Profil de "Rubens" > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par "Rubens"
Classement des meilleurs critiques: 700
Votes utiles : 516

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
"Rubens" (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Big Hand for the Little Lady [Import USA Zone 1]
Big Hand for the Little Lady [Import USA Zone 1]
DVD ~ Henry Fonda
Proposé par musique-pour-vous
Prix : EUR 10,58

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un western urbain atypique..., 1 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Big Hand for the Little Lady [Import USA Zone 1] (DVD)
Oui! ce western de Fielder COOK est catalogué à juste titre de "western urbain" car l'essentiel de l'histoire se déroule dans la fameuse cité de Laredo (Texas). Un film atypique par son scénario bluffant comme l'est le jeu de poker auquel s'adonne les protagonistes. Dans ce western unique en son genre, n'attendez pas le moindre coup de feu, il n'y en a pas, le seul duel auquel il vous sera permis d'assister se déroule devant la table de jeu, entre les hommes les plus riches de la contrée, au cours de ce célèbre tournoi de poker dont il est entièrement question ici. L'humour est très présent et ce film surprenant le doit à sa distribution remarquable et, notamment à la présence d'un Jason ROBARDS, plus grognon que jamais au cours de cette interminable partie de poker attendue par toute la population locale. Bien que le réalisateur est fait le choix d'imprimer un rythme lent, ce film vous tiendra en éveil et même vous surprendra, tout particulièrement par son dénouement. Un bon petit film américain à découvrir. A quant sortira un DVD en français pour les non anglophones ?
Quant au titre français, "Gros coup à Dodge City", je le trouve complétement fantaisiste (ce n'est pas le seul me direz-vous) et j'avoue ne rien y comprendre : que vient faire Dodge City (Kansas) dans ce film où toute l'action se passe à Laredo, près du Rio Grande à la frontière avec le Mexique (???).


STOKED sac à bandoulière NATHAN - petit - sac en cuir avec bretelle - besace clair marron en cuir véritable (22 x 25 x 7 cm)
STOKED sac à bandoulière NATHAN - petit - sac en cuir avec bretelle - besace clair marron en cuir véritable (22 x 25 x 7 cm)
Proposé par Jive24 - bags & accessories
Prix : EUR 149,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Esthétique et fonctionnel..., 1 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Cette sacoche esthétiquement beau et comporte de nombreux espaces de rangement parfaitement adaptés à son usage. Le cuir est d'une belle qualité. Ma seule réserve irait peut-être sur la durée de vie de ses coutures qui au premiers abords me semblent un peu fragiles, mais jusqu'à présent ce sac à bandoulière me donne entière satisfaction. Voyons à l'usage...


Sigma Kit Cadence De Pédalage Filaire Bc 1606 00394
Sigma Kit Cadence De Pédalage Filaire Bc 1606 00394
Proposé par Rue du Vélo
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Petit produit Sigma filaire très efficace..., 9 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sigma Kit Cadence De Pédalage Filaire Bc 1606 00394 (Divers)
Acheté sur ce site pour remplacer mon capteur de cadence filaire perdu sur la chaussée au cours d'une de mes sorties vélo, j'ai fixé sur le pédalier ce produit qui me donne entière satisfaction. Petite précision : le modèle de la photo (réf. 0394) ne correspond pas à celui que j'ai reçu (réf. 0396) mais cela ne modifie en rien son efficacité et la qualité Sigma. Seule différence, ce nouveau modèle plus volumineux est doté d'un "aimant surpuissant" et nécessite toutefois de ne pas égarer malencontreusement sa chaussure sur le capteur de cadence car il est plus encombrant que celui qui est exposé ici sur cette photo. Votre capteur de cadence peut se détacher du pédalier, d'où le besoin de bien le fixer avec l'attache fournie et de bien vérifier sa fixation de temps à autre face au sensor. Je vous recommande ce produit similaire au modèle 0394 si vous avez opté pour le système filaire et si , comme moi, il vous est arrivé de le perdre au cours d'un de vos entraînements.


Schwalbe Chambre à air 700x18-28C (27x1) Valve Presta SV15 Noir
Schwalbe Chambre à air 700x18-28C (27x1) Valve Presta SV15 Noir
Proposé par FujisawaGooniesJP
Prix : EUR 12,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une excellente tenue à la pression optimale..., 6 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schwalbe Chambre à air 700x18-28C (27x1) Valve Presta SV15 Noir (Sport)
Les roues de mes vélos de route sont tous équipés d'une chambre à air SV15 de la marque allemande SCHWALBE depuis plusieurs saisons sportives et j'en suis pleinement satisfait. C'est mon vélociste qui, au départ, me l'avait conseillée et je n'ai JAMAIS eu à le regretter depuis ce jour.

On nous garantit que ce produit a été testé par le fabriquant. Il est vrai qu'il est résistant, sa qualité avérée offre une durée de vie optimale non négligeable, grâce à sa parfaite étanchéité. J'apprécie également sa valve française Presta de 36/40 mm qui me permet un gonflage rapide et fiable à 8 bars. Quant à aller jusqu'à dire qu'il tient "des mois", je n'irais pas jusque là, mais assurément il dure bien plus longtemps que celui de marques concurrentes que j'aie depuis abandonnées totalement, ça je suis d'accord pour le reconnaître.

Seule remarque que je souhaite faire, ici, mais qui n'a pas de rapport direct avec la qualité du produit, porte sur les frais de livraison que je juge quelque peu abusifs, quasiment aussi chers, sinon plus, que le produit lui-même ou alors, pour bénéficier de la gratuité il vous faudra commander au minimum pour 25 € d'achat sur ce site. A vous de voir ...


Red River [Import USA Zone 1]
Red River [Import USA Zone 1]
DVD ~ John Wayne
Proposé par RAREWAVES USA
Prix : EUR 8,72

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Howard HAWKS : Premier western, son premier chef-d'oeuvre..., 31 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Red River [Import USA Zone 1] (DVD)
Largement commentée, je ne m'étendrais pas sur l'essentiel de l'histoire décrite par tant d'autres. "Red River/La Rivière Rouge" est inspirée du livre sur la célèbre piste du bétail " The Chisholm trail " de Borden Chase, qui écrivit également pour les besoins du film le scénario avec Charles Schnee. C 'est aussi le premier western véritablement réalisé par Howard HAWKS en 1947, mais sorti qu'en 1948, si l'on excepte sa participation au film "Le Banni /The Outlaw (1943)" d'Howard Hughes, avec Jane Russell. C'est aussi le début d'une rencontre Hawks/Wayne qui va durer plusieurs années : les deux hommes se retrouveront pour plusieurs longs métrages dont le fameux triptyque westernien : Rio Bravo, El Dorado et Rio Lobo.

"Red River" est aussi le premier film joué par Montgomery Clift, repéré par Hawks à Broadway. Ce film a pour thème principal le rapport entre "maître et élève", thème cher à Hawks dans tous ses autres films propre à ce genre cinématographique. On y retrouve aussi une sorte de condensé des thèmes récurrents dans le western classique de cette époque : le voyage, l'amitié non dépourvue d'un sain individualisme, la loyauté chevaleresque et la digne abnégation dans le travail. Universellement reconnu comme un chef-d'oeuvre, ce western se définit comme le voyage initiatique, de formation de Matthew Garth /(Montgomery Clift), flanqué d'un père adoptif, Thomas Dunson /(John Wayne). Au cours du déroulement de l'histoire, le rapport entre les deux hommes est d'abord marqué par "la sujétion psychologique" du jeune homme à l'égard de l'homme mûr et aguerri. Mais, par la suite la rupture se produit entre eux quand certains actes cruels de Thomas Dunson suscitent une réaction de révolte chez Matthew et pousse ce dernier à abandonner le "maître" et à se "mutiner" pour prendre le commandement de la caravane et du bétail...

Si d'autres films mettent en scène le convoi d'immenses troupeaux : Les Implacables de Raoul Walsh (1955), Cow-Boy de Delmer Daves (1958) et El Perdido de Robert Aldrich (1961), pour ne citer que ceux-là, c'est bien dans "Red River" que fut le mieux rendu la force vitale des bêtes cheminant tout au long de la piste. A ce propos, on soulignera au passage la qualité de la photographie de Russell Harlan, un magnifique noir et blanc, très contrasté. Le réalisateur prend plaisir à suivre de près les personnages et conjugue cette exaltation avec le ton épique qu'il souhaite donner à ce beau récit.

Initialement, le rôle de Thomas Dunson fut proposé paraît-il à Gary Cooper, qui le refusa le jugeant bien trop violent. Côté casting, il faut également noter la toujours talentueuse prestation de Walter Brennan, dans le rôle de Groot Nadine et celle, bien trop éphémère, de Joanne Dru (Tess Milary, amoureuse de Matthew), Harry Carey Sr et Jr, Coleen Gray, John Ireland, Paul Fix,...

Un vrai chef-d'oeuvre du genre qui conserve toutes ses qualités et rend compte de la dure vie des cow-boys encore à présent. Durée :140min. A voir et revoir !


Chisum
Chisum
DVD ~ Forrest Tucker
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 8,54

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Western classique sur fondement historique..., 31 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chisum (DVD)
Historiquement, "John Simpson Chisum vécut de 1824 à 1884; en 1867, au Nouveau Mexique, il fonda un ranch dont la réputation s'étendit par tout le Sud-Ouest . "Bosque Grande" représenta parfaitement le modèle de ces demeures seigneuriales de l'empire du bétail et son maître celui des barons de la Prairie dont le souvenir hante aujourd'hui encore ces régions". Voilà comment Jean-Louis RIEUPEYROUT, grand spécialiste de l'Ouest américain, évoque dans son livre consacré dans "Histoire du Far-West", le souvenir de ce grand éleveur (100 000 têtes de bétail), sans doute le plus grand de l'Ouest américain de cette époque. Mais il convient de préciser que s'il ne fut qu'un "travailleur" de la civilisation et non un architecte selon sa nièce Sallie, le conflit de 1878 qui ensanglanta le comté, et auquel participa "Billy the Kid", entre clans rivaux dans la "guerre du Lincoln County," au Nouveau -Mexique, concerna directement Chisum qui s'était mis en association avec l'avocat Mc Sween et le rancher, d'origine anglaise, John. H. Tunstall contre l'ex-major L.G. Murphy, le roi du commerce et aussi des embrouilles.

Quand on connaît la filmographie de John Wayne, on trouve rien d'étonnant à ce que le réalisateur Andrew V. McLagen ait fait appel à lui pour camper le personnage de "Chisum, le roi de la Vallée". Interprète légendaire de westerns, il symbolisait parfaitement l'épopée du vieil Ouest et incarnait à l'écran à lui seul, par sa stature et son jeu, les idéaux américains de loyauté, de patriotisme et de sens du devoir.

Le film retrace et s'inspire d'une manière romancée de l'histoire vraie qui se déroula autour de 1878 à l'époque où John S. Chisum (John Wayne) vivait dans son ranch de South Spring Ranch et qui l'opposa avec ses associés dans la guerre du comté de Lincoln à L. G. Murphy(Forrest Tucker), financier véreux qui a déjà la mainmise sur la bourgade et tente de s'approprier le vaste domaine de Chisum, avec l'aide de ses sbires et de shérifs corrompus. Mais Chisum, secondé par James Pepper(Ben Johnson) sait aussi se défendre contre ses agresseurs, d'autant mieux qu'il reçoit également l'appui de son voisin, J. H. Tunstall, ainsi que celui de jeunes cow-boys qu'il emploie dont un certain William Henry Bonney dit "Billy The Kid"(Geoffrey Deuel) qu'il recueillit après l'assassinat de Tunstall, puis également Pat Garrett (Glenn Corbett) qui deviendra shérif, tout deux figures légendaires de la mythologie de cet Ouest sauvage de la fin du XIXe siècle.

Sur la base d'un scénario original, qui déroulee à la fois des situations et des personnages assez intéressants, on est touché par le rythme (aucun temps mort), par l'action et même par l'émotion qui se dégagent à l'écran. "Chisum " rassemble ici certains des grands thèmes du genre : action, bagarres, beaux paysages, chevauchées, suspense, trahison, émotion. On est agréablement touché par la complicité qui se nouera peu à peu entre Chisum et Billy The Kid, après la mort de son protecteur J. H. Tunstall, qu'il considéra comme "son père adoptif".
Quant à Sallie Chisum (Linda Day), la nièce de John Chisum, elle a bien existé et dira, au sujet de son oncle, à un écrivain, en 1924, ces mots : "Mon oncle John était l'un des meilleurs hommes qui vécut jamais, bon coeur et généreux, il parlait peu... "L'histoire a traité chichement mon oncle mais il demeure de lui un portrait daguerréotype de vieux roi du bétail chevauchant vers la fortune et le pouvoir, en bras de chemise, sur une monture de travail". C'est tout fait l'image que l'on voit au début et à la fin de ce film.

Parmi les scènes impressionnantes de "Chisum", j'ai retenu celle de la charge incontrôlable du bétail, à travers la bourgade, qui va semer la panique au sein des belligérants en guerre et offre une fin très explosive. Ces images-là soulignent toute intensité du drame qui se déroule et l'émotion qui s'en dégage. Peut-on dire que ce long métrage "Chisum" est l'un des meilleurs westerns réalisés par Andrew V. McLaglen? C'est possible, mais sur quels critères peut-on l'affirmer et est-ce si important ? On peut, toutefois, regretter que le scénario n'ait pas pris plus en compte la réalité des faits en s'inspirant davantage de la vraie histoire.

En conclusion, ce vrai western classique n'est pas ennuyeux et au fond assez attrayant pendant environ 106 min., on a toujours du plaisir à le revoir.


Rio Lobo
Rio Lobo
DVD ~ Jennifer O'Neill
Prix : EUR 12,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Dernier western d'un grand réalisateur..., 30 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rio Lobo (DVD)
Tant de commentaires parlent de ce film "Rio Lobo", sorti en 1970, qu'il me semble difficile d'en faire encore un nouveau. Pourtant, comme j'y trouve des aspects intéressants, et que j'aime ce long métrage, je vais donc m'y risquer. En effet, il s'agit bien du dernier film d'Howard HAWKS, puisqu'il est avéré qu'il prit sa retraite peu de temps après afin de se consacrer, dans son ranch, entièrement à l'élevage de chevaux, en Californie. Comme chacun le sait, ce film est donc le dernier volet de sa "trilogie westernienne", entamée avec son célèbre Rio Bravo (1959) et poursuivie avec "El Dorado" (1967) où d'ailleurs, il réalise une nouvelle version de son "Rio Bravo" et revendiqua, à l'instar d'Hemingway, "le droit de mettre en scène la même histoire".

En comparant les trois westerns-là de ce grand cinéaste, on constate que les rapports entre eux sont évidents ainsi que les similitudes (tel l'échange de prisonniers et le règlement de comptes final). Sur un plan plus anecdotique, on notera que John Wayne dont c'était ici sa 5e collaboration avec ce réalisateur, accepta le rôle principal du colonel Cord McNally sans même lire le scénario, assez classique signé Burton Whol et Leigh Brackett, tant il faisait confiance à Edward Hawks, maître incontesté dans tous les genres du 7e art (comédie, film d'aventures, fantastique, film noir et également western).

Si pour certains, "Rio Lobo" n'est pas totalement à la hauteur de ses autres grandes oeuvres cinématographiques qui ont marqué l'histoire du western américain: La Rivière rouge (1948), La Captive aux yeux clairs (1952) ou de son "Rio Bravo", ce film toutefois, renferme aussi de nombreux ingrédients du genre qui nous captivent aussi et nous procurent de bons moments de divertissement. L'interprétation est évidemment entièrement dominée, comme à son habitude, par sa principale star qu'était John Wayne. Mais les autres acteurs sont tous aussi vrais et crédibles et tirent tous parfaitement leur épingle du jeu : Jorge Rivero(Pierre Cordona), l'inusable Jack Elam(Phillips), Victor French(Ketcham le traitre), Chris Mitchum(Tuscarora l'intrépide), Mike Henry (le shérif Hendricks), sans oublier la très charmante et séduisante Jennifer O'Neil qui, l'année après ce tournage, fit parlée d'elle dans "Un Eté 42" de Robert Mulligan. Et enfin, toujours côté féminin les non moins belles : Susanna Dosamantes(Maria Carmen) et Sherry Lansing(Amélita). Les thèmes privilégiés, chers à Edward Hawks, sont présents pour la plupart: l'amitié virile, les rapports intergénérationnels, entre l'homme et la femme, ces sujets récurrents sont traités chez lui le plus souvent avec ironie et légèreté.

C'est très surprenant que la description présentant ce film soit en espagnol, alors que ce site est sensé s'adresser majoritairement à un public français. Quant à l'évocation de l'histoire, on peut pas dire que le synopsis soit clairement énoncé, on cherche le début de cette histoire ( pour ceux qui ne sont pas encore en possession de ce DVD). Pour conclure, ce film est dans la lignée des grands classiques du western, il a du rythme ce qui le rend assez captivant (notamment dès le début de l'histoire avec l'attaque du train fort bien rendue) et possède aussi quelques autres beaux atouts dont le règlement de comptes final. Ce DVD (110 min.) ne comporte aucun supplément, l'audio est en DD 5.1 seulement en anglais et en Mono en français et sous-titré. A voir et à revoir.


Hombre
Hombre
DVD ~ Paul Newman
Proposé par Art Cub
Prix : EUR 7,69

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Portrait d'un métis christique..., 27 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hombre (DVD)
Dans un style volontairement incisif et rigoureux, Martin Ritt ( L'espion qui venait du froid - L'outrage,...) met ici magistralement en scène l'acteur Paul Newman; toujours plus brillant que jamais. Bien plus qu'un simple western crépusculaire et psychologique, ce film éminemment politique "HOMBRE, homme en espagnol " (1967) est également une fort belle réflexion sur l'intolérance et le racisme qui ne nous laisse pas insensible.

Bien que ce film soit officiellement reconnu comme une adaptation d'un roman de Elmore Leonard, il est convenu d'admettre que "Hombre" ressemble davantage à une adaptation de "Boule de Suif", la nouvelle de Guy de Maupassant. Par ailleurs, ce thème reste assez semblable en de nombreux points à celui du film "La Chevauchée Fantastique - 1939 " de John Ford.

Quant à l'histoire elle débute ainsi : Dans l'Arizona en 1884, John Russell/Paul Newman est un homme de race blanche taciturne et mystérieux, recueilli par les Apaches A la mort de son père adoptif, le jeune homme, surnommé "Hombre" vend les biens dont il vient d'hériter pour acheter des chevaux et monte à bord d'une diligence qui doit se diriger vers le Sud. Les autres passagers, à l'esprit très conservateur, voient aussitôt d'un très mauvais oeil la présence de ce "métis, bâtard" qui finira par prendre place sur le siège à côté du cocher Frank Braden/Cameron Mitchell, qu'il connaît déjà bien. Mais soudain, une bande de hors-la-loi attaquent sauvagement la diligence avec la complicité de l'arrogant Cicero Grimes/ Richard Boone, leur chef, qui pour se glisser parmi les passagers au dernier relais a subtilisé par la force la place d'un soldat en permission.

Ces agresseurs dévalisent les passagers et tentent de s'emparer rapidement d'une somme de 12000 dollards que dissimule le Dr Alex Favor/Frédric March, agent aux affaires indiennes de la réserve de San Carlos, qui a détourné à son profit cet argent par des malversations comptables et affamant ainsi les Indiens de ladite réserve. Pour faire bonne mesure et couvrir leur fuite, les bandits prennent en otage son épouse Audra Favor/Barbara Rush et lorsque l'attaque est sur le point de réussir John Russell (Hombre), et ce malgré l'hostilité nourrie à son égard par la plupart des passagers depuis le début du voyage, se risque à tenter une première intervention... C'est tout le suspense!

L'aventure de ce film est passionnante de bout en bout, tous les protagonistes sont formidables de vérité et l'étude psychologique des personnages est fort bien mise en évidence par Martin Ritt qui n'hésite pas à dépeindre ici les travers de cette Amérique de la fin du XIXe siècle, "à la moralité douteuse", et nous invite à suivre par le biais de ce jeune homme ordinaire, métis endurci par tous les coups du destin vécus au cours de sa jeune vie. Un très beau film à voir et à revoir : le mutisme désarmant de Paul Newman donne énormément de force à l'histoire. Chapeau l'artiste !


Logitech Wireless Combo MK520 Ensemble clavier + souris Touches Incurve keys Unifying AZERTY Noir
Logitech Wireless Combo MK520 Ensemble clavier + souris Touches Incurve keys Unifying AZERTY Noir
Prix : EUR 46,11

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une précision et un confort à portée de main..., 26 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
En toute objectivité, j'ai laissé passer quelques jours d'utilisation intense avant de poster mon commentaire. Ce pack se compose donc d'un clavier sans fil de taille standard qui permet, c'est bien exact, une frappe silencieuse et confortable grâce à la forme concave et les bords arrondis de ses touches. Ce clavier, à l'ergonomie étudiée pour permettre un placement naturel des doigts, possède aussi une fonction qui signale par voyant lumineux le verrouillage "Majuscules", il n'en est pas de même s'agissant de son verrouillage du pavé numérique, ce qui est fort regrettable. Les interrupteurs disposés sur le clavier et la souris favorisent une économie d'énergie des piles, à la seule condition de se servir des 2 boutons qui les verrouillent.

Quant à sa souris sans fil, il est à souligner qu'elle convient aussi bien aux droitiers qu'aux gauchers et garantit un certain confort même pendant un long usage au quotidien. Sans être d'un grand esthétisme, l'ergonomie est satisfaisante puisqu'elle apporte une précision non négligeable et un certain confort à portée de main.

Dans l'ensemble, ces accessoires n'appellent pas plus de remarques que celles qui sont déjà évoquées par d'autres commentateurs ici. Je conseille donc ce produit à ceux qui ne veulent pas se ruiner dans ce type d'achat, tout en ayant l'assurance d'acquérir un matériel informatique fiable et à moindre prix. L'utilisation sur la durée dira si ce choix était le bon.


Zéfal Fp50 Pompe à pied Rouge Taille Unique
Zéfal Fp50 Pompe à pied Rouge Taille Unique
Proposé par Rue du Vélo
Prix : EUR 45,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Fidèle à la renommée Zéfal..., 17 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zéfal Fp50 Pompe à pied Rouge Taille Unique (Sport)
Cette pompe à pied est conforme à sa description donnée par ce site. Non seulement elle est stable et fonctionnelle mais en plus elle est esthétiquement belle. A conseiller.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11