Profil de Client Amazon > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Client Amazon
Classement des meilleurs critiques: 794
Votes utiles : 525

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Client Amazon
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
Comment le voile est devenu musulman
Comment le voile est devenu musulman
Prix : EUR 14,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il n'y a pas de malentendu, 12 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment le voile est devenu musulman (Format Kindle)
Le titre, probablement choisi par l'éditeur, ne dit pas grand-chose sur son vrai contenu, et le "Histoire d'un malentendu" du bandeau rouge est une insulte à l'intelligence du lecteur. Le livre est très au-dessus de ça. Il commence par expliquer que le voile est un objet de théologie pour les chrétiens (Saint Paul, les Pères de l'Eglise) dont les chrétiens modernes essaient de réduire (en vain) l'énormité impossible en essayant de truquer la traduction du grec de l'épître aux Corinthiens, alors que le voile dans le Coran tient presque de l'anecdote historique, ce n'est certes pas un pilier de l'Islam et Allah n'y prête pas grande attention. Une fois lus et compris les deux premiers chapitres (il faut faire un effort), le lecteur est prêt à aborder les deux chapitres historiques, le voile de l'époque coloniale (du statut de l'indigénat aux cartes postales de mauresques nues du début du XXe siècle, en passant par les peintres orientalistes), et les dévoilements de l'indépendance modernisatrice (Kémal Ataturk, Reza Sha, Bourguiba, en passant par le général Salan). Le dernier chapitre, sur le regard (là aussi il faut faire un effort, c'est de la philosophie), déroule le grand renversement qui a mis la Musulmane voilée d'aujourd'hui au centre du monde des images que le Coran condamne. Après ça, le livre est fini, pas d'avenir ni de prescriptions. C'est au lecteur de travailler.

Donc, que le lecteur prévoie de lire plusieurs fois avant d'avoir tout vu; l'auteur sait tout, a tout lu, et ne fait grâce de rien. On pourra lui reprocher d'être resté autour de la Méditerranée, en oubliant les grands pays musulmans de l'Asie de l'Est, là où, très loin de l'Arabie et du pays des patriarches bibliques, la femme commande et possède, tout en priant et en portant le voile; mais c'est loin de nous, et c'est à nous (Européens autrefois colonisateurs et encore chrétiens) que l'auteur s'adresse.

Note technique: il y a des illustrations dans le texte, et un "cahier photos" à la fin. Un jour, les concepteurs de livres numériques comprendront que le lecteur n'a pas la même possibilité d'"ouvrir" à une page qu'avec un livre papier et qu'il faudrait relier l'image à regarder au texte qui en parle. En attendant, les images sont un peu petites, et selon le support Kindle, s'affichent plus ou moins bien. La première image (d'un islamiste barbu assis sur son canapé, tenant par la main son épouse bâchée de noir), qui est au centre du discours de l'introduction, n'est pas dans le livre. La retrouver sur Internet.


Mémoires du Duc de Saint-Simon (Intégrale les 20 volumes) complets et authentiques
Mémoires du Duc de Saint-Simon (Intégrale les 20 volumes) complets et authentiques
Prix : EUR 4,64

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une vieille édition à peu près bien transposée, 12 juin 2014
Pas besoin de dire du bien du duc de Saint-Simon (1675, 1755, contemporain de Louis XIV, du Régent, de Louis XV) et de l'oeuvre de sa vie (il a écrit tous les jours pendant 60 ans). La question est : quelle édition choisir pour le lire ? Si on est riche, La Pléiade, certes. Si on est pauvre ou radin, on se contentera de cette édition numérique, qui est honnête et sans prétention. C'est une reprise de l'édition d'Adolphe Chéruel en 20 volumes (celle de 1856, il a recommencé en 1878), avec l'introduction de son contemporain Sainte-Beuve, qu'on trouve gratuitement (mais pas en ebook) sur Internet. Le texte a donc été prélevé sur le site d'une entreprise de logiciel qui s'en sert pour des démonstrations. Ce qui explique qu'il n'est pas irréprochable, les logiciels de reconnaissance de caractères n'étant pas infaillibles et les correcteurs humains hors de prix, mais il est "suffisamment" bon. La circulation est sans génie mais suffisante; la table des matières est par volume et par chapitre,

Une bonne surprise: les notes d'Adolphe Chéruel sont là, cachées à la fin du dernier chapitre de chaque volume, à peu près bien reliées au texte (là aussi ce n'est pas parfait). Une mauvaise: la table analytique, avec des milliers de noms, de biographies abrégées, et les renvois au texte, qui fait 300 pages dans le volume 20, est absente. Ce sera un gros travail d'établir un texte numérique utilisable. En attendant, le lecteur fervent se procurera le fac-simile PDF sur Gallica, et une tablette de grand format (avec l'appli Kindle) pour le consulter.

Tout ceci pour l'information des amis lecteurs. Comme je disais, c'est un produit honnête. Pour le prix, on n'est pas volé. Toujours pour information: les autres produits proposés, en 20 livres ou moins, contiennent à peu près exactement la même chose, recopié à la même source. Regarder le prix et la commodité de tout avoir en un volume.


Comprendre les temps qui sont les nôtres
Comprendre les temps qui sont les nôtres
Prix : EUR 17,99

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bonnes chroniques du vieux con, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comprendre les temps qui sont les nôtres (Format Kindle)
Lu en livre numérique parce que je suis trop loin des librairies : Paul Jorion est un vieux con (il a le même âge que moi) qui s'est tenu au courant, a fait des quantités de choses intéressantes dans sa vie, sans jamais cesser de se prendre au sérieux. Il a raison; d'autres le prennent au sérieux et ça lui permet de continuer. Il propose qu'on lui envoie des dons pour qu'il continue. Même si l'achat de ce livre est plutôt un don à son éditeur (et à Amazon ici, lui-même n'étant qu'au troisième rang), j'ai donné, parce que je l'aime bien. Quand il a découvert sa future carrière, il faisait un travail d'anthropologue sur le terrain à l'île de Houat (c'est en face de Port-Haliguen, La Trinité sur mer, et Le Croisty; première destination aventureuse du bébé-navigateur). Son livre "Les pêcheurs de l'île de Houat" (Herrman, récemment réédité ailleurs) explique comment on se repère sur la mer sans lire la carte marine, pourquoi les matelots d'un chalutier sont tous cousins, et plein d'autres choses passionnantes auxquelles les objets de l'étude n'avaient jamais pensé.
Le livre dont je parle continue de faire des quantités de réflexions sur ce qui se passe, ce que ça lui rappelle, ce qu'il faut en penser. Lire l'extrait donne une très bonne idée de ce que c'est, parce que ça continue pareil après la fin provisoire ("achetez-le maintenant"). Si vous avez aimé, ne vous en privez pas.


Vers une société d'abondance frugale : Contresens et controverses de la décroissance (Les Petits Libres t. 76)
Vers une société d'abondance frugale : Contresens et controverses de la décroissance (Les Petits Libres t. 76)
Prix : EUR 3,49

4.0 étoiles sur 5 Il faut lire les militants, on s'instruit, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Serge Latouche n'est pas un jeune instruit qui vient de découvrir la vérité et veut la faire partager. Il est assez vieux pour avoir des souvenirs d'avant l'abondance, et même du temps de la pénurie (il est né en 1940). Il sait beaucoup de choses, il a eu le temps de réfléchir, et il aime expliquer. Il est très convaincant quand il explique que "ça" (la consommation matérielle toujours croissante) ne peut pas continuer indéfiniment. Il place le moment du grand basculement vers une nouvelle pénurie en 2050 (quand j'étais au lycée, on disait 1985, mais c'était autrefois). Il devient très instructif quand il expose le plan de "décroissance". Pour la consommation: rationner et réprimer les excès. Pour la démographie: rêglementer le droit d'avoir des enfants. Quand on a fini son livre, on est prêt à entrer dans une société nouvelle, pas très éloignée de l'Utopie de Thomas More (qu'il connaît sûrement, mais qu'il se garde bien de citer): le citoyen vit heureux dans l'abondance collective et la pauvreté individuelle, et ne pense pas à l'inquisition totalitaire, à la vertu obligatoire, aux punitions qu'il faudra instituer, c'est inévitable (l'auteur n'insiste pas).

Quant aux révolutions en cours qui risquent de rendre son discours non pertinent, comme la décroissance virtuelle de la population mondiale, largement engagée et déjà visible dans la moitié du monde, et l'alphabétisation universelle presque réalisée, qui rendra les travailleurs des pays encore pauvres aussi productifs que les Vietnamiens ou les Français, l'auteur n'en parle pas.

De retour dans le monde réel, le lecteur regarde autour de lui si le Lénine de ce projet est né et milite déjà. Il se demande si le projet de Mao Zedong de la "petite aisance pour tous" (en partant d'un monde en pleine famine) se compare à l'"abondance frugale" (en partant d'un monde encombré de produits) du projet du Parti décroissant. Personnellement, si je vois que quelque chose se met en place avec des chances de succès, j'entre au Parti; ce sera un moyen de faire partie des privilégiés du nouveau monde.


Correspondance (Nouvelle édition augmentée)
Correspondance (Nouvelle édition augmentée)
Prix : EUR 0,99

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 1500 lettres et pas de liste., 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Correspondance (Nouvelle édition augmentée) (Format Kindle)
Tout le monde sait que Flaubert a beaucoup écrit, et des choses intéressantes. Les lettres qui ont survécu, ensemble, pèsent aussi lourd que tout le reste de son oeuvre. Donc voici la collection, classée par année. Mais une bonne année équivaut à un gros roman, et comment trouver telle lettre quand on n'a même pas une liste, juste une table des matières (qui fonctionne) par années ? Pourquoi ne pas avoir reproduit l'index de l'édition Conard (qui est dans le domaine public, et déjà numérisée). Le flaubertien convaincu ira chercher le volume d'index (PDF d'images) sur Gallica, c'est gratuit et ça rentre dans le Kindle, même si ce n'est pas très commode. Et le radin pestera devant sa petite dépense après s'être aperçu que l'éditeur a simplement découpé dans son édition des "Oeuvres complètes" la Correspondance, plus la biographie de Thibaudet (c'est sans se cacher, les notes n'ont même pas été renumérotées). Ca permet aux recherches en plein texte d'aller plus vite. A noter que la proposition gratuite Kindle en 9 séries est parfaitement inutilisable (on se demande pourquoi Amazon déshonore son catalogue classique avec de pareils produits), il vaut mieux payer, et ce n'est pas cher.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 9, 2014 9:40 AM MEST


Gustave Flaubert : Oeuvres complètes et Annexes - 69 titres (Nouvelle édition enrichie)
Gustave Flaubert : Oeuvres complètes et Annexes - 69 titres (Nouvelle édition enrichie)
Prix : EUR 1,79

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout sur le grand homme, et pas trop mal assemblé, 31 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
C'est toujours intéressant d'avoir "tout" ce qu'un écrivain a écrit: le grand roman, les lettres de l'auteur pendant qu'il l'écrivait, ce que les autres en pensent. Plus une biographie pour s'y retrouver. Plus tous les morceaux, divertissements, à-côtés de la grande oeuvre. Et le tout pas trop mal rangé, pour qu'on puisse aller vite à ce qu'on cherche. L'édition Arvensa répond à la question. Il y a même des plus, comme les photographies ramenées d'Egypte (un peu petites, ça mériterait une édition des Voyages en grand format). Et des moins, comme les illustrations arbitraires des Idées Reçues. Une petite déception: j'avais espéré un moment une reproduction complète de l'édition Conard (1910-1930) avec ses sources et ses contextes. C'est fait pour Madame Bovary (le procès), très élagué pour les autres; pas de Polybe à l'appui de Salammbô. Je suppose que l'éditeur a ramassé ce qui existait (merci au centre Flaubert de l'université de Rouen, ça n'aurait pas coûté cher de lui rendre un petit hommage). Techniquement, pas de surprise, les tables des matières fonctionnent et l'appli ne tombe pas en panne. A côté des tas informes de textes hasardeux qui sont l'ordinaire des compilations Kindle, ce livre numérique brille. Et moins cher qu'un seul ticket de métro vers une banlieue lointaine.


Journal d'un écrivain - 1873
Journal d'un écrivain - 1873
Prix : EUR 3,06

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Texte indispensable, réalisation misérable, 23 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Journal d'un écrivain - 1873 (Format Kindle)
Le "Journal d'un écrivain", publié par Dostoïevski en 1876 et 1877, est passionnant à lire si on s'intéresse à la vie de la Russie ces années-là, politique et littérature mêlés, avec parfois une nouvelle ou un court roman entre deux articles. Le bon lecteur de Dostoïevski doit lire ce livre. Ce volume réunit des articles parus dans une revue en 1873, prélude au "vrai" Journal d'un écrivain) L'éditer en numérique est une bonne idée. Hélas, cet éditeur abonné aux réalisations de bas niveau a paresseusement recopié une partie de la publication en ligne sur le site Wikisource, sans le moindre effort de présentation (le texte est lisible, quand même, et il y a une table des matières, deux étoiles). Trois euros, c'est trop cher (il y a 2 années, plus les articles parus en 1873, ça fera trois volumes, 9 euros !). Et bien entendu, oubli de signaler la provenance de ce texte sous licence. Un ebook de l'ensemble du "Journal d'un écrivain" est disponible sur le site Wikisource, mieux présenté, avec une table des matières complète, mais pas en format Kindle.


Journal d'un écrivain - 1876
Journal d'un écrivain - 1876
Prix : EUR 3,06

2.0 étoiles sur 5 Texte indispensable, ebook misérable, 23 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Journal d'un écrivain - 1876 (Format Kindle)
Le "Journal d'un écrivain", publié par Dostoïevski en 1876 et 1877, est passionnant à lire si on s'intéresse à la vie de la Russie ces années-là, politique et littérature mêlés, avec parfois une nouvelle ou un court roman entre deux articles. Le bon lecteur de Dostoïevski doit lire ce livre. L'éditer en numérique est une bonne idée. Hélas, cet éditeur abonné aux réalisations de bas niveau a paresseusement recopié une partie de la publication en ligne sur le site Wikisource, sans le moindre effort de présentation (le texte est lisible, quand même, et il y a un début de table des matières, donc deux étoiles au lieu d'une). Trois euros, c'est trop cher (il y a 2 années, plus des articles parus en 1873, ça fera trois volumes, 9 euros !). Et bien entendu, oubli de signaler la provenance de ce texte sous licence. Un ebook de l'ensemble est disponible sur le site Wikisource, mais pas en format Kindle.


JOURNAL D'UN ECRIVAIN
JOURNAL D'UN ECRIVAIN
Prix : EUR 1,15

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Fragment arbitraire de l'ouvrage, 23 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : JOURNAL D'UN ECRIVAIN (Format Kindle)
Le "Journal d'un écrivain", publié par Dostoïevski en 1876 et 1877, est passionnant à lire si on s'intéresse à la vie de la Russie ces années-là, politique et littérature mêlés, avec parfois une nouvelle ou un court roman entre deux articles. L'éditer en livre numérique est une bonne idée. Mais ce qui est proposé ici est un fragment arbitraire, quelques chapitres (il suffit de voir la taille du fichier, alors que c'est un gros livre). Il est incompréhensible qu'un tel produit ait survécu au contrôle. Ne pas acheter.


LA TIMIDE
LA TIMIDE
Prix : EUR 0,99

1.0 étoiles sur 5 Beau texte, ebook misérable, 23 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : LA TIMIDE (Format Kindle)
Je ne parlerai pas du charmant texte de Dostoïevski, longue nouvelle ou court roman, une histoire d'amour et de ménage, fantastique qui se passe dans le monde normal, offert aux lecteurs du "journal d'un écrivain" en novembre 1876. Il faut le lire. Le fichier numérique a été fabriqué en recopiant le site Wikisource, sans effort et sans soin. Il n'y a pas de table des matières, la présentation est lamentable, indigne d'Amazon. Et bien sûr la licence Creative Commons (Wikisource permet de réutiliser le texte à condition d'indiquer l'origine) n'est pas respectée. Un ebook meilleur, gratuit, est disponible sur le site, mais pas en format Kindle.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12