Profil de Romur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Romur
Classement des meilleurs critiques: 335
Votes utiles : 744

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Romur "Romur" (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Protection d'écran en verre trempé de première qualité Futlex® pour Samsung Galaxy S4 Mini - Dureté de verre 9H - 0,3mm d'épaisseur - Transparence HD - Bords arrondis 2,5D - Antichoc - Enduit lipophobe - Toucher délicat - Verre haute qualité - Facile à installer - Adhésif sans bulle en silicone - Verre japonais
Protection d'écran en verre trempé de première qualité Futlex® pour Samsung Galaxy S4 Mini - Dureté de verre 9H - 0,3mm d'épaisseur - Transparence HD - Bords arrondis 2,5D - Antichoc - Enduit lipophobe - Toucher délicat - Verre haute qualité - Facile à installer - Adhésif sans bulle en silicone - Verre japonais
Proposé par Futlex Direct
Prix : EUR 24,99

4.0 étoiles sur 5 Ca a l'air bien, à tester sur la durée, 14 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
La première impression est bonne, la protection s'installe facilement sans faire de bulles.
Seul défaut il ne couvre pas totalement l'écran sur le pourtour (espace d'environ 1 mm)


KooPower® Stylet Pour Ecran Tactile Capacitif pour Samsung Galaxy S4 S3 S2 i9100,Galaxy S I9000,Galaxy Ace,Galaxy Note Gio,Galaxy Tab P1000,Samsung Nexus S NOTE 2 II III
KooPower® Stylet Pour Ecran Tactile Capacitif pour Samsung Galaxy S4 S3 S2 i9100,Galaxy S I9000,Galaxy Ace,Galaxy Note Gio,Galaxy Tab P1000,Samsung Nexus S NOTE 2 II III
Proposé par Golden Battery
Prix : EUR 16,99

2.0 étoiles sur 5 Qualité médiocre, 14 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
J'ai longuement parcouru les critiques des différents stylets disponibles sur Amazon pour faire mon choix. celui-ci me paraissait un bon rapport qualité prix mais ce n'est pas fameux. L'extrémité est une sphère creuse et non pas une boule pleine,elle s'enfonce et on sent bien qu'elle ne va pas tenir longtemps. Quand au corps du stylo c'est du plastique en toc, très léger, avec un revêtement argenté de mauvaise qualité


Vent d'est, vent d'ouest
Vent d'est, vent d'ouest
par Pearl Buck
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

4.0 étoiles sur 5 Vents contraires, 14 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vent d'est, vent d'ouest (Poche)
Pearl Buck a passé sa petite enfance en Chine puis y a vécu avec son mari une dizaine d’années. Parlant couramment mandarin, elle est un témoin exceptionnel de la Chine au début du XXème siècle.
Tout son roman tourne autour de la confrontation entre la société traditionnelle chinoise et la civilisation occidentale, le choc des cultures et des générations, le déchirement au sein des familles ou au cœur même des individus entre le système de valeur ancestral et l’attrait pour les techniques et idées nouvelles. L’intrigue tourne autour de deux couples :
- la narratrice Kwei-Lan (élevée à l’ancienne mode pour être une parfaite épouse chinoise) et son mari gagné à la culture occidentale et revenu au pays après avoir fait des études de médecine à Londres
- le frère de la narratrice, qui revient des Etats-Unis en ayant épousé une américaine et qui refuse le mariage arrangé par ses parents.
C’est passionnant, sans doute un peu trop biaisé en faveur de la culture occidentale aux yeux du lecteur moderne pétri de relativisme culturel, et un peu simpliste dans les psychologies et prises de position des uns et des autres (par exemple le changement d’attitude brutal du mari de Kwei-Lan).
A lire néanmoins, l’écriture est fluide, les sentiments écrits avec beaucoup de pudeur et ce roman est un témoignage historique exceptionnel.


La Joueuse de go - Prix Goncourt des Lycéens 2001
La Joueuse de go - Prix Goncourt des Lycéens 2001
par Sa Shan
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

4.0 étoiles sur 5 Un roman contemporain, 6 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Joueuse de go - Prix Goncourt des Lycéens 2001 (Poche)
Me voici plongé à travers mes lectures dans la Chine des années 30, et particulièrement l’invasion par les Japonais d’une république chinoise divisée par les querelles entre chefs communistes et seigneurs de la guerre.
La joueuse de go se passe à cette période. Deux destins, deux récits à la première personne qui alternent puis finissent par se croiser sur un damier de go. C’est beau, c’est dur, une sorte de Roméo et Juliette. Par rapport à « Quatres générations sous un même toit » qui se passe au même moment, ce roman a l’intérêt de tenter une mise en parallèle des deux civilisations japonaises et chinoises, une mise en résonnance des cultures et des mentalités.
Une chose me chiffonne toute fois : même si la république a été proclamée depuis une vingtaine d’années, même si le récit se déroule à une époque postérieure à Vent d’est, Vent d’ouest de P Buck, je me demande si une lycéenne pouvait vivre aussi librement et se mêler ainsi à un public d’hommes. Ce n’est pas vraiment l’ambiance que je trouve dans « Quatres générations ». Une pointe d’anachronisme pour ne pas heurter au politiquement correct contemporain ?
La lecture est facile et rapide, par petits chapitres écrits dans une langue simple, factuelle mais poétique.


L'Auberge de la Jamaïque
L'Auberge de la Jamaïque
par Daphné Maurier (du)
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

4.0 étoiles sur 5 Un bon moment de plaisir, 21 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Auberge de la Jamaïque (Poche)
Marry Yellan, après la mort de sa mère, décide d’aller chercher asile auprès de sa tante dont elle n’a qu’un lointain mais excellent souvenir. Dix ans après sa tante est mariée et habite à l’auberge de la Jamaïque que tient son mari. L’endroit est lugubre à souhait, les honnêtes voyageurs l’évitent… Marry va choisir de tenir tête à son terrible oncle et devient l’héroïne involontaire d’une succession d’événements dramatiques.
J’ai adoré cette lecture, pour me détendre. C’est un peu comme l’Ile au Trésor, avec des contrebandiers et des naufrageurs, c’est un « Club des cinq » ou un « Alice » pour adulte, bien écrit, avec tous les effets qu’on peut souhaiter en termes de description, d’ambiance en clair-obscur et de suspense.


Nymphéas noirs
Nymphéas noirs
par Michel BUSSI
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Artificiel, 16 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nymphéas noirs (Poche)
Ca commençait très bien, un polar dans le milieu de la peinture, un peu à la façon des Iain Pears. Différentes couches dans l’intrigue se mettait en place, le commissaire perdait un peu les pédales en tombant amoureux de la femme d’un des suspects, on retrouvait la trace d’un ancien meurtre présentant des analogies troublantes quelques dizaines d’années avant... Les personnages sont bien campés, tous attachants à leur manière. Autre intérêt : j’ai appris des choses sur Monet, ça m’a donné envie d’aller voir Giverny.
Et puis patatras, au moment où le dénouement approche, où le lecteur perplexe attend avec impatience la révélation finale, il découvre qu’il n’avait aucune chance de suivre l’intrigue et de comprendre quoi que ce soit, non pas parce que Michel Bussi a inventé une intrigue géniale mais parce qu’il a mélangé les noms et les époques !


La nuit tombée
La nuit tombée
par Antoine Choplin
Edition : Broché
Prix : EUR 5,70

4.0 étoiles sur 5 Dense, 15 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La nuit tombée (Broché)
Quelle densité émotionnelle ! Cet ouvrage est plus proche d’une longue nouvelle que d’un court roman (il nous manque en français le terme « novella »). Dans un style épuré, par petites touches, par bribes de dialogues, par brèves descriptions, il nous raconte moins d’une journée, un voyage à moto. Celui de Gouri qui revient dans la ville qu’il a dû abandonner après une catastrophe (Tchernobyl même si ce nom n’est jamais prononcé). Il retrouve des amis, le temps d’un dîner, et des souvenirs. Il va et il revient. C’est tout, mais c’est très beau.
Une question m’a taraudé pendant toute la lecture : Choplin a-t-il tout inventé ou bien a-t-il rencontré des ukrainiens, s’est-il rendu là-bas ?


Comment apprivoiser son crocodile
Comment apprivoiser son crocodile
par Catherine AIMELET-PERISSOL
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Livre difficile à apprivoiser, 15 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment apprivoiser son crocodile (Poche)
J’avais entendu du bien de ce petit ouvrage et il propose une démarche fort utile, à la base d’un certain nombre de thérapies et techniques de communication comme la communication non violente : remonter des émotions aux besoins pour mieux se comprendre et vivre plus sereinement. Il est intéressant, quelques passages sont très justes mais il souffre de deux travers rédhibitoires.
Le premier est que l’auteure s’invente ses concepts et son vocabulaire. D’autres le font, mais elle ne prend pas le temps de bien les poser et les définir. Reviennent ainsi les profils indépendant, victime, coupable et dépendant qui n’ont été posés clairement nulle part. Dans un ouvrage aussi court, pourquoi ne pas avoir utilisé des classifications connues et définies par ailleurs, comme ceux du MBTI ou de l’analyse transactionnelle ? De même, pourquoi avoir réinventé une hiérarchie des besoins plutôt que d’utiliser celle de Maslow ?
Le problème majeur est surtout que la dernière partie n’apporte pas, contrairement à ce qu’elle annonce, de pistes concrètes et claires pour progresser. Ce ne sont que quelques généralités un peu décousues et exposées avec ce style un peu jargonnant qui a accompagné le lecteur depuis le début.


Fictions
Fictions
par Jorge Luis Borges
Edition : Poche
Prix : EUR 6,20

5.0 étoiles sur 5 Magies, 10 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fictions (Poche)
Comment présenter Fictions ?
Une série de nouvelles, brèves, atypiques, qui vous emmènent dans des mondes imaginaires, des drames humains, des mythes immémoriaux ou des spéculations intellectuelles labyrinthiques. Selon le lecteur, on se laisse emporter, ou bien on peut être réfractaire. Moi, je m’évade... Et je me prends à regretter que tel monde n’existe pas, que l’œuvre d’Herbert Qain n’ait pas été publiée... Parfois, j’en veux à Borges : on dirait qu’il a été fainéant et qu’il s’est contenté d’esquisser dans une nouvelle une idée de roman, comme si il était en réalité incapable de l’écrire en entier. J’aurais tant voulu lire L’approche d’Almotasim !


En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes"
En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes"
par Jean-Baptiste Malet
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Bienvenue dans le monde réel, 10 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : En Amazonie: infiltré dans le "meilleur des mondes" (Broché)
Arrivée sous la pluie, un « panneau de fer », des « canalisations rouge sang », une « méchante lumière »… Au bout de moins de deux pages, on aura compris que JM Malet a décidé de rédiger un essai à charge, avec les ficelles, pardon les cordes, habituelles du métier : la cible voyante (entreprise américaine multinationale), la dénonciation des conditions des travailleurs et les allusions ou sous-entendus accusateurs quand sa faible enquête ne lui permet pas d’obtenir d’élément concret.
Ca fait un peu « Candide à l’usine » quand il explique que les chaussures de sécurité sont lourdes et encombrantes (ben oui, elles ont une coque renforcée pour protéger) ou quand il tourne en dérision les consignes de sécurité (ces petites règles tatillonnes peuvent paraitre stupides mais ce sont les petits trucs qui limitent les accidents bêtes, comme de mettre son clignotant).
JM Malet est un peu jeune et un peu ignorant du monde réel. Avant d’aller chez Amazon, il faudrait qu’il aille voir les conditions de travail dans n’importe quel entrepôt, dans une usine d’assemblage, dans une usine de tri des ordures ménagères, à Rungis tous les matins aux aurores, dans un hôpital... Avec un peu plus de maturité et un peu moins de naïveté il aurait pu aboutir à un reportage beaucoup plus percutant et pertinent, pas nous raconter que le travail physique ça fait mal aux muscles, que le travail de nuit c’est fatiguant et que finalement il n’a pas grand-chose à dire parce que pas grand monde a voulu lui parler. Il aurait aussi fallu y passer plus de deux semaines… on est loin des grands journalistes d’investigation.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20