Profil de Fabien Flajolet > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fabien Flajolet
Classement des meilleurs critiques: 2.058
Votes utiles : 657

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fabien Flajolet "liseur en herbe" (Antony - 92)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13
pixel
Puzzle
Puzzle
par Franck Thilliez
Edition : Broché
Prix : EUR 20,90

2.0 étoiles sur 5 Huit clos dans un HP désaffecté..., 12 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Puzzle (Broché)
Comme beaucoup dans ces commentaires, j'aime énormément les thrillers de Franck Thilliez, le souci est que depuis le Syndrôme E que je considère être sa plus grande réussite, j'appréhende chaque nouvelle livraison, car quand le sublime a été atteint, la suite ne peut être que décevante. Ainsi j'avais été moyennement emballé par AtomKa et franchement déçu par "Vertiges" que je n'avais mené au bout que par principe et non par plaisir.

La lecture d'un nouveau huit clos m'inquiétait donc quelque peu. Je me raccrochait au doux souvenir de la Forêt des Ombres, me persuadant que Thilliez pouvait également être efficace dans ce type de polars.

Au final ? un sentiment très mitigé domine. Si l'histoire peut être intéressante, d'autant que Thilliez est passé maître dans le maniement des écrits romanesques liés à la folie et au psychisme (cf ces thrillers précédents), je trouve que la mise en oeuvre est ratée. Les personnages sont caricaturaux, les expressions utilisées tombent à côté de la plaque, le jeu "prétexte" est parodique, les réactions des personnages trop décalées ou inappropriées. A l'inverse de Vertiges qui manquait d'un scénario solide, dans Puzzle, il manque une mise en scène cohérente au service de l'histoire !

Dommage...


L'Odysée
L'Odysée
Proposé par Meganet France
Prix : EUR 10,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les Radiohead français ?, 9 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Odysée (CD)
Le seul contact que j'ai avec ce groupe est d'avoir échangé quelques emails avec le chanteur sur un forum dédié à la musique lorsqu'il mettait en ligne ses maquettes pour récolter quelques avis... A l'époque j'avais trouvé ça excellent... et c'était fait de bric et de broc, mais on sentait la puissance du talent créatif craqueler un vernis technique sommes toutes très mince... Sur ce premier album, produit par des internautes, ils ont pu enregistrer dans un vrai studio, avec de vrais instruments, un vrai ingé son et du coup, c'est une bombe, ni plus ni moins !

Pour moi, c'est le genre d'album que j'écouterai du début à la fin sans m'ennuyer une seconde... Et ils ne sont pas légions (comptez ceux qui vous font cet effet, ça tient généralement sur les doigts de la main). Toutes les mélodies sont magnifiques, empreintes d'une mélancholie douce, et magnifiquement servie par la musique qui se met au service de la voix en apportant son plus mais sans tenter de lui voler la vedette...

Les idées foisonnent et sommet d'intelligence, le groupe prend le temps de les exploiter une à une plutôt que de les accumuler pour en mettre plein la vue... résultat, une succession de passages magiques et envoûtants... Simple, mais pas simpliste, coloré, efficace, puissant, mélodique... bref excellent... là dedans, on trouve du Muse, Radiohead, U2...

En revanche, très gros point noir ! C'est qu'avec une qualité pareille, ils vont devoir s'accrocher pour faire aussi bien la prochaine fois... mais bon, pas d'anticipation et profitons déjà de l'Odyssée, c'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de se nourrir d'une pareille réussite ! Chapeau Messieurs, plaisir total pour moi !


Vertige
Vertige
par Franck Thilliez
Edition : Broché
Prix : EUR 20,90

15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Sans suprises..., 20 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vertige (Broché)
"3 hommes et un chien se réveillent au fond d'une grotte glaciale... 2 sont enchaînés, le troisième portent un masque sur la tête... que font-ils là ? pourquoi eux ?"

Après le magistral "La forêt des ombres", c'est la seconde fois que Franck Thilliez se prête au jeu du huis clos avec selon moi beaucoup moins de réussite... Certes, le scénario est sans failles, le rebondissement rebondissent, la progression maîtrisée, mais c'est le moins qu'on pouvait attendre de Franck Thilliez, habitué du genre et dont c'est le 10ème roman.

Alors d'où vient ma frustration ? Je n'ai tout simplement pas l'impression d'avoir lu du Thilliez, auteur chevronné qui me passionne, m'impressionne, m'émeut, me captive, me cultive, me surprend, m'amuse (assez rarement) depuis tant d'années, avec "Vertige", cet auteur - que j'adore, vous l'aurez compris, m'a surtout ennuyé... Les personnages sont très classiques (le gentil héros presque parfait qui cache un lourd secret, l'inconnu imprévisble, le second couteau vaguement utile), sans aucune suprise, tout comme l'intrigue dont j'ai dénoué le fil à mi-histoire (une première avec Thilliez). L'histoire se déroule comme elle doit se dérouler, les rebondissements sont là où ils doivent être et les séquences émotions ne sont pas loin du grotesque (Pok, la chose dans la glace)...

Les ficelles sont tellement grossières que j'ai l'impression que Thilliez a écrit cette histoire il y a très longtemps, à l'époque où il se cherchait un style. On est loin de de l'érudition du "Syndrôme E", de l'émotion de "Train d'enfer...", du rythme de "Deuils de Miel" ou de l'angoisse de la "Forêt des ombres"...

Cela reste une bonne histoire, distrayante, mais qui est très loin de la passion que j'ai à lire les thrillers de Franck Thilliez...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 19, 2012 10:52 AM CET


Versus
Versus
par Antoine Chainas
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Roman noir particulièrement sale, 9 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Versus (Poche)
De policier, Versus n'en a que quelques éléments incontournables (un assassin, des morts, des inspecteurs, des flingues), l'enquête étant plutôt un prétexte à la découverte circonstancié de l'univers du major Nazutti; un univers franchement crade, repoussant, extrême, sans concession... Un univers violent, barbare, une fange dans laquelle nous pousse avec satisfaction... alors quel intérêt porter à ce roman ? tout dépend des goûts et des perceptions, mais je pense que le vécu d'une expérience de lecture différente justifie cet intérêt. Chainas nous place dans une caisse à savon, sans freins et nous pousse dans une descente vertigineuse que je rapprocherai du film "Requiem for a dream", thèmes des oeuvres mises à part... descente et accélération sans autre espoir de finalité qu'un violent et ultime crash...

On subit la lecture de bout en bout. L'histoire, le contexte, le style, les personnages, les odeurs, les ambiances, tout dans ce pavé de 650 pages est poisseux, sans retour, sans rédemption possible, désespéré... Les acalmies dans ce déchaînement cruel sont rares et plutôt prétexte à s'enfoncer encore plus profond (Chainas nous prouve que cela est toujours possible)...

Au final, dans cette ambiance particulièrement lourde, tourner les page ses mérite et la seule chose que vous en tirerez sont des émotions différentes (axé sur un profond dégoût) que vous ressentirez certainement à plusieurs reprises...

A vous de voir si l'expérience vous tente...


Meurtres pour rédemption
Meurtres pour rédemption
par Karine Giebel
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Excessif voire surréaliste mais très prenant..., 2 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Meurtres pour rédemption (Broché)
J'avais découvert Karine Giébel avec "Les Chiens de sang", roman noir, court, simple et ultra efficace au style dépouillé mais terriblement juste, c'est donc avec impatience (notamment à la lecture de commentaires) que je me suis plongé dans son dernier "Meurtres pour rédemption"... J'y ai retrouvé avec grand plaisir ce style percutant dès les premières pages, décrivant les journées de Marianne de Gréville, une jeune condamnée à perpétuité plutôt turbulante... Les premières pages sont choquantes, noires, glauques... On sent presque l'odeur des cellules traverser les pages, révulsé par la cruauté de l'univers carcéral... encore une fois Karine Giébel trouve - dès le départ - le ton juste (mais dur)...

Le problème que est qu'à force de surenchère, le style perd en force et en crédibilité ! Comment faire pour conserver l'efficacité durant 300 pages (temps nécessaire à mettre en place une histoire relativement basique mais dont les sentiments complexes sont construits autour de scènes mêlant successivement les différents personnages, un peu de manière théâtrale d'ailleurs) alors que les plus crus nous sont envoyés à la figure des les premières ? difficile... et c'est malheureusement raté dans le cas de ce roman noir... Outre l'histoire, dont la vraisemblance tout de même m'a laissé perplexe, j'ai assisté à une tentative vaine de surenchère de violence. Si j'ai été client dans un premier temps, la banalité de l'horreur s'est installée pour remplacer, dans ma lecture, la normalité... Ce qui faisait la force des "Chiens de sang", le côté urgence à décrire l'horreur pour la dénoncer, est, passée les 150 première pages, d'une lourdeur irritante. Dommage car une progression plus maîtrisée de la noirceur et de la violence de l'atmosphère eut été, selon moi, bien plus intéressante...

Ajouté à cela, quelques situations invraisemblables, voire quelques redondances pesantes, notamment dans les tournants de l'histoire (l'affection des certains protagonistes pour Marianne, qui a tout de même tenté de les tuer quelques pages auparavant), l'ensemble semble relativement peu engageant, et pourtant !!! Malgré tous ces ressentis, j'ai lu ce roman à toute vitesse, passionné par l'histoire, écourtant mes nuits pour en savoir un peu plus... Il y a un suspense et une tension que je ne pourrai vous décrire dans cette histoire qui vous empêchera de le lâcher malgré ses lourdeurs stylistiques !


Il faut qu'on parle de Kevin
Il faut qu'on parle de Kevin
par Lionel Shriver
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bouleversant, 24 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Il faut qu'on parle de Kevin (Poche)
"A la veille de ses seize ans, Kevin tue 9 personnes dans son lycée. Ce livre sont les lettres, sans réponse, de sa mère à son père, le couple n'ayant pas survécu au drame"

Magnifique et bouleversant sont les deux termes qui me viennent au moment de refermer ce livre. La justesse dans le propos, l'efficacité dans les passages de émotions sont si déstabilisants qu'il faut se rappeler, à plusieurs reprises, qu'il ne s'agit que d'un roman; que cette mère (perdue ? désespérée ? résignée ?) est fictive et que l'histoire ne se passe pas à côté de chez soi...

Et puis on gratte un peu la surface de la situation insoutenable - permanente - qui nous est infligée et on plonge, encore - oui c'est possible - pour découvrir et souffrir des non-dits entre ces êtres qui se sont tant aimés... La juxtaposition de ces deux caractères fait tellement mal qu'elle ferrai pleurer un caillou. Car ce que raconte cette mère avec tant de réalisme (pas de panique, c'est un roman... c'est un roman...), c'est une histoire qui pourrait arriver à n'importe qui, éradiquant tout potentiel retour vers la normalité d'une vie monotone... La richesse stylistique n'altère en rien la crédibilité de la forme épistolaire et renforce, si besoin en était, la puissance pourtant éreintante du récit...

Enfin, cet ouvrage, sans une goutte de sang gratuite, sans un propos obscène, sans une description glauque voyeuse, mais néanmoins plus sombre que le plus rêche des romans noirs nous "offre", maigre consolation mais néanmoins précieuse pour peu qu'on ose mettre le contexte légèrement en retrait, une approche différente des enfants, de leur personnalité, de leur ressenti qui ne pourra qu'intéresser le parent que vous êtes peut être...


Les visages
Les visages
par Jesse Kellerman
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 largement surévalué, 9 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les visages (Poche)
"Ethan Muller, marchand d'art à New York découvre des milliers de dessins dans un appartement abandonné. Dans ces dessins apparaissent des visages d'enfants. Il décide de les exposer dans sa galerie quand un jour il reçoit un appel téléphonique d'un ancien flic croyant reconnaître dans les visages de crimes anciens non élucidés."

Ce n'est pas sans appétit que j'ai ouvert la première page m'attendant à une révolution du polar traditionnel, un explosion des lieux communs rabâchés cent fois et c'est avec une certaine amertume que je l'ai refermé (ayant tout de même fait l'effort de le lire jusqu'à la fin). La première analogie qui me vient en tête est celle d'un dîner dans un grand restaurant dépassait les 3 chiffres et qu'il m'ait été servi une viande mal assaisonnée... Il y a tromperie sur la marchandise, ce n'est pas un polar, c'est un reportage de "Elle" sur le thème "Art et Psychologie de comptoir" ! Il ne se passe rien que les inintéressantes digressions du narrateur sur sa condition de marchand d'art, sa vie, ses relations amicales, familiales ou amoureuses... Alors oui, il y a bien un récit parallèle qui permettant laborieusement de découvrir l'auteur des dessins, mais noyé dans sa complaisante suffisance, cet ouvrage est tout sauf raté !

"Tenez braves gens, je vous offre très généreusement le récit Ô combien passionnant (puisque je vous le dit) d'un monde que vous ne connaîtrez jamais"... oui et bien, j'ai fait l'effort de le lire jusqu'au bout, et j'ai espéré jusqu'au dernier moment être épargné quelques pages durant par la condescendance pénible qui suite des pages... et bien même pas...


Monster
Monster
par Patrick Bauwen
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 beaucoup de bonnes idées et un style percutant et pourtant..., 9 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monster (Poche)
Pitch : "Paul Becker est médecin à Naples, petite ville du sud de la Floride. Marié et père d'un petit garçon de 6 ans, il s'est endetté pour ouvrir un Walk-in Clinic (centre de consultations sans rendez-vous). Pour pouvoir assurer les traites, il travaille toutes les nuits et une bonne partie de ses matinées, assisté de son infirmière Connie. Un soir de tempête, alors qu'il est de garde, il voit débarquer dans son cabinet son ami d'enfance, Cameron, flic de son état, avec un suspect salement amoché. Cela n'aurait pu avoir aucune incidence, si ce suspect n'avait laissé tomber un portable au cours de la consultation.... et surtout, si Paul n'avait eu la mauvaise idée de décrocher le dit-portable quand celui-ci s'est mis à sonner quelques heures plus tard. Il n'en faudra pas plus pour que la vie de ce médecin tranquille sombre dans un cauchemar sans nom."

Il s'agit du second roman de Patrick Bauwen, dont le génial "L'Oeil de Caine" n'était pas passé inaperçu. On retrouve dans "Monster" beaucoup des ingrédients qui ont fait le succès du premier : l'americain style, l'intensité, le suspense, la minutie, la précision... Mais, si l'explosif final de "L'Oeil..." m'avait passionné, sidéré, médusé de tant de maîtrise et d'intelligence, je n'ai pas retrouvé dans Monster ce caractère machiavélique pour forcer le lecteur à se prendre au jeu.

A défaut de faire mieux (aussi bien eut été déjà magnifique), Patrick Bauwen en donne trop... trop d'horreur, trop de perversité, trop de ficelles - pourtant fondamentalement intéressantes - qui éloigne le lecteur que j'ai été du sujet initial (l'énigme) pour le réduire à l'état de simple spectateur... On part un peu dans tout l'essence tant il y a de matière et de créativité auxquelles il manque le liant, la surenchère a, à mon avis, grandement desservi cet ouvrage, dommage...


Chroniques barbares, Tome 2 : Les visages de Dieu
Chroniques barbares, Tome 2 : Les visages de Dieu
par Mallock
Edition : Broché

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Promesses non tenues, 11 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chroniques barbares, Tome 2 : Les visages de Dieu (Broché)
"24 décembre, le Père Noël rajuste sa barbe, les sapins clignotent et la neige tombe lentement sur la dernière scène de crime du Maquilleur. Ce tueur en série, hors normes, fait de chacun de ses meurtres une oeuvre d'art baroque, sculptant sauvagement les corps et peignant les visages dans des décors d'Apocalypse. Amédée Mallock, commissaire visionnaire au coeur mélancolique, va tenter de résoudre la pire de ses enquêtes, une terrifiante course contre la montre et la mort. Plus il avancera, plus les énigmes et les questions s'accumuleront. Le Maquilleur est-il plusieurs? Pourrait-il être immortel? Le diable croit-il en Dieu? Polar mystique, thriller théologique, Les Visages de Dieu croise une formidable intrigue avec une quête vertigineuse dans les abîmes de la barbarie humaine. Superbe et captivant"

Indéniablement, c'est la couverture magnifique qui a attiré mon attention sur ce livre noyé dans une multitude de titres. Ma curiosité a été piquée à la lecture du résumé, mais plus que l'intrigue, l'enquête, j'ai été alléché par la dimension théologique, la potentielle source de savoir et l'ouverture métaphysique du roman...

Mes attentes ont été assez vaines... Quel manque de profondeur, quelle neutralité et quelle superficialité dans le traitement du thème sous-jacent ! J'en ressors avec l'impression d'avoir été floué, la plupart des questions envisagées restant largement sans réponse.

Alors oui, c'est un bon roman, l'intrigue est solide, son déroulement progressif, ses personnages classiques dans leur atypie, on retrouve toutes les composantes d'un thriller intéressant : un commissaire génial, un assassin sadique et torturé, des meurtres rivalisant d'ignominie décrits dans les moindres détails... mais ça ne va pas plus loin...

Dommage !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 28, 2011 3:13 PM MEST


La conspiration des ténèbres
La conspiration des ténèbres
par Theodore Roszak
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 Fascinant et remarquable, 10 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La conspiration des ténèbres (Broché)
On m'a offert ce livre, en version Broché, il y a plus d'un an... 800 pages... J'ai mis tout ce temps a trouver le courage de m'y attaquer... Et au final, j'ai été "hypnotisé"...

Alors que je m'attendais à devoir trouver obligatoirement de multiples longueurs dans ce pavé, moi, amateur de thriller qui vont à 100 à l'heure, j'ai eu le plaisir de ne pas m'ennuyer un instant en parcourant ces pages, voire même j'ai regretté quelques passages qui auraient mérités, à mon sens, qu'on s'y attarde... Ce livre est raconté comme l'oeuvre d'une vie, celle de Jonathan Gates, qu'on rencontre étudiant niaiseux co-animant les séances nocturnes d'un cinéma délabré d'avant garde et qu'on quitte "riche" de l'aventure de sa vie, de sa découverte. Un parcours raconté avec brio, passion et intelligence.

Outre le récit lui même, dense, riche, habile, voire parfois amusant, la richesse de la documentation technique est impressionnante et la sensation de tourner des pages divertissantes en ponctionnant à chacune d'elles quelques onces de savoir est très agréable.

Au fur et à mesure que l'intrigue gonfle (et elle prend son temps sans jamais lasser), je me suis surpris à me renseigner sur ce roman, son auteur, le personnage central (le cinéaste Max Castle) afin de savoir si j'avais à faire à une fiction, un docu-fiction ou une biographie tant le réalisme du récit est saisissant... Aujourd'hui encore, j'hésite... Mais cette impression de parcourir du réel devient effrayant lorsque la Conspiration est expliquée ou plutôt lorsqu'on la découvre, étapes par étapes...

La force de l'intrigue, combinée au réalisme du style, le tout servi par un apprentissage technique remarquable font de cet ouvrage un grand roman très original !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13