Profil de Roux-Deuwel Julien > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Roux-Deuwel Julien
Classement des meilleurs critiques: 27.069
Votes utiles : 291

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Roux-Deuwel Julien "Julien RD" (France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Les cocus
Les cocus
par Charles Fourier
Edition : Broché
Prix : EUR 9,50

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une curiosité de bibliothèque dans une belle collection, 27 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les cocus (Broché)
Ce petit fascicule de la (très classe) collection des Carnets de l'Herne présente un texte de Charles Fourier, philosophe ou encore sociologue du XIIXe siècle inscrit dans la lignée du socialisme utopique ; il s'est notamment intéressé au Phalanstère comme structure sociale idéale.
Dans cet ouvrage au titre presque grivois il aborde la question de la vie sociale sous un angle particulier mais fondamentalement central : celui de la vie sexuelle. Il y est question de l'incompatibilité entre structure sociale du mariage monogame exclusif et structure pulsionnelle des individus, dont le respect formel en apparence amène à toutes les hypocrisies.
Si l'ouvrage n'a "techniquement" que peu d'intérêt, il n'en reste pas moins une curiosité de bibliothèque intéressante !

Cet ouvrage qui doit naturellement être contextualisé dans son époque, et d'ailleurs très libre dans son discours pour celle-ci, fait la critique de l'hypocrisie des valeurs pudibondes autour de la relation sentimentale et charnelle. Une première partie nous décrit l'ineptie de structures sociales (le mariage définitif monogame et exclusif) confrontée à la complexion pulsionnelle réelle des individus humains qui naturellement restent inféodés à leurs pulsions physiologique et pour lesquels la relation charnelle (sensuelle) reste malgré les pudibonderies et affirmations contraires l'horizon indépassable des relations homme-femme...
Les "démonstrations", s'il en est, sont empiriques basées sur la lecture des comportements (sociaux, amicaux, familiaux) observables. On pourra juger qu'il manque ici d'éléments factuels, statistiques, analytiques... mais ce n'est pas l'objet. Se référer pour ce faire à des analyses plus récentes qui achèveront à coup sûr de mettre à bas toute illusion romanesque !

Mais ce qui se veut le point d'orgue de l'ouvrage est sa seconde partie : une nomenclature burlesque des typologies de cocus, par genre, "disposés progressivement" à la manière d'une formation d'armée romaine ! Sous son air léger cette nomenclature donne un aperçu exhaustif des situations, là encore à contextualiser : nous sommes là dans le cadre du mariage formel, et non révocable, du XIIXe siècle... chacun pourra faire l'exercice de porter cela dans l'époque actuelle. Et, plus intéressant, de s'y projeter...

L'on comprendra alors vite que, comme le dit Fourier, comme le montre la projection de notre structure pulsionnelle dans le cadre culturel fixé, la situation idéale est celle du couple symétriquement volage : s'il nous faut un point d'attache sentimentalement/socialement stable, rester coincé dans la monogamie sensuelle réciproque et la défiance jalouse n'a aucun sens.


Je respire bien ! : Source de bien-être, jouvence et sérénité
Je respire bien ! : Source de bien-être, jouvence et sérénité
par Joy Manné
Edition : Poche
Prix : EUR 4,95

2.0 étoiles sur 5 Des principes fondamentaux, mais un peu nunuche, 28 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je respire bien ! : Source de bien-être, jouvence et sérénité (Poche)
Approche nunuche pour ne pas dire niaise. Mais bon.
Le mérite de ce petit bouquin pas cher : rappeler que notre respiration est fondamentale et centrale dans notre santé. Mal respirer c'est mal vivre, bien respirer c'est déjà prendre conscience qu'il nous Faut bien vivre.
Il en exprime les principes de base et présente quelques exercices simples à mettre en pratique au jour le jour.


Où va l'Amérique d'Obama ?
Où va l'Amérique d'Obama ?
par Hervé de Carmoy
Edition : Broché
Prix : EUR 18,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une petite brique dans la grande propagande idéoligique, 5 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Où va l'Amérique d'Obama ? (Broché)
"Où va l'Amérique d'Obama ?" : la question restera entière après la lecture d'un ouvrage qui, par moment, nous bombarde de références historiques sans mise en perspective suffisante, et, par d'autres, nous comble de développements plutôt scolaires étayés par aucune source. Des pistes génériques sont enfin dégagées, mais à l'heure de l'hyper-concentration de la richesse par une minorité qui confisque par suite la démocratie à ses fins, ne pas aborder ce point c'est légitimer le système en l'état.

Entrons dans le dur. Sur la forme, la couverture affiche un double auteur.
Il se présente en effet en deux parties bien distinctes :
- L'introduction longue d'une bonne trentaine de pages denses d'Alexandre Adler
- Un développement, très scolaire, d'Hervé de Carmoy
Plutôt que de jeter un jugement global sur l'ouvrage, nous nous sentons obligés de traiter ces deux parties distinctement. Elles sont en effet bien distinctes dans leur forme (ce qui s'entend), leur style (ce qui s'entend aussi) et (ce qui s'entend moins) par l'absence de lien logique apparent ou sous-jacent entre les deux - Un peu en somme comme si les deux compères avaient laissé cours à leur plume puis concaténé leurs écrits, traitant du même sujet, pour justifier l'imprimatur, ou bien sa rentabilité.

D'une manière globale à titre anecdotique, on notera l'absence totale de bibliographie et le faible nombre de notes de bas de page explicatives.

§§ Partie I - Alexandre Adler : écrit de niveau Bac+2

Ce texte court, ramassé et concentré, est digeste comme un gâteau bien trop riche dont les multiples ingrédients auraient été comme jetés dans le moule avec force profusion mais sans aucun liant, sans autre cohérence. Moultes références historiques bombardées à un lecteur qui, A/ soit les connait déjà B/ soit devra tracer le fil, pour ne pas s'y perdre, stylo et calepin à la main, secondé d'une bonne dose de Wikipedia.

Ne serait-ce que ça, ce pourrait être excusable voire enrichissant; là où le bât blesse c'est que cet amoncellement de faits ne laisse transparaître aucun liant, aucune trame, ne trace aucune "histoire".
Pire encore, peu de lien est fait avec des évènements de nature géopolitique tel la question de la maîtrise des ressources énergétiques pourtant centrale dans la politique extérieure - et intérieure - des USA.

Peut être encore plus grave, les poncifs usuels de guerre des civilisations (axe du mal, Al Quaida, combat pour imposer la démocratie et le modèle occidental) y sont un postulat non seulement non-questionné mais suivi de facto, hypothèses non déclarées - comment mieux imposer un point de vue subjectif comme objectif ?

Manque de recul ? Ou légitimation volontaire de plus d'un discours régnant déjà bien entendu ?

§§ Partie II - Hervé de Carmoy : dissertation scolaire niveau lycée de bonne tenue

Si la Partie I d'Alexandre Adler propose une stratégie de sortie, le texte d'Hervé de Carmoy semble quant-à lui se contenter d'empiler les lignes. Développement scolaire de points, adossés à aucune source. Mon avis est sans appel : lisez le sommaire pour une liste de sujets sur lesquels vous documenter... ailleurs.

A titre anecdotique, comment peut-on, fin 2011, écrire encore en substance que Barack Obama, président des USA, est "habité par le devoir d'accomplir une grande mutation" ?! Qu'il le fut ou non, la dure histoire des systèmes d'influences politico-économiques nous a rappelés à la dure réalité : Obama n'a pu/su/voulu qu'être le dévot des puissances de l'argent. Un paragraphe de 15 lignes est consacré à la question des inégalités de richesses et de la confiscation de la démocratie par la gangrène du lobbying.

Concernant le secteur financier, son "osmose" avec le politique, l'auteur se contente de constater sa réticence inébranlable à toute réglementation du secteur. Et d'en invoquer, antienne ultra-libérale, l'éthique et la morale : quelle illusion qui ne convainc plus grand monde. Éthique et morale n'apparaissent pas spontanément dans un système social qui défavorise celui qui en fait montre.

En conclusion, on apprend que c'est l'avènement d'un grand leader charismatique à la présidence qui emporterait son peuple vers une reconstruction de sa grandeur interne (recherche, industries de pointe, innovation, augmentation de la création de richesse...) et ainsi sortir de l'ornière actuelle (on aurait pu prononcer le mot de décadence), pourquoi pas avec l'aide d'une petite guerre qui mobiliserait les énergies. M. De Carmoy, parmi les trois sorties connues des systèmes à hyper-concentration de richesse que sont le retour du féodalisme, la guerre civile et la guerre tout court, envisagerait donc la dernière pour re-répartir la donne ?
Un peu trop lénifiant à mon goût...

S'ensuit une analyse sur le poids des contraintes [...], les lignes de forces [...] pour déboucher sur les moyens de mesurer les progrès [...]. Vous avez dit thèse/antithèse/synthèse ? Des relents nostalgiques de lycée, peut-être ? Vous n'écriviez pas autant - de grâce pour votre prof.


D'un retournement l'autre : Comédie sérieuse sur la crise financière en trois actes et en alexandrins
D'un retournement l'autre : Comédie sérieuse sur la crise financière en trois actes et en alexandrins
par Frédéric Lordon
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brillant par le fond et la forme, 15 novembre 2011
"Il n'y a pas de force intrinsèque des idées vraies, il n'y a pas de conversion purement intellectuelles des idées qui n'ont jamais rien mené sauf à être accompagnées d'affects."
C'est la raison pour laquelle Frédéric Lordon quitte dans ce livre le domaine de l'analyse socio-économique abstraite pour rejoindre celui de l'expression artistique plus apte à démultiplier les idées pures dans le réel en les rendant intelligible par les affects.
Cet ouvrage, par son fond et par sa forme, est juste brillant !


Larousse du jardin bio
Larousse du jardin bio
par Collectif
Edition : Relié

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un assez bel et bon ouvrage, 31 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Larousse du jardin bio (Relié)
Un bel et bon ouvrage, bien illustré de photographies comme de schémas mais qui fait en même temps la part belle aux textes explicatifs abordant de nombreux aspects du jardin biologique (flore, faune du jardin, amendements, compost, haies, nuisibles, cultivars...).
Se défendant bien sur le fond du sujet et en même temps beau dans la forme, il fera un excellent cadeau pour un proche jardinier attiré par la démarche biologique, ou pour soi-même.


Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits
Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits
par Christian Salmon
Edition : Poche
Prix : EUR 9,50

6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une arme d'autodéfense intellectuelle, 29 octobre 2010
Sujet bien traité, au delà de la pure polémique, abordant les techniques, leur intérêt mais aussi, car il le faut dans ce monde de positivistes aveugles, les dangers énormes que peut représenter leur emploi inconsidéré dans tous les pans de la vie sociale.
Un début d'arme pour s'en défier en décortiquant les discours - marketing, managériaux, économiques, politiques, ... - trop aguicheurs.


La pensée du sous-sol : Statut et structure de la psychologie dans la philosophie de Nietzsche
La pensée du sous-sol : Statut et structure de la psychologie dans la philosophie de Nietzsche
par Patrick Wotling
Edition : Poche
Prix : EUR 6,20

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Simplement excellent, 29 octobre 2010
Avoir lu au préalable, je pense, "Le gai savoir", "Par delà bien et mal" et pourquoi pas aussi celui par lequel commencer : "Humain, trop humain".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 15, 2014 1:54 PM MEST


La fabrique du crétin : La mort programmée de l'école
La fabrique du crétin : La mort programmée de l'école
par Jean-Paul Brighelli
Edition : Broché

12 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Assez édifiant..., 29 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La fabrique du crétin : La mort programmée de l'école (Broché)
Le niveau d'un bac des années 60 n'est aujourd'hui atteint qu'à bac+3.
Le volume d'heures d'apprentissage, premier facteur de succès de l'apprentissage, est en constante chute.
Ces heures sont remplacées par des activités non scolaires et, pour ceux qui le peuvent, par des cours privés.
On favorise l'apprentissage de compétences étriquées au détriment de la culture générale qui seule est capable de mettre en capacité de penser de manière critique. Nos gamins étudient les textes pour eux-mêmes, au delà de leur fond. Ainsi on retrouve au même plan une coupure de presse et un texte de Mallarmé.

... et bien d'autres encore.

La dégradation n'est pas un hasard ni une conséquence de quelque fait extérieur : elle est voulue.
Le rôle de la fabrique du crétin (l'école du système libéral) n'est pas d'éduquer des citoyens critiques mais de satisfaire l'outil de production, et favoriser au passage la reproduction sociale (étanchéité des classes).


En attendant Godot
En attendant Godot
par Samuel Beckett
Edition : Poche
Prix : EUR 6,90

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Noirceur, absurde et réflexion, 29 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : En attendant Godot (Poche)
"Elles accouchent à cheval sur une tombe, le jour brille un court instant puis c'est la nuit à nouveau."
Cette pièce est d'une noirceur admirable.


Dieu et l'Etat
Dieu et l'Etat
par Mikhail Bakounine
Edition : Poche
Prix : EUR 3,00

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Clair, concis et synthétique, 29 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dieu et l'Etat (Poche)
Excellente synthèse, très facile à lire, de la pensée de ce premier grand théoricien de l'anti-autoritarisme. (Anarchie)

Si la société anti-autoritaire idéale semble difficile à atteindre en l'état culturel actuel, les grands principes présentés ici, tant négatifs (décortiquage et critique de l'instauration du pouvoir sur la base d'un élément transcendant, récapitulatif historique de la prise de pouvoir des intérêts bourgeois lors de la révolution prétendument populaire de 1789 et le système ploutocratique vers lequel cela ène - ô combien actuel ! -, etc.) que positifs (diffusion de la culture et de la science comme biens communs non-marchandise) méritent d'être abordés par tous, à l'heure où le Grand Marché (le nouvel élément transcendant qui intronise l'instauration du pouvoir tyranique des intérêts égoïstes d'un petit nombre d'individus) nous fait croire à une liberté "libérale" absolument fictive...
"Le plus grand stratagème du Diable fut de faire croire qu'il n'existait pas."

Dans la guerre de tous contre tous (G.Châtelet), le Grand Marché est l'élément de croyance mis en avant, par ceux qui y ont intérêt, comme l'horizon nécessaire et indépassable.

Plus : concis, percutant, éloquent, actuel.
Moins : court. Mais il n'y a qu'à lire le reste ! ... et Stirner.


Page : 1 | 2 | 3