undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de L'homme qui tombe > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par L'homme qui tombe
Classement des meilleurs critiques: 2.321.006
Votes utiles : 18

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
L'homme qui tombe (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Solaire
Solaire
par Ian McEwan
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 screamadelica, 1 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Solaire (Broché)
Je suis un inconditionnel de Ian McEwan et, de lui, j'ai pratiquement tout lu.
Son dernier roman m'a cependant laissé perplexe. Certes l'écriture est toujours brillante et séductrice, voire magique. La prose est toujours recherchée, les références (souvent scientifiques) sont toujours présentes et justes (c'est quand même un peu déconcertant que le héros de l'histoire ait été nobélisé à cinquante ans, soit au moins 15 ans plus jeune qu'un nobélisé véritable).
mais j'ai eu assez de peine à "rentrer dans le livre" et, contrairement à d'autres (je venais de finir "Délires d'amour") je ne l'ai pas dévoré. En fait j'ai l'impression que Ian McEwan lui même n'est pas parvenu à rentrer dans son personnage, à nous (me) le faire sentir de l'intérieur. C'est probablement un choix assumé de sa part que d'observer Michaël Beard comme un entomologiste, et cela ne m'aurait peut être pas gêné de la part d'un autre auteur. Mais McEwan m'avait habitué a plus de proximité avec ses personnages, proximité dont l'absence m'a ici quelque peu dérouté.
Au final je garde quand même un bon souvenir du livre, mais très loin de ceux que m'avaient laissé Expiation, Amsterdam, Samedi, Délires d'amour ...


Une douce flamme
Une douce flamme
par Philip Kerr
Edition : Poche
Prix : EUR 22,40

8 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 bof bof bof, 1 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une douce flamme (Poche)
La trilogie berlinoise a culminé avec son troisième volet, ei Philip Kerr aurait du s'en tenir là. Passe encore le quatrième opus (la mort entre autre), acceptable mais lorgnant plus du côté de James Bond que de celui de Spillane ou de "Kiss me deadly".
J'aurais du me méfier du changement de ton qui ne laissait rien augurer de bon du cinquième volet des aventures de Bernie. Mais enfin j'ai acheté "Une douce flamme", parce que j'étais curieux et que Phulip Kerr ne pouvait pas être encore pire que pour le volet précédent ... mal m'en a pris !
C'est du grand guignol, avec un Bernhard Gunther du genre "même pas mal" alors qu'il se fait tabasser toutes les cents pages environ. Une histoire décousue, torturée, caractéristique d'un écrivain en panne d'inspiration et qui a visiblement épuisé son filon. A côté de ça on croise pléthore de personnages, ou plutôt de caricatures de personnages (qu'est loin la subtilité avec laquelle était décrite Heydrich). Tout ça avec un rythme d'écriture digne d'un Dan Brown ou des opus 2 et 3 de Millenium : on ne fait plus dans la finesse mais on déroule les grosses ficelles. Désastreux !
Non, vraiment je n'en conseille pas la lecture(vous vous en seriez douté ?) ... ce qui ne m'empêchera peut être pas d'acheter la suite (déjà parue en anglais) : finalement j'ai la faiblesse de croire que tout un chacun peut s'améliorer.


Page : 1