Profil de Spon > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Spon
Classement des meilleurs critiques: 1.086
Votes utiles : 403

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Spon "Spon" (France)
(TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16
pixel
Narenj® Cable De Remplacement Pour Dr Dre Monster Beats Casque Ecouteur Solo , Studio Ou PRO
Narenj® Cable De Remplacement Pour Dr Dre Monster Beats Casque Ecouteur Solo , Studio Ou PRO

4.0 étoiles sur 5 Utile et de bonne qualité, 7 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Câble de remplacement en tout point fonctionnel sur le casque pour lequel il est destiné. Rien a redire et surtout pas le prix attractif. Pas de dysfonctionnement depuis son achat et donc durée de vie aussi longue (voire plus) que le câble original.
Envoi rapide et correctement protégé, achat conseillé si besoin de remplacement par conséquent.


Let It Be ...Naked
Let It Be ...Naked
Prix : EUR 30,61

4.0 étoiles sur 5 Interessant, utile, différent et très Beatles quand même ! En résumé, quand on a du génie, on a du génie !, 7 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let It Be ...Naked (Album vinyle)
Cette version dénuée de tous les arrangements d'origine est le résultat de la volonté d'un célèbre bassiste qui n'a jamais aimé le résultat du Let It Be original, plus victime que bénéficiaire de l'expérience du Monsieur Wall of Sound d'après lui et son opinion bien tranchée sur le sujet. A contrario du Mac, on sait que Lennon trouvait que l'édition publiée de ce dernier album des Beatles était la meilleure chose qui pouvait arriver à un disque qu'il considérait comme mineur, voire franchement pas bon.
Dans les deux cas, les avis sont respectables et on peut y voir la déception de l'un pour la fin d'un groupe dont il aurait bien prolongé l'existence et un regret identique de l'autre pour un groupe dont il pensait très fort que la fin était arrivée beaucoup plus tôt et qui donc aurait dû stopper son existence bien avant.
Dans cette nouvelle édition augmentée d'un disque bonus taille 45ts qui livre un mix très varié d'extraits des sessions originales, force est de constater que meme mineur, un disque des Beatles plane tres haut dessus de la production moyenne du Rock avec au moins 4 à 5 titres de grande envergure (et pas des moindres).
Au final, l'avis est donc mitigé et l'on peut penser très diplomatiquement que cette version Naked, épurée jusqu'à l'os en fait, est bien le digne complément d'un album original très respectable grâce au travail d'un Phil Spector totalement en phase avec son génie aussi.
Question de goûts et d'ambiance donc, mais édition utile et intéressante en ce qui me concerne.


The Beatles en Mono - Coffret limité (11 Vinyles)
The Beatles en Mono - Coffret limité (11 Vinyles)

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Beau et parfait mais trop cher., 7 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Beatles en Mono - Coffret limité (11 Vinyles) (Album vinyle)
La sortie de ce coffret LP mono était fortement attendue tant pour les esthètes des Beatles, leur vrai son est incontestablement en mono, celui des enregistrements originaux, tout simplement. Les versions stéréos n'étant que des adaptations de mixages et d'éditions à une évolution du marché de la HiFi dans les années soixante. Certes ce coffret existait déjà en CD, mais le CD était-il vraiment le support idéal pour une édition mono ?
A travers ce coffret et les LP présents on apprécie tout particulièrement le soin apporté à restituer le passé dans son exactitude : pochettes cartonnées avec rabats extérieurs, vynils restitués en son mono avec un soin tout particulier porté sur le mixage et la gravure (pour le coup sans doute supérieur aux éditions d'origine).
On sait toute la retenue d'un Lennon au sujet des versions stéréos (pour ne pas dire sa détestation), les autres Beatles sachant très bien également où se trouvait la vérité sonore jusqu'au trois derniers albums du groupe.
En bonus, le triple Mono Masters et le superbe livret donnent un plus incontestable à cette édition en tout point superbe. Pureté du son, vitalité des attaques sur certains morceaux, le son d'origine retrouve incontestablement le muscle perdu sur les versions stéréos et tout particulièrement sur le double album blanc.
Pourquoi 4 étoiles et pas 5 alors ? Tout simplement pour le prix global de l'ensemble est globalement prohibitif sachant la cagnotte accumulée par ce groupe, les maisons d'éditions et les membres et héritiers du mythe.
D'autres groupes d'envergure ayant démontré que l'on pouvait offrir de grandes et belles rééditions sans plumer le fan de base souvent victime d'achats compulsifs pour son groupe favori.
Ce coffret mono est don un objet de luxe que l'on achètera pour se faire plaisir ou que l'on offrira à un fan avéré pour une occasion spéciale, plus qu'un achat basique.


Le Cimetière des Arlequins / Au-delà du délire / Emilie Jacotey / Par les fils de Mandrin (Coffret 4 CD)
Le Cimetière des Arlequins / Au-delà du délire / Emilie Jacotey / Par les fils de Mandrin (Coffret 4 CD)
Prix : EUR 20,90

5.0 étoiles sur 5 Du solide et du très économique pour 4 albums classiques de Ange : l'histoire du rock Français par un groupe longtemps marquant, 6 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
4 grands classiques du mythique groupe Français Ange réédités en version CD sous pochettes individuelles souples et simples dans un petit coffret au prix très économique. Pas de bonus, rien que de l'original et du solide. Cette période d'Ange est ma préférée et faute de pouvoir trouver les albums originaux en version LP à un prix décent, ce coffret est une excellente solution palliative. On regrette que les live de la même période et quelques enregistrements complémentaires n'aient pas faits l'objet d'une réédition similaire.
"Le Cimetières des Arlequins" fut l'album qui inscrivit Ange dans l'univers de la pop Française (comme on disait à l'époque) grâce au succès et à l'originalité de la reprise de Brel "Ces gens là" et toutes les bases du Ange (rythmique et orgue) futur sont déjà présents pour un album qui tient encore la route sur le presque principe du concept album rock.
"Au delà du délire" et ses ambiances sous influence moyenâgeuse très réussies confirment l'originalité créatrice (texte inscrit dans la culture française et musique sous influence rock prog) du groupe dans un mouvement rock international qui accapare les succès avec des groupes Anglais (Yes, Genesis, King Crimson, Gentle Giant, etc) mais aussi en Italie, en Hollande et en France grâce à Ange. Morceaux appaisés, plus rock, balades, ritournelles, tout y est avec de plus en plus ces textes quasi surréalistes parfois. Un vrai premier concept album également.
"Émile Jacotey" réintègre une certaine modernité, toujours dans le passé cependant, avec encore un concept album centré en forme d'hommage au souvenir d'un petit vieux de la lointaine province (autour de Belfort, c'est dire). Plus dur et moins facile à saisir, cette oeuvre surpendra aussi par une certaine dureté des mélodies et des textes, les frères Descamps et leurs'compères affirmant encore leur originalité créatrice.
"Les fils de Mandrins" est le point d'orgue d'une carrière totalement lancée et connaitra même une édition en langue anglaise. Ange est'le plus grand groupe français, ses concerts dans les festivals (même en A ngleterre) connaissent un réel succès et Ange est le premier groupe à retenir l'attention dans une presse étrangère rock prog. Ange est à son sommet musical et nous raconte une belle histoire totalement maîtrisée, les concerts sont nombreux, affichent complet et Best et Rock'n Folk accordent à Ange des articles et des interviews à hauteurs de leurs cousins anglosaxons.
Le double Live absent de ce coffret viendra confirmer le niveau en version en public tant Ange a toujours été un grand groupe de scène.
En attendant, cette réédition petiti prix en CD est on ne peut plus utile et on ne peut rien regretter à cet achat fortement conseillé pour les amateurs qui ne veulent pas rester braqués sur notre triste et peu ambitieuse production hexagonale du 21ème siècle dont Ange fut une des rares exceptions à la règle.


Parfum 4711 ORIGINAL de Muelhens Eau de Cologne 800 ml Neuf sous Blister !!!
Parfum 4711 ORIGINAL de Muelhens Eau de Cologne 800 ml Neuf sous Blister !!!

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Vivifiant, léger et Fleur d'oranger au programme : une Eau de Cologne très sympa, 6 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Achetée en mode test cette Eau de Cologne en bouteille de 800 ml est tres séduisante. Légère et agréable avec son fond de Fleur d'Oranger, elle provoque une sensation de fraîcheur tres agréable et vivifiante. Certes la longueur de la flagrance ne tiendra pas sur une journée mais la n'est pas l'objet non plus. Envoyée rapidement sous un emballage adéquat, le produit n'est pas décevant et donne l'impression de ne pas s'être fait arnaquer, meme s'il n'offre pas plus que ce qu'une Eau de Cologne classique peut offrir. J'en recommanderai à épuisement du flacon sans aucun problème.


Armageddon Rag
Armageddon Rag
par George R.R. Martin
Edition : Poche
Prix : EUR 9,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Too young to die ! Martin en mode rock revival mais pas que !, 6 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Armageddon Rag (Poche)
GRR Martin reconnu aujourd'hui pour son "Trône de Fer" n'a pas écrit que cela. Avec ce roman enfin publié en poche grâce a la collection Folio SF, il nous convie à une plongée mémorielle teintée de fantastique dans la légende du rock des années 60/70 made in US. Soit l'enquête d'un romancier, ancien journaliste rock underground, à la recherche de l'inspiration, de sa jeunesse et d'un sens à sa vie, via sa quête des Nazgül, groupe emblématique dont la carrière fut foudroyée par l'assassinat tragique de leur chanteur en plein concert. Or des rumeurs de reformations suintent dans l'air du temps... Et les assassinats s'empilent auprès des proches de ce groupe tout au long du road-récits du journaliste.
Roman du retour vers le passé, fleurant bon la grande légendes du Rock'n Roll, convoquant les souvenirs du Gratefull, des Doors, de Steppenwolf, du BOC et de bien d'autres, l'intrigue est entraînante malgré quelques longueurs ou l'écrivain se fait incontestablement plaisir (et les lecteurs branchés sur la même ambiance avec lui -les autres ?), c'est surtout cette recherche du temps perdu qui séduit et qui ressurgit à travers les yeux d'un quadra-quinqua qui vivote en mode mollusque sur le tombeau de ses désillusions depuis un bon moment.
Entre fantastique, terreur et thriller, "Armaggedon Rag" fait passer un excellent moment et la capacité du récit à nous faire revivre concerts, émeutes politiques et grandes messes hippies, mais aussi toutes les variétés de descentes en enfer qui on suivi, le tout comme s'y on y était, prouve l'implication de l'écrivain et son pouvoir de séduction.
Mon tout fonctionne parfaitement et la fin dantesque à souhait tout en ne reniant rien des idéaux profonds de l'écrivain vaut plus qu'un détour mais bien de s'embarquer sur le grand train du Rock et son martèlement hypnotique.


Sunlight
Sunlight
par Christophe Bec
Edition : Album
Prix : EUR 15,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Nouvelle collection Glénat et première oeuvre plus que séduisante pour amateurs de huis clos et de fort suspens !, 4 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sunlight (Album)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Album en noir et blanc sous forme de demi format, couverture souple, ce "Sunlight" inaugure la naissance d'une nouvelle collection Flesh and Bones (Chair et Os) chez Glénat. Le récit narre les aventures de trois amis (2 femmes et un homme) qui vont tenter une première exploration sur un site minier abandonné et interdit aux visiteurs. Malheureusement, un accident survient dès avant le début de leur expédition et la situation de notre petite troupe vire au drame. Sunlight est donc un huis clos intimiste et stressant doté d'un fort suspense qui met en jeu la vie de nos trois spéléologues.
Sur la base de ce postulat on note comme toujours un scénario tres maîtrisé de Bec dont l'art de gérer le suspense est une marque de fabrique qui fonctionne très bien tout autant dans ses séries phares (Sanctuaire par exemple) que dans des œuvres plus axées Séries B (Laissons à chacun le soin d'y intégrer ses titres). Cependant, aux meilleurs les critiques constructives (espérons-le), Sunlight souffre à mon goût d'une intro qui traine en longueur et d'une fin bouclée à vitesse grand V, ce que n'imposait pas ce récit plutôt fin et réfléchi dont le souhait de vraiment définir les personnages semble être en plus du suspens, un souci évident du scénario (ce qui est très bien). Parfois, les dialogues semblent aussi forcés et volontairement outrés sans raison précise non plus. Tout cela dit, c'est quand du très bon boulot.
Côté dessin, le noir et blanc est une chose merveilleuse quand il est utilisé avec l'intelligence et la précision de Khattou. Il y a incontestablement un petit aspect manga a l'européenne dans le rythme du trait et dans le découpage, mais surtout une précision du trait, des détails (décors, paysages, cadres) qui imposent le respect.
L'histoire se lit donc très bien et avec un vrai plaisir. L'œil s'attarde souvent sur certaines cases afin d'y chercher, parfois en vain, un détail qui nous aiderait à mieux comprendre le futur du récit, on revient souvent en arrière dans la narration pour y vérifier une intuition, bref, plein de signes indirects qui vous incitent à ne pas lâcher cette BD et à vous convaincre que la lecture n'est pas juste objet de distraction (et là, c'est très sympa). Tout s'imbriquent alors parfaitement et on en vient à regretter que certaines choses n'arrivent pas (un peu de fantastique par exemple -quoique).
Un premier one shot (récit en un volume n'appelant pas de suite) qui laisse augurer du meilleur pour cette collection et permettra sans doute aux amateurs de BD qui ne le connaissaient pas, de découvrir en Bernard Khattou un sacré dessinateur.
Et puis, y-a pas à dire, mais le noir et blanc, c'est beau !


Philips FS3BK Casque audio pliable Noir
Philips FS3BK Casque audio pliable Noir
Prix : EUR 29,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un rapport qualité-prix excellent et un produit qui emporte l'adhésion., 29 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Philips FS3BK Casque audio pliable Noir (Appareils électroniques)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Pour moins de 30€, ce casque Phillips attaque une gamme de produits où la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Ce casque s'en sort très bien et propose une qualité d'écoute avec des basses et des aiguës plutôt clairs et affirmés. L'ambiance générale délivrée est agréable même si on a une sensation diffuse de séparation des sons avec un léger manque de "fondu" sur ces ambiances. Mais peut-on en demander plus à ce prix ? Les éléments utilisés donnent une impression de solidité attrayante, le pliage assez aisé est intéressant et le fil de 1,20 m destine cet équipement plus à une utilisation baladeur qu'à une utilisation statique. Idéal pour les petits ou grands déplacements. Pas de fatigue particulière des oreilles, les pavillons certes petits, sont efficaces et légers, le poids global supportable. Une bonne surprise qui prouve par un produit bien conçu qu'un constructeur sérieux peut proposer un produit équilibré et attrayant à un prix très modique qui renvoie tout un paquet de casques intra auriculaires ou du même type a des kilomètres en terme de qualité globale et d'investissement à realiser. Le rapport qualité-prix emporte les 4 étoiles sans aucune discussion.


Le sang de la vigne - Tome 1 : Mission à Haut-Brion
Le sang de la vigne - Tome 1 : Mission à Haut-Brion
par Jean-Pierre Alaux
Edition : Album
Prix : EUR 13,90

3.0 étoiles sur 5 Du bon et beau boulot malgré un classicisme certain., 29 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sang de la vigne - Tome 1 : Mission à Haut-Brion (Album)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce premier tome version one shot est une adaptation de la série de romans éponymes eux mêmes déclinés sous forme de série TV avec P. Arditi comme interprète principal de l'oenologue "wine maker" Cooker (clin d'œil à l'américain célèbre Parker). Passionné de vin mais n'ayant pas lu les romans ni vu un seul épisode de la série, on peut aborder la BD sans aucune de ces références.
Le principe de l'intrigue, une contamination bactérienne fatale dans un des plus grands crus du Bordelais fait directement référence au roman du même nom adapté sous le titre "Mission Pessac" à la TV (ça on l'apprend en se renseignant un peu :-).
Scénario policier sans meurtre, l'intrigue se base sur l'importance dramatique de l'incident pour l'équilibre financier d'un grand château de Bordeaux. Le dessin est fin et léger, à base de ligne claire assez classique, avec des tonalités de lumières automnales mais ensoleillées. On peut reprocher au trait une certaine raideur des personnages et des visages, tout du moins dans les premières pages, qui fonctionne beaucoup mieux ensuite dès que les paysages et la diversité des décors s'imposent. L'adaptation scénaristique de Corbeyran (très loin de ses Stryges, mais évidemment plus proches des séries "In Vino Veritas" et "Château Bordeaux") fait la part belle aux dialogues qui vont légitimer la compréhension de l'intrigue.

Là aussi, dès les premières pages, la surabondance des termes œnologiques risque bien de perdre les non initiés du vin en cours de route. Il faut y résister au moins 4 ou 5 bonnes pages pour y survivre et se retrouver en terrain plus maîtrisable. On note aussi une volonté explicative des termes qui tombe parfois un peu à plat et fait très leçon de choses. Le récit et la BD mettent donc globalement quelques pages pour accrocher réellement le lecteur et ensuite tout va beaucoup mieux. La fluidité de l'ensemble emporte la mise et rend la vision et la lecture très agréable pour un bon moment de BD classique. L'avenir et le succès de la déclinaison graphique diront si d'autres tomes verront le jour tant il est vrai que ce type d'entreprise ne peut séduire et convaincre que sur la longueur.

Un pari créatif et commercial qui s'appuie sur le succès d'une œuvre romanesque et télévisuelle mais ne présume en rien de l'adhésion d'un public varié de lecteurs et téléspectateurs à une approche graphique qui certes non déroutante, n'agrègera pas obligatoirement les passionnés de BD
Incontestablement du bon et beau boulot qui fait passer un agréable moment de lecture où l'on n'apprécie également la volonté du dessinateur de ne pas coller à l'images des personnages TV (aucune ressemblance entre P. Arditi et le Cooker de la BD).


Le guide du Financial Times : 60 modèles de management
Le guide du Financial Times : 60 modèles de management
par Gerben van den Berg
Edition : Relié
Prix : EUR 27,00

4.0 étoiles sur 5 Quasi exhaustif et complet, diversifié et très utile (bien qu'un peu "light")., 23 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le guide du Financial Times : 60 modèles de management (Relié)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce guide de 300 pages présente, comme son titre l'indique, 60 modèles de management impactant quasiment tous les secteurs et services (et besoins) d'une entreprise qu'elle que soit sa taille ou son secteur d'activité. Certes, il s'agit d'analyses plus générales que fouillées, néanmoins, en divisant la présentation en 4 parties (le modèles en bref, quand l'utiliser, comment l'utiliser, analyse finale) ce recueil permet une vision exhaustive. Le tout étant divisé en trois grands chapitre : Stratégiques, Tactiques et Opérationnels. Le lecteur moyen pourra se faire une idée du grand principe qu'il souhaite mettre en place en fonction de ses besoins et objectifs. Charge à lui ensuite de fouiller ailleurs et plus précisément dans les détails le modèle le plus adapté. Le gros point fort est donc d'y trouver un modèle adapté à une réorganisation de ses services généraux tout autant qu'un modèle permettant de s'attaquer à la créativité de son entreprise. Le point faible logique est donc une impression de survol qui peut donner le sentiment d'imprécision. D'où l'intérêt des références situées à chaque fin de modèle et qui pourront engendrer les lectures d'études complementaires et souhaitables. Mais ne boudons pas notre plaisir et la simplicité non dénuée de profondeur d'un recueil qui présente un large éventail d'options sans sacrifier au sérieux des analyses (même en mode un peu "light").
Un ouvrage qui pourra donc servir tout autant aux managers en recherche de modèles ou souhaitant les vérifier, qu'à l'étudiant en besoin d'ouvrage synthétique qu'au novice souhaitant s'initier à ce vaste sujet qui consiste aussi à diriger et informer les acteurs d'une entreprise au mieux de ses besoins mais aussi des leurs. Une double notion que le dirigisme à la française tend à ignorer régulièrement et qui remet les points sur les "i" à des idées toutes faites sur ces vastes sujets.
Il faut noter ici que les auteurs ne font pas abstraction des écueils et points faibles de chaque méthode ce qui fera logiquement rebondir le lecteur vers des modèles complémentaires tant il est vrai que croire qu'il n'y a jamais qu'une seule solution à un problème est vraiment le gouffre de la connaissance à éviter.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16