Profil de Eugene > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Eugene
Classement des meilleurs critiques: 1.862
Votes utiles : 430

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Eugene (Clichy, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
De sang-froid
De sang-froid
par Truman Capote
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un matin de 1959 au Kansas, 31 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : De sang-froid (Poche)
Je m'assoie sous le centenaire peuplier de Virginie qui trône majestueusement devant le tribunal de la cité, et j'observe. Je prends la température du milieu, je palpe l'atmosphère autour de moi. J'essaye de décrypter le regard sombre, noir des habitants et surtout de comprendre. Parce que le but de ma présence est bien la compréhension des faits. Je ne suis pas là pour juger mais simplement pour m'imprégner des faits. Et c'est là le tour de force de {{Truman Capote}}. Il m'entraîne en tant que lecteur et spectateur à me faire ma propre opinion de ce sordide fait divers. Jamais il ne prend partie, jamais il n'exprime son opinion, affiche ses jugements, ses mépris envers les coupables. Il ne se place pas en tant que juge et ne discute pas de la validité de la peine capitale. Il mentionne simplement (mais poétiquement) les faits. Du coup, je me prends pour le touriste en mal de sensation fraîche (bien qu'on soit en plein mois de novembre), pour le journaliste qui tente d'élucider l'affaire, pour le juge et/ou le cul-terreux du Kansas qui essayent de comprendre les motivations de ce crime. Je prends mon temps de découvrir ce Kansas, ses plaines, ses rivières, ses demeures et ses habitants. J'essaye de me fondre dans le paysage et de m'imaginer accueilli chaleureusement au sein de cette communauté. Et si je me contentai d'observer ? Moi, non plus, je ne suis pas là pour juger... Pourtant...


Les Heures
Les Heures
par Michael Cunningham
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Emouvant, 31 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Heures (Poche)
3 femmes, 3 lieux, 3 époques... Le destin tragique de ces 3 femmes relié spirituellement par le livre de Virgina Woolfe, "Mrs Dalloway".

Une curiosité très émouvante qui a su me toucher en tant que lecteur n'ayant même jamais lu du Virginia Woolfe. Une agréable surprise qui a su m'émouvoir sans me sentir apitoyer par par ces femmes. Un bon moment à passer à travers les âges autour de quelques "heures" passées avec Clarissa, Virginia et surtout Laura.


Bas les voiles !
Bas les voiles !
par Chahdortt Djavann
Edition : Poche
Prix : EUR 3,00

8 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hijab ?, 16 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bas les voiles ! (Poche)
Un pamphlet contre le voile islamique par une femme iranienne s'exprimant directement en français, sans mauvaise interprétation d'un traducteur.
Juste pour découvrir une femme musulmane et son point de vue sur le voile. Ses impressions, et ses craintes pour son pays, c'est subjectif acr elle donne clairement son avis mais c'est toujours interessant de le découvrir que l'on soit pour ou contre le hijab.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 14, 2011 6:32 AM CET


La Formule préférée du professeur
La Formule préférée du professeur
par Yôko Ogawa
Edition : Broché
Prix : EUR 20,30

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 80 minutes, 4 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Formule préférée du professeur (Broché)
Une histoire simple et émouvante entre une aide-ménagère et son fils et un vieux monsieur d'une mémoire de 80 mn, passionné de mathématiques et de base-ball.

Un roman optimiste qui donne foi en l'âme humaine où 3 générations se retrouvent pour vivre simplement des tranches de vie de 80 minutes. Un petit bonheur simple mais vrai...


Longue marche, tome 1 : Traverser l'Anatolie
Longue marche, tome 1 : Traverser l'Anatolie
par Bernard Ollivier
Edition : Broché

20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les premiers pas d'une longue, très longue marche..., 2 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Longue marche, tome 1 : Traverser l'Anatolie (Broché)
Istanbul, ville départ de ce long marathon à travers la Turquie et l'Anatolie.

Téhéran, ville arrivée pour cette première étape de la « Longue Marche » à travers une route de la Soie pleine de mystères, de saveurs et de découvertes.

Entre ces deux cités historiques, qu'y a-t-il ?

Des caravansérails et...

Beaucoup de souffrance physique et morale. Physique, tout d'abord, il suffit de regarder l'état de ses pieds, de ses hanches au bout de quelques journées de marche. Morale ensuite, parce que l'aspect physique influe aussi énormément sur sa psychologie et son esprit se trouve par moment submergé par des doutes, des peurs, des échecs.

Beaucoup de bonheur, de joie et d'attachement. Le bonheur de se retrouver seul, de pouvoir méditer sur son propre sort, de comprendre son corps et sa tête. Seule une longue marche permet une telle introspection de soi. Ce n'est pas pour rien que dans toutes les religions, les longs pèlerinages font office de chemin vers la foi. Mais le but de Bernard Ollivier n'est en rien un appel à Dieu. Il ne voit en son « pèlerinage » aucune connotation religieuse, simplement le désir, l'envie de se retrouver seul, face à soi, face à ses illusions.

Et moi dans tout ça, simple lecteur de cette aventure humaine ? Je sens cette souffrance. Mais je respire également ce bonheur. Loin des circuits touristiques à travers la Cappadoce ou le long des côtes maritimes, je découvre un pays sous un autre jour, sous une autre âme, celle de l'hospitalité, de la serviabilité et du devoir d'accueillir chez soi le vagabond, le pèlerin voyageur.

Un grand moment...


Longue marche, Tome 2 : Vers Samarcande : A pied de la Méditerranée jusqu'en Chine par la route de la soie
Longue marche, Tome 2 : Vers Samarcande : A pied de la Méditerranée jusqu'en Chine par la route de la soie
par Bernard Ollivier
Edition : Broché

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Carnet de route d'une longue, très longue marche, 2 juillet 2007
Et si je lisais pour ressentir de telles émotions, partir vers de telles découvertes et faire des rencontres qui ne me seraient jamais permises ? Voilà peut-être ma plus grande motivation, mon plus grand plaisir. Les lectures de Bernard Ollivier m'entraînent littéralement vers de nouvelles contrées que je n'avais jusqu'ici explorées aussi profondément. Elles me permettent de longs voyages que je rêve de faire (mais dont, à mon avis, je n'aurais jamais le courage d'entreprendre) et dépassent de loin l'ensemble des guides touristiques et culturels sur ces pays visités. Elles donnent une autre vision du monde dans lequel nous cohabitons tous ensemble. La Route de la Soie se transforme en Route du Coton et les épices parfument aussi bien les souks que ma lecture.


Julip
Julip
par Jim Harrison
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Julip, Chien Brun et un vieux Prof : un trio de charme, de doutes et de passions, 2 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Julip (Poche)
Dans le désordre, on retrouve dans le Montana, le fameux « Chien Brun », ce sang mêlé qui manie le sexe et la boisson avec une philosophie toute particulière bien à lui. Sa vie est faite de détachement, de désir de solitude et de frasques sexuelles. Toujours avec un brin d'humour, Chien Brun est devenu ce héros d'un grand Jim avec qui j'ai terriblement envie de boire un coup, histoire d'en apprendre un peu plus sur la vie. Terrible !

Et puis, je croise sur ma route une certaine Julip, une petite nana d'à peine 20 piges, légèrement délurée. Elle navigue de bars en motels, elle flotte du lit jusqu'au zinc et inversement. Sa vie est juste faite d'un tas de choses inutiles, le genre de trucs qu'on dépose sur un trottoir parce cela ne rentre plus dans son vieux break Subaru devenu sa maison et son âme. Julip n'a qu'un simple rêve, certains diront utopiques : celui d'être aimé pour ce qu'elle est et non plus pour ses délicieuses courbes.

Enfin, mais je l'ai gardé pour le final, la rencontre avec Phillip Caulkins, un professeur d'université de 50 ans, contraint à une retraite anticipée pour des raisons faussement impudique. A son âge, il aime encore, il garde la passion et la flamme de l'amour. La nouvelle la plus émouvante et le retour à la nature de ce vieux professeur. Simplement touchant ! Et merveilleux ! Jim Harrison et le Montana. Quand on a attrapé le virus, on ne sort plus du Montana. On s'y accroche. On y couche à la belle étoile. On y croise des ours et des bisons et des auteurs formidables prêts à vous faire rêver des nuits entières même sous la neige, même dans le froid, même lorsque vous vous sentez seul...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 30, 2013 6:44 PM MEST


La lune de ce monde flottant
La lune de ce monde flottant
par Ihara Saikaku
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La solitude face aux courtisanes, 29 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La lune de ce monde flottant (Poche)
Des marchands et fils de marchands dépensent leur fortune pour entretenir une (des) courtisane(s). Tant, qu'au bout d'un moment, leur fortune se retrouve totalement dilapidée. Et que reste-t-il donc à ces marchands, au bord de la misère ? Ils se retrouvent poussés à l'écart, mis en marge de la société, rejetés de tous devant cet incompréhensible pauvreté. Seul et irrémédiablement perdu et honteux...

Saikaku se place du coté du misérable marchand, perdu dans ce monde de luxure, il dissèque les relations entre lui et les courtisanes, entre lui et les autres. Le « paraître » a toute son importance dans cette époque où montrer son luxe et sa générosité est gage de pouvoir et de raffinement. Et plus on s'enfonce dans ce monde, plus les apparences deviennent difficiles à dépasser, et plus la misère vous guette, et plus la solitude vous fait perdre totalement espoir. Et si plus d'espoir...


Au col du mont Shiokari
Au col du mont Shiokari
par Ayako Miura
Edition : Broché
Prix : EUR 19,80

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu est Amour, 29 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au col du mont Shiokari (Broché)
Ce roman, basé sur une histoire vraie, m'a totalement bouleversé, radicalement changé. Autant l'avouer de suite, je ne me sens pas l'âme chrétienne. Une tradition soi-disant familiale a fait de moi un supposé chrétien par les actes de baptême, communion et même confirmation. Mais, de foi, il n'en a jamais été réellement question. Peut-être que les mots ou la manière visant à me faire découvrir cette religion n'ont pas été les bons, ni l'époque. Alors d'où me vient ce soudain intérêt pour le sujet ? Les mots simples employés par Ayoko Miura ont donc su me convaincre et ont réussi à percer jusqu'à présent mon caeur et mon esprit, jusqu'ici très réfractaire au christianisme. Je découvre grâce au Japon une nouvelle religion, une nouvelle philosophie. Je ressens de nouvelles émotions, une réflexion au plus profond de moi s'immisce dans le peu d'esprit qu'il me reste. Je ne dis pas que du jour au lendemain, je vais devenir un fervent croyant et pratiquant, que le week-end prochain, au lieu de regarder Téléfoot, j'irai à la messe dominicale. Mais sur le coup, je me pose pas mal de question sur mon existence, sur mon rôle à jouer et sur mon devenir...

Et si la spiritualité était simplement l'abandon de soi...

« Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ;

mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruits.»


Dur, dur
Dur, dur
par Banana Yoshimoto
Edition : Broché
Prix : EUR 10,15

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mort, Jizô et Amour..., 20 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dur, dur (Broché)
L'univers créé par Banana Yoshimoto, autour de deux courtes nouvelles, entraîne ma pensée vers des chemins torturés où règnent simultanément l'amour et la mort. Ces deux histoires, au premier abord, très sombres confrontant deux jeunes japonaises à la mort d'une personne chère et très proche se révèlent pourtant d'un optimisme grandissant au fil de ma lecture.

La mort y est omniprésente et les protagonistes traversent des moments de leur vie vraiment « durs », mais c'est justement par ces instants graves et intenses qu'elle vont pouvoir revivre, retrouver une partie de leur bonheur échappé plus tôt en surmontant leurs tristesses et en faisant le deuil (sans oublier) de leurs amours passés...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11