Profil de T. vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par T. vincent
Classement des meilleurs critiques: 4.721
Votes utiles : 231

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
T. vincent "obdach" (paris, france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Locatelli: 12 Concertos Pour Violon
Locatelli: 12 Concertos Pour Violon
Prix : EUR 54,89

5.0 étoiles sur 5 Quelle grâce !, 9 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Locatelli: 12 Concertos Pour Violon (CD)
Très grand fan de Paganini, de Vivaldi, de Leclair, j'ai souvent entendu parler de Locatelli, lu les comparaisons, les inspirations de chacun l'un sur l'autre, et en dehors du Labyrinthe Harmonique, je ne m'étais jamais vraiment penché sur son oeuvre. Et puis un jour, je prends la partition du labyrinthe harmonique, trouve cela palpitant et hop, je commande l'Arte del violino

Et finalement : je suis très agréablement étonné par la beauté des thèmes de Locatelli, la diversité des sons, et cet habile contraste entre musique délicate et stylée à la Vivaldi/Corelli et les tours de force incrustés par ci par là. Très belle puissance d'évocation d'Elizabeth Wallfisch sur un répertoire si dur, si virtuose (et potentiellement tape à l'oeil). Sa technique ne prend jamais le pas sur le phrasé, la construction des morceaux, et la légèreté de cette musique. Je suis surpris par le beau travail sur les points d'appui, les notes qui ressortent ici et là de la mélodie ou des milliers de double croches.

Les fameux caprices intégrés dans les mouvements rapides sont bien menés par Wallfisch, avec contrastes, grâce, douceur, technicité, comme de la dentelle, comme s'il n'y avait finalement aucune difficulté. Et sans pour autant tomber dans le vaporeux ou le sirupeux. Son archet est précis, parfois violent, âpre, mais le son est clair, distinct, et pas fouillis comme on pourrait le craindre. La difficulté se fait presque oubliée derrière la beauté des thèmes et la finesse que l'on peut retrouver dans l'Estro Armonico de Vivaldi écrite 15 ans avant l'Arte del violino, ou chez Corelli. Comme quoi, Locatelli, tout virtuose qu'il était, ne composait pas au détriment de la finesse.

On retrouve très clairement, dans certains passages des caprices, des sons qui seront chers à Paganini 80 ans plus tard, notamment dans les arpèges (!!!), les sauts de cordes, et les sons aigus. Il est surprenant d'entendre comme le 4ème concerto est très proche du style qu'adoptera plus tard Paganini (arpèges, tierces, emphase, trilles, ...), même si Paganini ne peut se réduire à ses emprunts à Locatelli. Mais ce 4ème concerto est aussi le plus moderne de tout cet opus, se détachant clairement des autres concertos très typiques de leur époque.

Le 12ème concerto "labyrinthe harmonique" est, lui, un bel exemple, de la maitrise de Wallfisch : tout en douceur, elle ne commence pas sur les chapeaux de roues, avec un son agressif, comme d'autres violonistes. C'est doux, limite murmuré, comme une berceuse, progressif, et beaucoup plus plaisant finalement à l'oreille (je me suis débarrassé de mon ancienne version par Kantarow qui agressait le tympan).

Bref, aucun regret sur cet achat, bien au contraire, autant pour Locatelli que Wallfisch. J'ai l'impression de découvrir un recueil jamais publié de Vivaldi. Après, c'est sûr que l'on ne retrouvera pas forcément la profondeur et l'émotion des mouvements lents de Vivaldi (notamment le déchirant larghetto du 8ème concerto de l'estro armonico) ou le tragique du 3ème mouvement de l'Eté.


Social Phobia
Social Phobia
Proposé par ProMedia GmbH
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 préparez le paracétamol, 22 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Social Phobia (CD)
Oumph ! Dioxyde... c'est un mélange du meilleur Suicide Commando (influence que ni Dioxyde ni Suicide Commando ne renient, vu que les deux chantent ensemble sur l'édition russe du cd), du meilleur Agonoize qui commencaient à bien installer leur réputation en 2006), avec un peu de Hocico (mais très léger) et c'est super efficace.

J'avais découvert leur album Torschlusspanik en 2005 suite au remix qu'ils avaient fait pour Hocico (Without a god) et je découvre maintenant Social Phobia avec 5 ans de retard. Petit aperçu de cet opus qui n'a pas pris une ride (et pourrait sortir en 2011) :
- intro helpless : c'est une intro mais ca donne le ton
- words of judas : de la pure bombe en tube, efficace pour les dancefloors, violent et rythmé
- morphine (chemo mix) : sombre, entêtant, peut être ma préférée de l'album
- vida rota : chanson épileptique à la sauce Hocico ou Amduscia
- cae la presion : doublez le paracétamol. Sons saturés, tuage de neurones en série, à la sauce Grendel. Sûrement une des meilleures de l'album avec un rythme survolté.
- aftermath : instrumental
- invasive therapy : c'est du suicide commando toutes époques confondues.
- II M : là, pour le coup, c'est du Hocico !! bonne chanson, sans plus
- money trail : saturations à plein tube, ca me rappelle certains titres du tout premier album de Tumor (notamment stahldepression)...
- geist : mais pourquoi les espagnols chantent en allemand ?? Rythmé comme du Agonoize, ultra efficace, avec des accents à la Stillste Stund, c'est du tube en puissance.

puis les remixes :
- cae la pression (remixé par tactical sekt) : un de mes groupes préférés qui remixe, et c'est du lourd comme tout ce que fait tactical sekt (ou leur double Aslan Faction)
- invasive therapy (remixé par agonoize) : ca va
- vida rota (remixé par Feindfud) : Feindflug ne font jamais dans la dentelle et ici ils ne dérogent pas à la règle.


Femme Fatale
Femme Fatale
Prix : EUR 21,58

10 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Britney tient bon la barre, 31 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Femme Fatale (CD)
Celle que l'on dit à chaque fois enterrée entre deux albums (à croire qu'on prend un plaisir malsain à vouloir voir les stars se planter), revient avec un album qui est très bien produit et reste dans la tête toute la journée.

L'album s'ouvre sur l'énormissime "Till the world ends" qui va faire danser la planète pendant quelques mois, taillé pour les discothèques et qui reste agréablement dans les oreilles.

Le single qui a assuré le lancement de l'album, "hold it against me" n'a pas un couplet refrain très novateurs (ca sonne comme n'importe ancien tube de Britney) mais offre une belle basse tout le long du morceau qui présage des super remixes à venir, et une bonne surprise sur la fin qui tranche avec ce que l'on peut entendre à la radio (le pont dub step comme le dit très justement Michael Mathieu).

"Inside Out", qui pourrait être un peu cucul sur les bords, s'annonce finalement plutôt efficace, avec son chant incisif et tranché et tous les petits bruits très Depeche Mode que l'on entend en arrière fond.

"I wanna go", me rappelle quelques bons moments de Blackout et Circus, et est dangereusement addictif avec ses syllabes répétées à l'infini (oui, ca marche depuis des millénaires ce système).

"How i roll, n'est pas désagréable, ca fait plutôt face b, ou interlude entre deux tubes.

"Drop dead beautiful", alors euh.... ca a tout les ingrédients du tube en puissance, avec un refrain proche de kill the lights de l'album précédent (ahh le recyclage, grillé !!), mais finalement super jouissif.

"Seal it with a kiss", c'est le titre con du cd, pas mémorable. Plaisant mais pas mémorable.

"Big fat bass". Quand Will I Am comprendra t'il qu'on en a marre du nouveau son des black eyed peas !! C'est cheap, répétitif, comme l'album l'album solo de Will i Am et le dernier Black eyed peas (alors que The END était tellement bien) ...

"Trouble for me", j'accroche pas... Sans explication :(

"trip to your heart", c'est au delà du cucul, c'est le pays des Bisounours.

"Gasoline", ce n'est pas Benzin de Rammstein :) Bon, alors voici le copié collé de If you seek Amy, sans grande différence... Depuis "what comes around" de Justin remixé en "Rehab" de Rihanna, on a appris à faire gaffe aux chansons copiées collées ;) Enfin, ca reste très efficace. On verra surement quelques mash up apparaitre dans youtube dans les prochaines semaines entre if you seek amy et gasoline.

"Criminal", la ballade réussie et super bien foutue. L'histoire ne dit pas si c'est le petit dernier de Britney qui joue de la flute traversière pour maman.

"Up 'n down", ouhh que ca me rappelle la dance des années 90, avec ces basses très tranchantes à la 2 Unlimited :) Pas mal, sans plus.

"He about to lose me", anecdotique.

"Selfish", chanté sans passion.

"Don't keep me waiting" ahhh ben voila du son intéressant. Britney a du tomber sur un cd de Ladytron. Une pure bombe.

En bref, un super ultra mega bon album pour 50 %, et le reste pas désagréable.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 4, 2011 12:42 PM MEST


Requiem
Requiem
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 39,95

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 visionnaire et prenant, 24 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Requiem (CD)
Il va être difficile pour moi d'être partial car je suis un immense adorateur de Liszt...

Son Requiem, à ma connaissance pas (ou alors très peu) joué, et existant dans cette unique version, est d'une humilité déconcertante. Dépouillé au maximum, sans fioritures, on passe de tensions dramatiques à des phrases d'une infinie paisibilité, comme dans la partition du Via Crucis pour piano et choeur.

Et pourtant, la composition est d'une architecture étrange, constamment dans la modulation.

Le dies irae, par exemple, est sombre, grave, bien loin du dies irae apocalyptique ou épileptique d'un Verdi ou fiévreux ou âpre d'un mozart. Celui de Loszt est parsemé de moments de contemplation, d'élévation, de repos.

Liszt est peut être l'un des rares compositeurs a avoir compris ce qu'est une messe des morts : on ne tremble pas devant un dieu en colère dans des scènes du jugement dernier comme chez Verdi. Chez Liszt, on est avant tout dans la repentance et l'accès au repos éternel.


Siamese Ltd edition
Siamese Ltd edition
Prix : EUR 20,21

5.0 étoiles sur 5 Enfin !!, 21 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Siamese Ltd edition (CD)
Cela faisait 10 ans que j'attendais que Wumpscut sorte enfin un bon album. Après le génial Boeses Junges Fleisch (1999), Rudi avait du mal à retrouver l'énergie, la créativité et la puissance de tir de ses anciens albums. Wreath of Barbs était pas mal mais n'avait pas la même force que Boeses. Bone Peeler était un ratage complet. Evoke était un peu mieux. Canibal anthem, Body Census, Schädling étaient copieusement ratés.

Et là, pouf ! Voila Siamese : sons violents, bonnes électronique, rythmiques travaillées. Je suis surpris, je suis content, je vous le conseille, achetez le :)


Maya
Maya
Prix : EUR 15,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 la tuerie sonore de l'année, 24 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maya (CD)
M.I.A n'en est plus à son premier pavé dans la mare de l'univers de la musique. Deux premiers albums énormissimes qui ont inspirés de nombreux artistes électroniques, notamment Santogold (qui lorgne aussi du côté de Siouxsie and the Banshees), deux chansons qui ont cartonné pour Slumdog Millionnaire (O Saya, Paper Planes), ...

La revoila pour son 3eme album, avec toute une belle brochette de producteurs : Diplo, Balqstarr, Swith, Rusko, ... avec un son brut, violent (stepping up, born free, meds and feds), parfois plus pop et lisse (xxxo, tell me why va cartonner en concert, space), génialement bordélique et saturé (teqkilla, illygirl), dub (lovalot, it takes a muscle, believer), ou plus proches de son ancien style (story to be told, internet connection).

A acheter de toute urgence, avec Major Lazer et le prochain album de Santogold qui commence à se faire attendre


How To Destroy Angels
How To Destroy Angels
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 9,60

20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 The Great Below is the art of self destruction, 25 juillet 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : How To Destroy Angels (CD)
Ce projet de Trent Renor de Nine Inch Nails avec sa femme Mariqueen Maandig a été critiqué avant même de voir le jour. Dans les critiques les plus entendues "quelle idée a eu Trent Reznor de faire chanter sa femme ? ", ou "ca serait tellement mieux sans elle", "Trent ne sait plus différencier sa carrière musicale et sa vie privée"...
On se croirait dans Voici version metal indus... Quoi qu'il en soit, Trent Reznor est un artiste et un artiste n'a pas à se justifier de ses choix et sur son choix de qui est invité sur ses compositions.

En ce qui concerne l'album lui-même, passée la pochette horrible, on a la chance de tomber sur un très bon crû : les rythmes sont lourds, synthétiques et métalliques comme depuis 1989, les ambiances sont pesantes et la voix féminine ne fera pas passer la violence sourde des morceaux.
- the space between us, qui a bénéficié d'un clip vidéo bien sanglant et david lynchien, nous offre un son très Collide, avec des basses sombres, une rythmique de machine, et la voix de Mariqueen se pose à merveille. On se retrouve dans certains morceaux lents de The Fragile, mais toujours avec cette pesanteur typique de Nine Inch Nails.
- parasite : morceau instrumental avec rythmiques et guitares, bien plaisant, avec des montées en puissance.
- fur lined : un morceau sans grand intérêt...
- BBB (big black boots) : morceau qui me rappelle les longues intro de "the art of self destruction part one" sur Further Down the Spiral, comme une transe industrielle bien foutue.
- the believers : retour au son à la Collide, avec des sons saturés, très atmosphériques.
- a drowning : wow ! rythmiques, piano, on se croirait dans The Great Below, avec une profondeur touchante, un son puissant.

Finalement : un mini album atmosphérique dans la lignée de The Fragile, entre chansons atmosphériques et passages plus saturés, mais toujours avec la patte NIN.

Et non, Mariqueen Maandig ne gache rien du tout. Désolé aux pseudos auto institués puristes.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 28, 2010 2:54 AM MEST


Mamma Mia !
Mamma Mia !
DVD ~ Pierce Brosnan
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 7,87

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 très drôle, 20 avril 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mamma Mia ! (DVD)
Je suis allé voir ce film, assez sceptique et finalement j'ai trouvé cela très drôle et très euphorisant : il remplit le cahier des charges d'une comédie, à savoir divertir sans prise de tête.

La musique est géniale, les acteurs ont un ton excessif jouissif, les couleurs et paysages sont superbes, tout est bien enchainé et fluide, tout est kitsch et cliché à outrance, mais complètement volontaire et assumé. Les retournements de situation sont cousus de fil blanc mais c'est une comédie donc cela ne pose aucun problème.

Meryl Streep est extraordinaire, Pierce Brosnan se révèle le chanteur le plus mauvais de l'univers, on rigole tout le temps (scène culte de "money money money" sur la bateau).

On pourrait regretter certaines scènes créées, on le sent, volontairement pour pouvoir caser une chanson, mais cela est tellement agréable qu'on pardonne tout.

Après tout, il ne faudrait pas oublier que c'est un film créé sur les chansons d'ABBA et non un film à part entière qui aurait des chansons d'ABBA dans sa bande originale. Secondairement, c'est adapté d'une comédie musicale, donc l'histoire était complètement secondaire déjà à la base de l'écriture de ce film.


Sounds of the Universe (Edition limitée inclus DVD)
Sounds of the Universe (Edition limitée inclus DVD)
Prix : EUR 16,74

25 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 le premier raté de Depeche Mode ?, 15 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sounds of the Universe (Edition limitée inclus DVD) (CD)
C'est la première fois que je trouve qu'un album de Depeche Mode est raté... manque d'innovation, mélodies pas du tout accrocheuses, ennui planant pendant l'écoute du cd, même après la dixième fois...

L'album s'ouvre sur un "in chains" mou du genou, un "hole to feed" loin d'être mémorable, "wrong" le single imparable (ouf !!), mélodique et tourmenté (comme la vidéo) mais beaucoup trop court (pourquoi ne pas avoir fait une version album plus longue comme ça avait été le cas pour "it's no good" sur Ultra ??), un "fragile tension" un chouilla plus intéressant que le début du cd mais pas non plus ultra accrocheur, ni mystique, ni moderne, "little soul" et "in sympathy" qui rappellent les pistes les plus ennuyeuses d'Exciter, "peace" qui est plutôt bien écrite pour la partie instrumentale mais pêche gravement au niveau de la voix (hymne sucré et un peu niais), un "come back" qui rappelle un peu trop le premier album solo de Dave Gahan ("Paper Monsters"), un "Perfect" qui commence bien, bouge bien (c'est taillé pour être un single, ça) mais avec une mélodie franchement trop facile pour du Depeche Mode (Martin, tu nous fais quoi là ??), "miles away" sort clairement du lot avec une instrumentalisation super efficace mais une partie vocale pas non plus très accrocheuse, "Jezebel" se voudrait la carrure des morceaux lents de Ultra sans y arriver, et enfin "corrupt" est une bonne chanson mais est malheureusement pompée sur le refrain de la chanson "jezebel" de Recoil (d'Alan Wilder, sorti en 2000, un hasard qu'on retrouve le même titre sur les deux albums ????).

Bref, album affreusement décevant comparé à la noirceur et la complexité d'un Songs Faith and Devotion, la perfection mélodique d'un Some great Reward, le mysticisme d'un Ultra ou d'un Violator et l'ingéniosité d'un Playing the angel ou Music for the masses.

Dommage...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : May 8, 2009 1:26 PM MEST


Sounds of the Universe (Edition double Vinyle inclus CD)
Sounds of the Universe (Edition double Vinyle inclus CD)
Prix : EUR 27,14

2 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 le premier raté de Depeche Mode ?, 12 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sounds of the Universe (Edition double Vinyle inclus CD) (Album vinyle)
C'est la première fois que je trouve qu'un album de Depeche Mode est raté... manque d'innovation, mélodies pas du tout accrocheuses, ennui planant pendant l'écoute du cd, même après la dixième fois...

L'album s'ouvre sur un "in chains" mou du genou, un "hole to feed" loin d'être mémorable, "wrong" le single imparable (ouf !!), mélodique et tourmenté (comme la vidéo) mais beaucoup trop court (pourquoi ne pas avoir fait une version album plus longue comme ça avait été le cas pour "it's no good" sur Ultra ??), un "fragile tension" un chouilla plus intéressant que le début du cd mais pas non plus ultra accrocheur, ni mystique, ni moderne, "little soul" et "in sympathy" qui rappellent les pistes les plus ennuyeuses d'Exciter, "peace" qui est plutôt bien écrite pour la partie instrumentale mais pêche gravement au niveau de la voix (hymne sucré et un peu niais), un "come back" qui rappelle un peu trop le premier album solo de Dave Gahan ("Paper Monsters"), un "Perfect" qui commence bien, bouge bien (c'est taillé pour être un single, ça) mais avec une mélodie franchement trop facile pour du Depeche Mode (Martin, tu nous fais quoi là ??), "miles away" sort clairement du lot avec une instrumentalisation super efficace mais une partie vocale pas non plus très accrocheuse, "Jezebel" se voudrait la carrure des morceaux lents de Ultra sans y arriver, et enfin "corrupt" est une bonne chanson mais est malheureusement pompée sur le refrain de la chanson "jezebel" de Recoil (d'Alan Wilder, sorti en 2000, un hasard qu'on retrouve le même titre sur les deux albums ????).

Bref, album affreusement décevant comparé à la noirceur et la complexité d'un Songs Faith and Devotion, la perfection mélodique d'un Some great Reward, le mysticisme d'un Ultra ou d'un Violator et l'ingéniosité d'un Playing the angel ou Music for the masses.

Dommage...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 18, 2009 9:01 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4