Profil de pierre guillemot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par pierre guillemot
Classement des meilleurs critiques: 860
Votes utiles : 446

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
pierre guillemot
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Merci pour ce moment
Merci pour ce moment
par Valérie Trierweiler
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

47 internautes sur 112 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et alors, l'édition Kindle ?, 4 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Merci pour ce moment (Broché)
J'habite trop loin de mon libraire habituel (10 heures d'avion plus le reste) pour aller commander le livre chez lui. J'espérais le commander en numérique. La version Kindle n'est pas annoncée. Vais-je devoir aller le chercher sur un site pirate ? (je remettrai 5 étoiles dès que j'aurai trouvé (ou acheté) le livre.

Correctif le 5 septembre: Le 4 à 23h TU (le 5 tôt le matin pour moi), l'édition Kindle était disponible, et je l'ai achetée. Un bulletin de vote à 14.99 euros, comme le disait Flamand Rose. Et rien à dire sur la qualité, je n'ai pas encore trouvé de coquille typique de la reprise bestiale d'un livre papier, c'est probablement une "vraie" édition numérique. Les éditeurs français progressent ! Pour la qualité du texte, certes ce n'est pas de la littérature, c'est du témoignage, et ça ne prétend pas, l'auteur n'a sûrement pas eu le temps de repeindre ce qu'elle pense. Je découvre (pas vraiment, j'avais lu les journaux français) que Valérie Trierweiler est une teigne. Son compagnon a intérêt à être à la hauteur, et certes le petit François n'est pas de taille. Anecdote: mes étudiants de l'année dernière (cours de français presse et audiovisuel en maîtrise de langues) connaissaient tous son nom, alors qu'ils hésitaient sur le président de la France (Nicolas ou François ?).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 5, 2014 3:37 AM MEST


Le Royaume
Le Royaume
Prix : EUR 16,99

59 internautes sur 70 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu et la littérature, 1 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Royaume (Format Kindle)
Le Royaume, bien sûr ... "Je te donnerai les clés du royaume des cieux" dit Jésus à Pierre dans l'évangile selon saint Matthieu. Celui qui ne connaît rien à la Bible, les Évangiles, saint Paul, les Juifs, Néron, saint Luc, la Source recueil des paroles de Jésus, et la résurrection aura un peu de mal à suivre au début, et ressortira de sa lecture beaucoup plus savant. Celui qui sait tout (par exemple un lecteur de la Vie de Jésus d'Ernest Renan (excellente édition gratuite pour le Kindle, ne vous en privez pas) se sentira un peu ébranlé dans sa certitude d'avoir compris. Celui qui aime la bonne littérature sera comblé. Le roman est construit par un professionnel: c'est la vie d'un écrivain (les jours ordinaires artisan en scénarios de feuilletons télévisés et autres ouvrages, mais pour qui seul un vrai livre est un travail noble) pendant qu'il écrit sur saint Paul, Luc, Pierre, et quelques autres qui croient que Jésus est ressuscité et construisent cette communauté humaine qui sera un jour l'Église catholique. Le lecteur devra être attentif à chaque phrase pour savoir à quel étage du discours il est: l'Histoire telle qu'on peut la tirer des textes, le roman des héros des origines du christianisme que l'écrivain est en train d'assembler avec son imagination, les pensées et souvenirs et projets de l'écrivain en train de travailler, qui a une femme, des amis, une santé physique et morale. Circonstance aggravante: un des héros du livre est lui aussi un écrivain en train d'écrire un roman à thèse (l'évangile selon saint Luc) après avoir terminé un honnête récit de ses années avec Paul, autre héros (les Actes des apôtres).

Pour le roman des temps évangéliques, Emmanuel Carrère n'est pas le premier, c'est un genre honoré (quand ça s'adresse aux enfants ça s'appelle l'Histoire sainte) et il ne prétend pas faire du neuf; et il réussit, l'histoire tient le lecteur jusqu'au bout. Pour l'étude de ce qu'on sait par les documents historiques, il ne prétend pas remplacer Renan (à qui il rend hommage et qu'il utilise comme s'il était dans son métier de scénariste); il se risque quand même à l'exégèse et démonte le travail d'illusion d'un confrère. Pour le roman de sa propre vie, il se peint en héros moderne tout à fait acceptable, qui cru en Dieu mais ne croit plus, qui essaie d'être bon époux, bon père et bon ami, à qui l'âge a apporté non pas la sérénité, mais l'acceptation de son sort pas si mauvais. Il n'y a pas de doute, il s'aime et voudrait que nous l'aimions; c'est agaçant par moment mais tellement meilleur pour l'âme du lecteur que s'il se plantait devant lui en déchet de l'humanité. Et les "vrais gens" du roman (son ami Hervé qui écrit sur le bouddhisme, son médecin, son épouse, la baby-sitter dingue, son agent, sa marraine, le père Xavier qui lui a prescrit d'écrire chaque jour sur un verset d'Évangile), on aimerait les rencontrer.

Mise en garde: ce n'est pas un ouvrage universitaire, c'est un roman. La "Vie de Jésus" de Renan est entourée d'un nuage de notes; la moindre affirmation renvoie aux textes originaux, aux historiens, aux exégètes qui ont travaillé avant, à la parole de ceux qui sont d'un autre avis. Emmanuel Carrère pourra être pris en flagrant délit de citation illusoire, de reconstruction hasardeuse et de pure imagination. Il prévient le lecteur, mais quelques pages plus loin le lecteur a oublié. Le lecteur sérieux (que je ne suis pas) devrait avoir à côté de lui un Nouveau Testament (plusieurs traductions de préférence) et une Bible annotée (la TOB, version Kindle disponible, moins cher que "Le Royaume"). Le lecteur de bonne volonté se contentera de lire avec attention. Non ce n'est pas un roman de plage, c'est un monde (le Royaume) dont on ne fait pas le tour en une fois. Je vais commencer à le lire une deuxième fois.


Pétronille
Pétronille
Prix : EUR 11,99

22 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un (an) de plus, 20 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pétronille (Format Kindle)
François Mauriac, à quelqu'un qui lui demandait pourquoi il n'écrivait plus de romans, avait répondu :" Oh, j'ai un bon gaufrier, je pourrais continuer de faire ma gaufre tous les ans. " L'année dernière, en lisant "La Nostalgie heureuse", qui se passe en entier dans le monde réel d'une écrivaine installée qui fait honnêtement son travail, en empruntant le parfum de ses livres déjà lus à l'usage des lecteurs fidèles, je me disais qu'elle allait arrêter. Il y en a un autre cette année. Lisons. En commençant celui-ci, j'ai salué le champagne venu du Fait du Prince. Puis la dure vie de l'écrivain au service des ventes de son éditeur comme dans La Nostalgie. Et des personnages qui traversent la page pour ouvrir le chemin au Personnage, complice ou adversaire, avec qui l'auteur dialoguera, et qui l'envahira jusqu'à la destruction finale. Donc tous les composants de la nomenclature d'une machine littéraire signée Amélie Nothomb sont en place. Et, oui, ça fonctionne. J'ai lu jusqu'au bout, j'étais dans le monde d'Amélie et pas à l'ombre de mon kiosque chinois du Jardin du Peuple.

Un avertissement au lecteur qui aime que ça se passe dans la vraie vie: tous les détails sont là, y compris la nécessité de faire pipi entre deux voitures quand on a trop bu du champagne en oubliant les toilettes du bistrot avant de partir, et une biographie aux dates rigoureuses, mais c'est pour mieux le tromper, rien ni personne de ceux qu'il croisera n'a la moindre chance d'exister ailleurs.

Donc j'ai passé une heure et demie délicieuse dans ce livre parce que j'avais lu tout Amélie Nothomb avant. Celui qui n'avait rien lu avant y trouvera un autre charme (ou pas, comment pourrais-je le savoir ?). Il faut l'acheter et le lire.


Nue
Nue
Prix : EUR 11,99

5.0 étoiles sur 5 Emmanuelle déshabillée, 17 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nue (Format Kindle)
Je viens de finir de lire "Undressing Emmanuelle: A memoir", la traduction en anglais du livre (très fidèle à l'original, d'après les bonnes feuilles). C'est Jean Arcelin qui a tenu la plume en français, comme il l'a fait pour Charlotte Valandrey, et il a préservé la fraîcheur du récit. Une femme âgée et apaisée raconte la petite fille, l'adolescente arriviste, la femme, et la star déboussolée qui étaient elle à ce moment-là. Jamais d'apitoiement, pas d'excuses cherchées, jamais de mauvaises paroles sur ceux qui l'ont entraînée dans l'illusion ou ont profité d'elle. C'est un livre très moral. Beaucoup de précision "historique", mais le discours s'élargit ou s'abrège selon les émotions: au cinquantième chapitre (il y en a 99) Sylvia a 22 ans, elle vient de devenir Emmanuelle et ne redeviendra elle-même que vingt ans après, démunie et malade mais vivante. Les amateurs d'érotisme et même de complaisance seront déçus; ce livre a été composé par une Protestante. J'ai beaucoup aimé. Et j'ai lu le livre d'un bout à l'autre avant de lire autre chose, ce qui ne m'arrive pas souvent.


The French Intifada
The French Intifada
Prix : EUR 8,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Vu d'ailleurs, 23 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The French Intifada (Format Kindle)
Rien de plus intéressant pour un Français que de lire un guide touristique, volume "France" écrit par et pour des étrangers (Let's go ou Frommer par exemple). Ce que je ne vois même pas tellement c'est évident, l'étranger le met au centre du sujet. Ce livre est le guide historique et politique d'une affaire complètement française: comment vivent les Maghrébins musulmans dans le pays qui est devenu le leur sans qu'ils le veuillent. L'Algérie, la Tunisie et le Maroc font aujourd'hui partie de la France, ce que l'auteur explique avec candeur, parce que pour lui c'est évident. Les musulmans en France (métropolitaine) n'ont rien à voir avec les Indiens ou les Pakistanais du Royaume-Uni, qui, eux, sont des immigrés. Comme en Palestine, il y a deux populations inassimilables et inséparables. Une fois qu'on a digéré le choc, on peut profiter de cette vision d'un outsider (je dirais bien "extérieur", mais le mot anglais a en français la connotation qui convient), qui explique pour ses lecteurs qu'il existe en France (métropolitaine) une chose appelée "Laïcité" qui oblige à interdire aux femmes de se couvrir la tête et aux lycéennes de porter des jupes longues, et force les autorités publiques à pourchasser la moindre manifestation extérieure d'une conviction religieuse. Et nous qui pensions que la laïcité est un fondement de la république !

A part ça, la déformation du journaliste d'images (l'auteur est documentariste), qui a tendance à croire que ce qui peut être filmé est toute la réalité, l'amène à croire que la Banlieue est peuplée uniquement de musulmans, que la faune de la Gare du Nord représente la population française en plein affrontement sur la frontière de la Ville, que les islamistes qui marinent en prison sont un échantillon représentatif de la population des croyants, et autres amplifications. Il oublie la banalité des voisinages et des familles "mixtes". Mais justement, il faut le lire, parce que c'est la même chose que les militants qui ont quelque chose à y gagner essaient de vendre au citoyen moyen.

Un reproche (ça sera peut-être corrigé à l'occasion de la traduction en français): le démon des détails frappe à chaque page: les fautes d'orthographe dans les noms propres, Adolphe Crémieux devenu catholique, et tout ce que je soupçonne sans avoir la patience de vérifier. Mais ça ne nuit pas à la force du tableau. Il faut lire, et chacun en pensera ce qu'il voudra. Personnellement, je crois qu'il a raison.


A la découverte du fabuleux miracle français: Roman libertarien
A la découverte du fabuleux miracle français: Roman libertarien
Prix : EUR 2,99

Aucun internaute (sur 6) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 La petite tête d'un libertarien, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A la découverte du fabuleux miracle français: Roman libertarien (Format Kindle)
Pas d'illusion: comme oeuvre littéraire, c'est nul. Rien à voir avec Houellebeck qu'un autre commentateur invoque, à tort selon moi. L'histoire est sans intérêt, l'intrigue (c'est un récit de voyage) se déroule sans surprise, les personnages sont des figurines de jeu. Comme roman à thèse, ça manque de dramatisation. Et comme histoire pédagogique, c'est un peu pauvre. Répéter sans cesse "avant - après", ça ne suffit pas, c'est le "comment on a changé" qui serait intéressant. On peut lire cependant (ce n'est pas trop coûteux, ni en argent, ni en temps, ni en matière grise), pour savoir ce qu'il y a dans la petite tête d'un libertarien: pas grand-chose, et sûrement pas de savoir historique, ni d'idées pour l'avenir; pas de quoi faire un militant. Les décroissantistes, au moins, ont un projet; qu'on aime ou pas, il y a de la substance et de quoi discuter. 3 euros. Bah.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 18, 2014 7:07 PM MEST


Comment le voile est devenu musulman
Comment le voile est devenu musulman
Prix : EUR 14,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il n'y a pas de malentendu, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment le voile est devenu musulman (Format Kindle)
Le titre, probablement choisi par l'éditeur, ne dit pas grand-chose sur son vrai contenu, et le "Histoire d'un malentendu" du bandeau rouge est une insulte à l'intelligence du lecteur. Le livre est très au-dessus de ça. Il commence par expliquer que le voile est un objet de théologie pour les chrétiens (Saint Paul, les Pères de l'Eglise) dont les chrétiens modernes essaient de réduire (en vain) l'énormité impossible en essayant de truquer la traduction du grec de l'épître aux Corinthiens, alors que le voile dans le Coran tient presque de l'anecdote historique, ce n'est certes pas un pilier de l'Islam et Allah n'y prête pas grande attention. Une fois lus et compris les deux premiers chapitres (il faut faire un effort), le lecteur est prêt à aborder les deux chapitres historiques, le voile de l'époque coloniale (du statut de l'indigénat aux cartes postales de mauresques nues du début du XXe siècle, en passant par les peintres orientalistes), et les dévoilements de l'indépendance modernisatrice (Kémal Ataturk, Reza Sha, Bourguiba, en passant par le général Salan). Le dernier chapitre, sur le regard (là aussi il faut faire un effort, c'est de la philosophie), déroule le grand renversement qui a mis la Musulmane voilée d'aujourd'hui au centre du monde des images que le Coran condamne. Après ça, le livre est fini, pas d'avenir ni de prescriptions. C'est au lecteur de travailler.

Donc, que le lecteur prévoie de lire plusieurs fois avant d'avoir tout vu; l'auteur sait tout, a tout lu, et ne fait grâce de rien. On pourra lui reprocher d'être resté autour de la Méditerranée, en oubliant les grands pays musulmans de l'Asie de l'Est, là où, très loin de l'Arabie et du pays des patriarches bibliques, la femme commande et possède, tout en priant et en portant le voile; mais c'est loin de nous, et c'est à nous (Européens autrefois colonisateurs et encore chrétiens) que l'auteur s'adresse.

Note technique: il y a des illustrations dans le texte, et un "cahier photos" à la fin. Un jour, les concepteurs de livres numériques comprendront que le lecteur n'a pas la même possibilité d'"ouvrir" à une page qu'avec un livre papier et qu'il faudrait relier l'image à regarder au texte qui en parle. En attendant, les images sont un peu petites, et selon le support Kindle, s'affichent plus ou moins bien. La première image (d'un islamiste barbu assis sur son canapé, tenant par la main son épouse bâchée de noir), qui est au centre du discours de l'introduction, n'est pas dans le livre. La retrouver sur Internet.


Mémoires du Duc de Saint-Simon (Intégrale les 20 volumes) complets et authentiques
Mémoires du Duc de Saint-Simon (Intégrale les 20 volumes) complets et authentiques
Prix : EUR 4,46

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une vieille édition à peu près bien transposée, 12 juin 2014
Pas besoin de dire du bien du duc de Saint-Simon (1675, 1755, contemporain de Louis XIV, du Régent, de Louis XV) et de l'oeuvre de sa vie (il a écrit tous les jours pendant 60 ans). La question est : quelle édition choisir pour le lire ? Si on est riche, La Pléiade, certes. Si on est pauvre ou radin, on se contentera de cette édition numérique, qui est honnête et sans prétention. C'est une reprise de l'édition d'Adolphe Chéruel en 20 volumes (celle de 1856, il a recommencé en 1878), avec l'introduction de son contemporain Sainte-Beuve, qu'on trouve gratuitement (mais pas en ebook) sur Internet. Le texte a donc été prélevé sur le site d'une entreprise de logiciel qui s'en sert pour des démonstrations. Ce qui explique qu'il n'est pas irréprochable, les logiciels de reconnaissance de caractères n'étant pas infaillibles et les correcteurs humains hors de prix, mais il est "suffisamment" bon. La circulation est sans génie mais suffisante; la table des matières est par volume et par chapitre,

Une bonne surprise: les notes d'Adolphe Chéruel sont là, cachées à la fin du dernier chapitre de chaque volume, à peu près bien reliées au texte (là aussi ce n'est pas parfait). Une mauvaise: la table analytique, avec des milliers de noms, de biographies abrégées, et les renvois au texte, qui fait 300 pages dans le volume 20, est absente. Ce sera un gros travail d'établir un texte numérique utilisable. En attendant, le lecteur fervent se procurera le fac-simile PDF sur Gallica, et une tablette de grand format (avec l'appli Kindle) pour le consulter.

Tout ceci pour l'information des amis lecteurs. Comme je disais, c'est un produit honnête. Pour le prix, on n'est pas volé. Toujours pour information: les autres produits proposés, en 20 livres ou moins, contiennent à peu près exactement la même chose, recopié à la même source. Regarder le prix et la commodité de tout avoir en un volume.


Comprendre les temps qui sont les nôtres
Comprendre les temps qui sont les nôtres
Prix : EUR 17,99

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bonnes chroniques du vieux con, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comprendre les temps qui sont les nôtres (Format Kindle)
Lu en livre numérique parce que je suis trop loin des librairies : Paul Jorion est un vieux con (il a le même âge que moi) qui s'est tenu au courant, a fait des quantités de choses intéressantes dans sa vie, sans jamais cesser de se prendre au sérieux. Il a raison; d'autres le prennent au sérieux et ça lui permet de continuer. Il propose qu'on lui envoie des dons pour qu'il continue. Même si l'achat de ce livre est plutôt un don à son éditeur (et à Amazon ici, lui-même n'étant qu'au troisième rang), j'ai donné, parce que je l'aime bien. Quand il a découvert sa future carrière, il faisait un travail d'anthropologue sur le terrain à l'île de Houat (c'est en face de Port-Haliguen, La Trinité sur mer, et Le Croisty; première destination aventureuse du bébé-navigateur). Son livre "Les pêcheurs de l'île de Houat" (Herrman, récemment réédité ailleurs) explique comment on se repère sur la mer sans lire la carte marine, pourquoi les matelots d'un chalutier sont tous cousins, et plein d'autres choses passionnantes auxquelles les objets de l'étude n'avaient jamais pensé.
Le livre dont je parle continue de faire des quantités de réflexions sur ce qui se passe, ce que ça lui rappelle, ce qu'il faut en penser. Lire l'extrait donne une très bonne idée de ce que c'est, parce que ça continue pareil après la fin provisoire ("achetez-le maintenant"). Si vous avez aimé, ne vous en privez pas.


Vers une société d'abondance frugale : Contresens et controverses de la décroissance (Les Petits Libres t. 76)
Vers une société d'abondance frugale : Contresens et controverses de la décroissance (Les Petits Libres t. 76)
Prix : EUR 3,49

4.0 étoiles sur 5 Il faut lire les militants, on s'instruit, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Serge Latouche n'est pas un jeune instruit qui vient de découvrir la vérité et veut la faire partager. Il est assez vieux pour avoir des souvenirs d'avant l'abondance, et même du temps de la pénurie (il est né en 1940). Il sait beaucoup de choses, il a eu le temps de réfléchir, et il aime expliquer. Il est très convaincant quand il explique que "ça" (la consommation matérielle toujours croissante) ne peut pas continuer indéfiniment. Il place le moment du grand basculement vers une nouvelle pénurie en 2050 (quand j'étais au lycée, on disait 1985, mais c'était autrefois). Il devient très instructif quand il expose le plan de "décroissance". Pour la consommation: rationner et réprimer les excès. Pour la démographie: rêglementer le droit d'avoir des enfants. Quand on a fini son livre, on est prêt à entrer dans une société nouvelle, pas très éloignée de l'Utopie de Thomas More (qu'il connaît sûrement, mais qu'il se garde bien de citer): le citoyen vit heureux dans l'abondance collective et la pauvreté individuelle, et ne pense pas à l'inquisition totalitaire, à la vertu obligatoire, aux punitions qu'il faudra instituer, c'est inévitable (l'auteur n'insiste pas).

Quant aux révolutions en cours qui risquent de rendre son discours non pertinent, comme la décroissance virtuelle de la population mondiale, largement engagée et déjà visible dans la moitié du monde, et l'alphabétisation universelle presque réalisée, qui rendra les travailleurs des pays encore pauvres aussi productifs que les Vietnamiens ou les Français, l'auteur n'en parle pas.

De retour dans le monde réel, le lecteur regarde autour de lui si le Lénine de ce projet est né et milite déjà. Il se demande si le projet de Mao Zedong de la "petite aisance pour tous" (en partant d'un monde en pleine famine) se compare à l'"abondance frugale" (en partant d'un monde encombré de produits) du projet du Parti décroissant. Personnellement, si je vois que quelque chose se met en place avec des chances de succès, j'entre au Parti; ce sera un moyen de faire partie des privilégiés du nouveau monde.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12