréable. Les phrases ont cette fausse simplicité qui transforme la prose en poésie. Les images sont belles, proches de la peinture, et les mots s’invitent avec une exigeante précision. Que le sujet du texte plaise ou non, il serait difficile de bouder son plaisir tant l’esprit se laisse aisément porter par la force de chaque représentation et, beaucoup de nouvelles, à ce titre, cherchent à saisir une ambiance autant qu’à donner de la réflexion.
Sur le second point, les titres ne résonnent différemment. Le premier choix, Coup de soleil est aussi le plus accessible. Il est en effet question d’une passion amoureuse naissant entre deux personnes aux vies pourtant très différentes sur un bateau. Bounine s’attache à décrire la folie, puis la mélancolie, qu’une liaison presque « accidentelle » peu entraîner, les sentiments aussi vifs que superficiels qui demeurent après une nuit d’amour intense qu’on ne pourra jamais revivre. Très juste, la conclusion a un quelque chose d’assez désabusé, abandonnant les idéaux romantiques pour une réalité désenchantée.

L’affaire du cornette Elaguine est, selon moi, la meilleure nouvelle de l’ouvrage – de très loin. Elle en occupe d’ailleurs un bon tiers, et justifie à elle seule de se le procurer. Pour le dire très franchement, j’aurais gardé des impressions bien plus neutres du contenu si elle n’avait été là, je n’aurais probablement pas eu non plus l’envie de m’attaquer (dans un futur proche ou lointain ?) à une bibliographie plus complète. L’affaire du cornette Elaguine place Bounine sur le panthéon des grands auteurs, ceux qui vous capturent toute la complexité du cœur humain avec une acuité désarmante, en produisant des paragraphes superbes qui méritent d’être recopiés, retenus et répétés, au point qu’il devient parfois difficile de tailler dans le texte pour en faire ressortir les meilleurs passages – je m’y suis pourtant essayé. Mais de quoi s’agit-il donc ? D’une étrange histoire de meurtre rapportée par un narrateur sceptique, dans une première lecture. Mais, surtout, l’auteur se sert du prétexte pour condamner une opinion publique qui juge sur les apparences, condamne un acte sans chercher à le comprendre, peut tirer un portrait atroce d’une personne sur laquelle elle ne portait aucun regard négatif dès lors qu’une accusation le repousse chez les déviants. Les portraits du « coupable » et de sa « victime » sont aussi de grands moments. Chacun souffre du mal terrible qu’est le besoin de vivre une existence trop intense pour l’Homme et s’y perd avec l’avidité du désespoir. Un texte d’une force rare, dont on arrive bien trop vite à la fin.

Je serai moins bavarde sur le reste qui se concentre davantage sur des discussions, des réflexions prises dans un instant que sur une intrigue à proprement parler. On y retrouve davantage de discours sur la religion, la beauté d’une foi que l’auteur porte dans son cœur avec la tristesse de l’incroyant souhaitant s’y abandonner, thème qui, malgré de beaux élans lyrique rencontre un peu moins mon adhésion. Paraissent également, et avec plus d’intérêt, des images de la Russie après la révolution Bolchévique, qui n’est pas vécue comme une bonne évolution par tous, ainsi que les réflexions d’un russe exilé pendant un voyage en bateau (Sur les eaux immenses). Il m’a semblé que la plupart de ces textes nécessitaient une connaissance plus approfondie des motifs chers à l’auteur et développés plus en détails dans le reste de son œuvre pour être appréciés de manière plus savante ce qui, comme dit plus haut, n’empêche pas de goûter à une belle écriture qui sait imposer à chaque titre une ambiance unique.


Anno Dracula
Anno Dracula
par Kim Newman
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

4.0 étoiles sur 5 Pas si drôle d'être un vampire en 1888, 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anno Dracula (Poche)
Beaucoup de bonnes choses sont à relever dans Anno Dracula. Il est d’abord très agréable de croiser une série de personnages aux noms familiers qui appartiennent aussi bien à l’Histoire qu’à la fiction. Certains ne feront que passer, d’autres auront un rôle plus important. Nous rencontrons Jekyll, Oscar Wilde, Bernard Shaw sera parfois cité, plusieurs scènes se passent au Diogene’s Club… Chaque référence est un hommage à la littérature britannique du XIXe siècle dont les livre est un héritier direct. Nous sommes invités à un jeu de metalecture qui donne souvent à l’avance les clés du récit. Mais la plupart des noms ne servent qu’au clin d’œil pour construire un monde où les œuvres majeures de l’époque victorienne sont réelles. L’auteur se concentre en particulier sur les protagonistes secondaires de Dracula. Newman interroge une victime directe du comte, le Docteur Seward, courtisan désabusé de Lucy.
Distrayante, l’intrigue du tueur de Whitechapel est un bon moyen de révéler les problèmes que peut rencontrer une civilisation dominée par une créature tyrannique venu d’un autre temps. Vlad Tepes veut modeler le monde à sa vision de fanatique religieux tout juste sorti du Moyen-âge, ce qui implique beaucoup d’exécutions arbitraires et une ingérence totale de la capitale. Dans ce joyeux chaos, les vampires ne sont pas plus chanceux que les humains. Comme l’auteur le souligne avec un certain cynisme, la plupart des « ressuscités » meurent bien avant d’avoir dépassé un siècle, tués par leurs semblables, affaiblis par un appétit difficile à sustenter. En effet, le sang humain est une denrée rare pour les pauvres qui n’ont pas les moyens de s’en faire livrer, quand une milice vampirique n’hésite pas à condamner les meurtres de leurs pairs. Plus que les emprunts au thriller, j’ai surtout été séduite par l’intelligence avec laquelle était dépeintes les créatures. A la fois figures pathétiques et tumeurs malgré-elles de Londres, on ne peut pas dire qu’elles inspirent l’admiration.

Le duo vampire/humain (Genevieve et Charles) qui domine le récit entretient à ce titre des rapports très intéressants, un amour passion impossible qui n’a rien de romantique. Immortelle depuis cinq siècles, Geneviève est désespérément réaliste sur l’avenir de ses sentiments. L’homme qu’elle aime finira par vieillir. Elle pourrait le transformer, mais le temps finirait par les séparer. Le vampire reste condamné à sa nature d’être solitaire.
Un autre aspect abordé est la ligne fragile entre animalité et humanité au moment de la transformation. Le basculement est d’autant plus rapide avec une personne qui s’est imposé trop de limites, un véritable fléau pour les dames guindées de la société victorienne.
En bref, de nombreux petits détails en amont de l’histoire principale ajoutent beaucoup de réalisme à l’univers, et montrent une réflexion très poussée de la part d’un auteur qui maîtrise parfaitement son sujet.
Si le fin mot de la série de meurtre est annoncée très rapidement, l’idée de base est amusante et une série de rebondissements parvient à nous tenir en haleine jusqu’au bout, même si l’action piétine parfois. Le tout n’est pas de trouver le tueur, mais de voir comment cette catastrophe annoncée pourra bien se terminer. Certes, le final a un côté un peu brouillon, mais je n’ai pas trouvé qu’il gâche l’ensemble. Il permet simplement de refermer une chronique avant de nous plonger quelques 50 ans plus tard, dans une autre époque, pour Le Baron Rouge.

Pour conclure, je ne parlerai pas d’une révélation littéraire (le style manque de rythme) mais assez de bonnes idées pour mériter la lecture des amateurs d’uchronies et de réinterprétation des mythes. La période historique dépeinte ne souffre pas de l’idéalisation un peu trop fréquente du XIXe siècle dans les roman fantasy contemporains qui s’y intéressent, une bonne nouvelle pour les blasés du steampunk. L’écriture rappelle même celle du feuilleton populaire.


Le Chemin d'Ombre
Le Chemin d'Ombre
Prix : EUR 4,99

3.0 étoiles sur 5 Dans la pure tradition fantastique, 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Chemin d'Ombre (Format Kindle)
Publié en 1989 aux éditions Fleuve Noir, Le Chemin d’Ombre a trouvé une seconde vie en 2013 dans la collection poche de Lokomodo. Bien que l’action se passe en Angleterre, il n’est donc plus trop tard pour découvrir avec Patrick Eris un petit thriller d’anticipation à la française.

Une vingtaine d’années après sa publication, Le Chemin d’Ombre a subi une grande réactualisation. Au lieu de revenir avec une SF un peu datée, Patrick Eris a laissé au placard les vieilles technologies de la première version pour celles qui nous entourent. Avec son écriture très moderne, le roman parvient à donner l’illusion de la nouveauté dans le catalogue des éditeurs.
La forme a l’avantage d’échapper aux modes littéraires qui ont marqué les années 80. Elle s’inscrit assez adroitement dans l’héritage fantastique laissé par le XIXe siècle puis Lovecraft en optant pour une action en huis-clos. Tous les éléments du roman d’horreur sont réunis : la grande maison perdue dans la campagne, le conciliabule des docteurs, l’étrange machine qui pourrait bien révolutionner le monde, et des cobayes perçus comme fous. Il ne reste plus qu’à laisser les personnages faire monter la tension jusqu’à l’éclatement final.

L’intemporalité du livre rend, finalement, l’intrigue assez secondaire. On apprécie l’ambiance vieillie du décor dans un univers contemporain, et les portraits des personnages clés qui sont l’un des points forts du livre. Si tout commence à travers le regard d’une psychologue (Marion), le lecteur découvrira très vite le passé déchiré des êtres sensibles qu’un groupe d’intellectuels va projeter froidement dans le monde des rêves. Vont-ils y trouver la paix ? L’incroyable invention réussira-t-elle là où les plus grands spécialistes de la psychiatrie ont baissé les armes ? Ce n’est pas l’important. L’écriture très fluide de l’auteur, la sensibilité de ses observations, permet surtout quelques grands moment de plaisir avec des passages très justes sur la souffrance des rejetés, des oubliés. Tous, piégés dans le refus de la réalité, cherchent à vivre sans parvenir à se réconcilier avec un vécu troublé. Si les caractères ne sont pas très appuyés, en tenant parfois trop de l’archétype médical, la simplicité et l’évidence des mots employés font passer de très bons moments.
Plus faible restera le thème du roman. Dans les années 2010, les rêves communs qui s’incarnent dans la réalité ont été rebattus sous toutes les formes, et Le Chemin d’Ombres, avec sont format très court, apporte peu d’idées. La quête des personnages soumis à l’expérience scientifique est très prévisible. On quittera donc l’histoire sans avoir rien appris, mais avec un souvenir assez ému pour les âmes perdues qui ont croisé notre chemin le temps d’une lecture.

Le Chemin d’Ombres est ce genre de titre que l’on peut dévorer en une journée. Le style coule tout seul, l’ambiance est agréable, le rythme ne laisse pas un seul temps pour l’ennui. Plus proche de la novella que du roman par sa structure peu attachée aux détails, c’est aussi une très bonne entrée dans l’univers d’un auteur français familier d’une tradition fantastique qui prend ses racines en Grande-Bretagne et capable d’adopter avec naturel une narration assez anglo-saxonne. De ce point de vue, je dois dire que je n’avais pas adhéré si facilement à l’écriture d’un hexagonal depuis très longtemps. A mettre sans hésiter entre les mains d’adolescents égarés quelque part entre les rayonnages dystopies et urban fantasy des mauvaises productions young adults.


L'Opéra macabre - l'intégrale
L'Opéra macabre - l'intégrale
par Jeanne Faivre d'Arcier
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

4.0 étoiles sur 5 Entre l'Indre, Anne Rice et The Masquerade, 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Opéra macabre - l'intégrale (Broché)
Rouge Flamenco

Au début, Jeanne Faivre d’Arcier était une jeune femme passionnée par The Mascarade et fascinée par l’univers d’Anne Rice. Ces belles références donnèrent une histoire sympathique, que l’on trouvera originale aujourd’hui mais qui, pour l’époque, reste encore trop proche du récit de fan. On appréciera le caractère fort de la vampire Carmilla, la capacité de l’auteur à imposer de véritables héroïnes, dont l’intelligence n’a rien d’artificiel. Au bout de la plume, se trouve une personne cultivée. Les références historiques sont claires, maîtrisées, les points scientifiques donnent l’illusion de la vraisemblance, le style est, quand à lui, irréprochable. Il manque cependant quelque chose, un rien d’aisance dans les phrases, souvent trop ampoulées, pour nous mettre tout à fait à l’aise.

A l’instar D’Entretien avec un vampire, Jeanne Faivre d’Arcier fait le choix d’une confidence. Avant le troisième acte, Carmilla livre son passé à un ami vampire. Malheureusement, le discours direct manque de naturel. Tout est beaucoup trop rigide. J’ai lu sans prendre une seule fois goût à l’écriture. Les péripéties étaient là. La rythmique, les accroches, beaucoup moins. L’ensemble manquait de vie… Certes, quoi de plus normal pour un vampire ? (lol) Au niveau de l’intrigue, rien de très exceptionnel non plus. La dame vampire laisse défiler son histoire de manière assez linéaire. Nous n’explorons pas vraiment la profondeur des caractères de chaque protagoniste.
Ayant lu ce premier volume en novembre, mes souvenirs sont assez confus, signe que les aventures de Carmilla ne m’ont décidément pas beaucoup marquées. Si la suite n’avait pas annoncé un scénario en Inde, je ne pense pas que je serais allée plus loin.
J’ai laissé une seconde chance à Madame Faivre d’Arcier. Je ne l’ai pas regretté.

La déesse écarlate

L’avantage de La déesse écarlate est qu’il se lit très bien indépendamment de Rouge Flamenco. S’il faut n’en garder qu’un seul, préférez celui-ci, mieux écrit et, surtout, plus original. Pour ce nouvel opus, Jeanne Faivre d’Arcier opte pour une structure un peu plus fluide et ambitieuse. Exit la première personne, le point de vue unique, tout est à la troisième personne, et, bien que Jonathan reste le personnage principal, d’autres consciences sont de la partie.
Enfant maudit de l’Inde, Jonathan est à peine né que, déjà, les vampires cherchent à le tuer. Ses parents l’abandonnent à un journaliste français et sa femme indienne en donnant une consigne très claire : l’élever en France, ne jamais essayer de retrouver ses origines. Mais Jonathan est un bambin des plus curieux, hanté par les visions d’une belle dame rouge, capable de s’exprimer dans les langues primitives d’Asie avant même de savoir parler… Lorsque sa meilleure amie est kidnappée par une mystérieuse secte appelée L’Hibiscus rouge, le jeune homme renonce à sa vie tranquille et sans histoire d’enseignant pour explorer l’Inde à la recherche des criminels ou, peut-être, de Mâra, la déesse écarlate de ses nuits les plus fiévreuses…

Le voile sera levé peu à peu sur l’étrange passé qui unit la mère des vampires au jeune homme, allant jusqu’à nous révéler des origines de vampiriques qui empruntent au panthéon hindou. Je brûle de vous en dire plus, mais ce serait vous gâcher d’agréables découvertes. L’auteur joue avec les croyances en la réincarnation, perturbe totalement le mythe en plaçant les buveurs de sang dans un folklore où l’idée de vie éternelle elle-même n’a pas la même puissance : toutes les âmes finissent par renaître. En créant des vampires, Mâra perturbe le cycle de la réincarnation.
Autre point très agréable, les dieux existent, se querellent, participent à l’action. D’un chapitre à l’autre, Shiva, Khâli, Yama, et d’autres apportent au roman un second degré assez jubilatoire. Si le début en France est un peu plat, j’ai vraiment été conquise par la mise en scène de toutes ces légendes. Avant, je ne connaissais pas grand-chose à la culture hindoue. Après La déesse écarlate, tout est devenu plus limpide.

L’histoire d’un amour plus fort que les réincarnations échappe très habilement à la niaiserie, et au romantisme. Derrière un corps et un visage parfait, Mâra est l’incarnation de la bête, et c’est cette bête sanglante, dangereuse, porteuse de mort, qui attire Jonathan, un jeune homme lisse, trop pur pour ne pas dissimuler, dans le fond, un monde de perversités. C’était bien pensé. Il n’y aura donc pas de promesse de vie éternelle à deux. Le vampire a ici l’effet révélateur de tout bon démon érotique, il donne au héros une porte vers la démesure dans un voyage initiatique absolument inversé. De toute manière, on peut dire que la relation de ces deux âmes est trop tordue depuis le début, Jonathan se rêvant sous les traits d’un enfant de douze ans qui brûle de désir pour la dame vampire, alors maîtresse de son père. L’attraction irrationnelle des corps, plus que de l’esprit, est le moteur de cette possible réaction, leur drame étant de n’avoir pu consommer leur amour dans une vie antérieure…

La déesse écarlate mérite sa place dans une bonne bibliothèque consacrée aux buveurs de sang, pour ceux qui préfèrent les frissons, la perversion, aux fantasmes trop sages. Bon moment de lecture, il passera cependant à côté du roman culte à cause, toujours, d’un certain manque de profondeur de la part des personnages. Le chaste Jonathan tient bien son rôle, mais un caractère moins superficiel et attendu aurait été préféré. Le rôle de l’amie humaine qu’il veut sauver et qui, devient finalement une sorte d’entrave à l’explosion de ses pulsions sexuelles est amené de manière assez bancale. Heureusement, la fin échappera au retournement que l’on pourrait craindre. Elle est parfaite, logique, satisfaisante, et pourtant cruelle.


Scream test
Scream test
par Grégoire Hervier
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

3.0 étoiles sur 5 Des idées..., 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scream test (Broché)
Scream Test est une bonne lecture pour qui veut plonger dans un slasher rapide, efficace, qui emprunte au thriller sans adhérer complètement au genre. Etant une lectrice très peu portée sur tout ce qui touche au polar, ce dernier point m’allait très bien. Les amateurs de film d’horreur reconnaîtront d’ailleurs beaucoup de références et de clins d’œil aux formules classiques des scénarios, à commencer par le choix des personnages de l’émission. Tous incarnent l’archétype d’un slasher. Il n’y a donc pas de réel suspens sur le dénouement de chaque journée. Une fois les présentations faites, l’ordre d’exécution est, pour ainsi dire, déjà donné : la pimbêche et le sportif d’abord, la vierge et l’asocial en dernier. En bon spécialiste du cinéma, et plus particulièrement de celui auquel il rend hommage, l’auteur assume le pastiche en nouant une agréable connivence avec son lectorat. Nous frôlons parfois la parodie, avec les bévues ridicules du FBI ou le cliché d’un tueur fan de Marilyn Manson, mais sans tomber dans une mauvaise surenchère. L’humour est implicite, il est même dommage que l’auteur ne l’assume pas davantage.

D’ailleurs, le défaut principal du livre est bien là. Beaucoup de bonnes idées, mais une exploitation encore trop timide. Les personnages ne sortent pas de la caricature, l’enquêtrice ne parvient pas à s’affirmer, elle ne sert qu’à faire progresser l’enquête et nous suivons tout en surface. Le choix de ne presque rien dire de ce qui se passe à l’intérieur de l’émission est un parti pris défendable, mais qui semble retenir beaucoup d’analyse possible. Nous en apprenons très peu sur le quotidien des victimes, et, par conséquent, nous n’avons pas le temps de nous y attacher un minimum pour être dérangé par leur mort ou par le chagrin de leur famille. C’est ennuyeux dans la mesure où l’auteur donne très rapidement toutes les clés en main pour connaître une très large partie du dénouement.

Malgré de bons arguments, Scream Test restera donc un livre distrayant, assez dynamique pour fonctionner mais trop rapide si l’on cherche à trembler ou à réfléchir sur le phénomène de société qu’est la téléréalité. Dans sa hâte, l’auteur passe à côté d’un certain nombre d’éléments qui auraient pu donner un impact très lourd au texte. L’idée de forcer les gens à payer pour empêcher l’exécution des concurrents, avec les conséquences évidentes d’un tel plan (des parents qui se ruinent pour sauver leurs enfants) avait de quoi créer beaucoup de malaise, comme la course à la gloire désespérée, et manquée, d’adolescents dupés par leurs écrans trop colorés.
Un autre regret concerne les très nombreuses références et historiques qui viennent rompre la narration. L’auteur hésite encore entre le roman et l’essai, comme s’il nous livrait ses notes de lectures au lieu de les mettre en pratique de manière concrète, vivante, au sein même de l’action. Il est toujours possible d’y voir les maladresses d’un premier roman, une certaine difficulté à se lâcher, à trouver ses marques, alors que toutes les bases sont posées pour aller plus loin. Parfois empesée, l’écriture reste cependant agréable, et s’affine au fil des pages. C’est dynamique, la structure est maîtrisée, et le point positif est que nous n’avons pas le temps de nous ennuyer.


La femme a 1000°
La femme a 1000°
par Hallgrimur HELGASON
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un truc pour bien pensants., 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La femme a 1000° (Broché)
Si j’avais su ce dans quoi je m’embarquais, je n’aurais jamais ouvert ce livre. La quatrième de couverture me laissait pourtant redouter le pire : une vieille sur un ordinateur dans un garage pour le côté badass, un retour fantaisiste sur la seconde guerre mondiale pour l’aspect provocateur, et on obtient évidemment un parfait titre de rentrée aux allures vaguement intellectuelles. C’est dit, il y aura du concept, de l’Histoire, des discours moralisateurs, tout ce qui peut inciter n’importe quel chaland à l’achat. La couverture donnait également le ton. J’aurais dû suivre mon intuition. Mais, comme je ne l’ai pas fait, je suis bien obligée de tenter la critique d’un livre que je n’ai ni aimé, ni terminé. Pardonnez-moi encore, je mets généralement un point d’honneur à aller au bout de mes romans, mais 630 pages grand format de cette teneur étaient au-delà de mes forces. Mon cerveau en est arrivé à ce point critique où il refusait tout simplement de lier les mots les uns aux autres pour faire sens.

Pourquoi ? Simplement parce que, si on retire la toile de fond de la maigre architecture de cet ouvrage, tout tombe à terre et on ne rencontre que du vide, des lieux communs à la pelle, une trame historique douteuse, une psychologisation ratée et une assez détestable fausse modestie de la part de l’auteur comme du personnage principal.
Mis à part pour l’aspect « cool », l’idée d’une vieille femme geek dans un garage n’apporte absolument rien à l’affaire. Le concept peut faire sourire un moment, c’est bien, il fallait y penser ! L’auteur surfe sur une mode, sur un genre de fantasme qu’il essayera de nous rappeler à chaque page qui se déroule dans le présent. Le problème, c’est que non seulement, l’originalité est assez creuse, mais en plus, loin d’être sympathique, le caractère forcé de la pauvre Herra devient vite insupportable. Ce n’est rien d’autre qu’un archétype, celui du personnage féminin qui se veut fort, dominateur, au point d’en devenir ridicule. Et, très franchement, qui s’intéresse à ses histoires de trolling sur internet ? Elle se fait passer pour une femme sexy pour se moquer de vagues pervers ? Bien ! Hilarant ! J’ai fait pareil à 13 ans… Pas à ce point certes, mais ça fait toujours rire les collégiens. Pour le côté super classe, on va repasser. Je crains que l’auteur n’ait qu’une piètre idée de ce monde. On sent bien qu’il essaye. Mais, non, vraiment, il faut repasser, ça n’est pas “cool” un seul instant.
Et je ne vous cite bien sûr qu’un détail parmi toutes les choses qui m’ont donné envie de jeter ce livre par la fenêtre. Entre les discours gratuitement misandres sur tous ces hommes vraiment stupides qui lui sont passés dessus et une psychologie faiblarde du pourquoi devient-on nazi, agrémentée de grands moments de lucidité tels que « et pourtant, dans le fond, il n’était pas si méchants. », il y a de quoi pleurer de désespoir.

Donc, nous disions, la vieille dans le présent ne sert à rien, et, de toute façon, elle sait se rendre assez haïssable pour bloquer tout sentiment de compassion. C’est peut-être un peu ma faute aussi, mais je n’aime pas me faire imposer 630 pages par une vieille peau narcissique. La construction du récit elle-même, n’est également qu’une question de concept. ça brasse l’air, ça donne l’impression de mouvement, au milieu d’un vaste désert. Les allers/retours incessants d’une époque à l’autre apportent bien peu de choses, une nouvelle réflexion inutile, tout au plus. Aucune intrigue réelle ne se met en place. A aucun moment, on ne va se demander comment le personnage est arrivé à telle ou telle situation. ça ne marche pas. On s’en fiche relativement. Et puis, à force de nouvelles scènes toutes plus invraisemblables les unes que les autres afin de nous montrer sans le moindre sens de la mesure que cette dame a une vie exceptionnelle, on finit par se taper le crâne en se demandant, pourquoi, mais pourquoi donc 600 pages pour essayer désespérément d’avoir l’air cool ? A ce stade, c’est un peu symptomatique non ?

On rira peut-être des grands moments de ridicule moralisateur. Herra enfant qui reste bloquée 3 jours le bras levé pour le salut nazi après avoir été traumatisée par un allemand… Non. Je veux qu’on arrête ce massacre. Ce serait drôle si le récit était d’un burlesque assumé, mais je vous assure, je le crains, Helgason est très sérieux et se croit malin.
Puisqu’il n’y a donc rien attendre de ce récit, aucune intrigue, que l’on connaît d’avance la fin : elle va mourir, le lecteur sera enfin libéré, je doute aller plus loin. Après 400 pages de lectures à sans cesse espérer une sorte de retournement de situation, je ne m’attends pas à la moindre nouveauté, tous les chapitres suivent des segments relativement semblables, c’est d’une platitude affolante.
D’habitude, j’essaye de rester un minimum objective… Cette critique fait exception parce que… enfin… Je ne suis pas assez cruelle pour vous conseiller de voir par vous-même, il y a 600 pages, ça représente tellement d’heures de lecture plus constructives.

Néanmoins, comme je ne suis pas tout à fait vilaine, je terminerai sur des points positifs qui m’ont assez intéressée au début du roman. Du point de vue d’un français, il est toujours assez intéressant d’avoir un aperçu de ce qu’a pu être la situation des islandais pendant la seconde guerre mondiale. J’ai aussi beaucoup apprécié les comparaisons entre les scandinaves et le reste du monde, les islandais et les autres scandinaves. Pour avoir frayé avec cette culture d’assez près, je peux au moins dire qu’à ce niveau, les piques touchent juste et amusent réellement qui connaît le sujet. Après, pour faire dans la mauvaise foi, évidemment, on pourra dire que n’importe quel islandais serait capable d’en faire de même.
Pour conclure ? Helgason est peut-être très sincère dans sa démarche, mais j’ai quand même l’impression qu’il se moque un peu du monde.


Titus dans les ténèbres
Titus dans les ténèbres
par Mervyn Peake
Edition : Broché
Prix : EUR 11,70

4.0 étoiles sur 5 Retour à Gormenghast, 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Titus dans les ténèbres (Broché)
Avoir la chance de replonger pour une centaine de pages dans l’univers merveilleux de l’auteur était un véritable bonheur. On retourne dans les murs de Gormenghast avec une certaine émotion vivre un moment privilégié, faire un dernier bond dans le passé. Cependant, il ne sera pas question du château, mais de ses extérieurs, avec son lot de personnages étranges que cela implique. Si vous avez lu le dernier tome, alors vous n’ignorez pas que, derrière les murailles de l’imposante forteresse, tout devient très hostile. Le temps d’une nuit, Titus s’offre donc une ballade qui devra le marquer lourdement.
En se pliant au format du conte, l’auteur propose une aventure invraisemblable, proche du rêve, et même d’un cauchemar plutôt angoissant. Deux personnages à l’intelligence limitée croisent les pas du jeune comte : Bouc et Hyène. Animaux, humains ? Avec un talent toujours aussi remarquable, Peake profite des avantages de la plume pour brouiller les pistes. Les protagonistes prennent des allures d’hybrides… Il est difficile de les imaginer vraiment. Une bête qui parle, qui se tient debout, pourquoi pas, nous sommes dans de la fantasy après tout… Mais ce serait mal connaître le travail d’un écrivain profondément intéressé par l’humain. Non sans horreur, la vérité apparaît doucement, il s’agit bien d’hommes qui, pour une étrange raison, ont abandonné une partie de leur esprit et adopté des attributs sauvages. La tragédie intègre cependant un bel humour grotesque, propre à inspirer les sourires crispés, et, parfois, une certaine forme de pitié.
Que veulent-ils ? De nouvelles âmes pures à apporter à leur chef, l’Agneau, un despote aveugle qui se nourrit de l’adoration de tous ceux qui se soumettent à son incroyable autorité. Hélas, le souverain millénaire se porte mal. La plupart de ses créatures ont disparues après avoir été trop violemment rongées par une insupportable contradiction avec leur bestialité. Seuls Bouc et Hyène, les idiots, lui sont restés. Ils espèrent faire de Titus, qui sera toujours appelé « Le Garçon », un nouvel adepte.

L’histoire serait trop courte pour que je vous en dévoile davantage sur les motifs réels de chacun, et les conclusions précises de cette œuvre inclassable qui, par l’absurde et dans un style inimitable, dénonce le totalitarisme, toute sorte de fanatisme en défendant le libre arbitre. Mervyn Peake ne donne pas dans le grand discours. Tout est symbole, tout est sens chez lui, ce qui rend son texte très riche, très fascinant, à lire plusieurs fois pour comprendre toutes les subtilités, ses jeux de mots, d’images et de langage.
Il sera peut-être difficile d’abord pour une personne qui ne connaît pas du tout ce cher monsieur, un poète et dessinateur qui utilise la prose pour aller là où les deux premières disciplines s’arrêtent, mais vaut néanmoins un petit détour. Vous tiendrez en tout cas un petit bijou plein de sagesse entre vos mains.


Une illusion passagère
Une illusion passagère
par Dermot Bolger
Edition : Broché
Prix : EUR 15,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Court mais marquant, 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une illusion passagère (Broché)
Une soirée. Les quelques centaines de pages du livre ne décriront rien de plus. Une soirée, le temps de traverser toute une vie, d’espérer encore, d’entrevoir le futur. Tout sera dit. La plume de Bolger est habile, légère, et juste. Elle nous attache à ce pauvre Martin qui, malgré son statut, ressemble à l’homme le plus banal du monde, à l’aube de cet âge où tout peu basculer à tout jamais. Un bon métier, une épouse aimée, une belle vie de famille. Que demander de plus ? Il n’y a jamais eu d’histoire à raconter, aucune fausse note dans un quotidien parfaitement réglé. Martin est toujours resté à sa place, dans l’ombre, attaché aux valeurs d’une vieille Irlande qui s’éteint, et dont l’économie elle-même voit son heure arriver. Pour son voyage en Chine, il le sait, tout ne sera qu’une mascarade destinée à laisser l’honneur sauf. L’avenir ne brille pas pour le pays, et l’idée de prendre une retraite anticipée sonne aussi le glas pour lui.
Que faire lorsque tout ce qu’on a construit est soufflé par le temps ? Ses trois filles n’ont plus besoin de lui, sa femme a décidé de faire chambre à part, elle estime avoir passé le temps pour « ces choses-là ». L’homme se souvient des bons moments et s’étonne. Comment tout à pu disparaître ? Pourquoi les sentiments d’autrefois ne peuvent-ils plus renaître ? La distance forcée dans son couple est une entaille profonde, une torture perpétuelle. Il pourrait aller voir ailleurs, bien sûr, mais Martin est un homme droit qui ne connaît pas l’excès, qui n’a jamais si s’imposer, même s’il était drôle avant. Seulement, ses traits d’humour aussi ont fini par disparaître avec l’âge et les longues journées sérieuses au travail.

Seul dans une chambre d’hôtel à des kilomètres de son foyer, serait-il temps de céder pour la première fois ? Bolger oppose fantasme et réalité en explorant les doutes, les regrets d’un homme qui, en Chine, engage une dernière lutte contre la vieillesse, l’angoisse de vivre les trente prochaines années dans un même état de stagnation. Une asiatique moitié masseuse, moitié prostituée pourrait-elle mettre fin à une existence d’austère dignité ?
Non sans humour, le texte tire un portrait grinçant d’un type ordinaire que les convenances ont vieilli avant l’âge et dont l’existence tranquille et sécuritaire n’a plus rien à apporter une fois le noyau familial morcelé. Ce n’était pas prévu, encore moins souhaité. Mais, à cinquante-cinq ans, il n’est pas dit que les convictions de toute une vie puissent changer.

Dermot Bolger est une excellente découverte. Le genre d’auteur à rendre poignant un récit aussi court que simple. Une illusion passagère nous fait partager les pensées d’un « n’importe qui » que l’on finit par trouver familier. On s’y attache, on aimerait sincèrement le soutenir dans sa quête de bonheur désespérée.


Page : 1 | 2 | 3 | 4