Profil de Tim > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Tim
Classement des meilleurs critiques: 888
Votes utiles : 190

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Tim
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Récital Thomas Hampson - Chatelet 2002
Récital Thomas Hampson - Chatelet 2002
DVD ~ Gustav Mahler
Prix : EUR 21,23

5.0 étoiles sur 5 Un chanteur né pour chanter Mahler, 5 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Récital Thomas Hampson - Chatelet 2002 (DVD)
Thomas Hampson est à Mahler ce que Fischer Dieskau était (entre autres!) à Schubert en termes d'affinité et d'adequation artistique. Sa diction est quasiment parfaite pour un chanteur d'origine non-allemande (excellente intelligibilité!), en plus, ses interprétations mahleriennes sont des modèles de profondeur et bouleversent à chaque écoute. Je me souviens de l'avoir entendu à deux reprises dans des Knaben Wunderhorn avec le même pianiste, d'abord en 1995, lors d'un grand festival Mahler à Amsterdam, pendant lequel toutes les symphonies et tous les lieder furent interprétés. Une dizaine d'années après, je l'ai réentendu dans le même cycle et le résultat fut aussi renversant. Ces lieder sont rarement interprétés dans la version avec piano, qui a parfois quelque chose d'insatisfaisant. Il est bien difficile de faire "oublier" tout un orchestre avec des timbres tellement propres à la musique de Mahler (par exemple les vents dans "wo die schöne Trompeten blasen" ou "Ich bin der Welt abhanden gekommen") quand le chanteur est accompagné par un piano.
Que ce DVD ne laisse pas d'arrière-goût n'est qu'un grand compliment pour le pianiste Wolfgang Rieger, qui soutient de façon admirable le chanteur américain. Comme avec Gerald Moore, le terme "accompagnateur" est simplement injuste, le pianiste est devenu partenaire à part entière dans cette réussite totale!


Tereza Berganza Enseigne Mozart (Les Noces De Figaro,Don Giovanni)
Tereza Berganza Enseigne Mozart (Les Noces De Figaro,Don Giovanni)
DVD ~ Tereza Berganza
Prix : EUR 19,00

5.0 étoiles sur 5 Non seulement une chanteuse extraordinaire, mais aussi un prof doué!, 5 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tereza Berganza Enseigne Mozart (Les Noces De Figaro,Don Giovanni) (DVD)
Teresa Berganza possède évidemment l'une des plus belles voix que l'on puisse imaginer. Elle ne s'est nullement retirée, mais elle donne des classes d'interprétation lors desquelles elle fait preuve d'un grand talent de professeur aussi. Sur le présent DVD, nous pouvons visionner deux leçons précieuses sur Les Noces de Figaro et Don Giovanni. C'est fascinant de la voir enseigner, parfois avec un seul geste ou une grimace. Elle est toujours là pour rassurer les jeunes chanteurs. On sent partout une incroyable générosité de coeur.. Et qu'est-ce qu'elle est restée belle et jeune d'esprit......


Schubert:Wanderer-Fantasie
Schubert:Wanderer-Fantasie
Prix : EUR 16,81

5.0 étoiles sur 5 un Schubert grave, 17 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Schubert:Wanderer-Fantasie (CD)
Jean Rodolphe Kars n'est plus actif comme pianiste (du moins plus dans les salles de concert!) et a fini sa carrière pour entrer dans les ordres. Je me souviens de lui pour l'avoir entendu dans un récital en 1978 lors duquel il a joué entre autres la Fantaisie de Schumann et la 7ème sonate de Prokofiev.
L'excellent label Eloquence qui a déjà ressuscité tant de disques inédits nous propose maintenant ce récital Schubert. Le jeune pianiste nous présente un Schubert grave et parfois assez lent, qui n'est pas sans rappeler un disque EMI légendaire de Claudio Arrau, comprenant en partie le même répertoire. En même temps, il y a aussi une délicatesse de toucher et une intériorité qui vont bien à Schubert, surtout dans le mouvement lent de la Fantaisie Wanderer et dans les parties lentes des Klavierstücke. C'est d'ailleurs dommage et curieux que le 3ème de ces Klavierstúcke fasse défaut, quelle idée d'en enrégistrer seulement deux?
Eloquence a également publié les deux livres de Preludes de Debussy par ce pianiste.


Piano Works For Four Hands
Piano Works For Four Hands

5.0 étoiles sur 5 Superbe plaidoyer pour des oeuvres rares, 7 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Piano Works For Four Hands (CD)
Les sonates pour piano de Mozart sont de plus en plus fréquentées sur disque, il y a eu une époque où elles étaient bien plus rares que celles de Beethoven. Par contre, celles pour piano à quatre mains sont jusqu'à ce jour méconnues, non seulement sur disque, mais aussi dans les salles de concert. Et c'est bien dommage, car parmi les sonates, il y a quelques chef d'oeuvre, qui peuvent se mesurer à la sonate pour deux pianos, oeuvre festive et brillante dans tout le répertoire pour piano de Mozart.
Les deux grandes sonates, reünies sur le présent CD, K 497 et 521 sont toutes les deux magnifiques et les idees intéressantes y abondent. Comme compléments, nous retrouvons deux compositions, écrites pour un orgue mécanique, transcrites pour piano à quatre mains.

Imogen Cooper et Anne Quéfellec sont tout à fait excellentes, même tellement qu'on ne saurait pas dire qui joue primo et qui tient l'autre partie, la notice n'en faisant pas mention. Cela prouve une fois de plus à quel point ces deux musiciennes, qui avaient précédemment enrégistré une anthologie Schubert, se complètent. C'est fort dommage qu'elles n'aient jamais eu l'occasion de fixer les autres sonates pour piano à quatre mains de Mozart ainsi que sa sonate pour deux pianos.
Finalement, la prise de son de ce CD est tout simplement exemplaire, on entend rarement un piano aussi "véridique" ..


Trios Pour Piano
Trios Pour Piano
Prix : EUR 69,29

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pleins de moments inoubliables, 7 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trios Pour Piano (CD)
Evidemment, il y a des versions plus modernes dont la prise de son est nettement meilleure de la plupart de ces trios. Il y a les références du vénérable Beaux Arts Trio (superbement enrégistrés par Philips dans presque tout ce qu'ils ont fait). Cette formation avait en plus l'avantage qu'il s'agissait d'un trio fixe et non de trois grands solistes, comme c'est le cas ici. D'après la notice de ce coffret, Guilels, Kogan et Rostropovitsj ont joué ensemble pendant une dizaine d'années, donc ils ont bien pu "rôder" et peaufiner leurs interprétations.

Mais qu'importe finalement la prise de son! Il y a encore cette magie de trois monstres sacrés, chacun sur son propre instrument, qui se mettent ensemble et qui retrouvent la même étincelle. Sans renier les vertus immenses des cordes, c'est encore Guilels qui m'a le plus ensorcelé, prenons le trio K 254 de Mozart, qui ne compte pas parmi les oeuvres les plus inconditionnelles. Ecoutez comment le pianiste phrase la longue mélodie du mouvement lent (pris avec toutes les répétitions) avec ce legato, dont il semblait détenir le secret. C'est simplement unique et irrécommençable, cela rejoint quelques-unes des plus grandes réussites du maitre russe (les pieces lyriques de Grieg, concertos de Brahms, sonates de Beethoven, ses autres Mozart). Il y a autant d'autres miracles: un trio de jeunesse de Beethoven, enlevé avec la même maitrise, le trio monumental de Tschaikofsky, le 1er de Schumann, plusieurs trios de Haydn. Il est d'ailleurs surprenant que les musiciens russes aient au moins autant d'affinité avec la musique française, comme en témoignent le 1er trio de Saint Seans et le merveilleux 1er quatuor avec piano de Faure.


Mozart: Violin Concertos & Sonata
Mozart: Violin Concertos & Sonata
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Splendide version moderne, 23 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart: Violin Concertos & Sonata (CD)
Il existe sans doute une multitude d'enrégistrements des concertos pour violon de Mozart, bien que beaucoup moins que pour les concertos pour piano. Pour ma part, je m'en suis tenu aux disques de Grumiaux, qui me semblent encore aujourd'hui des modèles de grâce et de sensibilité. Depuis, il y a eu des versions intéressantes de Kremer, Perlman, Mintz, Mullova, Vengerov (les deux derniers n'ont pas enrégistré l'intégrale!).
Voici un disque du jeune violoniste Ray Chen, qui a remporté le concours Elisabeth à Bruxelles il y a quelques années. Le moins que l'on puisse donc dire, c'est qu'il a beaucoup de talent. Ce CD est une merveille de par la luminosité et l'élégance de son violon, le soutien de l'orchestre (Schleswig Holstein Music Festival Orchestra) sous la direction de Christoph Eschenbach, chef qui a beaucoup joué Mozart en tant que pianiste. Nous le retrouvons d'ailleurs au piano dans la sonate pour violon K 305.
La seule critique - mineure - que l'on puisse probablement faire à Chen, ce sont les cadences qu'il a écrites. Elles sont généralement trop longues et de ce fait, elles s'écartent quelque peu de Mozart.
Dernièrement, ce qui frappe de façon agréable, c'est la superbe prise de son, surtout dans les deux concertos.


Yuri Egorov - Une Vie en Musique
Yuri Egorov - Une Vie en Musique
Prix : EUR 40,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Précieux, 16 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yuri Egorov - Une Vie en Musique (CD)
Ce coffret est précieux à plus d'un égard. Il nous rappelle le jeune et regretté pianiste Youri Egorov, disparu à l'âge prématuré de 33 ans. Puis il présente quelques inédits live qui dormaient dans les archives de la radio hollandaise et dont on n'espérait plus de les voir reportés en CD. Il s'agit par exemple du 1er concerto de Brahms, du 3ème concerto de Beethoven et du 2nd concerto de Chopin. Ils sont tous joués avec ce toucher fin et plastique qui ne manquait pourtant pas de force. C'est admirable qu'Egorov ne forçait jamais le son. Pour ma part, il y avait aussi quelques surprises, comme le 2nd concerto de Brahms, dont je savais qu'Egorov le jouait, mais j'ignorais qu'il en restait des traces! Ensuite la "Truite" de Schubert, jouée lors de sa dernière apparition au Concertgebouw (lors de laquelle il a également joué les Moments Musicaux du mêne compositeur) et quand il se savait condamné par le sida.

Malgré l'inestimable valeur de ces enrégistrements, on peut regretter que le coffret soit loin d'être complet. On aurait pu sortir au moins dix CD de plus, compte tenu de ce qui reste encore dans les archives de la radio hollandaise. Il y a par exemple le 1er concerto de Tschaikofsky (2 versions, dont une avec l'Orchestre du Concertgebouw sous la direction d'Antal Dorati), le 2nd concerto de Saint Seans qui auraient constitué d'autres nouveautés dans la discographie du pianiste. Ensuite, il y a d'autres versions du 1er concerto de Brahms et de la Rhapsodie sur un thème de Paganini, puis des recitals avec les Kreisleriana et la Fantaisie de Schumann, les deux livres de Preludes de Debussy, des oeuvres de Chopin, la sonate D 784 de Schubert. Il doit même y avoir les Miroirs de Ravel..

Finalement, une bizarrerie: au 3ème concerto de Tschaikofsky, joué dans la version complétée par Taneyev il manque la fin, c'est à dire les dernières mesures. Bizarre, car je possède à la maison un enrégistrement, capté de la radio qui est bel et bien complet et qui a été diffusé par la même radio hollandaise. On aurait pu m'appeler et je l'aurais volontiers prêté...

Il est donc à espérer qu'on nous rendra les autres documents, pour que nous gardions un souvenir encore plus complet de ce pianiste émouvant!


Piano Sonatas Opp 109 & 110 & 111
Piano Sonatas Opp 109 & 110 & 111
Prix : EUR 20,74

5.0 étoiles sur 5 Pourquoi ce pianiste n'est-il pas mieux connu?, 27 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Piano Sonatas Opp 109 & 110 & 111 (CD)
Annti Siirala a gagné le concours de Leeds (si je ne m'abuse), ce qui est généralement une bonne garantie si nous tenons compte de quelques prédécesseurs: Alexeev, Lupu, Perahia.... Pourtant, et c'est bien inexplicable, son nom n'est guère connu et c'est bien un tort. J'ai entendu ce pianiste une fois en récital, lors duquel il a présenté des styles bien différents: Beethoven, Chopin et les superbes variations opus 10 de Szymanovsky, tous joués avec une technique et surtout une sûreté de style étonnantes. C'était bien plus qu'un pianiste doué, c'était un artiste. Impressionner dans le tryptique d'opus 109, 110 et 111 de Beethoven aprés tant de grandes versions tout en ayant sa propre vision, on dirait que cela tient de l'impossible. Mais le pari est gagné et de quelle façon! Que ce pianiste puisse retrouver le chemin de studios et qu'il joue plus en concert, car on redemande de cette classe!


Mozart: Klavierkonzerte 20 & 25 (Live) [+digital booklet]
Mozart: Klavierkonzerte 20 & 25 (Live) [+digital booklet]
Prix : EUR 8,49

41 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dernière rencontre de deux géants, 15 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart: Klavierkonzerte 20 & 25 (Live) [+digital booklet] (Téléchargement MP3)
Martha Argerich a dit plus qu'une fois que Mozart lui "filait des complexes", qu'elle entretenait une relation "ambivalente avec son oeuvre" et qu'elle croyait son jeu "ennuyeux" dans ce compositeur. Pourtant sa musique l'a accompagnée lors de toute sa vie, puisque la petite Martita jouait son concerto en ré mineur au cours de son premier concert officiel, à 8 ans au Theatro Colon à Buenos Aires. Depuis, elle a donné son concerto en si bemol K 456 en compagnie de Jochum, de fort belle manière et le grand do majeur K503 à Amsterdam, capté live par EMI. Peu après, elle a joué ce dernier concerto avec Kubelik et l'Orchestre Philharmonique de New York et le célèbre critique Harold Schonberg du New York Times a qualifié le jeu d'Argerich de "plutôt superficiel". La pianiste a confié lors d'une interview avec Dean Elder à quel point ce commentaire l'avait bouleversée. Cela l'a probablement amenée à abandonner Mozart en public, mis à part quelques sonates pour piano à quatre mains et celle pour deux pianos avec des partenaires différents.

C'est vrai que Beethoven, Chopin, Liszt, Schumann, Tschaikofsky, Rachmaninov et Ravel sont plutôt le "fief" d'Argerich, mais est-elle pour autant une mozartienne à côté de la plaque? Bien sûr que non, elle est bien trop intelligente pour qu'elle ne soit pas non plus une mozartienne convaincante. Et voilà, c'est chose faite dans cet enrégistrement, qui est hélas le dernier du chef Claudio Abbado. Il n'est pas pour peu dans cette réussite et nous savions bien entendu que toutes les rencontres précédentes entre le chef et la pianiste constituaient autant d'évenements, ainsi que leurs disques qui n'ont jamais été absents des catalogues.

J'ai eu le grand privilége d'avoir assisté au concert lors duquel ils ont joué K 503, l'année dernière à Luzerne. C'était un concert étonnant, non seulement à cause des musiciens (Argerich venait d'annuler le concert le jour d'avant et j'étais plus ou moins sûr qu'elle ne devait pas jouer, jusqu'à ce que j'aie vu ses CD dans le hall de la salle..),mais aussi à cause de l'acoustique superbe de la salle! Abbado avait l'air fragile, mais il dirigeait avec une force étonnante, l'orchestre brillait de mille feux...et Argerich semble simplement heureuse de retrouver un vieil ami, son Mozart ne semble à nul autre, la différence entre cet enrégistrement et celui que réalisait Abbado quelques années avant de K 466 avec Pires et le même orchestre est on ne peut plus grande! Le Mozart d'Argerich est chantant, on admire la beauté de sa sonorité et un phrasé toujours pétulant d'intelligence. Dans les mouvements rapides, elle semble s'amuser comme une chatte qui joue avec sa pelotte. L'orchestre lui donne la plus belle réplique.
Par rapport au K 503 d'Amsterdam, la pianiste semble plus sereine, bien qu'elle sorte ses griffes parfois. Son K 466 avec Abbado convainc nettement plus que celui, precedent, avec Rabinovich, l'un des peu de disques de la pianiste que je n'aime vraiment pas, où elle semble (trop) impétueuse et où on sent presque qu'elle veut en finir le plus rapidement possible.

Bref, ce disque constitue un souvenir touchant d'un concert mémorable auquel j'ai eu le grand plaisir d'assister et il perpétue le souvenir d'une rencontre miraculeuse entre deux musiciens d'exception!


Bloody Daughter (Portrait intime de Martha Argerich et Stephen Kovacevich)
Bloody Daughter (Portrait intime de Martha Argerich et Stephen Kovacevich)
DVD ~ Chopin
Prix : EUR 18,00

4.0 étoiles sur 5 Un film sur Argerich l'insaisissable, 9 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bloody Daughter (Portrait intime de Martha Argerich et Stephen Kovacevich) (DVD)
Les fans d'Argerich (dont je suis) devraient se frotter les mains: la grande pianiste, vue par sa fille cadette, Stéphanie. Qui d'autre pourrait s'approcher de la femme, qui a été qualifiée maintes fois comme tigresse, lionne, cyclone, ouragan, force de la nature, sauvageonne, monstre sacrée... D'une pianiste de génie qui se livre peu en dehors de son piano (bien qu'elle ait permis Gachot de la filmer, ce qui nous a valu un DVD assez spécial), qui semble détester avoir affaire à la presse (bien qu'il existe pas mal d'interviews alors qu'il y a des pianistes dont il n'en existe aucune, récente, par exemple Lupu), et qui reste, même 50 années plus tard, pour beaucoup de ses fans un mystère.

Ce film laisse des souvenirs parfois mitigés: le spectateur se sent parfois un voyeur: je me souviens que les premières images m'ont fait froncer les sourcils: on voit Stéphanie dans un lit d'hôpital sur le point d'accoucher et un rien plus tard, on voit Argerich aussi, le regard inquiet... Il y a plus d'extraits où le spectateur risque de se demander:"Est-ce que je suis censé voir ceci?", des images qui nous peinent parfois. Nous voyons Argerich déprimée, regrettant qu'elle ne profite pas assez de la vie (malgré les encouragements de son manager) ou au moment où elle ne se sent vraiment pas prête pour entrer sur la scène d'une salle japonaise et quelques minutes plus tard, la magie argerichienne opère une fois de plus....D'autre part, ces impressions nous montrent une artiste dans toute sa fragilité et relativisent quelque peu le cliché de l'artiste qui ne fait qu'annuler ses concerts.

Nous voyons aussi des extraits de conversations d'Argerich avec Stéphanie, mais aussi avec ses deux autres filles Annie et Lida. Elle (= Argerich) raconte combien il a été difficile d'avoir perdu la tutelle de sa première née. Parfois, elle dit des choses inattendues, par exemple qu'elle se "voit" toujours comme quelqu'un de plus jeune (et non de 70 ans, son âge au moment du tournage du film)..

Mais au final, est-ce que ce document donne une réponse à de nombreuses questions de ses fans? Probablement pas ou pas souvent...il est frappant de l'entendre dire pas mal de fois, parfois après de longs silences ou de regards songeurs: "Je ne sais pas..." ou "Je ne peux pas expliquer". Comme dans le film de Gachot, beaucoup réside dans le non-dit. Elle s'exprime finalement assez peu et se cache soit derrière sa chevelure grise, soit derrière un sourire mystérieux. Et c'est peut-être tant mieux, car c'est au piano qu'elle nous montre le mieux sa personnalité. Argerich est probablement la meilleure incarnation de ce disait jadis Roland Barthes: "La musique va au-delà de l'incommunicable, comment l'expliquer?"

Ce qui fait le prix de ce film, ce sont évidemment les extraits de concerts ou de répétitions, comme celle où elle travaille le 1er concerto de Chopin. La camera la surprend quand elle dit au chef à propos du dernier mouvement: "Je voudrais faire autre chose, mais je ne sais pas quoi. De toute façon, en concert, je jouerai beaucoup plus vite!". Le bonus (de taille) nous montre le 1er Concerto de Chopin et nous prouve, si besoin était, que cette pianiste aux ressources illimitées est capable de signer une interprétation originale et vivante, même après des centaines d'interprétations précédentes. Le film est d'autant plus intéressant qu'elle avait repris le concerto assez peu de temps avant après l'avoir inexplicablement - voilà encore un autre mystère -laissé de côté. pendant une dizaine d'années...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6