undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux cliquez_ici
Profil de LECTRICE ASSIDUE > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par LECTRICE ASSIDUE
Classement des meilleurs critiques: 22.416
Votes utiles : 49

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
LECTRICE ASSIDUE (charleville-mézières)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
EBOOKIVORE 2016
EBOOKIVORE 2016
Prix : EUR 1,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un oeil frais et neuf sur des livres pas forcément regardés, 15 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : EBOOKIVORE 2016 (Format Kindle)
Belle idée que cet e-book, réalisé à six mains et qui rend compte de lectures diverses! Cela change des critiques copié-collés des déjà best-sellers qui n'ont pas vraiment besoin qu'on parle d'eux et de leur livre (qu'il soit bon ou mauvais, d'ailleurs).
Avec l'e-bookivore, on sort des sentiers, dans le choix des lectures comme dans le ton de la critique. C'est frais, c'est vrai;
Félicitation aux auteurs !


L'étourdissement
L'étourdissement
par Joël Egloff
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

4.0 étoiles sur 5 lecture pour adultes..., 9 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'étourdissement (Poche)
Je suis surprise de voir que ce texte est indiqué pour les collégiens. Je viens de lire L'étourdissement sous la couverture de BUCHET CHASTEL (2004), autant dire une belle et sérieuse couverture, qui ne publie pas franchement des livres pour les enfants! Et ce ne sont pas des considérations pour enfants que celles d'un jeune adulte qui vit entre une piste de décollage, une station d'épuration, les abattoirs où lui et la plupart des habitants du coin travaillent et la station d'épuration où ils prennent des bains pas franchement d'eau claire. Le ton, il est vrai, proche du parler, aurait mérité d'être d'une expression plus soutenue, plutôt que ces phrases rognées par une parole simple et sans avenir. Néanmoins, l'histoire vaut la peine d'être lue, même si elle paraît encore un peu surréaliste (pour combien de temps), dans le brouillard d'une pollution subie et irréversible, qui fait penser à ce qui se passe actuellement en chine. Ceci dit, dans ce livre, on ne comprend pas bien ce qui a pu causer de tels changements. Les abattoirs sont glauques mais pas enfumés, une station d'épuration n'a jamais été un lieu de villégiature et fournit pourtant de l'eau claire à ses riverains, une piste de décollage est certes bruyante mais les réacteurs n'enfument pas encore le ciel à cacher le soleil du matin au soir. Fameux matin de brouillard où il faut retourner au travail sans vraiment l'avoir quitté, aller bosser encore jusqu'à l'étourdissement sans vraiment réaliser que ceux qui tuent les bœufs sont devenus eux-mêmes des animaux d'abattoir ou presque. Quant au rêve de tout quitter, il ne fait que passer. Le brouillard, lui, il habite là.
Sans tout dévoiler, voici un bon livre, qui ramène le lecteur aux questions essentielles de l'environnement, mais pas seulement. L'auteur a suffisamment d'humour pour semer ici et là de quoi surprendre son lecteur. Un humour noir, peut-être, mais très appréciable.


Cas mille
Cas mille

3.0 étoiles sur 5 Une belle sensibilité, 3 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cas mille (Format Kindle)
Un texte plutôt bien écrit, un sujet pas très nouveau, mais une vraie plume. Une découverte assez agréable en somme.


Chloé, Constance et Jane Austen
Chloé, Constance et Jane Austen
Prix : EUR 0,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 BOF, 3 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chloé, Constance et Jane Austen (Format Kindle)
Une réunion entre filles, un "club littéraire" pas vraiment curieux. Je n'ai rien trouvé de bien transcendant dans ce texte ...


La Vengeance de Steve Jobs
La Vengeance de Steve Jobs
Prix : EUR 0,00

3.0 étoiles sur 5 On aurait aimé un peu plus de densité, 20 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vengeance de Steve Jobs (Format Kindle)
L'histoire est originale -et audacieuse, quand on met en scène un illustre personnage-, mais j'aurais aimé un style plus dense, plus d'étoffe... ça se lit très vite, trop vite. Pour faire simple: c'est un peu trop simple.


Le vent tourne
Le vent tourne
par Sibylle Grimbert
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

4.0 étoiles sur 5 un bon livre, un bon auteur, un bon éditeur, 19 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le vent tourne (Broché)
Un dîner chez Marianne.
Benjamin, la trentaine, s'attendait à haïr ces gens qui ne
lui ressemblent pas. Pourtant, dans l'état d'esprit qui est le sien, il se surprend
à les apprécier, les aimer. N'est-il pas des leurs, quand il envisage soudain
de remplacer son père aux commandes de l'entreprise de salle de bain,
son père qui est peut-être en prison pour avoir giflé sa compagne en plein supermarché?
Edmond sent que cette soirée ne sera pas bonne: il est vieux et Véra lui échappe.
C'est pour ces deux personnages que cette soirée mondaine, initialement prévue bourrée de protocoles et
d'attidudes convenues, d'échanges entre gens bien intégrés, va dégénérer.
Benjamin n'est pas intégré, son père dit de lui qu'il ne ferait rien, n'irait nulle part et ne serait rien sans cette place qu'il lui laisse dans sa boîte, lui qui a réussi.
Etouffant, ce père, c'est peut-être pour cela que Benjamin voudrait qu'il disparaisse...
C'est l'heure de la révolte, au milieu de ces gens trop bien et trop sûrs d'eux. Benjamin bouscule les codes et les tables, sème une pagaïe sans nom, illumine la soirée de sa folie.
Vera aussi, elle a envie de changer d'air, de savoir si elle peut encore séduire. Edmond n'imagine pas la vie sans elle...

Centrée autour des tourments de ces deux hommes, ce roman est écrit de manière assez particulière, en deux parties fort inégales.
La soirée et ses dérapages, les mouvements de chacun et leurs mots nous entraînent dans un maelström qui donne le vertige, mais sans qu'on puisse trouver l'issue avant que l'auteure nous la donne: la soirée tourne court après l'arrivée de Frédéric, père de Benjamin, qui reprend son fils en main...

Un peu dense, un peu touffue, un peu floue même, cette mise en scène n'amène rien avant que l'auteure ne nous recentre sur Benjamin et sur ce qui a
motivé son comportement somme toute asocial.
C'est l'axe principal de ce livre: la souffrance de ce jeune homme qui n'est rien au regard de son père alors qu'il aurait aimé être quelqu'un.
Il hait, sa révolte passée, cette lâcheté qui le maintien sous sa coupe. Il revient néanmoins, calmé, à "la jolie couleur de la résignation"...

J'ai choisi ce livre pour une raison majeure: le nom de l'éditeur, que je sais être réputé sérieux et qui offre de jolis petits bouquins, non seulement bien faits, mais à lire des auteurs très sérieux et talentueux.
Il y a effectivement, un énorme travail d'écriture et Sibylle Grimbert jongle avec ses personnages à nous perdre. Elle cultive un art de la métaphore fort agréable et use d'un vocabulaire soigné.
Un petit bémol néanmoins: il est difficile de se retrouver dans la première partie, avec trop de détails et de personnages, alors que le simple cheminement de Benjamin nous aurait suffit. On ne le retrouve vraiment qu'en fin de livre, et c'est là que tout s'éclaire.
Dommage.


Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
par Jonas JONASSON
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 génial!, 19 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (Poche)
Jonas Jonasson est un jeune écrivain puisqu'il s'agit là de son premier roman. Il est suédois et journaliste.
Suédois comme son personnage, que l'on découvre à l'aube de ses cent ans, un âge respectable que la maison de retraite où il réside a décidé de fêter avec faste et nombre d'invités de marque.
Cela ne plaît pas à Allan Karlsson, qui déteste ce genre de simagrées. Inculte et apolitique, le vieillard préfèrerait de loin aller boire un petit coup.
Il ne lui faut pas longtemps pour décider de tenter de s'échapper et saute par la fenêtre de sa chambre, affublé de ses charentaises.
C'est ainsi accoutré qu'il rejoint la gare de Malmkôping, d'où il prend le bus pour Birynge, autre gare, moins fréquentée. Au passage, et songeant y trouver vêtements et chaussures, il a embarqué la valise d'un jeune homme dégingandé aux cheveux blonds longs et gras, à la barbe clairsemée et portant une veste en jean avec dans le dos l'inscription Never Again...

C'est le début d'aventures rocambolesques pour notre centenaire, tandis que derrière lui on s'inquiète en premier lieu de sa disparition et que la police le recherche, persuadée qu'il s'agit d'un enlèvement.
Mais au hasard des rencontres d'Allan avec Julius, puis les membres de Never Again, organisation criminelle qui tente de récupérer la valise, pleine de cinquante millions de couronnes...et d'autres personnages qui finiront par se partager le gâteau (la valise), en bon amis, la police elle-même devra revoir sa copie...
Rocambolesques et délicieuses, ces aventures nous sont contées avec un humour féroce que cultivent également les personnages, dont Allan lui-même...
Mais que sont ces petits tracas d'aujourd'hui au regard du premier siècle de vie du suédois, période qui nous est également rapportée en détails et chronologiquement, entre deux avancées (ou reculs) de l'enquête menée par l'inspecteur Aronsson? D'autant que c'est aussi le temps du bonheur pour Allan, voire de l'amour...
En tout cas nul ne peut, comme lui se vanter d'avoir pu "fricoter" tant avec Mao qu'avec Staline, d'avoir ou partagé un repas ou un coup à boire avec Truman ou Franco, d'avoir été le meilleur ami d'Albert Einstein ou d'une éléphante.
Encore moins d'avoir fait exploser sa maison deux fois, d'être expert en la matière et d'avoir donné la recette de la bombe atomique à la fois aux States et à la Russie...

Déjanté, fou ou simplement génial, il devient difficile de faire la part des choses dans ce livre fort divertissant et d'une liberté de ton à parfois couper le souffle.
Bien sûr, c'est un voyage imaginaire (encore heureux!), mais il fallait du culot et beaucoup d'imagination pour tenter l'aventure de ce roman aux digressions nombreuses, tant dans le style que dans l'intrigue.

Excellent, évidemment!


L'homme qui voulait être heureux (grands caractères)
L'homme qui voulait être heureux (grands caractères)
par Laurent Gounelle
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 ça ne changera sans doute pas grand chose, mais, quelle déception!, 19 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'homme qui voulait être heureux (grands caractères) (Broché)
le fond, comme le relèvent nombre de -bons- lecteurs, ne vole pas haut. Niais, cliché, redondant, ... mais s'il n'y avait que cela:
J'ai eu l'impression, à la lecture de certains paragraphes, d'avoir affaire à un auteur débutant, style jeune fille qui se met à écrire le grand roman de sa vie.
A ce titre, j'ai relevé certaines phrases édifiantes... mais le plus inquiétant n'est pas ce qui est dans ce livre, mais la caution éditoriale d'Anne Carrière, pour laquelle j'avais jusqu'ici beaucoup de respect et d'estime... c'est bien dommage.
A lire, page 43: Ils devaient avoir entre vingt et trente ans, le corps svelte, et... entièrement nus.
A lire page 57: Je ne le vis pas venir. Je me retournai, et il était derrière moi.
Page 80: le poisson n'avait pas l'air d'apprécier mon idée. Il continuait de me fixer de son oeil culpabilisateur.
Page 85: Je conduisis machinalement, et pourtant la route me sembla bien longue.
Page 91: Je repérai..., le palace le plus proche et sautai dans ma voiture.
Page 96: Puis je tombai sur le chiffre qui me cloua sur place, les doigts comme englués sur le clavier...
Ceci n'est qu'un aperçu. L'ouvrage recèle sans doute nombre d'autres perles du genre...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 3, 2015 2:28 PM CET


Briser le Silence
Briser le Silence
par Annie Berlingen
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Une approche intelligente pour un sujet toujours tabou!, 19 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Briser le Silence (Broché)
Je n'ai encore lu que l'extrait, mais j'ai été surprise d'emblée par cette intelligence que montre l'auteur dans la mise en scène d'un sujet difficile et maintes fois abordé. C'est original et bien vu, loin du pathos habituel ou du récit autobiographique(qui sont toutefois aussi légitimes)
A mots -bien- choisis, cette histoire (que j'espère quand même être une fiction) se laisse fort bien lire. Annie Berlingen, tente dans Briser le silence d'exprimer autrement ce qui reste inacceptable et impossible à dire. Je pense que je ne tarderai pas à lire la suite ...


Mémé
Mémé
Prix : EUR 10,99

4.0 étoiles sur 5 belle découverte, 8 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mémé (Format Kindle)
Mémé, c'est le petit bouquin tendre d'un gamin de 40 ans. Mémé, c'est le souvenir d'une enfance rurale, loin des univers trop carrés et tellement modernes des gosses d'aujourd'hui. Mémé, c'est le parfum de la basse-cour et des vieilles pierres, du bois vermoulu et du porc qui rissole. Mémé, c'est une araignée au plafond et une porte qui grince, un mouchoir dans un tablier et trois sous, des ampoules aux mains et la larme à l'œil. Mémé, c'est l'autrefois et le toujours, la mélancolie et le souvenir, l'amour et la peine de la vie.


Page : 1 | 2 | 3