Profil de Romur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Romur
Classement des meilleurs critiques: 303
Votes utiles : 841

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Romur "Romur" (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le Livre du roi
Le Livre du roi
par Arnaldur Indridason
Edition : Broché
Prix : EUR 7,95

3.0 étoiles sur 5 On peut lire, 30 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Livre du roi (Broché)
Encore un polar venu du nord, mais moins sombre que les auteurs norvégiens. Un peu (un petit peu) comme dans Le nom de la rose, le jeune étudiant Valdemar part à la recherche d’un célèbre et mystérieux livre à travers l’Europe à la suite de son maître xxx, érudit mais bourru et alcoolique : Le livre du roi, référence incontournable de la littérature médiévale nordique. Face à eux des collectionneurs avides et surtout des nostalgiques du troisième Reich.

Si ce roman m’a donné envie d’aller découvrir les sagas islandaises, il me laisse une impression mitigée, malgré des rebondissements à la Indiana Jones.


Les Mystères de Florence: Scènes de la vie sociale
Les Mystères de Florence: Scènes de la vie sociale
par Carlo Collodi
Edition : Broché
Prix : EUR 17,25

3.0 étoiles sur 5 Inachevé ?, 30 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Mystères de Florence: Scènes de la vie sociale (Broché)
Collodi est surtout connu pour Les Aventures de Pinocchio. En fait, les aventures sont tellement célèbres qu’on ignore souvent le nom de Collodi et le reste son oeuvre !
Le succès des Mystères de Paris a été tel qu’il a inspiré bien d’autres romans : Les mystères de Marseille, Les mystères de Londres, Les mystères de Florence…

Le roman s’ouvre alors que la capitale toscane célèbre la fin du carnaval au milieu du XIXème siècle. La haute société fête l’événement au théatre de la Pergola où nous rencontrons le riche chevalier de Santa Fiora. Mais un mystérieux personnage masqué vient troubler sa joie insouciante...
Collodi tente de tisser une toile avec du jeu, des intrigues amoureuses, des manœuvres politiques (Florence est dominée par les Habsbourg mais l'unification italienne se prépare) en mêlant la noblesse italienne, riches américains, petit peuple (contrairement aux Mystères de Paris on est plus dans la haute société que dans les bas-fonds). Le lecteur est un peu étourdi, séduit par l’ambiance bariolée, amusé par les traits d’humour d’un auteur qui ne se prend pas au sérieux.
Mais la fin arrive, en queue de poisson, sans apporter de réponse aux questions et sans qu’on sache comment vont se dénouer certaines intrigues, quelles étaient les motivations de telle ou telle manœuvre, comme si Collodi avait prévu une suite jamais écrite. Décevant.


Incandescence
Incandescence
par Greg Egan
Edition : Broché
Prix : EUR 11,69

2.0 étoiles sur 5 Et alors ?, 16 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Incandescence (Broché)
Cela faisait longtemps que je n’avais rien lu de Greg Egan dont j’ai adoré les recueils de nouvelles. Je me suis dit que pour une fois, j’allais lire un de ses romans.

Après quelques pages, le lecteur se retrouve dans l’univers de Riding the Crocodile. L’idée d’explorer plus en profondeur cet univers est sympa, même si la capacité de se matérialiser n’importe où est douteuse et n’est appuyée par aucune explication scientifique contrairement à l’usage chez Greg Egan.
La découverte et la construction des principes de la mécanique relativiste par Zak et Roi depuis leur astéroïde est passionnante, expliquée de façon intuitive sans aucune formule (même si j’ai eu envie de m’arrêter pour faire les calculs avec eux).
En parallèle de leurs efforts pour survivre à une catastrophe galactique (avec des transformations sociales et une mobilisation rapide des habiatnts de l'astéroïde qui ne semblent pas trop réalistes) on suit Rakesh qui a été mis sur la piste de ce petit monde habité et mène une enquête un peu trop facile grâce à l'intervention des semble-t-il omnipotents Aloofs. Et ???
Rien. On a deux récits parallèles qui ne se croisent jamais et finissent en queue de poisson. Une tentative maladroite pour préparer une suite ? En tous cas, je ne l’achèterai pas !


Avec vue sur l'Arno
Avec vue sur l'Arno
par E. M. FORSTER
Edition : Poche
Prix : EUR 9,90

4.0 étoiles sur 5 Trois baisers et un mariage, 16 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Avec vue sur l'Arno (Poche)
Lucy est en voyage en Italie, chaperonnée par sa cousine, la stricte et maladroite Charlotte Bartlett. Elle va croiser deux jeunes gens, vivre des aventures qui vont la préparer, une fois revenue en Angleterre, à devenir adulte et affirmer sa volonté dans une société qui commence à peine à se transformer. Tout ceci sous le regard bienveillant du pasteur Mr Beebe.

Une fois saisi les subtilités des codes sociaux de l’époque, on lit sans peine ce récit initiatique raconté par un narrateur ironique mais plein de tendresse pour ses personnages. Un bon moment de plaisir.


Chronique des pauvres amants
Chronique des pauvres amants
par Vasco Pratolini
Edition : Poche
Prix : EUR 7,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Florence, années 20, 11 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chronique des pauvres amants (Poche)
Préparant un voyage à Florence, j’ai recherché des romans se passant dans cette ville. Chronique des pauvres amants se déroule dans une petite rue populaire du centre-ville (via del Corno), au milieu des années 20 (période où Mussolini assoit son pouvoir). Une douzaine de foyers et une bonne cinquantaine de personnages (prenez des notes !) qui partagent le même quotidien, les petits drames individuels, les grandes fêtes qui rythment l’année, les démonstrations de force des fascistes et les aventures sentimentales de quatre jeunes femmes, quatre filles de la rue : Milena, Aurora, Clara et Bianca.

C’est dense, c’est poignant, c’est humain. On s’attache à presque tous les personnages, on compatit, on espère et on partage la vie de cette petite rue. N’hésitez pas, ne vous laissez pas rebuter par l’écriture dense et les nombreux personnages et allez partager c


Le petit âne blanc
Le petit âne blanc
par Joseph Kessel
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Pour ado, mais aussi pour adulte, 11 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le petit âne blanc (Poche)
Pour me délasser, j’ai décidé de piquer quelques livres dans la bibliothèque des enfants. J’ai été surpris par la maturité et la complexité de ce petit roman !
Bachir, orphelin et mendiant bien connu dans les rues de Tanger, gagne entre autre sa vie en racontant des histoires. En quatre épisodes, il va raconter sa rencontre et son attachement avec le petit âne blanc.
Mais au-delà des malheurs de Bachir et du petit âne, ce court roman décrit sans complaisance les relations sociales, les regards croisés entre riches européens et le peuple marocain, le traitement réservé aux hommes par les hommes et aux animaux par les hommes. Le tour dans une langue simple mais vivante et imagée.
A lire quelque soit votre age.


Charlie et le grand ascenseur de verre
Charlie et le grand ascenseur de verre
par Roald Dahl
Edition : Broché
Prix : EUR 6,60

2.0 étoiles sur 5 Un peu trop, 11 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charlie et le grand ascenseur de verre (Broché)
Charlie et la chocolaterie est bien connu (plus pour les films qui en ont été tirés que pour le romande Roadl Dahl il est vrai). La suite « Charlie et le grand ascenseur de verre » l’est beaucoup moins.
Et avec raison car le délire poétique, magique et humoristique de Charlie et la chocolaterie qui était structuré autour d’une intrigue (qui va gagner) se disperse ici entre une série de péripéties sans queue ni tête. Dommage car Roald Dahl est capable de faire d’excellents scénarios pour ses romans, que ce soit pour enfant ou pour adulte.


Charlie et le grand ascenseur de verre
Charlie et le grand ascenseur de verre
par Roald Dahl
Edition : Broché
Prix : EUR 6,60

2.0 étoiles sur 5 Un peu trop, 11 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charlie et le grand ascenseur de verre (Broché)
Charlie et la chocolaterie est bien connu (plus pour les films qui en ont été tirés que pour le romande Roadl Dahl il est vrai). La suite « Charlie et le grand ascenseur de verre » l’est beaucoup moins.
Et avec raison car le délire poétique, magique et humoristique de Charlie et la chocolaterie qui était structuré autour d’une intrigue (qui va gagner) se disperse ici entre une série de péripéties sans queue ni tête. Dommage car Roald Dahl est capable de faire d’excellents scénarios pour ses romans, que ce soit pour enfant ou pour adulte.


Let Us Now Praise Famous Men
Let Us Now Praise Famous Men
par Walker Evans
Edition : Broché
Prix : EUR 16,96

3.0 étoiles sur 5 Entomologie, 1 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let Us Now Praise Famous Men (Broché)
J’avais entendu des critiques très positives de cet ouvrage et l’introduction et la préface ont aiguisé mon attente : ce n’est pas un roman mais un témoignage, un reportage auprès de trois familles de petits fermiers blancs qui cultivent le coton dans le sud de l’Amérique dans les années 30. Le texte de James Agee est accompagné des photos de Walkers Evans, rendant le récit encore plus poignant car ces hommes, ces femmes et ces enfants ont un visage, un regard, et les descriptions de leur cadre de vie prennent plus de réalité. Je me suis lancé dans la lecture avec enthousiasme, traçant au début une carte selon les indications de l’auteur pour visualiser l’espace où vivent ces familles, faisant l’aller-retour entre le texte et les photos pour mieux les approcher.

Pour J Agee, ce reportage a été un choc profond et son témoignage est entrecoupé de réflexions personnelles, soit le reflet de ses sentiments et réactions, soit ses réflexions politiques, marquées par un profond pessimisme sur l’être humain et son existence. Ces coupures donnent un côté parfois un peu discursif au texte auquel on peut s’habituer. Ma déception n’est pas venue de là.

Ma frustration est venue du caractère minutieusement inhumain du récit. Il n’y a que quelques rares passages qui soient des scènes réelles, avec leur charge d’émotion (la famille endormie, le départ d’Emma et la rencontre avec les familles, lors de la première séance photo). Tout le reste est une description analytique, factuelle, scientifique et finalement désincarnée et froide des lieux, de l’habitat, de l’habillement, de l’alimentation, de l’éducation, du travail. Certes, des détails et annotations reflètent effectivement la souffrance et la fatigue d’un travail physique répétitif (séance de ramassage de coton), la misère (vêtements cousus dans des sacs de farine). Certes Agee se lâche parfois et nous livre de belles descriptions et de beaux moments de poésie. Mais à quoi bon l’énumération des débris tombés sous l’escalier devant la maison, le contenu des tiroirs ? Agee semble avoir douté de sa capacité à transmettre ce qu’il a vu et perçu et donc choisi de tout nous livrer, avec la froideur et le désordre d’un entomologiste qui ne serait pas capable de trier et hiérarchiser ses observations.

Soyez prévenu en ouvrant ce témoignage unique, il n’a pas le souffle et l’humanité d’un roman de Steinbeck.


Louons maintenant les grands hommes
Louons maintenant les grands hommes
par James AGEE
Edition : Broché
Prix : EUR 25,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Entomologie, 1 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Louons maintenant les grands hommes (Broché)
J’avais entendu des critiques très positives de cet ouvrage et l’introduction et la préface ont aiguisé mon attente : ce n’est pas un roman mais un témoignage, un reportage auprès de trois familles de petits fermiers blancs qui cultivent le coton dans le sud de l’Amérique dans les années 30. Le texte de James Agee est accompagné des photos de Walkers Evans, rendant le récit encore plus poignant car ces hommes, ces femmes et ces enfants ont un visage, un regard, et les descriptions de leur cadre de vie prennent plus de réalité. Je me suis lancé dans la lecture avec enthousiasme, traçant au début une carte selon les indications de l’auteur pour visualiser l’espace où vivent ces familles, faisant l’aller-retour entre le texte et les photos pour mieux les approcher.

Pour J Agee, ce reportage a été un choc profond et son témoignage est entrecoupé de réflexions personnelles, soit le reflet de ses sentiments et réactions, soit ses réflexions politiques, marquées par un profond pessimisme sur l’être humain et son existence. Ces coupures donnent un côté parfois un peu discursif au texte auquel on peut s’habituer. Ma déception n’est pas venue de là.

Ma frustration est venue du caractère minutieusement inhumain du récit. Il n’y a que quelques rares passages qui soient des scènes réelles, avec leur charge d’émotion (la famille endormie, le départ d’Emma et la rencontre avec les familles, lors de la première séance photo). Tout le reste est une description analytique, factuelle, scientifique et finalement désincarnée et froide des lieux, de l’habitat, de l’habillement, de l’alimentation, de l’éducation, du travail. Certes, des détails et annotations reflètent effectivement la souffrance et la fatigue d’un travail physique répétitif (séance de ramassage de coton), la misère (vêtements cousus dans des sacs de farine). Certes Agee se lâche parfois et nous livre de belles descriptions et de beaux moments de poésie. Mais à quoi bon l’énumération des débris tombés sous l’escalier devant la maison, le contenu des tiroirs ? Agee semble avoir douté de sa capacité à transmettre ce qu’il a vu et perçu et donc choisi de tout nous livrer, avec la froideur et le désordre d’un entomologiste qui ne serait pas capable de trier et hiérarchiser ses observations.

Soyez prévenu en ouvrant ce témoignage unique, il n’a pas le souffle et l’humanité d’un roman de Steinbeck.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 19, 2015 11:06 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20