Profil de O. Camilleri > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par O. Camilleri
Classement des meilleurs critiques: 1.156.703
Votes utiles : 54

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
O. Camilleri "djpaillous"
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Le 5e règne
Le 5e règne
par Maxime Chattam
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

10 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Vous n'êtes pas sérieux... si ?, 22 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le 5e règne (Poche)
Actuellement en phase "bouquins de merde", je suis fort ravi.
Quoiqu'un peu ulcéré.

Une chose est sûre : on ne passe pas de "Notre-Dame de Paris" au "5e Règne" sans subir de contrecoup violent. Je m'étonne même de ne pas avoir pris feu dès les premières pages.

Je viens d'achever la lecture de ce roman. Puisque c'est apparemment bien ce dont il s'agit.
Petit mot sur la Postface. Grosso merdo, l'auteur nous dit que si l'on n'a pas cru un mot de son histoire, c'est que nous avons perdu notre âme d'enfant. Étrange façon de s'approprier le lecteur pour une éventuelle suite à l'aventure Chattam (ce qui, malheureusement, ne saurait être le cas pour moi).

Que dire...
Affligeant.
Éventuellement comique, si cela avait été la volonté de l'auteur.
On sent bien, pourtant, la naïveté, l'effort même, de l'auteur à introduire le lecteur dans son histoire, à ouvrir les portes de son esprit pour une totale liberté de pensée cosmique vers un nouvel âge réminiscent.
Ceci dit, cela s'applique uniquement à la préface. Le désenchantement suit bien vite.

Hélas ! Lecture fastidieuse, à presque espérer que les personnages principaux y passent tous à la suite les uns des autres... si seulement le méchant de l'histoire avait un charisme dépassant le niveau d'une huître marinière. Ouais, il s'appelle Korn, et il porte un manteau en cuir ! Il est trop diabolique !
Peu importent leurs histoires de puceaux guerriers des forces du mal millénaires, on se demande plutôt brièvement qui aura le privilège de se taper la belle de l'équipe. Brièvement, car la réponse devient vite évidente. Et au fond, on s'en tape.

L'histoire est fantastique. L'auteur peut donc se permettre de mettre en branle les règles élémentaires de la crédibilité. Mais en abuser, c'est péché.
A noter, le soleil se couchant sur l'océan, ce qui voudrait dire, depuis le Rhode Island, que le soleil se couche à l'est. Mais Edgecombe est une ville pas comme les autres, donc ça peut passer. Et l'ombre de la CIA sur le territoire américain, mandatée pour chercher des ados "faisant des choses bizarres". Mais il faut dire aussi que le FBI était déjà pris, par les "gentils".

Ajouter à cela un style tout pourri (l'auteur a apparemment trouvé la fonction "Synonymes" dans Word, jusqu'à nous pondre un "force réifiante", un "lénifier", un "fouailler", alors que le reste amènerait à porter Bernard Werber aux nues), un certain mauvais goût quand il s'agit de dire le plus simplement du monde qu'un adolescent a vu ses rêves de célébrité exaucés en se faisant découper comme un salami, des vieux réduits à attendre la mort ou faire changer leurs couches, un final à se tordre de rire (d'où ma nouvelle expression, "implorons l'esprit de mamy Lydia !"), des comparaisons douteuses ("le tonnerre grondait comme les canons du débarquement en Normandie", et j'y tiens à celle-là), un imparfait du subjonctif de-ci de-là pour apporter une certaine prestance littéraire (malheureusement vaine - je m'excuse auprès de l'auteur), une vulgarité fastoche (je savais au bout de la cinquième que j'aurais dû compter le nombre de "couilles"), et nous avons là une parfaite daube.

Pompée, comme tout le monde sait, sur le "Ça" de Stephen King. Tout y est : les deux ados méchants ; la garçonne ; le gros ; les indiens ; le terrain vague ; les lance-pierres sont remplacés par des fusils de paintball ; l'asthmatique s'est changé en diabétique. Manquent juste le gang-bang sur Beverly, et un quelconque intérêt pour l'histoire.

Sachant que ce machin a gagné le prix du festival de Gérardmer, c'est à s'en poser de franches questions.

J'avais prévu de me faire plusieurs daubes à la suite (Guillaume Mussot et Dan Brown devaient y passer), mais j'ai eu ma dose, merci !


night moves
night moves

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bluffé!, 30 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : night moves (CD)
Très étonné par l'écoute de cet alboum, sorti quasi inaperçu...
Je l'ai acheté après avoir entendu Power and Glory Part I, sympa mais sans plus, et j'ai eu le plaisir de me rendre compte qu'il s'agissait effectivement d'une des chansons les moins intéressantes de l'alboums tellement les autres la surpassent!
Très jolie voix, sons électros, mélodies allant du suicide au péchu, en passant par la quasi-ballade, en clair j'ai été très agréablement surpris! Laissez-vous tenter, au pire, il y aura toujours quelqu'un à qui vous pourrez l'offrir si vous ne l'aimez pas!


Antony & The Johnsons
Antony & The Johnsons
Prix : EUR 18,89

37 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Subliiime..., 30 juin 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Antony & The Johnsons (CD)
Quel bonheur de pouvoir trouver facilement cet album, grâce au succès de "I am a bird now", qui est une merveille. Je pense même qu'Antony ne peut pas faire mieux que ce dernier opus qui représente le pathétique poussé à son extrème. Poignant, fort, intense.
Donc ce premier album est peut-être moins bien que son successeur, mais ils sont dans la même lignée, on note l'évolution d'un album à l'autre.
Et je pense que tous ceux qui ont apprécié "I am a bird now" peuvent acheter "Secretly Canadian" les yeux fermés, et très vite tellement c'est bon.


Amnesiac
Amnesiac
Prix : EUR 6,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Moins bien que Kid-A, mais quand-même!!, 28 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Amnesiac (CD)
L'écoute de Kid-A m'avait un peu refroidi... Je me demandais à quoi aller ressembler le suivant. J'ai été un peu déçu.
Un an après, je pense que ce sont mes albums préférés.
Tout cela pour dire que même si certains aspects des chansons de RH peuvent paraître bizarre au premier abord, petit à petit elles libèrent ce charme, cette façon de "faire des chansons bizarres"...
Par exemple, "Like Spinning Plates" aurait très bien pu être une chanson simple avec solo piano. Mais au contraire, et c'est là qu'ils sont fort, ils remettent tout en question, mettent des sonorités mécaniques, électriques, qui en rajoutent en émotion, en poésie, en beauté. Cette chanson doit bien être la plus belle que j'ai jamais entendu...
Seul petit bémol: "Morning Bell" qui aurait mieux fait de sortir en face-b car cette version est bien moins jolie que la précédente.
Cet album sert à montrer le passage entre OkComputer et Kid-A. Attendons-nous donc à voir le groupe continuer cette recherche de complexité qui fait que chaque chanson est une sorte de voyage musical.


Des visages des figures
Des visages des figures
Prix : EUR 6,99

4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Que du bon..., 28 avril 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des visages des figures (CD)
Franchement, moi, Noir Désir j'aimais pas du tout. Le coté "ça gueule" me rebutait un peu. Mais cet album... Bon, c'est vrai qu'il est assez difficile à cerner dès la première écoute, mais ensuite: que c'est beau, que c'est bien foutu!
Quand j'entends des chansons comme "l'appartement" ou "des armes", j'ai presque envie de pleurer! (mais j'me retiens...)
Et quant à la dernière "l'Europe", encore une fois quand on arrive à la cerner, il n'y a plus de problème.
Vraiment un grand album.


Kid A
Kid A
Prix : EUR 17,00

2 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Avis mitigé, mais juste., 22 février 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kid A (CD)
Le point positif de cet album est qu'il y a quelques mélodies inoubliables, comme "everything in its right place", ou "idiotheque". Mais le point négatif est qu'il y a aussi des chansons assez rébarbatives, sans dessus-dessous qui semble être fait exprès pour se démarquer des autres groupes... C'est, je le pense, l'album le moins réussi, surtout après un "OK Computer" de rêve, mais certaines chansons rendent l'album appréciable. Il faut l'avoir si on est un fan de Radiohead. Incontournable, intelligente, mais aurait pu mieux faire.


Page : 1