undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de odysseus > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par odysseus
Classement des meilleurs critiques: 6.510
Votes utiles : 140

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
odysseus

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Houses of the Holy
Houses of the Holy
Proposé par DVD Overstocks UK
Prix : EUR 16,18

2.0 étoiles sur 5 Un disque qui sent le vieux, 6 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Houses of the Holy (CD)
On peut s'enchanter de l'usage anecdotique des mesures impaires, cela ne suffit pas à reclasser cet album non pas varié mais incohérent et si daté que le terme de ringardise s'impose d'évidence. A l'écoute ce sont des images non pas psychédéliques mais d'autres tirées de films français du début des années soixante-dix qui surgissent contre toute volonté. Les compositions sont faibles, resucées de plans bluesy et riffing primaire, les détours funk et reggae scolaires, les intermèdes instrumentaux insipides (the rain song), les chorus sans inventivité ni audace, les paroles insignifiantes you don't have to go oh oh oh oh oh...Quant au son, s'il est remastérisé ce n'est pas pour en tirer une définition plus fine, un surcroît de relief ou une dynamique enrichie ; l'absence de souffle ne suffit guère à justifier le terme de remastering. La voix de Plant se montre souvent grêle, de même que les guitares de Page, ce qui est inattendu, et les claviers vieillots posent une touche d'époque qui n'invitent pas à l'enchantement. En bref il s'agit d'un document d'époque d'un groupe qu'on aurait pu entendre en tournée avec Martin Circus et Georgette Plana.


Boussole - Prix Goncourt 2015
Boussole - Prix Goncourt 2015
par Mathias Enard
Edition : Broché
Prix : EUR 21,80

34 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Le Goncourt ? Bien fait pour lui !, 3 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Boussole - Prix Goncourt 2015 (Broché)
le jour et la nuit se lèvent à l'orient, et même en Antarctique l'aiguille de la boussole pointe vers le Nord. Pluie en novembre et Noël en décembre et pierre qui roule n'amasse pas mousse. Et que je l'ai commencé dimanche et que je l'ai planté là lundi à la page 135.
Oui j'ai lu Rûmi et Attar et Haffiz à 20 ans, et j'aime Heddayat et vénère Khayam, et oui, je suis d'accord, Sharham Nazeri est l'une des plus belles et prenantes voix du monde.
Mais puisque quelqu'un doit le dire : Mathias Enard tourne en rond et nous emm****. Et cher : 21,80 €, quasi le tarif Pléiade au prorata du nombre de pages. Car s'il existe des livres qui se méritent celui-ci est un livre qui se paie. Ce roman est une litanie de références, d'insinuations, d'apparitions, lâchée avec la malignité de la dénonciation, dont la plus grande partie aurait pu être cantonnée au rang des notes infrapaginales. Son seul mérite jusqu'à la page 135 c'est de nous avoir non pas promenés, mais bernés et baladés dans des couches de sucre glace sur une pâte inconsistante. Mille sortilèges ! Car il y a une comme une menace bouffie dans ces pages.
Boussole est donc un égarement, ce point ne se discute pas, mais c'est aussi le fichier morbide d'un orient fantasmé, écrit les mains dans des poches comme pour autrefois les onanistes. Ah frayeur ! Ce Franz insomniaque et souffrant, j'ai même craint d'y voir les traits du cher K. Vite ! mon Mohammad Reza Shajarian préféré, mon Erkan Ogur et sa guitare sans frettes, ma Parissa, mes miniatures, ma chère et morte Aziyadé. Vite ! ma table à La Rose de Damas, que dire encore pour ne rien dire ? Mon Wiki, tonnerre : Le prénom Mathias vient du prénom hébraïque Mattatyahu. La forme ancienne Mattatyahu (Mathieu) peut être traduite par « don de Yah » : Yah étant le diminutif du nom personnel de Dieu « Yahvé », ou « Jéhovah » en français. Liszt et son Erard. Moi et mon Steinway 188 Macassar. Moi et mes touches blanches. Moi et mes touches noires. Moi et Franz Moi et Sarah. Bref. Voici le mot manquant.
Théralène 40 gouttes et Seresta 50 3 comprimés, le tout au coucher, voilà pour Franz.
Quant au jury Goncourt, comment dire...
Rien
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 13, 2015 8:57 PM CET


Mama Gernao [Remastered]
Mama Gernao [Remastered]
Proposé par GreekShop
Prix : EUR 17,99

4.0 étoiles sur 5 Au tapis, 4 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mama Gernao [Remastered] (CD)
La Grèce, ses poulpes grillés et son retsina à l'heure de l'apéritif, la mer et les îles, les clichés d'agence de voyage... Mais la Grèce c'est aussi la superstition, le fatalisme, le mauvais oeil, et la tristesse de beaucoup de chansons. Tania Tsanaklidou chante la poisse, l'abattement, la nostalgie, l'amertume de sa voix pleurante qui tremble autant qu'elle vibre, cette voix qui a inspiré tant d' auteurs et de compositeurs. Il se dit que la chanteuse suit depuis longtemps des démons destructeurs ; on les sent à l'oeuvre dans chaque chanson, nous attirant dans une sorte de spirale dépressive ; mais comble de cruauté, l’apitoiement est absent, et la rage parvient à poindre, comme l'ironie, dans des atmosphères de cabaret, des effluves d'orient artificiel ou des flonflons glaçants qui s'achèvent sur un "ptou" conjuratoire. C'est une variété du soir, de l'extrême soir même, de fumée et d'alcool, à recommander à ceux qui veulent entendre autre chose que du sirtaki. La sublime chanson "Patoma" s'écoute la bouteille à la main et vous envoie au tapis pour le compte. Vous aimez Piaf ? vous adorerez Tsanaklidou.


Infernus
Infernus
Prix : EUR 57,27

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hate Eternal Infernus 2015, une excellente cuvée, 1 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Infernus (Album vinyle)
Par chance le CD était disponible sur Season of Mist dès le 21 août. Je ne peux qu'adhérer à la chronique de E Gautier. Le groupe nous sert un album d'une intensité et d'un équilibre qui forcent l'adhésion. Il s'agit d'un death metal élargi au brutal, au doom et même au black par certains traits, mais, sans aucun effet de juxtaposition car l'ensemble est d'une cohérence jamais prise en défaut. L'aspect qui m'a le plus séduit est cette sensation d'une avancée inexorable, d'une masse organique. Je donnais un avis il y a peu sur Recueil Morbide et, toutes choses égales, je trouve le même plaisir et le même intérêt à l'écoute de ce son particulier qui délivre une authentique fraîcheur. Le batteur Westmoreland constitue le moteur de cet opus et le mixage met bien en évidence son terrible pouvoir d'entraînement. A cet égard le timing du disque est parfait. J'ai lu ici ou là sur le net des critiques mitigées ce qui relève d'une aberration vu la force de l'album. Et en un temps où les groupes de death ou brutal death délivrent des musiques génériques voire indifférenciées, c'est avec plaisir que nous retrouvons en Hate Eternal des musiciens qui ne se renient pas, ne se répètent pas et conservent l'énergie et les ressources musicales pour produire un album majestueux et hautement personnel pourvoyeur d'un réel plaisir d'écoute.


Hymne a la Mome Best of
Hymne a la Mome Best of
Prix : EUR 8,00

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Piaf et Tania, 1 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hymne a la Mome Best of (CD)
C'est l'écoute du disque de reprises de Piaf par Tania Tsanaklidou chanteuse grecque poignante et à la vie aussi tourmentée que celle de Piaf, c'est donc cette écoute qui m'a amené à vouloir me procurer un disque des grandes chansons de "La môme". Celui-ci est quasi donné et livre de remarquables exemples de ce talent rien moins qu' hallucinant. Talent d'interprète et talent pour attirer et choisir les auteurs et compositeurs de valeur, d'emblée Piaf fait le vide autour d'elle, et on se prend à se demander ce qu'aura réellement apporté la chanson française après elle. Je n'avais jamais entendu que des rengaines, je découvre ici des perles pures. Le répertoire de la chanteuse était gigantesque, ce seul disque en offre un échantillon incomparable.


Broadchurch
Broadchurch
Prix : EUR 17,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Broadchurch Musique Originale, 1 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Broadchurch (CD)
Selon moi, l'enjeu de la musique de film n'est pas tant de souligner le drame ou l'action, pas tant non plus de sublimer des émotions, que de se situer comme acteur à part entière. Je dis acteur, mais je pourrais dire drame, inquiétude. La musique n'est pas ornementale ou ambiante, elle est en elle-même une dimension, et, dans Broadchurch, le paysage sonore pendant du paysage de falaise East Cliff qui plombe par sa seule présence. David Tenant, Olivia Colman (et à dire vrai l'entière distribution) portent le poids de la mort, de la falaise et de la bande sonore tout autant. Ecouter la musique séparément ne relève pas de la recherche d'une évocation distraite, mais réalise le drame, matérialise les personnages, les paysages. En ayant déplacé dans l'ordre des pistes la chanson tube "So Close", les éditeurs ont parfaitement compris la prégnance particulière de la musique de cette série et sa fonction empathique.


Only hate left
Only hate left
Prix : EUR 17,29

4.0 étoiles sur 5 Feeling groovy, 1 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Only hate left (CD)
Le soin apporté à la plénitude organique du son distingue ce disque et ce groupe d'une production bien souvent aseptisée en matière de brutal death. Ici la batterie sonne comme telle avec fûts et peaux, la basse n'est pas noyée sous les guitares et la voix, chaude en restant brutale, se révèle être, par sa variété d'expression, le ciment de la construction sonore de ces 35 minutes. L'homogénéité et la cohésion du groupe confère une qualité paradoxale à la musique : compacte mais ouverte, aérée presque. L'écoute en est d'autant plus agréable qu'elle fond la violence, la respiration et un groove ample et prenant.
Note 4/5 car on sent un potentiel susceptible de mener le groupe encore plus loin et plus fort. Mais en l'état, c'est déjà un excellent album.


Sedition
Sedition
Prix : EUR 17,83

3.0 étoiles sur 5 Brutal intermezzo, 25 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sedition (CD)
Situons d'abord les choses : ma première écoute de Sedition s'est faite entre le quintette pour clarinette de Brahms et la sonate pour violon et piano K.481 de Mozart. C'est dire si le contexte était défavorable à une réception sereine de cet album, sachant que quelques webzines français s'étaient montrés réservés sur ses qualités. Des points négatifs, on en trouve, et ils sont même évidents de prime abord : cette musique n'est en rien remarquable par son originalité, la monotonie rythmique surtout est en cause, ainsi que l'uniformité harmonique d'une pièce à l'autre, et des traces de Behemoth et même (plage 6) une réminiscence de Dark Fortress.
Pourtant, les points positifs sont nombreux : d'abord, le groupe a trouvé la juste durée (31 minutes) pour éviter la lassitude et maintenir l'efficacité de son son assaut de brutalité. C'est bref et ça tape ; le riffing est soigné et techniquement irréprochable. Le batteur est une véritable tornade et réussit, on s'en rend bien compte après plusieurs écoutes, à maintenir une tension implacable qui atténue la première impression de répétition ; les chorus de guitare sont copieux et inspirés, au phrasé proche de ceux entendu chez Hate eternal, et apportent une identité particulière à chaque pièce, ici encore les auditions répétées gomment l'uniformité perçue au début et transforme l'album en un tout cohérent ; le travail vocal est excellent et dans un registre médium rageur que je préfère de loin aux growls profonds et pâteux et la production propre (trop pour certains peut-être) moderne et équilibrée si toutefois l'on cherche pas trop à déceler la basse, collée aux guitares. Pour ceux qui prêtent attention aux paroles des groupes de brutal death, celles de Hour of penance sont soignées, d'inspiration vaguement antichrétienne, ce qui est d'une ironie parfaite pour un groupe originaire de Rome. Doté d'une signature sonore qui le démarque des albums précédents, et globalement plus accessible, "Sedition" offre à l'amateur de musique classique désireux de diversifier son répertoire une petite demi-heure de brutalité bienvenue et fort rafraîchissante.


The Anthropocene Extinction
The Anthropocene Extinction
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 16 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 zéro pointé, 21 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Anthropocene Extinction (CD)
La pochette est réussie. . . . . . . . . . . . . . .
C'est tout
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 29, 2015 2:14 PM CET


Esprit des Balkans
Esprit des Balkans
Prix : EUR 24,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Du miel mais pas de piment, 8 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Esprit des Balkans (CD)
Il ressort de ce disque une sensation de mollesse, de manque de hardiesse, d'uniformité sonore qui, on s'en doute, plaident pour une parenté entre ces régions musicales. Mais précisément, les Balkans sont tout le contraire de la demi-teinte servie par cette musique melliflue. Les Balkans, ce sont les rhapsodes albanais, ce sont les fanfares macédoniennes, ce sont les clarinettes, les trompettes, les voix. C'est la danse et la complainte. Les Balkans c'est la poudre et la mèche, et cela passe par des styles, des expressions typées. La prise de son favorise la délicatesse tes textures, la douceur rendue par les instruments choisis et alliés en ensembles suaves mais semblant dépourvus d'implication, d'intention, ce qui est un comble pour des musiques si vives et ancrées dans les traditions rurales. Le disque se contente d'être joli, Savall se fend de discrètes interventions au dessus de viole, ce qui est incongru tant les cultures balkaniques ont leurs propres instruments dans la même famille, notamment les vielles ou les lyres. L'objet est un pavé inutile consistant en une notice multi-traduite ; on peut acquiescer à la visée œcuménique, mais il aurait fallu faire chanter les voix de ces pays et insuffler, simplement, l'esprit de vie à ces musiques rendues ici anesthésiantes. 2,5/5


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8