Profil de D. Vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par D. Vincent
Classement des meilleurs critiques: 1.187
Votes utiles : 504

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
D. Vincent (FRANCE)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14
pixel
Call to arms
Call to arms
Prix : EUR 17,01

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Phénoménal!!!, 14 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Call to arms (CD)
Plus de trente années de carrière au compteur, Saxon a connu des hauts et des (trés) bas notamment quand le groupe a délaissé son Heavy furibard pour attirer le public Américain, péripétie qui a failli lui couté trés cher.
Mais depuis quelques années Saxon s'est refait une santé en nous proposant des albums d'excellente facture, on pense à "Lionheart" et à "Inner Sanctum" ainsi qu'à d'autre opus "Into the Labyrinth" ou "Dog of war" qui sont loin d'être ridicule.
Avec "Call to the Arms", la bande à Biff Byford affiche une forme insolente qui fait plaisir à voir et à entendre.
Les Headbanguers seront comblés avec tout ses riffs accrocheurs et inventifs qui caractérise cet album.
Dès le premiers morceau "Hammer of the Gods" l'auditeur est pris carrément à la gorge et il ne sera plus laché jusqu'à la fin du disque. C'est du Hard-rock classique et efficace comme "Chasing the Bullet", "Surviving against the Odds" ou "Afterburner".
Il y a deux morceaux épiques et lyriques " Mists of Avalon" (avec Don Airey de Deep Purple aux claviers) et le morceau-titre de l'album "Call to the Arms" avec des éclats Heavy des plus inspirés.
Le groupe se donne dans le Heavy trés lourd avec "No Rest for the Wicked" avec son intro et sa conclusion trés psyché.
Saxon nous propose un morceau dans le style de "Perfect Strangers" façon Deep Purple ("When the Doomsday Comes") où encore une fois (normal me direz-vous!) Don Airey officie aux claviers, un trés beau titre.
L'auditeur a droit à un un boogie comme "Ballad of the working man" du plus bel effet.
L'album se conclut de manière magnifique avec "Call to the Arms" en version orchestrale avec des arrangements de toute beauté.
Sans vouloir dévaloriser les autre albums récents, "Call to the Arms" est à ranger avec les classiques comme "Wheels of Steel", "Strong Arm of the law" ou "Denim of leather". C'est leur meilleur album depuis bien longtemps.
A l'heure où Judas Priest fait ses adieux et Maiden qui nous a sorti un album mitigé, Saxon est la valeur-refuge de ces groupes issue de la NWOBHM.


Eclipse
Eclipse
Prix : EUR 10,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album superbe et plus Hard qu'on ne le pense!!!, 2 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eclipse (CD)
On savait depuis le précedent album "Revelation" que Journey revenait en force sur le devant de la scène.
Neal Shon et ses acolytes nous remettent le couvert avec ce fameux "Eclipse" qui est vraiment magnifique.
D'aprés les affirmations de Neal Schon, celui-ci nous affirme que jamais il n'avait autant bossé à la réalisation de cet album. Effectivement, l'auditeur a affaire à un opus extèmement bien travaillé et la caractéristique de "Eclipse" c'est la volonté du groupe de faire un véritable album complet : pas uniquement des tubes pour les radios qui était la spécialité requise de Journey.
Le groupe apporte des sonorités diverses tout au long de cet album avec des riffs costauds "City of hope", "Human steel" et "Ritual".
Le groupe s'aventure même sur du Hard-rock façon "Perfect Strangers" de Deep Purple avec "Chain of love" superbe.
Si tout ce bel ensemble tourne avec une précision d'horlogerie suisse, il y a de la recherche, du feeling et surtout de l'authenticité, écoutez en priorité "She's a mystery" avec ses mélodies acoustiques finissant par des riffs espoustouflants. Penchez-vous sur "Ritual" avec le jeu de batterie phénoménal de Deen Castronovo et vous m'en direz des nouvelles!!! surtout il faut mentionner le chanteur Arnel Pineda ultra présent sur ce disque, il en arrive à faire oublier Steve Perry, ce n'est pas un vain mot.
Il se distingue tout particulièrement sur les ballades "Tantra" et "To whom it may concern".
Mais cet album porte la marque de Neal Schon, il a concocté sur les bases d'un Hard Fm un album à orientation Heavy, certains passages font penser par moment à Maiden quand les riffs se font agressifs.
En tout cas "Eclipse" est l'un des meilleurs albums du groupe et on peut se dire que Journey a de beaux jours devant lui.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 29, 2011 4:22 PM MEST


Give Till It'S Gone
Give Till It'S Gone
Prix : EUR 9,98

3.0 étoiles sur 5 Un album irrégulier, 17 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Give Till It'S Gone (CD)
Ben Harper est un artiste prolifique, environ tout les deux ans il sort un album avec une tournée dans la foulée.
Tout particulièrement en France, son succés est impressionnant et ses concerts sont époustouflants. Plusieurs dates sont prévues cet été et certaines affichent complet.
Depuis quelques années, Ben Harper nous sort des albums où il a du mal à définir un style et comme le précédent on a l'impression qu'il court à tout les rateliers.
Comme d'habitude, ce nouvel album par rapport aux autres, n'est pas mauvais, mais il est vraiment tiède à l'image du morceau "Don't give up on me now" qui passe régulièrement sur les ondes.
Le ton de l'album est résolument rock, l'auditeur à droit à de la crème Led Zep avec "Dirty little lover" et "Do it for you, do it for us". Ben Harper nous singe Neil Young en version rock ("Rock'n'roll is free").
Quelques réussites comme le folk "Pray that our love sees the dawn" (avec Jackson Browne qui chante au refrain) et "Waiting on a sign" un bon pastiche soul.
Le moment le plus marquant de cet album est un morceau contenant deux parties "Spilling Faith" et "Get there from here" avec Ringo Starr à la batterie. Ben Harper nous fait carrément du Beatles période "Revolver" de manière trés convaincante.
L'album comporte quelques temps faibles "Feel love" trop mielleux ainsi que "Clearly Severely" rock carrément loupé.
Résultat des courses au final un album irrégulier qui encore un fois de plus on en ressort avec un avis partagé.
On aurait aimé plus de frissons, de sensibilité ou d'âme. Les qualités qui ressortaient à l'époque des premiers albums.


Karma
Karma
Prix : EUR 15,94

5.0 étoiles sur 5 Du Hard-Rock bien troussé, 13 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Karma (CD)
Trop méconnu , Winger a sorti "Karma" il y a environ deux ans. En consultant les commentaires avisés des internautes d'Amazon, je décide de le commander.
Je ne suis pas déçu, Winger propose un Hard-Rock bien troussé et inspiré, certains groupes dans le même style pourraient prendre de la graine.
C'est au niveau des compos que le groupe démontre son talent, une homogèneité est présente tout au long de cet album, le fruit d'une collaboration des deux principaux artisans que sont le bassiste- chanteur CF Kip Winger et Reb Beach. Avec l'apport de John Roth le fameux guitariste de Giant, vous avez un cocktail détonnant.
"Karma" démarre avec les deux premiers titres Heavy comme "Deal with the devil", "Stone cold killer".
Il y a de véritables hymnes aux refrains chromés comme "Supernova" et "Pull me under".
Pour montrer son éclectisme, Winger nous montre qu'il excelle aussi dans le slow aux mélodies magnétiques à faire fondre la cuirasse épaisse d'un rhinocéros. Des morceaux de haut-vol comme "Feeding Frenzy" ou "Big world away" avec ses riffs coriaces prouve que ces musiciens ont faim mais le bouquet d'artifice final est "Witness" où la guitare de John Roth monte en adrénaline en signant un solo magnifique digne des plus grands.
Dommage, que Winger n'ait pas d'audience dans nos contrées, il y a un groupe soudé délivrant de belles compos et avec un peu plus de publicité, ils pourraient remplir nos salles par chez nous.


Passion (Digibook)
Passion (Digibook)
Prix : EUR 17,23

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pendragon new-look, 21 avril 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion (Digibook) (CD)
Déroutant, destabilisant ce nouvel album de Pendragon. Pas facile d'accès, je dois le concéder, surtout dès les premières notes du morceau-titre "Passion" qui commence sur un rythme electro, et tout ces climats dans le même acabit au long de l'album.
C'est aprés plusieurs écoutes que je peux avoir une opinion définitive sur cet opus.
Pourtant Nick Barrett avait annoncé la couleur. Depuis la sortie de "Believe" il y avait une évolution dans la musique de Pendragon et avec "Passion" le groupe insiste dans la direction amorcée du précédent album "Pure".
Le groupe prend le risque de décevoir ceux qui ont adoré "Masquerade overture", "Not of this world" ou "Windows of life" les trois chefs-d'oeuvres incontournables dans la discographie de Pendragon.
Qu'on en juge avec l'intro froide et glaciale de "Empathy" déboulant avec une longue séquence musicale mélodieuse mais des chorus plus agressifs de la guitare de Nick Barrett. Le groupe réitère ces shémas musicaux sur d'autres morceaux comme "Skara Brae" ou "It's just a matter of not getting caught".
Pendragon néammoins ne renie pas bien sûr son passé avec "This green and pleasant land" qui est d'une grande veine progressive.
Finalement le morceau le plus intéréssant est "Fending Frenzy" morceau enlevé et varié fait de riffs musclés et inventifs délivrés par Nick Barrett (mais moins de solis de guitare, une constance dans cet opus), il constitue le morceau le plus inspiré de cet album.
"Your Black heart" morceau planant et raffiné conclut de fort belle manière "Passion".
Pour apprécier cette dernière réalisation de Pendragon, il suffit de se plonger dans les méandres de cet album pour mieux l'apprivoiser.


Welcome To My Dna
Welcome To My Dna
Prix : EUR 20,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bijou Pop, 17 avril 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Welcome To My Dna (CD)
C'est la troisième réalisation de l'association entre Steve Wilson et Aviv Geffen sous le nom de Blackfield.
Auparavant, le duo avait publié deux albums magnifiques. Aujourd'hui, les deux compères reéditent leur coup, c'est un véritable bijou pop qu'ils nous proposent.
Ce qui frappe à l'écoute de cet album c'est sa fraicheur avec des mélodies atmosphériques qui s'incrustent dans votre cerveau ("Oxygen", "Glass House","Go to hell").
Cet opus recèle des parties de piano raffinées comme le morceau "Dissolving with the night" avec sa trame musicale mélancolique tandis que des arpèges judicieusement placés sur "Risin of the tide" retranscit le travail somptueux d'Aviv Geffen au niveau des arrangements des cordes. A noter que celui-ci prend une place prépondérante sur cet album.
On a affaire un album accessible à la première écoute, tout particulièrement "Blood" un des seuls morceaux violent avec un pastiche en intro une mélodie orientale ainsi que "Zigota" où se combine des séquences rock et intermèdes mélodieux.
Il y a certainement un autre élément qui fait la différence par rapport aux autres albums de Blackfield, celui-ci est peut être plus progressif.
Par contre la musique est moins torturée comparé à Porcupine Tree, le groupe de Steve Wilson.
Un album dans la veine de la tradition pop digne d'un Coldplay, la grande classe, quoi!


Thunder and Lightning
Thunder and Lightning
Prix : EUR 11,85

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le plus sombre et le plus Métal dans la carrière de Thin lizzy, 14 avril 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Thunder and Lightning (CD)
Nous sommes en 1983, Phil Lynott le bassiste et chanteur leader de Thin Lizzy décide de dissoudre son groupe.
Trop de problèmes personnels, relationnels avec certains membres ainsi que son addiction aux drogues,et pensant injustement que Thin Lizzy ne pouvait plus assumer son succès.
Pourtant, Thin Lizzy a été l'un des groupes le plus créatif et le plus intelligent dans l'univers musical du Hard Rock.
Quand sortit, "Thunder and lightning", il faut planter le décor dans la galaxie du Hard : Iron Maiden, Judas Priest, Def Leppard et Saxon sont au sommet de leur gloire, AC/DC marque le pas et Metallica sort son premier album
Pendant ce temps, Thin Lizzy s'embarque pour une tournée d'adieu avec un nouveau guitariste John Sykes.
C'est vraiment lui, l'attraction de cet album qui est pour moi le plus sombre et le plus Métal de Thin Lizzy ,laissant augurer une nouvelle orientation dans le monde du Hard-rock.
"Thunder and lightning" et "Cold sweat" sont de facture Heavy où le nouveau venu se fond harmonieusement avec l'autre guitariste Scott Gorham.
Il y a une intensité grave tout au long de cet album comme "The Holy war" ou "Baby please dont go" symbole de l'humeur désabusée de Phil Lynott à cette époque.
Mention spéciale pour la ballade "The sun goes down" l'une des plus belles écrites par Thin Lizzy.
"Thunder and lightning" est donc le dernier album studio du groupe avant le live témoignant de la dernière tournée du groupe.
Beaucoup de gens espéraient que Thin Lizzy se reforme quand en 1986 Phil Lynott décède, tragique car ce groupe avait encore plein de choses à dire.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 23, 2011 9:22 PM MEST


Howlin' Mercy
Howlin' Mercy
Prix : EUR 10,82

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Testament Blues, 14 avril 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Howlin' Mercy (CD)
Il y a quelques années, j'avais remarqué dans un journal spécialisé ( "Best" à l'époque ) une chronique conseillant vivement ce fameux "Howlin' Mercy" de John Campbell. Je n'avais pas pu le trouver, mais j'ai remedié à ce mal trés récemment.
J'ai appris la disparition prématurée de ce Bluesman au milieu des années 90. En découvrant cet album, je n'ai pas été déçu. "Howlin' Mercy" est un trés grand album de Blues à ranger avec tout les grands noms du Blues comme Stevie Ray Vaughan, en passant par Muddy Waters ou BB King et j'en passe.
Musicalement, cet opus se situe entre Howlin' Wolf et Jimmy Thackery avec un côté "Roots" sans concession.
Il y a une atmosphére Vaudou comme en témoigne la pochette, une similitude avec ce look digne de Sreamin' Jay Hawkins.
John Campbell est un trés bon guitariste et un as du Bottleneck comme en atteste "Saddle up my pony" rappelant les humeurs bougons d'un John Lee Hooker, les puristes peuvent se régaler avec ses solos démoniaques à la Slide sur "Wolf among the lambs" et "Wiseblood" qui transporte dans les ambiances du Delta garanti!!!
John Campbell possède ce côté loup-garou comme Tom Waits dont il interprète magnifiquement un de ses titres "Down in the hole" et il nous fait un hommage fabuleux en reprenant "when the levee breaks" de Led Zeppelin.
Enfin le sommet de cet album est bien ce morceau "Written in stone" qui évoque Creedence a ses tout meilleurs moments. Tout celà avec un groupe derrière assurant un Blues traditionnel à douze mesures de façon efficace.
Dommage que John Campbell a disparu trop tôt, il aurait fait une grande carrière. En écoutant cet album, on a l'impression d'avoir affaire à "un testament du Blues" comme le dit la légende, un peu comme Robert Johnson...


Dust Bowl
Dust Bowl
Prix : EUR 18,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Jusqu'où s'arrêtera - t' il ?, 7 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dust Bowl (CD)
Joe Bonamassa avait sorti deux albums magnifiques en trés peu de temps et on savait que sa réputation n'était pas usurpée.
Il fait partie de la nouvelle génération de Bluesmen comme Chris Duarte qui reprennent avec maestria le flambeau des générations précédentes.
Le Blues toujours présent qui traverse les modes, il y a trente ans c'était Stevie Ray Vaughan et Jeff Healey et vingt pour Popa Chubby.
Aujourd'hui ce sont eux qui sont les chef de file de cette fameuse génération.
Concernant Joe Bonamassa voilà qu'il nous sort encore un nouvel album "Dust Bowl" de trés haute volée.
Et cette fois - ci, il y a un souffle épique tout au long de cet opus, c'est peut être la conséquence du fidéle Kevin Shirley à la production ( il produit essentiellement des groupes de Metal comme Maiden ou Dream Theater" )
En tout cas dés les premières notes du premier morceau, "Slow Train" le décor est planté , c'est un Boogie bien lourd qui fait évoquer dans notre imaginaire qu'on baigne en plein Western.
Non seulement, Joe Bonamassa est un grand guitariste mais c'est aussi un trés bon compositeur.
Jugez plutôt en écoutant "Dust Bowl" titre fièvreux aux ambiances moites avec de la reverb qui fait penser à Chris Isaak ainsi que "Black long Heartache" Blues ternaire en introduction acoustique debouchant sur un groove Bluesy de plomb digne de Led Zeppelin période "IV".
Il y a un autre joyaux "The last Matador of Bayonne" grand moment de créativité, un Blues quand le fantôme de Jimmy Reed rencontre une trompette à la mélodie Hispanisante avec une intensité mélancolique.
On notera aussi les associations du meilleur effet avec John Hiatt "Tenessee Plates" et Glenn Hughes pour la trés belle reprise de Paul Rodgers "Heartbreaker".
Il y a toujours de trés bonnes interprétations comme "The meaning of the Blues" de Bobby Troup ou "No love on the street" de Michaël Kamen.
"Dust Bowl" est encore un album varié, riche avec de belles couleurs musicales et un regard qui va au delà du Blues.
Tout ce que contient, "Dust Bowl" au niveau des solis c'est qu'on sent un guitariste en pleine inspiration touché par la grâce, et des riffs plein de feeling qui ravira aussi bien les amateurs de Blues et de Hard.
Joe Bonamassa a encore frappé trés fort! Jusqu'où s'arrêtera-t'il?
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 20, 2013 10:59 PM CET


Black Lightning
Black Lightning
Prix : EUR 10,35

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Jubilatoire!!!, 28 mars 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Lightning (CD)
Est-ce que la pochette ressemble étrangement à celle de "Back in Black" d'AC/DC ? en tout cas avec "The Black Lightning", le dernier album des Bellrays se revendique comme influence majeure du fameux combo Australien.
Certains rétorqueront que "Black lightning" est plus calibré et plus produit que ses prédécesseurs. Possible.
De toute façon, la hargne de Lisa Kekaula est toujours présente et le groupe nous assène toujours des météorites comme le morceau-titre de l'album, "Power to burn" ou "Hell on earth" avec cette fougue punk digne des Stooges.
Finalement cet opus est l'un des plus typé du groupe entre "Sun comes down" patchwork Soul que n'aurait pas renié les Temptations des 70's de même que l'exercice final avec "The way" où Lisa Kekaula se prend pour Diana Ross période "The Supremes".
Un album électrochoc à l'image d'un "Everybody get up" avec son intro à la Angus Young.
On tient l'un des meilleurs album de Rock sorti ces derniers mois : direct et efficace tout ce qu'on demande pour ce genre de musique, du basique et allant à l'essentiel.
Comme dans un shaker vous mettez un zeste de riffs d'AC/DC + un zeste de punk + un zeste de soul et vous obtiendrez "The Bellrays".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 19, 2011 10:28 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14