Profil de jean-marie lambert > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par jean-marie lambert
Classement des meilleurs critiques: 59
Votes utiles : 2089

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
jean-marie lambert
(TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La patience du franc-tireur
La patience du franc-tireur
par Arturo Pérez-Reverte
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 l'Art comme tragédie, 19 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La patience du franc-tireur (Broché)
Alexandra,alias "Lex",doit proposer à "Sniper",maître graffeur incontesté,une rétrospective et un catalogue de ses oeuvres.Mais le "franc-tireur"est insaisissable:ses traits sont ignorés ainsi que son identité et,non content de refuser tout contact avec le milieu de l'Art,Sniper considère ses performances comme autant de prises de risques,pour lui comme pour ceux qui l'adulent et le suivent.
De Madrid à Naples en passant par Vérone,nous suivons Lex dans sa quête qui est celle d'un homme mais aussi du sens de l'Art,ancré dans le réel urbain dont Naples est la capitale rêvée:mondes souterrains et gens de la nuit sont chez eux dans la "capitale orientale"de l'Europe.
Pérez-Reverte est chez lui chez taggeurs et graffeurs,comme il l'était auprès du maître flamand ou du peintre de batailles:ce récit remarquablement construit est bien davantage qu'une enquête habilement ficelée (très belle chute...),il s'agit d'une réflexion sur l'Art,qui est danger car prise de risque.Pour Sniper,seul le danger rend à l'Art sa dignité.


Les terres du couchant
Les terres du couchant
par Bernhild Boie
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une littérature qui respire, 12 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les terres du couchant (Broché)
L'on savait qu'après "le rivage des Syrtes" Julien Gracq avait travaillé à un roman qu'il avait abandonné pour "un balcon en forêt",et dont il avait extrait des pages pour en faire "la route"(dans "la presqu'île"):c'est ce texte qui nous est offert ici,après un beau travail d'édition de Bernhild Boie,qui signe en outre une remarquable postface.
"Les terres du couchant" est le titre choisi par B.Boie ,et il est en effet approprié à ce roman qui se déroule en un espace indéfini,entre Irlande,Islande et France du Nord,et en des temps médiévaux avec carabines...Drôle de guerre tout d'abord,puis long chemin,enfin siège et âpreté du combat:par une accumulation d'images poétiques Gracq nous fait ressentir ce que vit la petite communauté guerrière dont nous partageons le destin.
Le géographe Louis Poirier nous expose ici un grand panorama de paysages:forêts,lacs,cités s'offrent à nous sous tous les temps et toutes les saisons;les sens sont tous sollicités,en particulier l'odorat:l'on sent la terre,les murs,l'herbe...et l'ouïe:le silence et le bruit sont des constituants de l'atmosphère à la fois enchantée et menaçante qui imprègne le livre,le seul dans lequel l'auteur montre la violence.
Même si l'année 40 est ici retracée par l'allégorie,"les terres du couchant" atteint le niveau des pages du meilleur de l'auteur:le réel permet ici d'atteindre l'immatériel,et chaque mot contribue à la fantasmagorie de cette superbe prose poétique,ode à la vie et à la nature."Chaînon manquant",ce roman inachevé ne bouleverse pas notre vision de Gracq,mais en renforce la stature en nous donnant à lire un florilège passionnant :plus qu'un laboratoire d'écriture,ce texte se lit comme une oeuvre en soi.
Merci à Corti et à Bernhild Boie de nous offrir ce cadeau,qui nous rappelle bien opportunément ce qu'est l'exigence littéraire,qui a conduit Gracq à laisser inachevée une telle merveille;que cela puisse servir de leçon à ceux qui n'hésitent pas à publier leur superflu.


Les compagnons de l'aube : Archives inédites des compagnons de la libération
Les compagnons de l'aube : Archives inédites des compagnons de la libération
par Guillaume Piketty
Edition : Relié
Prix : EUR 55,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 la France combattante que nous aimons, 11 octobre 2014
De l'île se Sein à la ville de Grenoble,de Diego Brosset à Georges Guingouin,nous lisons ici avec émotion autant de portraits et de vies de courage et d'amour de la vie et de la France.
Les auteurs ont fait une sélection judicieuse parmi tous les compagnons de la Libération,dont la liste intégrale figure en fin d'ouvrage:illustres ou anonymes,tous ont été l'honneur de la France,et l'on ne peut qu'être ému par les destins de Berty Albrecht ou Roger Cavaillès.Il est fascinant de constater chez tous l'union intime du sens du devoir et du sacrifice,de l'amour de la patrie et de l'esprit d'aventure,et l'on ne remerciera jamais assez Romain Gary dont la photo est en couverture du livre ,et ses compagnons de lutte de nous donner des raisons d'espérer en une France généreuse et tournée vers l'avenir..
Très beau livre,remarquablement édité et présenté,avec de superbes illustrations,dont la publication est bien opportune...


Robespierre
Robespierre
par Gilles Deregnaucourt
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 indispensable pour les années de formation, 10 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robespierre (Broché)
L'on ne compte plus les ouvrages consacrés à Robespierre:depuis Hamel jusqu'à Leuwers,beaucoup de biographies ont été consacrées à l'incorruptible,et le meilleur(Walter,Guillemin,Obligi,McPhee...)côtoie le pire(Dingli),sans parler des essais littéraires de qualité(Domecq).L'apport du livre de Leuwers,spécialiste de l'histoire du Droit,est incontestable:se voulant objectif,sans pour autant être dénué de sensibilité,ce livre est bien écrit et reste très factuel,travaillant au plus près des sources et détruisant des mythes persistants(le compliment au roi,par exemple).
Leuwers est très intéressant sur les années de formation et sur le parcours artésien de Robespierre;les affaires plaidées sont décrites de façon vivante,et les enjeux bien exposés.En revanche,Leuwers est un peu cursif sur les années 1793-1794;sans doute pense-t-il que le lecteur est familier des événements;mais l'on aurait aimé qu'il nous livrât une analyse approfondie du rôle de Robespierre dans la chute des Girondins et dans le procès des dantonistes.De même,Thermidor est à la fois très brillamment et trop brièvement décrit.
L'iconographie est,par ailleurs,assez pauvre,à l'image de la couverture d'une médiocre qualité.
Indispensable donc pour la période pré-1791,Leuwers a le mérite de présenter une image précise de Robespierre et de bien situer son action dans le contexte historique,en lui donnant toute sa place mais en l'intégrant dans l'action collective des assemblées,du club des jacobins et du comité de salut public.


Sibelius: Les cygnes et le silence
Sibelius: Les cygnes et le silence
par Richard Millet
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

5 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 valse triste, 6 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sibelius: Les cygnes et le silence (Broché)
Il ne s'agit pas d'une étude sur la vie et l'oeuvre de Sibelius;pour cela,la référence est le livre de Marc Vignal.Nous espérions une vision littéraire et personnelle,ce qui pouvait justifier une parution dans la collection blanche.
Après un bon début,le livre s'enlise en une hésitation permanente entre évidences (le violoniste contrarié,le silence,l'alcool,le Finlandais...) et affirmations péremptoires.Des phrases souvent banales :"ce sont,aussi bien,nos propres conflits que nous pouvons y entendre,notamment le mélange d'émerveillement et d'effroi que suscite la petitesse de l'être humain au sein de la nature"(merci Pascal!);tout serait à citer,car boursouflé et mal écrit (le dernier paragraphe est d'un grand humour involontaire ),sans parler de cette puissante pensée:"les femmes,elles,appartiennent au plein jour-et la musique est un art de la nuit",sans parler du fond grognon qui parcourt le livre:le rock envahit tout,et nous vivons une époque de décadence.
Ouvrage inutile donc,l'auteur ne cesse de nous jeter en pâture des noms connus,parce que Millet n'est pas capable d'écrire sur Sibelius sans citer Rossini,Nielsen,Chostakovitch,Debussy,Elgar et des dizaines d'autres...et qu'il n'est pas capable de parler de son rapport intime avec Sibelius,à moins de signaler ses émois et de citer ses brillantes relations,dont Pierre Boulez.
Il est bien difficile d'écrire sur la musique:Millet n'essaie même pas de le faire,et nous ne comprenons pas l'intérêt d'un ouvrage qui ne satisfera pas les amateurs de Sibelius et ne comblera pas ceux qui espéraient autre chose de l'auteur.Superficiel,mal construit,mal écrit,ce texte méritait-il la publication?Il est permis d'en douter...et Millet devrait le travailler davantage.


Oresteia of Aeschylus
Oresteia of Aeschylus
Prix : EUR 20,74

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La révélation d'un chef-d'oeuvre, 30 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oresteia of Aeschylus (CD)
Merci à Naxos de nous offrir cette oeuvre monumentale,jusqu'à présent jamais enregistrée intégralement,et dont nous ne connaissions que "les Choéphores" par un enregistrement mythique de Leonard Bernstein.
Composée par le jeune Darius Milhaud (entre 21 et 31 ans,de 1913 à 1923)en étroite collaboration avec Paul Claudel,"L'Orestie" comprend trois scènes dramatiques:"Agamemnon" illustre la défense de son geste par Clytemnestre,"les Choéphores" montrent le soutien apporté par Electre et les esclaves à Oreste dans sa vengeance,et "les Euménides"(le plus développé)met en scène l'arrivée d'Oreste à Athènes,son procès et son acquittement par Athéna.
"L'Orestie d'Eschyle" est la révélation d'un immense chef-d'oeuvre:autour du texte exceptionnel de Claudel,Milhaud a composé une musique qui sert chaque mot,alternant passages parlés,chant,incantation et mélodrame,au plus près du sens voulu par le poête.L'orchestre est extrêmement étendu,avec un usage novateur des percussions,des saxophones...Milhaud crée un langage musical original,utilisant la dissonance avec un grand discernement.
Dramatique,souvent d'une belle âpreté voire d'une grande violence,la musique regorge de trouvailles (le chant à trois voix d'Athéna,par exemple).Et l'honneur revient aux américains d'avoir enregistré cet indispensable:le chef Kenneth Kiesler dirige avec flamme l'orchestre et les choeurs de l'université du Michigan,et les musiciens servent avec brio cette partition d'une grande difficulté.Et il s'agit d'un enregistrement de concert,en une seule prise!
La diction est importante dans une telle oeuvre,qui nécessite une bonne compréhension du texte.L'Oreste de Dan Kempson et l'Apollon de Sidney Outlaw sont très bons et leur diction est presque parfaite (même avec quelques inversions);Lori Phillips (Clytemnestre)est du format vocal adapté;la pythie de Di Giacomo,en revanche,n'est pas au niveau de son rôle et est affligée d'une mauvaise prononciation.Superbe et hallucinée esclave de Sophie Delphis dans "les Choéphores".
Merci aux américains d'avoir révélé cette merveille :cinq étoiles pour l'oeuvre,l'orchestre,le chef et quelques interprètes.
Le livret est court mais instructif,mais il est dépourvu du texte de Claudel que l'on peut trouver,entre autres,dans le tome 1 du "théâtre" (La Pléiade).
Parmi tant de parutions anecdotiques,ce coffret est un jalon essentiel dans la redécouverte de la musique du premier quart du siècle dernier,et nous ne pouvons qu'en recommander l'acquisition à ceux que ne rebutent pas la hauteur de vues et la grandeur du mythe.


Yparkho
Yparkho
par Michel Jullien
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 J'existe!, 15 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yparkho (Broché)
"Yparkho" ("j'existe")est le titre d'un des deux 45 tours que détient Ilias,mécanicien-pêcheur crétois sourd-muet,qui vit avec sa mère Maria;celle-ci partage avec son fils la même infirmité.En faisant tourner ce disque sur un vieil électrophone,en l'associant au mouvement d'un ventilateur,Ilias tente d'entendre...Peu ou pas d'"intrigue" au sens conventionnel du terme dans ce nouveau texte de Michel Jullien,mais l'existence modeste d'Ilias dont nous vivons les saisons et les actes,jusqu'aux obsèques de la mère.
Exigeant pour le lecteur,"Yparkho" est une vraie réussite:de l'écaillage du poisson à la réparation du poids lourd,de la sortie en mer à la mort de Maria,nous devenons Ilias et partageons ses expériences sensorielles:l'on a froid et chaud avec Ilias,on ressent le travail de l'homme comme ses émotions;même si le "héros" illettré peut paraître fruste,il représente ici toute l'humanité et sa grandeur.D'une richesse hors du commun,le vocabulaire de l'auteur pourrait aboutir à une certaine préciosité s'il n'était servi par un style d'une grande précision;rien n'est superflu dans cette très belle prose poétique.
Un ouvrage indispensable à ceux qui attendent de la littérature autre chose qu'un divertissement ...et qui sont donc prêts à s'immerger avec Ilias dans la vie et ses sens.


Joyce Didonato : Stella Di Napoli
Joyce Didonato : Stella Di Napoli
Prix : EUR 14,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 bel canto volcanique, 14 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joyce Didonato : Stella Di Napoli (CD)
Cohérent et remarquablement interprété,ce disque fera date et n'encombrera pas la pile d'enregistrements oubliés sitôt publiés.Le programme est intelligent et brillant:il s'agit de faire revivre le San Carlo de Naples du début du XIXe siècle,en alternant compositeurs célèbres et ignorés.
D'emblée nous sommes entraînés par le superbe air de "stella di Napoli" de Pacini,étonnant de virtuosité;de Valentini à Carafa le haut niveau de ces morceaux de bravoure nous permet d'espérer d'autres découvertes de ce répertoire napolitain délaissé (au contraire de celui du siècle précédent).Et les airs connus (Zelmira,Maria Stuarda,Capuletti...)ou moins connus(Elisabetta,Adelson)de Rossini,Mercadante,Donizetti et Bellini permettent à Joyce DiDonato de montrer l'étendue de son talent:talent vocal bien sûr,servi par une voix dont on ne sait plus si elle est d'un soprano ou d'un mezzo,car elle peut tout chanter;talent d'interprète,qui caractérise avec soin chaque rôle,de l'élégie au pathétique,sans excès et avec une suprême élégance.
Un disque varié,passionnant et exaltant,par une chanteuse au sommet de son art,remarquablement accompagnée par les musiciens de l'opéra de Lyon dirigés par Riccardo Minasi qui mène ce programme avec une classe et un soin peu courants dans ce type d'exercice.Très bonne notice,avec texte des airs et traduction.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 17, 2014 11:50 PM MEST


Verdi: Il Trovatore
Verdi: Il Trovatore
Prix : EUR 12,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 une version spectaculaire,mais est-ce suffisant?, 10 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Verdi: Il Trovatore (CD)
La version Mehta est une brillante interprétation du "Trouvère",et a longtemps été considérée comme une référence alors que l'oeuvre n'a pas été si bien servie par le disque:dès le prologue l'on est happé par une direction alerte,très "cape et épée",même si la narration s'essouffle progressivement quelque peu après un bon premier acte ;le jeune Mehta était entouré d'une distribution emblématique de ce qui se faisait de mieux alors,avec un quatuor d'une belle santé vocale...et qui ne se pose pas trop de questions: une superbe Leontyne Price,un Milnes qui campe l'un des meilleurs Luna après Bastianini,un Domingo irrésistible de présence même si Manrico n'est pas son meilleur rôle,une Cossotto habituée aux sorcières.Et l'on trouve en Giaiotti le meilleur Ferrando de la discographie.
Une version très spectaculaire,mais qui n'est pas "habitée" par le romantisme de l'oeuvre et en devient presque superficielle,au contraire des Serafin/Bergonzi et Karajan/Corelli qui,à mon sens,dominent la discographie d'une oeuvre qui n'est pas qu'étalage luxueux de performances individuelles.Mais cela reste d'un excellent niveau.


Les réputations
Les réputations
par Juan Gabriel Vasquez
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 gloire ,conscience et responsabilité, 9 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les réputations (Broché)
Quatrième roman de Juan Gabriel Vasquez,déjà auteur de l'excellent "les dénonciateurs","les réputations" nous expose la faible marge qui sépare la réputation de la honte.Un grand caricaturiste colombien,Javier Mallarino,s'apprête à recevoir l'hommage de tous au théâtre national de Bogota,après une carrière au cours de laquelle il a incarné à lui seul la presse libre colombienne.Retrouvant avant la cérémonie Magdalena,son ex-femme,Mallarino va être confronté à son passé par la rencontre avec une prétendue journaliste qui va brutalement lui remettre en mémoire une triste soirée qui s'est déroulée une vingtaine d'années auparavant,et qui a causé un suicide et sa séparation d'avec Magdalena.
La construction littéraire est sans faille,du rappel du suicide du glorieux prédécesseur de Mallarino au retour du cireur de chaussures;les personnages sont campés avec beaucoup d'art et de sensibilité,à commencer par le caricaturiste,qui a quitté la ville par choix et vit dans un isolement factice,mais aussi par Magdalena,dont nous comprenons progressivement les ressorts de la relation entretenue avec Mallarino.
Un bémol toutefois:les sujets des caricatures décrites par Vasquez,en particulier celui du fatal dessin,ne donnent pas une grande idée du talent du "héros" du livre; néanmoins,"les réputations" demeure un ouvrage intéressant,qui traite de façon subtile et personnelle la question éternelle de la responsabilité individuelle et des conséquences de nos actes.Vasquez ancre son roman dans le Bogota d'aujourd'hui,tout en donnant à son sujet une approche universelle et en renvoyant chacun d'entre nous à sa conscience.
(traductrice et correcteur auraient pu nous épargner une détestable "lampe allogène"!)


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20