Profil de KLINGSOR > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par KLINGSOR
Classement des meilleurs critiques: 1.560
Votes utiles : 246

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
KLINGSOR

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
C'était bien
C'était bien
Prix : EUR 6,99

5.0 étoiles sur 5 Bourvil l'inimitable, 28 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : C'était bien (CD)
Un concentré d'humour, de tendresse, de second degré; son apparente stupidité de "ravi de la crèche" n'est prise au sérieux que par ceux qui le détestent. Jamais aucune méchanceté dans ce personnage de "bien brave". Et beaucoup de second degré, d'ironie dans la parodie.
Mais on découvrira, aussi, dans ce disque, une collaboration avec... Serge Gainsbourg ! pour "Pauvre Lola", et une croustillante parodie de "Je t'aime moi non plus", "Ça", avec la désopilante Jacqueline Maillan, en lieu et place de Jane Birkin et Serge Gainsbourg...vil ! ;-)
Quelle bonne idée d'avoir adjoint à ces chansons l'irrésistible "Causerie anti-alcoolique" !
Un panorama complet des "tubes" de Bourvil et de l'immensité de son talent.


Music in the Castle of Hohe
Music in the Castle of Hohe

5.0 étoiles sur 5 Sublime !, 28 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music in the Castle of Hohe (CD)
Oui, cet enregistrement à exactement 25 ans (1989); mais ces arrangements d'oeuvres vocales de Richard Wagner pour violoncelle et piano n'ont pas pris une ride. Ils bénéficient de la saveur du "Tafelklavier" du château d'Hohenschwangau, où séjourna Wagner, en 1865, sur l'invitation de Louis II de Bavière.
2 extraits des "Wesendonck Lieder" en prélude naturel à la "mort d'Isolde", de nombreux extraits de "Lohengrin" pour finir par la "romance à l'étoile" de "Tannhäuser": c'est un programme poétique, entre ombre et lumière, sans éclats excessifs qui transporte "au-delà" et ne s'oublie pas de si tôt.
Pour tout amoureux de Wagner... et les autres.


PICTURES AT AN EXHIBITION & FI
PICTURES AT AN EXHIBITION & FI
Proposé par Asahi Record-We are a CD shop in Japan. You can shop with confidence.
Prix : EUR 15,94

4.0 étoiles sur 5 Vous en rêviez ? RCA l'a fait !, 28 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : PICTURES AT AN EXHIBITION & FI (CD)
Car "réduire" les "Tableaux d'une exposition" et la suite de "L'oiseau de feu" à une seule guitare ne peut être qu'un rêve... un rêve de guitariste fou !
Friand de ce genre de "folies", je n'ai pas été déçu par monsieur Yamashita. Car il s'agissait non seulement de "réduire", d'arranger l'oeuvre pour ce seul instrument, mais de parvenir à l'interpréter !!!
Alors bon, pour être franc, je n'ai pas toujours tout à fait reconnu "L'oiseau" à quelques rares endroits. Mais ça n'est rien face à l'ébouriffante virtuosité, ingéniosité dont fait part le guitariste par ailleurs. On sent presque son instrument s'enflammer sous ses doigts !
Bien sûr, on ne recommandera pas cet enregistrement pour qui désire découvrir ces oeuvres. Priorité à l'orchestre, voire au piano pour les "Tableaux".
Mais qui adore ces oeuvres ne saurait passer à côté de cette performance.


Martha Argerich, Volume 1
Martha Argerich, Volume 1
Prix : EUR 19,50

5.0 étoiles sur 5 "On n'a pas tous les jours 20 ans...", 28 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Martha Argerich, Volume 1 (CD)
... dit la chanson. Surtout quand on en a... 19 ! comme c'est le cas ici, pour ces enregistrements effectués en Allemagne en 1960 (à Cologne et Munich, du 23 janvier au 5 septembre), dans un son superlatif.
S'il n'est qu'un seul (très) léger défaut à reprocher à ce CD, c'est, pour le concerto n° 21, de voir Martha Argerich confrontée à un orchestre correct, mais qui ne vole pas sur les mêmes cimes d'inspiration, de réactivité, d' énergie... Mais ça a malheureusement souvent été le cas: pour pouvoir profiter d'un nouvel enregistrement de Martha, elle qui ne prend plus guère le chemin des studios, il faut savoir se satisfaire d'orchestres qui n'ont pas, loin s'en faut, le prestige de Berlin, Vienne ou du Concertgebouw...
Mais, franchement, on oublie vite ces peccadilles face à cette pianiste "d'avant la légende", celle du concours international Chopin, remporté en 1965 et qui lança sa carrière. D'autant qu'il n'existe pas d'enregistrement "commercial", studio, de ce concerto de Mozart.
A acheter et écouter les yeux fermés...


Mozart : Les Concertos pour violon
Mozart : Les Concertos pour violon
Prix : EUR 16,78

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Cette version m'a enfin fait aimer ces oeuvres, 11 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : Les Concertos pour violon (CD)
En fait, je n'ai rien à ajouter à ce titre. Les concertos pour violon étaient, depuis toujours, l'oeuvre de Mozart que j'appréciais le moins: un peu trop "galants", "poudrés", "précieux"... Et puis Zehetmair est arrivé, dynamitant ce corpus, avec l'appréciable double casquette de soliste-chef, assurant ainsi une enviable homogénéité à la direction de l'oeuvre. Cela a acquis une vigueur, un "jarret" musculeux que je ne lui aurais jamais imaginé. A ce niveau de qualité instrumentale, à ce prix, on aurait tort de s'en priver.
Je vais vous faire une confidence: je viens, à l'instant, de découvrir que Zehetmair dirige le "Philharmonia" et non un orchestre de chambre, "formation Mozart", comme je l'imaginais (un Chamber orchestra of Europe, par exemple). C'est dire le travail d'allègement, de "sveltesse", de "nervosité" qu'il a effectué avec ce grand orchestre symphonique, peut-être réduit pour la circonstance, malgré tout.


Dexter - Saison 8 (la saison finale complète)
Dexter - Saison 8 (la saison finale complète)
DVD ~ Michael C. Hall
Prix : EUR 24,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout a une fin..., 11 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dexter - Saison 8 (la saison finale complète) (DVD)
C'est finalement paradoxal, comme cette série: on voudrait que cela se finisse bien pour un serial-killer ! Le comble !
Pas tant que ça: nous avions quitté un Dexter méconnaissable, métamorphosé en un "méchant serial killer", à la fin de la saison précédente. Un tueur qui ne suivait plus son "code", qui répondait à ses pulsions et tuait non "seulement" pour sauver sa peau, comme n'importe quel voyou de série Z, mais entraînait sa soeur dans sa descente aux enfers.
Je me suis demandé si j'allais poursuivre avec une nouvelle saison. Le personnage avait perdu tout son "intérêt", toute son originalité.
Mais quand il s'agit de la dernière saison, on ne résiste pas. On s'habitue à des personnages, à leur environnement, sur tant d'années. Achever leur parcours, c'est un peu comme mourir ou survivre avec eux...
Je n'ai donc pas été déçu par cette ultime saison. Essentiellement parce que, grâce à la géniale idée du Dr Vogel, Dexter, non seulement redevient celui qu'on a connu, mais finit de s'humaniser. Pour le meilleur, pour le pire ? Je ne vendrai pas la mèche: à chacun d'apprécier.
Pour ce qui est de la fin, "en soi", elle ne m'a ni déçu ni enthousiasmé. Il en fallait une... Il fallait bien que quelqu'un "disparaisse"... Ce qui m'a mis en rogne, par contre, c'est... le PACKAGING du coffret (ou l'emballage, en "bon" français) qui veut nous faire croire à une certaine fin, qui oriente notre imagination dans une certaine direction. Pourquoi ? Pour que la "vraie" fin nous surprenne d'autant plus ? Idée étrange...
"Finalement", puisqu'il semble bien s'agir d'une fin, on pourrait ne pas en avoir fini...


Beethoven : Les Symphonies (5 CD)
Beethoven : Les Symphonies (5 CD)

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La quadrature du cercle: tout le "confort moderne" avec les exigences des "baroqueux" !, 15 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Les Symphonies (5 CD) (CD)
A quoi bon, en 2014, commenter une intégrale parue plusieurs années auparavant et déjà critiquée ici-même ?
Primo, condition sine qua non: parce que je suis en train de la découvrir, certes avec quelques années de retard. Mais il n'est jamais trop tard pour bien faire.
Secundo, parce qu''il s'agit pour moi de réagir aux critiques précédentes, qui ravalaient cette interprétation et la qualité de cet orchestre au rang d'amateurs enregistrant en 2 coups de cuillère à pot, sans la moindre idée directrice.
Depuis la première intégrale de Frans Brüggen, chez Philips (celle de Roy Goodman, chez Nimbus tenait plus du prototype; et assez mal enregistrée, par dessus le marché) les interprétations des symphonies de Beethoven sur instruments d'époque ne font plus peur à personne. Sauf aux chefs traditionnels qui ont dû voir, pendant un certain temps, d'un mauvais oeil ces "baroqueux" qui osaient étendre leur répertoire au-delà du classique et empiéter sur leurs plates bandes.
Je crois que ce qui chagrine nos si méchants détracteurs, c'est que Chailly, chef "non baroqueux", réussit, contrairement à d'autres de ses collègues, la "quadrature du cercle" la plus convaincante: avec un orchestre d'une telle tradition, et en gardant ses qualités de beauté instrumentale absolue, lui insuffler l'énergie, l'urgence, le nerf des interprétations baroques. Ce que Christian Thielemann ne risque pas d'entreprendre avec la Staatskapelle de Dresde, plus influencé par Furtwängler que par Harnoncourt, par exemple.
Je recommande donc chaudement cette intégrale qui allie les qualités d'un orchestre "moderne" aux recherches de ces 30 dernières années.
Est-il besoin de relever la médiocrité d'argumentation qui juge de la qualité d'un chef au nombre de ses photos dans le livret ?
Je reviendrai juste sur l'argument des "tempi". Le minutage d'un mouvement ne signifie rien dans l'absolu, en dehors de tout contexte. Un tempo n'a de sens que lorsqu'il suit celui du mouvement précédent ou précédant le suivant. Un mouvement qui pourra paraître rapide écouté à part, semblera équilibré, "logique", dans une écoute continue de la symphonie. Et puis, on n'a pas attendu Chailly pour découvrir des tempi "énergiques" chez Beethoven; à commencer par Toscanini. Enfin, soyez rassurés, ça n'est pas un hystérique sous cocaïne qui a enregistré ce cycle (complété d'ouvertures): les plages de "repos" sont nombreuses. Nul risque de tachycardie, je vous l'assure.
J'ai été très surpris de lire ces critiques si virulentes, déchaînées à l'encontre de Riccardo Chailly.
Je suis d'autant plus agréablement surpris face à cet enregistrement que je peste souvent face à ces énièmes versions d'oeuvres déjà archi-enregistrées. Cette intégrale me fait mentir: ça n'est pas une intégrale "de plus" ni, encore moins, "de trop". Elle a sa place au panthéon des plus réussies, n'en déplaise à ceux qui considèrent que 300 acquiescements à la lecture d'un commentaire, par 300 personnes qui n'ont pas écouté les disques est une preuve définitive de qualité ou de médiocrité. Bonne écoute !


Mozart : les Quatuors à cordes / Quatuor Hagen
Mozart : les Quatuors à cordes / Quatuor Hagen
Prix : EUR 29,96

5.0 étoiles sur 5 La perfection !, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart : les Quatuors à cordes / Quatuor Hagen (CD)
Qu'ajouter ?
Certes, cela fait un peu court pour me croire sur parole. Mais tout y est: la qualité du son, rond, brillant. L'humour, l'énergie, l'urgence, quand il le faut. Mais l'abandon, la tendresse et la "suspension", aussi. Prise de son de qualité supérieure au niveau de l'interprétation. On ne s'ennuie jamais. A classer à côté des Berg dans Beethoven. C'est peu dire !


La Chanson d'Hélène
La Chanson d'Hélène
Prix : EUR 0,99

4.0 étoiles sur 5 L'émotion brute, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Chanson d'Hélène (Téléchargement MP3)
La plupart des gens se remémore leurs "disparus" en feuilletant des albums-photos.
C'est pourtant le son de la voix qui, au fil des ans, finit par s'estomper.
Ici, c'est l'occasion de retrouver celle de Romy Schneider, disparue il y a déjà 32 ans, comme le spectateur l'a connue, au meilleur de ses films, au pire de sa vie privée: douce, frémissante, émue.
Avec cette chanson, nous n'oublierons jamais sa voix...


Folk Songs
Folk Songs
Prix : EUR 18,99

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Déception..., 12 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Folk Songs (CD)
Une fois de plus, j'aurais adoré dire du bien de ce récital; car ils ne sont pas fréquents, ceux qui réunissent un programme aussi original.
Malheureusement, quand on a Victoria de Los Angeles et Cathy Berberian dans les oreilles, à quoi bon ?... Alors, vous me direz (je l'entends déjà d'ici...): "Les artistes ne vont tout de même pas se priver de chanter le répertoire, sous prétexte que d'autres l'ont déjà très bien fait avant eux !" Certes. Mais de là à l'enregistrer...
On ne reviendra pas sur les "moyens" mis en oeuvre pour le CD: un chef excellent pianiste. Des arrangements pour varier les atmosphères. Une voix de belle qualité, même si le vibrato gâche une partie du plaisir. Oui mais...
La mariée est trop belle... Ce qu'ils manque ? Je parle là pour les 2 cycles les plus importants du disque, dus à de Falla et Berio: l'esprit ! De sa belle et grande (grosse diront les mauvaises langues...) voix, madame Gubisch dramatise tout, transforme ce qui n'est qu'esprit piquant, ironie, humour, légèreté et clin d'oeil en scènes d'opéra grandiloquentes. Tout est interprété comme s'il s'agissait de la scène d'Ulrica du II. Bon, d'accord, dans les 7 canciones, il y a la "nana", pur moment de grâce, le "polo" où, en effet, on peut se permettre d'en faire un peu "plus". Mais le reste du temps, ces scènettes demandent plus de texte et d'esprit que de voix et de décibels... Certains chanteurs, rompus eux aussi à l'opéra, ont su s'y plier, malgré leur "instrument". Et d'autre pas... Quant aux "Folksongs", Cathy Berberian n'était pas ce qu'on peut appeler une voix "lyrique", mais a su leur rendre justice parce, justement, ça n'est pas du "son" qu'on vient chercher là. Mais à quoi bon ce commentaire de regrets, puisque le disque a d'ores et déjà obtenu de multiples récompenses... Les critiques musicaux dont c'est le métier ont certainement des oreilles plus affûtées que les miennes et un goût encore plus sûr...
PS: et, comme d'habitude: "Ce commentaire n'engage que moi"...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5