undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Olivier Costa > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Olivier Costa
Classement des meilleurs critiques: 5.196
Votes utiles : 207

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Olivier Costa "docteurk" (Bordeaux)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Ilo veyou
Ilo veyou
Proposé par hifi-media-store
Prix : EUR 13,80

33 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les autres chanteuses françaises n'ont qu'à changer de métier, 25 octobre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ilo veyou (CD)
Voici un album que je n'attendais plus. Camille est sans conteste la chanteuse la plus douée de sa génération. Capacités vocales incroyables ; voix polymorphe ; sens de la mélodie ; intelligence et finesse des textes ; curiosité musicale ; humour décapant.
'Le sac des filles' était un très beau premier essai. 'Le Fil', un album remarquable et osé, mélodique et nouveau. 'Music Hole' m'avait un peu laissé sur le bord du chemin, par excès de percussions corporelles et effets vocaux improbables. C'était cohérent, imaginatif, travaillé ; ça rendait extrêmement bien en concert, mais ce n'était pas un disque que j'avais envie d'écouter, la démonstration technique tuant un peu l'émotion.
J'espérais un disque plus centré sur les mélodies, la voix, les sonorités : c'est Ilo Veyou. Une maîtrise technique absolue au service de chansons d'une très grande beauté et de textes d'une rare intelligence, le tout dans une production minimaliste (qui ne veut pas dire inaboutie) parfaitement convaincante : quatuor à cordes, guitare acoustique, contrebasse. Un son magnifique, épuré mais riche.
Dans ce disque, Camille ose réellement la beauté, sans la retenue qui la poussait à toujours pimenter ses chansons les plus intimistes de quelques gags. Ici, ils se limitent à des textes pimentés (moitié français et anglais).

Reprenons en détail :
- Aujourd'hui : introduction, très Camille, à vrai dire dispensable.
- L'étourderie : magnifique chanson, ode aux amoureux.
- Allez, allez, allez : chanson enfantine à canon, bigrement entêtante.
- Wet Boy : petite chanson, à la Leonard Cohen, avec une voix et une mélodie magnifiques.
- She Was : très belle composition, avec un sobre quatuor à cordes, tout en progression.
- Mars is no fun : chanson marrante, dans le style de Music Hole, sur les déceptions des vacances sur Mars'
- Le berger : drôle de chanson aux belles intonations asiatiques.
- Bubble Lady : petite comptine. Performance vocale impressionnante.
- Ilo Veyou : morceau plus entraînant et rythmé avec, là encore, une partie de chant insensée, où Camille multiplie (en une seule prise) les registres et interventions vocales.
- Message : toute petite chanson (pas une minute) très gaie.
- La France : chanson comique dans la veine de l'après-guerre, entêtante aussi, avec son début de refrain façon « oui mais des Panzani »'
- My Man is Married but not to me : un morceau plus pushy.
- Pleasure: chanson à la gloire de l'onanisme.
- Le Banquet : magnifique morceau, où Camille montre ce que sa voix peut avoir de feutré et cristallin ; jolie chute'
- Tout dit : petit comptine à capella ; performance vocale incroyable.

Le disque ne fait que 39 minutes ; mais, comme l'indique la dernière chanson, à la fin, tout est dit. La plupart des chansons auraient pu être étirées au double; certaines sont extrêmement courtes. Mais c'est bon, pour une fois, d'entendre un album bourré d'idées exposées sobrement, et non de chansons poussives auxquelles on rajoute des couplets et ponts pour faire du remplissage.
Ce soir, j'ai été voir Camille en concert à Bordeaux ; le premier de sa tournée. Avec 3 musiciens (violon, piano préparé, contrebasse/percussions). Camille chante encore mieux en live que sur le disque. Elle est absolument bluffante, et peut vraiment tout faire en termes de registre vocal et de rythme. En outre, elle a un sens de la scénographie et du spectacle impressionnant. Une salle comble et comblée, à ses ordres...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 29, 2012 3:42 PM CET


TRESOR RETROUVE DES TEMPLIERS
TRESOR RETROUVE DES TEMPLIERS
par André Besson
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un bouquin complètement raté, 3 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : TRESOR RETROUVE DES TEMPLIERS (Broché)
J'ai lu ce livre un peu par hasard. Qu'est-ce que c'est mauvais!
Une histoire à dormir debout, basée sur un présupposé débile, qui essaie vaguement de surfer sur la mode Da Vinci Code. Une écriture ampoulée, lourdingue et maladroite. Avec ce qu'il faut de coquilles et fautes d'orthographe. Des personnages caricaturaux. Des rebondissements mous. Bref, impossible de rentrer dans ce salmigondis qui parle de tout sauf des Templiers...


Winterland
Winterland

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un achat in-dis-pen-sable pour les fans, et les autres, 3 octobre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Winterland (CD)
Un coffret indispensable pour les amateurs de J.H.
Un son magnifique, des interprétations prodigieuses, une entente parfaite entre les musiciens. Il est incroyable que ces enregistrements n'aient pas connu une diffusion plus large plus tôt, alors que tant de disques sans intérêt sont parus depuis 40 ans sous le label J.H.
Les inédits sont au moins aussi beaux que les morceaux déjà connus. Il y a là de très belles versions de Little Wing, Like a Rolling Stone, cool et subtiles, de Spanish Castle Magic et Sunshine of your love, inspirées et incendiaires. Trois Red House dont la variété et la beauté en disent long sur le génie du gars Jimi.
Le coffret est lui-même un bel objet, avec de très belles photos ' en partie inédites.


A Dramatic Turn of Events
A Dramatic Turn of Events
Prix : EUR 19,32

27 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une très bonne surprise !, 23 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Dramatic Turn of Events (CD)
DT était attendu au tournant avec cet album. D'une part, les précédents, quoique tout à fait écoutables, montraient un certain épuisement de l'inspiration du groupe, voire de son envie de jouer. On était plus dans l'exercice de style parfaitement maîtrisé que dans la joie de créer. D'autre part, le départ de Portnoy laissait craindre une remise en cause radicale de l'alchimie du groupe, compte tenu du rôle central qu'il y occupe depuis le début. Ces deux craintes sont infondées.
N'exagérons rien : le dernier opus n'est pas révolutionnaire. Il n'en est pas moins très convaincant, et même empreint de la fraicheur qui faisait un peu défaut aux précédentes productions du groupe.
Le son d'abord. DT nous a toujours habitués à une production de haut vol. ADTOE fait mieux encore : le son est plus aéré que sur les derniers albums, et laisse parfaitement entendre les différentes couches instrumentales, même dans les morceaux les plus complexes et bruyants. La batterie est moins présente que par le passé (peut-être l'était-elle trop, en raison du leadership de Portnoy) et manque parfois un peu de coffre (caisse claire). La basse de Myung est un peu plus audible que par le passé, mais toujours trop en retrait ; il faut une chaîne à 10.000 Euros pour l'entendre correctement. L'ensemble présente une image spatiale assez impressionnante, qu'on ne retrouve habituellement que chez un Devin Townsend.
Les compositions : elles ne révolutionnent pas le genre, mais sont accrocheuses et évitent les tartes à la crème. Certaines abusent un peu du genre « wouah, vous avez vu comme c'est compliqué ? », mais restent mélodiques. Quelques morceaux auraient pu être un poil plus courts, mais il n'y a pas sur ADTOE de remplissage comme on a pu en connaître par le passé. L'ambiance est familière dès la première écoute, mais on sent tout de suite qu'un effort a été fait pour soigner les mélodies, éviter l'auto-plagiat et se garder des refrains simplistes façon FM des années 80.
Les musiciens : sans surprise, tout le monde sait toujours aussi bien jouer. Petrucci se distingue par un très beau son, et des solis soignés. Il parvient même à jouer dans un registre plus bluesy, en faisant attention au touché et en parvenant à nous émouvoir ' ce qui n'a jamais été son fort. Myung est égal à lui-même : excellent' quand on l'entend. Ruddess a lui aussi veillé à la chaleur de ses interventions, allant piocher dans les bibliothèques de sons Hammond, et évite les soli au kilomètre ; mais on reste parfois frappé par le mauvais goût de certaines des sonorités qu'il propose ' façon orgue Bontempi en démonstration chez Carrefour. La voix de Labrie semble, elle aussi, plus chaleureuse que par le passé, plus audible, moins caricaturale et mièvre, même sur les morceaux les plus sirupeux (et il y en a 3). Certains continueront de détester son phrasé maniéré (façon « constant moootioaaaaââânnnnnn ») et ses respirations, et je comprends pourquoi, mais les fans de la première heure seront a priori ravis qu'il ait abandonné sa prétention à chanter dans des tessitures death qui ne lui conviennent pas, et qu'il donne de la voix dans le registre clair où il excelle.
Globalement, l'album est moins heavy que les précédents : tant mieux. DT n'est, à mon avis, pas convaincant quand il fait du Metallica, ou parvient juste à être aussi ennuyeux qu'eux, sans être crédible quant à la rage de jouer. En outre, Labrie ne sait vraiment pas chanter dans ce registre ; il n'effraierait pas un enfant, et fait rigoler même ses fans les plus endurcis. Quant aux vocalises de Portnoy, qui a toujours chanté faux comme un élève de 4°, on est content d'en être libérés.

Au total, cet album n'est pas une révolution, mais un très bon disque. DT semble avoir retrouvé une voie qui lui convienne mieux, et opère une sorte de retour aux sources, époque Scenes from a Memory. Quant à Mangini, il s'en sort parfaitement ' ce qui n'est pas étonnant compte tenu des aptitudes qu'il a déjà démontrées par le passé, notamment avec Vai.
A l'écoute de cet album, on comprend mieux pourquoi Portnoy a soudain compris qu'il avait fait une grosse bêtise en quittant le groupe, et qu'il explore désormais les voies juridiques d'empêcher le groupe de continuer sans lui. S'il est parfois difficile de remplacer un chanteur ou un guitariste, remplacer un batteur, même de la trempe de Portnoy, n'est pas chose impossible à une époque où virtuoses et musiciens inspirés abondent.
Dans le cas de DT, j'ai même le sentiment que ce changement de casting a redonné un peu d'air au groupe, en ne le contraignant à organiser systématiquement toute la musique autour de la batterie et à suivre Portnoy dans sa recherche du morceau qui tue. Portnoy reste un batteur incroyable, et l'écouter est toujours un plaisir. Mais on ne peut produire 70 minutes de musique nouvelle chaque année en se focalisant autant sur sa batterie et ses obsessions rythmiques.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 26, 2011 4:46 PM MEST


Where The Wild Things Are
Where The Wild Things Are
DVD ~ Steve Vai
Prix : EUR 21,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Formellement excellent, mais d'un ennui assez mortel, 15 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Where The Wild Things Are (DVD)
Ouvrons l'épineux dossier Vai. Je suis un fan de la première heure, qui a suivi toute la production de Steve Vai depuis ses débuts avec Zappa. A la différence de nombre de guitaristes virtuoses apparus dans les années 1980, Steve Vai n'est pas qu'un shredder : c'est un vrai musicien, inspiré et cultivé, doté d'un son, d'une tonalité et manière de jouer uniques, sachant bien s'entourer, cultivant un certain bon goût musical, polyvalent et capable d'évoluer dans des styles très divers.

Malheureusement, et le problème n'est pas propre à Steve Vai, il est très difficile, même (surtout?) pour un musicien de très grand talent, de rester créatif sur le long terme. Steve Vai joue toujours aussi bien, apporte toujours le même soin maniaque à la production de ses enregistrements, explore différentes pistes pour se renouveler. Simplement, il ne convainc plus. Ce DVD illustre très bien cette difficulté. Vai a profondément renouvelé son groupe, en y intégrant notamment deux violonistes. L'idée est louable, mais quid du résultat ?
A plusieurs reprises, je me suis installé confortablement pour regarder ce concert. A chaque fois, ça a été la même chose : l'image est somptueuse, le son prodigieux, les musiciens excellents. Tout le monde sourit, a l'air complice, inspiré, attentif au public, désireux de donner le meilleur de lui-même. Steve Vai est élégant, aimable et entretient un dialogue plein d'humour avec ses comparses.

Le problème, c'est que tout ça est d'un ennui assez prodigieux. Les morceaux les plus récents sont assez barbants ; Vai n'a pas composé, à mon avis, un seul morceau remarquable depuis la fin des années 1990. Le traitement des anciens titres est assez convenu, et on ne voit pas bien quel est l'apport des nouveaux musiciens - notamment des violonistes qui font beaucoup de remplissage. On regarde tout ça, assez détaché, en se demandant quand cela va finir et en espérant que le prochain morceau sera plus excitant. C'est limite gênant, tant les musiciens semblent faire des efforts pour montrer qu'ils s'amusent et prennent plaisir à jouer. Vai a toute une garde-robe - assez ridicule ; il s'en moque lui-même - et s'essaie à des pas de danse pour faire monter l'ambiance, mais tout ça est bien poussif et emprunté.

Pour le dire autrement : ce concert manque diablement de spontanéité. C'est rôdé, convenu, déjà entendu, dépourvu de passion, artificiel. On a aussi l'impression que Vai essaie de suivre l'évolution de son public, qui a nécessairement vieilli, s'est éduqué et embourgeoisé. Il propose donc un spectacle plus posé, plus sophistiqué. On peut amener sa copine voir la nouvelle formation de Vai sans qu'elle ne se scandalise de ce qui se passe sur scène ou de la musique produite ; mais quel ennui !

Il est difficile de dire exactement ce qui cloche : je mets ça globalement sur l'usure de temps et sur le fait que Vai se pose probablement trop de questions... J'espère sincèrement qu'il saura à nouveau me surprendre avec un disque ou un projet. Mais, décidément, je n'arrive pas à accrocher à ce projet.

Trois étoiles quand même, parce que Vai reste un musicien exceptionnel dans un océan de médiocrité.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 12, 2014 4:57 PM MEST


Addicted
Addicted
Prix : EUR 13,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Devin au top, comme d'hab. Anneke le rejoint., 4 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Addicted (CD)
Tout a été dit dans les autres commentaires sur les qualités de cet album. DT, malgré le temps, continue de produire avec régularité des albums sans point faible: compositions entêtantes, production unique (le son DT, que lui seul possède), musiciens hors pairs, ambiances sans cesse renouvelées.
Je ne connais pas d'autres musicien qui soit capable d'une telle constance. Les vidéos du making off du disque sur Youtube en disent long sur la manière dont DT est habité par sa musique, en ébullition permanente.

Le plus à souligner ici: Anneke. Voix d'ange qui a marqué tous les amateurs de heavy metal et, plus récemment, de pop de qualité (si, si, c'est possible), que l'on retrouve ici avec une puissance incroyable. Quel régal! Un CD à acheter, ne serait-ce que pour Hyperdrive, reprise jubilatoire d'un titre de Ziltoïd. Une grande claque.


Accelerated Evolution
Accelerated Evolution
Prix : EUR 20,07

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album très addictif, 4 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Accelerated Evolution (CD)
Voici un album très sous-évalué.
A la première écoute, il n'est pas très différent des autres albums de DT. Soit. Mais qui peut se réinventer totalement à chaque disque? Qui a envie que DT change tout?
En outre, quelle qualité! Le son énorme, propre à DT. Les musiciens incroyables: batterie insensée, mur de basse, rythmiques au cordeau. Des compositions entêtantes: écoutez attentivement Storm et Deadhead deux fois, et vous vous relevez la nuit pour les réécouter.
Ce qui frappe dans cet album, surtout, c'est le chant: DT mêle les registres de façon étonnante, passant en un instant du murmure au hurlement le plus déchirant. On l'a souvent entendu donner de la voix, notamment avec SYL, mais là ça n'a rien à voir: ce gars vous file la chair de poule. Voyez Storm, incroyable.
Donc, un achat à recommander vivement, pour qui sait prendre le temps d'écouter et accepte de se laisser habiter par cette musique étrange.


Black Clouds & Silver Linings
Black Clouds & Silver Linings

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Pas génial, mais néanmoins bien fichu et très attachant, 10 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Clouds & Silver Linings (CD)
Allez, disons-le sans détour, c'est pas le meilleur album de DT. Je ne crois d'ailleurs pas qu'ils referont un jour un truc sensass.
Les défauts sont là: des répétitions, du déjà-entendu, beaucoup d'emprunts, une basse absente, une voix parfois casse-bonbons (surtout celle de Portnoy...), des solos de clavier assez irritants, des mélodies et arrangements lourdingues.
Reste que c'est bien fichu. Contrairement à pas mal de leurs albums récents, celui-ci est addictif; au début on est déçu. Si on y revient, on accroche davantage. Maintenant ça fait six mois que j'écoute cet album presque chaque jour. Et je dois dire, un peu honteux, que j'aime ça... Il y a des mélodies accrocheuses, une production magnifique (sauf la basse), une batterie comme d'hab bien présente et groovy, des parties de chant intéressantes, de beaux solos de guitare. Tout ça n'est pas d'un goût exquis, mais bon, ça s'écoute bien quand même et je vois pas qui fait mieux dans le genre en ce moment.


Le fait du prince
Le fait du prince
par Amélie Nothomb
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

8 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Comme d'habitude, c'est bâclé et pathétique, 13 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le fait du prince (Broché)
Comme d'habitude, A.N. part d'une idée amusante. Puis, plus rien. C'est mal écrit. Mal relu. Rempli de considérations navrantes, de name dropping et de références lourdingues, comme une chanson de Vincent Delerm. C'est court et pourtant ennuyeux. Quant à la fin, elle est juste pathétique. On dirait le devoir d'un mauvais lycéen, qui l'aurait fini en catastrophe le dimanche soir en regardant Navarro.
Comment un écrivain aussi nul peut-il encore trouver un éditeur?
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 7, 2010 10:07 AM MEST


Ziltoid The Omniscient
Ziltoid The Omniscient
Prix : EUR 23,74

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un CD génial et marrant (si, si...), 1 février 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ziltoid The Omniscient (CD)
Tout a été dit sur DT. On soulignera trois qualités de cet album atypique:
- un sens de la mélodie sans équivalent; même dans les morceaux les plus rentre-dedans, DT nous colle ses petites ritournelles dans la tête;
- une maîtrise instrumentale et technique incroyable; guitares, voix, basse, clavier, production. Tout est impeccable. Quant à la batterie, partiellement assurée par un logiciel, elle est des plus étonnantes, et pas trop soûlante;
- un humour ravageur. A priori l'objectif premier d'un CD n'est pas de faire rire, mais DT arrive à concilier le plaisir de la musique et celui d'une histoire très marrante.
A acheter sans hésitation, pour tous les amateurs de bonne musique.


Page : 1 | 2 | 3 | 4