undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici NEWNEEEW ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Acheter Fire Jeux Vidéo
Profil de Ramone the Snake > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Ramone the Snake
Classement des meilleurs critiques: 1.799
Votes utiles : 5179

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Ramone the Snake (France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Howlin'
Howlin'
Prix : EUR 20,00

5.0 étoiles sur 5 La suite inespérée mais tellement logique, 23 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Howlin' (CD)
70 piges et toujours vert le géant Havrais. Incroyable disque pêchu, sensuel, plein de râge de hargne contenue, de riffs qui vous cognent le ciboulot, du blues rock made in chez nous, dont ce formidable petit bonhomme porte l'étendard depuis tant d'années, avec des bas (qui sont fort fort lointains), et de plus en plus de" très-hauts". Production nickelle, gros son, avec un clip de support parfaitement sympa, tourné dans un troquet en toute simplicité, et sincérité, à l'image de Roberto, qui finit sa magnifique carrière en roue libre, complètement décomplexé, obnubilé par ses racines, se foutant pas mal de tous les médias, modes, et circuits préfabriqués. Génial mon pote une fois de plus.


Little Prayer
Little Prayer
Prix : EUR 1,29

5.0 étoiles sur 5 God bless you Little BaStard, 19 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Little Prayer (Téléchargement MP3)
Moins de 40 minutes de rock pur, propre, net et sans bavure qui sonne bon le rythm'blues et la sincérité des bas fonds ruisselants de sueurs du Havre. Produit au Robert Plant Studio de NYC en partie, et par Southside Johnny himself, avec GG.Gremy à la six cordes qui avait été le guitariste de LBS pendant la première période. Autant on peut peut être critiquer, ou faire la moue à l'écoute de certains des premiers albums (un peu brouillons, un peu trop fouillis, un peu trop criards), autant celui ci rallie tous les suffrages. Déjà la pochette est plus sympa, le son est superbe, et il contient à peu près tout ce qui fait l'excellence de type formidable. Rock, rythm'blues, rockabilly, qu'il balance comme un damné, du haut de sa voix éraillée, avec en prime une reprise absolument géniale de Marc Minelli "So Crazy"(qu'il s'approprie littéralement comme il le fera plus tard avec "Hush", sans doute la meilleure version de ce standard). 5 étoiles mon pote et merci pour toutes ces années.


The House Of Love
The House Of Love
Prix : EUR 11,00

5.0 étoiles sur 5 5 finalement, 13 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The House Of Love (CD)
J'ai hésité un peu avant d'en mettre 5, mais bon, je l'ai ré -écouté avec un plaisir quasi intact, c'est bon signe . Le "4 étoiles" serait venu du souvenir "polluant" d'une prestation live 1993 à Poitiers dans une salle cradoque surchauffée et enfumée, qui m'avait franchement déçue. Album de la consécration avec le tube "Shine on", pourtant loin d'être le meilleur morceau de l'album, mais qui était parfaitement calibré pour les radios pseudo-branchées de l'époque. Plus vraiment mon truc mais çà passe encore bien, malgré mon aversion initiale ...j'avais en effet trop peur d'entendre les pleureuses de Coldplay qui comme le signale un des critiques précédents, ont du écouter House of love ..un max !! la voix de Guy Chadwick, les mélodies, la construction et la production des morceaux, le son ne sont pas sans rappeler ceux de Chris Martin and Co. "The House of Love" faisait partie de la scène indé londonienne des années 80, avec un son rock un peu psyché, mais très british . Terry Bickers guitariste fin, discret, élégant, me faisait penser à un Gilmour qui aurait fait de la pop musique. Ok pour les références à" Echo and the Bunnymen" en plus poppy, aux "Smiths" en moins dépressifs, aux "Undertones" en moins rock, aux fabuleux "Stone Roses", moins prétentieux que Liam et son frangin dégénéré, et sans doute moins efficaces que Blur ... mais aussi aux glorieux ainés !! Et plus que les "Beatles and the Stones", c' est surtout vers les KINKS, que ce beau disque lorgne à mon avis. Ecoutez donc "Hedonsit".et "Don't know why I love you'.. on peut y entendre la voix "saupoudrée " de Sir Ray Davies. Rien à jeter toutes les chansons sont des hits potentiels, avec un premier titre magnifique, " Hannah", et son intro très longue, entêtante, monocorde, sur laquelle vient se greffer la voix de Chadwick, puis les chœurs des deux autres guitaristes, avec un refrain qui explose, avant de revenir au thème de l'intro. Mais en fait tout est bon, aucun remplissage, ils avaient d'ailleurs jouer la totalité de disque ce soir là .. il y a fort fort fort longtemps. Un album que n'auraient pas renié les Fab Four surtout du point de vue mélodique. Deux très bons premiers albums, celui là s'appelle" rien", ou "Butterly", sans doute un rapport avec la pochette ?? (mdr), ou "House ol love", ou même "Fontana", en raison d'un différent avec leur première maison de disque. Le troisième ce doit être "Babe rainbow" avec une pochette digne de celle des Graham Parker, et totalement inintéressant (je pense que le line up avait sérieusement bougé à cette date). Mais pour les nostalgiques de la pop british 80, ... difficile défaire mieux.


Live in Detroit
Live in Detroit
Proposé par Japan-Select
Prix : EUR 45,89

5.0 étoiles sur 5 Vieillir comme Peter FRAMPTON, 28 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in Detroit (CD)
... c'est pas donné à tout le monde !! Magnifique album enregistré 25 ans après le multi platine "Comes alive", et avant une traversée du désert en raison de mauvais choix artistiques ("I m in you " et sa pochette débile qui empêchait tout hardos qui se respectait de l'acheter, l'immonde "Sgt Peppers", dans lequel s'était également compromis un gang de Boston bien connu, aux côtés d'australiens sous oetrogènes...), et puis il y a eu cet accident de voiture, qui fût semble t il à l'origine de son addiction à certains produits.... mais ce serait trop réducteur, et une façon assez simpliste d'oublier que Peter Frampton en plus d'être un type charmant, bien élevé, respectueux de public ( concert de Paris il y a qqs années), est un très bon chanteur et surtout un fabuleux guitariste, un bon compositeur, et que ce garçon a un CV a en faire pâlir plus d'un ! qu'il a joué dans "Humble Pie", avec Bowie, qu'il a travaillé sur "Almost famous", relatant l'histoire d'une groupe imaginaire "Stillwater", et sorti plus de 20 albums. et que même Rock et Folk a fini par classé l'un d'entre eux dans sa dernière liste des indispensables .... et surtout qu'il a continué à jouer la musique qu'il aime, ce rock américain teinté de blues, bien carré, lorgnant vers ses glorieux ainés british comme lui, mélodieux, agrémenté de ses superbes solos, et interprétés par sa belle voix un peu rauque, légèrement voilée avec l'âge. Il est ici en compagnie d'une formation simple comme il l'affectionne tant : keyboards avec l'inamovible Bob Mayo, Tchad Cromwell aux drums, et John Regan à la basse. ; son impressionnant de limpidité, voix et choeurs superbes, magnifique symbiose avec un public conquis d'avance .Le choix des morceaux me parait parfait également ; "Lying" en intro pour chauffer gentiment la salle, puis "Line on my faces" superbe, un "Show me the way", qu' il peut désormais se permettre d'inclure dans le milieu du set, et non plus en sempiternel rappel. Celui ci est confié au fabuleux "Don t need a doctor " version excellente digne de celle de John Mayer. Mais les grands moments sont foisons avec notamment un classique 'Do you feel like I do", un peu moins long que sur Comes Alive, et surtout un monumental "Can't take that away", avec des multiples solos; le public qui chante en choeur avec lui, et son imparable tempo qui vous rentre dans la tête pour la journée. Ce show me fait penser à un concert de Mark Knopfler, richesse et variété du répertoire, qualités sonores, vocales, richesse et sobriété des accompagnements. Totalement nécessaire si vous aimez ce type génial, souriant, et qui vous donne envie de vieillir comme lui !


The Complete Concert By the Sea
The Complete Concert By the Sea
Prix : EUR 10,25

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 INCONTOURNABLE, 27 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Complete Concert By the Sea (CD)
60ème anniversaire de l’enregistrement du “Concert By the Sea” le plus bel album « live » du trio d’Erroll Garner, une réédition magnifique : 3 CDs avec un format original, mais qui vous empêchera de le ranger dans votre discothèque habituelle !! un peu trop grand (genre de "Vitalogy "de Pearl Jam) “The Complete Concert By The Sea”, comprend donc : l’intégralité du concert remasterisé à partir des bandes originales 'sur deux CD) et l’album original avec 11 titres inédits (22 en tout) . Pour l'histoire de ce self made man souriant, toujours tourné vers le public, petit bonhomme classieux sur son tabouret réhaussé parfois par des bouquins !! ), voir sur le net ou les critiques précédentes. Cet enregistrement tient quand même du miracle vues les conditions (magnéto d'un admirateur), et l'endroit (église transformée en base militaire quelque part en Californie), oui il a eu lieu, et à mon avis devait pas y avoir foule !! . Je suis sincèrement convaincu que la personne qui a gravé sur une bande pourrie ce concert ne pouvait se douter que celui ci allait devenir légendaire, un joyau incontournable de l'histoire du jazz ! c'est (je l'ai lu !), la productrice d 'Eroll Garner qui a demandé à écouter les bandes à la fin du concert, et encore je crois que le premier disque est sorti assez longtemps après, avec 11 morceaux seulement. De plus sur la première édition, il faut une écoute attentive pour deviner la section rythmique. C est un disque de jazz mais ici point de délire solitaire, point d'innovation '"free", et pourtant il avait la réputation de modifier toutes ces versions en concert, et de ne jamais jouer un morceau deux fois de la même façon ! Cà swingue, c'est gai, çà bouge, les morceaux sont relativement courts. c'est accessible à tous ceux qui ont quelque chose entre les deux oreilles. Reprises superbes dont « Autumn leaves » « It’s wonderful » « Caravan » de Sir Duke ! . C'est tout simplement flamboyant, avec en prime un packaging digne de ce chef d'oeuvre, livret, et la très belle pochette aux couleurs vives. A mon avis l'interview de 15 minutes n'était pas nécessaire, et mes oreilles de profane me font remarquer qu'on n'entend pas assez les deux musiciens qui l'accompagnent (basse et batterie). C'est une remarque, pas une critique. Totalement indispensable, et inter générationnel !


All You Can Eat
All You Can Eat
Prix : EUR 21,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 INCREVABLES, 27 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : All You Can Eat (CD)
Des mecs de ce calibre, aussi normaux, aussi sympas , souriants, complètement en dehors du star system, fidèles à eux mêmes et à leur fans, et bien sincèrement je n'en connais pas tant que çà " 'Double live " : Superbe objet 2 CD et DVD avec des prises au Japon, devant un public aux anges ! Bowes et ses potes (car ce sont de vrais potes), nous offrent ici une de leur production les plus abouties. Cà frise la perfection sonore, visuelle, même si la play list aurait pu encore être étoffée de quelques morceaux surprises, moins fréquemment interprétés. Superbe livret, son incroyablement parfait (j'entends la basse sur tous les morceaux !), voix de Danny intacte. C'est le genre de groupe qui ne déçoit jamais en concert (devant 100 gus un soir à l'Elysée Montmartre en 199 .., ou devant la fosse aux Monsters ou à Wacken). Il faut absolument voir le DVD qui est fourni avec ce double album. c'est la mode et bien souvent je ne les regarde plus, mais celui là, va finir par rallier les derniers septiques sur les capacités de ce fantastique groupe : habillés comme vous et moi, jeans tee shirts, ou chemisettes, pas de perruques, ni de frisettes, une sincérité, une spontanéité, qui vous laisseront sur le c... ! On peut vieillir et continuer à faire du rock ; Thunder en est la preuve éblouissante. Et cette fois des reprises qui leur collent plus à la peau dont "The Stealer " de Free, "up around the Bend" CCR, et et "I m down " des Fab four. Ne les loupez pas si vous avez la chance de les voir avant qu'ils ne s' épuisent !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 7, 2016 10:14 AM MEST


Howlin Wind
Howlin Wind
Prix : EUR 10,52

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 PREMIERE CLAQUE, 23 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Howlin Wind (CD)
et première baffe pour la pochette, caractéristique assez remarquable, et immédiatement reconnaissable chez le londonien, pas né en Irlande (même s'il a une place réservée aux côtés de Rory et de Phil) . A l'heure du CD (presque mort), et du téléchargement, d'accord ... on s'en cogne un peu, mais à l'époque du" dites 33 Lady Doctor".... çà faisait quand même tâche. Jamais compris pourquoi il a laissé ses chefs d'œuvres sortir avec des pochettes aussi nulles, sans intérêt, et ne me dites pas que c'était dans l'air du temps, car comme un bon pinard, il a remis çà pour la reformation avec une pochette atteignant carrément les sommets de l'horreur (le retour des morts-vivants), pour le "un peu moins bon" "Three Chords good". Hallucinant, avec le Rainbow derrière. Incroyable, mais après tout peut être finalement conforme au bonhomme. "C'est pour la musique que vous achetez mes disques n'est ce pas ??" T'as raison Graham, n'empêche que celle de "Parkerilla " est géniale. Première baffe donc, une fois passé le choc visuel : il reste la musique intemporelle, nerveuse, riche, dense, variée, sans tâtonnement hasardeux pour un coup d'essai. On sent les racines, les influences, mais en même pas la touche personnelle notamment dans les textes, la perfection dans l'accompagnement, la voix juste, éraillée, comme j'aime, l'écriture, le feeling, le shoot scénique. Immense album comme à peu près tout ce que continue à sortir ce type hors norme, hors circuit. Graham, je n'ai pas pu assisté au concert de la reformation à Paris (cadeau d'anniv 54 ... d'un de mes potes... "Train's strike ".. alors stp pourrais tu plonger dans ton inspiration sans limites pour m'écrire un truc devant mon désarroi à la gare de Saint Nazaire quand j'ai vu le trajet annulé . du genre : Song for a very old frustated fan ! ce serait cool. Ce disque est évidemment indispensable pour tous ceux qui ont quelque chose entre les oreilles, il faut vraiment l'acheter les YEUX FERMES.... çà évite de voir la pochette en prime !!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 24, 2016 9:50 AM CET


All Times Through Paradise (Coffret 4 CD)
All Times Through Paradise (Coffret 4 CD)
Prix : EUR 17,82

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 TOTALEMENT INDISPENSABLE, 21 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : All Times Through Paradise (Coffret 4 CD) (CD)
Coffret du niveau de celui des Stranglers "The old testament UA years"; CD les 3 premiers albums de 76 à 79 avec des bonus, et un album live enregistré à Londres (1977) lors de leur premier séjour sous la houlette d'EMI ( 250 minutes de musique, 4 CD un très beau livret de 18 pages, avec texte sur chacun des albums dans l'ordre chronologique, plus d'une vingtaine de photos du groupe à ses débuts) Je ne les ai jamais vus sous cette formation initiale (sans doute la meilleure, quoique sur "Monkey Puzzle" (4 ième album et premier sans sans Ed Kuepper), la magie opère encore. J'ai vu il y a peu un document" sérieux" genre "Arte-libé-téléramage etc ", "The saints Documentary 2015", censé relaté l'histoire du groupe, et qui n'est en fait qu'un vulgaire ramassis démago-politico-mélo-social sur le mouvement "punk " , agrémenté des discours racoleurs habituels, et qui ne révèle pratiquement rien sur le combo. Seuls intérêts quelques apparitions fugaces des 4 premiers musiciens, très justes et posées. Vieillissent pas très bien physiquement sauf peut être Ed mais ,lui aussi méconnaissable. Chris c'est un peu Robert Plant en brun, mêmes kilos, mêmes rides... mais même intelligence du regard. .Quelques invités dont "Sir" Bob Geldof teint en blond pour l'occasion, encore plus ridicule que d'habitude : il place " Saints des Pistols et Ramones" au même niveau de créativité, et d'importance dans la "révolution " musicale. Cà m'a toujours fait marrer gravement ce genre de discours de l' " établishement bien propre sur lui" (Môsieur Live-Aide-moi-d'abord") , surtout quand on voit tout ce que ces guignols sont devenus. THE SAINTS n'avait rien à voir avec tout çà. peut être avec les Ramones ? ( Chris Bailey aurait dit en entendant le premier single des Ramones " Fu... ils ont pris noter son" ! The SAINTS est avant tout un groupe de rock australien, qui ne se réfère en rien aux racines habituelles, un groupe qui d'emblée a sa propre personnalité, ses compos, un chanteur exceptionnel, un son, et qui n'a jamais eu besoin d'en faire trop sur scène ! En fait comme la plupart des grands groupes de là bas : Angel City, Midnight Oil, AC DC Men at Work Rose Tatoo ... Une autonomie, une indépendance, une liberté dans leurs choix musicaux ; THE SAINTS a pu ainsi se permettre sur son deuxième album "Eternally yours" de balancer des cuivres, en les invitant en prime sur un clip flouté, loufoque "Know your product", comme pour se détacher encore plus de cette étiquette "EMI a SON groupe punk" qu'avait voulu leur coller la maison de disques. THE SAINTS étaient plus normaux, moins racoleurs, moins revendicateurs, s'habillaient normalement, se coiffaient comme moi, mais c'étaient sûrement de meilleurs musiciens, compositeurs, ou du moins mélodistes que la plupart des groupes, ou des intervenants de ce documentaire, que je vous déconseille fortement. Rien à jeter dans ce coffret : les disques s'écoutent facilement sans lassitude, 79 morceaux, pratiquement que des compos originales (hormis quelques clins d'œil à Stax ("Security" d'Otis Redding repris aussi par les Inmates et un morceau d'Aretha Franklin "Save me"). The SAINTS réussissent même l'exploit de rendre audible "River deep et Moutain High". Le son du live est tout à fait correct à mes oreilles. Je les ai vus 2 fois dont une fois avec Jeanine Hall à la basse, et j'ai revu Chris Bailey en concert acoustique ensuite (un brin décevant malgré une qualité vocale intacte). Pas d'étiquette, un simple et excellent groupe de rock. ! A posséder absolument, même si vous avez comme moi les originaux : bonus, Live, livret. Seul bémol ... le boitier horrible, fragile, avec la crainte dès l'ouverture que le ou les Cd ne finissent par terre...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 7, 2016 10:12 AM MEST


Revolucion
Revolucion
Prix : EUR 17,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bad and Good news..., 20 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revolucion (CD)
Retour du club des " testostéronés", des vieux briscards, des gros bras (bides aussi un peu ...), avec un line up qui aura sûrement encore changé le temps de la tournée prochaine (sont annoncés à Wacken et dans quelques autres rassemblements type " Folles journées"). Ce n'est plus Jon Stevens qui chante, mais John Corabi qui a hurlé un temps chez Motley Crue, et même chez Ratt... reconversion largement supérieure à ces précédentes. performances dont l'intérêt avoisine le néant-glam-ricain..me fait penser à Sammy Hagar ce type. .Sous une apparente banalité "pas prise de tête", Dead Daises , .est un excellent groupe de mercenaires, dont je n'arrive pas à suivre les line-up... C'est du basique, c'est sur : si vous aimez le rock australien (Jimmy Barnes voire AC/DC période Bon Scott , qui lorgne aussi vers Bad Co, Deep Purple (reprise de Hush, excellente) ou les Georgia Satellites par moment, cà devrait vous plaire !...Ambiance Chickenfoot, avec une expérience scénique, vocale, et musicale cumulée assez impressionnante !! Cà dépote sévèrement. Pendant un court moment, dans cette auberge australo-américaino-british, il y a eu l'équipe "réserve " de Whitesnake : Dough Aldrich, Marco Mendoza, et Brian Tichy (ces deux derniers devraient être présents sur la prochaine tournée, à moins que Tony Clufetos comme le souligne un amazoniaque précédent ) ; Au moins 4 ou 5 titres porteurs, superbement interprétés, "Midnight Moses" reprise du Alex Harvey Band ,encore plus musclée, plus roots, "Mexico", et son clip débile , "Empty heart" , une balade cool mais pas niaise "Something I said": C'est çà la bonne nouvelle. ! Alors la mauvaise : c'est pour Coverdale justement, John Corabi et ses sbires ouvrent pour lui..." David ..." Solupred au moins 100 mg, au moins 1 heure avant de prendre le micro".. Bon courage


Doolittle
Doolittle
Prix : EUR 11,62

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 scotcheese...., 5 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Doolittle (CD)
je viens de me le refaire en totalité.... soit 38 minutes et 47 secondes...çà va c'est pas trop long. on est tous d'accord c'est génial. faudrait que je trouve quelque chose d'original ou qui alimente un embryon de discussion... je le remets et je vois ce que je peux faire!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 25, 2016 4:54 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20