undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Jord > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jord
Classement des meilleurs critiques: 123
Votes utiles : 918

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jord
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Die, Monster, Die !
Die, Monster, Die !
DVD ~ Boris Karloff
Proposé par MARCHE DVD
Prix : EUR 6,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Quand une couleur phosphorescente et indéfinissable tombée du ciel d'une nouvelle devient glauque dans un film., 18 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die, Monster, Die ! (DVD)
"Die, Monster, Die!" ("Monster of Terror" en anglais et "Le Messager du diable" parfois en français) est un film d'horreur de 1965 de "Daniel Haller" ("Horreur à volonté/The Dunwich Horror" 1970, le pilote de "K2000" TV 1982), librement adapté de la nouvelle "La Couleur tombée du ciel/The Colour out of Space" de "H. P. Lovecraft", avec "Boris Karloff"("Deux nigauds contre le Dr. Jekyll et Mr. Hyde" 1953), "Nick Adams" ("Frankenstein vs. Baragon" et "Invasion Planète X" Japon 1965), "Freda Jackson ("La Croisée des destins" 1956, "Les Maîtresses de Dracula" 1960, "La Vallée de Gwangi" 1969) "Suzan Farmer" ("Les Pirates du diable" 1964, "Dracula, prince des ténèbres" et "Raspoutine, le moine fou" 1966, et "Patrick Magee" ("Orange mécanique" 1971, "Asylum" 1972, "Barry Lyndon" 1975).

Le sujet : Un scientifique américain, "Stephen Reinhart" (Nick Adams) se rend dans le village d'Arkham en Angleterre pour y retrouver sa petite amie, "Susan Witley" (Suzan Farmer). il est fraichement accueilli à son arrivée, d'abord par les habitants, puis au manoir par le père de Susan, "Nahum Witley" (Boris Karloff). La réaction de celui-ci, les mystères qui entourent la famille de sa fiancée et la découverte d'un énorme cratère entourée d'arbres calcinés commencent à l'inquiéter. Il va fouiner où il faut pas et découvrir l'origine de bien des choses innommables (pour ne pas spolier) dont une météorite est la cause.

"La couleur tombée du ciel" est la première nouvelle de "H. P. Lovecraft" parue dans un magazine de science-fiction en 1927, "Amazing Stories" de "Hugo Gernsback" (l'inventeur du mot "Sientifiction" qui devint par la suite "Science-Fiction". Le plus important prix de la SF, le prix Hugo, vient de son nom et non pas comme je l'ai entendu dans une VF d'un film récemment : il a remporté le prix "Victor Hugo" de la SF). Cette nouvelle est de la pure SF ("Lovecraft" abhorrait plus que tout la représentation anthropomorphique des extraterrestres par les auteurs de son époque et "Hugo Gernsback" n'aurait jamais accepté de publier du fantastique, et encore moins de l'horreur, dans son magazine de "Scientifiction") et fait partie du premier recueil de Lovecraft paru en France en 1954.

Si l'on fait l'impasse sur le déplacement de la ville d'Arkham, ville imaginaire du Massachusetts inventée par "Lovecraft", de Nouvelle Angleterre en Angleterre (ce qui en soit n'est qu'un détail), il existe quand même beaucoup de différences entre la nouvelle et ce film , mélange de science-fiction et d'horreur : Dans le récit original, le héros narrateur, un expert venu de Boston, est anonyme, la météorite tombée en 1882 sur les terres d'un agriculteur nommé "Nahum Gardner", contenant des globules colorés et propageant une maladie sur les hommes, les bêtes et les plantes ne contient que du vulgaire minerai d'uranium et non une mystérieuse entité extraterrestre, etc... En faire une adaptation gothique horrifique, avec un inquiétant manoir, des monstres horribles et ressemblant à s'y méprendre à certains films de la Hammer en plus laborieux, apporte l'ambiance désirée par les producteurs mais on est quand même très loin de l'univers de "Lovecraft". A voir par curiosité... Et parce que les bonnes adaptations de cet écrivain sont aussi rares que les euros du Vatican.

DVD import : VO, VF, VA et VI mono 1.0 (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - Format image 2.35:1 - durée 76 min - Pas de bonus sinon des menus interactifs.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 19, 2014 8:36 PM MEST


Conan le conquérant
Conan le conquérant
DVD ~ Mickey Rooney

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Par Chrome, la légende continue... la malédiction plutôt. Conan le Barbare mérite sa contrepétrie de cona..........., 18 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Conan le conquérant (DVD)
C'est quoi ce téléfilm que j'ai découvert dans ma pile de boitiers de rechange. Ha oui... Je me souviens maintenant: c'est le pilote de la série fauchée "Conan" de 1997, "Le cœur de l'éléphant (The Heart of the Elephant)" avec Ralf "le Germain Hagen/Gladiator" Moeller dans le rôle-titre. Ce pilote est pour une fois vraiment adapté d'une nouvelle classique de "Robert E. Howard": "la Tour de l'Éléphant", mais ça ne le sauve pas pour autant. Un pilote où les scènes extérieures ont été tournées au Mexique, qui prouve que là-bas les Mexicains ont des poteaux électriques dans le désert puisqu'on en aperçoit de temps en temps dans le lointain.

Le reste de la série ne valant pas mieux, je préfère arrêter d'en parler. Depuis le chef d'œuvre de "John Milius" en 1982, que se soit au cinéma ou à la télévision, "Conan" a dû subir la malédiction de "Toth-Amon" dans ses adaptations.
La série complète n'a jamais été éditée en VF et ce n'est pas moi qui m'en plaindrait pour une fois. Il y en a d'autres plus intéressantes à sortir du caveau de l'oubli.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2014 3:47 PM MEST


Journey to Middle Earth [Import anglais]
Journey to Middle Earth [Import anglais]
DVD ~ Greg Evigan
Prix : EUR 4,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Mélange de commentaires entre le téléfilm de "Scott Wheeler" en VF et le film de Eric Brevig avec Brendan Fraser., 14 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Journey to Middle Earth [Import anglais] (DVD)
ATTENTION: Ce commentaire concerne le DVD "Voyage au centre de la Terre" en VF : " http://www.amazon.fr/Voyage-Centre-Terre-Dedee-Pfeiffer/dp/B005CW4THG/ref=sr_1_20?s=dvd&ie=UTF8&qid=1411163360&sr=1-20&keywords=Voyage+au+centre+de+la+Terre " dont les commentaires sont mélangés avec le film éponyme de Eric Brevig avec Brendan Fraser.

"Voyage au centre de la Terre (Journey to the Center of the Earth(USA)/Journey to the Middle Earth (UK))", téléfilm américain de SF et d'aventure de 2008 de Scott Wheeler et Davey Jones, est en fait un mélange du roman éponyme de Jules Verne et du "Cycle de Pellucidar" (en particulier "Au cœur de la Terre") de "Edgar Rice Burroughs". Avec Greg Evigan, Jennifer Dorogi et Dedee "Ptite soeur de Michelle" Pfeiffer.
Le sujet: Victimes d'un accident de téléportation, cinq mannequins... Pardon! cinq femmes-soldats se retrouvent bloquées à 600 kms sous la surface. En attendant qu'une foreuse viennent les récupérer, elles font mumuse avec pleins de dinosaures et de grosses araignées.
Donc pas grand chose à voir avec le roman, même si ce téléfilm se présente comme une version moderne du classique de Jules Verne.
Mis à part ce "petit détail" ce téléfilm 100% adrénaline, aux effets spéciaux numériques réussis et aux héroïnes sexy, est plein de rebondissements (sous les tee-shirts et les bodys mouillés) et fait passer un bon moment de détente.

Le DVD en VF de 2008 que je possède (avec jaquette identique à celle représentée sur Amazon pour ce produit avec les mentions "Piégés à 600 Km sous Terre sans un Monde préhistorique" et "D'après le d'œuvre de Jules Verne") est en VF Dolby Digital 5.1.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 19, 2014 11:56 PM MEST


La Malédiction d'Arkham
La Malédiction d'Arkham
DVD ~ Debra Paget
Proposé par megaprice
Prix : EUR 5,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A ce jour, l'une des meilleures adaptations de l'univers de l'écrivain H. P. Lovecraft., 6 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Malédiction d'Arkham (DVD)
"La Malédiction d'Arkham/The Haunted Palace" est un film fantastique de 1963 de "Roger Corman"(inspiré du court roman "L'Affaire Charles Dexter Ward/The Case of Charles Dexter Ward" de "H. P. Lovecraft" (1890-1937), écrit en 1927 mais publié en 1941 par son grand admirateur "August Derleth" qui fit connaitre son ami (en correspondance seulement) et son inspirateur par des éditions posthumes) avec "Vincent Price" ("La Mouche Noire" 1958, "La Chute de la maison Usher" 1960, "Le Club des monstres" 1980, "Edward aux mains d'argent" 1990) "Debra Paget" ("La Dernière chasse" 1956, "Les Dix Commandements" 1956, "Le Tigre du Bengale" et "Le Tombeau hindou" 1959), "Frank Maxwell", "Lon Chaney Jr." ("Le Loup-garou" 1941, "La Tombe de la Momie" 1942, "Le train sifflera trois fois" 1952), "Leo Gordon" ("Les Rois du soleil" 1963, "Mon nom est Personne" 1973), "Elisha Cook Jr." ("Le Faucon maltais" 1941, "L'Ultime Razzia" 1956, "Rosemary's Baby" 1968) et "John Dierkes".

Le sujet : En 1765, à Arkham, le nécromancien "Joseph Curwen" (Vincent Price) est brûlé vif pour sorcellerie devant son château en prononçant une malédiction sur ses tortionnaires, "Ezra Weeden" (Leo Gordon), "Micah Smith" (Elisha Cook Jr.), "Benjamin West" (John Dierkes), "Ian Willet" (Frank Maxwell) et "Gideon Leach" (Guy Wilkerson). 110 ans plus tard, son arrière-arrière-petit fils, "Charles Dexter Ward" (Vincent Price), et sa femme "Ann" (Debra Paget) se rendent à Arkham mais sont accueillis d'une façon glaciale par une population hostile et méfiante sauf par le Dr Willet (Frank Maxwell). Malgré la présence dans la ville de créatures humaines malformées, Charles et Ann décident malgré tout de se rendre au château de l'ancêtre maudit où les attend un inquiétant gardien "Simon Orne" (Lon Chaney Jr.). Pendant son séjour, Charles devient de plus en plus obsédé par le tableau de "Joseph Curwen" et un étrange changement de personnalité commence à l'affecter...

Le succès des films précédents de "Roger Corman" basés sur les oeuvres de "Edgar Poe", "La Chute de la maison Usher" en 1960, "La Chambre des Tortures" en 1961, "L'Enterré Vivant", "L'Empire de la terreur" en 1962 et "Le Corbeau" en 1963, incitèrent la production à donner à ce petit chef-d'oeuvre le titre d'un poème de cet auteur "The Haunted Palace" cité au début et à la fin de ce film qui est en fait une adaptation du court roman de "H. P. Lovecraft", peu connu à l'époque : "L'Affaire Charles Dexter Ward", dont il reprend les grandes lignes. Dans le roman, l'action se passe à Providence (ici à Arkham, ville imaginaire du Massachusetts, inventée et souvent utilisée dans de nombreuses nouvelles ayant trait au "Mythe de Cthulhu" par "Lovecraft") et "Joseph Corwin" est ramené à la vie par son descendant (donc pas de dédoublement de personnalité). Cependant, plus que dans le roman, l'influence du livre "Le Portrait de Dorian Gray" de "Oscar Wilde" n'en est que plus renforcé. Par ailleurs les mentions des "Grands Anciens" tel que "Yog-Sothoth" et du "Necronomicon", indissociables de l'univers Lovecraftien, sont présents dans les deux oeuvres. Quant au château médiéval ramené pierre par pierre de l'Ancien Monde, il est plus d'inspiration de Poe qui n'a jamais situé ses histoires en Amérique mais toujours en Europe, Lovecraft ne mentionnant lui qu'une propriété ancestrale, mais apporte au film un élément important dans l'ambiance inquiétante et lugubre qui s'en dégage avec ses portes dérobées menant à une cave abritant une monstruosité. La ville d'Arkham, parcourue par des mutants difformes hybrides, et son cimetière enveloppés de brumes, l'atmosphère particulièrement angoissante et glauque, la résurrection de la maitresse de Curwen, "Hester Tillinghast" (Cathie Merchant), par des incantations latines, la présence dérangeante des serviteurs livides "Simon Orne" et "Jabez Hutchinson" (Milton Parsons) qui ont survécu par magie noire, la vengeance posthume implacable de "Joseph Curwen" par le feu sur les descendants de ses bourreaux, la fascination devant le tableau et le dédoublement de personnalité progressif de "Charles Dexter Ward" admirablement interprété par "Vincent Price" parfait dans son élément, la mise-en-scène soignée et artistique d'un "Roger Corman" visiblement inspiré par le roman, le casting irréprochable, tout fait de ce film une réussite totale qui manquera par la suite aux adaptations postérieures de "H. P. Lovecraft".
Un chef-d'oeuvre à voir ou à revoir dans une édition de qualité.

PS: Pour la petite histoire, August Derleth signa aussi des romans posthumes sous le nom de H. P. Lovecraft et du sien, mais il semble cependant que le génial écrivain Lovecraft fut bien moins inspiré mort que vivant.

DVD Sidonis de 2010 : VOST seulement et VF mono restaurées (impossibilité de changer de langue sans passer par le menu et de supprimer les sous-titres de la VO) - Durée 83 min - Format 2.35 - Bonus : présentation par Patrick Brion et Bande Annonce en VO sans sous-titres.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 3, 2014 10:55 AM MEST


Autumn Sky
Autumn Sky
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 De la musique médiévale jouée et chantée d'une façon moderne. Un très bon CD de folk-rock., 6 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Autumn Sky (CD)
J'ai acheté ce CD de 2010 du groupe Blackmore's Night après avoir lu un commentaire sur Amazon qui m'a inspiré, vu que je ne le connaissais pas. En faisant quelques recherches j'ai appris que c'était un groupe britannique, formé le guitariste "Ritchie Blackmore" (ancien Deep Purple et Rainbow) et de sa femme "Candice Night", qui avait un répertoire de musique d'inspiration médiévale.
J'ai tout de suite été surpris par la ressemblance de certains morceaux avec le folk-rock celtique : mélange d'instruments modernes et anciens, mélodies très proches et actualisation d'airs traditionnels.
Dans ce très bon CD de 13 titres, le groupe est composé de "Ritchie Blackmore" (Guitares - Percussions de la Renaissance - Nyckelharpa, sorte de vièle scandinave - Vielle à roue - mandoline - mandole alto, ancêtre plus petite de la mandoline et très proche du bouzouki irlandais ), "Candice Night" (Chant, rauschpfeife, instrument de la renaissance de la famille de bois proche du cromorne et de la chalémie - penny whistle, la flûte irlandaise) - Gemshorn ou flute en corne - Chalémie, hautbois médiéval - Bombardes - Chanters, parties des cornemuses permettant l'exécution d'une mélodie), "Bard David of Larchmont/David Baranowski" (claviers), "Gypsy Rose/Elizabeth Cary" (violon), "Earl Grey of Chimay/Mike Clemente" (basse, guitare rythmique), Squire Malcolm of Lumley/Malcolm Dick (Percussions), Albert Danneman (Bois de la Renaissance).
Le répertoire de ce groupe utilise des musiques et des instruments médiévaux, mais l'ensemble est très moderne dans son interprétation. Si leurs autres albums sont du niveau de celui-ci, je pense que je vais vraiment m'intéresser de près à lui, en temps qu'amateur de folk-rock.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 15, 2014 10:34 AM MEST


FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE!
FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE!
DVD ~ Peter Cushing

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le monstre n'est pas toujours celui que l'on croit... Même dans ce film de la "Hammer" de 1957, 5 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : FRANKENSTEIN S'EST ECHAPPE! (DVD)
Premier long-métrage du cycle "Frankenstein" et d'horreur en couleur de la Hammer, "Frankenstein s'est échappé"/The Curse of Frankenstein" est un film de 1957 de "Terence Fisher" basé sur le roman de Mary Shelley, dont les droits du personnage venaient juste de tomber dans le domaine public, avec "Peter Cushing", "Christopher Lee", "Hazel Court" (une belle femme qui a surtout joué dans des films d'horreur) et "Robert Urquhart" (surtout acteur de théâtre).

Le sujet : Dans un village suisse au milieu du XIXème siècle, le Baron "Victor Frankenstein" (Peter Cushing), aidé par son ancien précepteur devenu son ami "Paul Krempe" (Robert Urquhart), crée un être artificiel dans le laboratoire de son manoir à partir du corps d'un pendu, des mains d'un sculpteur et du cerveau d'un éminent savant. Il donne vie à un monstre incontrôlable (Christopher Lee) qui menace son entourage...

Pas plus fidèle au roman de Mary Shelley que son homologue américain "Frankenstein" de 1931 de "James Whale" produit par la société "Universal Pictures" et interprété par "Boris Karloff", ce film n'en est pas du tout un remake. Reléguant le monstre (dont le titre français peut porter à confusion car le Baron ne s'échappe de nulle part, contrairement à sa créature) au second plan de l'intrigue, ce produit de haut niveau de la "Hammer" se focalise surtout sur le "Baron Frankenstein", admirablement interprété par "Peter Cushing", et en fait un personnage odieux, cynique, cruel et de plus criminel mais qui finira par devenir la victime de sa propre malédiction (d'où le titre anglais : "La Malédiction de Frankenstein"). "Christopher Lee", qui avouera lui-même avoir été choisi pour ce rôle non pour ses performances d'acteur mais sa grande taille, fait de brèves apparitions en créature à la fois effroyable et pitoyable. Comparer ces deux films me parait totalement inutile, car étant totalement distincts et réalisés à près de trente ans de différence. Je n'ai pas fait de commentaires sur le film de "James Whale" et de sa suite "La Fiancée de Frankenstein/Bride of Frankenstein" car ils sont plus connus du grand public, mais je les considère néanmoins comme des chefs-d'oeuvre à qui j'aurais donné la note maximale.
Ce "Curse of Frankenstein" est une véritable réussite qui appelait une suite, elle eut droit à un cycle de 7 films assez inégaux entre celui-ci et 1974.


Raspoutine, le moine fou
Raspoutine, le moine fou
DVD ~ Christopher Lee
Prix : EUR 12,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Aujourd'hui, on rase Poutine gratuit..., 5 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raspoutine, le moine fou (DVD)
Produit par la Hammer et réalisé peu après le "Dracula, prince des ténèbres/ Dracula: Prince of Darkness" de "Terence Fisher", utilisant les même décors et les mêmes acteurs ("Christopher Lee", "Barbara Shelley", "Francis Matthews" et "Suzan Farmer"), "Raspoutine, le moine fou (Rasputin, the Mad Monk)" est un film britannique de "Don Sharp" ("La Malédiction de la mouche/Curse of the Fly" 1965, "Les 13 Fiancées de Fu Manchu/The Brides of Fu Manchu" 1966, "Le Grand Départ vers la lune/Rocket to the Moon" 1967) sorti en salle en 1966 avec "Christopher Lee", "Barbara Shelley" ("Le Village des damnés" 1960, "La Gorgone" 1964, "Dracula, prince des ténèbres" 1965, "Les Monstres de l'espace" 1967), "Francis Matthews" ("La Revanche de Frankenstein" 1958, "Dracula, prince des ténèbres" 1966), "Richard Pasco" ("Le Serment de Robin des Bois" 1960, "La Gorgone" 1964) et "Suzan Farmer" ("Les Pirates du diable" 1964, "Dracula, prince des ténèbres" 1966).

Le sujet : Après avoir été accusé d'obtenir ses pouvoirs de Satan par un évêque orthodoxe, "Grigori Raspoutine" (Christopher Lee) se rend à St Petersbourg où il rencontre dans une taverne un docteur radié de la profession médicale "Boris Zargo" (Richard Pasco) et le défie à la boisson. Dans cette endroit, son destin va changer par l'entrée de quatre témoins de la joute soirée-cartable, deux militaires, "Yvan Kessnikov" (Francis Matthews) et "Piotr Vassilievitch" (Dinsdale Landen), accompagnés de leurs soeurs respectives "Vanessa" (Suzan Farmer) et "Sonia" (Barbara Shelley), toutes deux demoiselles de compagnie de la tsarine "Alexandra Romanov" (Renée Asherson). Raspoutine va se servir de ses pouvoirs hypnotiques sur Sonia pour approcher la famille de "Nicolas II de Russie" et devenir un membre influent de la cour du tsar...

Une façon originale d'illustrer la biographie très controversée de l'aventurier débauché, mystique et guérisseur russe "Grigori Efimovitch Raspoutine" (1869 "?"-1916) qui n'a rien à envier aux nombreuses adaptations cinématographique sur le célèbre moine fou qui précédèrent ou suivirent ce film, la littérature et le cinéma ayant largement utilisé la légende de Raspoutine en la déformant, la modifiant et l'amplifiant jusqu'à en faire une sorte de sorcier à la limite du fantastique. En pleine guerre froide, la "Hammer" ne pouvait pas utiliser la propagande russe qui l'avait utilisé comme symbole de la déchéance morale de la dernière dynastie russe et ce n'était d'ailleurs pas son but. Le film de "Don Sharp" est donc bien dans la lignée des oeuvres de la Hammer utilisant un personnage historique dans un film d'horreur avec des noms inventés de toute pièce n'ayant aucun rapport avec la réalité. Et cette méthode qui fit ses preuves marche à merveille dans ce petit chef-d'oeuvre avec un crédible Christopher Lee (véritable clone des photos du véritable Raspoutine) dans le rôle-titre. Il est assez étrange de penser que l'acteur, alors qu'il était enfant, rencontra dans les années 20 les vrais assassins de Raspoutine, le prince Youssoupov et le grand-duc Dimitri Pavlovitch. Le destin peut-être...
Un film assez méconnu à voir ou à revoir (bien que le meurtre de Raspoutine fut parait-il encore plus horrible et plus impressionnant que les scènes du film) dans ce DVD de qualité.

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - 2.10 format panoramique 16/9 - durée 88 min - Bonus "Les Archives de la Hammer" : documentaire sur Christopher Lee (25 mn VOST).


Jack the Ripper (VOST)
Jack the Ripper (VOST)
DVD ~ Lee Patterson
Proposé par Neobang
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un nouveau sheriff américain arrive à Londres pour aider Scotland Yard à traquer Jack the Ripper., 4 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jack the Ripper (VOST) (DVD)
"Jack the Ripper" est un film britannique produit et réalisé par" Monty Berman" et "Robert S. Baker" avec "Lee Patterson", "Eddie Byrne", "Betty McDowall", "John Le Mesurier" et "Ewen Solon".

Le sujet: A Londres en 1888, alors que sévit un tueur en série surnommé "Jack L'Éventreur" par la population, l'inspecteur "O'Neill" (Eddie Byrne) reçoit la visite de son ami "Sam Lowry" (Lee Patterson), un détective américain qui va l'aider dans son enquête. Sam commence à fréquenter "Anne Ford" (Betty McDowall), la très libérée nièce du "Dr. Tranter" (John Le Mesurier), brillant chirurgien de l'hôpital pour femmes dirigé par "Sir David Rogers" (Ewen Solon). Tandis que nait cette idylle, le mystérieux tueur continue ses meurtres, recherchant une certaine "Mary Clarke"...

Éliminant toute ressemblance avec des personnes impliquées dans la véritable affaire, changeant les noms des victimes et des enquêteurs et se moquant éperdument de la réalité historique, les réalisateurs britanniques utilisent le personnage de "Jack the Ripper" pour bâtir un film policier flirtant avec l'épouvante avec tous les ingrédients nécessaires pour maintenir une ambiance et un suspense constant: fausses pistes, silhouettes évoluant dans un fog typiquement anglais, plusieurs suspects potentiels dans le milieu médical, bas-quartiers inquiétants et mal-famés du Londres victorien, bars et cabarets louches avec une faune classique de seconds rôles assez antipathiques, grands pontes de Scotland Yard incompétents, etc... Et ça marche. On suit l'histoire avec intérêt jusqu'au final où le coupable trouve une mort particulièrement inattendue. Une bonne petite série B qui nous fait oublier tout ce qu'on a pu apprendre sur les nombreux films mettant en scène le personnage du premier tueur en série de l'histoire.

DVD de la Collection "L'Horrible Collection" d'Aventi : Audio VOST mono - Durée 81 min- Noir et blanc - Format 4/3 1:33 - Aucun bonus.


Coffret Hammer N°2 - 5 DVD : Frankenstein créa la femme / Frankenstein et le monstre de l'enfer / Le redoutable homme des neiges / Dans les griffes de la momie / La déesse des sables
Coffret Hammer N°2 - 5 DVD : Frankenstein créa la femme / Frankenstein et le monstre de l'enfer / Le redoutable homme des neiges / Dans les griffes de la momie / La déesse des sables
DVD ~ Christopher Lee

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon petit panachage de la Hammer dans des éditions de qualité... Des petits trésors enfin disponibles en zone 2, 4 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
"Trésor de la Hammer" ne veut pas dire "chefs-d'oeuvre de la Hammer", cette collection se contentant surtout de nous permettre de voir ou revoir des films inédits en zone 2 pour la plupart de la célèbre société britannique. Mais elle nous offre quand même de véritables petites perles, de très bonnes séries B et quelquefois des nanars dans des éditions de qualité. Ce deuxième coffret a de plus l'avantage de nous proposer cinq DVD à un prix très abordable et il est dommage que le premier coffret soit indisponible ou hors de prix (j'ai acheté les DVD du premier à l'unité et le prix n'est pas sensiblement le même).

Premier DVD: Frankenstein créa la femme (1967). Note 5

"Frankenstein créa la femme/Frankenstein Created Woman" est un film britannique de 1967 de "Terence Fisher" avec "Peter Cushing", l'actrice polonaise "Susan Denberg" (Playmate de Playboy en 1966), "Thorley Walters" ("Le Fantôme de l'Opéra" 1962, "Dracula, prince des ténèbres" 1966), "Robert Morris" ("Les Monstres de l'espace" 1967), "Peter Blythe", "Derek Fowlds" et "Barry Warren"
Le sujet : Au milieu du XIXème siècle, dans le village de Karlsbad en Europe de l'est, le "Baron Frankenstein" (Peter Cushing) poursuit ses expérience sur sa propre personne en se congelant. Aidé par le "Dr Hertz" (Thorley Walters), un vieux médecin alcoolique qui lui procure logis et moyens financiers, et un jeune homme du village, "Hans Berner" (Robert Morris), qui a assisté quelques années plus tôt à l'exécution de son père (Duncan Lamont) guillotiné pour meurtre, il réussit à revivre après une mort d'une heure tout en conservant son esprit, prouvant ainsi ses incroyables théories. Hans est amoureux de la fille de l'aubergiste (Alan MacNaughtan), "Christina Kleve" (Susan Denberg), une infirme brulée au visage qui subit les moqueries et les harcèlements répétés d'un trio de gandins sans scrupule, "Anton" (Peter Blythe), "Johann" (Derek Fowlds) et "Karl" (Barry Warren). Une nuit, ces trois jeunes gredins s'introduisent dans l'auberge pour s'enivrer gratuitement et tuent l'aubergiste qui les surprend. Hans est accusé du meurtre puis subi le même sort que son père. Accablée de chagrin, Christina se suicide. Deux morts qui font l'aubaine du Baron...
Dans le dernier film sur Frankenstein réalisé par "Terence Fisher" en 1958 pour la Hammer "La revanche de Frankenstein/The Revenge of Frankenstein", le final montrait le Baron était en exil à Londres sous le pseudonyme de Dr Franck où il recevait la visite de deux patientes invisibles du noms de Lady Benborough et Wendy. Dans ce film (en ne tenant pas compte de la parenthèse malencontreuse de 1964 réalisée par "Freddie Francis" qui ne fait pas vraiment partie du cycle, " L'Empreinte de Frankenstein/The Evil of Frankenstein"), on retrouve la personnalité cynique et obséquieuse du Frankenstein des 2 premiers opus sans pour cela y avoir une vraie continuité, le Baron se retrouvant de nouveau en Europe de l'Est. Mais l'intermède de "Freddie Francis" avec un nouveau Frankenstein, un nouveau monstre et une nouvelle intrigue (distribué par "Universal Pictures", la Hammer eut le droit d'utiliser l'aspect de la créature interprétée par "Boris Karloff") est bel et bien passé sous silence et l'aspect artistique qui nous fait imaginer les meurtres plutôt que de nous les montrer est de retour. Pas de créature difforme et monstrueuse dans ce petit chef-d'oeuvre à la mis en scène réalisée par un "Terence Fisher" toujours aussi talentueux et une interprétation d'un fabuleux "Peter Cushing", juste la vengeance de deux amants permise par les manipulations du Baron.
DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - restauration correcte - 1.66 format respecté - durée 88 mn - Bonus "Les Archives de la Hammer" : documentaire sur Peter Cushing (25 mn VOST).

Deuxième DVD : Dans les griffes de la momie (1967). Note 2,5... Bon 3

Troisième et avant-dernier film du "Cycle de la Momie" de la Hammer, "Dans les griffes de la momie/The Mummy's Shroud" est un film britannique de 1967 de "John Gilling" ("L'Invasion des morts-vivants" 1966, "La Femme reptile" 1966), d'après une histoire de "John Elder" (pseudonyme de "Anthony Hinds", le fils du fondateur de la Hammer "William Hinds"), avec "André Morell" ("La Déesse de feu/She" 1965, "L'Invasion des morts-vivants" 1966, "Barry Lyndon" 1975), "John Phillips" ("Le Village des damnés" 1960, "La Dynastie des Forsyte" 1967), "David Buck", l'Écossaise "Elizabeth Sellars" ("La Comtesse aux pieds nus" 1954, "Les 55 Jours de Pékin" 1963), "Maggie Kimberly", "Tim Barrett", "Michael Ripper", "Roger Delgado" ("Doctor Who/Le Maître" 1971-1973) et... "Eddie Powell", la doublure de "Christopher Lee" et la créature "Alien" dans les 2 premiers films, dans le rôle de la Momie.

Le sujet: Le film commence par une introduction de 7 mn qui raconte l'histoire fictive d'un jeune noble du Moyen Empire égyptien 2000 ans avant J.C, "Kah-To-Bey" (Toolsie Persaud), fils du Pharaon "Men-tah" (Bruno Barnabe), qui doit fuir avec son esclave "Prem" (Dickie Owen) un coup d'état et meurt pendant son exil. En 1920, dans une ville égyptienne indéterminée (nom différent en VO et VF), "Stanley Preston" (John Phillips), qui a monté une expédition composée de l'archéologue "Sir Basil Walden" (André Morell), de son fils "Paul Preston" (David Buck), du photographe "Harry Newton" (Tim Barrett) et de la linguiste "Claire/Clare de Sangre" (Maggie Kimberly), pour retrouver le sépulture de "Kah-To-Bey", les rejoint sur le terrain alors que l'équipe, menacée de mort par le gardien de tombeau "Hasmid Ali", a commencé les fouilles avec succès. La dépouille millénaire est ramenée dans la ville de ? où justement se trouve la momie de l'esclave Prem, qui ne va pas apprécier, mais alors pas du tout, cette profanation.

C'est certain la "Hammer" nous avait habitué à mieux. Tourné en studio dans une Égypte de pacotille (Indépendante en 1922, mais tout comme en 1920 dans le film), ce film est réalisé à la façon habituelle de la Hammer : 50% film d'aventure série B au début et 50% film horrifique dans la deuxième partie (ponctualité britannique, la momie ouvre les yeux au bout de quarante cinq minutes environ). Bon, même si la créature ressemble plus à un épouvantail à moineaux sans chapeau qu'à une momie, la réalisation est assez bonne surtout pour une suite, le scénario classique et les acteurs pas trop mauvais. La touche "Hammer", avec les meurtres sanglants un peu plus horribles que dans les 2 premiers opus pour satisfaire le public d'alors (et qui font plutôt sourire à notre époque), est bien présente et le film se regarde sans ennui, bien l'identité du coupable est connue. Pas mauvais, pas très bon non plus, je mets la note 2,5. D'ailleurs, comme les personnages du film, je ne suis pas superstitieux, je fais juste certaines choses parce que j'ai peur que quelque chose se passe si je le les fais pas...

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - restauration correcte - 87 mn environ - 1.66 format respecté - Bonus : La bande annonce seulement.

Troisième DVD : Le Redoutable Homme des neiges (1957). Note 4.

Produit par la "Hammer Film Productions", "Le Redoutable Homme des neiges/The Abominable Snowman" est un film britannique de 1957 de "Val Guest" (2 Quatermass : "Le Monstre" 1955 et "La Marque" 1957, "Casino Royale" 1957, "Quand les dinosaures dominaient le monde" 1970), basé sur "The Creature" de "Nigel Kneale" (Créateur du personnage "Quatermass" et qui signe aussi le scénario de ce film) avec "Peter Cushing", l'Américain "Forrest Tucker", "Maureen Connell", "Richard Wattis" et "Robert Brown" (M, le patron de "James Bond" entre 1983 et 1989 dans 4 films) et .... "Fred Johnson" non crédité dans le rôle du yéti

Le sujet: Dans les années 50, le botaniste "John Rollason" (Peter Cushing), sa femme "Helen" (Maureen Connell) et son assistant "Peter Fox" (Richard Wattis) sont les hôte du Lama (Arnold Marlé) d'un monastère tibétain quand ils apprennent que le "Dr. Tom Friend" (Forrest Tucker) s'apprête à monter une expédition avec le trappeur "Ed Shelley" (Robert Brown) et le photographe "Andrew McNee" (Michael Brill) pour trouver le légendaire Yéti. Malgré les avertissement du Lama, "John Rollason" se joint à l'expédition mais s'aperçoit bien vite que celle-ci, préparée soigneusement un an auparavant, n'est en fait qu'une traque au but mercantile de créatures des neiges...

L'intrigue se présente en fait comme un classique film d'aventures dans l'Himalaya avec les inconvénients habituels. Le fantastique n'apparait qu'au bout de 50 mn avec une timide présence du yéti (sa main sous la tente et sa main sur son cadavre). Aussi éloigné de ses productions horrifiques et gothiques que l'est la chaîne himalayenne, ce film décevra les amateurs de monstres terrifiants et sanglants. Le Yéti ne se montre vraiment un petit peu que dans les dernières minutes, mais le suspense est bien présent dans une seconde moitié assez angoissante. Certes pas un chef-d'oeuvre mais le charme de l'époque, les scènes en noir et blanc oscillant entre paysages extérieurs filmés dans les Pyrénées avec des cascadeurs et dans les décors de studio avec les interprètes et l'intelligence du scénario où les personnages ne parlent pas pour ne rien dire mérite bien ce DVD remasterisé qui lui rend honneur.

DVD de 2008 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : Audio VO et VF Dolby Digital mono (avec possibilité de changer de langue supprimer les sous-titres sans passer par le menu). VF comportant des passages de VOST - Image 2.35 Cinémascope d'origine, 16/9 compatible 4/3 - Bonus: "Les Archives de la Hammer" : historique du studio Hammer (25mn/VOST).

PS: Pour les nombreuses personnes ne comprenant pas la "langue de la Mondialisation", il est préférable cependant de le regarder en VOST plutôt qu'en VF, non seulement pour éviter les passages du français à l'anglais sous titré, mais aussi pour entendre l'expédition entonner "John Brown's body", l'hymne des abolitionnistes américains de l'Union, au lieu de "la Tyrolienne des Pyrénées" de "Alfred Roland".
Et n'oubliez pas, amateurs de gore, de steak haché saignant, d'effets spéciaux envahissants et d'action non-stop s'abstenir...

Quatrième DVD : Frankenstein et le monstre de l'enfer (1974). Note 4.

Dernier film réalisé par Terence Fisher (1904-1980), dernier film du cycle de Frankenstein de la "Hammer" et de plus l'un des tout derniers films de cette socièté de production britannique (à moins que sa nouvelle résurrection avec "La Dame en Noir" de 2012 ne se confirme), "Frankenstein et le monstre de l'enfer/Frankenstein and the Monster from Hell" est un film de 1974 avec "Peter Cushing", "David Prowse" ("Les Horreurs de Frankenstein/La créature" 1970, "Orange mécanique/Le garde du corps" 1971, "Star Wars, épisode IV, V et VI/Dark Vador" 1977 1980 1983), "Shane Briant" ("Le Portrait de Dorian Gray" 1973, "Capitaine Kronos, tueur de vampires" 1974, "Mission top secret" TV 1992-1995) et "Madeline Smith"("The Vampire Lovers" 1970, "Une messe pour Dracula" 1970).

Le sujet : Le jeune chirurgien "Simon Helder" (Shane Briant), fervent admirateur du "Baron Frankenstein", est condamné à être interné, pour avoir suivi les traces de son idole, dans l'hôpital psychiatrique dirigé par un homme dépravé et perverti, "Adolf Klauss" (John Stratton), où il subit dès son arrivée de mauvais traitements de la part des gardiens, interrompus par le "Dr Victor Karl", en réalité le "Baron Frankenstein" se cachant sous cette identité et se protégeant par le chantage sur le directeur et le personnel hospitalier. Simon va comprendre tout de suite à qui il a affaire et Frankenstein voit en lui un nouvel assistant pour l'aider dans ses expériences à l'intérieur de l'asile. Aidé par "Sarah" (Madeline Smith), une jeune fille muette traumatisée surnommée l'Ange, ils vont tous les deux donner la vie à une créature constituée du corps de "Schneider" (David Prowse), un colosse velu plus près d'un bestial primitif néolithique que d'un homme et fasciné par le verre brisé, les mains du sculpteur "Tarmut" (Bernard Lee) et le cerveau du Pr. Durendel (Charles Lloyd-Pack)...

Dans ce film glauque et gore, dont l'action se situe pratiquement dans un hôpital psychatiatrique déprimant, Terence Fisher déroge à sa manière de présenter les opérations pratiquées par le Baron Frankenstein et signe certainement ici le dernier véritable chef-d'oeuvre de la Hammer. Les manipulations sont montrées dans le détail, avec un grand renfort de scalpels, de scies et d'autres instruments contendants médicaux, et l'admiration du jeune chirurgien va se transformer peu à peu en dégout devant l'immoralité et la folie du Baron. "Peter Cushing" est toujours exceptionnel dans le rôle d'un abject Frankenstein à perruque et aux mains brulées qui n'hésite pas à avoir recours au crime détourné en poussant un patient au suicide pour arriver à ses fins. Quant à la créature, elle est plus effrayante et plus pitoyable que jamais. Et Frankenstein, seul le diable peut dire ce qui lui est arrivé par la suite, car pour une fois, il s'en sort indemne de ses aventures.

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - restauration correcte - 1.66 format respecté - durée 90 min - Bonus "Les Archives de la Hammer" : documentaire sur la malédiction de Frankenstein (25 mn VOST).

Cinquième DVD, le moins bon de tous: La Déesse des sables (1965). Note 2.

Produit par la Hammer et pâle suite de "La Déesse de feu/She" de 1965 de "Robert Day" (vaguement adapté du roman "She: A History of Adventure" de "H. Rider Haggard") avec "Ursula Andress" et "Peter Cushing" dans les rôles-titres, "La Déesse des sables/The Vengeance of She", basé sur les personnages du roman "Ayesha: The Return of She" de "H. Rider Haggard" est un film britannique de 1968 de "Cliff Owen" avec "John Richardson", "Olga Schoberová" et "Edward Judd".

Le sujet :"Carol", une jeune scandinave dont le quotient intellectectuel est inversement proportionnel à son physique (qui Andress plus qu'Ursula) et dont l'interprétation de l'actrice tchèque "Olga Schoberová" (sous le pseudonyme de Olinka Berova) n'est convaincante que lorsqu'elle se pâme devant un miroir, est attirée par télépathie vers l'antique citée de "Kuma" par les descendants des mages de Chaldée, dont s'opposent la faction du méchant Men-Hari (Derek Godfrey) et celle du gentil "Za-Tor" (Noel Willman), pour devenir la réincarnation de la déesse "Ayesha" et épouser le bellâtre dirigeant immortel "Kallikrates" (John Richardson). Elle devient passagère clandestine du yacht de "George" (Colin Blakely), y rencontre le psychiatre "Phillip" (Edward Judd) qui va l'aider, puis s'enfuit en Afrique du Nord où un certain "Kassim" (André Morell) lui apprend les origines de ses visions. Elle décide de se rendre dans le désert, suivi de près par son ange gardien Phillip, pour aller à la mystérieuse cité perdue.

Comme le premier Opus, ce banal film d'aventure de série B n'a pas plus de commun avec le roman "Ayesha: The Return of She" de "H. Rider Haggard" que le "Allan Quatermain et les Mines du roi Salomon" de "J. Lee Thompson" sorti en 1985, avec une autre de ses oeuvres, "Les Mines du roi Salomon".
Du scénario classique à l'interprétation moyenne des acteurs, des seconds rôles déguisés en légionnaires romains et de son érotisme soft, en passant par les décors gréco-égypto-oriento-minoens d'un temple minable caché sous une montagne, médiocre clone de Petra qui n'apparait d'ailleurs qu'après 60 minutes, et la mise-en-scène approximative, tout semble sonner faux dans ce film qui, si j'ose l'expression, est à She...

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF (en VOST pour les scènes inédites). Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - restauration correcte - 1.66 format respecté - durée 97 min - Bonus: La Bande Annonce en VOST qui suffit largement pour comprendre le film.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 19, 2014 1:24 PM MEST


Frankenstein et le monstre de l'enfer
Frankenstein et le monstre de l'enfer
DVD ~ Peter Cushing
Prix : EUR 13,13

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dernier chapitre d'une saga sur le Baron Frankenstein commencée par Terence Fisher en 1957, 3 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Frankenstein et le monstre de l'enfer (DVD)
Dernier film réalisé par Terence Fisher (1904-1980), dernier film du cycle de Frankenstein de la "Hammer" et de plus l'un des tout derniers films de cette socièté de production britannique (à moins que sa nouvelle résurrection avec "La Dame en Noir" de 2012 ne se confirme), "Frankenstein et le monstre de l'enfer/Frankenstein and the Monster from Hell" est un film de 1974 avec "Peter Cushing", "David Prowse" ("Les Horreurs de Frankenstein/La créature" 1970, "Orange mécanique/Le garde du corps" 1971, "Star Wars, épisode IV, V et VI/Dark Vador" 1977 1980 1983), "Shane Briant" ("Le Portrait de Dorian Gray" 1973, "Capitaine Kronos, tueur de vampires" 1974, "Mission top secret" TV 1992-1995) et "Madeline Smith"("The Vampire Lovers" 1970, "Une messe pour Dracula" 1970).

Le sujet : Le jeune chirurgien "Simon Helder" (Shane Briant), fervent admirateur du "Baron Frankenstein", est condamné à être interné, pour avoir suivi les traces de son idole, dans l'hôpital psychiatrique dirigé par un homme dépravé et perverti, "Adolf Klauss" (John Stratton), où il subit dès son arrivée de mauvais traitements de la part des gardiens, interrompus par le "Dr Victor Karl", en réalité le "Baron Frankenstein" se cachant sous cette identité et se protégeant par le chantage sur le directeur et le personnel hospitalier. Simon va comprendre tout de suite à qui il a affaire et Frankenstein voit en lui un nouvel assistant pour l'aider dans ses expériences à l'intérieur de l'asile. Aidé par "Sarah" (Madeline Smith), une jeune fille muette traumatisée surnommée l'Ange, ils vont tous les deux donner la vie à une créature constituée du corps de "Schneider" (David Prowse), un colosse velu plus près d'un bestial primitif néolithique que d'un homme et fasciné par le verre brisé, les mains du sculpteur "Tarmut" (Bernard Lee) et le cerveau du Pr. Durendel (Charles Lloyd-Pack)...

Dans ce film glauque et gore, dont l'action se situe pratiquement dans un hôpital psychatiatrique déprimant, Terence Fisher déroge à sa manière de présenter les opérations pratiquées par le Baron Frankenstein et signe certainement ici le dernier véritable chef-d'oeuvre de la Hammer. Les manipulations sont montrées dans le détail, avec un grand renfort de scalpels, de scies et d'autres instruments contendants médicaux, et l'admiration du jeune chirurgien va se transformer peu à peu en dégout devant l'immoralité et la folie du Baron. "Peter Cushing" est toujours exceptionnel dans le rôle d'un abject Frankenstein à perruque et aux mains brulées qui n'hésite pas à avoir recours au crime détourné en poussant un patient au suicide pour arriver à ses fins. Quant à la créature, elle est plus effrayante et plus pitoyable que jamais. Et Frankenstein, seul le diable peut dire ce qui lui est arrivé par la suite, car pour une fois, il s'en sort indemne de ses aventures.

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - restauration correcte - 1.66 format respecté - durée 90 min - Bonus "Les Archives de la Hammer" : documentaire sur la malédiction de Frankenstein (25 mn VOST).


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20