undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Eliacin > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Eliacin
Classement des meilleurs critiques: 342
Votes utiles : 582

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Eliacin
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Deux films de Daniel Auteuil : Marius (Partie 1) + Fanny (Partie 2)
Deux films de Daniel Auteuil : Marius (Partie 1) + Fanny (Partie 2)
DVD ~ Daniel Auteuil
Prix : EUR 18,15

5.0 étoiles sur 5 Deux beaux remakes superbement joués, 25 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deux films de Daniel Auteuil : Marius (Partie 1) + Fanny (Partie 2) (DVD)
Avec beaucoup de finesse et de modestie, Daniel Auteuil réussit ces deux remakes des classiques du cinéma français.

Grâce à une distribution parfois inattendue mais toujours très juste, une direction d'acteurs pleine de finesse, une adaptation fidèle, des décors crédibles sans être (trop) théâtraux, il n'y a vraiment que du bien à dire de ces deux films élégants et emplis d'émotion: du cinéma classique mais pas poussiéreux.

Hélas, ni Marius ni Fanny n'ont rencontré le succès en salle, et le troisième volet, César, ne sera pas filmé (d'après les déclarations d'Auteuil en interview).

C'est vraiment dommage, mais, au fond, comme les événements de César se déroulent 20 ans après les 2 premiers films, il est toujours temps de changer d'avis...


La Trilogie marseillaise : Marius / Fanny / César
La Trilogie marseillaise : Marius / Fanny / César
DVD ~ Roger Hanin
Proposé par DVD_EN_STOCK
Prix : EUR 54,99

1.0 étoiles sur 5 À fuir, 23 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Trilogie marseillaise : Marius / Fanny / César (DVD)
Beaucoup d'autres commentateurs l'ont dit, et c'est vrai: cette adaptation de la trilogie de Pagnol est une véritable catastrophe.

Je ne voue pas un culte aux trois films originaux, mais, servis par un très beau texte et des acteurs parfois géniaux (Raimu !) ils conservent de nos jours une fraîcheur et une force dont on chercherait en vain la trace dans ces téléfilms à l'eau de vaisselle.

Le principal responsable est, on l'a dit aussi, Roger Hanin, calamiteux dans le rôle de César. Non seulement cet acteur qui fut toujours médiocre est ici particulièrement mauvais, mais il est en outre placé au centre de ces 3 films, toujours filmé de face quand ses collègues donnent la réplique de dos, s'accaparant bien souvent des répliques originellement écrites pour d'autres... c'est extrêmement mauvais, et plutôt injuste pour les autres interprètes, qui sont loin de démériter, mais que Roger Hanin entraîne dans des abimes de médiocrité: si Eric Poulain est un Marius bien pâlichon, la jolie Gaella Le Dévéhat ne démérite pas en Fanny, Henri Tisot est un Panisse estimable, et il y a, par-ci par-là, deux ou trois acteurs qui tirent leur épingle du jeu.

L'adaptation est, en outre, d'une vulgarité constante (la scène de nu dans Marius), avec des scènes nouvelles bien inutiles et des dialogues souvent réécrits dans une langue contemporaine qui n'a rien de pagnolesque, et accompagnée par une horrible muzak d'ascenseur signée Vladimir Cosma, le tout destiné sans nul doute à allécher le téléspectateur du samedi soir.

Bref, c'est une horreur. Il n'est pourtant pas impossible de donner de nouvelles versions des œuvres de Pagnol: pour changer de ce monument patrimonial que représente la trilogie d'époque, on peut jeter un coup d'œil aux adaptations réalisées par Daniel Auteuil en 2013, qui sont pleines de délicatesse et de modestie, deux films (Marius et Fanny seulement, il n'y a pas de César pour l'instant) touchants et réussis, à l'exact opposé de ces désastreux téléfilms.


La trilogie marseillaise
La trilogie marseillaise
DVD ~ Henri Tisot
Prix : EUR 26,00

1.0 étoiles sur 5 À fuir, 23 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La trilogie marseillaise (DVD)
Beaucoup d'autres commentateurs l'ont dit, et c'est vrai: cette adaptation de la trilogie de Pagnol est une véritable catastrophe.

Je ne voue pas un culte aux trois films originaux, mais, servis par un très beau texte et des acteurs parfois géniaux (Raimu !) ils conservent de nos jours une fraîcheur et une force dont on chercherait en vain la trace dans ces téléfilms à l'eau de vaisselle.

Le principal responsable est, on l'a dit aussi, Roger Hanin, calamiteux dans le rôle de César. Non seulement cet acteur qui fut toujours médiocre est ici particulièrement mauvais, mais il est en outre placé au centre de ces 3 films, toujours filmé de face quand ses collègues donnent la réplique de dos, s'accaparant bien souvent des répliques originellement écrites pour d'autres... c'est extrêmement mauvais, et plutôt injuste pour les autres interprètes, qui sont loin de démériter, mais que Roger Hanin entraîne dans des abimes de médiocrité: si Eric Poulain est un Marius bien pâlichon, la jolie Gaella Le Dévéhat ne démérite pas en Fanny, Henri Tisot est un Panisse estimable, et il y a, par-ci par-là, deux ou trois acteurs qui tirent leur épingle du jeu.

L'adaptation est, en outre, d'une vulgarité constante (la scène de nu dans Marius), avec des scènes nouvelles bien inutiles et des dialogues souvent réécrits dans une langue contemporaine qui n'a rien de pagnolesque, et accompagnée par une horrible muzak d'ascenseur signée Vladimir Cosma, le tout destiné sans nul doute à allécher le téléspectateur du samedi soir.

Bref, c'est une horreur. Il n'est pourtant pas impossible de donner de nouvelles versions des œuvres de Pagnol: pour changer de ce monument patrimonial que représente la trilogie d'époque, on peut jeter un coup d'œil aux adaptations réalisées par Daniel Auteuil en 2013, qui sont pleines de délicatesse et de modestie, deux films (Marius et Fanny seulement, il n'y a pas de César pour l'instant) touchants et réussis, à l'exact opposé de ces désastreux téléfilms.


Salomé (Opéra)
Salomé (Opéra)
DVD ~ Catherine Malfitano
Prix : EUR 30,00

4.0 étoiles sur 5 Une bien belle Salomé., 27 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Salomé (Opéra) (DVD)
La mise-en-scène, très classique, dans des décors dépouillés, et des costumes élégants, est agréable à regarder, sans rien de révolutionnaire ni de très inventif (chacun jugera en fonction de ses goûts si c'est une qualité ou un défaut).

La direction de Sinopoli comme le plateau sont irréprochables (à rapprocher de la version audio de cette même production: Strauss : Salome, avec notamment l'excellent Hérode de Horst Hiestermann, hystérique et cauteleux, et l'impressionnante Herodias de Leonie Rysanek.

Le Jokanaan de Simon Estes est magnifique: présence impressionnante, véritable stature de prophète, et les moyens vocaux sont exactement ceux requis par le rôle, qu'il chante admirablement.

Ma seule réserve est pour Catherine Malfitano, une bonne chanteuse, et même une bonne Salomé, mais pas exceptionnelle, et au fond pas très intéressante, et bien moins captivante vocalement que Cheryl Studer dans l'enregistrement en CD.


Salome
Salome
DVD ~ Richard Strauss
Prix : EUR 18,18

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Médiocre, 26 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Salome (DVD)
Cette captation du Covent Garden en 1992 est sûrement la version la moins intéressante, au sein de la vidéographie assez riche de la Salome de Strauss: rien ne la recommande particulièrement, ni une mise en scène trop classique et peu inventive, ni un orchestre très inégal (écoutez par exemple le calamiteux solo de contrebasson, pendant le premier interlude !), malgré une direction efficace et énergique, et surtout un plateau globalement faible: les seconds rôles sont sous-distribués (la scène des Juifs tombe complètement à plat, faute de l'énergie nécessaire), l'Herodias de Gillian Knight est une mégère, et seul l'Hérode de Kenneth Riegel est irréprochable.

Malheureusement, les deux principaux protagonistes sont les points les plus faibles du spectacle: Michael Devlin, au timbre nasal et trop clair, n'a pas largeur ni surtout la couleur pour Jochanaan. Scéniquement, le personnage du prophète est représenté comme une sorte d'homme des bois presque entièrement nu, dont le jeu scénique très mobile tranche avec la figure hiératique qu'on voit le plus souvent.

Quant à Maria Ewing, elle chante vraiment très mal: croonant ou même parlant plus d'un passage, attaquant les aigus par en-dessous, abusant des ports de voix, elle donne une image vocale catastrophique. Scéniquement, elle est beaucoup plus convaincante, son apparence d'enfant boudeuse et têtue servie par un jeu sobre et très maîtrisé.

La concurrence en DVD est d'un niveau trop élevé pour qu'on puisse recommander, même à titre de curiosité, cette version bien médiocre.
u


Strauss : Salome
Strauss : Salome
Prix : EUR 32,33

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Prodigieuse Salomé, 23 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strauss : Salome (CD)
Prodigieux enregistrement, auquel je reviens toujours.

L'énergie inouïe dispensée par le sorcier Sinopoli, à la tête d'un orchestre surchauffé, est renversante. Les choix esthétiques (couleurs, dynamiques, équilibres) tirent l'œuvre vers la seconde école de Vienne (Berg, Schoenberg), dont la parenté n'a jamais paru aussi évidente: écoutez par exemple la scène des Juifs, prise à toute allure, et dont la "cacophonie" (voulue par le compositeur) apparait d'une modernité foudroyante.

Et le plateau est, absolument, imbattable, avec le meilleur Jokanaan de la discographie moderne, un Bryn Terfel qui a tout pour le rôle: grandeur et sauvagerie et mysticisme, et la voix comme un orgue infini. Et, pour l'anecdote, la prise de son dans la "citerne" est la plus crédible et la plus réaliste de toutes celles que j'ai entendu.

Horst Hiestermann, grimaçant et hystérique, est un Hérode de haute volée, et son Hérodias est rien moins que Leonie Rysanek, immense Salomé reconvertie en méchante reine, avec l'autorité et le panache requis, et plus que de beaux restes de voix.

Quant à Cheryl Studer, elle offre une Salomé à la fois remarquablement bien chantée et génialement incarnée: jamais depuis Hildegard Behrens avec Karajan la figure complexe de la princesse de Judée n'a été interprétée de façon aussi complète et achevée.

Il existe un DVD de cette production, tout à fait intéressant, avec les mêmes interprètes, sauf Jokanaan (l'épatant Simon Estes) et Salomé, chanté de façon plus discutable par Catherine Malfitano: Salomé (Opéra)
u


Strauss:Salome
Strauss:Salome
Prix : EUR 47,97

3.0 étoiles sur 5 Salomé Norman, 22 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strauss:Salome (CD)
C'est entendu, Ms Norman n'aurait jamais pu chanter le rôle de Salomé à la scène, pour des raisons que chacun comprend.
Mais a-t-elle eu raison de laisser son interprétation au disque ?

Oui, car rien n'est sans intérêt de la part de cette artiste majeure, dotée d'un des plus beaux timbres de soprano qui soient, d'une voix ample et longue, d'une musicalité exceptionnelle, et qui a en outre montré à maintes reprises son affinité avec le répertoire et la langue allemands.

Non, car ses moyens strictement vocaux ne sont pas ceux exigés par le rôle: la pâte vocale onctueuse, riche, n'évoquent en rien la petite princesse perverse et morbide. C'est, dès sa première scène, une sorte d'ogresse magnifique et royale, dont on bien compris au bout de trois notes qu'elle ne fera qu'une bouchée du pauvre Jokanaan. Heureusement, celui-ci a de quoi lui tenir tête, car il a la stature et la voix de bronze de l'excellent James Morris.

Pas grand chose à signaler dans les autres rôles, à part une Herodias un peu pâle et un très mauvais page, mais un des meilleurs Narraboth de la discographie (Richard Leech).

Et, bien sûr, la formidable Staatskapelle de Dresde, l'orchestre de la création (enfin, ses successeurs) qui, dans une esthétique très différente de ce qui se fait à Vienne (moins capiteux, plus tranché de couleurs, plus tonique aussi) propose une lecture non moins passionnante et légitime, sous la baguette lumineuse d'Ozawa.

Un enregistrement passionnant, qui s'écoute d'une traite, mais pas vraiment la Salomé de Strauss.


R. Strauss : Salome
R. Strauss : Salome
Prix : EUR 12,00

3.0 étoiles sur 5 Merveilleuse Caballé, 21 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : R. Strauss : Salome (CD)
Quoi ? Caballé dans Strauss ? Dans Salomé ? C'est une plaisanterie ?
Non, ce n'est pas une plaisanterie, c'est une évidence.
Montserrat Caballé, qu'on associe avant tout au belcanto, a beaucoup chanté le répertoire allemand, et en particulier la Salomé de Strauss, surtout au début de sa carrière, mais aussi à plusieurs reprises plus tard, après avoir pris du poids (on trouve au moins deux captations tardives sur YouTube, pas très convaincantes il faut bien le dire). Elle a même déclaré dans plusieurs interviews que Salomé était son rôle préféré.
Et ça s'entend.
Disons le: Montserrat Caballé est une Salomé passionnante. Elle met sa maitrise technique, sa musicalité frémissante et son allemand très naturel au service d'une interprétation intense, incarnée, mais sans hystérie, sans hurlements, admirablement chantée.
Ecoutez-la, je vous assure que ça vaut la peine.

Sherrill Milnes, lui aussi associé à un tout autre répertoire (je crois bien ne l'avoir jamais entendu chanter en allemand à part dans cet enregistrement), est un Jokanaan jeune, au timbre inhabituellement clair, plein d'autorité.

Tous les autres chanteurs sont bien (à noter qu'on ne trouve pas un seul allemand parmi eux, cas peut-être unique dans la discographie).

Pourquoi seulement 3 étoiles ? A cause de la direction ordinaire, voire mollassonne, de Leinsdorf, pourtant spécialiste évident de ce répertoire.
Echouant à tirer d'un orchestre pourtant prestigieux les couleurs inouïes que recèle l'orchestration straussienne, il ne donne qu'une lecture scolaire et ennuyeuse. Est-il possible d'imaginer danse des 7 voiles plus terne et moins excitante ? Inexplicable pour un chef de cette envergure et de cette notoriété.


Richard Strauss : Salomé
Richard Strauss : Salomé
Prix : EUR 10,00

3.0 étoiles sur 5 Merveilleuse Caballé, 21 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Richard Strauss : Salomé (CD)
Quoi ? Caballé dans Strauss ? Dans Salomé ? C'est une plaisanterie ?
Non, ce n'est pas une plaisanterie, c'est une évidence.
Montserrat Caballé, qu'on associe avant tout au belcanto, a beaucoup chanté le répertoire allemand, et en particulier la Salomé de Strauss, surtout au début de sa carrière, mais aussi à plusieurs reprises plus tard, après avoir pris du poids (on trouve au moins deux captations tardives sur YouTube, pas très convaincantes il faut bien le dire). Elle a même déclaré dans plusieurs interviews que Salomé était son rôle préféré.
Et ça s'entend.
Disons le: Montserrat Caballé est une Salomé passionnante. Elle met sa maitrise technique, sa musicalité frémissante et son allemand très naturel au service d'une interprétation intense, incarnée, mais sans hystérie, sans hurlements, admirablement chantée.
Ecoutez-la, je vous assure que ça vaut la peine.

Sherrill Milnes, lui aussi associé à un tout autre répertoire (je crois bien ne l'avoir jamais entendu chanter en allemand à part dans cet enregistrement), est un Jokanaan jeune, au timbre inhabituellement clair, plein d'autorité.

Tous les autres chanteurs sont bien (à noter qu'on ne trouve pas un seul allemand parmi eux, cas peut-être unique dans la discographie).

Pourquoi seulement 3 étoiles ? A cause de la direction ordinaire, voire mollassonne, de Leinsdorf, pourtant spécialiste évident de ce répertoire.
Echouant à tirer d'un orchestre pourtant prestigieux les couleurs inouïes que recèle l'orchestration straussienne, il ne donne qu'une lecture scolaire et ennuyeuse. Est-il possible d'imaginer danse des 7 voiles plus terne et moins excitante ? Inexplicable pour un chef de cette envergure et de cette notoriété.


Richard Strauss : Salomé
Richard Strauss : Salomé
Prix : EUR 23,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un must, 20 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Richard Strauss : Salomé (CD)
Salomé est un opéra qui a beaucoup de chance au disque, car il n'y a guère de version médiocre. Au contraire, beaucoup de disputent la palme de la version de référence.
Cet enregistrement y aurait droit à bien des égards: le sublime Orchestre Philharmonique de Vienne y déploie ses effluves les plus raffinés et ses couleurs les plus inouïes, sous la baguette d'un Karajan enivré des beautés qu'il fait naître: c'est une performance vraiment stupéfiante, captée qui plus est par une prise de son très analytique (on perçoit une foule de détails d'orchestration qu'on n'entend guère ailleurs)

Et le plateau, irréprochable, malgré un José Van Dam qui n'a pas tout à fait la voix du personnage (on l'aimerait un peu plus hirsute et un peu moins solennel) - mais que cet homme chante bien, grands dieux !

Et la Salomé inouïe d'Hildegard Behrens, chanteuse inconnue à l'époque et que cet enregistrement propulsa au rang de vedette, à juste titre, car cette Salomé est semblable à nulle autre: interprétation saisissante qui transmue, en l'espace d'une heure et demie, une quasi petite fille en une femme sensuelle et morbide. La voix est en outre admirablement conduite sur l'ensemble de la tessiture: on peut chanter Salomé différemment, on ne peut pas la chanter mieux.
t


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20