undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères
Profil de Leather DeBoeuf > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Leather DeBoeuf
Votes utiles : 7434

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Leather DeBoeuf "Qui lie délivre" (Jackson Bay (NZ))

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Les Silences de Thalès
Les Silences de Thalès
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Silence on pleure, silence on rit, silence on meurt, silence on vit, 13 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Silences de Thalès (Format Kindle)
Ce nouveau roman d'Hélène Louise est son premier roman contemporain : pas de fantasy, pas de fantastique, pas de science fiction. On a ici affaire à une comédie romantique funéraire à la première personne, au cours de laquelle on va suivre de près les émois d'une jeune fille aussi maladroite qu'attachante, Thalès. Sans oublier toute sa famille élargie, dans une galerie de personnages souvent atypiques mais crédibles et positifs.

Ce premier roman contemporain est porté par un thème très fort et souvent escamoté dans la littérature jeunesse : le deuil. Ce serait bête de dire que c'est un sujet qui touche l'auteure, car si il y a un sujet universel qui touche tout le monde, c'est bien celui là. Par contre, on peut affirmer sans l'ombre d'un doute que c'est le livre dans lequel l'auteure s'est le plus livrée (ou délivrée) à ce jour. Ce n'est peut être qu'une impression, liée à la narration à la première personne ou au choix perspicace des épigraphes, tous remarquables et tous en lien direct avec le contenu du chapitre qui les suit. Une sélection incroyable de pertinence et d'impact qui, sans rehausser le contenu de l'ouvrage (celui ci n'en ayant nul besoin) prouve l'énorme soin pris à la rédaction de ce récit.

Le récit parlons en : on y retrouve toute les qualités narratives de l'auteur, la douceur de sa plume, son refus de la laideur et de la violence, la qualité psychologique Austinienne de ses personnages, son humour délicat. Au niveau du ton, on navigue entre Woody Allen (pour la légèreté, l'intelligence, l'humour et la lucidité existentielle) et Eric Rhomer (pour la romance, la qualité des dialogues et la légèreté). Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, et le livre est souvent très émouvant sans jamais, mais alors jamais, sombrer dans le pathos. De temps en temps, un éclair émotif vient frapper l'oeil du lecteur, ce qui déclenche une humidification passagère de sa cornée, mais cela ne nuit pas à la poursuite de sa lecture.
J'avoue toutefois que la fin du roman, centrée sur les amis et les amours de Thalès m'a moins intéressé que le début du livre. Mais c'est parce que je ne suis plus un adolescent (depuis peu) et que j'étais naturellement plus attiré par les personnages adultes du livre et par les aventures de la petite Goth.
Au final : une très belle tranche de vie, légère, réaliste, délicate, un éclairage positif et clairvoyant sur les choses de la vie, à partager sans retenue avec un public orienté "jeunesse".

Signalons au passage qu'une licorne a vomi sur la couverture du livre. ^^
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : May 25, 2016 8:00 AM MEST


OFFRE LOGEMENT CONTRE MENUS SERVICES: Volume 1
OFFRE LOGEMENT CONTRE MENUS SERVICES: Volume 1
Prix : EUR 0,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Sévices compris, 5 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : OFFRE LOGEMENT CONTRE MENUS SERVICES: Volume 1 (Format Kindle)
Au début de ma lecture, alléché par une extrait plein de fraîcheur et agréable à lire, je tendais un peu le dos, je m'attendais à un "Soixante nuances de fouet" ou à un catalogue des boites spécialisées dans le bondage de la capitale. Si ce thème est bien présent, il ne constitue qu'un détail (important) du livre, pas son nerf central. D'ailleurs le roman est très pudique : amateurs (et amateuses) de scènes cochonnes, passez votre chemin, vous n'avez pas pris le bon embranchement sur l'autoroute de la luxure. (D'ailleurs il y a un indice : il n'y a pas de mâle viril avec plein de petites bosses sur le ventre en couverture).
Ce roman n'est pas non plus une romance entre une oie blanche et un gentil pervers. (Remarquons au passage que les pervers sont ces temps ci de jeunes hommes riches et beaux, bien nés, bien éduqués. Mais tout le livre est là pour nous apprendre que les pratiques du Monsieur ne sont pas aussi abominables qu'un garçon dans mon genre pourrait le supposer, éduqué sévèrement que je le fus dans des institutions catholiques dont chacun connait la droiture et la probité en matière de sexualité.)
Non, c'est avant tout l'histoire d'une héroïne attachante, étudiante en art issue d'un milieu modeste qui "monte" à Paris pour ses études, et qui fait un deal assez particulier pour se loger. Et qui va beaucoup mûrir au cours de ses deux années Parisiennes. J'ai beaucoup aimé le ton du récit, et en particulier la partie consacrée au second logeur, particulièrement touchante.
Le livre est très agréable à lire, très bien mené et très bien corrigé. J'ai beaucoup aimé le style et le rythme du récit. Au tiers du récit, alors que je pensais encore qu'il allait partir en vrille dans la complaisance et le voyeurisme, je me disais même que ce livre aurait pu être édité par une grande maison d'édition, tant il était bien écrit et dans l'air du temps. En fait il est bien écrit et intelligent, ce qui n'en fait pas un candidat naturel à l'édition classique.
Bon, le livre a aussi à mes yeux de menus défauts : il est censé se dérouler dans les milieux artistiques Parisiens et on n'y parle pour ainsi dire jamais d'art dans le détail, ce qui aurait pu ajouter une valeur culturelle au livre, sans en faire des tonnes. Le twist final, s'il a pu surprendre certains lecteurs, est pourtant trop facile à anticiper. Enfin, et c'est ce qui ne me motive pas à lire la suite, les enjeux du roman sont pour moi un peu trop ténus, éloignés qu'ils sont de mes centres d'intérêts habituels.
En conclusion, j'ai bien aimé ce livre, dont je ne suis pourtant pas un bon représentant du lectorat potentiel. Je le conseille à tous les amateurs (et amatrices) de romans sentimentaux intelligents. Surtout ceux qui ne sont pas intéressés par les descriptions cliniques des ébats amoureux des protagonistes, ni par la taille et les références précises des ustensiles utilisés.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (9) | Permalien | Remarque la plus récente : May 8, 2016 10:02 PM MEST


Home World (Undying Mercenaries Series Book 6) (English Edition)
Home World (Undying Mercenaries Series Book 6) (English Edition)
Prix : EUR 4,49

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Aussi drôle que jubilatoire, le meilleur Space opéra du moment, 1 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Home World (Undying Mercenaries Series Book 6) (English Edition) (Format Kindle)
Après deux tomes toujours très agréables à lire mais assez répétitifs (Machine World et Death World) , BV Larson renoue avec l'excellence : ce sixième tome des aventures de James Mc Guill est électrisant, branché qu'il est en permanence sur le 380 Volts.
C'est de la SF militariste, qui passe par tous les passages obligés du genre (le héros prend régulièrement du galon...) mais c'est surtout très drôle, très rythmé, intelligent, du grand art !

La légion Varus et l'inénarrable Mc Guill, désormais élevé au grade d'Adjunct (pour Adjudant ou Lieutenant) doivent faire face à une menace terrible : c'est désormais notre bonne veille Terre qui est sous le feu ennemi (et quel ennemi !). Bien entendu la garce Galina Turov, l'horrible méchant Claver et tous les autres personnages de la série sont bien présents, pour le plus grand plaisir du lecteur.
Les personnages sont nombreux, mais tous très bien caractérisés, un des point fort de cette série, avec son ton sarcastique à la première personne. Ce personnage principal, séducteur, tête brûlée, génie de l'improvisation, menteur comme un arracheur de dent, rebelle à toute autorité, est absolument impayable.
J'ai essayé d'autres séries de cet auteur (très productif) : je n'y ai jamais retrouvé l'inventivité, l'intelligence, l'humour et le sens of wonder des Mercenaires Increvables. Il faut dire qu'en comparaison de cette série géniale, tout semble grossier, fade et sans relief...
La fin du livre est très réussie, on sort du cadre de l'aventure spatiale militaire pour atteindre des sommets inexplorés jusqu'alors dans cette série, et ça sonne juste.

C'est cette série ci qu'il faut lire si vous aimez la SF marrante, électrisante, pleine d'idées géniales et totalement dénuée d'autre ambition que celle de divertir ses lecteurs.
J'ai adoré ce sixième volet, si vous avez été comme moi un peu déçus par les tomes 4 et 5 allez y sans crainte, vous retrouverez l'intensité et la créativité des trois premiers volets.

Vivement la suite !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 2, 2016 7:22 PM MEST


Une affaire de famille (Rossetti & MacLane t. 3)
Une affaire de famille (Rossetti & MacLane t. 3)
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Ça patine dans la frite, 22 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une affaire de famille (Rossetti & MacLane t. 3) (Format Kindle)
Si ce troisième volume de la série débute dans la lignée des deux premiers (un honnête divertissement), il souffre d'un problème de vraisemblance et d'un problème de justesse (surtout pour ce qui concerne la réaction initiale des parents d'Amandine aux événements). Pourtant, pris individuellement tout ce qui se passe dans ce livre est du domaine du possible. Mais globalement on est en manque de crédibilité et la conclusion du livre renforce cette impression. Un peu trop too much à mon gout.
Seule la découverte de Bruxelles et de ses spécialités locales est plutôt réussie. Ça m'a une nouvelle fois fait penser à du SAS de ce point de vue.
Le fait que les deux protagonistes soient tombés dans les bras l'un de l'autre à la fin du second volet retire également de l'intérêt à leurs aventures. Les séries américaines qui jouent sur ce registre (Bones par exemple) mettent toujours énormément de temps avant de franchir le rubicond car leurs auteurs savent qu'il est beaucoup plus facile de maintenir la tension du récit avec des partenaires qui se tournent autour plutôt qu'avec des partenaires qui se sautent dessus.
Ça reste néanmoins une bonne auto-publication, correctement écrite, correctement relue, c'est un ouvrage décent : il ne m'a pas plu mais il n'a rien d'infamant.
Ce n'est peut être qu'un petit incident de parcours, je tenterai de lire le suivant.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (14) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 30, 2016 10:27 PM MEST


Une enquête cannoise (Rossetti & MacLane t. 2)
Une enquête cannoise (Rossetti & MacLane t. 2)
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un bon petit polar à l'ancienne, 17 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une enquête cannoise (Rossetti & MacLane t. 2) (Format Kindle)
Cette seconde aventure des aventures de Gabriel Rossetti et Amandine Mc Lane est dans la lignée du premier épisode : un polar à l'ancienne rythmé, léger, agréable à lire. La romance entre les deux protagonistes principaux est plutôt finement menée.
L'intrigue policière n'est pas révolutionnaire, loin de là, mais c'est assez habilement conduit pour remplir son office : le divertissement du lecteur.
Les personnages sont bien caractérisés et restent un des points forts de l'auteur. Le dénouement est peut être un peu sec, une fois encore.
Les connaissances de l'auteur dans le domaine judiciaire et dans l'informatique sont un vrai plus, ça donne de la crédibilité à ses récits.
On peut encore signaler un travail de relecture et de correction très honorable pour de l'auto édition. Seule faute récurrente chez l'auteur : le tic désagréable qui consiste à mettre un interligne à chaque retour à la ligne dans les dialogues, il faut parfois se poser la question de savoir si on est toujours à l'intérieur du dialogue quand c'est le même personnage qui reprend la parole. C'est énervant.
Mais hormis ce détail, c'est du bon divertissement, j'aime bien les personnages, je lirai la suite.


Jeux dangereux (Rossetti & MacLane t. 1)
Jeux dangereux (Rossetti & MacLane t. 1)
Prix : EUR 0,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pas mal..., 16 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeux dangereux (Rossetti & MacLane t. 1) (Format Kindle)
Je suis plutôt étonné par ce livre, je m'attendais à quelque chose de plus aproximatif après avoir lu le premier volet de la nouvelle série de l'auteur (David Atlan), qui m'a semblé bien moins maîtrisé du point de vue narratif.
Ces jeux dangereux, aventures d'un avocat Niçois pur jus dont la cliente, une patronne de start up, soupçonne son mari d'adultère, sont plutôt bien troussés et assez convaincants. C'est une jolie enquête entre Nice et Montréal, avec beaucoup de détails sur le monde judiciaire et sur le monde du jeu vidéo qui sonnent vrai.
Certes l'auteur abuse des dialogues, il y a quelques passages sur le monde du jeu vidéo qui ne sont pas très passionnants, il y a quelques énormités (les proxénètes mafieux Niçois sont décrits comme de charmants personnages aux petits soins pour leurs protégées), et la conclusion du livre, trop précipitée, est en manque de crédibilité. Mais les personnages sont biens maîtrisés, l'intrigue tient bien la route, c'est agréable à lire.

Un bon petit polar auto édité, écrit en bon Français (quelques coquilles, mais rien de dramatique) : de la littérature populaire de qualité à petit prix qui peut vous réconcilier avec l'auto édition.


Le bout du tunnel: David Atlan
Le bout du tunnel: David Atlan
Prix : EUR 2,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un fantasme agréable à partager, 15 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le bout du tunnel: David Atlan (Format Kindle)
Ce récit d'un petit employé d'assurances obligé de travailler la nuit dans une station service pour payer la pension alimentaire de son ex, et qui du jour au lendemain est recruté comme détective par une mystérieuse agence a tout d'un fantasme de collégien.
Mais ce qui aurait pu être un nanard intégral s'avère finalement un bon petit roman populaire à l'ancienne. Car si la prose de l'auteur a beaucoup de défauts techniques, le roman est aussi bourré de qualités.

Déjà la base : ce livre est auto-édité avec grand sérieux : correctement relu, corrigé, très peu de coquilles (je n'en ai vu qu'une !). Un effort dans la mise en page des dialogues serait cependant bienvenue (nombreux retours à la ligne alors que le dialogue n'est pas terminé, probablement un problème de "casse").
C'est malheureux, mais on en vient à féliciter un auteur pour quelque chose qui devrait aller de soi. Mais au vu de ce que l'on se permet de mettre en vente aujourd'hui...

Ce récit est mené à la première personne et présente quelques défauts : on est parfois à la limite du journal intime, le style est lourd, teinté d'amateurisme, souvent maladroit. Le livre souffre d'un abus de monologues, surtout au début. Mais c'est toujours écrit dans un Français correct. Les tournures de phrases sont parfois indigestes, l'emploi (heureusement parcimonieux) du subjonctif sonne souvent faux, mais on ne perd jamais le fil du récit, et c'est bien le plus important. Car plus on avance, plus on a envie de découvrir la suite. C'est un auteur qui ne sera jamais un grand styliste, mais ce n'est pas ce que l'on demande à un auteur de romans populaires.
C'est aussi un récit parfois naïf : il faut que le lecteur accepte l'improbable postulat de départ. Mais là où c'est malin, c'est de faire de Monsieur tout le monde un James Bond en puissance. Une des choses les plus réussies du livre, c'est l'humilité du personnage principal, qui reste toujours en prise avec la réalité et dans lequel il est facile de se projeter.
Si l'on passe sur quelques invraisemblances, quelques facilités, le récit est très bien structuré, ni trop court ni trop long, bien rythmé. Les personnages sont particulièrement réussis, l'auteur évite soigneusement la caricature. Le côté optimiste de l'aventure est un des points forts du récit : le héros reprend gout à la vie au cours de l'aventure, et cette part du livre est très bien restituée. D'ailleurs tout le livre est empreint d'une espèce de douceur bienveillante, comme une bulle hors du temps.
La fin du livre (plutôt réussie) appelle une suite, on est clairement au début d'une série.

A conseiller en priorité aux nostalgiques des romans populaires et à tous ceux qui rêvent un jour de se transformer en agent secret pour qu'enfin on reconnaisse leurs qualités (bien cachées) à leur juste valeur !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 17, 2016 11:30 AM MEST


Urban (Tome 1-Les règles du jeu)
Urban (Tome 1-Les règles du jeu)
par Luc Brunschwig
Edition : Relié
Prix : EUR 13,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bel univers, premier tome intriguant, 13 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Urban (Tome 1-Les règles du jeu) (Relié)
Le dessin est particulier mais d'une grande richesse et au final il colle parfaitement à l'univers. L'histoire est très originale, un univers SF assez opaque mais profond, une intrigue en mode découverte en compagnie d'un garçon de la campagne dont on suit le cheminement dans cette ville où le mensonge et la duplicité semblent omniprésents. Le personnage (virtuel / imaginaire ?) qui le suit est surprenant, les parties "bd dans la bd" sont à mon sens un peu moins réussies, surtout graphiquement.
J'ai trouvé ça intriguant, profond, visuellement très beau. Je lirai la suite.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 13, 2016 11:39 AM MEST


Archos 121D Neon Tablette tactile 12,1" (30,73 cm) (16 Go, Android, 1 Port USB 2.0, 1 Prise jack, Noir)
Archos 121D Neon Tablette tactile 12,1" (30,73 cm) (16 Go, Android, 1 Port USB 2.0, 1 Prise jack, Noir)
Prix : EUR 129,99

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Techniquement à la ramasse mais écran idéal pour la lecture des bd, 13 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je n'ai acheté cette tablette que pour une seule fonction : lire des bd au format électronique en pleine page
Et de ce point de vue je ne suis pas déçu, la qualité d'image est bonne, à condition de respecter un angle de vision précis, car on est en présence d'une technologie dépassée. (Bon à ce prix là, faut pas rêver non plus).
De façon surprenante, cette tablette est également très agréable pour la lecture des e-books : son grand format donne l'impression de lire un livre en grand format et le réglage de l'éclairage permet de ne pas fatiguer l'oeil.
Par contre la tablette est d'une lenteur invraisemblable : au démarrage impossible d'ouvrir le moindre application avant au minimum 5 minutes.
Le chargeur secteur est assez curieux : un petit embout très fin à enfoncer dans la tablette, je doute de la solidité sur le long terme.

A moins d'être comme moi à la recherche d'un écran grand format pour une utilisation très limitée (lecture dans mon cas), je doute que cette tablette convienne aux utilisateurs exigeants.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 15, 2016 10:37 AM MEST


Bad Ass T01: Dead end
Bad Ass T01: Dead end
par Herik Hanna
Edition : Album
Prix : EUR 15,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très amusant, 13 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad Ass T01: Dead end (Album)
Une excellente bd francophone, un Comics de super vilains très marrant, très second degré. Ce qui n'empêche pas un très bon dessin et un vrai scénario.
Mon seul reproche : j'ai découvert cette bd dans sa traduction anglaise, car elle n'existe pas au format électronique en VF. C'est étrange. Surtout que ça revient beaucoup moins cher à l'achat. On est plus à une absurdité près.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20