undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de pcmusic > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par pcmusic
Classement des meilleurs critiques: 34.131
Votes utiles : 1052

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
pcmusic (Paris France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Plastic Ono Band
Plastic Ono Band
Proposé par Founders Factory JPN4FR
Prix : EUR 24,73

17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le meilleur Lennon., 26 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plastic Ono Band (CD)
Après la séparation des Beatles, John Lennon enregistre cet album mais toujours sous le nom de Plastic Ono Band. Il va sans dire qu'il vide tout son sac, chose qu'il ne pouvait pas faire d'une manière aussi ouverte dans le groupe.
Il le fera si bien que la censure ne le ratera pas surtout en Grande Bretagne. Heureusement qu'il y avait Radio Caroline pour diffuser ses chansons interdites hors des eaux territoriales au nez et à la barbe du gouvernement anglais.
Dans « God » tout y passe : la magie, les dieux, les religions, la Bible, les rois, les cartes, Hitler, Kennedy, Elvis, Dylan et les Beatles. Cette rupture avec le passé, égrenée sur un ton sentencieux montre à quel point John est déterminé pour repartir à zéro.
« Working class hero » est l'un des morceaux les plus profonds concernant le texte. On comprend vraiment mal pourquoi il a été censuré à l'époque alors que personne n'est nominativement visé. Morceau qui n'aurait pas déplu à Bob Dylan.
Les 4 ballades « Hold on », « Isolation », « Love » et « Look at me » sont autant de morceaux agréables et sensibles où Lennon se montre à son avantage dans une ambiance acoustique avec une émotion non feinte.
« I find out » et « Remember » sont nettement plus rock alors que « Mother » est nettement plus tendu. Seul « Well Well Well » est assez saoulant notamment dans le couplet où Ringo Starr assène de la grosse caisse le tempo réverbéré avec la guitare solo pour seul accompagnement ; la spectorisation n'est pas de bon goût ici.
Les 2 bonus tracks ajoutés ici « Power to the People » (N°7 en Angleterre en avril 1971) et « Do the Oz » (plus anodin) ne déparent pas de l'ensemble.
Vous avez ici le meilleur album de John Lennon où on le trouve tour à tour tendre, tendu, vindicatif et révolté. Le climat est assez varié même s'il n'est pas des plus réjouissants. Il ne peut laisser indifférent car John l'a fait avec ses tripes sans fard, et là, le but est atteint.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 25, 2013 1:24 AM CET


Experience Hendrix : The Best Of Jimi Hendrix
Experience Hendrix : The Best Of Jimi Hendrix
Proposé par DVD Overstocks UK
Prix : EUR 12,23

26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Génie de Légende de la Guitare électrique !, 24 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Experience Hendrix : The Best Of Jimi Hendrix (CD)
Il y a un avant et un après Jimi Hendrix. Il a porté la guitare électrique à des sommets jamais atteints auparavant.
Son style, fait de blues mêlé au rock, au jazz et au rock psychédélique a fait de ce musicien une figure incontournable dans l'histoire du Rock tant son influence a été déterminante.
Il a lancé le concept du « Power Trio » dont les plus illustres émules sont les Cream d'Eric Clapton et Taste de Rory Gallagher. Hendrix était capable de tenir son public en haleine rien que par la force de son jeu de guitare, son chant avec une batterie et une basse pour seul accompagnement. Un groupe minimaliste en somme ! Mais quelle puissance ! Quelle présence ! Quelle énergie ! Quel SON ! Nul besoin de nous assommer avec du gros son.
Dans cet album, tout l'essentiel y est : « Hey Joe » : ce n'est certes pas la version originale mais c'est tout comme car c'est la plus aboutie ; le trio guitare-basse-batterie fonctionne à merveille et chacun s'exprime, s'impose à tour de rôle sans empiéter sur le voisin. La fusion entre les 3 musiciens est totale et pourtant, nous ne sommes qu'en 1967... Ce titre sera repris par une multitude d'artistes dont aucun ne pourra rivaliser avec Hendrix ; l'adaptation de Johnny Hallyday en français en est la parfaite illustration.
« The wind cries Mary », « Foxy Lady », « Red House » « Manic depression », "Purple haze", "Woodoo Chile" (N°1 en Angleterre en novembre 1970) sans oublier la magistrale reprise de Dylan "All along the Watchtower"... sont autant de facettes différentes d'Hendrix exprimées ici.
Si vous deviez vous contentez d'un seul album achetez celui-ci car il compile les morceaux les plus connus du Maître avec des morceaux différents mais habités par un feeling et un rythme ravageurs qui vous mettent le feu aux tripes.
Jimi Hendrix est capable de rallier à sa cause des gens qui n'écoutent pas forcément du Rock. C'est ce qui fait sa force et son génie. Sa musique devient intemporelle et universelle. 35 ans après sa mort, il fascine et influence toujours les jeunes guitaristes et musiciens de tous les horizons.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : May 23, 2011 11:25 AM MEST


Sophie Zelmani
Sophie Zelmani
Prix : EUR 12,60

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Injustement méconnue!, 19 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sophie Zelmani (CD)
Sophie Zelmani nous vient de la banlieue sud de Stockholm en Suède. Sa renommée ne dépasse guère les frontières de son pays si ce n'est au Japon...
Sa voix évoque immédiatement Vanessa Paradis par son timbre mais la comparaison s'arrête là ; elle a beaucoup plus de profondeur avec le maniérisme niais et l'orchestration digitale en moins.
Elle exprime sa poésie dans un style folk ou folk-rock où la guitare acoustique domine avec de la basse, batterie, piano et saxophone. C'est très touchant, mélodieux et agréable à entendre.
Son style rappelle l'inévitable Neil Young surtout dans le 1er morceau "I'll be broken" dont le rythme et le style ne sont pas sans évoquer "Out on the Weekend" de l'album "Harvest". L'ombre de Joni Mitchell plane également dans sa musique...
Auteur-compositeur-interprète, au-delà de ses influences, Sophie Zelmani a su imposer un style personnel loin des starlettes R'n'B de pacotille dont la musique sert de fond sonore à des clips vidéo mettant avantageusement en valeur leur anatomie. Sa beauté est naturelle et sans paillettes et sa musique ne demande qu'à être diffusée et appréciée du grand public.
À écouter d'urgence.


Pipes Of Peace (1983)
Pipes Of Peace (1983)
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 17,18

4 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Froideur des années 80..., 18 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pipes Of Peace (1983) (CD)
Cet album fait suite à "Tug of War" dont le sympathique duo avec Stevie Wonder (Ebony and Ivory) fait place aux pathétiques duos avec Michael Jackson, enfin si on peut appeler ça un duo dans "Say, say, say", où ils chantent à tour de rôle mais jamais ensemble. Quant au 2ème duo, "The man", c'est un chef-d'œuvre de niaiseries efféminées, ridicules et cucul. C'est à peu près ce que McCartney a chanté de pire. Au moins dans le 1er , on peut danser dessus bien que ce soit du funk digital de bas de gamme...
"Pipes of Peace", et "So bad" relèvent un peu le niveau mais on est tout de même loin du McCartney des 70's. Le reste navigue dans une petite moyenne : ça n'est ni vraiment bon, ni vraiment mauvais.
Tout à fait dispensable et à réserver aux fans uniquement.


Press To Play
Press To Play

4 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 McCartney dans le creux de la vague..., 18 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Press To Play (CD)
Avec "Press to Play", McCartney s'entoure de Phil Collins, d'Eric Stewart (10 CC) et de Pete Townshend l'illustre guitariste-chanteur des Who...
Malheureusement on a changé de décennie et le tout digital a remplacé les bonnes vieilles sonorités électriques et acoustiques des 70's. Phil Collins qui est pourtant un excellent batteur nous assomme littéralement avec ses sonorités de percussions "ambient" propres aux années 80 et 90. Au début on est surpris par la nouveauté mais ce genre de sons fatigue rapidement à la longue. Ainsi des morceaux comme "Press", "Pretty little head", "Move over busker" et le bonus "Spies like us" ont une section rythmique tellement froide et métronomique qu'ils en deviennent quasiment insupportables à entendre.
Bien sûr les compositions tiennent la route et en particulier les ballades "Footprints", "Only loves remains" (meilleur morceau de l'album), "However absurd" et le bonus "Once upon a long time ago. Cependant, même ces 4 morceaux n'ont pas le moelleux et la saveur des ballades plus anciennes de McCartney avec ou sans les Beatles.
Achat réservé aux fans de l'ex-Beatles et aficionados des sons électroniques.


Wingspan - Hits And History
Wingspan - Hits And History

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bonne compilation, tout y est ou presque..., 18 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wingspan - Hits And History (CD)
Ne boudons pas notre plaisir ; cette compilation est tout à fait appropriée et rassemble l'essentiel de la carrière de Paul McCartney tout en éludant les titres discutables de "Press to Play" et les duos douteux avec Michael Jackson.
"Ebony and Ivory", duo avec Stevie Wonder manque à l'appel cependant.
Il est par ailleurs dommage que "Coming up" soit une nouvelle fois la version studio de l'album "McCartney II" au détriment de celle du simple enregistré "live à Glasgow" et jamais parue à ce jour en CD. Or cette version est justement celle qui s'est classée à la seconde place des charts anglais le 3 mai 1980 sans compter qu'elle est nettement plus rentre-dedans.
De même concernant "Goodnight tonight", inclure la version Maxi 45 tours aurait été préférable à celle du simple ordinaire déjà disponible ailleurs.
Ceci dit, le son remasterisé de cette compilation est nettement meilleur et mieux défini que celui de la génération du début des années 90.
Cette compilation remplacera avantageusement celles parues auparavant et constitue une excellente introduction à la musique de Paul McCartney.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 4, 2016 12:38 AM MEST


The Best Of 1980-1990
The Best Of 1980-1990
Prix : EUR 15,15

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le Messie des années 80..., 18 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Best Of 1980-1990 (CD)
Suite à l'insupportable disco de la 2ème moitié des années 70, les années 80 allaient s'enfoncer dans la techno-pop synthétique, techno tout court, dance et autres aberrations musicales faisant passer le bon vieux rock pour dépassé et ringard...
C'était sans compter sur U2.
Ce groupe n'est ni de la musique New Wave, ni le meilleur groupe de tous les temps mais l'un des meilleurs groupes des années 80.
Leur style n'est plus ni moins que du rock irlandais inspiré de Thin Lizzy et imprégné de mélodies traditionnelles celtiques.
Les textes sont souvent engagés et la musique dominée par la voix puissante de Bono et la guitare acérée de The Edge, le tout baignant dans une réverbération aux sonorités celtiques.
Cependant, cette compilation aurait pu être plus riche car il y avait de la place pour 3-4 morceaux supplémentaires. Comment passer à côté de "Tomorrow" et "October" tous 2 extraits de l'album du même nom dont aucun titre ne figure ici, et qui nous montrent 2 facettes différentes du groupe. Dommage car la compil aurait mérité un 5 étoiles.
Les fans préfèreront le double CD malheureusement indisponible avec les faces B sur le 2ème.
Malgré tout elle constitue une excellente introduction dans le monde de U2.


Very Best of Journeymen
Very Best of Journeymen

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un groupe folk à redécouvrir., 18 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Very Best of Journeymen (CD)
Bien peu de monde doit savoir qui doit bien se cacher derrière les Journeymen, trio folk du début des années 60.
Normal ! Du reste car même aux USA ils ne sont jamais entrés dans les charts.
Alors, inconnus au bataillon ? En tant que "Journeymen" oui mais la suite sera d'une toute autre dimension.
Les Journeymen sont composés de Scott McKenzie, John Philips et Dick Weissman. Si le nom du 3ème larron ne vous dit rien, on ne vous en voudra pas ; par contre les 2 autres ont fait parler d'eux. Scott McKenzie n'est autre que l'étoile filante qui a propulsé la fameuse ballade hippie "San Francisco (Be sure to wear flowers in your hair)" à la 1ère place de nombreux hit-parades mondiaux pendant l'été 1967 ; et c'est une composition de John Philips.
John Philips (1936-2001) est le membre fondateur de Mamas & Papas dont il a composé la plupart des tubes ("California Dreamin'" et "Monday Monday" entre autres).
Au début des années 60, le folk triomphait aux États-Unis et faisait recette : les Brothers Four ("Greenfields"), les Kingston Trio ("Tom Dooley" et "Greenback Dollar"), Bob Dylan dans sa période folk pur ("Blowin' in the wind", Don't think twice it's alright"... et bien d'autres encore.
Malgré leur voix magnifiques et la maîtrise parfaite de leurs instruments, le Journeymen ne dépasseront jamais vraiment le succès d'estime ; ils se sépareront après avoir 3 albums seulement.
Cette compilation est une excellente introduction à leur musique ; elle comprend le fameux "500 miles" dont ils ont la version originale. Ce morceau est repris en français par Richard Anthony sous le titre : "J'entends siffler le train" avec le succès que l'on sait.
De la musique acoustique qui sent bon les soirées autour d'un feu de camp ? Oui bien sûr, mais de très grande qualité. Hautement recommandé car il y a fort à parier que ce genre de CD disparaîtra vite du catalogue.


McCartney II
McCartney II
Proposé par P.V.RECORDS
Prix : EUR 20,00

5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Attention les années 80 arrivent..., 12 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : McCartney II (CD)
Pendant les années 80 avec leur cortège d'inepties musicales, de nombreux musiciens renient plus ou moins leur passé pour être toujours dans le coup face à la jeune génération montante.
Cela fut le cas pour Neil Young entre autre. Tout comme McCartney, il en est revenu...
La nouveauté, bien sûr tout le monde la recherche. La tentation de faire joujou avec des « boiboîtes » à rythme, et toutes sortes de sons électroniques était trop forte et le bon vieux rock n'était plus en odeur de sainteté.
McCartney se cherche une nouvelle voie et joue donc de tous les instruments comme dans son 1er album en 1970 mais là, le résultat est loin d'être convaincant.
Beaucoup de bidouillages ne mènent nulle part comme l'ajout de morceaux de sessions de "McCartney II" en bonus : "Check my machine" (Face B de « Waterfalls » dont la musique est aussi soporifique que le texte et "Secret friend", (Face B de « Temporary Secretary » version maxi) n'est qu'un remplissage insupportable de bruitages débiles de plus de 10', n'annoncent donc rien de bon pour la suite de la décennie concernant la musique de McCartney.
Seuls 4 morceaux tiennent encore la route : "Coming up", "On the way", "Waterfalls" et "One of these days". Cela fait bien maigre sur 13 titres.
"Goodnight tonight" datant de 1979 a été rajouté en bonus mais ce n'est que la version courte trouvable partout. Il y avait pourtant assez de place sur ce CD pour y inclure la version longue ainsi que la version du 45 tours de "Coming up" live à Glasgow bien meilleure que celle de l'album et toujours indisponible en CD. Les raisons d'acquérir cet album auraient été plus évidentes.
Album à réserver aux inconditionnels de McCartney car la plupart des meilleurs titres se trouvent sur des compilations.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 6, 2010 5:18 PM MEST


Wings Wild Life
Wings Wild Life

28 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Album méconnu et largement sous-estimé., 12 septembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wings Wild Life (CD)
Le jugement des hommes est parfois très surprenant et sévère lorsqu'il ne correspond pas à leurs désirs. Cet album en est la parfaite illustration. Alors qu'on attendait une suite logique de "Ram", McCartney nous sort "Wild Life" sous l'unique nom de "Wings". Album mal promotionné par EMI sans aucun simple pour le lancer et descendu par la critique ! Bref, tout était programmé pour en faire un échec musical voire même un bide commercial.
McCartney y est déroutant avec "Mumbo" à la voix volontairement éraillée ; puis "Be-bop", à la voix étrange et à la charpente rythmique solide ; et enfin une relecture époustouflante de "Love is strange" du duo Mickey & Sylvia dont la version originale et vieillie date de 1957. Voilà une reprise qui ne se contente pas de faire du neuf avec du vieux. Je me souviens de Noirs recherchant désespérément cet album notamment pour "Be-bop" et "Love is strange" mais ne sachant pas exactement qui se cachait derrière cette musique !!! McCartney savait-il au moins qu'il touchait un public plus enclin à écouter James Brown, Wilson Pickett, Aretha Franklin ou les Temptations ??? C'est justement là que réside le génie de McCartney, à savoir sensibiliser un public qui justement n'est pas du tout naturellement acquis à sa cause.
On ne saurait passer outre les pathétiques et magnifiques "Wild life" et "Dear Friend" où McCartney y a rarement été aussi sincère et tendu à la fois.
"Some people never know", "Tomorrow" et "I am your singer" sont de magnifiques ballades où les harmonies vocales des chœurs sont très travaillées sans tomber un seul instant dans les arrangements mièvres et sirupeux.
D'ailleurs pour s'en convaincre écoutez la chanson de Michel Delpech "Quand j'étais chanteur" (1975). C'est du McCartney de cette époque recyclé mais dans un esprit commercial...
Ont été rajouté en bonus tracks, l'engagé et censuré par la BBC "Give Ireland back to the Irish" et l'enfantin mais charmant "Mary had a little lamb" parus seulement en simple ainsi que leur face B respectives.
Un album à classer au sommet de la discographie de McCartney à l'instar de "Ram", et "Band on the Run", et à réhabiliter d'urgence vu la richesse du contenu.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 29, 2013 10:04 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9