undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Absolutwelt > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Absolutwelt
Classement des meilleurs critiques: 10.828
Votes utiles : 276

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Absolutwelt (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
This Means War
This Means War

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 canon, 28 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : This Means War (CD)
Tank est un groupe remarquable de la NWOBHM (New wave of british heavy metal), c'est à dire une formation qui se produisit pour l'essentiel au début des années '80. Il se firent une première réputation en ouvrant pour Motorhead en angleterre, ils sortirent deux premiers albums assez brut: "Filth hounds of hades" et "power of the hunter", dans la lignée d'un hard rock brut façon Motorhead; hélas, si le premier album contient son taf de brulots, le second est - tous les connaisseurs le reconnaissent -, plutôt décevant. Ce "This means war" intervient dans ce contexte, où Tank se devait de faire ses preuves, mission qu'ils remplissent pleinement, avec ce qui est, au coté de "Honour and blood", peut-être leur meilleurs album. L'inspiration est au rendez-vous, Tank nous délivre un heavy-metal de première catégorie, avec tout ce que calà présuppose: riffs tueurs, mélodies puissantes, l'ensemble d'une qualité indéniable. On notera la présence d'une certain nombre de classiques: "just like something from hell", qui ouvre l'album de façon magistrale, le "title-track" "this means war", tout simplement génial, "laughing in the face of death", monstrueux, le reste de l'album affichant un niveau tout simplement remarquable. Entre Saxon et Motorhead reste une place pour Tank, dont the This means war reste un témoignage marquant.


Box of Fire [12cd Box]
Box of Fire [12cd Box]
Prix : EUR 150,47

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la totale des années CBS, 26 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Box of Fire [12cd Box] (CD)
Ce coffret offre la totale des albums de la première période d'Aerosmith c'est à dire tous les albums, à partir du premier jusqu'à "Rock in a hard place", c'est à dire: -le premier, - Get your wings, - Toys in the attic, - Rocks, - Draw the line, - Live bootleg, - Night in the ruts, - Rock in a hard place, plus deux best-of ( - Greatest hits, -Gems), et encore les deux volumes de "Live Classics" (en deux cd : -Live classics 1, et live classics 2). Donc attention: ce coffret ne contient PAS toute la disco d'Aerosmith mais seulement la totalité de tout ce qui appartient à la période antérieure à leurs retour en 84 (antérieure donc à la période Geffen). C'est un très beau coffret, avec un packaging de luxe (une allumette collée sur le coffret pour l'ouvrir), un packaging special "box of fire" pour tous les cds (une image de flamme en fond de chaque CD), avec un CD cinq titres de bonus rares (des instrumentaux, une version symphonique de "dream on", un remis de "sweet emotion"). Si vous ne connaissez pas, ou si vous ne possedez pas les premiers Aerosmith, c'est l'occasion de rafler la totale, et de la mettre au cotés de "permanent vacation", "pump", "get your grip" etc. Vous pourrez puiser dans un repertoire riche et varié d'un groupe qui montre là son originalité, entre des rhytmes groovy, des riffs et des soli à faire palir Keith Richards, et des mélodies vocales parfois puissantes, parfois surprenantes; on découvre en écoutant ces albums pas mal de perles moins connues du grand public, qui ne sont pas des classiques, ne sont pas sur les best-of, et qui pourtant valent leurs pesants d'or. Vraiment sympa pour tout fan d'Aerosmith.


Breaking The Chains
Breaking The Chains
Prix : EUR 9,98

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un bont début, 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Breaking The Chains (CD)
"Breaking the chains" est le premier album de Dokken, passé plus ou moins inaperçu à sa sortie au début des années 1980, et qui se présente comme un bon album de hard-rock mélodique, qui, si il ne transcende ni ne révolutionne le genre, est plaisant par la collection de bon titres qu'il affiche. C'est un bon début: il est peut-être moins percutant que son heureux successeur, "Tooth and nail", mais sa teneur générale est tout à fait honnête: on l'écoute et le réécoute agréablement, se prenant aux mélodies d'un certains nombres de titres bien envoyés: "breaking the chains", "felony", "nightrider", ou encore le riff vraiment carré de "young girls". "Breaking the chains" est donc une première tentative réussie, qui, d'ailleurs ne connaîtra son plus grand succès (disque d'or aux USA) que bien plus tard, quand, Dokken ayant acquis toute sa réputation, le disque, à postériori, se vendra mieux qu'à sa sortie. On peut aussi noter que le bassiste de Ratt, Juan Croucier, joue sur cette album (il sera plus tard remplacé par Jeff Pilson). C'est un album qui est a recommander à ceux qui apprécient Dokken: si "Tooth and Nail" vous éclate, vous ne cracherez pas sur "Breaking the chains", qui reste une entrée en matière tout à fait honorable pour Dokken.


Strong Arm Of The Law
Strong Arm Of The Law
Prix : EUR 9,99

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un des grand classique du metal, 26 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Strong Arm Of The Law (CD)
Que le meilleur album de Saxon, qui est en même temps l'un des meilleurs cru qu'ai pu apporté la NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal pour les incultes) à l'histoire du rock n'ai même pas eu droit jusqu'à aujourd'hui à un commentaire sur Amazon souligne à quel point les groupes les plus culte sont en même temps les plus oubliés. Cet album, "Strong Arm Of The Law", au cotés d'un "Number of the beast" ou d'un "screaming for vengeance" fait partie du top 20 des meilleurs albums de hard-rock jamais enregistrés. Cela va sans dire que tout l'album est bon, en précisant aussi que bons nombres de classiques du groupe figurent au menu de ce Strong arme of the law: "heavy metal thunder", "strong arm of the law", "20.000 ft", "dallas 1pm", ce sont des morceaux d'anthologies que le groupe joue toujours en concert. Le metal de Saxon est définitivement carré, efficace, et porte inmanquablement à headbanger quiquonque a du metal dans les veines. Les riffs tuent, le chant est puissant, inspiré, les solos font mouche à tous les coups, pour un résultat d'ensemble tellement fort que le tout est l'un des grands classiques du hard-rock, qu'il faut écouter pour bien prendre la mesure du génie qui l'anime. Si vous aimez le hard-rock NWOBHM, à coup sur vous craquerez pour cet album monstrueux qui inscrit définitivement Saxon dans l'histoire du hard-rock comme l'un de ses plus dignes représentant. "Heavy metal thunder!".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 30, 2011 6:18 PM CET


Funk-O-Metal Carpet Ride
Funk-O-Metal Carpet Ride
Prix : EUR 20,75

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent, 21 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Funk-O-Metal Carpet Ride (CD)
Comme l'indique le titre de l'album, c'est de metal fusion dont il est ici question, et en l'occurence d'un metal fusion original, qui marqua le genre, au même titre qu'un Mind Funk ou qu'un Faith no more. Electric boys ne ressemble à personne d'autre, et cet album, le plus original, est aussi le meilleur. Des rhythmes groovies cotoient des guitares tranchantes, et le tout swinge à 100%. Tous les titres sont bons, voire excellents, notamment "the change", "if i had a car", "captain of my souls", "rags to riches", et il faudrait tous les citer. Cet album est d'autant plus intéressant qu'après les Electric boys sont restés dans une veine plus rock (les deux albums suivants), alors qu'ici c'est vraiment de hard/funk dont il est question. Aucun titre n'est à jeter, et l'album est excellent dans tout son long. On notera que BOB ROCK est à la production sur la moitié des titres, et l'on regrette que le genre n'est pas eu d'avenir dans l'histoire de l'art occidentale, si tant est que l'on ne trouve plus de disques de cette trempe. Si vous aimez le hard-fusion, entre Dan Reed Network et Mind Funk, vous avez Electric Boys, que ce premier album imortalise comme une référence du genre, tant au niveau de l'originalité que de la qualité. Vous pouvez y aller.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 5, 2011 4:21 PM CET


Headless Cross
Headless Cross
Proposé par envoi rapide et immédiat
Prix : EUR 14,99

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 géant, 21 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Headless Cross (CD)
Cet album est à mon sens le meilleur Black Sabbath. Je m'explique: je n'ai jamais accroché le doom de la période ozzy, même si sur Live Evil les titres période ozzy sonnent bien, j'ai bien accroché par contre la période DIO, dont Heaven and Hell me semble être l'apogée, mais là où j'ai vraiment craqué c'est sur cet album, Headless cross, qui est encore à mes yeux le meilleur de la période Tony Martin, nettement meilleur que Eternal Idol et TYR, et à fortiori meilleur que Cross purposed. Tout simplement parceque le génie et l'inspiration sont au rendez-vous avec ce bijou, non seulement sans aucun titre faible, mais où tout les titres sont carrément monstrueux. Inutile ici de trier et de noter les titres les uns vis à vis des autres, l'ensemble s'écoute sans temps morts du début à la fin. Black Sabbath fait ici merveille dans des ambiances mystiques, sans se répéter, alternant les titres plus péchus avec des morceaux plus doom, mais jamais lourdingues. Headless cross est un maître album qui n'a pas vieilli, qui s'écoute en son long, avec passion, avec force, et qui révèle encore une fois le talent et l'originalité du grand compositeur qu'est toni iomi. Tous les gouts sont dans la nature, cet album a été plus ou moins apprécié, mais mon conseil c'est au moins d'y jeter une oreille: attention chef d'oeuvre.


Growing Up The Hard Way  Mamas Boys
Growing Up The Hard Way Mamas Boys
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 69,67

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 excellent, 28 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Growing Up The Hard Way Mamas Boys (CD)
Mama's Boys, est-ce que c'est le nom ou les alléas de l'histoire, n'a jamais rencontré un succès majeur, même si tous ceux qui connaissent le groupe ont toujours reconnus les qualités authentiques de ce groupe irlandais. Les premiers albums (tous n'ont pas été réedités, par exemple "turn it up") donnaient dans du hard-rock catchy, riffs carrés, mélodies pouvant évoquer parfois Thin Lizzy, et la plupart des titres faisaient toujours mouche. En 1987, probablement avec un gros contrat à la clef, Mama's Boys change le fusil d'épaule et s'adapte aux critères des radios américaines: ils nous sortent "Growing up the hard way", qui donne dans le hard-rock FM, non pas un hard fm stéréotypé à la Fate par exemple, mais un hard-rock fm subtil, sans vraiment de claviers, qui se caractérise surtout par les mélodies, par exemple "in over my head", tout est dans la subtilité du son, qui n'est plus le gros son hard qui tache, mais un son mesuré qui passe tout de suite bien. Pour cette nouvelle entreprise, Mama's Boys a recruté un chanteur (auparavant c'était le bassiste qui chantait), en la personne de l'excellent (et sympathique) Keith Murell, qui s'était fait connaître avec Airrace, en 1985 (le premier groupe de Jason Bonham). L'ensemble est une totale réussite. Tout les titres sont bons. On notera, dans le genre petite perle hard fm: "waiting for a miracle", "in over my head", on notera une reprise de Stevie wonder "higher ground", dans le genre un peu plus carré "hot blood" et le convaincant "blacklisted" (seul titre à rappeller les premiers mama's boys), et les amateurs de guitare pourront écouter "last thing at night" sous le soleil couchant, qui rappelle à qui veut bien s'en souvenir que Pat Mac Manus est par lui-même un grand guitariste. Le seul problème de "growing up the hard ways" est manifestement son prix sous forme de CD, pour ma part j'écoute ma vieille version vinyl, mais si vous êtes riche ce n'est pas de l'argent perdu.


Jump The Gun
Jump The Gun
Prix : EUR 29,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 pretty maids à son sommet, 23 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jump The Gun (CD)
Après une ascension sans faille, avec les excellents "red hot..." et "future world", Pretty Maids devait nous sortir le maître album, et c'est ce qu'ils firent, même si le succès commercial de ce "jump the gun" ne fût pas à la hauteur. Roger Glover (Deep Purple) à la production, s'il vous plait, et un résultant tout simplement costaud. D'abord "jump the gun" n'est pas spécialement plus FM que ses ainés, contrairement à ce qu'on peut lire, il est au contraire tout à fait dans la veine de "future world", c'est à dire qu'il alterne les morceaux costauds ("lethal heroes", "attention" "rock the house"), à des morceux plus mélodiques et tout à fait prenant (le très bon "hang tough"), avec aussi des ballades à la pretty maids comme le poignant "savage heart". Le niveau, quoiqu'on puisse en dire, ne faiblit pas par rapport aux albums précédents. Au contraire on sent un groupe mur, maitrisant son style et la construction des morceaux, au long d'un album qui ne démérite jamais et qui s'écoute avec plaisir sans temps morts. Si vous avez aimé "future world", vous ne serez pas déçus par ce "jump the gun", qui signe le pretty maids des 80's à son sommet.


Presto
Presto
Prix : EUR 10,13

6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un Rush digne de ce nom, 22 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Presto (CD)
Presto est un excellent album de Rush, s'inscrivant dans la lignée de Power windows et Hold your fire tant au niveau du style que dans la qualité. La production est parfaite, les arrangements toujours pertinents, et les mélodies saisissantes, parfois tout simplement marquantes. On notera quelques perles: "show don't tell" (qui ouvre l'album), "The pass", dans le plus pur style Rush 80's, le superbe "scars", au cotés de titres peut être un peu plus conventionnels, mais qui n'altèrent en aucun cas l'agrément de l'écoute de cet album. Si vous aimez "power windows", "hold your fire" et, de façon plus générale, le Rush des 80's, pous pouvez mettre toute votre confiance dans ce "presto" pleinement réussi.


U2 - Zoo TV : Live from Sydney
U2 - Zoo TV : Live from Sydney
DVD ~ U2
Prix : EUR 20,00

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 tout simplement monstrueux, 28 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : U2 - Zoo TV : Live from Sydney (DVD)
La dernière injustice que l'on peut rendre à U2 c'est de leur repprocher d'avoir amorcé un tournant dans leur carrière, après "The joshua tree" et déja avec "Rattle and Hum". Ce DVD nous livre avec bonheur et majesté une prestation exeptionnelle d'où ressort le génie propre à la seconde période de la carrière de U2: c'est en concert que l'on peut vraiment mesurer la pertinence et la force qui caractérise les U2 seconde période (à partir de Achtung Baby). Ce live est monstrueux. La dimension rock des premiers titres sert de révélateur: "Zoo station", "The fly", "even better than the real thing" entament un show qui démarre sans temps mort. C'est ensuite toujours des titres de Achtung baby qui pêtent aux oreilles: "Mysterious ways" (particulièrement bien balançé) et "One" (avec sa finale en apothéose). U2 enchaine les classiques plus ou moins vieux (New year's day, Angel of harlem), avec particulièrement de bonheur sur certains morceaux: notamment le cosmique "bullet the blue sky". Même le technoïde "Dirty day" occupe l'espace qui lui est propre. Il faut encore mentionner un enchaînement synonyme d'éternité: un "running to stand still" (conclut par un alelluyah que ne renierai pas Benoît XVI) et un "Where the streets have no name" qui déménage au maximum de sa puissance. Une petite mention, encore, pour l'avant dernier titre, "love is blindness", au feeling profond et pour tout dire beau. J'écoute quasiment en boucle ce DVD, qui prouve en acte que les U2 post 80's n'ont pas perdu leur genie, bien au contraire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8