undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Jord > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jord
Classement des meilleurs critiques: 193
Votes utiles : 650

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jord
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Crocodile
Crocodile
DVD ~ Mark McLaughlin
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 6,38

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Les Crocodiles (Crocodylinae) constituent une sous-famille de crocodiliens de la famille des crocodilidés., 18 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crocodile (DVD)
"Crocodile" est un film américain de 2000 de "Tobe Hooper" ("Massacre à la tronçonneuse" 1974, "Le Crocodile de la mort" 1977, "Poltergeist" 1982, "Lifeforce" 1985, "L'Invasion vient de Mars" 1986, "The Mangler" 1995, "Toolbox Murders" 2004) avec "Mark McLauchlin", "Caitlin Martin", "D.W. Reiser", "Julie Mintz", "Sommer Knight", "Rhett Jordan" et "Greg Wayne". Je les ai mis dans le désordre pour ne pas spoiler...

Le sujet: Sur les berges du lac "Sobek" (tiens, tiens, le nom du Dieu égyptien à tête de crocodile) au sud de la Californie, deux pêcheurs détruisent les œufs d'un croque-monsieur (ou d'un croque-mort) de l'espèce "Crocodylus niloticus". La maman se fâche et les punit. Huit étudiants ont la bonne idée d'aller passer un weekend au même endroit. Résultat du match 10-0 en faveur du crocodile géant.

J'avoue qu'on se perd un peu dans cette honnête série B, réalisée un an après le "Lake Placid" de "Steve Miner", entre les effets animatroniques et numériques, mais dans l'ensemble, même si c'est loin d'être un chef-d'œuvre et ressemble bien plus à un film alimentaire, "Tobe Hooper" s'en sort pas mal. Tout d'abord, il évite de s'éterniser sur les défauts inhérents au genre, c'est à dire une longue introduction avec la présentation inévitable des adolescents qui dialoguent bêtement sur leur existence dont on se fout éperdument: l'action commence assez rapidement. Déjà un bon point, et de plus les jeunes ne sont pas antipathiques et réagissent comme ceux de leur âge partis en virée: ils se marrent, se saoulent, draguent (la routine, quoi!) et surtout ne continuent pas à déblatérer des dialogues creux et sans intérêt lorsqu'ils se retrouvent en situation critique. Ensuite, la femelle crocodile n'agit pas sans raison puisqu'elle cherche à récupérer un de ses œufs qu'une farce assez douteuse a placé dans un sac à dos. Les paysages ensoleillés de Californie changent un peu des univers sombres habituels de Tobe Hooper. Les scénaristes se sont bien renseignés sur les mœurs des crocodiles du Nil (un des seuls sauriens à avoir un instinct maternel) et sur leurs différences avec les alligators de la région. Par contre, qui est le père ?????
Bref, une bonne série B, avec quelques scènes gores mais rien de bien effrayant, qui ne révolutionnera certainement pas le genre mais qui se regarde sans ennui . Et quelle peur j'ai eu avec le petit chien...

"Tobe Hooper" avait déjà réalisé un film d'horreur en 1977 "Le Crocodile de la mort (Eaten Alive)", mais dans un tout autre contexte, qui était d'ailleurs le premier film américain mettant en scène un crocodile tueur.
Le film "Crocodile" eut droit à une suite en 2002 "Crocodile 2 (Crocodile 2: Death Swamp)" de "Gary Jones".

DVD de 2006 en VF uniquement


Shaun of the Dead
Shaun of the Dead
DVD ~ Simon Pegg
Prix : EUR 7,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film à trembler de rire..., 16 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shaun of the Dead (DVD)
"Shaun of the Dead" est un film de 2004 de Edgar Wright ("Hot Fuzz" 2007, "Scott Pilgrim" 2010, "Le Dernier Pub avant la fin du monde" 2013, "Ant-Man" 2015) avec Simon Pegg, Kate Ashfield, Nick Frost, Lucy Davis et Dylan Moran

Le sujet: Shaun (Simon Pegg), un petit vendeur de la banlieue de Londres, mène une vie routinière entre son travail et son pub favori, "Le Winchester", avec son ami Ed (Nick Frost). Sa petite amie Liz (Kate Ashfield) décide de la quitter et Shaun se paye une soirée de biture. A son réveil, le monde a changé, peuplé de zombies, mais Shaun, qui ne semble pas s'être aperçu de la différence, continue son train train quotidien, les prenant pour des ivrognes. Quand il réalise enfin qu'il est entouré de monstres, il décide se réfugier avec ses amis à se réfugier dans le pub.

Parodie à l'humour très britannique des films de zombies, en particulier ceux de "Georges Romero", dont il reprend certaines scènes de façon décalée, ce film est un vrai régal. Le titre est d'ailleurs un hommage au "Dawn of the dead" de ce réalisateur. Un pastiche hilarant bien réussi dans l'exercice très très périlleux de la parodie des films d'horreur où beaucoup de réalisateurs se sont heurtés au mur du navet. "Edgar Wright" s'en sort grandi....

PS: Avec "Hot Fuzz" et "Le Dernier Pub avant la fin du monde ", ce film fait partie de la trilogie "Blood and Ice Cream" où les personnages de ces trois films achètent dans une scène des glaces Cornetto avec la présence de sang (un cône rouge pour "Shaun of the Dead").


Le Dernier Starfighter
Le Dernier Starfighter

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le premier film à utiliser des images de synthèse pour représenter des vaisseaux spatiaux réalistes au lieu de maquettes., 14 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Dernier Starfighter (DVD)
"Le Dernier Starfighter (The Last Starfighter)", film américain de 1984 de Nick Castle ("La Tête dans les nuages (The Boy Who Could Fly)" 1986, "Tap" 1989, "Denis la Malice (Dennis the Menace)" 1992), avec "Lance Guest", "Catherine Mary Stewart", "Robert Preston" et "Dan O'Herlihy", est une œuvre charnière dans le cinéma de SF: Ce fut en effet le premier film à utiliser des images de synthèse pour représenter des vaisseaux spatiaux réalistes au lieu de maquettes ("Tron" avait ouvert la voie en 1982 avec des scènes conçues par ordinateur mais seulement dans un monde virtuel). Se servant de l'imagerie balbutiante des jeux vidéos de l'époque (que l'on pouvait trouver sur les bornes d'arcade des magasins spécialisés dans les jeux vidéos et non sur PC comme maintenant), ce film réussit l'exploit de nous montrer une vingtaine de minutes de scènes spatiales révolutionnaires entièrement virtuelles.
Bien entendu, ces images 3D sont totalement dépassées par la technologie numérique actuelle et feront surement sourire les jeunes générations, mais lors de sa sortie en salle, il impressionna bon nombre de spectateurs ébahis dont je faisais partie. Même le "Terminator" de "James Cameron" sorti cette même année, utilisait encore des effets spéciaux mécaniques (pour le robot final, par pour Schwarzy, quoique...)

Le sujet: "Alex Rogan" (Nick Castle), un passionné de jeux d'arcade, fait exploser le score et bat le record du jeu "Starfighter" installé dans le caravaning où il vit. Un homme nommé "Centauri" (Robert Preston), en réalité un alien, arrive aussitôt dans une voiture futuriste et demande au jeune homme de l'accompagner. La voiture se transforme en vaisseau spatial qui prend la direction de l'espace vers "Rylos", une planète qui est sur le point de subir l'attaque imminente de "Xur" (Norman Snow) et de l'armada de "Kodan", désireux de conquérir la Galaxie. Refusant l'honneur qui lui est fait de devenir un défenseur de "Rylos", Alex retourne sur Terre où il s'aperçoit qu'il a été remplacé par un "Bêtadroïde" de politesse pendant son absence, un double sympathique qui accumule gaffes sur gaffes surtout avec sa petite amie "Maggie Gordon" (Catherine Mary Stewart). Des événements imprévus l'obligent à revenir sur sa décision et il se rend de nouveau sur "Rylos" ou il va vivre avec son second "Grig" (Dan O'Herlihy), un humanoïde reptilien, la plus grande aventure de sa vie en devenant le dernier combattant des "Starfighters".

Avatar typique et honnête du "Star Wars" de George Lucas, ce film sans prétention, mélangeant SF, comédie et aventure, a été purement réalisé pour le divertissement, contrairement à beaucoup du genre des années 80 qui dépeignaient plutôt un univers sombre. Les maquillages extraterrestres sont réussis et même assez cocasses, le scénario est divertissant et le premier essai de vaisseaux spatiaux numériques aurait sûrement été suivi si la technique débutante de l'époque l'avait permis (ces effets spéciaux obsolètes apportent d'ailleurs au film un supplément de charme désuet).

Contrairement aux indications de la jaquette, le DVD est présenté en VF 2.0 et en VO 5.1 sans sous-titres, en 16/9 et dure 1H40. L'image est correcte, même si apparemment c'est une copie de VHS. Le léger souffle qui s'entend sur la VF est absent en VO.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 15, 2014 11:41 AM MEST


Q: Winged Serpent
Q: Winged Serpent
DVD ~ David Carradine
Proposé par Skyvo Direct
Prix : EUR 17,43

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un film culte que je possède depuis des années en DVD en VF et VO, mais qui semble avoir disparu comme son monstre., 13 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Q: Winged Serpent (DVD)
"Épouvante sur New York (Q - The Winged Serpent)" est un film américain de 1982 de "Larry Cohen" qui en est à la fois le réalisateur, le scénariste et le producteur, avec "Michael Moriarty", "Candy Clark", "David Carradine" et "Richard Roundtree".

J'ai ce DVD depuis des années, certainement une copie de VSH remastérisée et distribué par "Intégral Home Vidéo" avec au choix VF et VO en 1.0 sans sous-titres (La jaquette n'indique que "Langue française"). Je m'aperçois que sur "Amazon" le film n'est présenté qu'en VO, mais je continue néanmoins mon commentaire.

"Larry Cohen", depuis son scénario sur "Phone Game" de "Joel Schumacher" en 2008, a abandonné la caméra pour l'écriture, ayant quand-même laissé derrière lui des séries B de bonnes factures comme "Le monstre est vivant (It's alive)" en 1972, "Meurtres sous contrôle (God Told Me To)" en 1976, "Les monstres sont toujours vivants (It lives again)" en 1979, "Les Enfants de Salem (A Return to Salem's lot)" en 1987, etc... et produit et écrit la Saga "Maniac Cop".

Le sujet: La panique règnent dans Manhattan, causée par d'étranges morts inexpliquées. Un policier, l'inspecteur Shepard, (David Carradine), va découvrir la terrible vérité... Un gigantesque monstre ailé, semblable au Quetzalcoatl, le mythique Serpent à Plumes des légendes de Mésoamérique, semble avoir élu domicile au sommet du "Chrysler Building" pour y installer son nid.

Réalisé par un "Larry Cohen" au mieux de sa forme, avec un casting de qualité et une histoire originale, mélangeant fantastique, suspense et action, inspirée de la légende née chez les Toltèques du Serpent à Plumes, ce film de série B, dont la créature animée image par image par d'honnêtes imitateurs de "Ray Harryhausen", a tout pour séduire les amateurs du genre.
Dommage que la version française ait disparu du marché, même si la qualité n'était pas top, et surtout qu'aucun distributeur n'ait encore eu l'idée de la rééditer avec des améliorations.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 10, 2015 4:05 PM CET


La Planète des tempêtes
La Planète des tempêtes
DVD ~ Vladimir Yemelyanov
Prix : EUR 15,03

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un classique russe de SF de 1962 de "Pavel Klouchantsev", réalisateur qui en inspira beaucoup par son style, 12 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Planète des tempêtes (DVD)
"La Planète des tempêtes" est un film soviétique de SF de 1962 de "Pavel Klouchantsev" (En route vers les étoiles 1957).

Le sujet: Trois vaisseaux soviétiques, Le "Capella", Le "Sirius" et le "Véga" sont en route pour explorer "Vénus". Seuls les deux derniers arrivent à destination, le "Capella" étant heurté par un astéroïde. L'équipage de Véga, composé des 3 cosmonautes, "Scherba", "Macha" et "Alan Ken", le représentant international inventeur du robot "John", décide d'utiliser une navette pour se rendre sur la planète hostile, laissant à son bord "Macha", mais leur vaisseau s'écrase dans un marais. Les 3 hommes du "Sirius" posent leur fusée sur "Venus" pour leur porter secours.

Le film commence par une introduction qui précise: "Fautes de données précises, la Vénus représentée dans ce film est purement imaginaire mais nous croyons aux futurs exploits des cosmonautes soviétiques qui verront de leurs yeux la planètes des tempêtes". Si cette phrase parait sortie d'un film de propagande, c'est en fait parce que celui-ci est la réponse russe aux films de SF américains tournés durant la guerre froide. Les années cinquante avaient vu naitre de nombreux chefs-d'oeuvre cinématographiques de SF en Amérique et en Angleterre ("Le Jour où la Terre s'arrêta" et "Le Choc des mondes" en 1951, "La Guerre des mondes" et "Le Météore de la nuit" en 1953, "Les Survivants de l'infini" en 1955, "Planète interdite" et "L'Invasion des profanateurs de sépultures" en 1956, "L'Homme qui rétrécit" en 1957) et au début des années soixante ("La machine à explorer le temps" et "Le village des damnés" en 1960). Le film de "Pavel Klouchantsev", pour sa vision d'un monde extraterrestre vénusien, certes bien éloigné de la réalité, et la découverte d'un cinéma de SF différent, ne dépare pas dans cette liste.

Les trucages sont honnêtes et classiques pour l'époque (monstres reptiliens joués par des figurants vêtus de latex, marionnettes de dinosaures pas très énergiques, décors dépaysants , mélange d'extérieurs rocailleux et de scènes marécageuses filmée en studio, avec une flore étrange, un robot très crédible (clone de "Robby") au comportement individuel intéressant, des maquettes de fusées assez convaincantes qui se déplacent et explosent dans le vide sans un bruit, contrairement à leurs homologues américains). Mais la culture et sans-doute l'idéologie russe en fait un film assez mollasson et manquant singulièrement d'action, certainement dû au jeu inexpressif des comédiens qui se perdent dans de longs dialogues sur l'origine des espèces et l'existence d'une intelligence alien, alors que leur survie dans ce monde hostile est plus que précaire. Malgré ce défaut et son cruel manque d'humour, je l'ai trouvé assez intéressant et même assez divertissant. Je pense qu'il trouvera un public dans les amateurs de vieux films des années 50 que l'on peut regarder comme une curiosité.
Ce film eut un grand succès international dans 28 pays et "Curtis Harrington" en 1965 en fit même une version américanisée, utilisant de nombreuses scènes de l'original, dans son "Voyage sur la planète préhistorique".

Réalisateur de près de 100 films et maître du film de la SF russe, "Pavel Klouchantsev" , qui se consacra après ce film à des documentaires, termina sa vie dans la misère, dans un appartement exigu avec son épouse et mourut en 1999 presqu'aveugle.

Le DVD de 2014 de "Artus Films" (avec l'affiche modernisée de l'originale des versions espagnoles et italiennes qui montre John le robot protégeant une femme blonde d'un montre reptilien avec un rayon laser qui n'a rien à voir avec le contenu du film) est présenté en VF et VOST (russe) en Dolby Digital 2.0 - version restaurée - Bonus : "La SF russe" par Alain Petit. Durée 78 mn


Le sacre de l'homme
Le sacre de l'homme
DVD ~ Thierry Frémont
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 6,79

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un documentaire exceptionnel qui se savoure comme un film et vice-versa., 11 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sacre de l'homme (DVD)
"Le Sacre de l'homme" est un film documentaire réalisé en 2007 par "Jacques Malaterre" ("Homo sapiens" 2005, "L'Odyssée de l'espèce" 2003, "Ao, le dernier Neandertal" 2010) sur un scénario de "Yves Coppens" et "Michel Fessler".
Ce très bon documentaire, présenté comme une fiction de l'épopée d'une famille entre 12000 et 2500 ans avant notre ère, est non seulement éducative sur les origines des civilisations, extrêmement bien documentée, avec des reconstituions historiques très convaincantes et bien filmée par un spécialiste du genre, mais passionnante et prenante. L'idée de raconter à travers quatre époques importantes pour l'évolution de l'humanité au Proche et au Moyen-Orient est rehaussée par le fait qu'on suit une famille et ses descendant à travers les millénaires.
Un documentaire exceptionnel qui se savoure comme un film. Un film exceptionnel qui se savoure comme un documentaire.
Le seul reproche que l'on peut faire est la durée trop courte qui n'en fait qu'un résumé: 1h30 pour évoquer 4 périodes se déroulant sur des millénaires, qui apporte évidemment quelques anachronismes historiques.


Le sacre de l'homme - Homo sapiens invente les civilisations
Le sacre de l'homme - Homo sapiens invente les civilisations
DVD ~ Thierry Frémont
Proposé par cinebox
Prix : EUR 5,88

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un documentaire exceptionnel qui se savoure comme un film et vice-versa., 11 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sacre de l'homme - Homo sapiens invente les civilisations (DVD)
"Le Sacre de l'homme" est un film documentaire réalisé en 2007 par "Jacques Malaterre" ("Homo sapiens" 2005, "L'Odyssée de l'espèce" 2003, "Ao, le dernier Neandertal" 2010) sur un scénario de "Yves Coppens" et "Michel Fessler".
Ce très bon documentaire, présenté comme une fiction de l'épopée d'une famille entre 12000 et 2500 ans avant notre ère, est non seulement éducative sur les origines des civilisations, extrêmement bien documentée, avec des reconstituions historiques très convaincantes et bien filmée par un spécialiste du genre, mais passionnante et prenante. L'idée de raconter à travers quatre époques importantes pour l'évolution de l'humanité au Proche et au Moyen-Orient est rehaussée par le fait qu'on suit une famille et ses descendant à travers les millénaires.
Un documentaire exceptionnel qui se savoure comme un film. Un film exceptionnel qui se savoure comme un documentaire.
Le seul reproche que l'on peut faire est la durée trop courte qui n'en fait qu'un résumé: 1h30 pour évoquer 4 périodes se déroulant sur des millénaires, qui apporte évidemment quelques anachronismes historiques.


Le Blob
Le Blob
DVD ~ Kevin Dillon

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dans la confiture rose profonde, on ne vous entendra pas crier., 11 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Blob (DVD)
"Le Blob" est un film d'horreur américain de 1988 de "Chuck Russell "(The Mask en 1994, L'Effaceur en 1996, Le Roi Scorpion en 2002) avec Kevin "Platoon" Dillon, Shawnee "Saw" Smith et Donovan "Fils du chanteur écossais Donovan" Leitch Jr.

le sujet: Un organisme vivant qui ne cesse de proliférer et grandir en une espèce de gélatine carnivore sème la panique dans la petite ville tranquille de "Arborville".

Même si ce film n'est pas vraiment un chef-d'œuvre, il est cependant, une fois n'est pas coutume, supérieur à son premier opus de 1958 réalisé par "Irvin S. Yeaworth Jr." avec "Steve McQueen" où la masse gélatineuse ressemblait vraiment à de la confiture de fraise et avançait à la vitesse exceptionnelle de 0,001 km/h. Ici, le réalisateur arrive à mêler habilement effets gores, morts horribles et humour dans un mélange anti-politiquement correct où même un enfant se fait dévorer par la chose. Les effets spéciaux non numériques sont à la hauteur et ont un charme que n'auront jamais ceux réalisés par ordinateurs. Un film d'horreur tel qu'on savait les faire dans les années 80 avec des images dévastatrices, un humour noir décalé et une bonne dose de scènes assez sanguinolentes avec une entité extraterrestre qui fuit la neige carbonique comme les vampires la kryptonite et Superman les crucifix.
Mais ne vous inquiétez pas, aucun bocal de confiture n'a été maltraité pendant le tournage. Mais évitez quand même d'en ouvrir un pendant que vous regardez ce film, on ne sait jamais... Avec tous les OGM qui apparaissent un peu partout.

DVD de 2003 "Columbia Tristar Video Home" en VF, VO, VI, VA, VE Dolby Surround. Nombreux Sous-Titres. Bonus: Films-annonces VOST.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 28, 2014 6:16 AM MEST


Dr. Jekyll et Mr. Hyde
Dr. Jekyll et Mr. Hyde
DVD ~ Michael Caine
Proposé par DIRECT_DVD_EU
Prix : EUR 11,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ouragan sur Michael Caine..., 10 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dr. Jekyll et Mr. Hyde (DVD)
"Dr Jekyll et Mr Hyde" est un téléfilm en 2 parties de 1990 de "David Wickes" avec Michael Caine, Cheryl "drôle de dames" Ladd, Joss Ackland, Kevin "Joshamee Gibbs/ Pirates des Caraïbes" McNally et David "Gladiator/From Hell/ Pirates des Caraïbes/Wolfman" Schofield.

Le sujet: Dr Jekyll (Michael Caine) se transforme en Mr Hyde (Michael Caine).

Après son très bon téléfilm de 1988 "Jack l'Éventreur (Jack the Ripper)" avec "Michael Caine" et "Jane Seymour", on s'attendait à mieux de la part de "David Wickes" que cette libre adaptation du roman de "Stevenson", bien moins réussie, malgré une nouvelle collaboration avec "Michael Caine".
Toutefois, en évitant de le comparer à "Jack l'Éventreur", ce téléfilm n'est pas pour cela un échec complet, loin de là... "Michael Caine" dans son double-rôle de "Jekyll/Hyde" et "Cheryl Ladd" dans celui de "Sara Crawford", sa fiancée qui se fait agresser et violer par un "Hyde" assez différent des interprétations précédentes, sont parfaits dans la peau (ou les peaux) de leurs personnages. Dans ce téléfilm, Hyde est dépeint, non plus comme une brute sanguinaire et incontrôlable, mais comme un être diabolique qui se contrôle et s'intègre pour arriver à ses fins. Bref, un téléfilm de bonne facture avec une histoire intrigante et passionnante qui nous entraine dans une époque victorienne aux décors bien reconstitués. Seule la conclusion du téléfilm, qui aurait pu être évitée sans pour cela nuire à l'ensemble, me parait assez décevante. Ce n'est pas un coup de théâtre de ce genre qui peut vraiment apporter un intérêt à l'histoire.

DVD de 2005 avec Vo et VF Dolby Digital 2.0. Format 4/3 respecté. Sous-titre français. Durée 1h35 environ. Bonus: Biographie et Filmographie de Michael Caine et Bandes Annonces.


Gandahar
Gandahar
DVD ~ Anny Duperey
Prix : EUR 19,71

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Gandahar" fut, est et sera. Un film sur les paradoxes temporels de René Laloux et Philippe Caza pour le coté graphisme., 10 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gandahar (DVD)
"Gandahar" est un film d'animation français de SF de 1988 de "René Laloux" ("La Planète sauvage" en 1973, avec "Roland Topor" et inspiré du roman "Oms en série" de "Stefan Wul" et "Les Maîtres du temps" en 1982 sur des dessins de Jean "Mœbius" Giraud, inspiré du roman "L'Orphelin de Perdide" du même "Stefan Wul"), sur des dessins de "Philippe Caza" (Le Monde d'Arkadi) sorti en 1988, adapté du roman de "Jean-Pierre Andrevon", écrivain engagé de SF, "Les Hommes-machines contre Gandahar", paru en 1969 (je l'ai lu dans les années 70, assez étonné par son contenu, à cause du titre qui faisait plutôt penser à une parodie de SF).

Avec son animation assez rigide due au coût de production, réalisée en "Corée du Nord", mais avec des graphismes exceptionnels du dessinateur "Philippe Caza", ce film est moins abordable par son scénario plus complexe que les 2 premiers de René Laloux , avec ses voyages temporels, ses paradoxes et ses sombres hommes-machines, clones des soldats de pays totalitaires militarisés, qui changent les humains en pierre avant de les enlever, et s'adresse plus à un public adulte. Mais il est vrai que nous sommes loin de l'année 88 et le public est plus apte à comprendre les paradoxes engendrés par les voyages temporels par de récentes productions. En fait, à présent ce scénario parait plus classique. Et puis "Sylvin" et "Airelle", en hippies extraterrestres dont seuls de vieux proverbes terriens font allusions qu'ils viennent de notre monde, forment un si joli petit couple dans une société pacifiste envahie par des robots noirs à l'aspect humain pas si effrayant physiquement, mais redoutables quant à leurs méthodes.

Edité par ARTE Vidéo en VF en 2007 avec, il est aussi proposé dans un coffret qui contient "Gandahar" et " La Planète sauvage" par le même éditeur.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20