Profil de Françoise Allard > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Françoise Allard
Classement des meilleurs critiques: 40.178
Votes utiles : 77

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Françoise Allard "Bachophile" (Belgium, 6032 Charleroi)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Piano Concertos Vol. 8: Concertos Nos. 24 & 25
Piano Concertos Vol. 8: Concertos Nos. 24 & 25
Prix : EUR 21,61

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mozart au XXI° siècle, 9 mai 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Piano Concertos Vol. 8: Concertos Nos. 24 & 25 (CD)
http://www.amazon.fr/gp/product/B00701QYD4/ref=cm_cr_rev_prod_img
Les concertos pour piano de Mozart ont une histoire et un destin qui se prolonge dans l'intégrale en cours de Ch. Zacharias. Le 24° , présent sur ce vol. 8, et le 20° plus encore, ont joui longtemps des faveurs des pianistes et mélomanes pendant toute l'ère romantique, grâce à leur modalité mineure. Le milieu du XX°s releva et révéla tous les concertos du jeune Wolfgang. Ainsi naissent les intégrales classiques (en tous sens)de Brendel, Barenboim et Perahia, probablement supérieur à ses concurrents. L'année Mozart (1991)vit passer une étoile qui me tient toujours à coeur: Andreas Schiff dont les quelques faiblesses sont rachetées par la superbe direction et l'orchestre de Sandor Vegh.
Le XXI° siècle n'a que 12 ans et la relève est déjà assurée par la personne de Chr. Zacharias, humaniste profond et sensible. Un Mozart pour aujourd'hui, relu (intégrale disparate EMI)et approfondi nous convie à l'écoute de Mozart, parce que c'est ce Mozart de Zacharias qui est actuel et éternel!
Françoise Allard et Etienne Feron


Brahms : Quatuors à cordes n° 1 et n° 3
Brahms : Quatuors à cordes n° 1 et n° 3
Proposé par sellerfellafr
Prix : EUR 23,16

5.0 étoiles sur 5 Brahms et Borodine = un doublé gagnant, 4 mai 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brahms : Quatuors à cordes n° 1 et n° 3 (CD)
Un excellent couplage car le premier et troisième quatuors sont les plus beaux et les Borodine y excellent.
Réédition, certes, réédité maintenant chez Apex. Un très bon CD.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 28, 2013 6:11 PM MEST


Festa : Mottetti, vol. 1 & 2. Cantica Symphonia.
Festa : Mottetti, vol. 1 & 2. Cantica Symphonia.
Prix : EUR 19,28

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'ars nova et l'art de Festa., 11 décembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Festa : Mottetti, vol. 1 & 2. Cantica Symphonia. (CD)
Si vous aimez la musique sacrée de la fin du moyen-âge, ce CD double à prix doux est fait pour vous. On connaît un peu Festa par le Huelgas ensemble, mais cette réalisation exemplaire est à conseiller absolument, comme un coin de paradis sur terre.Festa : Motets, vol. 2. Cantica Symphonia.
Il y a 2 CD dans la nouvelle édition à laquulle se rapporte mon commenaire!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 16, 2014 8:56 PM MEST


Couperin : Suites & Pavane
Couperin : Suites & Pavane
Prix : EUR 7,00

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 G. Leonhardt et L. Couperin : une totale empathie, 16 juillet 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Couperin : Suites & Pavane (CD)
Sans parler ici de Bach, cet enregistrement fait montre d'une réelle empathie entre G. Leonhardt et L. Couperin. Leonhardt comprend et joue Couperin de l'intérieur, ce qui ne signifie pas seulement avec la gravité d'une lecture en profondeur, mais aussi avec une humilité respectueuse de la musique, qui est peut-être la qualité première de Gustav Leonhardt. Un CD à placer dans une bibliothèque pour y avoir accès facilement, parce que c'est un disque qui ne s'écoute pas qu'une fois!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 5, 2012 1:25 AM MEST


Suite pour violoncelle seul
Suite pour violoncelle seul
Prix : EUR 8,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La jeunesse éternelle, 16 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Suite pour violoncelle seul (CD)
La jeunesse éternelle est celle de la musique de Bach. Ses 6 suites pour violoncelle appartiennent à sa période dorée qui ont vu naître beaucoup de ces compositions instrumentales. Les suites pour violoncelle font preuve de cette même jeunesse et richesse d'inspiration, qui les rendent intemporelles. Pour les jouer, il ne faut pas les interpréter comme des références idéales mais inaccessible, mais se laisser porter par la musique, il faut les laisser chanter et non les étudier. Ce ne sont pas des études savantes, encore que derrière leur apparente facilité, ce soit la science innée de Bach, sa perfection dans l'art du contrepoint et de la fugue, qui soutiennent la légèreté lumineuse de ces oeuvres dansantes (qui sont effectivement des suites de danses).
Lorsque mon fils avait 18 ans environ, il a accepté de jouer avec moi au jeu sérieux de l'écoute en aveugle, sur la base des versions dont je disposais: les deux de P. Fournier, les deux de A. Bylsma, la seconde de Wispelwey et de Tortellier. Queyras n'avait pas encore fait parler de lui, hélas!
De cette comparaison par un jeune homme plus habitué à du (bon) rock qu'au classique, s'ensuivit un verdict sans appel. Pour lui une version surclassait toutes les autres par sa jeunesse. Essayez de deviner laquelle!
C'était Bylsma en 1979 pour Seon (RCA)! Suite à cette expérience, je me mis à regretter que la maître hollandais n'ait pas pu disposer du "Servais" à cette époque, il y a plus de 20 ans déjà!
N.B. L'éditeur ne précise pas quelle est la version proposée dans cette série mais il s'agit de celle de 1992 (Vivarte).


Bach - Suites pour violoncelle seul n° 1, 2 et 5
Bach - Suites pour violoncelle seul n° 1, 2 et 5
Prix : EUR 6,88

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et dire que j'ai revendu un bijou!, 22 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach - Suites pour violoncelle seul n° 1, 2 et 5 (CD)
Il y a déjà quelques années, j'ai découvert dans une boutique un double CD plat Accord illustré par une violoncelle en gros plan. Fournier, bien sur, mais je ne connais pas cet enregistrement! Je m'en veux de l'avoir vendu car je croyais que les deux essais de Fournier en peu de temps seraient comparables! Erreur, humaine, certes, mais j'avoue en comparant, préférer ce live, une sorte de répétition générale vivante avant les studios Archiv.
Il a bien sûr un bruit de fond, des toux nerveuses, rien n'y fait parce que Fournier tel qu'en lui-même, présent plus encore dans son absence que dans les salles de concerts, est ici maintenant.
Merci à l'Editeur, Accord. On est tous d'accord pour Fournier.
Erreur: ce commentaire se rapporte à l'édition intégrale Accord).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2011 2:06 PM MEST


Die Kunst Der Fuge (L'Art De La Fugue)
Die Kunst Der Fuge (L'Art De La Fugue)
Prix : EUR 12,99

4.0 étoiles sur 5 Etonnant, puis tentant..., 27 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die Kunst Der Fuge (L'Art De La Fugue) (CD)
Voici un CD que j'ai acheté sans trop y croire, sans risque de me ruiner, mais parce que je découvre dans ma discothèque pas mal de versions de ce chef-d'oeuvre mais peu pour clavecin, alors que G. a démontré en écrit et en doigté que l'oeuvre est bien destinée à un clavier, au clavecin parce que c'est l'instrument de base à l'époque. Vartolo n'était qu'un nom pour moi. Le résultat après plusieurs écoutes est identique:je ne parviens pas à parler de cette interprétation, juste un peu autour, mais je l'écoute sans me lasser, ce qui est bon signe. Une chose m'a cependant frappé dès la 1°écoute: une certaine lenteur où l'on ne s'ennuie pas, où l'on attend la suivante. Voilà donc un double CD que l'on peut écouter vraiment, aux antipodes de certaines versions (en quatuor, les Emerson sont un TGV)souvent trop extraverties. On ne joue pas dans la cour des grands (quelle frustration d'écouter Leonhardt en se privant de l'immense fugue à 3 sujets!) mais on joue bien. Essayez cet album, il n'y a rien à perdre!


Vivaldi : Concertos pour viole d'amour
Vivaldi : Concertos pour viole d'amour
Prix : EUR 6,99

3 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Médiocre, 25 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vivaldi : Concertos pour viole d'amour (CD)
Voici le genre de CD que l'on achète sans se poser trop de questions. Vivaldi, c'est joli, Biondi c'est sexy, la viole d'amour, c'est tellement gentil, cela sonne bien pour les petits aussi. Pas de danger, Biondi reste poli et pas de chihi!
Et quand vous l'aurez écouté 1 ou 2 foid, il ira sommeiller dans un tiroir. En plus, cela fait un cadeau mignon pour toutes les occasions!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 5, 2012 11:34 PM MEST


Schütz : Kleine geistliche Konzerte
Schütz : Kleine geistliche Konzerte
Prix : EUR 9,00

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La musique des Anges, 1 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schütz : Kleine geistliche Konzerte (CD)
Même si cela a été dit et redit de toutes les manières, voilà Le CD "pour l'île déserte" à condition de ne pas y emporter du Bach. A Venise où il étudia la musique sous la houlette de Gabrieli, Schutz avait a été immpressionné par la solemnité polychorale qui résonnait à Saint-Marc, mais il apprit aussi toutes les subtilités de la monodie accompagnée, du chant expressif soutenu par un effectif instrulental réduit. Quand il rentra au pays, il n'avait d'autre choix que d'explorer et de s'exprimer par cette musique nouvelle - la musique baroque qu'il transposa dans ses oeuvres religieuses. La guerre de C'est ainsi que naquirent ces petites pièces spirituelles inimitables par leur style musical et leur ferveur religieuse (1736 et 1739). Une musique extraordinaire qui ne peut être que celle des anges. Trouver des voix angéliques en 1980 était en même temps une gegeure et une évidence. Ce rare mélange s'était fait un nom avec G. Leohnatdt dans les cantates de Bach: Sebastian Hennig, insurpassable, ange des anges, ce soprano à la tessiture et l'ambitus prodigieux. A côté de lui R. Jacobs était dans sa meilleure période de contre-ténor; et le continuo était idéal. Ecoutez les premiers solos et duos de ces cahiers: vous n'en reviendre pas, au sens littéral; vous devenez mélomane! Dans certaines pièces, Sebastian Hennig chante avec aisance une octave au-dessus de son petit concurrent de Tölz. Merveille incandescante, ce CD trop court mais au prix démocratique, doit trôner à l'avant de votre discothèque!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 14, 2011 10:12 PM CET


Schubert : Quintette à cordes D. 956
Schubert : Quintette à cordes D. 956
Proposé par FastMedia "Navires De USA"
Prix : EUR 84,85

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les Berg au sommet, 4 octobre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schubert : Quintette à cordes D. 956 (CD)
Le quintette en Ut pour cordes D 956, une dernière oeuvres de Schubert, libéré du poids d'un Beethoven inhibant. Cette partition constitue le chef d'oeuvre de Schubert et probablemenet un des sommets de la musique... On le considère parfois comme un manifeste du romantisme. Or, tout le problème de l'interprétation des Berg est là: faut-il faire le pas le plus difficile, d'aller au-delà de Schubert? La réponse est sans équivoque, ce qui peut être un atout ou une faiblesse. Les Berg des années 80 jouent assurément la carte de l'expressivité. Si romantisme il y a, c'est dans un sens, celui de la déchirure,
de la souffrance qui éclate dans un musique torturée, avec cependant de temps de temps des éclaircies, de courtes périodes de lumière.
Les Berg ont fait un choix, celui de l'expression, allant parfois jusqu'à une certaine brutalité. L'évaluation dépend de l'adhésion ou non à cette prise de position initiale. Ou bien, on entre dans Schubert en acceptant de se laisser guider par les Berg, et on touche au sublime! Mais si on n'entre pas dans cette démarche, l'interprétation semblera d'une violente et excessive expressivité, tournée déjà vers le XX° siècle.
On est pour ou contre, pas de milieu. Pour moi, c'est oui, donc 5 sur 5.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 22, 2013 9:34 PM MEST


Page : 1 | 2