Profil de louga de montelimar > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par louga de monte...
Classement des meilleurs critiques: 625
Votes utiles : 473

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
louga de montelimar "louga-de-montelimar" (france)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Neurocomix: Voyage fantastique dans le cerveau
Neurocomix: Voyage fantastique dans le cerveau
par Matteo Farinella
Edition : Relié
Prix : EUR 14,90

3.0 étoiles sur 5 BD scientifique, 14 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Neurocomix: Voyage fantastique dans le cerveau (Relié)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Le succès (critique et public) l'année dernière de Logicomix (qui présentait l'histoire de la recherche en logique mathématique sous forme d'une longue bande dessinée (là on pouvait parler de roman graphique, il fallait plus de deux heures pour le lire) dans laquelle alternaient discussions entre les jeunes héros de l'histoire et digressions sur la vie des chercheurs évoqués, avec un solide glossaire) a incité les éditeurs à se lancer sur le créneau, et on retrouve sous des appellations proches plusieurs bandes dessinées ayant pour but de vulgariser un domaine scientifique très pointu.
Neurocomix s'attaque à la structure et au fonctionnement du cerveau. Le style graphique, convaincant, rappelle les romans graphiques de la culture underground américaine (ou en France le style de certains David B. , en noir et blanc, deux à quatre cases par page).
L'histoire est assez courte (compter une demi-heure), très didactique (On passe en revu les principaux savants impliqués dans les recherches sur le cerveau, et le livre est structuré en chapitre- morphologie, pharmacologie,electrophysiologie, plasticité, synchronisme- qui permettent d'évoquer le rôle et le fonctionnement du cerveau).
Un peu d'humour rend la lecture agréable, et on révise un peu ses cours de SVT (neurone, synapse, neuro-transmetteurs, dendrite, axone, chien de Pavlov...) on en apprend aussi, mais chaque thème est évoqué bien trop vite pour comprendre vraiment ce qui est en jeu.

Un très bon livre pour les CDI des lycées, et les bibliothèques, pas forcément le livre qu'on a envie de relire (sauf à se documenter par ailleurs sur le sujet).


Parole de terre : Une initiation africaine
Parole de terre : Une initiation africaine
par Pierre Rabhi
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

3.0 étoiles sur 5 Curieuse parabole, 13 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Parole de terre : Une initiation africaine (Poche)
Pierre Rabhi présente sous la forme d'un roman/conte/parabole les lignes directrices de sa pensée.
Un peu à la façon des " lettres persanes" ou des "lettres d'un singe aux animaux de son espèce" , Pierre Rabhi, via le personnage de Tyemoro, chef d'un village africain, nous montre les dérives de notre temps et de notre système productiviste basé sur la croissance, dénonciation d'autant plus efficace que ces dérives nous apparaissent sous un jour nouveau, grâce à l'emploi de termes simples qui nous font partager l'incompréhension de Tyemoro face à ce qui lui semble être devenu une vie dépourvue de sens.
Le personnage de Ousseini, jeune africain éduqué en occident mais ayant fait le choix de revenir au mode de vie de ses ancêtre (sans dogmatisme, la modernité n'est pas totalement rejetée), qui ressemble beaucoup à l'auteur, lui permet de présenter sa doctrine , l'agro-biologie au service d'une sobriété heureuse ( par opposition à l'agriculture intensive, et une vie d'abondance artificielle source de frustrations) et de conclure sur une note d'espoir. (Que confirme un extrait d'article du monde diplomatique , mis en postface).

On peut y voir une leçon de vie, une vision cohérente du monde (la terre, les végétaux, les animaux, les esprits), mais aussi une leçon d'agro écologie (très long passage sur la confection et l'utilisation du compost, lequel doit fermenter et non pourrir, sur les méthodes utiles à la conservation de l'eau de pluie...)

Un livre fondateur en quelque sorte, mais qui peut dérouter, voire ennuyer. On peut préférer d'autres ouvrages de cet auteur, plus recentrés sur la forme. (manifestes, biographies, romans)

Bref ce n'est pas une biographie, pas un roman, pas un traité d'agronomie, ni un manifeste pour la décroissance, ou un pamphlet anti-capitaliste, mais un peu tout ça quand même.


L'infini et des poussières
L'infini et des poussières
par Jacques A. Bertrand
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

5.0 étoiles sur 5 Des grands sentiments et de la difficulté de les vivre, 13 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'infini et des poussières (Broché)
Un homme mur, marié et désabusé, percepteur par compétence et manque d'ambition, rencontre sur internet son âme soeur, prof de math issue de la noblesse traditionnelle, jeune et pleine de vie, mais tout aussi désemparée face à l'amour qui les anime.
Dans son style élégant et fluide, qui caractérise tous ses romans (dont l'ambition est moins de bâtir une oeuvre monumentale que d'exprimer un ressenti sans jamais lasser son lecteur) J A Bertrand nous conte en 120 pages une histoire extraordinaire et banale.

Admirable.


Crampton Hodnet
Crampton Hodnet
par Barbara Pym
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

5.0 étoiles sur 5 Pessimisme guilleret, 10 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crampton Hodnet (Broché)
Absolument Pymesque bien sûr, les personnages principaux sont une veuve autoritaire, des vicaires, une vieille fille charmante mais résignée...entre lesquels se nouent des idylles de faible envergure, mais ce qui est plus rare dans l'oeuvre très homogène de cet auteur, avec ici une dimension comique revendiquée, burlesque par moment, qui rend ce roman plus léger que les habituelles comédies douces-amères (encore que sur le fond, ce que dit l'auteur du couple et de l'amour n'est guère réconfortant, sauf pour les pessimistes, qui y trouveront la confirmation de leur point de vue, et se consoleront de la légèreté avec laquelle les personnages principaux s'y résignent.)


Queen Lucia (Le cycle de Mapp et Lucia, tome 1)
Queen Lucia (Le cycle de Mapp et Lucia, tome 1)
par E. F. (Edward Frederic) Benson
Edition : Poche

5.0 étoiles sur 5 Premier tome d'une série au charme addictif, 3 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Queen Lucia (Le cycle de Mapp et Lucia, tome 1) (Poche)
Moins connu que E.Waugh, P.G. Wodehouse et B.Pym, et plus éclectique dans ses autres productions, E F Benson est l'auteur d'une série de six romans "le cycle de Mapp et Lucia" dont celui-ci est le premier, qui dépeint la vie d'une communauté de petits rentiers dans l'Angleterre de l'entre deux guerres. C'est aussi drôle que Wodehouse tout en étant moins caricatural, aussi sarcastique que Waugh (mais sans le côté existence absurde des personnages, ceux de Benson mènent une existence d'une futilité complète mais ça ne les gêne en rien) et presque aussi fin au niveau de la psychologie des personnages que chez Pym qui s'est elle aussi spécialisée dans les portraits de personnages "anodins" de la gentry anglaise (mais en franchement comique chez Benson).
J'ai eu un peu de mal à me faire aux personnages au début, mais ensuite quel régal tout au long des six tomes de la série. On finit par reconnaître les mêmes procédés comiques utilisés à chaque tome, qu'importe, ils fonctionnent à tous les coups.
Il y a même un effet contaminant, au début on se moque de la fascination des personnages pour les ragots qui font le sel unique de leur morne existence, mais au bout d'un certain temps, on en devient aussi friand qu'eux, à se demander si on ne voudrait pas, cette vie monotone et sécurisante, la partager.


Innommable et innombrable. De la vieillesse, considérée comme une épidémie
Innommable et innombrable. De la vieillesse, considérée comme une épidémie
par Jean-Jacques Amyot
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Thèse argumentée et intéressante, mais pour quel lectorat?, 2 mai 2014
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Le livre qui semble à destination des étudiants en médico-social comporte une thèse en trois parties, suivi dune compilation d'articles remaniés déjà parus dans diverses revues spécialisées sur des thèmes divers touchant la vieillesse et sa prise en charge par la société.

La première partie développe le thème de la vieillesse innommable (les termes employés se succèdent selon les modes, essayant de regrouper une catégorie d'âge très vaste, de 55ans à la mort, sous un seul vocable positif: troisième âge, séniors, baby-boomers, aînés...qui change au fur et à mesure que les personnes qui ont vieilli sous ce vocable atteigne un âge qui en rend la perception négative, d'où l'apparition d'une seconde appellation, double négatif de la première: quatrième âge, personnes dépendantes, vieillards, grand âge...censée éviter la contagion des termes positifs)
La seconde partie, pas très intéressante à mon goût établit que le recensement de cette population ( ces populations,"les vieux" et les "très vieux") est impossible (ce qui semble évident si on n'arrive déjà pas à ce mettre d'accord sur qui en fait partie) alors que l'évaluation de cette population et de ses besoins spécifiques sont pris en compte (de manière trop pessimiste d'après l'auteur qui tient que l'espérance de vie en bonne santé augmente plus vite que l'espérance de vie tout court) pour l'élaboration des politiques économiques.

La troisième partie et le coeur de la thèse a pour but d'établir que la vieillesse (et surtout la dépendance) est une épidémie dans toutes les acceptions du terme:
Au sens médical moderne ça ne fait guère de doute depuis que l'OMS parle d'épidémie d'obésité, ou de cancer (le parallèle est fait à plusieurs reprises, notamment le côté innommable, et le côté entourage traumatisé)
Mais aussi sur les aspects catastrophe, peur, obsession hygiéniste (les méthodes pour bien vieillir, reprises dans un des articles de la partie 4), affrontement social (les vieux par leur nombre et leur patrimoine bloqueraient le système politique et économique), punition divine, et même bouc émissaire.
Raisonnant essentiellement par comparaison avec les perceptions classiques (et un peu moins: l'analogie avec les zombies) des épidémies, se basant sur un mélange de citations de chercheurs et de classiques (Camus, Boccace, des grecs anciens), l'auteur parvient à argumenter de manière très convaincante ( mais peut-être un peu vaine, on veut bien convenir que la vieillesse est perçue comme une épidémie, mais on a envie de demander et après? Le diagnostique est intéressant et peut-être nécessaire, mais il s'arrête là.)

Le style de l'auteur, qui revient toujours sur les définition des concepts qu'il s'apprête à utiliser, et par les termes assez techniques utilisés me semble peut propice à une lecture de cet ouvrage par le grand public (certains des articles de la 4ieme partie sont aussi destinée à un public de spécialistes) mais les lecteurs curieux y trouveront peut-être leur compte.
Le grand nombre de jeux de mots peut aussi énerver, mais ce sont des jeux de mots "signifiants", l'auteur étant peut-être amateur de psychanalyse.


Ca fait une paye !
Ca fait une paye !
par Ed McBain
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Un bon Mc Bain, 1 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ca fait une paye ! (Poche)
Un aveugle est assassiné sans raison visible, la brigade du 87, Carella surtout cherche pourquoi et comment se débarrasser du chien.
Une enquête prenante, explorant les traumatismes de la guerre du Vietnam, la misère et la délinquance des quartiers noirs, et même l'analyse freudienne des rêves.
Une intrigue à mi-chemin entre l'analyse psychologique et les ressorts classiques du roman policier (mobiles, astuces classiques que je ne me permettrais pas de révéler), au dénouement un peu décevant, mais l'ensemble est agréable à lire.


Les Indiscrétions d'Hercule Poirot
Les Indiscrétions d'Hercule Poirot
par Agatha Christie
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

4.0 étoiles sur 5 Poirot tardif mais de bonne facture, 1 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Indiscrétions d'Hercule Poirot (Poche)
Ecrit en 1954, il s'agit d'un Poirot de fin de cycle, on attend la page 73 pour le voir arriver, et il délègue encore une bonne partie de l'enquête à l'énigmatique (mais très pratique pour éviter de laborieuses justifications) M Gordy. Il la reprend néanmoins à son compte dès la moitié du livre, et si A Christie fatiguée des manies de son héros reste très sobre de ce côté, c'est bien Poirot le héros (dans certains opus de cette période, on le voit si peu qu'il semble plutôt avoir été une caution pratique pour garantir le niveau des ventes) .
Le dénouement est des plus inattendu, par sa simplicité (encore qu'on peut trouver rétrospectivement que le criminel a pris bien des risques inutiles), une réussite, même si du coup l'ampleur des contre-intrigues paraît un peu artificielle (quoique classique: tout le monde à un mobile, personne n'a d'alibi...).

Bref un bon Poirot un cran en-dessous des classiques mais plutôt réussi.


Philips HC5440/80 Tondeuse à Cheveux et Barbe Rechargeable Sect avec Malette Noir/Argent
Philips HC5440/80 Tondeuse à Cheveux et Barbe Rechargeable Sect avec Malette Noir/Argent
Prix : EUR 37,68

4.0 étoiles sur 5 Quelques progrès, 31 mars 2014
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Il y a quelques années les tondeuses avaient des guides de coupe de 3 à 27 mm avec un espacement de 3mm qui laissait des traces lorsqu'on tentait de faire un dégradé, puis on a eu droit à un pas de 1.5mm et un guide spécial barbe allant de 0.5 à3mm avec un pas de 0.5mm, là on a droit à un seul guide de coupe (au lieu de 4 en général) allant de 1 à 23mm avec un pas de 1mm ce qui permet des dégradés progressifs (surtout pour les cheveux).
Le guide de coupe s'emboîte sans que le plastique n'ait à subir de torsion (Avec mes deux précédentes tondeuses j'ai cassé les pattes maintenant les guides parce qu'à chaque démontage elles subissaient une petite torsion) donc on peut penser qu'il sera beaucoup plus solide. Un second guide de coupe presque jumeau peut d'ailleurs le remplacer (un pour la barbe avec une grille aux dents courtes et un pour les cheveux avec des dents plus longues, mais je ne voit pas trop la différence à l'usage)
La batterie à l'air assez autonome, la lubrification semble plus mystérieuse (lames auto-lubrifiantes, c.a.d qu'un peu de graisse est déposée quelque part, mais est-ce que ça suffira pour plusieurs années? On peut toujours mettre un peu d'huile...)

Par contre la mallette qui va avec est très peu fonctionnelle, simplement garnie d'un morceau de carton moulé dans lequel on a du mal à remettre les éléments.


Carton jaune
Carton jaune
par Nick HORNBY
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

2.0 étoiles sur 5 Ben même si on aime le foot..., 11 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carton jaune (Poche)
J'aime le foot, j'avais plutôt bien aimé deux autres Hornby, mais là j'ai eu beaucoup de mal.
Je l'ai lu comme un roman et c'est sans doute une erreur, les chapitres étant très cours, il vaut mieux le picorer comme un Brautigan, pour que ce soit plus digeste.
La quatrième de couverture cite ELLE dont la critique conseille le livre même à ceux qui détestent le foot, j'ai du mal à comprendre (si ce n'est que l'adulte de sexe masculin y est sans cesse ramené à un gosse de 11ans forcément immature...), parce que le côté auto-biographique est quand même ténu, l'essentiel ce sont des souvenirs de matchs des années 70 et 80, de tous les joueurs d'Arsenal de l'époque, qui rappelleront peut-être des souvenirs très agréables à certains, mais comme le foot anglais n'était pas autant médiatisé avant l'arrêt Bosman en 92, pas sûr que ça concerne grand monde.

Bref, à conseiller aux supporters de foot, à leurs compagnes, et aux fan d'Arsenal avant Wenger.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20