Profil de Patryck Froissart > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Patryck Froissart
Classement des meilleurs critiques: 3.989
Votes utiles : 436

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Patryck Froissart (REUNION)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Fugue)s(
Fugue)s(
Prix : EUR 9,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un coup de maître, 25 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fugue)s( (Format Kindle)
Le roman de Walid Hajar est incontestablement celui d’une génération perdue, née dans les années 80, propulsée dans un XXIe siècle où n’existent plus les grandes idéologies structurantes du siècle précédent, ballottée dans un monde sans repères, sans certitudes, sans panneaux indicateurs, où toute recherche de sens semble aboutir au non-sens, une génération en errance, en déshérence et en désespérance dans une France fragmentée qui traite ses enfants en fonction des origines de leurs parents et grands-parents.
Un grand roman, lucide, qui laisse un goût de cendre. Un premier roman. Un coup de maître...
Lire le commentaire complet sur le site de La Cause Littéraire:
[...]


Office Famille et Etudiant 2013 - 1 PC [Téléchargement]
Office Famille et Etudiant 2013 - 1 PC [Téléchargement]
Prix : EUR 109,99

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Attention!, 6 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Après avoir acheté cet article, je n'ai pas pu le télécharger!!!
Ce message s'est systématiquement affiché:

Ce produit n’est pas destiné à votre région. Pour obtenir de l’aide, veuillez contacter le support technique.

De retour sur Amazon, je veux annuler la commande.
Impossible!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 6, 2014 8:56 PM CET


La Dernière Vague
La Dernière Vague
Prix : EUR 4,99

5.0 étoiles sur 5 Les auteurs de La dernière vague, 5 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dernière Vague (Format Kindle)
Collectif La dernière vague:
Marie-Claude Jouvet
Laurent Contie
Dominique Arban
Jérémy Caboche
Muriel Sassolat
Pierre-Jean Baranger
Laurent Platero
Patryck Froissart
Jean-Marie Palach
Jean Milpied


Fantômes
Fantômes
Prix : EUR 4,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les auteurs de Fantômes, 18 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fantômes (Format Kindle)
Les auteurs:
Jacques Lagrois
Véronique Brésil
Magali Aïta
Léo
Lanto Onirina
Lisa Bonheme
Leïla Rogon
Patryck Froissart
Rachel C.F.
Dominique Salliot
Marc Keting
Jean-Luc Mercier
Luc Bertocci


Le potentiel érotique de ma femme - Nos séparations - La délicatesse
Le potentiel érotique de ma femme - Nos séparations - La délicatesse
par David Foenkinos
Edition : Broché
Prix : EUR 19,80

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le commentaire de Patryck Froissart, 9 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le potentiel érotique de ma femme - Nos séparations - La délicatesse (Broché)
Lorsqu'un lecteur découvre un écrivain sur un ensemble de trois volumes qu'il lit d'affilée avec un plaisir qui ne faiblit pas jusqu'à la dernière ligne du troisième, on peut afirmer, indéniablement, qu'une immédiate et permanente empathie s'est installée entre eux.

Pourquoi? Comment? Quelle est la recette ?

Foenkinos est un romancier malicieux, qui vous entourloupe dans ses histoires dont l'originalité tient au fait qu'elles se fondent à la fois, paradoxe habile, sur l'imbrication d'une série de faits courants marquant la vie quotidienne du couple et de situations des plus inattendues accompagnées de réflexions et commentaires des plus surprenants (au sens propre de l'adjectif) frôlant parfois l'ubuesque le plus débridé.

Ainsi, quand le présumé cocu s'interroge sur le cinq à sept de son épouse:

"Dans le mensonge et dans la vérité, les femmes sont fascinantes. Brigitte avait donc des courses à faire et puis, en fin d'après-midi, de cinq heures à sept heures, elle verrait son frère. [Son frère] avait bon dos: qu'est-ce qu'elle pouvait faire avec lui un samedi après-midi? Non, ce n'était pas possible, personne ne voyait son frère ce jour-là. Les frères, ça se voit surtout le mardi midi. Alors le sang d'Hector fit plusieurs tours (au passage, il battait déjà le dicton). Il entrait de plein fouet dans le sursaut de dignité que tout cocu connaît bien..." (Le potentiel érotique de ma femme).

Foenkinos est un romancier impertinent, qui vous détourne sans cesse du courant de l'intrigue vers les méandres adjacents de la pensée faussement naïve d'un narrateur et vous y enfile avec une créativité débordante des perles époustouflantes ayant des airs de brèves de comptoirs.

Ainsi la scène classique de la première rencontre, que l'auteur situe, évidemment, banalement dans la rue:

"Nathalie et François se sont rencontrés dans la rue. C'est toujours délicat un homme qui aborde une femme [...] Quand un homme vient voir une inconnue, c'est pour lui dire de jolies choses. Existe-t-il, ce kamikaze masculin qui arrêterait une femme pour asséner: «Comment faites-vous pour porter ces chaussures? Vos orteils sont comme dans un goulag. C'est une honte, vous êtes la Staline de vos pieds!» Qui pourrait dire ça?" (La délicatesse).

Ou la relation de cette autre rencontre, à laquelle repense le narrateur, qui s'est produite quelque temps avant, au cours d'une soirée, évidemment, vulgairement, dans une cuisine, dans un cercle d'invités ne se connaissant pas où il a eu le coup de foudre pour une des filles lui faisant face:

"J'ai pensé: la prochaine fois que je tombe amoureux, je prends aussi le numéro de la fille d'à côté (on ne sait jamais: je suis peut-être destiné à ne rencontrer que les femmes qui sont juste à côté des femmes de ma vie)" (Nos séparations)

Peut-on ne pas s'ébaubir à découvrir ces notes de bas de page, illustration drôle de la relation que feint d'entretenir l'auteur avec ses personnages, comme si... ceux-ci n'étaient pas ses propres créatures?

1- C'est étrange de s'appeler Alice et de travailler dans une pharmacie. En général, les Alice travaillent dans des librairies ou des agences de voyages.
2- A ce stade, on peut s'interroger: s'appelait-elle vraiment Alice? (La délicatesse)

Foenkinos est, définitivement, le romancier des comparaisons incongrues, des rapprochements d'hurluberlu, des « comme si » qui vous décontenancent, vous désarçonnent et vous éberluent, vous laissent un instant perplexe, bouche bée, sourcils froncés, avant qu'une subite et irrépressible bouffée de rire ne manque de vous faire sauter le livre des mains, comme si...avait jailli de la page brusquement l'auteur déguisé en trublion soufflant tous azimuts dans une trompette... comme si...

" Ah, non, désolée, je ne peux pas. Je vais au théâtre! dit Nathalie comme si elle annonçait la naissance d'un enfant vert." (La délicatesse).

"Il arrivait fréquemment que je prenne en charge nos ébats, et j'aimais alors tenir sa nuque comme s'il s'agissait de son coeur" (Nos séparations).

"Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité" (La délicatesse).

Ne nous y trompons pas pourtant! Sous l'apparente absurdité de telle réplique, sous l'immédiate irrationalité de telle intrusion, sous le burlesque affiché de telle association d'idées coule un flux constant de tendresse, de détresse, de lucidité qui irrigue la narration et lui donne cette puissante tonalité tragi-comique qui est celle, fondamentalement, de toute relation amoureuse.

Car Foenknos est le romancier du pire et du meilleur de la vie de couple.

"Nous sommes allés chez Ikea, et nous nous sommes disputés chez Ikea. Dans ce grand magasin, ils devraient embaucher un conseiller conjugal. Car s'il existe un endroit où le cœur des couples se révèle, c'est bien là." (Nos séparations).

Un plein coffret de « délicatesses » littéraires à offrir...


La Traversée des Monts Noirs
La Traversée des Monts Noirs
par Serge Rezvani
Edition : Broché
Prix : EUR 25,40

5.0 étoiles sur 5 Le commentaire de Patryck Froissart, 27 janvier 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Traversée des Monts Noirs (Broché)
Titre: La traversée des Monts Noirs
Auteur: Serge Rezvani
Editeur: Les Belles Lettres 2011
ISBN: 978-2-251-44419-2
430 pages

Voici un roman qui sort de l'ordinaire.
Faisant voler en éclats le cours narratif linéaire du roman traditionnel, l'auteur choisit une structure polyphonique dans laquelle le personnage narrateur, intradiégétique dirait Genette, quasiment immobile dans un espace clos, isolé, fantastique (les Monts Noirs), et dans un temps défini a priori (le temps d'un étrange symposium d'ornithologues), se trouve être le récepteur-réceptacle muet des fragments narratifs que lui livrent une demi-douzaine de protagonistes d'une histoire qu'ils ont vécue ensemble totalement ou par intermittences.
Le lecteur est invité à reconstituer ainsi peu à peu la linéarité du récit par la mise en relation des éléments que chacun lui confie tour à tour dans un désordre apparent, avec, inévitablement puisque chacun ignore ce que l'autre a révélé, des redites, des contradictions, des omissions, voire des mensonges.

A l'étrangeté de ce roman à plusieurs voix, dont le procédé rappelle Jacques le Fataliste (les références à Diderot étant d'ailleurs récurrentes ici) s'ajoute celle de la circularité thématique, exprimée par une incessante mise en parallèle des migrations régulières des oiseaux avec les voyages obsessionnels sur le thème de la fatalité du retour que racontent les personnages: itinéraires géographiques de la Pologne à Israël, d'Israël à la Russie; itinéraires historiques des pogroms de Pologne au massacre des Palestiniens; itinéraires passionnels par les retrouvailles répétées des uns et des autres dans des cercles fermés dont le centre est Fauvette, la femme du roman, en divers lieux du globes...

Chacun des lieux, chacun des actants, chacun des temps historiques de référence permet, en filigrane ou par la voix de l'un ou de l'autre, de poser des questions essentielles, voire existentielles, sur un certain nombre de problèmes contemporains et sur la façon dont les vivent les hommes et les femmes directement ou indirectement concernés. Est ainsi posée par exemple tout au long du livre la question insoluble de la propriété de la terre que les uns appellent Palestine, que les autres nomment Israël.

Retrouver son chemin au travers de ce kaléidoscope n'est pas chose aisée. L'aventure ici est à la fois dans le texte et dans le cours de la lecture. Le lecteur est contraint de construire l'histoire, de lui donner un sens. C'est un défi passionnant, que j'ai eu un plaisir immense à relever.

Patryck Froissart
St Paul, le 27/01/2012


L'INSOLENTE DE KABOUL
L'INSOLENTE DE KABOUL
par Collectif
Edition : Broché
Prix : EUR 18,80

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le commentaire de Patryck Froissart, 12 janvier 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'INSOLENTE DE KABOUL (Broché)
Titre: L'insolente de Kaboul
Auteur: Chékéba Hachémi
Editeur: Anne Carrière 2011
ISBN: 978-2-8433-7570-5
278 pages

Récit autobiographique d'une Afghane devenue française qui se bat depuis toujours pour son pays en général et pour l'amélioration de la condition des femmes en particulier.
L'histoire commence lorsque Chébéka, tout juste âgée de huit ans, quitte clandestinement Kaboul vers le Pakistan, d'abord avec sa mère puis seule, avec un passeur et un groupuscule de kaboulis fuyant l'occupation soviétique.

Dès le départ le lecteur est pris dans les péripéties d'une vie qui ne va plus cesser, particulièrement dès que la jeune fille devient femme, de se dérouler à un rythme haletant, dans une succession de voyages entre la France et l'Afghanistan, dans une série étourdissante d'actes militants, dans un réseau impressionnant que Chébéka tisse patiemment, infatigablement, et qui la met en relation intime avec les plus célèbres commandants afghans (dont Massoud) et des personnalités politiques françaises, aghanes, belges, européennes de premier plan.

Le style est alerte, sans fioritures: le romanesque, la poésie n'ont pas leur place ici. Le réalisme est de mise, parfois terrible, souvent sordide, fréquemment exaltant.La rapidité narrative reflète l'allure trépidante de Chébéka dans la course en avant qu'elle mène pour essayer d'inverser, de contrarier, ou d'accélérer le cours de l'histoire d'un pays où tout va, elle finit par le constater un tant soit peu désabusée, de mal en pis.

Même si son combat, quotidien, épuisant se heurte jour après jour à des obstacles toujours renouvelés, même s'il semble aboutir à un triste échec, Chébéka Hachémi, indéfectiblement attachée par l'ombilic à son pays d'origine, viscéralement proche de ses compatriotes humiliées et persécutées, reste, à l'heure où paraît ce livre, engagée dans une action individuelle et collective qui force l'admiration.

Lecture incontournable!

Patryck Froissart
Saint-Paul, le 12 janvier 2011


Strip Hotel
Strip Hotel
par Jacques Astruc
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 Le commentaire de Patryck Froissart, 9 janvier 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strip Hotel (Poche)
Titre: Strip hotel
Auteur: Jacques Astruc
Editeur: ErosOnyx Editions, 2011
Collection Eoliens/Eoliennes
ISBN: 978-2-918444-09-1
106 pages

Le narrateur, un tout jeune homme, prend la route, quelque part aux Etats-Unis, au lendemain du meurtre de sa mère par son père et du suicide consécutif de ce dernier.

Son errance l'amène au Strip Hotel, une ancienne maison close où d'étranges personnages, échoués là un jour comme lui, louent une chambre au mois et semblent avoir choisi de s'y cacher, de s'y isoler définitivement du reste du monde.
Parmi ces locataires sans futur, le narrateur remarque immédiatement Lolita Mercier, prostituée en chambre, de qui il tombe éperdument amoureux.
Cette passion pour la pensionnaire de la chambre 72, qui se situe juste au-dessous de la sienne, ancre le jeune homme au Strip Hotel.
Jusqu'au dénouement tragique de ce petit roman, il ne lui adressera jamais la parole, elle ne remarquera jamais son existence.
Il épiera toutes ses allées et venues, guettera l'arrivée et le départ de chacun de ses clients, pénétrera dans son intimité en collant l'oreille au plancher, partagera sa vie sans jamais aucun contact.

L'histoire est originale, et la lecture n'en est point ennuyeuse. L'auteur a voulu et à su raconter la naissance et le développement d'une fixation passionnelle et sexuelle, obsessionnelle jusqu'à la folie.

Le "format" choisi me gêne. Strip hotel est soit un roman trop court, soit une nouvelle trop longue. On y tourne vite en rond. Ceci n'est pas forcément incompatible avec le récit d'une névrose, mais on a rapidement l'impression que l'auteur en rajoute, pour allonger son texte, sans apporter, au bout d'un moment, quoi que ce soit de nouveau.

Par ailleurs il est évident que Jacques Astruc s'est complu à tenter de faire monter la sauce de l'érotisme, sans, à mon avis, y réussir à cause de la trop grande accumulation et de la trop fréquente répétition des termes crus et des scènes de sexe, ce qui nous fait sortir de la sensualité pour nous conduire à plusieurs reprises dans la vulgarité.

Il y a sans doute des lecteurs, ou des lectrices, à qui plaira ce réalisme-là. C'est une affaire de goût.

Pour ma part, je trouve le procédé d'autant plus regrettable que l'auteur est par ailleurs souvent capable d'une écriture poétique d'une grande qualité littéraire.

Plus de poésie, moins de crudité, plus de concision, voilà qui eût pu hausser ce récit à un meilleur niveau.

Patryck Froissart, St Paul, lundi 9 janvier 2012


Ne vous représentez pas ! Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy
Ne vous représentez pas ! Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy
par Denis Jeambar
Edition : Broché
Prix : EUR 15,30

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le point de vue de Patryck Froissart, 27 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne vous représentez pas ! Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy (Broché)
Titre: Ne vous représentez pas!
Auteur: Denis Jeambar
Editeur: Flammarion 2011
ISBN: 978-2-0812-6487-8
260 pages

Cette lettre ouverte à Nicolas Sarkozy est un réquisitoire lucide, sans beaucoup de concessions, contre le comportement du président le plus impopulaire de la 5e République, et une analyse critique des décisions prises durant ce lamentable quinquennat 2007/2012.

La comparaison systématique entre la France de 1789 et celle d'aujourd'hui, entre Sarkozy et Louis XVI, qui sert un peu de fil conducteur à ce pamphlet qui ne veut pas dire son nom, est hasardeuse et discutable.

La quinzaine d'angles d'attaque qui constituent autant de chapitres et qui aboutissent, selon l'auteur, à autant de grandes raisons qui justifieraient que Sarkozy renonce à se représenter en 2012 me semble assez judicieusement choisie.

Par contre Jeambar se trompe et se contredit chaque fois qu'il accorde de l'intelligence à Sarkozy, et encore plus lorsqu'il le trouve brillant.
Car dans le même texte il prouve cent fois la sottise, évidente pour moi, du personnage; il liste ses innombrables bourdes, il montre que ce piètre discoureur parle et décide à l'instinct, à l'impulsion, en réaction immédiate, sans réflexion, sans prise de distance, sans perspective, sans recul, sans jamais tenir compte des leçons éventuelles du passé. Il affirme, fort justement, que toutes les prises de décision se fondent sur des calculs électoraux peu cohérents, parfois même contradictoires. Il fait le compte de tout ce qui a été décrété dans l'urgence et jamais ou très peu suivi d'effet.
En somme, Jeambar consacre un livre entier à démontrer la sottise d'un gesticulateur qu'il qualifie d'intelligent.

Cette contradiction, reposant sur une erreur d'appréciation du personnage qu'ont commise et que commettent toujours de nombreux commentateurs, se trouve résumée dans cette phrase de la page 78: "Impossible de mettre en doute votre remarquable intelligence, et pourtant vous ne parvenez pas à comprendre..."

Non, Denis Jeambar, Sarkozy n'est pas intelligent. C'est bien à cause de son manque d'intelligence que notre pays aura connu durant ce quinquennat l'une des périodes les plus désastreuses de son histoire. Et c'est bien parce qu'il n'est pas intelligent qu'il va se représenter!

Pour le reste, ce livre répond aux règles du genre. Si le fond en est presque toujours pertinent, la forme en est celle de l'écrit rapide, urgent, conjoncturel, qui doit être publié ici et maintenant, et qui sera dépassé, inutile, désuet, à jeter dans quelques mois.

Je ne peux m'empêcher de déplorer des fautes d'orthographe ("changées" page 97)...

Ceci étant, on peut recommander la lecture de cet ouvrage à ceux qui seraient encore tentés de voter Sarkozy en avril prochain.

Patryck Froissart
Saint Paul, le 27 décembre 2011
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 23, 2012 11:51 AM MEST


Tsippora, La Bible au féminin Tome 2
Tsippora, La Bible au féminin Tome 2
par Marek Halter
Edition : Poche
Prix : EUR 7,30

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le point de vue de Patryck Froissart, 2 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tsippora, La Bible au féminin Tome 2 (Poche)
Titre: Tsippora
Auteur: Marek Halter
Editeur: Robert Laffont ' Paris ' 2003
318 pages
ISBN 2-266-14615-7

Tsippora est la fille adoptive bien-aimée de Jethro, roi des Madiânites, qui se disent fils et filles d'Abraham.
Tsippora est belle, intelligente, vive.
Tsippora n'est pas comme les autres Madiânites: Tsippora est une Kouchite!
Elle est noire de peau, ce dont personne ne se soucie, jusqu'au jour où un étranger arrive sur les terres du roi Jethro.
Le voyageur vient d'Egypte.
C'est un fuyard.
Il s'appelle... Moïse.

Adopté secrétement à sa naissance par la grande pharaonne Hatchepsout qui le fait passer pour son fils légitime, Moïse semble promis à un grand avenir politique et à une vie fastueuse à la cour pharaonnique.

Lorsque le jeune Thoutmès, autre fils d'Hapchetsout, détrône sa mère et devient le nouveau pharaon, il fait mener une enquête sur l'origine de Moïse.
La vérité éclate: Moïse n'est pas né d'Hapchetsout!
Moïse est juif!

Il est aussitôt réduit à l'esclavage par celui qu'il considérait jusqu'alors comme son frère.

Désormais juif, Moïse découvre et partage le sort misérable des Hébreux, esclaves du Pharaon.

Il se révolte contre l'autorité de l'architecte Mem P'ta, le tue, est contraint de fuir l'Egypte.

Au pied du volcan Horeb, au sommet duquel, bien des années plus tard, Moïse recevra de Diei les Tables de la Loi, le fugitif et Tsippora se rencontrent près d'un puits, et c'est le début d'une passion mutuelle, irrépressible, à la faveur de quoi la belle Tsippora force Moïse à prendre conscience de la mission que Javeh veut qu'il accomplisse: la libération et l'exode des Juifs d'Egypte vers Canaan...

Cette épopée conjointe de deux êtres que rien a priori ne semblait destiner à s'unir se lit d'une traite.

Superbement biblique!

A noter: Tsippora est le deuxième roman du cycle «La Bible au Féminin».

Patryck Froissart
St Paul, le 01/11/2011


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8