Profil de Autonome > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Autonome
Classement des meilleurs critiques: 758
Votes utiles : 340

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Autonome (London United Kingdom)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le Légataire, Tome 2 : Le songe de Médine
Le Légataire, Tome 2 : Le songe de Médine
par Frank Giroud
Edition : Relié
Prix : EUR 13,90

3.0 étoiles sur 5 Abracadabrant, 28 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Légataire, Tome 2 : Le songe de Médine (Relié)
Le problème de fond de cet album c'est qu'il remet complètement en question les conclusions du "Décalogue" (au moins celles de son dernier tome - le tome X) et donc qu'il fait perdre beaucoup de crédibilité à la BD originale. C'est un peu un crime de lèse-Décalogue commis par Giroud dans ce tome et il semblerait que l'auteur ait oublié que l'oeuvre, une fois dans le public, ne lui appartient plus.
Ce changement de braquet se passe plutôt vers la fin de l'album et au début, il faut subir toutes les avanies par lesquelles passe la malheureuse Gwen Kinnel. Torturée, frappée, kidnappée. A sa place, moi, c'était le psy direct. Là tout va bien, elle repart au boulot quelques semaines plus tard. Sur la fin, le Vatican montre son nez probablement trop curieux. On s'inquiétait...
Ajoutons que Camille Meyer ne retrouve pas tout à fait le style de Béhé, et on se retrouve avec un album où il y a beaucoup trop de rebondissements et de coups de théâtre, au détriment de l'émotion - cette émotion qui faisait tout le prix du "Décalogue".


Valérian - Tome 20 - Ordre des Pierres (L')
Valérian - Tome 20 - Ordre des Pierres (L')
Prix : EUR 5,99

4.0 étoiles sur 5 La poétique Valérian, 19 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Valérian - Tome 20 - Ordre des Pierres (L') (Format Kindle)
Contrairement à d'autres ici, j'ai beaucoup aimé l'Ordre des Pierres. Suite directe de "Au bord du grand rien", cet album (qui sent la fin de cycle) est une réussite car il montre nos deux auteurs complètement détachés de tout objectif commercial: ils font exactement ce qu'ils veulent, à commencer par l'ami Mézières, qui ne fait plus vraiment de dessin de BD, mais de la peinture, parfois du Watteau ou du Monet (pages 4 à 7), parfois de la fresque spatiale (les dessins en pages 25-28), et généralement un découpage qui, comme souvent, montre que la planche de BD est trop petite pour lui.
Christin sort un scénario tout à fait en ligne avec le précédent qui nous fait penser qu'on est sans doute pas loin de retrouver trace de la terre. Les personnages du vaisseau d'exploration Singh'a Rough'a sont haut en couleur, on a droit à une jolie bataille spatiale, les pierres du titre font des méchants glaciaux et sans pitié et c'est vrai que la nostalgie l'emporte. C'est un peu à la recherche de notre jeunesse que nous partons avec ce nouveau (dernier?) cycle et, comme souvent, c'est vraiment Laureline qui porte la culotte et qui est la seule, in fine, à tout comprendre.
un album très satisfaisant.


A propos de Valérian
A propos de Valérian
par Christin
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Le secret de la création, 14 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A propos de Valérian (Broché)
Ce petit opuscule mériterait d'être réédité.
Il approfondit les secrets de la coopération entre Christin et Mézières et donne quelques idées sur le processus de création de Valérian.
Christin élargit le propos à ses autres collaborations (Bilal, Goetzinger, Juillard), mais qu'on se rassure: malgré deux entretiens et tous les détails fournis, la création de Valérian garde absolument tout son mystère. Les ingrédients sont là, mais ce qui est inquantifiable, c'est le génie des deux auteurs afin que la sauce prenne.
Même dans ses limites, ce petit livre est fort intéressant.


Mandrill, Tome 7 : La nasse
Mandrill, Tome 7 : La nasse
par Frank Giroud
Edition : Album
Prix : EUR 9,99

4.0 étoiles sur 5 Les meilleures chose ont une fin..., 14 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mandrill, Tome 7 : La nasse (Album)
Le septième et dernier tome de Mandrill (La Nasse) m'a encouragé à relire toutes les aventures de cet avocat ancien résistant, emprisonné et finalement embarqué dans une mission d'espionnage suicide en pleine Russie soviétique dans les années 50.
On peut dire que les ventes n'ont pas été tendres avec cet opus de Frank Giroud, un des rares échecs de son auteur à ce stade de sa carrière.
Il faut dire que les changements de ton de cette BD étaient fort inhabituels: polar à énigme dans les deux premiers tomes, descente aux enfers/mélo dans les deux suivants, et finalement film d'espionnage genre "mission impossible" dans les trois derniers tomes - avec une intrigue que Giroud recyclerait dans son "Serpent sous la glace" (avec moins de succès).

A la relecture, on est frappé par le fait que les aléas de la vie changent le personnage de Mandrill. De jeune loup gauchiste se la pétant un peu dans le tome un, il se prend un sacré coup de vieux à la fin du tome deux, avant d'être soumis à une déchéance que l'on pense fatale dans les tomes III et IV. L'intrigue des Tome V-VII a pour héro un homme fatigué, qui doit jouer le tout pour le tout et auquel le scénario de Giroud n'offre qu'une chance sur mille de s'en sortir vivant.

Ce qui pouvait paraître incohérent et mélodramatique d'un tome à l'autre prend tout son sens lorsque l'on relit la BD d'un coup - et les trois derniers tomes font partie des meilleurs scénarios de Giroud, et en matière de suspense, la BD se pose là...Baruty fait bien le boulot (bien que l'ancienne Leningrad soit un peu trop impersonnelle à mon goût) et l'on ne peut que regretter le départ de Mandrill à la fin du tome VII, départ que l'on devine final...

Une oeuvre expérimentale mais finalement intéressante toujours et captivante parfois.
Giroud à son plus passionnant...


Secrets, Le Serpent sous la glace - tome 3 - Secrets, Le Serpent sous la glace, tome 3
Secrets, Le Serpent sous la glace - tome 3 - Secrets, Le Serpent sous la glace, tome 3
par Jovanovic
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

4.0 étoiles sur 5 Dénouement solide..., 31 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Pas de déception en ce qui concerne le dénouement de ce "Serpent sous la glace", la deuxième histoire de la série "Secrets" de Frank Giroud. Les qualités (sens de la narration, profondeur des personnages, suspense) que j'avais mises en avant lors de ma critique des tomes 1 et 2 sont au rendez-vous, ainsi que quelques défauts (cadre historique déjà utilisé dans Mandrill, dessin assez plat, un peu de routine s'attachant à une mécanique bien huilée).
C'est efficace, de bon niveau, on passe un bon moment mais il semblerait que Giroud se soit mis un petit peu en pilotage automatique.
Au total, une bonne BD mais on a l'impression que le génie de Giroud se fait moins généreux depuis "le Décalogue" et ses suites...


Secrets, L'Écharde - L'Intégrale - tome 1 - Secrets, L'écharde intégrale
Secrets, L'Écharde - L'Intégrale - tome 1 - Secrets, L'écharde intégrale
par Marianne Duvivier
Edition : Relié
Prix : EUR 24,00

3.0 étoiles sur 5 Beaucoup trop long, 8 août 2014
Après "Le Décalogue", "Secrets" allait s'avérer être le prochain projet pharaonique de Franck Giroud. La profession de foi de la série est de mettre à jour des secrets familiaux enfouis depuis des décennies et déterrés une ou deux générations plus tard. La série dans son ensemble serait formée d'histoires indépendantes en deux ou trois tomes chacun. On comprend ce qui a séduit Giroud dans cette entreprise: passer de la fresque shakespearienne du "Décalogue" à un intimisme plus "chambriste" avec des histoires beaucoup plus personnelles. Malheureusement, le récit inaugural, "L'Echarde", ne tient pas complètement ses promesses, pour une multitude de raisons.

D'abord le manque de chance. En effet, "L'Echarde" est sorti exactement au même moment que le roman de Philippe Grimbert, "Un Secret", phénomène éditorial adapté au cinéma par Claude Miller. Les deux œuvres racontent plus ou moins exactement la même histoire, et il semble que l'exploration des secrets de famille ait été dans l'air du temps en 2004. L'effet de surprise positif ne peut donc pas jouer pour les deux œuvres.

Le second problème, c'est la politique éditoriale de Dupuis. A partir du moment où en quatrième de couverture Dupuis écrit "Drancy, 1942" en gros, une grande partie du "Secret" lui-même disparaît, au moins lorsqu'on a un minimum de culture générale. Une grande partie de ce qui arrive dans ces 120 pages est donc, là encore, largement prévisible.

Le troisième problème est le scénario lui-même, truffé d'invraisemblances et de coïncidences plus délirantes les unes que les autres (le pompon étant atteint quand Annette retrouve l'infirmière qui l'aurait accouchée vingt ans plus tôt, par le plus grand des hasards). Par ailleurs, je ne pense pas que "L'Echarde" avait suffisamment de matière pour tenir plus de 100 pages. Un seul tome de 55 pages eut été largement suffisant dans la mesure où une large partie de l'intrigue est passée à subir les états d'âme (assez ennuyeux) de cette pauvre Annette.

Enfin, le dessin de Marianne Duvivier oscille entre le mélodrame et le roman-photo. La force des dessinateurs de Giroud tient en ce qu'ils arrivent en général à immerger le lecteur dans une réalité historique très précise et très documentée, avec naturel. Le Paris de Mai 68 de Duvivier est plat, avec quelques CRS (qui ressemblent à des bisounours) et quelques hippies mal rasés. L'atmosphère de "L'Echarde" ne rend absolument pas compte de l'atmosphère de menace (pour les uns) et d'enthousiasme révolutionnaire (pour les autres) qui régnait à Paris à l'époque. Au lieu de cela, Duvivier nous rend une ville édulcorée et assoupie, telle un chromo délavé. Je trouve la dessinatrice beaucoup plus inspirée sur les paysages infinis et l'austérité terrienne de St Agnel de Crouzes, mais cela ne suffit pas.

Mais...mais...mais...Giroud, comme parfois, nous sort un lapin de son chapeau dans le dernier tiers de son histoire et le récit se développe en intrigue à tiroir avec une chute imprévisible, mais crédible et bien préparée, et donc extrêmement réussie.

Ce récit n'est donc pas complètement raté mais une intrigue plus ressérée l'aurait sans doute beaucoup mieux servi.
Dans l'ensemble donc une oeuvre qui ne prend son envol que dans son dernier tiers et qui laisse donc une impression fort mitigée...


Secrets, L'Écharde - tome 2 - Secrets, L'Écharde, tome 2
Secrets, L'Écharde - tome 2 - Secrets, L'Écharde, tome 2
par Marianne Duvivier
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 Chute réussie, 8 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Secrets, L'Écharde - tome 2 - Secrets, L'Écharde, tome 2 (Broché)
On se souvient que j'avais été peu impressionné par le premier tome de cette nouvelle série: politique maladroite de l'éditeur qui en racontait trop en quatrième de couverture, histoire fatiguée et prévisible, timing épouvantable avec la sortie du film "Un secret" qui racontait la même chose, dessins pâles du genou de Marianne Duvivier.

Pendant toute la première partie de ce second tome, rien ne s'arrange au contraire: le mélo emporte tout sur son passage et on attend avec impatience que cela se termine...mais...Giroud, comme parfois, nous sort un lapin de son chapeau et le récit se développe en intrigue à tiroir avec une chute imprévisible, mais crédible et bien préparée, et donc extrêmement réussie.

Marianne Duvivier habite un peu mieux les non-dits de son histoire (la virée d'Annette à Paris en page 11, Raymonde seule sur le quai en page 22, et surtout l'expressivité du visage d'Annette en pages 35-36). Malheureusement la dessinatrice ne capte toujours pas Mai 1968 et ses CRS ressemblent plus à des Bisounours habillés en noir qu'à de vrais flics menaçants...

Un second tome donc bien plus satisfaisant que le premier, mais une oeuvre qui, dans son ensemble, laisse une impression mitigée...


Les Sous-sols du Révolu: Extraits du journal d'un expert
Les Sous-sols du Révolu: Extraits du journal d'un expert
par Marc-Antoine Mathieu
Edition : Album
Prix : EUR 16,25

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Plat, compte tenu de l'historique de l'auteur..., 30 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Sous-sols du Révolu: Extraits du journal d'un expert (Album)
J'attendais beaucoup de la rencontre entre le Louvre et l'univers foutraque de Marc-Antoine Mathieu. Sans doute en attendais-je trop...
En tout état de cause, je suis d'accord avec le commentaire le plus critique ici: MAM recycle pas mal d'idées utilisées précédemment, les recherches et l'expertise de son personnage principal deviennent lassantes à la longue, et la fin est tout à fait prévisible.
On a l'impression que MAM n'a pris aucun risque pour célébrer le Louvre. De Crécy, qui avait choisi de se positionner à mille lieux de son univers habituel avec "Période Glaciaire" a pris à mon sens plus de risque et cette prise de risque paye. Avec le "Sous-sol du Révolu", Marc-Antoine Mathieu ajoute un pan un peu inutile à son oeuvre kafkaienne et paranoiaque. Une déception.


Long Voyage de Léna (Le) - tome 25 - Long voyage de Léna (Le) T1
Long Voyage de Léna (Le) - tome 25 - Long voyage de Léna (Le) T1
par Pierre Christin
Edition : Album
Prix : EUR 14,99

5.0 étoiles sur 5 "Tout était paisible, mais tout ce qui est paisible est précaire", 21 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Long Voyage de Léna (Le) - tome 25 - Long voyage de Léna (Le) T1 (Album)
2006 était décidément l'année de la renaissance pour Pierre Christin.
Avec son complice André Juillard, il entreprend un de ses "voyages en BD" dont il a le secret. Cela nous a donné quelques chefs d'oeuvres, comme "L'Homme qui fait le tour du monde" ou bien "Lady Polaris". Quelques pensums aussi, comme "L'Etoile oubliée de Laurie Bloom".
Ici, ce "Long voyage de Léna" est absolument magnifique - d'abord grâce aux dessins splendides de Juillard - en particulier sa co-création Léna, héroïne de cette album. Léna est une personne d'une grande tristesse et il est vrai que la tristesse domine tout au long de cet album: une tristesse inéffable, impalpable - mais qui se manifeste dans le dessin de Juillard et les yeux de Léna, perdus dans le vide et dans son passé - et ses planches entières, sans dialogue, avec juste ces paysages magnifiques de Berlin à Alep en passant par Budapest, et Léna qui noie son chagrin dans sa mission.
Il faut dire que le scénario de Christin fait honneur à l'écrin magnifique d'André Juillard. La veine litteraire du scénariste de Valérian est à son meilleur et le lecteur est pris dans cette aventure toujours captivante, toujours pesante.
Un grand, bel album - pas loin d'être un classique...


Quintett - tome 4 - Histoire de Nafsika
Quintett - tome 4 - Histoire de Nafsika
par Jean-Charles Kraehn
Edition : Album
Prix : EUR 15,50

2.0 étoiles sur 5 Pâlot..., 17 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quintett - tome 4 - Histoire de Nafsika (Album)
Ce "Quintett" de Frank Giroud commence finalement à devenir un peu lassant. Après un très bon début ("Dora Mars"), un second tome plus difficile ("Alban Méric") et un très solide troisième mouvement ("Elias Cohen"), Giroud nous ramène en 1916 avec l'histoire de Nafsika Vasli. Le problème c'est que par rapport aux autres tomes, l'intrigue est (selon les standards très élevés de Giroud) d'une linéarité confondante et que le rapport avec les personnages des tomes précédents est quasiment inexistant. Le dessin de Kraehn est un peu passe-partout et, comme quelques séries de Giroud dans les années post-Décalogue ("L'Expert", Secrets"...) on a l'impression que l'auteur a du mal à tenir la distance. Il est temps que "Quintett" se termine...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20