Profil de Eugene > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Eugene
Classement des meilleurs critiques: 4.885
Votes utiles : 465

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Eugene (Clichy, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Timber Timbre (2CD Ltd)
Timber Timbre (2CD Ltd)
Prix : EUR 7,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Folk & Blues à l'état sauvage, 14 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Timber Timbre (2CD Ltd) (CD)
Une seule écoute m'a amplement suffit pour y percevoir toute l'émotion de cette musique entre folk et blues, à la fois dépouillée et mélodieuse, sans jamais être ennuyeuse. Sombre mais pas déprimante.

Plus que le minimalisme de sa musique, j'ai apprécié sa simplicité et sa pureté. Dans ce genre de folk, la voix a de fait son importance et le timbre de « Timber Timbre » possède ce petit plus qui fait vibrer mon cœur.

Du folk et du blues. Ce disque m'évoque pour son ambiance un côté Tom Waits, sobre et la voix pas encore enraillée par l'abus de vin rouge et de whisky frelaté.

Du folk proche de la nature, du blues à l'état sauvage comme un bison paressant dans un ranch qui n'a même pas de nom.


De grâce et de vérité
De grâce et de vérité
par Jennifer Johnston
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La vérité est ailleurs, 6 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : De grâce et de vérité (Poche)
Une vie à Dublin, dans les romans, n'est jamais insignifiante. Un drame se cache toujours dans cette littérature irlandaise. Rarement le bonheur y est accessible. Toujours la tragédie se prépare. C'est un paysage littéraire totalement à part où il n'est pas simplement question de déboires d'ivrognes sortis d'un des nombreux pubs au milieu d'une terre tourbée. J'ai même presque honte lorsque la dernière page achevée du roman de Jennifer Johnston, je me précipite sur mon verre de bière à la mousse blanche débordante. Pour moi, l'Irlande, ce sont les pubs, les bières et la tourbe. Alors excusez du peu, si je tente de me cultiver un peu avec cette littérature où les drames familiaux s'enchainent et où le bonheur est un concept presque abstrait.

Et ce roman, De grâce et de vérité, fut un grand moment d'émotion. J'en suis sorti totalement emballé par cette histoire de sombre secret de famille...


Quiet Is the New Loud
Quiet Is the New Loud
Prix : EUR 14,34

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Insolation Norvégienne, 6 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quiet Is the New Loud (CD)
Ils s'appellent Eirik Glambek BØe et Erlend Øye, un brin plus difficile à prononcer que Simon & Garfunkel. Norvégiens, ils se sont donc choisis un nom aux accents plus anglophones « Kings of Convenience » et enregistrèrent à Liverpool ce premier album : « Quiet is the New Loud ». Une chose est sûre, la quiétude règne avec cette pop-folk aux accents plus chaleureux que nordiques. Par moment, j'ai le sentiment de me retrouver sur une plage brésilienne, un aire de bossa-nova, avec pour seul bagage mon short de bain, mon bob, mes tongs et une guitare sèche.

Les voix sont douces, chaudes, désespérément lentes tout comme les mélodies harmonieuses et insouciantes. Je m'endormirais presqu'avec eux, mais faut que je fasse gaffe à l'insolation ! Certes, ils n'ont pas inventé grand-chose, la musique est de toute façon un éternel recommencement ; Simon & Garfunkel étaient passés par là quelques décennies plus tôt. Il y a cette même élégance, parfois un peu trop fade, un peu trop épurée provoquant un détachement involontaire. Mais bon, c'était leur premier album (datant de 2001) justement basé sur la complicité des deux guitares, deux grattes folks qui discutent entre elles parmi les voix fredonnées presque susurrées d'Eirik et Erlend. Presqu'intimiste et totalement dépouillé. Aussi dépouillé que le bikini d'une norvégienne sur une plage brésilienne.


Two Men With The Blues
Two Men With The Blues
Prix : EUR 12,19

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mon country-blues-jazz d'un soir, 6 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Two Men With The Blues (CD)
A ma gauche, le vétéran : 75 ans, toutes ses dents, armé d'une guitare et d'une voix tranchante légèrement nasillarde et souvent rapeuse.

A ma droite, le challenger : un jeunot de 46 ans à peine. Son arme de prédilection : la trompette, le swing et le smooth.

Bienvenue au Lincoln Center, et...

J'entends quelques applaudissements, mais oui...

Voilà qu'entrent sur le ring, W & W, Willie & Wynton !

Willie Nelson, la légende vivante de l'american country qui compte parmi ses plus fidèles admirateurs Tom Waits, Bob Dylan ou Neil Young.

Winton Marsalis, toujours aussi classieux, toujours aucune fausse note, le style propre, le swing nostalgique.

10 titres du répertoire blues, des standards pour passer une agréable soirée, chaleureuse au coin d'une cheminée autour d'une choppe d'une bière fadasse et du label Blue Note.

« Two Men With the Blues », c'est du swing, de la mélancolie, de l'humour, de la pêche et de l'amour.


Pink Floyd : live at Pompei (the director's cut)
Pink Floyd : live at Pompei (the director's cut)
DVD ~ Pink Floyd
Prix : EUR 9,58

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dieu, des cymables et un GONG, 23 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pink Floyd : live at Pompei (the director's cut) (DVD)
Un jour, Dieu est apparu et a donné à l'homme une paire de cymbales.
Le lendemain, Dieu, insatisfait, fabrique une Fender Telecaster qu'il donna à son fils David.
Le surlendemain, il manquait un truc à Dieu : il avait besoin d'un GONG.
C'est à partir de ce moment-là que l'Homme s'est mis à jouer de la Musique avec un grand M.
Depuis, l'Homme est sorti de son obscurantisme musical et il en est sorti le plus grand moment de sa vie.
Ses incantations en sont la preuve même, fidélité et hommage à ce Dieu.

Maintenant, l'Homme peut s'éteindre en paix,
Il a réussi sa mission auprès de Dieu.


Même la pluie
Même la pluie
DVD ~ Gael García Bernal
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 7,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La guerre de l'eau, 24 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Même la pluie (DVD)
Le cinéma comme je l'entends : des paysages à me faire voyager assis dans mon fauteuil, un scénario intelligent qui me fait sentir moins bête à la fin du générique et des acteurs émouvants qui m'arrache sourire et/ou larmes.

Pour les panoramas, direction les hauts plateaux boliviens. Un paysage de toute beauté au milieu d'une forêt verte et luxuriante. Pour le scénario, il est signé Paul Laverty. Ce nom ne me disait pas grand-chose mais il est souvent le complice de Ken Loach et apparait au générique de chacun de ses films. « Même la pluie » est d'ailleurs en plus de formidablement distrayant et dépaysant une œuvre parfaitement sociale : Ken Loach n'est pas présent, mais la réalisatrice ibérique Iciar Bollain est une fidèle, une inconditionnelle du réalisateur anglais. Les acteurs, quand à eux et un mélange de crus locaux, de représentants espagnols et de la « star » montante espagnole, Gael Garcia Bernal (Amours Chiennes, Babel, Carnets de voyage, La Mauvaise Education, The Limits of Control...


Park Life
Park Life
par Shuichi Yoshida
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un Starbucks à Hibiya Park, 24 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Park Life (Poche)
Le roman est court, mais il m'a particulièrement ému car il propose de découvrir non pas les buildings tokyoïtes mais l'âme de quelques habitants qui se cherchent, se perdent et se trouvent au caeur d'un parc de verdure, un parc de vie où règnent silence et beauté. Il ouvre une petite parenthèse de calme et de sérénité au sein d'un monde où tout est sensé aller très vite, sans prendre le temps de réfléchir aux vraies valeurs et aux petits bonheurs du quotidien, de s'épancher sur les rapports humains le temps d'une simple et courte tranche de vie.


Michel Poiccard
Michel Poiccard
Prix : EUR 16,96

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Punk is not Dead !, 19 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Michel Poiccard (CD)
Un punk rock solide et franc fusionnant avec une musique électronique et quelques échantillonnages de production hip-hop, le groupe mérite surtout d'être vu sur scène. Certaines critiques comparèrent leur énergie et leur musique aux premiers albums des Beastie Boys - au moins dans l'état d'esprit qui s'en dégage.

Du pur Punk !

Un grand moment de délire sauvage et puissant, le genre de truc pour défouler les masses. A voir sur scène, ça déménage !


Eternal Moments
Eternal Moments
Proposé par CRAZYCD
Prix : EUR 5,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rencontre intimiste entre un pianiste et un saxophoniste, 10 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eternal Moments (CD)
Finesse, subtilité, tout est simplement beau dans ce disque. Le piano, le sax', la flute, les envolées et cette lande que l'on survole en écoutant les deux compères discourir ensemble sur les compositions de l'un, sur une reprise de Monk ou sur une interprétation de Ravel.
Une musique aérienne, légère qui vole, virevolte, survolte entre les cormorans.
Une musique qui me chavire et m'enivre de par son lyrisme et sa fougue, de par son énergie et son calme et qui laisse libre court à son imagination pour planer et continuer le voyage au-delà de la galette argentée.


8 fois debout
8 fois debout
DVD ~ Julie Gayet

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sept fois à terre..., 10 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : 8 fois debout (DVD)
Elsa (Julie Gayet) et Mathieu (Denis Podalydes) sont voisins de palier. Tous deux au chômage, tous deux à la recherche d'emploi, tous deux sous la menace d'expulsion parce qu'il n'arrive plus à payer leur loyer. Ces deux-là sont prédestinés à se rencontrer, à se retrouver comme une bonne comédie romantique. Mais voilà, de romantisme, il n'en est point (ou presque) question dans ce film - 1er film de Xabi Molia - qui tire plus sur la chronique sociale et humaine.

Est-ce du cinéma ? Pas tout à fait, tant le film raconte une réalité, celle de la France d'en-bas, celle des petites gens qui de petits boulots en boulots merdiques se rapprochent de plus en plus d'une situation indéniablement précaire. Et c'est là que le film touche, car l'on sent de suite que tout est plausible, que tout est vrai, que c'est la France de Sarkozy et de Parisot, celle qui nous dit qu'il faut travailler plus et que la précarité est devenu inévitable pour notre société.

Revenons au film. On pourrait prendre Elsa et Mathieu simplement pour des losers enchaînant les galères. Mais la réalité est plus complexe quand on sait ô combien il peut être difficile d'expliquer plusieurs années creuses sur un CV. On assiste à leurs entretiens d'embauche - avec peine (même si cela prête à sourire), on voudrait les aider, les voir s'en sortir car ils paraissent profondément humains, pas obnubilés par le « paraître », par la réussite sociale. Ils veulent juste vivre, simplement, parmi les autres humains, et ne plus se voir comme des désespérés, ne plus être considérés par les autres (ceux qui ont un costume et une cravate) par des pestiférés.

Et lorsque la situation atteint un point de non-retour, il y a la dernière étape : celle du retour à la nature où tous deux vont se réfugier dans la forêt verte de Dordogne - le Périgord Vert. Autre atout du film, cette forêt, riche et luxuriante. Un attrait pour Elsa et Mathieu qui vont se réfugier là-bas pour respirer de nouveau et reprendre espoir, se ressourcer. C'est dans la Nature que l'homme se reconstruit. C'est dans la sensibilité que ces deux antihéros précaires ont décidé de vivre, car malgré toutes les galères, une lumière d'espoir continue d'entretenir la minuscule flamme de l'avenir. Peut-être sont-ils inadaptés à la société contemporaine qui n'est faite que de profit et de compétition, mais pour moi, ils sont avant tout humains, touchants (et les acteurs sont magnifiques de justesse).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11