undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de CORNU > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par CORNU
Classement des meilleurs critiques: 1.446
Votes utiles : 346

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
CORNU

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Never Really Been Into It
Never Really Been Into It
Proposé par Skyvo Direct
Prix : EUR 16,45

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Ersatz, 19 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Really Been Into It (CD)
Je me souviens enfant avoir vu lors d'une Kermesse le chanteur de Michel Sardou qui s'appelait Serge Cardu (me semble-t-il). J'avais été très perturbé par cet homme ayant effacé toute personnalité pour se fondre dans la peau d'un autre. Cela me gênait que ce quidam soit une ombre d'un autre. Avec Ashrae Fax, ce sentiment m'est revenu. Jamais à ma connaissance, un groupe s'est aussi étroitement confondu avec son original, à savoir les Cocteau Twins. Instruments ayant le même son, même production usant (et abusant) des réverbérations, même grain de voix même si plus grave que la voix de Liz Frazer. Même les arpèges de Robin Guthrie sont modelées à l'identique. On pourrait croire à un véritable revival !! Peut être qu'au lieu de Fax, il fallait plutôt appeler le groupe Ashrae Scanner, plus proche de l'original. Une vraie déception car dans ce style musical, un renouveau pourrait bien avoir sa place mais qu'à la condition d'apporter quelque chose. Ici ce n'est vraiment pas le cas.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 23, 2015 7:11 PM CET


Paradisiac
Paradisiac
Prix : EUR 17,59

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Gros lot ?, 19 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paradisiac (CD)
Prenez quatre jeunes américains, bons musiciens aimant le gros son et réalisez un vœu : ils choisiront sans hésiter de se faire produire par Josh Homme, leader charismatique de Queen Of the Stone Age. Mais la mission est périeuse : se frotter dans le registre d'un rock épais, lourd, saturé de guitares et de sons synthétique à des calibres du genre Smashing Pumpkins, Electric Soft Parade, Weezer, Cage The Elephant et j'en passe, il faut oser. Mission en partie réussie avec cet album assez inégal, la deuxième partie de la set list étant plus pauvre, moins inspirée. En positif, cette énergie et une qualité de son impeccable qui donne à la musique du groupe une puissance très efficace. Il n'y a donc rien de révolutionnaire dans cet album, mais il est est gage de travail bien fait et d'une bonne dose de décibels prompts à vous remettre les idées en place en cas de petit coup de mou. Pour curieux.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 28, 2015 5:41 PM MEST


Pandemonium, Solace and Stars
Pandemonium, Solace and Stars
Proposé par Edealcity
Prix : EUR 11,84

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La grâce un point c'est tout, 12 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pandemonium, Solace and Stars (CD)
Alors qu'est sorti le dernier album de Laetitia Sheriff, on peut tout d'abord s'interroger du manque d'écho renvoyé par les médias, de la presse spécialisée à la presse généraliste. Car à l'écoute de cette album, combien d'artistes sont à ce niveau en terme de qualité de production, de recherche sonore et d'inspiration en France ? Ne cherchons pas trop longtemps, il y en a très peu. Cet album est sans doute le plus réussi de la rockeuse. Bien aidée de Nicolas Courret et de Thomas Poli, que l'on retrouve sur scène avec elle, on sent que le son s'est étoffé, a pris de l'ampleur tout en gardant (c'est vraiment sa signature) la ligne directrice d'un rock sensible, radical et introspectif. Quelques cordes ont fait leur apparition ("Fellow"), quelques envolées plus hypnotiques ("The Living Dead", "To Be Strong") et même des nappes synthétiques en fin d'album. Laetitia Sheriff n'est pas du genre à demeurer dans un style figé. Bien au contraire : l'évolution du son de sa musique démontre sa maîtrise artistique absolue. D'ailleurs tous ces artistes qui l'invite sur leurs albums (Red, Bikini Machine, Ez3quiel...) ne s'y sont pas trompé. Je ne connais qu'une seule autre compositrice-auteur capable de cette rigueur et de ce talent, mais dans un autre registre : Sophie Hunger. Alors si le mainstream pouvait un peu moins nous matraquer avec des artistes au bon gout de marketing et donner du sens en rendant l'hommage qu'il se doit à cette grande dame du rock (les anglais ont PJ Harvey et ils savent la chance qu'ils ont !!), nous serions tous heureux, pour nous, pour elle.
J'ai appris depuis peu qu'elle apprenait à des collégiens en Bretagne l'art de la composition. Cela rajoute à mon admiration pour la dame.


Hello Strange
Hello Strange
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vivants, bien vivants, 12 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hello Strange (CD)
Au bout du compte, ils ne sont pas si nombreux les bons disques live. Bien souvent, il manque la spontanéité à la captation. Le travail de mixage est souvent focalisé sur la qualité du son et la mise en ambiance. Mais il manque bien souvent toute la tension, tout ce coté accidentel qui fait que chaque concert est unique. C'est tout ce que possède le live de Girls In Hawaï. Le groupe belge après une tournée triomphale suite à la sortie de son dernier album studio "Everest" -voir commentaire par ailleurs), s'est fendu d'une seconde tournée, acoustique cette fois. C'est donc sous un jour nouveau que les chansons du groupe nous apparaissent dans une prise de son directe et brute. Et c'est sur ce registre que le disque attire l'attention : au début de l'enregistrement, on sent la tension des membres du groupe et la distance avec le public est presque palpable (timidité des applaudissements, des cris....). et puis au fil des morceaux la connexion avec l'auditoire se fait plus nette. Les musiciens se détendent prennent les choses à bras le corps. Et la magie du live surgit, aidée en une floppée de hit que le groupe a composé sur ses trois derniers albums. On sent le public chavirer de bonheur et nos six belges aussi. Un régal, ni plus, ni moins.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 10, 2015 6:07 PM CET


Nathan - 86935 - Puzzle Enfant Classique - Carte du Monde - 250 Pièces
Nathan - 86935 - Puzzle Enfant Classique - Carte du Monde - 250 Pièces
Prix : EUR 12,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pas à mettre en pièces, 12 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nathan - 86935 - Puzzle Enfant Classique - Carte du Monde - 250 Pièces (Jouet)
Ce petit puzzle destiné aux enfants de plus de huit ans n'est pas une déception. Ce n'est pas un coup de cœur non plus. Les couleurs ne sont pas du meilleur gout et les grandes surfaces (océans, grands pays ne sont pas animés). Cela ajoute à la difficulté, et c'est bien, par contre cela rend le résultat final un peu tristoune. Cela dit, pour organiser le tri, cela demande du temps et de la concentration, et c'est finalement le but recherché avec ce type de cadeau. Avis mitigé donc.


Manipulator
Manipulator
Prix : EUR 19,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Manipulateur ?, 12 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Manipulator (CD)
Ty Segall n'est sans doute pas le génie du rock qu'une certaine presse s’échine à nous faire admettre. Que nous ayons à écouter les disques d'un musicien extrêmement doué ne fait par contre aucun doute. Un monomaniaque musical, éponge humaine de toutes les sonorités rock se présentant à lui. Sur "Manipulator", c'est le punk, le garage que le californien cible de toute sa maîtrise et de son talent d'instrumentiste. Car tout comme Beck, en plus d'explorer tous les styles musicaux, de se les accaparer et de les revisiter, ce touche à tout jongle entre les instruments et les expériences sonores. Auteur d'une ribambelle d'albums, en groupes ou en solo, on a l'impression que son inspiration est un puits sans fond : un album par an, excusez du peu, et pour celui-ci, on double les doses. C'est peu fréquent par les temps qui courent, où la course stupide au format est de mise, de voir un double album aussi dense et cohérent sur toute sa durée. En résumé, Ty Segall n'a pas trouvé la formule pour changer le plomb en or, mais il s'emploie à la découvrir. Un artisan surdoué. Il sera consacré génie du rock s'il arrive à faire repartir une musique que ses confrères (à part de trop rares exceptions) s'attachent à rendre moribonde.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 20, 2015 9:59 AM CET


Lose
Lose
Prix : EUR 27,21

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Erudits Rock, 12 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lose (CD)
Avec les Cymbals Eat Guitars, on tout de suite qu'on à affaire à un quatuor de surdoués du rock. L'album commence comme un hommage au rock progressif, un peu comme une allusion. Car au beau milieu du morceau, changement de registre. Et c'est là qu'est le génie de ce groupe : au travers d'un thème musical, la forme peu changer de tout au tout, mettant en exergue deux visions différentes de leur culture musicale. Le raffinement des arrangement et l'inspiration des compositions dénotent dans ce milieu des années 2010 où le talent de musicien est bien moins mis en valeur que l'attitude, si possible futile. Ainsi au long des 9 plages de l'album (trop court c'est son seul défaut), les New Yorkais vont passer en revue, le grunge ("warning"), la pop noisy, le punk ("XR"), le shoe gaze (Place Names"), une ballade dans la lignée de Beck...Même le rock FM et le slow se retrouvent malaxés réinterprétés pour devenir un genre attractif (c'est le comble !) Bref, un registre totalement décoiffant qui emballe l'auditeur à l’affût des bonnes surprises sonores. Chaque écoute est l’occasion de trouver de nouvelles trouvailles qui rendent ce disque totalement addictif. En bonus la pochette d'album la plus drôle de l'année 2014. A ne rater sous aucun prétexte
.


Lose
Lose
Prix : EUR 18,66

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Erudits Rock, 12 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lose (CD)
Avec les Cymbals Eat Guitars, on tout de suite qu'on à affaire à un quatuor de surdoués du rock. L'album commence comme un hommage au rock progressif, un peu comme une allusion. Car au beau milieu du morceau, changement de registre. Et c'est là qu'est le génie de ce groupe : au travers d'un thème musical, la forme peu changer de tout au tout, mettant en exergue deux visions différentes de leur culture musicale. Le raffinement des arrangement et l'inspiration des compositions dénotent dans ce milieu des années 2010 où le talent de musicien est bien moins mis en valeur que l'attitude, si possible futile. Ainsi au long des 9 plages de l'album (trop court c'est son seul défaut), les New Yorkais vont passer en revue, le grunge ("warning"), la pop noisy, le punk ("XR"), le shoe gaze (Place Names"), une ballade dans la lignée de Beck...Même le rock FM et le slow se retrouvent malaxés réinterprétés pour devenir un genre attractif (c'est le comble !) Bref, un registre totalement décoiffant qui emballe l'auditeur à l’affût des bonnes surprises sonores. Chaque écoute est l’occasion de trouver de nouvelles trouvailles qui rendent ce disque totalement addictif. En bonus la pochette d'album la plus drôle de l'année 2014. A ne rater sous aucun prétexte.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 20, 2015 10:00 AM CET


In the Silence
In the Silence
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le silence après Asgeir est encore du Asgeir, 3 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : In the Silence (CD)
"In The Silence" est l'oeuvre d'un islandais pays spacieux et éloigné de tout. Est-ce cette caractéristique géographique qui pousse les islandais à entreprendre l'espace sonore avec une telle liberté, une telle sensation spatiale ? Car si les morceaux très connotés folk restent assez classiques, c'est quand Asgeir entreprend de donner du souffle à sa musique, du coté d'un groove très particulier (qui donne un léger coup de vieux à The XX), ou du coté épique et là on a entre ses oreille un objet musical aussi impressionnant qu'original. Coté groove, on tient un hit internationnal à venir avec "King and Cross". On peut citer aussi "Going Home" et "Head in the Snow". Coté épique, "Torrent" semble être un must. Bref cet artiste va exploser et devenir un de ces artistes internationaux qui comptent et qui deviennent universels (Asaf Avidan par exemple) . Asgeir ne va pas rester longtemps cantonné aux rubriques des magazines spécialisés mais va gagner les rivages de la reconnaissance mondiale. Ce ne sera que mérité avec l"espoir que l'artiste reste aussi éloigné que possible des pressions et que son Islande le protège du rétrécissement du mainstream.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 20, 2015 10:00 AM CET


Crimes of Passion
Crimes of Passion
Prix : EUR 20,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La bête a du mordant, 2 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crimes of Passion (CD)
Déjà, l'album précédant de Crocodiles "Endless Flowers" nous avait étonné (voir commentaire de ce disque par ailleurs). Cette pop psychédélique et brumeuse qui nous semblait su anglaise, si 70's était bien le fruit de quatre musiciens américains, jeunes et exaltés de surcroît (il n'y a qu'à voir le groupe sur scène pour s'en convaincre). Sur ce nouvel album, "Crimes Of Passion", on retrouve les mêmes ingrédients, agrémentés d'un coté music hall, cabaret (très sauvage tout de même) qui iraient bien avec cette ambiance décadente que savait si bien mettre en musique Lou Reed. Oui, sans doute, cet album est plus cote Est, plus New-yorkais. Il est aussi encore plus sexué, emprunt des obsessions du groupe, les photos de la jacket l'illustrant à merveille. Le tout dans cet écrin sans cesse remis au gout du jour, de l'époque : le psychédélisme, genre musical qui trouble les sens, rend notre univers sonore flou et imprécis, éveillant encore plus notre acuité auditive pour mieux ressentir la pulsation flamboyante de la musique de Crocodiles. Un groupe qui devient petit à petit incontournable sur la scène rock.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20