Profil de Absolutwelt > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Absolutwelt
Classement des meilleurs critiques: 8.587
Votes utiles : 267

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Absolutwelt (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
90125 (Expanded & Remastered)
90125 (Expanded & Remastered)
Prix : EUR 7,00

33 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du rock prog de la meilleure facture, 10 juillet 2005
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 90125 (Expanded & Remastered) (CD)
C'était extremement rare, à la sortie de cet album, en 1983, d'entendre des guitares rock/hard à la radio en France, et, pourtant, Yes a, cette année là, bouleversés les critères en balançant son tube incontournable "Owner of a lonely heart" qui passait sur toute les radios. Certains gimmicks éléctroniques donnaient le change à ceux qui refusaient catégoriquement l'assimilation hard-rock. Ce qui n'était pas totalement usurpé. Il ne s'agit pas de hard, même si Trevor Rabin ne se prive pas de quelques riffs saturés bien plaçés, mais de rock prog, du vrai, du bon, du meilleur, du millésimé.
Cet album marque le retour de Yes après leur première séparation. Ce come-back inscrit également Yes au registre de la nouveauté. Le son est de manière générale 80's, avec ce que celà signifie dans la structure des titres, dans le son général de la production, avec l'ambition commerciale qui l'accompagne et un calibrage radio imparable (et imparé). Il en résulte, pour l'époque, un rock prog moderne, un Yes renouvellé, au profit de la splendeur d'un bain de jouvence. Sans compter le super tube "owner of a lonely heart"(peut être le titre le plus facile) on a droit à de véritables pièces maîtresses: "it can happen", et son introduction étrange, "Changes", et son éloge de l'espérance, et enfin les trois derniers titres sont peut être les plus majestueux. Totalement éloignés d'ambition commerciale, ce sont des morceaux de huit minutes avec leurs mouvements, leurs breaks innattendus, leurs plans vocaux étonnants qui impressionnent par leurs pertinences et leurs originalités.
Cet album, plus qu'une réussite, est un chef d'oeuvre, à inscrire au top ten des "best albums ever". Il initiera la réussite de la carrière de Yes jusquà "open your eyes", c'est à dire jusquà 15 années plus tard. Le fait d'un grand disque, assurément.


Love over gold (1982)
Love over gold (1982)
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 26,25

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A emporter sur une ile déserte, 10 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love over gold (1982) (CD)
Ah! Je réalise un rêve de jeunesse en me proposant de chroniquer cet album. J'ai encore en mémoire mon tout premier concert: Dire Straits au Palais des sports de Grenoble, tournée "Love over gold" en 1983! Je me souvient d'un light show impressionant et de mélodies percutantes à la première écoute, celles par exemple de l'album qui précède, "Making movies". "Love over gold" est en un sens plus prog' que ses prédecesseurs, avec des épopées de 15 minutes ("Telegraph road" et son solo en odyssée), des titres planants, totalement cool jusqu'à faire abstraction des guitares au profit du piano, ce qui apparaît pour la première fois ici, et, à contrario des envolées presque plus hard ("Industrial desease"). Le tout, comme un vrai album de prog' en cinq titres pour quasiment 45 minutes de musique. On ne peut pas, non plus, passer sous silence le solo final du dernier titre "It never rains" qui inscrit indiscutablement Mark Knopfler au rang des plus grands guitar heros, dans la même famille qu'un Gilmour, un Blackmore, un Morse, et qui par delà les techniciens néo-classiques des années 1980 rappelle que c'est à l'inspiration que se mesure le génie. Que dire encore sinon que j'ai écouté cet album hier, que je l'écoute aujourd'hui et qu'il y aura toujours un moment pour l'écouter demain, entre deux averses, entre deux rencontres, dans une perspective de profondeur, d'humanisme, d'où finalement perle l'essentiel : "love over gold...".


Taken By Force
Taken By Force
Prix : EUR 22,82

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 excellent scorps des années 70, 18 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Taken By Force (CD)
Taken By Force est le dernier album studio des Scorpions première période avec Uli Roth à la guitare. C'est un album excellent, comme ses prédécesseurs, sans rien à jeter, sans titre faible. Il contient ses morceaux de bravoure ("steamrock fevver" "he's a woman - sh'es a man"), ses riffs obsedant ("Riot of our times", "i've got to be free") et ses épopées bab'("Born to touch your feelings") caractéristiques des premiers Scorpions. Que dire sinon que sortir un quatrième album du même niveau que ses prédécesseurs est le fait d'un groupe majeur? Si vous avez aimé "In trance" ou "Virgin Killer" vous ne serez pas deçu par "Taken By Force" qui marque la réussite de Scorpions dans les années 1970.


Delicate Sound of Thunder
Delicate Sound of Thunder
Prix : EUR 97,18

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un retour hors du temps, 16 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Delicate Sound of Thunder (CD)
"Delicate sound" consacra le succès du retour des floyd dans les années '80, avec l'album et la tournée qui suivit, que ce double live immortalise avec bonheur. Ce live fut lui-même un tel succès qu'il donna lieu à son tour à une seconde tournée. Succès qui n'est pas volé. Le son est énorme, l'interprétation est majestueuse, parfaite, remplie de feeling, et certains titres période Gilmour prennent vraiment de l'ampleur: sorrow, yet another movie. Le son de batterie, notament, est gigantesque. Le second cd comprend les classiques de la période Waters: one of these days, time, us and them, etc, avec également, à mon sens, le sommet absolu en matière de solo de guitare, qui est la conclusion de "confortably numb", qui pose un sommet en matière d'émotion et qui donne un sens indépassé au mot "sublime". L'ensemble fait de ce live un album hors du temps, hors des modes, qui s'écoute aussi bien aujourd'hui qu'hier, et qui fait du retour des floyd dans les années 80 un retour en quelque sorte hors du temps.


A Momentary Lapse Of Reason
A Momentary Lapse Of Reason

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 le floyd des années '80, 23 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Momentary Lapse Of Reason (Cassette)
Après le divorce, difficile, d'avec Waters, et après le long épisode judiciare qui opposa celui-ci avec Gilmour, le floyd est de retour flambant neuf avec cet album en tout point excellent. L'ensemble est aérien, très bien produit (Bob Ezrin) et manifeste pleinement l'esprit du floyd, avec le marasme de waters en moins et la force philosophique de Gilmour en plus.
L'album commence avec un pur solo qui n'a rien a envier à Shine on you crazy diamond part 1, se poursuit avec le puissant "dogs of war", ou on trouve au clavier un rick wright fraichement revitalisé, qui fait des merveilles d'ambiance dans les compos esprit Gilmour. "Yet another movie" est le plus floydien des titres, avec son ambiance un peu psyché, mais cette fois sans acides. L'un des plus grands titre de l'album restant le dernier, "sorrow", et son back-track obsédant,et ses paroles pleinement métaphysiques.
Avec cet album Pink floyd a enregistré probablemnt le plus grand album de rock progressif jamais enregistré. Les amateurs d'un rock élaboré, musical, intelligent, et définitivement artistique au sens le plus profond du terme peuvent se procurer cet album les yeux fermés. Et conseil de fan à fan: si vous avez craqué sur ce disque, procurez vous le live (délicate sound) qui l'accompagne. A bon auditeur salut.


Good news from the next world - Edition limitée (Packaging japonais) [LIMITED EDITION] [ENREGISTREMENT ORIGINAL REMASTERISé]
Good news from the next world - Edition limitée (Packaging japonais) [LIMITED EDITION] [ENREGISTREMENT ORIGINAL REMASTERISé]
Prix : EUR 21,78

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Simple mInds à son apogée, 18 janvier 2005
Après la déferlante grunge et l'érosion du mouvement new-wave on pouvait encore compter sur simple minds. Dur de donner un successeur à REAL LIFE, et son taff de tubes éternels (que j'écoute encore tout les soirs). Et pourtant Simple minds l'a fait. A commencer par le premier morceau de l'album (qui commençait aussi le concert de la tournée) "She's a river" et son début fracassant: Charlie Burchill n'a pas peur de gratter rock: "7 deadly sins", "and the band played on", plus hard que leurs ainnés de REAL LIFE; sans compter des petits bijoux taillés sur mesure pour les radios américaines: " hypnotised" et "great leap forward". Aucun titre à jeter sur cet album qui rivalise sans problème avec son excellent prédécesseur, et qui achève, sans doute involontairement, la période 1985-1995, inaugurée par le non moins excellent ONCE UPON A TIME; période qui consacre SIMPLE MINDS comme l'un de ses meilleurs groupes pop-rock, et dont GOOD NEWS FROM THE NEXT WORLD constitue l'apogée. On sait que par la suite avec NEAPOLIS les SIMPLE prirent un tournant techno qui fut pour eux une sorte de retour aux sources puisqu'ils ont contribuée à l'invention de la new-wave; quoiqu'il en soit GOOD NEW FROM THE NEXT WORLD consacre le talent incroyable de song-writers du duo Kerr-Burchill, que seul un mouvement de mode a relégué au passé.


Same (1985)
Same (1985)
Proposé par plattengurufr
Prix : EUR 65,00

3.0 étoiles sur 5 Un bon début pour Fiona!, 4 août 2004
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Same (1985) (Album vinyle)
A voir la pochette on a l'impression du gros truc commercial, sans talent derrière...il n'en est rien. Fiona a un véritable talent, quoiqu'elle soit encore timide sur certains titres...le style oscille entre du hard FM bien bridé et des titres plus pop ("talk to me"), jamais désagréable sans pourtant être transcendant...un début qui ne découragera pas la maison de disques, puisque cet opus sera suivi du maître album "beyond the pale" qu'on ne peut qu'encore recommander à tout amateur de Hard FM. Un bon début pour Fiona, aussi charmante pour les yeux que pour les oreilles...


Live & Acoustic Official Bootleg
Live & Acoustic Official Bootleg

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un live vraiment bootleg, 4 août 2004
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live & Acoustic Official Bootleg (CD)
Bien loin le temps de la découverte sur MTV de ce jeune groupe talentueux, mené par le session man connu du millieu Dann Huff, avec son tube ravageur "I'am a believer", qui par un seul refrain vous réconcilliait avec Dieu! Giant n'a tout simplement pas eu le temps de faire carrière, sortant son deuxième album en même temps que le Nevermind de Nirvana...et s'éffondrant en même temps que tous le mouvement heavy-rock américain...Dix ans plus tard c'est un petit label italien qui sort en parallèle avec "Giant III" un live mystérieux probablement enregistré dans un club...le son est rigoureusement celui d'un pirate, ce que le titre de l'album ne cache pas...les grands tubes de Giant en pirate et en acoustique, tout simplement. Pour les fans.


Love versus money
Love versus money

4.0 étoiles sur 5 Le dernier - last but not least - Noiseworks, 4 août 2004
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love versus money (Album vinyle)
De AC/DC à INXS, le rock australien n'a jamais rien eu a envier à personne et ce n'est pas avec Noiseworks que quelque a changé de ce coté là. Trois album de rock fm plus rock que INXS mais moins hard que Bryan Adams: malheureusement Noiseworks n'aura jamais explosé mondialement, et ce ne sera pas faute d'un gros tube: le fameux "simple man" sur l'album précédent n'ayant pas réussi à les imposer...la mode n'étant peut être pas, tout simplement, au rencard. C'est pourquoi Noiseworks se la tente plus funk sur cette album ("higher"), avec encore un gros tube fm("miles and miles");bref, à tous les sens du terme, l'ultime Noiseworks, qui témoigne de l'inspiration et de la vivacité du rock australien de l'époque.


Done with Mirrors / Pump / Permanent Vacation
Done with Mirrors / Pump / Permanent Vacation

5.0 étoiles sur 5 La totale du come-back d'Aerosmith dans les années '8O, 4 août 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Done with Mirrors / Pump / Permanent Vacation (CD)
Histoire de drogue,Joe Perry avait quitté le groupe, et le navire se la coulait douce...c'était sans compter sur la nervosité des duponds-volants: en 5 ans/trois album ('84/'89)Aerosmith est revenu plus fort que jamais. Done with mirrors eu un suucès moyen, mais Permanent Vacation leur a permis d'exploser les charts US avec deux trois tubes biens sentis, et PUMP les a définitivement réétablis mondialement comme un groupe majeur. Magnifique production de Bruce Fairbairn, aucun titres faible. Aujourd'hui toute cette période est disponible en un coffret. Sans aucun doute Aerosmith à son sommet. Profitez en!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8