undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Line > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Line
Classement des meilleurs critiques: 2.411.106
Votes utiles : 135

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Line

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Histoire d'une solitude
Histoire d'une solitude
par Milan Füst
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

5.0 étoiles sur 5 L'impossibilité d'aimer: drôle et profond, 20 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire d'une solitude (Poche)
Superbe découverte de Milan Fust dont je vais m'empresser de lire 'l'histoire de ma femme'; petit chef-d'oeuvre sur l'impossibilité d'aimer la femme rencontrée dans des circonstances insolites, la mère détestable qu'on se doit d'aimer quand même et le chien qui aurait pu combler le vide du coeur du narrateur : drôle à pleurer, parfois ...A lire absolument et à offrir.


Twelfth Department: Korolev Mysteries Book 3
Twelfth Department: Korolev Mysteries Book 3
par William Ryan
Edition : Broché
Prix : EUR 10,68

4.0 étoiles sur 5 Candide au pays des Soviets, 11 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Twelfth Department: Korolev Mysteries Book 3 (Broché)
Très intéressante trilogie policière et historique (The Holy Thief -Bloody Meadow ) où l'on suit le détective Korolev de la Militia ( police nationale) tenu de résoudre des énigmes criminelles à haut risque puisqu'à implications politiques et donc étroitement surveillées ou manipulées par le NKVD.
Le personnage de Korolev, mû par son patriotisme autant que par l'instinct de survie, ne cesse de justifier son implication sans faille et ses silences obligés par sa croyance 'aux lendemains qui chantent', régulièrement mise à mal par l'observation des réalités du monde qui l'entoure: voici donc les histoires d'un honnête homme en dictature, qui déteste la vue d'un cadavre mais sort son pistolet sans hésitation,d'un fervent partisan de l'ordre et de la justice en prise directe avec tous les désordres et injustices de la société stalinienne sous haut contrôle, d'où l'humour constant qui se dégage de chaque situation sinon du détective lui-même que l'on voit souffrir et suer plutôt que sourire.
Ouvrages très bien écrits et extrêmement bien documentés. Lecture obligatoire pour tout amateur de lecture policière et historique dans la veine d'un Philip Kerr.


L'Étrangère
L'Étrangère
par Sándor Márai
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

4.0 étoiles sur 5 Histoire d'un bourgeois qui part en villégiature...., 3 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Étrangère (Poche)
Ce pourrait être une simple histoire d'adultère , celle de Viktor Askenazi qui a l'audace ,peu commune pour l'époque, de quitter sa femme pour une autre, plus jeune, plus sensuelle et qui ne s'engage que peu dans ses relations amoureuses.Voilà de quoi déstabiliser Askenasi s'il ne prétendait pas le contraire,s'il n'était pas un grand bourgeois coincé dans son monde qu'il rejette apparemment mais dont il transporte tous les codes, pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à cette petite ville de la côte adriatique où il se réfugie pour réfléchir à son existence, croyant à une transgression, plutôt que de poursuivre son voyage jusqu'en Grèce.
C'est donc à Raguse, aujourd'hui Dubrovnik, qu' Askenasi s'installe en observateur de la population locale et autres touristes et nous livre,non sans humour, nombre de ses impressions sur ce pays presque barbare puisqu'il n'en comprend pas la langue,lui ,le linguiste; les visiteurs allemands n'échappent pas à sa critique acerbe mais il fait montre de beaucoup plus d'indulgence pour lui-même, dans ce débat intérieur qui l'amène à analyser le rôle de la société et son intrusion dans les affaires privées jusqu'à ce moment de découverte intime qui l'amènera à la véritable transgression, celle dont le lecteur découvre qu'il la porte en lui depuis toujours.
"Pendant quarante-huit ans,moi aussi, je suis resté à la surface.J'ai cru qu'avec des baisers et de l'amour et des étreintes, on pouvait arranger quelque chose.Mais quand on n'y arrive plus..." .Il soupira,soucieux "Je me demande s'il y en a beaucoup qui vont jusque-là".
Toute l'histoire,bien sûr, est contenue dans le 'jusque-là', magnifiquement portée par l'écriture de Marai, par la profondeur et la subtilité de l'auteur.
Pas de cinq étoiles toutefois car je suis restée insensible au monologue final du personnage.


Etre sans destin
Etre sans destin
par Imre Kertesz
Edition : Poche
Prix : EUR 8,70

5.0 étoiles sur 5 Sublime et glaçant, 24 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre sans destin (Poche)
Un adolescent de quinze ans, pas très heureux chez lui mais sérieux et discipliné, fier du laissez-passer qui lui permet de gagner l'usine d'armement où les circonstances l'obligent à travailler sans qu'il ne s'en plaigne , est pris dans une rafle par une belle journée d'été avec quelques copains et rejoint les centaines d'adultes, hommes, femmes et enfants parqués dans une briqueterie où gendarmes et policiers hongrois leur font miroiter la promesse d'un travail rémunéré en Allemagne. Aucune plainte, aucune récrimination mais quelques éclats de rire et la description des maisons proprettes ,des pelouses, du terrain de football de Auschwitz-Birkenau avant le passage à la désinfection et la douche et la réalité du camp.
Kertesz parviendra-t-il jusqu'au bout à laisser le lecteur rivé aux souvenirs de son double, à rendre parfaitement crédible l'idée selon laquelle il y a du 'bonheur dans les camps de concentration' et qui clôt le livre comme un coup de poignard?
Le plus étrange est que l'on parvient à comprendre de quel bonheur il s'agit, celui qui mène à la survie dans un redoutable combat pour dompter envies et désirs qui empêcheraient l'adaptation au pire, comme garder un morceau de pain dans la poche pour ne jamais, au grand jamais être en manque total, surprenante ouverture à la beauté des paysages et des visages bien nourris dont le narrateur se nourrit lui aussi autant que du bocal de haricots verts dont s'empiffre l'un des gardes ,apaisement virtuel de la faim, intérêts pour les langues et pour chaque mot dont la compréhension est vitale , regard sans concession mais presque tendre aussi sur les adultes qui semblent le protéger mais à l'égard desquels il garde son libre-arbitre. Etrange et sublime leçon de liberté, glaçante initiation à ce qui fait la vie, même dans les camps, et refus bouleversant de séparer l'humanité entre bourreaux et victimes.


Considérations sur Hitler
Considérations sur Hitler
par Sebastian HAFFNER
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

4.0 étoiles sur 5 Conquérir ou / et anéantir, 2 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Considérations sur Hitler (Poche)
Remarquable par sa concision et sa clarté d'analyse et d'écriture,cet essai d'un journaliste et écrivain de formation juridique (cf Histoire d'un allemand) fournit de nombreuses clés pour comprendre les succès et les échecs de Hitler :pour Sebastian Haffner,nul recours à la psychologie de bazar ni aux affirmations péremptoires,nulle accusation de folie ni rejet total et absolu du personnage honni- pour réussir,il lui fallait bien quelques qualités- mais une démonstration confondante de clarté et d'intelligence des enjeux de la période et des choix du dictateur.Et c'est donc par une fine analyse de ces choix que Haffner nous amène à comprendre la suprême logique ,le but ultime et essentiel de Hitler à savoir l'accomplissement d'un meurtrier de masse:malades et invalides sur son propre territoire,en Pologne et Russie,à l'encontre des juifs mais également à l'encontre de son propre peuple lorsque celui-ci ne remplit plus sa fonction de race supérieure prête à l'autodestruction face à une force,voire une race supérieure puisque gagnante et qu'il se choisit pour anéantir l'Allemagne:les Russes, au détriment du choix instinctif des Allemands pour les anglo-américains,de loin moins redoutables.
Le reste chez Hitler,qui n'est pas moins que la domination du monde,finit par sembler accessoire tant la constance de la nécessité d'anéantir l'emporte sur toute autre considération.


Le poisson mouillé
Le poisson mouillé
par Volker Kutscher
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

4.0 étoiles sur 5 Berlin, la république de Weimar et sa police, 16 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le poisson mouillé (Poche)
Un livre excellent pour la reconstitution de la période,ses enjeux politiques et sociaux et sa description de Berlin avant la destruction de la ville,l'intrigue policière n'étant finalement qu'un prétexte pour évoquer les premiers nazis à l'oeuvre, les conflits entre Russes immigrés,espions de Staline et nostalgiques du tsar sans oublier les communistes allemands,leur célébration du 1er mai dans les quartiers populaires et la répression policière sanglante,même sous la république de Weimar:voici donc un polar historique dans la veine de Philip Kerr avec un jeune commissaire fils à papa arriviste et apolitique pas toujours sympathique mais courageux, amoureux et pas encore cynique.On a très envie de savoir ce qu'il va devenir...


Ce que dit Charlie: Treize leçons d'histoire
Ce que dit Charlie: Treize leçons d'histoire
par Pascal Ory
Edition : Broché
Prix : EUR 15,90

4.0 étoiles sur 5 "Le pire n'est jamais tout-à-fait sûr"..., 1 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ce que dit Charlie: Treize leçons d'histoire (Broché)
'Non,le pire n'est jamais sûr.Du moins jusqu'à la mort'. C'est par ces mots peu encourageants mais lucides que Pascal Ory conclue son analyse de 'Ce que dit Charlie'.
Je retiens une hypothèse plus optimiste pour les occidentaux et les musulmans eux-mêmes selon laquelle 'le radicalisme islamique serait l'indice non du fameux retour au religieux mais d'un dernier sursaut du fondamentalisme,poussé à la guerre par une sorte de fuite en avant impérialiste,dite guerre sainte'.
Par le biais de ses leçons d'histoire, P. Ory trace de très nombreuses pistes de réflexion et ce livre est si riche,passant parfois des premiers instants du christianisme au Moyen-Age puis au temps présent dans un même paragraphe qu'il va me falloir une seconde lecture pour absorber toute cette richesse;en effet,j'ai dévoré cet ouvrage alors qu'il nécessitait probablement une lecture plus lente et plus réflexive:ce livre exigeant requiert sans doute un effort de la part du lecteur tant la pensée d'Ory semble à la fois tenaillée par l'urgence de saisir cet instant et la nécessité de le contextualiser,d'où des phrases complexes,à tiroirs, car l'historien ne veut rien perdre de la complexité de l'événement qui nous raconte beaucoup de choses sur notre société et sa capacité,pour le moment,à encaisser le choc des attentats.
Voilà un livre érudit,passionnant,qui ne cède jamais à la facilité de telle ou telle interprétation en faisant le choix d'en évoquer plusieurs;à lire pour étoffer nos propres interprétations de ce moment d'histoire que nous avons tous vécu et pour nous rappeler que les autres monothéismes ne furent/sont pas exempts des dangers imputés aujourd'hui à l'Islam:s'en souvenir devrait au moins permettre de ne pas opposer les religions et de continuer à garder nos convictions de cet ordre pour la sphère privée.


Eloge du blasphème: essai
Eloge du blasphème: essai
par Caroline Fourest
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ne se trompe pas de cible, 31 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eloge du blasphème: essai (Broché)
Les essais de Caroline Fourest ne cessent de m'intéresser car,s'il s'agit de longs articles ne pouvant être publié dans un quotidien ou hebdomadaire et si ce ne sont pas des travaux universitaires avec leurs multitudes de notes en bas de pages, ils sont néanmoins très documentés et présentent l'avantage de la clarté.
'Coincée' entre droite catholique militante/extrême-droite et gauche 'anti-colonialiste' défendant l'islam au point de se commettre parfois avec les islamistes,voilà Caroline Fourest bien seule avec ce qui reste d'authentiques démocrates ,un mot à réhabiliter, accrochés aux 'Lumières' ,à la défense des droits de la femme et de l'être humain en général,proche des Kamel Daoud du monde entier et opposée à tout ce qui pourrait prendre les couleurs de l'obscurantisme et du totalitarisme.J'ai particulièrement apprécié la distinction qu'elle établit entre le 'rire DE' du 'rire AVEC' lorsqu'elle différencie le reproche de blasphème fait à Charlie et les propos de Dieudonné.
Certes,elle prend parfois des raccourcis pour exprimer son point de vue mais l'urgence est là et la suivre devrait permettre de ne pas nous égarer dans des combats inutiles ou nous tromper de cible.


La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse - Prix Nobel de Littérature 2015
La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse - Prix Nobel de Littérature 2015
par Svetlana Alexievitch
Edition : Poche
Prix : EUR 5,80

4.0 étoiles sur 5 ..ou comment s'effacer devant les victimes d'une catastrophe, 22 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Comme elle le fera dans 'La fin de l'homme rouge', Svetlana Alexievitch interview sans relâche les témoins et victimes de ce drame absolu qui les plongent dans une autre dimension,sorte de chaos cosmique que même la seconde guerre mondiale qui leur sert de référence à l'échelle des souffrances et de la douleur se révèle inappropriée:on ne leur avait rien dit sur les dangers du nucléaire, de la centrale de Tchernobyl;ils croyaient que le gouvernement et les scientifiques avaient les réponses,que les pompiers envoyés sur place sans autre protection que leur uniforme allaient éteindre le feu,qu'on les éloignait de leurs villages pour trois jours, qu'on ne manipulait pas les dosimètres -Silence sur les morts irradiés et enterrés dans des cercueils de plomb-silence des responsables qui éloignent leurs familles avant de s'éloigner eux-mêmes-silence des scientifiques qui risquent leurs postes,voire davantage-silence sur les cancers et silence sur le nuage qui,bien sûr,s'est arrêté à nos frontières.
Ce sont donc des cris de douleurs plutôt que des paroles que lancent les victimes interviewées,des cris que personne n'aime entendre mais qui s'imposent à nous,ici et aujourd'hui,entourés de centrales nucléaires qui,bien sûr,ne représentent aucun danger.
Savez-vous ce qu'il faut faire,vous,en cas de catastrophe de ce type? Moi pas ,on ne m'a rien dit,car bien sûr tout cela n'arrive qu'ailleurs.


Les mémoires dangereuses : de l'Algérie coloniale à la France d'aujourd'hui suivi d'une nouvelle édition de Transfert d'une mémoire
Les mémoires dangereuses : de l'Algérie coloniale à la France d'aujourd'hui suivi d'une nouvelle édition de Transfert d'une mémoire
par Benjamin Stora - Alexis Jenni
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'histoire pour mieux décrypter le présent, 11 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Voici l'un des livres à lire de toute urgence car il fournit quelques clefs pour mieux comprendre les enjeux qui se jouent sur le territoire national aujourd'hui et qui nous sort du prisme de l'islamisme et du religieux comme seule et unique grille de lecture du terrorisme en France.
L'entretien de B.Stora et A.Jenni est lumineux au point que l'on regrette qu'il n'occupe que 70 pages mais la seconde partie-Transfert d'une mémoire - ne l'est pas moins;elle nous rappelle qu'en France vivent des millions de personnes que la guerre d'Algérie a touché au plus près:immigrés algériens dès les années 1930,leur descendance,harkis,soldats du contingent,pieds-noirs,anciens de l'OAS.Cette guerre perdue par la France ne cesse de se rejouer dans les imaginaires,que ce soit de ceux qui pourraient se réjouir qu'elle fut gagnée mais qui sont français ou de ceux qui regrettent le temps de la grandeur coloniale et s'emploient à vouloir ramener les français issus de l'immigration à leur origine,ou plus habilement,à leur religion.Qui d'entre nous n'a pas cédé un jour à cette simplification?
Entre ceux qui excluent de leur imaginaire néo-colonial la population musulmane au prétexte que leur religion et leur culture ne peuvent se fondre dans les valeurs de la république et ceux qui déclarent qu'il est trop tard,la voie est étroite pour qui veut faire preuve d'optimisme mais surtout éviter un conflit frontal qu'attisent tant les terroristes qu'une droite davantage néo-coloniale que fasciste,nous dit B. Stora.
Se souvenir de la guerre d'Algérie mais surtout repenser ce que fut la colonisation dès ses débuts plutôt que de l'occulter devrait nous permettre de mieux appréhender ce que,tétanisés par les actes terroristes,nous préférons encore et toujours oublier.Oui,l'histoire est utile pour décrypter le présent.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6