Profil de louga de montelimar > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par louga de monte...
Classement des meilleurs critiques: 625
Votes utiles : 473

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
louga de montelimar "louga-de-montelimar" (france)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Les quatre
Les quatre
par Agatha Christie
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

2.0 étoiles sur 5 Poirot alimentaire, 16 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les quatre (Poche)
"Roman" atypique dans l'œuvre d'Agatha Christie consacrée à Poirot, il s'agit en fait d'une compilation de nouvelles ayant en commun les méchants (une bande de quatre malfaiteurs , surpuissante, et ayant pour but rien moins que l'établissement d'une dictature mondiale...), parues en 1923 et écrites dans la hâte alors qu'A. Christie , en plein divorce, manquait de fonds ;et compilées en un roman avec l'aide de son beau frère.
Les amateurs du détective belge seront affligés par la lecture de ces aventures trépidantes, sans aucun rapport avec le roman de détection dont Poirot est pourtant le classique du genre, ici on oscille entre la parodie du pire Sherlock Holmes ( Confronté à un génie du mal et son organisation, façon Moriarty; utilisant abondamment la science jusqu'à se balader avec une balance portative là où Holmes se contentait d'une loupe) et le feuilleton d'aventures version Fantomas ou Fu Manchu ( utilisation surabondante de maquillages, passage secret...) voire James Bond ( les quatre préfigurant le spectre, le repaire dans la montagne qui explose, les espionnes russes sophistiquées, la cigarette sarbacane...Ah! la cigarette sarbacane de Poirot, si on m'avait dit que je lirais ça chez Christie...)
Bref ça se lit vite, on ne risque pas de réfléchir à qui a fait le coup, on peut se réjouir qu' à ma connaissance le N4 dont la fin semblait destinée à permettre une éventuelle réutilisation , n'ait pas réapparu; et si la fin annonçait que c'était la dernière enquête de Poirot, on peut se réjouir que se fut loin d'être le cas, mais qu'heureusement ce fut sa dernière apparition dans un ouvrage aventure/espionnage.


Le livre de la mémoire
Le livre de la mémoire
par Alain Lieury
Edition : Relié
Prix : EUR 22,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Présentation succinte des théories de la mémoire, 23 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le livre de la mémoire (Relié)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Alain Lieury, spécialiste de la mémoire et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet (notamment utilisés par les pédagogues)signe ici une présentation chronologique des théories de la mémoire. Intéressant (sur le fond et grâce à sa richesse en anecdotes étonnantes) et agréable à lire (textes courts, photos sur la page de droite, pas toujours très pertinentes, mais ça permet de créer des images qui favorisent la mémorisation...). Ceux qui voudront entrer dans les détails des théories récentes préféreront les autres ouvrages de l'auteur.


Loin d'eux, suivi de "Le Poids des silences"
Loin d'eux, suivi de "Le Poids des silences"
par Laurent Mauvignier
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Grande pudeur, 22 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Loin d'eux, suivi de "Le Poids des silences" (Poche)
Livre d'une grande pudeur et d'une justesse remarquable sur l'enfermement dans la solitude, le mal être, les difficultés à se comprendre entre générations (avoir un bon travail/ donner un sens à sa vie)le suicide et le deuil. Vu le sujet j'ai mis longtemps à ouvrir ce livre (conseillé par un libraire) mais sa lecture n'est pas difficile (émotionnellement, ni "techniquement" une fois compris le procédé narratif: la personne citée en fin de paragraphe devient narrateur du suivant) et son message est de ceux qui peuvent modifier la conception que le lecteur a de son existence (de ses relations avec ses parents ou enfants). Les livres qui peuvent y prétendre sont rares.


Je hais les acteurs
Je hais les acteurs
par Ben Hecht
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Satire policière d'Hollywood, 22 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je hais les acteurs (Poche)
Peinture ironique de la ville du cinéma dans les années post-muet par un des meilleurs scénaristes d'Hollywood. L'intrigue est compliquée à souhait et, malgré un dénouement un peu décevant, particulièrement réjouissante. Un plaisir.


Fais-Moi Plaisir [Import belge]
Fais-Moi Plaisir [Import belge]
DVD ~ Emmanuel Mouret
Proposé par Idstock
Prix : EUR 19,49

4.0 étoiles sur 5 Gloire à Peter Sellers, 9 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fais-Moi Plaisir [Import belge] (DVD)
Emmanuel Mourret, il faut reconnaître que c'est spécial. (mélange de Rohmer pour les intrigues amoureuses et les dialogues sur-écrits qui semblent récités par des acteurs peu inspirés, et de Woody Allen pour le côté maladroit malchanceux et l'aspect burlesque, mélange improbable qui donne parfois un résultats qui sonnent plus justes que la plupart des films, car la vie sonne rarement comme un film réussi. Ou alors vous avez plus de chance que moi dans votre vie sentimentale...)
Là en plus le début n'est pas très réussi, les ressorts de l'intrigue reposants sur un principe peu crédible, puis une coïncidence énormissime. Mais une fois que démarre la petite réception (qui dure la moitié du film) le côté burlesque prend le dessus et des gags que je trouve irrésistibles s'enchaînent. (si on a aimé "the Party" avec Peter Sellers auquel le film semble rendre hommage, on ne peut que se marrer)
Bref, pas le meilleur Mourret, mais un film tendre et drôle avec des gags qui valent bien ceux du modèle P Sellers.


Z, le roman de Zelda
Z, le roman de Zelda
par Therese anne Fowler
Edition : Broché
Prix : EUR 20,50

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une vie de femme, vue par une femme, 9 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Z, le roman de Zelda (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ce roman commence dans l'ambiance romantique d'Autant en emporte le vent, puis dans celle excitante des fêtes de Gatsby le Magnifique. Mais pour Zelda femme à l'ambition trop en avance pour son époque, la vie va ensuite s'assombrir : violences, maladie, alcoolisme, dettes... Si vous voulez en savoir plus sur la vie de l'écrivain Scott Fitzgerald, à travers la vie certes largement romancée de son épouse, ce livre, d'une lecture agréable, vous la fera découvrir.


Woody Allen : Portrait d'un antimoderne
Woody Allen : Portrait d'un antimoderne
par Laurent Dandrieu
Edition : Poche
Prix : EUR 9,85

3.0 étoiles sur 5 Woody Allen portrait militant d'un conservateur, 3 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Woody Allen : Portrait d'un antimoderne (Poche)
Livre intéressant qui retrace l'oeuvre de Woody Allen de manière chronologique (via la filmographie finale) et à travers l'étude des thèmes principaux (pessimisme,intellectualisme,la fiction et le réel, Dieu, les femmes...) de son oeuvre (y compris le stand-up, les nouvelles, les pièces de théatres et les entretiens; l'auteur s'est très bien documenté) .
L'ensemble m'a paru plus fouillé et m'a davantage intéressé que le "philosophie de Woody Allen" publié chez Ellipses, mais j'y mettrais deux bémols, le premier concernant la section "aphorismes" , ça semblait une excellente idée que de proposer une compilation de ses meilleurs aphorismes, mais ceux-ci sont déjà cités une fois (au moins) dans le texte, une fois en illustration des photos des sous chapitres, et une fois au dos des titres de chapitres, ce qui finit par lasser.
Le second reproche porte sur le fond, l'auteur , critique cinéma à "Valeurs actuelles" et ayant travaillé à un hors série sur Allen pour le Figaro, présente l'oeuvre de Woody Allen sous un éclairage idéologique très marqué (dès le titre, par "antimoderne" il faut lire que Woody Allen est en fait un conservateur qui s'ignore!), ainsi les personnages joués par Allen sont à prendre au second degré lorsqu'il interprète un intellectuel type (toute l'oeuvre de Woody serait destinée à moquer les "Bobos", venant d'un cinéaste issu d'une famille pauvre. Et pourquoi pas, en effet Woody Allen se sera moqué de lui et plus encore des intellos sérieux, c'est indiscutable) mais au premier degré lorsque les pensées des personnages recoupent celles de l'auteur, et ainsi en sélectionnant les bons aphorismes l'auteur estime que Woody Allen fait l'éloge paradoxal de la monogamie, du couple qui ne doit pas céder à la première contrariété, ou encore qu'il considère finalement le sexe comme secondaire. (Il faut dire que dans la filmographie Laurent Dandrieu rejette des films comme "harry dans tous ces états" ou "Wathever works" qu'il considère comme des concessions aux goûts du public. Outre ces deux films que personnellement je trouve très réussis, il considère comme plus ou moins ratés "tout le monde dit I love You" et "meurtre mystérieux à Manhattan" deux de ses plus grands succès récents, tout en louant des films que personnellement je trouve un peu ratés comme "hollywood ending" ou "le sortilège du scorpion de jade". Plus classiquement, il n'aime pas non plus la veine bergmanienne de Allen (intérieurs, september, une autre femme) et confesse que "conte érotique d'une nuit d'été" et "accords et desaccords" sont ses chouchous. Pour en finir avec l'intéressante filmographie, il y manque les derniers films: le peu réussi "vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu", "midnight in Paris" et le réjouissant "from Rome with love" qui auraient pu nourrir la réflexion sur la célébrité, l'amour et le hasard, la fausse nostalgie...)
La lecture très orientée de l'oeuvre de Woody Allen m'a même paru un peu comique lors des passages sur Dieu (en fait Woddy voudrait vivre en bon catholique mais il l'ignore, d'ailleurs l'auteur nous précise ce qu'est un vrai catholique en deux notes de cathéchisme: 6 et 7 du chapitre sur la morale) et sur le mariage (qui ne peut dépendre de la chance, comme le montre "à l'insu de son auteur" l'oeuvre de Woody Allen???), et même un peu irritant par endroits.

Bref un livre très bien documenté, bien structuré mais dont le but, dans les derniers chapitres, semble être moins une analyse de la philosophie allénienne, que de donner envie au public conservateur (au sens politique) d'aller voir les films d'Allen (C'est d'ailleurs la conclusion: "Pour un chrétien qui s'est condamné à un optimisme ontologique[...] l'oeuvre d'un Woody Allen (comme celle d'un Cioran) peut apparaître comme un défouloir salutaire")


Un dernier mensonge
Un dernier mensonge
par Jacques Jouet
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

4.0 étoiles sur 5 Bonne petite surprise, 1 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un dernier mensonge (Broché)
Passé un premier chapitre un peu ardu (qui explique le procédé utilisé dans le chapitre 2, c'est à dire le texte principal, mais que je ne crois avoir vraiment compris qu'au chapitre 3) je me suis bien amusé à la lecture des conséquences assez imprévues du petit mensonge initial, c'est surprenant, agréable à lire, et assez bluffant sur la fin quand on constate le procédé d'augmentation, comment la nouvelle initiale contenait tout déjà ce qu'on vient de lire, alors qu'on ne s'est pas ennuyé en lisant le texte final largement gonflé (de 6 pages à 100 pages environ).
J'avais déjà tenté de lire du J Jouet (un habitué de l'émission "Des Papous dans la tête") sans être tout à fait convaincu; un bon petit livre pour ceux qui choisiraient de découvrir cet auteur.


Big Bang et au-delà - Balade en cosmologie
Big Bang et au-delà - Balade en cosmologie
par Aurélien Barrau
Edition : Broché

3.0 étoiles sur 5 Un peu fourre-tout, 27 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Big Bang et au-delà - Balade en cosmologie (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Pas grand chose à ajouter aux nombreux commentaires qui soulignent les trop nombreuses directions prises par l'auteur dans un livre aussi bref.
J'ai bien aimé le début qui m'a permis d'y voir un peu plus clair dans les rayonnements (en ramenant les ondes elcetro-magnétiques à des échanges de photons permettant des cartographies différentes de l'univers selon les fréquences observées,et en évoquant les autres cartographies que pourraient procurer les neutrinos, j'ai enfin compris à peu près en quoi la découverte du rayonnement fossile, souvent présentée comme preuve du big bang, avait été cruciale), et même s'il n'entre pas dans les détails (qu'on ne pourrait pas suivre de toute façon. Du coup les histoires de multivers et de voyages dans le futur peinent à convaincre) on apprend ou comprend un peu mieux le cosmos.
Par contre les références philosophiques à des auteurs peu connus de ses amis, ou réputés parmi les plus abscons de l'histoire de la philosophie ("Etre et temps" d'Heidegger) en préambules incompréhensibles de chapitres, quel intérêt? Nous pousser à les lire? Pas sûr que ce soit efficace.
Les considérations politiques sur le libéralisme, bof, sur l'enseignement, d'accord pour la critique des classes prépa, mais pour l'enseignement secondaire principalement basé sur l'éveil de la curiosité de l'élève, je crois qu'il ne faut pas avoir à l'esprit les contraintes économiques, ni avoir vu de jeune lycéen de longtemps pour y croire.
Les notes autobiographiques sont plus à leur place à mon avis, dans l'explication du travail de chercheur (et éclairent un peu les considérations sur l'école: lycée à Neuilly sur Seine, famille comprenant des professionnels de la culture).
Et la diatribe finale sur le sorts des animaux, quoique pertinente et pouvant se justifier dans l'ouvrage par la mise en évidence d'un certain relativisme (les hommes sont des animaux comme les autres, notre univers n'en serait qu'un parmi d'autres...) on se demande un peu ce qu'elle fait là. (mais c'est peut-être ce que veut l'auteur).
Enfin dernière critique, à force de simplifier, sans doute, son raisonnement ne semble pas toujours si rigoureux. En quoi la perspective de l'existence d'une infinité de futurs possibles ou d'univers parallèles garantirait-elle qu'il existe un univers/un futur dans lequel Hitler n'est pas élu (ou tout autre exemple, puisque si j'ai bien compris il existerait un univers pour chaque modification, même infime, du notre). Une infinité, ça n'implique pas que tout est possible; je ne doute pas que l'auteur le sache, mais à trop simplifier, son propos ne le laisse pas apparaître.


Monsieur vendredi en Cornouaille
Monsieur vendredi en Cornouaille
par Gaston Kelman
Edition : Broché
Prix : EUR 17,95

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Biographie romancée de Kofi Yamgnane, 25 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monsieur vendredi en Cornouaille (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Étrange concept que cette biographie dite romancée où tout semble vrai, pourquoi Kofi Yamgnane ne nous livre-t-il pas une autobiographie, ou, comme il l'a déjà fait un livre d'entretiens?
Peut-être ne se sentait-il pas le talent de Gaston Kelman? Ou peut-être que l'idée vient de l'auteur qui a vu dans cette histoire l'occasion de livrer ses méditations (partagées par le vrai Kofi? Ou est-ce que le philosophe est un personnage inventé pour faire passer la pensée de l'auteur en modérant sans le trahir l'enthousiasme du vrai Kofi?) l'histoire ne le dit pas.
Par contre cette histoire,vraie, est très agréable à lire, bonne pour le moral et les considérations de l'auteur sur le racisme, ses causes et les moyens de le contrer sont intéressantes et on ne les entend pas si souvent (d'autant qu'il faut la durée d'un livre pour se permettre de critiquer SOS racisme et d'en fustiger les responsables (sans citer de noms) comme étant des politiques dont le seul mérite fut de faire un peu de bruit dans des manifestations de jeunesse( là où M Yamgane et d'autres se sont imposés par l'évidence de leur compétence). Ce discours en deux minutes à la télé lui vaudrait sans doute des accusations de traître à la cause, sinon de racisme, alors qu'ici il peut développer sereinement ses réserves (modérées, Kofi Yamgnane a accepté d'être secrétaire d'état à l'intégration, alors que ça compétence aurait plutôt dû le conduire aux transports) sur la discrimination positive.
Le racisme et ses mécanismes sont une chose compliquée, ce que le livre a le mérite de mettre en évidence (parfois de manière involontaire peut-être, comme lorsqu'il répète qu'il est passé en une semaine du néolithique (son village natal) au XXième siècle tout en fustigeant par allusion le fameux discours de Dakar sur "l'homme africain qui ne serait pas entré dans l'histoire"; les allusions à l'actualité étant à mon avis un point dont il aurait pu se passer ( le président normal, le discours de Dakar, les blagues de Chuck Norris...))
Bref c'est drôle, intelligent et plaisant à lire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20