Profil de Diego Tercero > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Diego Tercero
Classement des meilleurs critiques: 420.983
Votes utiles : 33

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Diego Tercero (Paris, France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
iPhone 3GS ~ Dock Connector Port Charger + Speaker Flex Cable Ribbon ~ Mobile Phone Repair Part ReplacementS
iPhone 3GS ~ Dock Connector Port Charger + Speaker Flex Cable Ribbon ~ Mobile Phone Repair Part ReplacementS
Proposé par Menko Telekom
Prix : EUR 7,99

5.0 étoiles sur 5 Parfait pour remplacement du dock, 3 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
J'avais un iPhone 3GS que je ne pouvais plus connecter à mon ordinateur à cause de l'oxydation du dock : je ne pouvais donc plus le recharger par USB et je ne pouvais plus synchroniser les données avec mon PC, notamment iTunes.

En achetant ce nouveau dock et en suivant les instructions fournies sur le site [...] j'ai pu remplacer tout seul le doc.
Depuis la synchronisation et la recharge sont rentrées dans l'ordre.

Excellent produit. Il a bien résolu le problème.


Domination
Domination
Prix : EUR 15,14

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'album qui m'a fait découvrir le death, 30 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Domination (CD)
J'ai découvert le death metal avec cet album il y a 12 ans et ça reste toujours la référence quand je veux faire découvrir ce style à quelqu'un. Il faut écouter Domination : l'ambiance apocalyptique et infernale tout le long de cet album est rendue de manière superbe par la terrible voix gutturale de David Vincent, le jeu de batterie ultra accéleré de Pete "The Feet" Sandoval et les surprenantes dissonances appliquées par Trey Azagthoth dans son jeu de guitare.

La composition originale lui donne une longue durée de vie d'écoute : on se surprend à redécouvrir des nuances 5 ans après l'avoir acheté, des détails dans certaines chansons qui re-soulignent leur intérêt. Mais attention, comme le disais quelqu'un dans un autre commentaire plus haut, il ne faut pas s'arrêter à la première écoute, cet album commence à devenir vraiment très très bon au bout de la 3ème ou 4ème écoute.

Les 4 titres qu'il ne faut pas rater :
1. Where The Slime Lives : lent, lourd, gras, trop bon
2. Eyes To See, Ears To Hear : le refrain et son riff sont d'anthologie
3. Dawn Of The Angry : le riff d'entrée et la vitesse de la batterie, un régal
4. Hatework : ce morceau pourrait être à lui tout seul la bande son des œuvres de Lovecraft dont Morbid Angel s'inspire souvent


Nevermind
Nevermind
Proposé par Dirty Deals!
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La claque des 90, 20 juillet 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nevermind (CD)
J'avais 14 ans lorsque j'ai découvert cet album.

J'étais accro à MTV et à l'époque passaient REM, Cranberries, les Beastie Boys et compagnie, lorsque le clip de "Smells Like Teen Spirit" est apparu sur l'écran.

Dès la première fois que je l'ai vu, j'ai pris un énorme claque et je me suis précipité sur cet album, que je n'écoute plus trop aujourd'hui : le LASER a lissé les sillons du CD tellement je l'ai écouté.

J'ai 30 ans aujourd'hui et si on devait me lâcher sur une ile déserte et on devait me faire choisir 1 seul album que je pourrais garder, ça serait celui-ci.

Il représente pour moi l'art de faire des morceaux intenses avec la composition la plus simple qui soit. L'art de faire de la composition efficace.

On reproche souvent à Cobain de ne pas avoir une belle voix et à sa musique de ne pas être très élaborée. Mais c'est que c'est justement ça sa magie : comment il a pu imprégner sa musique d'autant de mélancolie et d'énergie sans en faire des tonnes? Et sa voix est justement en parfait accord avec sa détresse. Quand on l'entend et quand on le voit en concert, on comprend ce que ça veut dire que de faire de la musique avec les tripes! Et il n'y a pas à tortiller : cet album est le meilleur des 4.

Pour peux qu'on soit en ados en quête d'un icône de rébellion on ne peut que devenir inconditionnellement fan de cet album, dont tous les morceaux deviennent, au bout de quelques écoutes, des morceaux de légende.


In On The Killtaker
In On The Killtaker
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cet album a changé mes repères musicaux, 30 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : In On The Killtaker (CD)
Que dire sur cet album si ce n’est que sa découverte a définitivement modifié mes repères musicaux ? Je pensais que le grunge et en particulier les Pixies et Nirvana resteraient à jamais dans le haut du classement, comme les points de référence à partir desquels j’allais inévitablement comparer tout le reste. Et puis… un cousin m’a fait découvrir « In On The Kill Taker » de Fugazi : quelle claque !

Depuis l’écoute de cet album la barre a été placée tellement haut que tout ce que j’écoute depuis n’arrive pas à me produire ne serait-ce qu’une onze des émotions de ce que j'ai ressenti en faisant sa découverte.

Cet album, c’est simple : c’est à chaque chanson, un frisson.

C’est des titres super mélancoliques comme « Rend It » (mon titre préféré de l’album et de Fugazi en général) : une voix déchire l’ouverture de ce morceau, mise en relief par le silence total ambiant ; on a juste un cri de désespoir qui sort du fond des tripes "Why don't you come to my houuuuuse? Why don’t you drag me right out ?" Enorme…

Et puis il y a ces boules d’énergie comme « "Public Witness Program" ou « Walken’s Syndrome » (écoutez un peu la ligne de basse sur ce morceau… rhaaaa). Et en parlant de ligne de basse, écoutez « Sweet And Low », morceau instrumental groovy cool.

Le sentiment qui domine tout au long de cet album est que chaque morceau est joué et chanté du fond des tripes : c'est le chant et la compo avec toute la franchise et spontanéité que l'on attend des bons groupes indés et qu'on retrouve sans concessions avec Fugazi sur cet album.

Les rebondissements sont énormes, des surprises à chaque recoin d’accord : j’ai tellement été habitué avec le grunge et le métal à anticiper que tel accord devrait enchainer avec tel autre et paf ! Fugazi en décide autrement et avec quel génie.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 6, 2013 9:34 AM CET


Comprendre XSLT
Comprendre XSLT
par Philippe Rigaux
Edition : Broché

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent ouvrage de référence, 3 octobre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comprendre XSLT (Broché)
Excellent ouvrage de référence et d'initiation à XSLT. C'est, en ce qui me concerne, LA référence en la matière. Avec une initiation très bien illustrée par l'exemple du langage de requêtes XPath je considère cet ouvrage incontournable. En prime, on y trouve aussi une initiation très pédagogique à XML et aux DTD.

Les exemples intéressants sont omniprésents et accompagnent de manière rassurante le lecteur dans son apprentissage. J'y ai trouvé une réponse à toutes mes problématiques : initation à XML, aux DTD et transformation de XML en XML, de XML en HTML et de XML en PDF (XSL-FO). Tout y est.
Bien que l'auteur fasse en dernière partie, plus volontièrement réference aux API XML Java, il reste parfaitement applicable aux parseurs MSXML (je développe avec et je n'ai pas trouvé à présent d'incompatibilités).
En guise de conclusion, je pense que cet ouvrage aurait pu, sans modestie, s'appeller "Comprendre XML ET XSLT". Mon seul regret est que, avec tout l'effort porté à initier le lecteur sur XML et ses technlogies satelites (XQuery, XLink...) si peu d'attention ait été portée sur les Schémas (ou XSD) qui devient à présent la référence en matière de validation de documents XML. Peut être qu'à l'époque de sa parution (première édition) ce constat était moins évident ? De toutes façons, c'est point est hors-sujet, et on peut considérer toutes ces explications annexes comme du pur bonus par rapport au vrai sujet du livre : XSLT, qui lui est traité de manière exhaustive.
C'est pourquoi je donne 5 étoiles sans hésitation.


Doolittle
Doolittle

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Doolitle et les Pixies, c'est spécial, 7 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Doolittle (CD)
De l'ensemble de commentaires présents ici, je crois que vous avez compris l'essentiel : les Pixies c'est spécial.
C'est un de ces groupes que l'on ne peut pas pas s'empêcher de mettre tout de suite en tête de liste de ses groupes préférés, je voulais avoir mon mot à dire là-dessus car je pense qu'on ne dira jamais assez combien ce groupe était génial et j'ai choisi de vous conseiller Doolitle en particulier car c'est sans aucun doute le plus abordable pour ceux qui ne connaissent pas encore les Pixies, mais aussi le plus travaillé au niveau de la production.
Comment expliquer simplement ce que l'on ressent quand on écoute Les Pixies ? On a cette étragne sensation que ça c'est vraiment du rock authentique et original, de la musique qui sort des tripes. Pas étonnant que ça a ait influencé autant de groupes par la suite (dont Kurt Cobain de Nirvana de son propre aveu : 'Smells Like Teen Spirit could have been a Pixies song').
Je ne sais même pas quel morceau vous conseiller en particulier tellement ils sont tous géniaux... allez, je vais dire 'Debaser' et ses paroles déjantées inspirées du film 'Un perro Analuz' de Luis Buñuel, oh et puis 'Tame' aussi... et bien sûr 'Gouge Away' et sa flippante intro de basse, un bijoux.
Un conseil, lorsque vous commencerez à vous lasser d'écouter Doolitle (après 10 ans d'écoute peut-être, moi je n'y suis pas encore arrivé), ruez vous sur le reste, et en particulier sur 'Surfer Rosa', qui est avec Doolitle, a mon avis, les deux disques qui détiennent les plus l'essence de ce groupe mythique.


The Blue Album
The Blue Album
Prix : EUR 7,00

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Référence Rock Années 90, 25 avril 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blue Album (CD)
Voilà ce que j'en dis. Avec cet album les Weezer nous ont prouvé une fois de plus l'efficacité du style de composition des Pixies et de Cobain. 'Verse Chorus Verse', pas du tout prise de tête et très accrocheur.
Rien de techniquement compliqué, le secret de l'accroche est dans la naturalité de arrangements qui coulent d'eux mêmes. Guitares saturés à la mode 'grunge' et ambiance tantôt gaie 'Buddy Holly' tantôt mélancolique/déprime 'Say it ain't so'. En tout cas... autant dans les paroles que dans le style musical on sent bien une atmosphère 'geek/nerd' dans laquelle beaucoups se reconnaîtront (écoutez 'In the garage' pour comprendre ce dont je parle).
Enfin, s'il y a un morceau sur lequel personne ne reste insensible c'est bien 'Undone (The sweater song)'. Ecoutez donc l'intro, c'est avec ce tube qu'ils ont démarré sur MTV lorsque le disque est sorti et c'est sur ce morceau que j'ai moi-même accroché.


Page : 1