undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères
Profil de XENOPHON > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par XENOPHON
Classement des meilleurs critiques: 235
Votes utiles : 2447

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
XENOPHON
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
De Gaulle écrivain
De Gaulle écrivain
par Adrien Le Bihan
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 AU BOUT DE NOS PEINES, IL Y A LA PLUS GRANDE GLOIRE DU MONDE : CELLE DES HOMMES QUI N'ONT PAS CEDE (14 JUILLET 1943), 25 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : De Gaulle écrivain (Poche)
A travers ses Mémoires et Discours de Guerre, ses quatre essais des années de l'entre deux guerres, ses carnets lettres et correspondances courant de 1920 à 1946, je me suis fait-en toute irrévérence- une certaine idée de Charles de Gaulle écrivain...Une sorte de Flaubert par l'effort herculéen qu'il s'impose pour mettre en Monde ses Mots, Phrases, Paragraphes...Un La Rochefoucauld pour le caractère acéré, glacial, mordant de ses Portraits...Une Chimère, Etre hybride empruntant à Verdi (celui de l'Ouverture des Vêpres Siciliennes), à Wagner (celui du Prélude du IIIème acte de Siegfried) et à Joseph Conrad (pour ce Typhon qui définit si simplement le sens de "Devoir").

Le Livre d'Adrien Le Bihan recréee un De Gaulle tel qu'il aurait pu être. Ce texte taillé, travaillé, ciselé saisit au coeur l'inspiration, les ressorts et les expressions de l'oeuvre littéraire. Il suit en "veilleur" sans se substituer à ce que fût ce pénible travail d'accoucheur. On y entend une Voix aux intonations uniques en son genre. Les écrivains "professionnels" bien trop heureux de pouvoir expliquer au Connétable ses "fautes "de goût, de style (de Duhamel à Mauriac) s'en tinrent à un prudent "pas mal pour un militaire" (oublions ici la classification ubuesque qui classe les Mémoires dans le genre "Roman National").

En fait, De Gaulle, c'est Péguy au Combat.

Il raconte la Tragédie dont il a forcé le Destin au prix d'une sorte de dédoublement de Soi-Même (le premier titre du livre d'Adrien le Bihan
est " : De Gaulle et son Double").
Il en incarne le Hérault/Héros rattrapant son Pays par le col au moment celui-ci s'enfonce dans un puits sans fond.
Il forge sa propre Légende puisque personne ne se présente pour relever le Gant, saisir l'Epée et porter l'Ecu.

De Gaulle, écrivain, n'est ni le quelconque Duhamel (Les Pasquier), ni le rampant Claudel (Ode au Maréchal), ni le délicat Mauriac (dont Thérèse Desqueyroux est le vrai et seul chef d'oeuvre), ni le néo-maréchaliste Nimier (dont le fait de guerre-littéraire- est, on pouvait s'y attendre, une traîtrise puisqu'il travaille avec succès à redonner une place à Chardonne et Morand, ces moisis redevenus désormais poussière) et encore moins le pauvre Léautaud qui ne sût jamais oser créer.

En fait, De Gaulle, c'est Chateaubriand Victorieux.

"De Gaulle écrivain" donne à rencontrer le Malraux des Anti-Mémoires, qui associées au Discours sur Jean Moulin, créent le magnifique TombeauLittéraire de ce Compagnon si inattendu. Bien sûr, il ne sera pas question dans cet ouvrage de Romain Gary, sublime Magicien de l'Ecriture, Compagnon de la Libération devant lequel le Connétable, combattant sa feuille blanche, pour raconter une sorte de "Combat des Trente" aux dimensions universelles, devait rester un peu interloqué.

L'Hommage rend par Adrien le Bihan à l'Ecrivain De Gaulle, de grès et de granit, modelé par les vents de Tempête et les déferlantes parfois scélérates, mérite d'être lu.


Max Linder (Coffret 3 DVD + 1 Livre) [+ 1 Livre] [+ 1 Livre]
Max Linder (Coffret 3 DVD + 1 Livre) [+ 1 Livre] [+ 1 Livre]
DVD ~ Max Linder
Prix : EUR 26,22

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 UN MOMENT JUVENILE ET HEUREUX, 6 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Max Linder (Coffret 3 DVD + 1 Livre) [+ 1 Livre] [+ 1 Livre] (DVD)
Quelle surprise que cet acteur comique sémillant, fantasque et extraordinairement drôle...Un Charlot entraînant genre "Feydeau" ou "Gavroche en huit reflets"....Un vrai moment de gaieté heureuse...


Les combats de la cavalerie blindée
Les combats de la cavalerie blindée
par Charles Maisonneuve
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ABC, 23 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les combats de la cavalerie blindée (Broché)
Un très bon plaidoyer pour l'Arme Blindée Cavalerie à travers des cas de figure réels montrant que la guerre est la guerre (les attaques de poste français en Côte d'Ivoire rappelle très précisément ceux décrits dans les livres traitant de la Guerre d'Indochine). Jusqu'au 13/11, l'Armée Française s'est battue très durement dans un silence poli (au mieux) ou une indifférence absolue (au pire) ; elle s'y est révélée, aguerrie, entraînée et dure au mal.
Sans tomber dans le "Dérouledisme barrèsien", cela mérite au moins une marque d'intérêt (au moins) voire de reconnaissance (au mieux). Il y a, dans cette vie de combattant, une forme de cohésion, de solidarité et d'allant qui montrent qu'on peut faire des tas de choses quand on les fait collectivement avec un état d'esprit particulier et un certain amour du Pays (la fameuse Patrie dont tout le monde semble -enfin et hélas-retrouver le goût). Sans vouloir faire la société civile une societé de type militaire, on pourrait s'inspirer de quelques unes de ces vertus. Qui sait ? La France reste un pays tellement étonnant....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 23, 2015 10:33 PM CET


La guerre de la France au Mali.
La guerre de la France au Mali.
par Jean-Christophe Notin
Edition : Broché
Prix : EUR 22,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LA GLOIRE DES ARMES DE LA FRANCE, 18 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La guerre de la France au Mali. (Broché)
J'en suis au 4ème volume'"Leclerc", "St Hillier", "La campagne d'Italie"'Autant de livres d'histoire estampillés "Notin".JC. Notin, c'est d'abord une patte, un style, une façon de raconter. Il y a du Dumas chez cet écrivain-là avec quelques excès" à la mode Image d'Epinal" mais surtout un art narratif très prenant, emballant, captivant.

Là, il s'agit d'un travail journalistique et historique. Le descriptif très complet de la mise en place, des combats, et du retrait d'une "brigade" engagée au Mali contre une coalition djihadiste intéresse, fascine et inquiète :

' intéresse car on voit toute la complexité de la mise en oeuvre diplomatique, politique et surtout opérationnelle
' fascine du fait de la dureté des combats qui opposèrent troupes françaises, tchadiennes et maiennes aux djihadistes. Des échos des grands conflits majeurs reviennent à la mémoire, notamment les conflits de décolonisation.
' inquiète puisque malgré la clarté de la mission définie par le Politique, la remarquable efficacité des Forces Combinées et l'extrême rusticité des Combattants supportant des conditions climatiques, géographiques et physiques quasi-inhumaines. Cette "brigade" montée en Groupes Tactiques Inter-Armes mène une guerre de pauvre : les avions transporteurs sont russes ; le backing surveillance est pour une bonne part américain ; les avions de combat français sont très peu nombreux, les hélicoptères aussi. Les posers d'assaut, les missions d'éclairage aérien, les tirs canon blindé, le roulage incessant poussent les matériels à l'extrême limite de la casse pendant les hommes déploient des trésors d'ingéniosité pour faire fonctionner ce "Monstre" qu'est Serval. 4000 hommes au combat'la limite d'"autonomie" française est atteinte. comment malgré des différences absolument évidentes ne pas penser au CEFEO au combat entre 1945 et 1954 ?
Notre Force de Défense, riche d'un savoir-faire et d'un mordant exceptionnels mérite autre chose, en des temps devenus, comme c'était prévisible, très incertains (cf le blog de Michel Goya), que l'activité "bettrave" et les missions de Police.
Ce qui est de la Police relève de la Police et de la Gendarmerie, ce qui est de l'Opex ou de l'engagement militaire relève de l'Armée (faut-il rappeler ce que le mélange des genres a produit en Algérie entre 1954 et 1962).

La Gloire des Armes de la France a été une fois de plus portée haut. Il serait bon de ne pas faire en sorte que ce soit la dernière fois, faute de moyens.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 28, 2015 5:37 PM CET


La Voie de l'épée 1: Vingt et une nuances d'organisations militaires (2011-2014)
La Voie de l'épée 1: Vingt et une nuances d'organisations militaires (2011-2014)
Prix : EUR 4,44

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LE JOUR D'APRES, 14 novembre 2015
Dans son blog "La voie de l'épée", le colonel Michel Goya a écrit un texte prémonitoire sur le "Jour d'Après" (...) celui qui suivra une attaque djihadiste de grande ampleur. On est le 14 novembre 2015, le Jour d'Après et nous sommes en guerre. Une nouvelle époque commence.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 17, 2015 5:35 PM CET


Les Gastronomes parisiens
Les Gastronomes parisiens
par Philippe MELLOT
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 LA CAPITALE MANGE A L'ERE DE LA RENTE ET DU VENTRE DE PARIS, 3 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Gastronomes parisiens (Broché)
Très agréable à lire, stupéfiant par le nombre de plats proposés lors d'un déjeuner, surprenant par ce que cela suppose de durée de présence à table'Les Parisiens mangent et "salonnent"'On y retrouvera l'écho de nos grands prosateurs qu'ils nous écrivent des romans ou tiennent leurs journaux'

Un seul regret : ne pas avoir estimé en euros le coût donnée en francs d'époque'

Mais bon, bon appétit'!


Le Salaire de la destruction: Formation et ruine de l'économie nazie
Le Salaire de la destruction: Formation et ruine de l'économie nazie
par Adam Tooze
Edition : Broché
Prix : EUR 29,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 LES FONDAMENTAUX, 30 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Salaire de la destruction: Formation et ruine de l'économie nazie (Broché)
L'Histoire Economique, histoire quantitative, parfois ardue (c'est le cas par moment dans ce livre) a le très grand mérite de tracer "la carte de géographique" des décisions qui façonnent les évènements.

Trois points clés à mon sens :

Ce livre démontre que les capacités industrielles, financières et humaines de l'économie de guerre allemande, malgré un effort titanesque, ne pouvait pas lui permettre de vaincre. Les décisions hasardeuses couronnées de succès (on mesure tout le mal que l'armistice française a engendré) ont enivré les vainqueurs au point de leur faire oublier jusqu'à quel point la Russie Soviétique pouvait être une noix si dure à casser.
La Grande Alliance ne pouvait que vaincre. Le pari hitlérien sur la vitesse ne pouvait qu'être perdu.

Ce travail met au clair tout le travail financier de H. Shacht et ses équipes pour permettre à l'Allemagne de se dérober à ses obligations et à se construire dès 1934-1935 une économie totalement orientée vers la guerre, la complicité industrielle qui en a découlé et la mise au pas d'une société pauvre et appauvrie bien contente de se mettre dans la main de ses nouveaux maitres, une fois les opposants de tous types chassés, traqués et éliminés.

Enfin le plus épouvantablement brillant de tout, c'est la mise en avant de l'implacabilité de la vision générale nazie conduisant à l'extermination systématique des populations jugées "radicalement inférieures" soit directement (peuples juif et tzigane) soit par la faim (Generalplan Ost) savamment mâtinée de pragmatisme dès lors qu'il manquait des bras pour faire tourner la machine (calcul du ratio calorie/production).

A titre personnel, je conseille au lecteur de vérifier les dates de décès de ces nazis qui saignèrent l'Europe au nom de leur Idéologie. Il mesurera le Grand Mensonge Adénauerien d'après guerre et ce que la Guerre Froide a permis d'éviter à ces groupes de tueurs bureaucrates.
La Politique est décidément affaire de Réalité pas de Justice (aujourd'hui les industriels allemands jouent avec les normes et trichent...voilà une médiocre banalité des plus rassurantes…'daily business as usual").

Voilà donc livre d'histoire qui pèse et compte !


Mein Kampf : noir sur blanc
Mein Kampf : noir sur blanc
Prix : EUR 2,99

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 POUR UNE HISTOIRE DEBARASSEE DES SCORIES, 27 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mein Kampf : noir sur blanc (Format Kindle)
Quand l'histoire du XX ème siècle européen se termine en 1945, 50 millions de personnes sont mortes'L'Allemagne portant la responsabilité matérielle et morale de ce Conflit, on se doit, si on s'intéresse à cette période, de lire Mein Kampf ("Le second livre" ne semblant pas être disponible en français).

Il y a 3 raisons à cela :

- Il est disponible en chargement libre sur Internet (version française de 1933)
- Il est incontournable si l'on veut dégager une cohérence interne entre la pensée, les paroles et les actes du nazisme même si on reste confondu par la profondeur abyssale de ce délire textuel qui se termine en queue de poisson.
- Il est légitime de comprendre la pensée de son ennemi (Raymond Aron, antimarxiste convaincu, avait lu Marx et Lénine).

Très difficile à lire du fait de l'absence de fil conducteur, texte "monologue", cet ouvrage nécessite une traduction ad hoc. C'est ce que vient de faire Olivier Mannoni pour les éditions Fayard.

Quand à la dangerosité éventuelle, je reste sceptique'

Le nazisme théorique est d'un misérabilisme sans nom. Le nazisme, pratique de l'action par le triomphe de la volonté, nécessite un chef charismatique, des troupes de combat, une crise économique majeure, un ennemi désigné comme source de tous les maux, une situation quasi-insurectionnelle fondée sur un esprit de revanche forgé dans les tranchées et exalté comme source d'inspiration, une complicité active des "élites" civiles et des cadres militaires, une adhésion populaire importante voire massive et une volonté expansionniste le tout couplé à un rejet absolu de toute valeur d'une quelconque vie humaine (hormis le ratio calorie consommée/production fournie de l'esclave).

Ce n'était pas forcement joué en 1933 et encore moins en France en 2015 ; la nouvelle extrême-droite porte plus une vision qui rappelle le discours du PCF de la fin des années 60 et des années 70 du siècle dernier (il suffit de remplacer le patron et le Grand Capital par l'immigré et l'UE) qu'une quelconque rhétorique rattachée de près ou de loin au nazisme.

En conclusion générale je dirais que dénommer correctement son ennemi est déjà le combattre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 28, 2015 12:51 PM CET


L'armée d'Hitler : La Wehrmacht, les nazis et la guerre
L'armée d'Hitler : La Wehrmacht, les nazis et la guerre
par Omer Bartov
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 UNE REEVALUATION "PREMONITOIRE", 13 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'armée d'Hitler : La Wehrmacht, les nazis et la guerre (Poche)
Les Allemands qui, à 18 ans en 1940, servaient dans la Wehrmacht avaient 68 ans en 1990, année de la parution de ce livre. Leur mémoire était des plus sélectives (cf Von Kageneck ou surtout Guy Sajer, prototype du landsër amnésique dont le livre ressemble trait pour trait au contenu des lettres des soldats du Front Russe).
Cependant le grand dépoussiérage avait commencé. L'Histoire Officielle écrite par les vaincus commençait à être réevaluée. Le travail d'Omer Bartov démontrait combien la Wehrmacht n'était pas qu'une armée de professionnels mais aussi une armée idéologique imbibée jusqu'à la moëlle des os par la vision nazie du monde. La démodernisation du front, la destruction des groupes primaires, la discipline poussée jusqu'à la plus extrême rigueur en cas de refus d'engagement au combat (15000 soldats fusillés pour lacheté durant la 2ème guerre mondiale contre 48 durant la première) faisait place nette pour la vision allemande de l'Ostkampfër, ce Siegfried des temps modernes.

On sait désormais qu' à l'Est, les Allemands furent des Saigneurs de la Guerre, provoquant la mort de vingt millions de Russes et détruisant absolument tout sur leur passage. On a du mal à imaginer que les Russes, une fois en Allemagne, eussent pu se comporter en gens raisonnables.

Vingt cinq ans après, l'Allemagne réunifiée donne à voir un autre visage. Ni tant mieux, ni tant pis. On attend toujours de voir à quel moment la face hideuse de leurs ancêtres va enfin afficher son faciès monstrueux, celui du portrait de Dorian Gray enfin dévoilé. Je crains qu'on attende longtemps car le passage des Vivants à l'Histoire devient querelle de spécialistes et amnésie des peuples.

D'une certaine façon les Nazis ont aussi gagné cette guerre s'assurant pendant le temps nécessaire une impunité dictée par les circonstances historiques d'après guerre.

"Fortuna, imperatrix mundi".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 21, 2015 3:53 PM MEST


Les mythes de la Seconde Guerre Mondiale
Les mythes de la Seconde Guerre Mondiale
par Olivier WIEVIORKA
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

32 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 LES VAINCUS ECRIVENT AUSSI L'HISTOIRE, 30 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les mythes de la Seconde Guerre Mondiale (Broché)
C'est une des raisons pour lesquelles ce livre est excellent.

Il faut saluer cette école historiographie qui remet en perspective ce conflit exceptionnel par sa durée, sa violence hyperbolique vis-à-vis de tous-civils et militaires-voulue et imposée dès le début par l'Allemagne, son remodelage des pays et de leurs économies, sa création de nouvelles mentalités et son inscription dans les mentalités post-conflit.

Ce travail, fondé sur les chiffres, les archives enfin ouvertes et la mise à distance d'impératifs mémoriels, idéologiques ou partisanes redonne l'épaisseur voulue à la compréhension de cette guerre.

Plusieurs niveaux de lecture sont possibles : pour les plus novices, voilà un détoilettage bienvenu contrebattant des pseudo-vérités sur l'invincibilité de la Wehrmacht, le rôle des Kamikaze, l'incapacité de l'Armée Rouge ou la faiblesse des G.I. au combat ; pour les plus rodés connaissant les ressorts et ayant beaucoup lu, on y trouve des points de vues particulièrement intéressants sur des chefs militaires (Montgomery, Rommel), des campagnes (les guerres soviéto-japonaises de 1939 et 1945, les bombardements sur l'Allemagne, les "armes miracles" du III ème Reich', le début de l'opération Barbarossa, la contribution française à la Victoire).

La conclusion que l'on tire de la lecture s'impose d'elle-même : la raison pour laquelle les Alliés ont vaincu l'Allemagne et le Japon est qu'ils ils ont simplement été meilleurs qu'eux.
Leurs arsenaux étaient plus denses, leur gestion de l'économie de guerre meilleure, leurs innovations technologiques globalement supérieures, leur volonté de vaincre au moins aussi forte que celle des allemands ; la résilience des combattants de la Grande coalition les a aguerris, mis au niveau de ce qui se "faisait de mieux" ; la vision opérationnelle et stratégique (art opératif, capacité à aligner les objectifs militaires et politiques, coordination inter-armes) était supérieures.

Ce qui est sorti de ce Déluge, au prix de 50 millions de personnes tuées du fait de l'idéologie hitlérienne, s'appelle la Mort de l'Europe et de ses Empires. Les civils ont participé, "nolens volens", à la Guerre Totale voulue par l'Allemagne ; le peuple juif d'Europe centrale et les tsiganes ont été rayés de la carte ; la population soviétique a diminué de 20 millions d'individus (soit 20 fois plus que le nombre de Soviétiques assassinés durant les purges staliniennes) ; la population polonaise a été décimée, les concentrationnaires soumis à la mort lente par épuisement ; les malades et retardés mentaux euthanasiés.

Un des vrais tours de force de cet Armageddon est que les vaincus ont continué à écrire l'Histoire en vainqueurs.

Voilà pourquoi ce livre se révèle vraiment utile, intéressant et bienvenu.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (9) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 27, 2015 8:34 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20