undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères
Profil de Valérie Alamo > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Valérie Alamo
Classement des meilleurs critiques: 131.105
Votes utiles : 29

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Valérie Alamo "valeriealamo"

Afficher :  
Page : 1
pixel
Guardiola Eloge du style
Guardiola Eloge du style
par Thibaud Leplat
Edition : Broché

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le style de Guardiola et de Thibaud Leplat, 25 août 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Guardiola Eloge du style (Broché)
J'attendais "Guardiola éloge du style" depuis longtemps. Depuis ce jour où par hasard mon regard s'est arrêté sur « Clasico, Barcelone/Real Madrid la guerre des mondes » dans les rayons d'une librairie.
Je cherchais un ouvrage sur le Barça et j'ai trouvé plus qu'un livre, un écrivain ! Avec le vertige de penser que j'aurais pu passer à côté …comme je dois malheureusement passer à côté d'autres écrits qui rendraient ma vie plus belle.
Etre séduite par une écriture c'est acheter tous les livres de l'auteur, les yeux fermés. Peu importe le sujet. La beauté de la plume l'emporte. J'attendais Pep Guardiola et ce fût José Mourinho . D'abord « le cas Mourinho » avant «  Guardiola éloge du style ». Les deux personnages étaient déjà présents dans « Clasico ». Deux manières de respirer le Sud. L'homme fidèle et le mercenaire. Les douleurs silencieuses face aux souffrances tapageuses. Deux manières d'être des entraîneurs hors pair.

Bien loin de l'image que je m'en faisais , j'ai découvert en José Mourinho un homme attachant et brillant. Et c'est donc fébrile que j'ai commencé le nouveau roman de Thibaud Leplat.
Allais-je être décue par Pep Guardiola dont j'aime cette catalanité qui en agace tant parfois, cette façon si puissante d'appartenir à un peuple et tant pis pour Brassens et « ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part » ? Peu importe après tout, l'important est que l'on me raconte une histoire.

Et dans ses biographies qui n'en sont pas vraiment, l'originalité de Thibaud Leplat est de mêler ses impressions, son vécu, de se situer par rapport au « héros » parfois.
La scène du bar dans lequel il regarde le fameux Clasico «  Réal/Barça » et voit sombrer ce Réal si cher à son cœur est remarquable, laissant un trouble Baudelairien où « La beauté aussi peut rendre triste ».

L'écrivain nous tire aussi par la manche pour nous ramener vers nos souvenirs de ballon rond «  car le football est la seule activité qui nous fait communiquer immédiatement et sans drame avec le temps de notre enfance... » regrettant que « le temps où le football se jouait entre deux poteaux d'anorak a un jour été dévoré par celui des mots de passe et des identifiants »
Comme un écho à ce paradis perdu , « C'était beau » chante Cali dans son dernier album « Jouer au foot sur la place du village/Mettre des pulls pour faire les cages/ Marquer un but et hurler ».

Le chapitre consacrée à l'enfance de Guardiola est une avalanche d' émotions. Je l'ai lu , relu et le relierais encore. Il existe des écritures tellement justes qu'elle deviennent des refuges. L'annonce par ses parents au jeune Pep alors âgé de 13 ans que le Barça veut bien de lui, sa quête vaine alors qu'il est ramasseur de balles d'un autographe de Michel Platini , autant de scènes de vie transformées en bijoux.
Et puis ces phrases reçues en plein cœur, moi qui ai longtemps cru que ma jeunesse reviendrait à l'instar des saisons.« Pour la première fois de notre vie, nous étions plus âgés que nos grands-frères / Cette douleur secrète est un deuil terrible que personne ne pourra jamais comprendre ». Pour une cette pensée là je fais la promesse d'acheter les livres de Thibaud Leplat jusqu'à mon dernier souffle!

Si l'on croise Bielsa dans une conversation riche et étonnante, Guardiola va le plus souvent chercher sa nourriture spirituelle hors du football. Comme l'on croise Antonio Damasio chez Mourinho , on croise entre autres dans l'univers de l'entraîneur du Bayern Munich, le philosophe et sociologue français Edgar Morin mais aussi Luis Llach figure emblématique catalane dont la chanson «  Que Tinguem sort » a été diffusée lors des adieux de Pep Guardiola au Camp Nou ainsi que l'écrivain David Trueba et son chef d'oeuvre «  Savoir perdre ».
Autant d' influences qu 'il « footballise » et qui font le style si singulier de Pep Guardiola.
Ce style est analysé avec minutie dans le livre de Thibaud Leplat , de quoi réjouir tous les stratèges du football, tous les amoureux du beau jeu . Si en novice on ne suit pas toujours, on ne peut être qu'impressionné. Mais on peut choisir aussi- de peur de ressembler à un étudiant en cinéma qui obnubilé par les plans séquences, les travellings ne parvient plus à suivre le fil de l'histoire- de privilégier l'émotion et de considérer Guardiola comme un artiste qui offre un spectacle de toute beauté.
Je garderais longtemps le souvenir de ce ballet extraordinaire sur la pelouse du Camp Nou et des applaudissements venant saluer chaque belle action, de ce stade où l'on vient prendre du plaisir et où l'on nous en donne beaucoup...parce que le chorégraphe l'a décidé.

« Guardiola, éloge du style » raconte l'histoire d'un homme qui semble avoir été choisi par le football pour transmettre , pour continuer à avancer sur le chemin ouvert par d'autres et devenir guide à son tour et ce avec ou sans ballon rond . Son intérêt pour la politique au sens premier du terme semble aller dans ce sens là.

« Guardiola, éloge du style » dresse le portrait d'un homme passionnant à la fois solaire et ténébreux , d'un solitaire exigeant qui ne fait les yeux doux qu'à l'excellence mais qui n'est pas pour autantg exempt de zones d'ombre, de mystères dont lui-même n'a peut-être pas la clé. Sa relation plus que distante avec Tito Vilanova en fin de vie est pour le moins intrigante.

Le roman met en exergue le style de Pep Guardiola mais en filigrane il révèle celui de Thibaud Leplat  qui d 'ouvrage en ouvrage nous régale davantage. «  La véritable angoisse de la page blanche, selon moi, n'est pas celle du contenu mais de la forme. . acquérir puis travailler un style est sans doute la chose la plus dure et la plus délicate qui soit. » Cette pensée de Philippe Djian semble bien être aussi la préoccupation de Thibaud Leplat.

L'une des caractéristiques de ses écrits est de s'attacher à rendre à l'émotion ses lettres de noblesse, préférant la pudeur à l'étalage de sentiments. Thibaud Leplat a aussi cette élégance rare de faire confiance à son lectorat en glissant certaines références assez pointues qui au lieu d'exclure celui qui lit , lui donne la soif d'apprendre et de demeurer curieux.

Et « C'est bien à cela qu'on mesure la valeur d'un homme . A son élégance ! »


ICI C'EST PARIS
ICI C'EST PARIS
par Thibaud Leplat
Edition : Broché
Prix : EUR 39,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 On a tous quelque chose en nous du PSG, 24 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : ICI C'EST PARIS (Broché)
La force d'un écrivain est d'entraîner ses lecteurs sur des chemins que ces derniers n'auraient jamais empruntés autrement que par fidélité à un style, à une écriture. C'est le cas de « Ici c'est Paris » de Thibaud Leplat. Ayant grandi en Provence, acheter un livre sur le PSG, semblait impossible tant l’être humain a tendance à s’emprisonner dans des clichés assez forts pour rendre Zlatan blond aux yeux bleus.
Il est pourtant une évidence, au fil des pages, que l’équipe de la capitale de la France concerne chacun de nous et que nous avons tous quelque chose en nous du PSG.
Mon PSG a le visage de Joël Bats, de Daniel bravo, de Safet Suzic et de Raï, autant de souvenirs qui se mêlent à ceux bien plus beaux de l'auteur.
A travers des interviews, des archives, des compte-rendus de matches, des portraits -celui de Francis Borelli fait venir les larmes- Thibaud Leplat nous raconte l’histoire du PSG comme on nous raconterait un conte de fée.
Le livre imposant et lourd a la beauté et l’odeur si particulière de ceux que nous recevions enfant pour les Noëls ou les anniversaires. Des livres dont nous caressions la couverture et soignions les pages… Des livres qui semblaient contenir un trésor et dont nous ne nous séparerons jamais.

L’écriture de Thibaud Leplat laisse souvent bouche bée comme un retourné de Zlatan qui serait touché par moment par la grâce juvénile d'un Adrien Rabiot. Si impressionnante et si touchante à la fois. Son « goût du parc » a le délicieux parfum de l’enfance ….et nous remue forcément, intensément.

Que dire à Thibaud Leplat sinon merci d’être un passeur d’émotions, de cultiver l’« authentique » à l’instar de Marcel Pagnol, lui dire que son prologue est l’une des plus belles déclarations d’amour jamais écrite sur la ville lumière et que même si mon enfance est déjà loin , je prends encore et toujours des photos du « vaisseau spacial » juste avant la porte de Saint Cloud à chacune de mes visites à Paris, lui dire enfin qu’en 2015, je compte bien respirer l’atmosphère du Parc des Princes pour la première fois , ne serait-ce que pour avoir le cœur chaviré par un artiste suédois ….et m’en souvenir plus tard dans mon « musée imaginaire ».


Sybille Kill
Sybille Kill
Prix : EUR 1,29

5.0 étoiles sur 5 Sybille Kill séduit, 11 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sybille Kill (Téléchargement MP3)
Après « Défendre Alice », Valentin Marceau revient enchanter nos oreilles avec « Sybille Kill ».
Bien sûr qu’à l’évocation du titre, l’univers de Tarantino nous effleure et même si la chanson est éloignée de la folie du cinéaste, elle n’en conserve pas moins une violence latente.
Après « Alice » Valentin Marceau dresse une nouvelle fois le portrait d'une jeune femme qui ne se résigne pas.
Avec un vocabulaire très particulier, qui de chanson en chanson dévoile une jolie personnalité, il s'attache à mettre dans sa ligne de mire, des figures féminines qui en osant dire non à la fatalité disent un grand oui à la vie.
Le jeune artiste se sert de mots rares aux accents sensuels. Chez Valentin Marceau, l'eau de rose a des senteurs de soufre et les amours sont tumultueuses.
Un climat renforcé par un clip aux allures très cinématographiques, à l'esthétisme léché et aux symboliques multiples.
Après « Alice » et avant « Marie-Antoinette », « Sybille » séduit. Et on se dit que les femmes vont si bien au timbre de voix singulier de Valentin Marceau, que l’attente de l’album sera bien longue.


Défendre Alice
Défendre Alice
Prix : EUR 1,29

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Défendre Alice, 21 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Défendre Alice (Téléchargement MP3)
Voir éclore un nouveau talent est toujours un moment particulier.
Du haut de ses 22 ans, Valentin Marceau nous entraîne dans le sillage d’Alice jeune femme de son temps, qui a l’instar de l’héroïne de Lewis Carroll, a quelque peu du mal à trouver sa place dans son « monde des merveilles ». Elle choisit alors d’être excentrique, provocante, sulfureuse plutôt que résignée, quitte à se servir de son corps comme d’un instrument, se disant que le pire reste de vendre son âme. La défendre c’est défendre tous ceux qui ne se laissent pas dicter leur vie.
On sent des influences de Raphaël Haroche dans la mélodie (violons magnifiques) et de Serge Gainsbourg dans l’esprit des mots « Défendre Alice d’utiliser le zip de ses robes/ Comme un jeu de massacre à la mode », rien de plus normal quand on est un jeune auteur compositeur interprète que de s’imbiber des anciens. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Valentin Marceau n’est pas un ersatz , ces clins d’œil ne voilent en rien son identité artistique, qui réside aussi dans le timbre de sa voix.
L’album devrait suivre bientôt. « Défendre Alice » résonne déjà comme une jolie promesse….


Le cas Mourinho
Le cas Mourinho
par Thibaud Leplat
Edition : Broché

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La meilleure biographie footballistique, 17 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le cas Mourinho (Broché)
« Le cas Mourinho » signé Thibaud Leplat est à l’image de son héros. Ce livre est « the spécial one » des biographies footballistiques tant l’auteur a su marier la littérature et le ballon rond. Alors que l’histoire de José Mourinho baignée de romanesque aurait pu se suffire à elle-même, Thibaud Leplat a choisi d’y ajouter le style, le beau jeu qu’il aime tant.
Tantôt dans la vie du plus célèbre des entraineurs comme Cécilia dans « La rose pourpre du Caire », tantôt comme journaliste sportif, il a construit son ouvrage comme un match de football avec ses feintes, ses buts et ses rebondissements.
On se laisse porter au fil des pages par le destin de cet être solaire qu’est José Mourinho tant il a l’allure d’un héros de roman mais « Le cas Mourinho » est aussi un véritable puits de savoir avec des références pointues qui attisent la curiosité intellectuelle à l’image de la part belle faite à « L’erreur de Descartes » de Damasio qui change la vision de l’existence que l’on soit sportif de haut niveau ou non.
Thibaud Leplat se dit être journaliste sportif, cette biographie prouve qu’il est surtout un écrivain qui a pour thème de prédilection le football. ( Le portrait de sa grand-mère est un bijou !)
Il dresse ici un portrait sans concession d’un José Mourinho plus attachant qu’on aurait pu le penser, d’un homme indéniablement hors du commun avec ses forces et ses failles, la plus belle répondant au doux nom de Barça.
Ceux qui n’ont pas lu le livre sont des chanceux, il leur reste 220 pages de bonheur absolu !


Etre Libre
Etre Libre
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 38,30

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ETRE LIBRE, 10 novembre 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etre Libre (CD)
S'il fallait une seule raison pour courir acheter le dernier cd de Frédéric Lerner "être libre", ce serait pour avoir la chance de ne pas passer à côté d'une des plus belles chansons écrites ces dernières années.
"être libre" titre éponyme aborde un sujet délicat, souvent périlleux à mettre en musique : la maladie.
Ici, point de voyeurisme, point de racolage, loin s'en faut. Simplement de la pudeur et de la délicatesse.
Personne mieux que Frédéric Lerner, n'a su mettre à ce jour des paroles aussi justes sur les tourments d'un être en proie à la maladie.
Une chanson qui aide les malades et leur entourage à mettre enfin un visage sur leur douleur. Pouvoir enfin dire ce que l'on ressent quand le mal est en nous, pouvoir enfin comprendre quelqu'un qu'on aime et qui peu à peu s'emmure dans la maladie, quand on est un proche, voilà ce que permet "être libre". Cette chanson en mettant des mots sur l'indicible, nous aide à faire un pas vers une certaine liberté. Maintenant que les mots sont écrits, le combat semble plus à notre portée.
Merci à Frédéric Lerner d'avoir su avec ce talent là, exprimer cette émotion que nous avions au fond de la gorge et du coeur.


Francis cabrel - hors saison + CD
Francis cabrel - hors saison + CD
par Muriel Ferstenberg
Edition : Relié

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 hors saison en toutes saisons, 9 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Francis cabrel - hors saison + CD (Relié)
On croyait savoir tout sur francis Cabrel depuis toujours et pourtant grâce à "hors saison", il parvient à nous surprendre, et à nous émouvoir en nous ouvrant les portes de son intimité. Des portes entre-ouvertes sur des chansons à terminer, des jeux de mots, des souvenirs de scène ou d'enfance... Page après page "Hors saison" nous régale de petits joyaux. Le texte relatant la signature de son premier contrat d'artiste est une merveille de vérité et de sensibilité. Le livre se termine par un hommage à son père. Un hommage digne, tendre, qui serre le coeur et fait briller les yeux. Un hommage avec des mots simples mais si justes. Terriblement justes. Un texte qu'il serait vraiment dommage de ne jamais lire, quelque soit la saison.


Page : 1