Profil de cinéphile40 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par cinéphile40
Classement des meilleurs critiques: 23.457
Votes utiles : 59

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
cinéphile40

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
L'ordre et la morale
L'ordre et la morale
DVD ~ Mathieu Kassovitz
Prix : EUR 6,85

3.0 étoiles sur 5 lieux de pouvoir, 30 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'ordre et la morale (DVD)
Je ne sais si il existe des journaux satyriques du type du Canard enchaîné aux EU, mais le film donne ce sentiment que ferait un article documenté et argumenté d’une prise d’otage et de l’opposition de deux pouvoirs, deux réalités, en fait trois si on compte les kanaks, celui de l’armée et celui du politique. Le politique est en pleine réorganisation, par là, je veux dire qu’il y a une cohabitation et des élections futures pour la tête de l’Etat. Ce n’est pas seulement la « raison d’Etat » qui est en jeu, c’est réellement un effet « longue vue » des gens sur le terrain, aussi doté d’existence que des insectes, et à l’autre bout, le pouvoir politique, pour qui le terrain, la réalité du terrain n’existe pas. Elle existe à travers les médias. Et lorsque la prise d’otage est sur le point de basculer vers des négociations grâce à la présence de journaliste, troisième pouvoir, le pouvoir politique veut frapper fort, pour apparaître fort. Et véritablement Kassovitz construit une œuvre, ses films français, cohérente, avec cette scission qu’il y a entre le pouvoir politique et la rue, entre ceux qui nous gouvernent et ceux qui vivent les difficultés quotidiennes de la crise économique. C’est aussi par son titre « l’ordre et la morale », nous sommes les garants ou les gardiens de l’ordre et la morale, alors que derrière chaque homme il y a des circonstances et une histoire personnelle, humaine, humaine donc compliquée. Parmi les films que m’évoquent celui de Kassovitz je citerais « Zero dark thirty » et « la chute du faucon noir ».


L'Ennui
L'Ennui
DVD ~ Charles Berling
Proposé par kifran95
Prix : EUR 8,79

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 belle comme un tonneau des Danaïdes, 7 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Ennui (DVD)
L’histoire se situerait par son côté décalé et à la limite de l’absurde, de « la métamorphose » de Kafka, et de « Bartleby le scribe » de Melville, rien dans ces récits n’est véritablement présent à l’image de ce film là, sinon, cette approche de la réalité philosophique plus que littéraire, avec « un personnage théorique », comme l’est le cafard chez Kafka, et l’employé de bureau chez Melville, et les deux fois comme dans ce film, on est face à quelque chose d’un autre monde, ici une amante qui persiste à ne jamais avoir d’opinion, d’inclinaison, de pensée, face à un philosophe qui est en plein débordement de sa réflexion, qui au début, se sent en danger parce qu’il n’arrive plus à se concentrer sur rien. Il lui faudrait une amante qui face comme un barrage détourne le flot de sa pensée, la contient, la maintient, mais il tombe sur Cécilia, aporie aussi philosophique que l’on ne peut saisir, qui échappe, qui ne retient rien, qui se satisfait des corps à corps amoureux, et encore, une volonté fonde un désir, et quelque part dans toutes les étreintes amoureuses, elle reste insaisissable manifestant un désir sans limite sans pour autant être nymphomane mais justement en rendant ses amants insatiables.


Maps to the stars [Blu-ray]
Maps to the stars [Blu-ray]
DVD ~ Julianne Moore
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Apparaître ou ne pas être, 5 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Maps to the stars [Blu-ray] (Blu-ray)
Le film souffre trop la comparaison avec Mulholand Drive de David Lynch. Ce que serait une symphonie pour Lynch, deviendrait de la musique de chambre pour Cronenberg. Les liens entre les personnages sont intriqués, avec tout le temps un fond d’une profonde noirceur. Si noire est la vie des protagonistes, un peu comme le père de Hamlet qui fait ses apparitions, qu’ils croisent des fantômes. Ce film c’est un peu Eve de Mankiewicz mais plus Larry Clark, et ses films au vitriol sur la jeunesse. Combien de films ont été tourné sur le monde du cinéma, des comédies musicales « Chantons sous la pluie » « Tous en scène », des films noirs « Sunset Boulevard », des films en hommage aux créateurs « les ensorcelés », mais c’est devenu plus rare. Là, le film met dans la bouche des protagonistes des répliques d’une méchanceté, d’un cynisme effarants. On pense aussi à Bret Easton Ellis,. La légende dorée d’Hollywood dont les héros sont complètement tarés. Cette perte de contact avec le réel se traduit, l’idée de faire agir des fantômes dans des séquences où la culpabilité est la plus forte, ces fantômes sont des projections, une sorte de mise en abyme, ils sont là dans la tête des comédiens, dans leur cinéma intérieur, dans ce qu’ils éprouvent en eux et non à travers des personnages qu’ils pourraient incarner. L’usine à rêves sans les rêves restent une forme viciée de capitalisme des amours propres de chacun, en cela, il rejoint Cosmopolis, avec des rapports à l’argent que peuvent avoir les comédiens, plus rapaces encore que les pires requins de la finance.


La Vie d'Adèle - Chapitres 1 & 2 - Edition Collector limitée - César® 2014 du meilleur espoir féminin [Édition Collector]
La Vie d'Adèle - Chapitres 1 & 2 - Edition Collector limitée - César® 2014 du meilleur espoir féminin [Édition Collector]
DVD ~ Léa Seydoux
Proposé par sandranne77
Prix : EUR 17,99

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 prouesses figuratives, 7 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
On a vraiment l’impression à la fin du film que rien ne fait plus mal que les chagrins d’amour. Les deux amantes qui se dévorent, consument un désir brûlant dans des étreintes érotisées, mais sans que cela fasse penser à la captation d’un réalisateur d’un film érotique. Le but n’est pas le même : pour ce film, il ne s’agit pas de provoquer le désir du spectateur, mais pas de l’extraire de la scène non plus, le côté sensuel, et esthétique l’emporte. La scène finale de la présentation des œuvres d’Emma qui dans ses toiles représentent souvent Adèle, fonctionne comme une mise en abyme mais aussi face à l’art figé, sur lequel des amateurs glosent, il y a la vérité du naturalisme, du corps vivant, de l’image mouvante. Ce film n’est pas un objet culturel. Peut-être est il plus un objet politique, ainsi les tensions que provoque aujourd’hui encore l’amour entre deux personnes de même sexe, et dans une scène incroyable dans un café, Adèle se jette sur Emma, en manque, physique et sentimental, et là, plus rien n’existe que ces deux jeunes femmes qui se donnent, l’une à l’autre, mais pas en spectacle, ainsi la profondeur de champ les isole de l’extérieur, cette scène démarre comme beaucoup de scènes sur les visages : ces visages…Autant Ozu filmait à hauteur des tatamis, autant Hawks faisait des plans américains ?!, Kechiche fait des plans à hauteur des visages. Au début, peut-être on peut se dire que c’est par facilité, et puis comme tout le film est sur des individus qu’on isole de la société, des individus contre la société, l’amour contre la société, finalement ces figures sont comme des empreintes qui restent. Marquer de son empreinte c’est une façon de dire exister.


Blue Jasmine
Blue Jasmine
DVD ~ Alec Baldwin
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 éthérée, volage, rêveuse, romantique et névrosée, 4 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blue Jasmine (DVD)
C’est l’éternel féminin à la manière de Emma Bovary. Non pas que toutes les femmes se retrouvent en Emma, ou en Jasmine, mais il y a dans la volonté de l’artiste Woody Allen de créer un personnage complexe, dont la trajectoire de vie pourrait symboliser à l’égard des mythes, une essence féminine. Jasmine rêve comme une princesse de son prince charmant qui l’emportera avec lui dans un monde luxueux, brillant de mille feux. Et ce monde qui possède ses codes, n’est pas le monde concret, du moins, il oblige à faire tourner la réalité à ses avantages, ainsi le mensonge y est roi, puisque comme les facettes d’une pierre précieuse, la duplicité multiplie les plaisirs, parce que on ne se satisfait jamais de ce qu’on possède, sinon comment être arrivé là où l’on est, à la tête d’un empire d’argent. Il y a une phrase de St Augustin qui dit « ne pas se satisfaire de ce qu’on a conduit à se nier en tant qu’être ». Et Jasmine écartelé entre son désir d’appartenir à un monde évanescent et ce monde que la plupart des gens vivent, pulvérisera sa personnalité qui explosera dans une forme de folie qui défendra obstinément le monde de paillettes et de strass : elle se mettra à soliloquer, le regard perdue, comme échouée sur un rivage, telle une sirène rejetée par la mer.


ONLY LOVERS LEFT ALIVE
ONLY LOVERS LEFT ALIVE
DVD ~ Tom Hiddleston
Prix : EUR 17,14

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 émaux et camées, 4 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : ONLY LOVERS LEFT ALIVE (DVD)
Réalisateur culte qui défie la norme film après film, réinventant une forme nouvelle au fur et à mesure de son oeuvre. On est convié comme avec Stendhal en happy few, particulièrement pour ce dernier opus du maître, parce que il flirte avec le dandysme comme jamais auparavant. Cette fièvre, ce spleen qui pourrit l’humeur d’Adam, jusqu’à ce qu’il imagine le suicide, pourrait être celui de Baudelaire, ou de poètes maudits, de romantiques anglais ou français dont la fréquentation selon Eve a nui à la santé mentale de cet immortel : car il est question de vampires, mais de vampires qui prennent des shoot à chaque fois que le sang coule dans leur veine, ce n’est donc pas une malédiction de devoir survivre par la mort des autres, et pas seulement une nécessité mais aussi une addiction. Malgré le mépris qu’ils ont pour le genre humain, ces vampires sont influencés artistiquement, et chaque œuvre d’art qui dépasse les époques est comme une petite tombe d’éternité. Jamais les vampires n’avaient été traités comme cela : ils aiment des œuvres qui sont intemporelles, qu’ils ne cessent de redécouvrir, eux-mêmes créent nourris de ces influences, et si ils sont fatigués des hommes/zombies, c’est surtout qu’ils sont fatigués d’eux-mêmes. N’importe quel humain se retrouvera dans le versant mélancolique dans lequel tombe Adam. La limite du film est peut-être là, quand les vampires se posent en commentateur, en moralisateur, de l’espèce humaine
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 20, 2014 8:36 AM CET


Magic Magic
Magic Magic
DVD ~ Michael Cera
Prix : EUR 9,68

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 angoissant, 4 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Magic Magic (DVD)
C’est l’histoire d’une adolescente qui est amenée à se séparer de son amie avec qui elle devait passer des vacances en compagnie d’autres amis de cette amie. C’est une première perte de repères. Et des repères elle ne va pas cesser d’en perdre. Le film est d’autant mieux construit qu’on assiste à une réalité en témoin objectif de la scène, mais souvent la caméra se fait subjective, ou bien toute la scène de la personne qui perçoit, se perçoit, et on ne sait pas si l’adolescente glisse dans la folie ou si l’on la pousse à délirer. Sur une montée d’angoisse, une attaque de panique, une bouffée délirante, sujets assez peu traités par le cinéma, c’est le meilleur film qui soit. L’adolescente est elle droguée à son insu ? Et l’amie de cette adolescente qui donne une fausse raison à son absence, et dont la véritable raison est qu’elle se fait avorter. La paranoïa, se nourrit de prise de pouvoir, le fait d’être manipulé, un des garçons utilise l’hypnose, dans une scène où on ne saura pas si Alicia est ou non sous influence. Hallucinatoire le voyage d’Alicia est cauchemardesque.


Family Life & Poor Cow
Family Life & Poor Cow
DVD ~ Terence Stamp
Prix : EUR 30,00

4.0 étoiles sur 5 une approche à la fois personnelle et juste de la schizophrénie, 4 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Family Life & Poor Cow (DVD)
Ken Loach est d’ordinaire un cinéaste d’une grande sensibilité et d’une grande justesse dans le traitement de ses sujets. Je veux dire une approche de l’humain très précise. Après c’est aussi un cinéaste idéologue, et parfois, la détresse d’un sujet face à la société, à la norme, au pouvoir supérieur ambiant, en font un cinéaste qui prônent la liberté contre la contrainte, l’individualité, la prise de responsabilité, s’assumer, lutter contre l’inégalité, « devenir », et tout ça se retrouve dans un de ses premiers films:
celui là. Je ne sais si le diagnostic est simpliste :une mère et d’un père font subir à leur enfant ce qu’ils se sont faits subir : cette sexualité qu’ils ont refoulé, cette vie privée de liberté tout sacrifié au devoir, le travail, et ces valeurs conservatrices qu’ils honorent, jusqu’à véritablement nier que le monde est en mouvement, qu’il faut s’adapter et pas adapter le monde à soi, ou le dénigrer ou être dans un complet déni du réel. Et comme on est en plein revendication de la jeunesse, de prise de pouvoir, la fin des années 60, le film semble vouloir dire que le changement de société déclenche chez des jeunes qui sont littéralement écartelés entre conservatisme et changement.


L'adulte surdoué - Apprendre à faire simple quand on est compliqué
L'adulte surdoué - Apprendre à faire simple quand on est compliqué
par Monique de Kermadec
Edition : Broché
Prix : EUR 15,10

9 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 tautologie, 11 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'adulte surdoué - Apprendre à faire simple quand on est compliqué (Broché)
Le livre à la manière des procédés qui visent à faire des miroirs toutes les prévisions astrologiques, ainsi notre caractère dépend de la configuration des planètes à notre naissance, décrit des situations, un panel de situations et de caractères qui englobent la totalité du spectre des comportements humains.

Au début, le livre tend à nous révéler que seuls les enfants ayant développé une surdouance dès leur jeune âge, peuvent devenir des adultes surdoués. Après elle fait sauter ce verrou, et même les enfants qui n’ont pas été révélés surdoués, peuvent être des adultes surdoués qui s’ignorent.

Le fait que l’aspiration à changer de vie est commun à un moment ou à un autre de sa vie, à 99.9% de l’humanité, va entraîner le plus grand nombre à adhérer à ces thèses.

Dans un sens ce livre parle à tous, mais répond aussi à toutes les attentes.

La psychologie présentée ici, est sclérosé, elle refuse la vie, les expériences de la vie, pour chiffrer, pour paramétrer tout, et l’intelligence devient la qualité primordiale, jusqu’à la favoriser comme seule moteur d’une société qui voudrait tendre vers le progrès.
On a tous un self et un faux self, on est tous différent dans la vie privée et en société, la société est vécue comme une instance normative qui rabote, punit, exclue la différence, niant l’individu dans sa liberté. Pour ceux qui auraient raté les tests de QI, ils restent les test de quotient émotionnel, ainsi que ceux de quotient relationnel. Cette façon de systématiser toute réaction et agissement humain fait autant plaisir à lire que le DSM IV.
La psychologie se montre sous son vrai visage : faire rentrer les individus dans des cases, « une science humaine » qui devient « inhumaine ».


Premières séances: Mon tour du monde du cinéma
Premières séances: Mon tour du monde du cinéma
par Patrick Besson
Edition : Broché
Prix : EUR 26,00

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 à éviter sur kindle, 13 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Premières séances: Mon tour du monde du cinéma (Broché)
éviter de commander ce fichier/livre sur Kindle, il ne possède pas de table de matières or l'intérêt d'acquérir cette intégrale de Besson critique de cinéma, c'est de pouvoir trouver le film dont on souhaiterait avoir un avis. Pour l'avoir feuilleté, je veux dire égrené, Patrick Besson sélectionne mal les films qu'il voit, et se limite à voir le message dans le récit, et sa cohérence par rapport à la vraisemblance, ce qui tient debout ou pas.


Page : 1 | 2 | 3