Profil de Absolutwelt > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Absolutwelt
Classement des meilleurs critiques: 7.538
Votes utiles : 261

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Absolutwelt (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
pixel
Autres rédactions des Méditations cartésiennes
Autres rédactions des Méditations cartésiennes
par Eugen Fink
Edition : Broché
Prix : EUR 27,80

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une dimension cosmologique au discours phénoménologique, 22 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Autres rédactions des Méditations cartésiennes (Broché)
C'est un livre très difficile. Il faut être famillier des méditations husserliènnes et de la pensée de Fink pour bien en saisir toute la portée. Fink décrit, sans préjugé sur le sujet, la dimension cosmologique de la situation humaine. Il conduit la dialectique ontologique qui doit permettre au spectateur transcendantal de se situer dans l'être du monde, il met ainsi à jour la dimension de la transcendantalité qui a nature cosmologique. Sur cette base la phénoménologie husserliènne se voit réévaluée et resituée. Fink réécrit les méditations, à travers un certains nombres de textes cléfs, et assume dans sa phénoménologie cosmologique les thèmes fondamentaux de la problématique husserliènne: monade, constitution, intersubjectivité...ce texte figure comme volume de complément à la sixième méditation mais il peut très bien être lu avant, comme introduction à la compréhension finkéènne des méditations. Il marque la naissance d'une phénoménologie originale, trop ignorée à l'ombre de celle de Husserl, et dont on peut, dans ce texte trouver l'origine d'un bon nombres d'idées essentielles.


Dan Reed Network
Dan Reed Network
Prix : EUR 17,62

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 du grand hard-funk, 21 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dan Reed Network (CD)
A la fin des années 80 émergeait un nouveau style controversé: la "fusion", fusion entre la funk et le hard rock s'entend. Dan Reed en est un représentant éminent et ce premier album reste un must. Produit par Bruce Fairbairn (ce qui témoigne des espoir que mercury mettait en lui)il contient son taf de perles: get to you, ritual, ou guitares tranchantes cotoient rhythmes funk qui évoquent souvent Prince (human). Si vous aimez ce mélange ce disque risque bien de vous faire sauter au plafond. Personnellement je m'en lasse toujours pas.


Lynch Mob
Lynch Mob
Prix : EUR 25,99

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 géant, 21 novembre 2005
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lynch Mob (CD)
Goerge Lynch s'était fait connaître, durant les 80's, comme le talentueux voire virtuose guitariste de Dokken. On connaissait, en 1988 le conflit qui l'opposa à Don Dokken concernant l'orientation, pas assez heavy à son goût, de Dokken. Après la séparation, Goeorge L. monta Lynch Mob et sorti deux premiers albums absolument géants, et même impressionants, tant le talent mélodique et hard-rock de Lynch s'y conjuge avec le génie "hot" du chanteur, typique du hard rock US de l'époque. Les mélodies sortent parfois des sentiers battus pour tendre vers des ambiances plus ou moins mystiques (When darkness calls). On trouve bien sur des titres super carrés calibrés pour les radios rock, et encore deux titres speed (notament "I want it")qui contribuent à faire de ce second Lynch Mob une totale réussite. Si vous êtes branchés par le metal typée cote ouest/années 80, vous serez séduits sans grandes difficultés par ce petit bijou comme on en fait plus (hélas).


Pleasure Principle +
Pleasure Principle +
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 21,29

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hard fm splendide, 10 novembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pleasure Principle + (CD)
Treat est l'un des meilleurs groupes de hard fm nordique de l'époque (années 80). Du hard fm à l'européènne: guitares carrés nettement hard, avec la place belle, cependant, aux claviers. Ici tout est en beauté: choeurs efficasses, refrains convaincants, mélodies prenantes, et paroles romantiques. Ce "pleasure principle" est particulièrement réussi, d'un bout à l'autre, sans temps mort, et sans titres moyens...il fait partis de ces classiques du hard fm qu'on ne se lasse pas d'écouter et qui honore le genre. Si vous appréciez le hard fm 80's classieux, mélodique et puissant, vous ne serez pas déçu par ce petit bijou aux airs de classique.


Keep It Up
Keep It Up
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 28,95

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 du rock fm d'excellente facture, 22 août 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Keep It Up (CD)
Loverboy n'a quasiment jamais vraiment été connu en europe, à l'instar des USA où ils ont décroché le gros lot dès leur premier album avec "Turn Me Loose", tube qui les imposa comme les rois du rock fm sur leur propre territoire. Loverboy a toute les qualités d'un groupe de rock americain: production soignée, mélodies accrocheuse dont on arrive plus à se débarrasser, guitares poignantes telles celles des premiers Foreigner, ballades sentimentales qui rendent vite amoureux, le tout honnêtement réparti sur une dizaine de titres parmis lesquels aucun n'est a rejeter. Recette que Loverboy a toujours quasiment respecté, mais, il faut le dire, avec particulièrement de bonheur sur ce "Keep it up", troisième opus et marque d'une carrière réussie. Pas de temps mort, que des tubes en puissance, des plans claviers toujours pertinent dans une production qui leurs fait la part belle, un chant rempli d'âme, des paroles sympas qui nous font penser à tout et à rien, et un gratteux qui honore sa fonction par des solis précis, mesurés et inspirés.
Assez difficile à trouver aujourd'hui, ce "Keep it up" reste une belle réussite de rock américain ou rock fm, comme on voudra, et si il reste des amateurs pour ce style un peu dépassé mais toujours vigoureux, ils ne seront pas déçus par ce troisième et peut être meilleur album de Loverboy.


Recycler
Recycler
Prix : EUR 5,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 du grand zz top sauce 80's, 22 août 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Recycler (CD)
Même si cet album n'a rien transcendé dans la carrière des ZZ Top, même si il ne fait que s'inscrire dans la continuité de l'exellent Afterburner, il le fait bien. Les titres ne se laissent pas révéler dès la première écoute (qui peut décevoir) ce qui ne doit cependant pas conduire à préjuger de leurs valeurs. Car en effet l'album recèle son nombre de petites perles, par rapport auxquelles, étrangement, le premier titre est peut être le moins bon. Dans le genre riff obsedant et hyper bien trouvé on remarquera "love thing" et "tell it" "give it up" et "penthouse eyes", dans le genre gros tube époque Eliminator on trouve "doubleback" (single de l'époque), on trouve encore un titre plus trempé dans le blues: "my head in mississippi" et enfin LA ballade qui tue, un peu dans le genre de "i need you tonight"(Eliminator): "2000 blues", toute empreinte de feeling et d'émotions(je ne m'en lasse encore pas).
"Recycler" est un excellent album pour ceux qui aiment le ZZ top des '80's, bien inspiré, avec un son de gratte de Billy Gibbons bien caractéristique, des mélodies qui font mouches et une teneur générale tout à fait honnête. On pourra remarquer que les ZZ top on laissé tombé les gimmicks électroniques de "Afterburner" dans une démarche plus authentiquement blues qui les conduit au non moins excellent "Antenna". A mes yeux un très bon album de ZZ top.


Joshua Tree,the
Joshua Tree,the
Proposé par Dvd Overstocks UK
Prix : EUR 8,82

5.0 étoiles sur 5 Le U2 des 80's à son sommet, 10 juillet 2005
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joshua Tree,the (CD)
U2 était, en 1987, un des groupes les plus en vue de la vague new wave du début des eightees, dans un registre alors plus rock que d'autres groupes du même genre plus branchés synthés. Le groupe avait notamment perçé grâce à deux ou trois tubes comme "new year's day", "sunday bloody sunday" ou "pride", mais il y avait encore un échellon à gravir sur les marches du Hall of fame. Ce fut chose faîte avec ce génial, au sens propre, "joshua tree", qui fit un malheur et établit dès sa sortie, par sa qualité et le succès qu'il rencontra, U2 comme un groupe majeur. C'est bien simple: rien moins que les 5 premiers titres, soit toute la face A de l'époque, restent des classiques du groupe qu'on peut encore entendre en concert, et notament au rappel (le puissant "where the streets have no name", les deux tubes de l'époque "i still haven't found what i'am looking for" et "with or without you", le cosmique "bullet the blue sky", et le très spirituel "running to stand still"). La deuxième face de l'époque, ou les six titres qui suivent, s'adressent plus à une écoute prolongée, celles peut être qui lasseront le moins par une plus grande originalité. "in gods country", qui donne envie de s'envoler dans les saints déserts, "trip through your wires" et son ambiance chaleureuse, "one tree hill" qui fait rever à l'arbre mystérieux, notament restent de grandes compos de U2. Il faut se représenter que ce jeune groupe d'alors réussit à remplir l'hyppodrome de Vincennes le 04/07/87 à la sortie de cet album, ce qui était extremement rare à l'époque pour quelques groupes que ce soit (les plus chanceux fréquentant Bercy). The Joshua Tree est de ces maîtres albums que les bons groupes sortent aux bons moments et qui les établissent définitivement autant au niveaux des ventes qu'au niveau de la réputation. Et celle-ci, ce disque l'atteste, n'est pas volée.


90125 (Expanded & Remastered)
90125 (Expanded & Remastered)
Prix : EUR 5,00

33 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du rock prog de la meilleure facture, 10 juillet 2005
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 90125 (Expanded & Remastered) (CD)
C'était extremement rare, à la sortie de cet album, en 1983, d'entendre des guitares rock/hard à la radio en France, et, pourtant, Yes a, cette année là, bouleversés les critères en balançant son tube incontournable "Owner of a lonely heart" qui passait sur toute les radios. Certains gimmicks éléctroniques donnaient le change à ceux qui refusaient catégoriquement l'assimilation hard-rock. Ce qui n'était pas totalement usurpé. Il ne s'agit pas de hard, même si Trevor Rabin ne se prive pas de quelques riffs saturés bien plaçés, mais de rock prog, du vrai, du bon, du meilleur, du millésimé.
Cet album marque le retour de Yes après leur première séparation. Ce come-back inscrit également Yes au registre de la nouveauté. Le son est de manière générale 80's, avec ce que celà signifie dans la structure des titres, dans le son général de la production, avec l'ambition commerciale qui l'accompagne et un calibrage radio imparable (et imparé). Il en résulte, pour l'époque, un rock prog moderne, un Yes renouvellé, au profit de la splendeur d'un bain de jouvence. Sans compter le super tube "owner of a lonely heart"(peut être le titre le plus facile) on a droit à de véritables pièces maîtresses: "it can happen", et son introduction étrange, "Changes", et son éloge de l'espérance, et enfin les trois derniers titres sont peut être les plus majestueux. Totalement éloignés d'ambition commerciale, ce sont des morceaux de huit minutes avec leurs mouvements, leurs breaks innattendus, leurs plans vocaux étonnants qui impressionnent par leurs pertinences et leurs originalités.
Cet album, plus qu'une réussite, est un chef d'oeuvre, à inscrire au top ten des "best albums ever". Il initiera la réussite de la carrière de Yes jusquà "open your eyes", c'est à dire jusquà 15 années plus tard. Le fait d'un grand disque, assurément.


Love over gold (1982)
Love over gold (1982)
Proposé par dvdpromo
Prix : EUR 32,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A emporter sur une ile déserte, 10 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love over gold (1982) (CD)
Ah! Je réalise un rêve de jeunesse en me proposant de chroniquer cet album. J'ai encore en mémoire mon tout premier concert: Dire Straits au Palais des sports de Grenoble, tournée "Love over gold" en 1983! Je me souvient d'un light show impressionant et de mélodies percutantes à la première écoute, celles par exemple de l'album qui précède, "Making movies". "Love over gold" est en un sens plus prog' que ses prédecesseurs, avec des épopées de 15 minutes ("Telegraph road" et son solo en odyssée), des titres planants, totalement cool jusqu'à faire abstraction des guitares au profit du piano, ce qui apparaît pour la première fois ici, et, à contrario des envolées presque plus hard ("Industrial desease"). Le tout, comme un vrai album de prog' en cinq titres pour quasiment 45 minutes de musique. On ne peut pas, non plus, passer sous silence le solo final du dernier titre "It never rains" qui inscrit indiscutablement Mark Knopfler au rang des plus grands guitar heros, dans la même famille qu'un Gilmour, un Blackmore, un Morse, et qui par delà les techniciens néo-classiques des années 1980 rappelle que c'est à l'inspiration que se mesure le génie. Que dire encore sinon que j'ai écouté cet album hier, que je l'écoute aujourd'hui et qu'il y aura toujours un moment pour l'écouter demain, entre deux averses, entre deux rencontres, dans une perspective de profondeur, d'humanisme, d'où finalement perle l'essentiel : "love over gold...".


Taken By Force
Taken By Force
Prix : EUR 13,53

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent scorps des années 70, 18 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Taken By Force (CD)
Taken By Force est le dernier album studio des Scorpions première période avec Uli Roth à la guitare. C'est un album excellent, comme ses prédécesseurs, sans rien à jeter, sans titre faible. Il contient ses morceaux de bravoure ("steamrock fevver" "he's a woman - sh'es a man"), ses riffs obsedant ("Riot of our times", "i've got to be free") et ses épopées bab'("Born to touch your feelings") caractéristiques des premiers Scorpions. Que dire sinon que sortir un quatrième album du même niveau que ses prédécesseurs est le fait d'un groupe majeur? Si vous avez aimé "In trance" ou "Virgin Killer" vous ne serez pas deçu par "Taken By Force" qui marque la réussite de Scorpions dans les années 1970.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7