undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de jean-marie lambert > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par jean-marie lambert
Classement des meilleurs critiques: 109
Votes utiles : 3340

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
jean-marie lambert
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Dictionnaire amoureux de l'Orient
Dictionnaire amoureux de l'Orient
par René GUITTON
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

5.0 étoiles sur 5 Aimer l'"Orient compliqué" sans "idées simples", 26 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire amoureux de l'Orient (Broché)
René Guitton nous livre ici l'un des fleurons de cette collection par ailleurs très inégale."Amoureux",ce dictionnaire l'est assurément:l'auteur manifeste une empathie et une compréhension bien rares aujourd'hui pour les peuples,les religions et les civilisations qui ont fait de cette terre un berceau de l'humanité mais aussi un lieu de conflits éternels.Prétendre embrasser des millénaires d'histoire,d'Ur à aujourd'hui,d'Abraham à Farouk,sur le vaste périmètre du "croissant fertile",de l'Egypte et de la péninsule arabique était une véritable gageure,brillamment réussie:la clarté du discours a de réelles vertus pédagogiques (cf les entrées "Coran","Bible",Evangile",véritables tours de force) .A juste titre Guitton insiste sur le rôle majeur de la Mésopotamie ancienne dans l'histoire du Proche-Orient,mais il n'en omet pas la modernité,avec un texte amusé sur Dubaï.Le rôle de Byzance n'est pas occulté,ce qui est rare.
De plus, Guitton n'oublie pas de distraire,et le style alerte de l'ouvrage montre que l'on peut écrire avec sérieux et humour sur tous ces sujets;et les chapitres consacrés à Farouk et au général De Gaulle en sont l'expression.Et quelles belles pages consacrées à la sublime Asmahan!
Par ailleurs,Guitton préfère Gautier à Chateaubriand (dont l'"Itinéraire" essuie de justes critiques pour la parie "orientale" du voyage de l'"enchanteur");il consacre un chapitre à l'oublié Pierre Benoit et encourage le lecteur à lire le merveilleux "jardin sur l'Oronte" de Barrès.
L'amour de Guitton pour l'Orient est communicatif:voici donc un ouvrage passionnant car vivant,dénué de cuistrerie,et qui fait montre d'une ouverture intellectuelle roborative en ces temps de raidissement intellectuel et culturel.


La Jeune Épouse
La Jeune Épouse
par Alessandro Baricco
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 secrets de famille, 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Jeune Épouse (Broché)
Une jeune fille fiancée de longue date à un fils de famille arrive à l'improviste dans la grande demeure de son futur époux("le fils"),qui a disparu en envoie régulièrement des objets d'Angleterre où il est censé se trouver..Confrontée à des rituels immuables,comme le long petit déjeuner et les vacances intangibles,au contact de personnages archétypes (le père,la mère,la fille,l'oncle...innommés),la "jeune épouse" découvre progressivement secrets de famille inavoués tout en s'initiant au sexe et en terminant au bordel municipal;la fin ne doit pour autant pas être dévoilée...
Baricco ne prétend pas faire oeuvre de sociologue ou d'historien de l'Italie du Novecento:à travers un cadre diffus il entreprend de livrer pulsions éternelles,tabous et ruptures,et les secrets sont progressivement dévoilés au sein d'une Famille -"la" Famille?
L'argument est quelque peu convenu et faussement provocateur,et le "roman dans le roman" est introduit de façon quelque peu malhabile.mais l'on est séduit comme toujours par la subtilité de l'écriture de Baricco,et par son sens de l'allusion et du rebondissement.Même si "la jeune épouse" sent un peu l'artifice (et pour cela ne compte pas au nombre des meilleures réussites de l'auteur:"soie","Emmaüs"...)le roman se lit avec plaisir jusqu'à la dernière page et contribue à la cohérence de l'oeuvre d'un écrivain qui compte dans la remarquable littérature italienne d'aujourd'hui.


OEuvres romanesques I, II
OEuvres romanesques I, II
par Mario Vargas Llosa
Edition : Cuir/luxe
Prix : EUR 130,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une oeuvre-monde, 5 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : OEuvres romanesques I, II (Cuir/luxe)
...tel est le titre de la belle introduction de Stéphane Michaud,maître d'oeuvre de cette édition en deux volumes de romans choisis de Mario Vargas Llosa."Choisis" par l'auteur lui-même au sein d'une production étalée sur plus d'un demi-siècle,et dont l'intégrale aurait sans doute nécessité deux volumes supplémentaires:point de Mayta,de Lituma,de Don Rigoberto ou de Roger Casement,mais huit oeuvres pleinement représentatives de la grande versatilité et de l'ampleur du spectre du talent du prix Nobel péruvien,qui rejoint ainsi Octavio Paz et Jorge Luis Borges dans une collection qu'il chérit particulièrement et dont il sera seulement le troisième représentant latino-américain(manquent toujours Carpentier,Cortazar,Fuentes...).Comme il l'explique dans un émouvant avant-propos,"La Pléiade" est pour lui l'un des symboles de la culture française,découverte dans ses jeunes années à Lima;il a appris comme beaucoup le Français avec...Georges Politzer,et s'est pris de passion pour Sartre,Balzac,Stendhal,Hugo..et surtout Gustave Flaubert,qu'il étudiera avec profit (ainsi que Faulkner).
Le premier tome comprend:
-"la ville et les chiens",premier coup d'éclat,roman d'apprentissage des rapports sociaux et de la violence dans un collège militaire de Lima où le jeune écrivain a fait ses études,et l'une des meilleures descriptions de l'adolescence;
-"la maison verte",où comment un bordel de Piura devient le centre de la vie locale et des passions qui agitent une petite communauté,roman qui bénéficie de la pratique assidue de Faulkner et du Nouveau Roman;
-"conversation à la Catedral":sans doute le chef-d'oeuvre de l'auteur,roman polyphonique d'une extrême virtuosité qui atteint à l'universel à travers le Lima du général Odria;
-"la tante Julia et le scribouillard",roman quasi picaresque qui se nourrit de l'expérience journalistique et du premier mariage de l'auteur.
Le second tome réunit:
-"la guerre de la fin du monde":grand roman d'aventures à la Dumas et Joseph Conrad,au sein du Brésil du XIXe siècle déchiré par la guerre civile,
-"la fête au bouc",impressionnante évocation de la dictature,à travers celle du "bouc Trujillo",et l'un des plus beaux personnages féminins de Vargas Llosa,
-"le Paradis...un peu plus loin",admirable roman de la vie de Flora Tristan et de son petit-fils Gauguin,
-"Tours et détours de la vilaine fille",qui n'est sans doute pas le roman le plus ambitieux de l'auteur mais est certainement l'un des plus attachants,de par l'histoire de la longue,douloureuse et épisodique relation du narrateur avec une séduisante manipulatrice.
Ces deux volumes sont indispensables:ils rassemblent une création romanesque de grande ampleur,aux registres étendus,dans des traductions entièrement revues.Plaisir de la lecture et exigence littéraire ,sens du romanesque et travail de la forme vont ici de pair,comme l'a enseigné à l'auteur son maître Flaubert.


Honegger & Ibert : L'Aiglon
Honegger & Ibert : L'Aiglon
Prix : EUR 22,99

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'aiglon-phénix,une résurrection bienvenue, 21 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Honegger & Ibert : L'Aiglon (CD)
"l'Aiglon" est une oeuvre méconnue,dont l'une des originalités est d'avoir été le fruit des efforts de deux compositeurs:Jacques Ibert,(actes I et V)et Arthur Honegger(actes II et IV),l'acte III ayant été écrit par les deux.Le librettiste Henri Cain a intelligemment ramassé la pièce d'Edmond Rostand,rendue célèbre par l'interprétation de Sarah Bernhardt et au fort contenu patriotique :le duc de Reichstadt,élevé dans l'oubli voire la haine de son père,garde vivace le souvenir de l'Empereur et meurt pour rejoindre l'Aigle.Composé en 1936,représenté en 1937,l'opéra est émouvant et contient une belle musique,sans pathos alors que le sujet aurait pu abondamment s'y prêter.Les tableaux se suivent avec beaucoup d'adresse,les atmosphères sont prenantes et "l'Aiglon" est très bien écrit pour les voix.
A la tête de l'orchestre symphonique de Montréal,Kent Nagano ravive le partenariat de la firme Decca avec l'ancien orchestre de Charles Dutoit,et le résultat est digne d'éloges:Nagano sait conduire une narration et met en valeur les subtilités de l'écriture d'Ibert et Honegger.La distribution est presque totalement québécoise et l'on comprend tout;Marc Barrard est un beau Flambeau ("nous,les obscurs,les sans-grade..."),Philippe Sly un Marmont repentant,Etienne Dupuis n'en fait pas trop dans le rôle du vil Metternich (qui a peur du chapeau de Napoléon),Marie-Nicole Lemieux une Marie-Louise de luxe;et Anne-Catherine Gillet est merveilleuse de simplicité et de naturel dans le rôle-titre;la scène de la mort du roi de Rome est d'une grande force émotionnelle.
Magnifique réalisation au service d'une très belle oeuvre,dont nous espérons la reprise plus fréquente sur nos scènes (Marseille l'a proposée récemment).Et merci à Decca d'avoir apporté un soin particulier à cette édition,soin qui va jusqu'à un livret exceptionnel:texte de présentation parfait,présentation des interprètes...


Randall
Randall
par Jonathan Gibbs
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 le roman de l'Art contemporain ou les raisins de Zeuxis, 7 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Randall (Broché)
Des années après la mort du célèbre créateur Randall,phare de la scène artistique des années 1990,sa veuve Justine contacte Vincent,qui fut l'homme d'affaires et l'ami de l'artiste;elle veut lui montrer des oeuvres ignorées,géniales et scandaleuses:Randall y a peint avec précision des ébats entre toutes ses relations,aisément reconnaissables.Que faire de cet héritage encombrant?
Le Randall imaginé par l'auteur est très représentatif des "Young British Artists",et l'on ne peut s'empêcher de penser à Damien Hirst.Le roman est construit par alternance entre le présent et le récit par Vincent de sa relation avec Randall.L'ouvrage peint un monde dans lequel l'art et l'argent sont étroitement imbriqués:l'art n'existe que parce qu'il s'achète et se revend,et l'oeuvre de Randall se nourrit de provocations et de performances,depuis la série d'autoportraits fécaux "pleins soleils",au happening de "la grande journée de l'Art" jusqu'aux "anti-mignons" de la biennale de Venise.La satire du petit monde de l'art contemporain est bien venue,mais il ne s'agit pas que de cela:Gibbs dresse un tableau attachant de cette bande de jeunes artistes,liés par l'émulation,la jalousie,l'alcool et les drogues,en proie à la jet set et aux oligarques.
Le sous-titre anglais est "the painted grape":en référence à la fable des raisins peints par Zeuxis,qui semblaient si vrais que les oiseaux étaient venus les picorer;Gibbs se livre à une réflexion indirecte sur le sens de l'art,et ce qui n'aurait pu être qu'une nouvelle charge contre l'art contemporain se révèle plus intéressant et subtil que cela,les aphorismes de Randall dépassant un cynisme de bon aloi.L'art peut-il tout montrer?
La sensibilité avec laquelle Gibbs dépeint ses personnages et la relation Vincent/Justine/Joshua est la marque d'un très bon écrivain,dont le premier roman est une vraie réussite,avec une dernière phrase à la Charles Palliser.


Voyage dans la Rome baroque: Le Vatican, les princes et les fêtes musicales
Voyage dans la Rome baroque: Le Vatican, les princes et les fêtes musicales
par Patrick Barbier
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Carnaval romain et naissance de l'oratorio, 4 mars 2016
Déjà auteur de deux remarquables ouvrages consacrés à la Venise de Vivaldi et à la Naples des Bourbons,Patrick Barbier se devait de nous faire vivre la Rome du XVIIe siècle et de la première moitié du XVIIIe siècle,période que nous avons désormais coutume de qualifier d'"Age baroque".
La première partie nous immerge dans la Rome des papes avec un vrai bonheur d'écriture:Barbier excelle à nous faire partager la vie quotidienne des romains,mais aussi celle des nombreux étrangers.Carnaval,courses de chevaux (et de vachettes!),entrées des ambassadeurs,cérémonies d'intronisation sont décrits avec vivacité.
La musique à Rome est bien entendu liée à ces (nombreux) événements festifs comme à la liturgie,omniprésente et dominée par la Chapelle pontificale et à la Chapelle Giulia,dont Barbier décrit recrutement et fonctionnement.Le rôle de Philippe de Neri dans la création de l'oratorio est utilement rappelé,tout comme l'influence déterminante de certains papes (Urbain VIII,Alexandre VII...)comme de grandes familles (Pamphilj,Barberini...).Très beau chapitre sur Christine de Suède.
Très bien documenté et écrit,ce voyage musical est précieux à l'amoureux de Rome;l'on y apprend beaucoup.Mais l'on ne retrouve pas tout à fait le brio des livres que Barbier avait consacrés à Naples et à Venise.


Dictionnaire amoureux de Shakespeare
Dictionnaire amoureux de Shakespeare
par François LAROQUE
Edition : Broché
Prix : EUR 27,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Shakespeare with love, 1 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire amoureux de Shakespeare (Broché)
Traducteur et spécialiste de Shakespeare,François Laroque est l'auteur de ce"dictionnaire amoureux",qui séduira tous les amateurs de Shakespeare.Ecrit sans une once de pédantisme,et avec beaucoup d'amour et d'humour,ce livre est une mine d'informations:davantage que les résumés des pièces ou que les rappels biographiques,les entrées thématiques sont passionnantes et nous ouvrent des perspectives parfois étonnantes sur l'oeuvre de l'auteur de "la Tempête":les articles "cruauté","défloration" "famille""noms" "rêve",parmi bien d'autres,sont éclairants.Et le chapitre "traduction" est le bienvenu.
Il est vrai que,pour une fois,la formule du "dictionnaire amoureux" si souvent banalisée désormais s'applique particulièrement bien à l'oeuvre-monde de Shakespeare,et permet de multiplier les angles de vue:ainsi nous appréhendons de façon extrêmement diverse ce monument ,de l'écriture à la scène,et ce à travers les époques;le chapitre sur l'accueil de Shakespeare en France est brillant,ainsi que la totalité des chapitres consacrés aux metteurs en scène,de Brook à Vitez.
Un regret toutefois:l'amour de l'auteur ne s'étend pas à la musique:l'entrée "opéra" est la seule à être convenue,Berlioz et Verdi ne bénéficient pas de l'article particulier que les auteurs de "Romeo et Juliette" et d'"Otello"auraient mérité (au contraire de Tesson et Sollers!)et Laroque commet une magnifique erreur verdienne p.334...
Néanmoins,cela n'empêchera pas le lecteur d'apprécier cette belle contribution à l'énorme bibliographie shakespearienne,bien écrite,stimulante et vivante.


Outre-Terre
Outre-Terre
par Jean-paul Kauffmann
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un itinéraire de la mémoire,entre Chabert et Gros, 21 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Outre-Terre (Broché)
"Outre-terre":c'est le nom qu'a donné Viviane Du Castel à l'enclave russe de Kaliningrad,l'ancienne Koenigsberg où vécut Kant et qui fut la capitale de la Prusse Orientale.C'est dans cette "outre-terre" que se trouvent les sites des champs de bataille d'Eylau et de Friedland.
En février 2007,bicentenaire de la bataille d'Eylau,Jean-Paul Kauffmann revient sur les lieux de la bataille avec son épouse Joëlle et ses deux grands fils:curieux voyage familial,aller retour entre passé(s) et présent,"Outre-terre" n'est pas un livre d'histoire,même si celle-ci est omniprésente.
Ceux qui ont aimé "la chambre noire de Longwood" et "la lutte avec l'ange"retrouveront les qualités de l'auteur:un sens aigu de l'observation (magnifiques analyses du chef-d'oeuvre du baron Gros et des autres oeuvres consacrées à la bataille),une attention permanente aux autres,une construction littéraire sans faille.Et Kauffmann sait faire exister ses héros:Augereau le malchanceux,Hautpoul,mais aussi Olga l'interprète,le guide du musée et le "cuirassier dépressif"parmi d'autres.Les apparitions d'Oleg Sokolov sont dignes d'un personnage de roman.De plus,Kauffmann sait décrire et faire vivre climat et paysages;l'église d'Eylau n'est-elle pas le lieu central du livre?
Le sens de l'histoire obsède l'auteur:pourquoi cette bataille est-elle oubliée,malgré Hugo et Balzac?Cette interrogation est assortie de réflexions sur les permanences (Prusse/Urss...) et l'imbrication entre sensations et réflexion fait le prix de ce récit,histoire vraie d'une recherche personnelle.
Et l'on peut aisément comprendre l'amour de Kauffmann pour le colonel Chabert qui a été,quant à lui,renié par les siens.


Mort d'un homme heureux
Mort d'un homme heureux
par Giorgio Fontana
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un héros ordinaire?, 14 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mort d'un homme heureux (Broché)
Giacomo Colnaghi est un magistrat milanais,confronté aux années de plomb.Son catholicisme n'est pas une religion de certitude,ses convictions politiques et professionnelles sont fermes mais laissent la place au questionnement.Tout comme son père Ernesto tué par les fascistes parce qu'il n'a pas courbé la tête,Giacomo sera exécuté au nom de sa conception de la république.
Auteur du remarqué "que la justice soit rendue",Giorgio Fontana nous décrit un homme simple,héros du droit,empreint au doute et fidèle à son devoir.C'est le magnifique portrait d'un héros ordinaire,et l'art de Fontana est tout de finesse dans la caractérisation des personnages;amis de longue date,camarades de café,collègues de travail...et cela faisait bien longtemps que la vie familiale n'avait pas été évoquée avec autant de sensibilité.
De plus,"mort d'un homme heureux" est un beau portrait du Milan des années 70.
Une nouvelle preuve de la capacité créatrice des écrivains italiens .


L'amie prodigieuse, Tome 2 : Le nouveau nom
L'amie prodigieuse, Tome 2 : Le nouveau nom
par Elena Ferrante
Edition : Broché
Prix : EUR 23,50

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 les chemins de la liberté, 8 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amie prodigieuse, Tome 2 : Le nouveau nom (Broché)
Enfin traduit en français,"le nouveau nom" est la suite de "l'amie prodigieuse",et le deuxième volet des quatre volumes de la saga napolitaine d'Elena Ferrante.La narratrice,Elena Greco,nous narre la suite de sa relation avec son amie d'enfance Lila Cerullo :l'une se marie à un épicier aisé,l'autre passe son baccalauréat et quitte Naples pour étudier à Pise,et toutes deux découvrent les difficultés des chemins de la liberté dans l'Italie des années 60.
L'on ne sait ce qu'il faut admirer le plus dans ce deuxième volume:la construction romanesque sans faille,l'analyse psychologique d'une grande finesse,et quelques scènes clés(tout le passage à Ischia est l'une des plus belles évocations de l'amour de jeunesse que l'on puisse lire).Le ton très maîtrisé est au service de sentiments forts et quelquefois violents,que ce soit dans le domaine familial,conjugal ou social.Les personnages "secondaires" sont tous réussis,et sont autant de portraits savoureux d'une humanité napolitaine et universelle.
L'on ne connait toujours pas la véritable identité d'Elena Ferrante,mais l'on ne peut s'empêcher de penser que son roman est largement autobiographique:la description de l'arrivée à l'université de Pise de la jeune Elena ainsi que la découverte de sa vocation d'écrivain en sont des signes parmi bien d'autres.
Une fois ouvert on ne lâche plus ce roman passionnant et important,et l'on ne peut que regretter de devoir attendre la suite,au contraire du lecteur anglo-saxon qui dispose déjà des quatre volumes.Et ne félicitons pas Gallimard pour le choix d'une photo américaine hors de propos trouvée dans une banque d'images et dont le seul rapport avec le livre est que Lila et Lena vont à la plage...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20