undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Romur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Romur
Classement des meilleurs critiques: 257
Votes utiles : 1039

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Romur "Romur" (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Pour la gloire
Pour la gloire
par James Salter
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

4.0 étoiles sur 5 Cette passion contagieuse, 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pour la gloire (Broché)
Méconnue chez nous, la guerre de Corée a duré trois ans, opposant les forces de l’ONU, essentiellement américaines, aux troupes nord coréennes soutenues par la Chine communiste. La domination aérienne jouait un rôle clé et ce conflit vit les premiers combats entre avions à réaction, notamment F-86 contre MIG-15.

Cleve Connell rejoint les opérations en tant que commandant d’une escadrille de chasse. Solitaire, posé, Cleve cherche quelque chose de plus subtile que la gloire contrairement à ce que suggère maladroitement le titre français.
Malgré l’enthousiasme de ses coéquipiers, le sort semble s’acharner sur lui, jamais en mission lorsque les combats se déclenchent, pas au bon endroit, pas au bon moment.
Or les MIGs abattus comptent pour beaucoup dans le prestige individuel et finalement dans l’estime de soi. Malgré son héroïsme modeste, la frustration et le découragement s’installent progressivement et rongent Cleve tandis que se développent la jalousie et même la haine vis-à-vis d’un de ses sous-lieutenants vantard et ambitieux, prêt à mentir et mettre en danger la vie de ses coéquipiers pour pouvoir revendiquer des victoires et devenir un « As ».

« Les chasseurs » dans son titre original retrace avec des phrases sèches et sobres la routine des missions de patrouille, l’apparente indifférence dans une attente qui fait penser au Désert des Tartares, la griserie du vol et l’action qui donnent sens à la vie de ces hommes, faisant parfois oublier à certains la camaraderie et le sens de l’honneur.


La guerre n'a pas un visage de femme - Prix Nobel de Littérature 2015
La guerre n'a pas un visage de femme - Prix Nobel de Littérature 2015
par Svetlana Alexievitch
Edition : Broché
Prix : EUR 7,80

4.0 étoiles sur 5 La guerre ne fait pas de cadeaux, 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La guerre n'a pas un visage de femme - Prix Nobel de Littérature 2015 (Broché)
Vous avez lu sur la première guerre mondiale Genevoix et Remarque, sur la deuxième Gary, Primo Levi, Wiesel, Grossman. Si vous avez lu Paroles de Poilus, vous avez déjà eu une vision plus intime, plus sensible de la guerre.
Avec Svetlana Alexievitch vous allez découvrir d’une part l’engagement méconnu de centaines de milliers de femmes dans l’Armée Rouge, pas seulement infirmière mais aussi tireur d’élite ou chef de section du génie, avec un courage hors du commun né d’une éducation qui a donné à cette génération à la fois la conviction que les femmes peuvent être autant que les hommes et aussi que l’Union soviétique mérite qu’on meurt pour elle. Svetlana Alexievitch nous fait découvrir ces épopées personnelles par témoignages brefs, regroupés par thématiques.
Vous allez ainsi découvrir un autre regard sur la guerre, une autre forme d’humanité, de sensibilité face à l’horreur. Des voix bouleversantes, parfois encore enfantines avec leurs tresses, des consciences qui luttent pour garder et retrouver leur féminité et leur élégance par-delà la boucherie.
On regrettera seulement que la brièveté de ce récit, la censure soviétique et l’autocensure de l’auteur ne permette pas d’évoquer certains sujets ou de façon très allusive, comme les exactions de l’Armée Rouge en Allemagne.


La Horde du Contrevent
La Horde du Contrevent
par Alain Damasio
Edition : Poche
Prix : EUR 11,00

4.0 étoiles sur 5 Génial mais imparfait, 18 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Horde du Contrevent (Poche)
Alain Damasio fait partie des quelques auteurs de SF ou de fantaisie qui ont réussi à créer un univers original, avec ses codes, ses mythes, sa société, son vocabulaire, son écriture. Un univers étonnant dans lequel on a un peu de mal à rentrer au début et où on avance, aveuglé par le vent et le sable, avant de pouvoir commencer à distinguer des voix, des personnages, à comprendre où nous emmène cette marche forcée. Suivant les cas, vous détesterez le style et le vocabulaire ou bien vous apprécierez le travail d’orfèvre baroque réalisé par Damasio.
Un seul tome c’est malheureusement trop peu pour exploiter toutes les pistes, tous les potentiels et ça laisse pas mal de questions sans réponse (qui organise la Poursuite, pourquoi), quand il ne s’agit pas carrément de contradictions et autres incohérences (un village fixe est détruit par un vent « normal » au début, comment Larco survit-il sur ses deux jambes ?).
Il y a également un certain nombre de signaux suggérant que ceux qui envoient vers l’amont ces groupes de valeureux pionniers connaissent la réponse ou peu s’en faut... pourquoi continuer ? Quel sens a tout cela ? Sauf à vouloir faire une parabole pseudo-philosophique sur l’absurdité de l’existence, façon Sysiphe comme le suggère le final que pouvait pressentir le lecteur. Ayant la chance d’être plus scientifique que philosophe, j’ai eu la chance de ne pas être hérissé comme certains par les références philosophiques plus ou moins réussies...


Lumières de Pointe-Noire
Lumières de Pointe-Noire
par Mabanckou Alain
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

4.0 étoiles sur 5 Retour au pays, 3 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lumières de Pointe-Noire (Broché)
Difficile de catégoriser ce livre. En deux mots : Alain Mabanckou revient dans la ville de son enfance après plus de 20 ans d’absence, après avoir bâti une carrière d’écrivain et de professeur en France puis aux Etats-Unis. Souvenirs qui reviennent avec leur cortège de nostalgie et de remords, retrouvailles avec les amis et la famille, sincères ou intéressées, visite des lieux qui ont changé et ouvrent la porte aux réflexions sur l’évolution du pays.
Un moment d’émotion, d’humour et de dépaysement.


Le Colonel Chabert
Le Colonel Chabert
par Honoré Balzac (de)
Edition : Broché
Prix : EUR 3,00

3.0 étoiles sur 5 L'impossible retour, 2 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Colonel Chabert (Broché)
Le thème du Colonel Chabert est devenu classique : un soldat passé pour mort à la guerre revient enfin chez lui, après une longue errance. Espérant retrouver sa famille et sa fortune, il se heurte à l’incrédulité, puis au rejet de tous, à commencer par sa femme remariée.
Mais le thème est traité à la façon de Balzac, avec toute la complexité de la Comédie humaine, avec les machinations juridico-financières qu’il affectionne, avec le cynisme sans illusion qui est le sien lorsqu’il s’agit des relations sociales.
Une œuvre brève et bouleversante, idéale pour rentrer dans le monde de Balzac.


Le Colonel Chabert
Le Colonel Chabert
par Honoré de Balzac
Edition : Poche
Prix : EUR 2,50

4.0 étoiles sur 5 L'impossible retour, 2 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Colonel Chabert (Poche)
Le thème du Colonel Chabert est devenu classique : un soldat passé pour mort à la guerre revient enfin chez lui, après une longue errance. Espérant retrouver sa famille et sa fortune, il se heurte à l’incrédulité, puis au rejet de tous, à commencer par sa femme remariée.
Mais le thème est traité à la façon de Balzac, avec toute la complexité de la Comédie humaine, avec les machinations juridico-financières qu’il affectionne, avec le cynisme sans illusion qui est le sien lorsqu’il s’agit des relations sociales.
Une œuvre brève et bouleversante, idéale pour rentrer dans le monde de Balzac.


En vieillissant les hommes pleurent : Suivi de L'Imaginot
En vieillissant les hommes pleurent : Suivi de L'Imaginot
par Jean-Luc Seigle
Edition : Poche
Prix : EUR 6,40

4.0 étoiles sur 5 La tragédie de la modernité, 19 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : En vieillissant les hommes pleurent : Suivi de L'Imaginot (Poche)
Ce livre est construit comme une tragédie classique, avec un quasi respect des trois règles (unité de temps, unité de lieu, unité d’actions). Mais pas d’affrontement, de grandes tirades, de choc des passions. La tragédie est pudique et intérieure : la souffrance du non-dit, la distance vis-à-vis du conjoint, la gêne devant les enfants qui font des études, la détresse devant un monde qui passe de la ruralité et à l’industrie, de la société traditionnelle et société de consommation...
Ce livre est aussi un hommage à la littérature, qui libère, qui élève, qui nous apprend la vie et qui nous sauve...


Péchés innombrables
Péchés innombrables
par Richard Ford
Edition : Broché
Prix : EUR 20,30

3.0 étoiles sur 5 Sans plus, 11 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Péchés innombrables (Broché)
Un livre désenchanté. Une série de nouvelles sur la faiblesse humaine, les déceptions de la liaison amoureuse, des adultères consommées ou non. Les personnages se découvrent, les relations se défont par une suite de petits faits, de petites maladresses, rendus par une description méticuleuse et détaillées des ambiances et des choses.
Peut-être parce que je l’ai lu en anglais et que certaines subtilités ou nuances m’ont échappées, mais je n’en garde pas au final une impression très forte.


Splendeurs et Misères des courtisanes
Splendeurs et Misères des courtisanes
par Honoré de Balzac
Edition : Poche
Prix : EUR 9,20

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quelle modernité !, 11 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Splendeurs et Misères des courtisanes (Poche)
Un roman digne des meilleurs page-turners américains, une série de complots montée par le génie de Vautrin, tel un comte de Monte Cristo ou un Arsène Lupin maléfique. Instrument et victime de ces machinations, la belle Esther qui avait cru pouvoir échapper à sa condition de courtisane avant d’y être replongée par l’arrivisme lâche de Lucien de Rubempré. Mais ce roman n’est pas que celui des courtisanes, c’est celui aussi de toutes ces femmes mariées, certaines entichées de Lucien, qui manœuvrent elles aussi dans l’ombre pour sauver leur amant ou favoriser l’avancement de leur mari (elles nous rappellent utilement que, avant que l’esprit petit bourgeois ne triomphe avec la 3ème République, les femmes avaient toute leur place dans la société française et la marche du monde). C’est aussi le roman du crime, le crime violent des forçats et des bas-fonds et les crimes feutrés des manipulations financières et des calomnies.
C’est l’apothéose de la Comédie humaine, le monument vers lequel convergent les héros du Père Goriot, des Illusions perdues, de Gobseck, de La maison Nucingen...
Où est le Balzac qui écrira sur notre société moderne ?


Crime et châtiment
Crime et châtiment
par Fedor M Dostoievski
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

4.0 étoiles sur 5 Amour et rédemption, 6 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crime et châtiment (Poche)
Décidé à réduire les lacunes de ma culture littéraire, j’ai enfin acheté le monument que constitue Crime et Châtiment.

Les premiers chapitres nous plongent dans l’esprit torturé (mélange d’intelligence, de sensibilité outrancière, d’égoïsme, d’orgueil) de Raskolnikov. Mon appréhension était grande car j’ai cru retrouver le héros de La Faim de K Hamsun que j’avais eu beaucoup de mal à supporter…
Mais Raskolnikov n’est pas si veule et se croit appelé à un grand avenir qui l’autorise à s’affranchir de la morale commune et à commettre un crime. Sa théorie scabreuse sur la richesse et la misère, sur la fin qui justifie les moyens pour améliorer la justice sociale, évoque à la fois les théories socialistes déjà en vogue en Russie et la philosophie nietzschéenne à venir.

Le crime constitue la véritable ouverture du roman et ouvre la voie à deux fils conducteurs passionnants.
D’une part, l’enquête policière digne des grands polards avec les méthodes psychologiques de Porphyre Petrovitch qui se livre à un jeu impitoyable et patient du chat et de la souris.
D’autre part, la plongée puis la rédemption du héros, soutenu par la figure quasi christique de Sonia qui après avoir payé de son corps pour soulager sa famille va se dévouer corps et âme pour sauver Raskolnikov.

C’est un roman impressionnant, à la construction rigoureuse (malgré quelques raccourcis un peu faciles comme l’épilogue ou intervention de Lebetzianikiv pour sauver Sonia injustement accusée par Loujine)
Tout repose sur les ressorts psychologiques. L’évolution du criminel avant le crime, lors de sa planification et de son exécution, puis dans la gestion des conséquences. Mais aussi Porphyre Petrovitch et Sonia déjà évoqués, le machiavélique et ignoble Loujine, le généreux et optimiste Razoumikhine…
C’est un roman ponctué de scènes inoubliables, le crime bien sûr mais aussi les dialogues entre Porphyre Petrovitch et Raskolnikov, le repas qui suit l’enterrement de Semion Zakharitch…
Et malgré la misère, la corruption, l’alcoolisme (je me demande dans quelle mesure ces étudiants affamés, ces femmes phtisiques qui meurent d’épuisement, ces adolescentes qui se prostituent sont des archétypes des romans européens du XIX ou des réalités sociales répandues ?), c’est un roman sur l’amour, la quête de pureté et la rédemption.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20