Profil de Jord > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jord
Classement des meilleurs critiques: 60
Votes utiles : 1123

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jord
(TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le dernier Dinosaure
Le dernier Dinosaure
DVD ~ Richard Boone

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Très très gros bémol, les chapitres finals 20 à 24 de la VF sont en VO sans sous-titres et la VO n'en a pas du tout..., 5 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le dernier Dinosaure (DVD)
Les trois étoiles sont pour le film pas pour le DVD :
Très très gros bémol, les chapitres finals 20 à 24 de la VF sont en VO sans sous-titres et la VO n'en a pas du tout... donc je vous déconseille de l'acheter , par contre je peux quand-même en parler.
Issu de la vague née après le succès du remake du "King Kong" de 1976 de "John Guillermin", "Le Dernier Dinosaure/The Last Dinosaur", film américano-nippon de "Alexander Grasshoff" et "Shusei Kotani" de 1977 avec un "Richard Boone" fatigué, "Joan Van Ark" ("Valene Ewing" dans "Côte Ouest" et dans "Dallas"), "Steven Keats", "Tetsu Nakamura", "Luther Rackley", ressemble à un plagiat fauché du "Sixième Continent/The Land That Time Forgot" de 1975 de "Kevin Connor", les effets spéciaux utilisés pour les dinosaures n'étant pas des animations image par image ou des marionnettes comme c'était le cas à la l'époque pour les films de ce genre, mais des cascadeurs costumés, tout comme les "Godzilla" des années 1960 et 1970.

Le sujet: Après la découverte d'un lac situé sous la calotte polaire, une équipe, composée du grand chasseur et riche industriel "Masten Thaust" (Richard Boone), qui ne pense qu'à exterminer un tyrannosaure rex pour sa collection, du "Dr Kawamoto" (Tetsu Nakamura), du géologue "Chuck Wade" ( Steven Keats ), seul survivant de l'expédition précédente, du traqueur Maasaï "Bunta" (Luther Rackley) et de la photographe "Frankie Banks" (Jeanne d'Arc... Pardon! Joan Van Ark), va faire un tour en forêt... pardon! en foret et se rend sur les lieux où elle rencontre des dinosaures en latex et des hommes préhistoriques néandertaliens moins évolués que leur femelles cro-mignonnes.
Ce film, sorti en salle en France en 1977, n'avait jamais bénéficié d'une diffusion vidéo dans notre pays alors qu'il passa à la télé avec un doublage français, une fois n'est pas coutume, assez réussi. Malgré un scénario qui ne manque pas d'imagination et de gros moyens financiers pour une série B, les effets spéciaux de carton-pâte semblent déjà d'une autre époque. Le casting est bon mais avec quelques faiblesses: Bien que son charisme est toujours présent, "Richard Boone", qui mourra d'un cancer en 1981 et dont c'est l'un des derniers films, parait déjà usé par la maladie dans son rôle de chasseur misogyne et macho. ses réflexions sur les femmes sont dans la mentalité de l'époque mais seraient classées politiquement incorrectes dans notre siècle actuel où le moindre écart de langage peut se terminer par un procès et la façon dont il traite son serviteur Buda (Nom inventé ? Prénom japonais ou tiré de l'espéranto voulant dire "multicolore" ? anagramme de Bantu/Bantou ?...) comme dans les temps coloniaux et les films de "Tarzan". "Joan Van Ark" est peut-être charmante mais finit par énerver dans son rôle infantile de blonde de service. Les autres, y compris les cascadeurs dans leur tenue en caoutchouc et les acteurs grimés en hommes préhistoriques, font ce qu'ils peuvent.

En résume: une relique déjà d'une autre époque lors de son tournage qui se laisse malgré tout regarder par nostalgie ou par curiosité d'un temps où, au cinéma, les hommes étaient des hommes qui fumaient sans complexes, les femmes des nunuches et les dinosaures des bestioles en caoutchouc qui changent de taille suivant la situation. Mais l'édition proposée m'a gâché le plaisir de toutes façons.

Audio: DVD arnaque de 2014: VO sans sous titres et VF Dolby Digital 2.0 - possibilité de passer d'une langue à l'autre (d'ailleurs le film s'en charge tout seul à la fin sans nous demander notre avis) - Bonus: un court-métrage marrant de Nicolas Tavernier.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2014 8:10 PM MEST


FANTASTIC FOUR PAR MARK MILLAR ET BRIAN HITCH
FANTASTIC FOUR PAR MARK MILLAR ET BRIAN HITCH
par Collectif
Edition : Relié
Prix : EUR 36,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un gros album réunissant les épisodes 554 à 569 des "Fantastic Four" de Mark Millar et Bryan Hitch., 5 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : FANTASTIC FOUR PAR MARK MILLAR ET BRIAN HITCH (Relié)
Edité par "Panini" dans la collection "Marvel Icons" ce gros pavé de... mince, il n'est pas numéroté... donc ce gros pavé d'un grand nombre de pages, disons en gros 350, regroupe la totalité des épisodes 554 à 569 des "Fantastic Four", d'avril 2008 à septembre 2009 aux USA, scénarisés par le prolifique auteur écossais "Mark Millar" ("Ultimate X-Men", "The Ultimates", "Marvel Zombies", "Kick-Ass") et illustrés par le talentueux britannique "Bryan Hitch".

L'histoire commence quelque temps après les événements de "Civil War" où, après avoir quitté les FF pour sauver leur mariage et été remplacés par "Tornade/Storm" des "X-Men" et "T'Challa" (La Panthère noire/Black Panther), "Reed et Sue Richards" (Mr. Fantastic et "la Femme Invisible/ Invisible Woman) reviennent au bercail et reforment avec "Ben Grimm" (La Chose/The Thing) et "Johnny Storm" (La Torche Humaine/Human Torch) l'équipe originelle. Ils vont comme d'habitude devoir affronter de redoutables adversaires dont le moindre n'est surement pas le "Dr Fatalis/Dr Doom" dans des scénarios intelligents, pleins de rebondissements et brillamment dessinés, même si les couleurs un peu fades et le papier non glacé de l'album ne valent pas ceux des collections "Marvel Deluxe" ou "Marvel Omnibus". L'album est aussi lié à deux autres oeuvres de "Mark Millar": la saga futuriste "Wolverine: Old Man Logan" illustrée par "Steve McNiven" (éditée dans "Marvel Deluxe" en septembre 2011) et la mini-série "1985" illustrée par "Tommy Lee Edwards" (édité dans 100% Marvel en 2008) qui parurent au même moment aux USA.
De quoi lire en tout cas...

On voit même "Sue Richards" en tenue d'Eve sous une liasse de billets de banque. Avec le pouvoir d'allonger son memb... pardon!... ses membres qu'a "Reed Richards", on devine ce qu'elle attend...


Things To Come
Things To Come
DVD ~ Raymond Massey
Proposé par BOX-OFFICE
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 L'un des premiers films à traiter le monde à venir d'une façon sérieuse... en 1936., 4 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Things To Come (DVD)
Produit par "Alexander Korda", "Things to Come" (aussi connu sous les titres français: "Les Mondes futurs" ou "La Vie future") est un film britannique de 1936 de "William Cameron Menzies" ("Les Envahisseurs de la planète rouge/Invaders from Mars" 1953) scénarisé par "H. G. Wells" d'après son roman "The Shape of Things to Come" (1933), avec "Raymond Massey" ("Arsenic et vieilles dentelles" 1944), "Edward Chapman", "Ralph Richardson" ("Les Quatre Plumes blanches" 1939, "Exodus" 1960, "Le Docteur Jivago" 1965, "Le Dragon du lac de feu" 1981, "Greystoke, la légende de Tarzan" 1984), "Margueretta Scott", "Derrick De Marney" ("Jeune et innocent" de "Hitchcock" 1937) et "Ann Todd" ("Le Septième Voile" 1945, "Le Procès Paradine" 1947, "Les Amants passionnés" 1949, "Temps sans pitié" 1957).

Le sujet: une histoire se passant dans la ville de "Everytown" ("Touteville" en sous-titres français) de 1940 à 2036 avec une seconde guerre mondiale en 1940, la peste et l'anarchie qui suivirent et l'édification d'un état mondial scientifique prêt aux voyages spatiaux.

En bon utopiste ayant foi dans la nature humaine et l'utilisation pacificique du progrès scientifique, "H. G. Wells", nous montre sa vision sur un avenir qui parait à présent dépassé mais était une possibilité réelle pour l'époque d'avant-guerre. Comme beaucoup de ses romans, le film commence par un monde au bord de la catastrophe (ici une guerre mondiale qui n'allait d'ailleurs pas tarder à se réaliser) et le nouveau départ de l'humanité vers un avenir plus radieux après des décennies d'anarchie.
Le film en lui-même est assez exceptionnel car il est sans-doute l'un des premiers films de SF à tenter sérieusement d'imaginer un futur plausible. Si on le regarde à présent comme une "uchronie", ce monde parallèle aurait très bien pu exister.
A part "Metropolis" de "Fritz Lang" en 1927, "Point ne tueras/High Treason" de "Maurice Elvey" en 1929 et "La Femme sur la Lune/Frau im Mond" de "Fritz Lang" de 1929, peu de réalisateurs s'étaient risqués dans l'anticipation et encore moins dans un film post-apocalyptique.

Les effets spéciaux, pour l'époque, sont à la fois impressionnants et kitch: Le réalisme de la guerre totale avec des images d'archives se mêlant à des maquettes, les décors plus vrais que nature d'une ville dévastée par les bombes, la moitié de la population humaine décimée par la peste vivant dans un monde féodal, la cité futuriste très convaincante et bien supérieure à des films à venir, etc...
Une oeuvre à découvrir même si l'intrigue (où plutôt les intrigues) a été plusieurs fois utilisée par la suite, donnant à l'ensemble un sentiment de déjà-vu hors contexte de l'époque du tournage.

L'image est d'assez bonne qualité, vraisemblablement copiée d'une VHS, mais même sans restauration elle est très honnête.
Audio VOST 2.0 mono. Aucun bonus.


Les Pionniers de l'espérance
Les Pionniers de l'espérance
par Roger Lécureux
Edition : Album
Prix : EUR 20,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un très bel hommage à la série "Pionniers de l'espérance" édité dans la collection "Patrimoine BD" de Glénat en 2005., 4 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Pionniers de l'espérance (Album)
Parue initialement dans le No 45 du périodique "Vaillant" (qui devint par la suite "Pif Gadget" de décembre 1945 et inspirée de "Flash Gordon" tout étant imprégnée de l'esprit du journal, "Les Pionniers de l'Espérance" était une série de BD de science-fiction scénarisée par Roger Lécureux et dessinée par Raymond Poïvet. Elle dura jusqu'au N° 239 de "Pif Gadget", en septembre 1973, date du départ de "Raymond Poïvet" (1910-1999), brutalement "remercié" par l'éditeur Vaillant, sans aucune explication.

la série est de très grande qualité avec planètes lointaines, monstres fabuleux, "buveurs de mer" venant assécher nos océans, bref toutes les ressources de la SF d'aventure utilisées intelligemment.

Ce livre des "Pionniers de l'espérance" parue en 2005 dans la collection "Patrimoine BD" des éditions Glénat nous offre un épisode, certes moins connu que le classique "Jardin Fantastique", mais tout aussi intéressant, les auteurs étant alors au meilleur de leur créativité : "Les Homme aux Yeux d'Or" du journal Vaillant 622 du 14 avril 1957 au 684 du 22 juin 1958. Edité dans son noir et blanc d'origine, pour rendre un plus bel hommage au trait de crayon du dessinateur, ce bel album contient de plus des bonus sur le parcours de "Raymond Poïvet" (1910-1999) et une bibliographie sélective, le merveilleux illustrateur qui en inspira tant d'autres, en particulier "André Chéret" (1937-1999), le créateur de "Rahan", par son graphisme.

Il est seulement dommage que les "Intégrales" de cette série éditée par "Futuropolis" soient introuvables ou hors de prix. J'ai quand même réussi à avoir sur Amazon, "Les Pionniers de l'espérance - 4 : 1953-1956" à un prix raisonnable, surtout que ce 4ème Tome contient le chef-d'oeuvre resté dans beaucoup de vieilles mémoires : "Le jardin Fantastique", dont j'avais l'édition de 1961 des "éditions Vaillant", mais qu'un "copain" invité chez moi m'a empruntée, avec les 4 premiers "Strange", en oubliant certainement qu'elle n'était pas à lui (depuis ma collection de BD a déménagé pour un endroit plus sûr).


Flash Gordon le soldat de l'espace - Intégrale saison 1
Flash Gordon le soldat de l'espace - Intégrale saison 1
DVD ~ Buster Crabbe
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Je voulais voir ce qu'était vraiment un sérial, ces films à petit budget fonctionnant selon le principe du feuilleton.., 3 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Flash Gordon le soldat de l'espace - Intégrale saison 1 (DVD)
Réalisé en 1936 par "Frederick Stephani" et" Ray Taylor", "Flash Gordon" est un serial de 13 épisodes avec "Buster Crabbe" (Flash Gordon), "Jean Rogers" (Dale Arden), "Charles B. Middleton" (Ming), "Priscilla Lawson" (Princesse Aura) et "Frank Shannon" (Dr Alexis Zarkov) d'après le "comic strip" de "Alex Raymond" paru en planche hebdomadaire à partir de janvier 1934. Il fait partie d'une série de trois films dont les 2 autres sont: "Flash Gordon Mission vers Mars/Flash Gordon's Trip to Mars" de "Ford Beebe" et "Robert F. Hill" de 1938 et "Flash Gordon Conquers the Universe" de "Ford Beebe" et "Ray Taylor" de 1940 avec toujours "Buster Crabbe" dans le rôle-titre et "Charles Middleton" dans le rôle de l'empereur Ming.

"Flash Gordon", sorte de super héros avant l'heure même s'il ne possède aucun super pouvoir, décide de sauver la Terre des ambitions de "Ming", empereur de la planète "Mongo", en accompagnant avec "Dale Arden" le "Dr Zarkov" dans une fusée spatiale qui les mènent dans le royaume du Tyran au look de "Fu Manchu".

L'intrigue suit assez fidèlement la BD originale (même le prologue qui est aussi rapide que les 2 pages du "comic strip" car, en à peine dix minutes, "Flash", "Dale" et "Zarkov" sont déjà sur "Mongo"), c'est à dire un scénario basique, inspiré des romans de chevalerie, dans lequel différents genres et péripéties, n'ayant pas toujours de liens les uns avec les autres, ne sont là que pour évoquer le combat de "Flash" contre "Ming". Les effets spéciaux sont d'époque et paraissent à présent dépassés mais certains sont quand-même assez réussis: utilisation d'iguanes maquillées, de cascadeurs déguisés en monstres assez rigolos, d'images d'archives de véritables animaux (pieuvres, requins, ours etc...) se transformant en bestioles en latex lors des combats rapprochés. Les acteurs semblent avoir dévalisé un magasin d'accessoires et de costumes de différentes époques terrestres et les décors sont d'accord avec eux. Les acteurs prennent vraiment leurs rôles au sérieux dans leurs petits slips et leurs robes sexy, et apportent beaucoup de charme à cette série inédite en VF.
Il est dommage que la qualité de ce DVD soit loin d'être au top, n'ayant pas eu de remastérisation, mais l'on suit avec tant de nostalgie les aventures de "Guy l'Éclair"... Pardon! de "Flash Gordon"... qu'on oublie un peu ses défauts et que l'abominable film éponyme de 1980 de "Mike Hodges", avec un nullissime "Sam J. Jones" dans le rôle-titre qui ne jouera d'ailleurs plus que des méchants par la suite, n'en a fait qu'augmenter l'intérêt (il parait que la 20th Century Fox a acheté en 2014 les droits du comic strip dans l'intention de refaire un remake).
Ce film a été choisi en 1996 par le "National Film Registry" pour sa conservation à la "Bibliothèque du Congrès", films sélectionnés pour leur "importance culturelle, historique ou esthétique".
A conseiller à tous les amateurs de sérials.

DVD de 2009 Audio VOST mono.

PS: A part le film de "Mike Hodges", "Flash Gordon" fut adapté, en autre, dans une série télévisée modernisée d'une saison de 22 épisodes en 2007 et dans une parodie érotique loufoque "Flesh Gordon" en 1974 (en compétition au "Festival d'Avoriaz 1975"), avec une grosse bestiole monstrueuse et obscène, (une suite "Le Retour de Flesh Gordon" fut même tournée en 1989 suite au succès de ce pastiche).


Soleil levant
Soleil levant
DVD ~ Sean Connery
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 5,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un thriller très intéressant de 1993 sur la haute-technologie de l'époque et la confrontation culturelle des USA et du Japon., 2 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soleil levant (DVD)
"Soleil levant (Rising Sun)" est un film américain de 1993 de "Philip Kaufman" ("L'Invasion des profanateurs/Invasion of the Body Snatchers)" 1978, "L'Étoffe des héros/The Right Stuff" 1988), adapté du roman éponyme de 1992 de l'un des pionniers du "Techno-thriller", "Michael Crichton", avec "Sean Connery", "Wesley Snipes", "Harvey Keitel" et "Cary-Hiroyuki Tagawa" et dans des rôles secondaires l'hawaïenne "Tia Carrere" et "Steve Buscemi" .

À Los Angeles, une prostituée est assassinée lors d'une réception donnée dans le building de la société japonaise "Nakamoto". Le lieutenant "Web Smith" (Wesley Snipes), chargé d'être l'officier de liaison avec l'entreprise, est désigné pour mener l'enquête. Il reçoit l'aide du mystérieux capitaine "John Connor" (Sean Connery), officier de police à la retraite et féru de culture nippone... Le capitaine devient rapidement le "senpai" du lieutenant "Smith" qui accepte son rôle de "kōhai", le plus jeune aidé par l'ainé au Japon. Très vite les soupçons se tournent vers "Eddie Sakamura" (Cary-Hiroyuki Tagawa), un ami de longue date de "Connor", qui devient un suspect idéal.

Le film, dont l'intrigue est basée sur la différence culturelle entre les USA et le Japon et l'utilisation des nouvelles technologies naissantes, diffère du roman, sans doute pour rendre l'histoire plus commerciale et ne voulant pas froisser la communauté japonaise, par l'identité du coupable et le fait que le lieutenant Smith soit afro-américain, décision qui eut pour effet le désistement de "Michael Crichton" du projet.
Ce film, pouvant paraitre dépassé quant à l'utilisation de la haute-technologie de l'époque, mais qui était loin de l'être dans les années 90, et mettant en scène aucun protagoniste vraiment net et sans défauts, garde pourtant toute son intensité 20 ans après son tournage. "Sean Connery", à l'aise dans son rôle habituel de personnage entouré de secret, et "Wesley Snipes", longtemps relégué à des seconds rôles de luxe et sur le point de devenir une célébrité que la saga "Blade" confirmera jusqu'aux années 2000, apportent un peu d'humour avec leurs réparties et leurs différences de cultures dans ce thriller assez sombre parsemé de fausses pistes.
Bref, un bon polar qui se regarde encore sans ennui malgré sa longue durée et qui peut même passer pour un documentaire sur les avancées hésitantes et balbutiantes en informatique de la fin du siècle dernier et sur le contexte de l'époque où le Japon était vraiment en avance sur le marché de la miniaturisation, tout en ayant gardé en héritage des coutumes archaïques de leurs ancêtres.

DVD de 2000: Audio VF et VI 2.0, VO 5.1 - Nombreux sous-titres et possibilité de changer de langue et de sous-titres en cours de visionnage.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 9, 2014 12:11 PM MEST


Black Mirror - Saison 1 & 2
Black Mirror - Saison 1 & 2

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The dark side of twiligth zone... l'éditeur français se désiste pour sa sortie, 1 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Mirror - Saison 1 & 2 (DVD)
"Black Mirror ", série télévisée britannique de 2 saisons de 3 épisodes créée par "Charlie Brooker" et diffusée depuis 2011, présentant des histoires indépendantes avec un casting, un décor et une réalité différentes, traite de la dérive des nouvelles technologies et des médias à laquelle le monde actuel nous prépare peu à peu à des addictions et sur les effets néfastes et terrifiants où elles pourraient déborder. Cette anthologie installe d'emblée une ambiance étouffante, fascinante et poisseuse à la fois, évoquant sans concessions la disparition de notre libre arbitre, les conséquences de la prolifération de l'informatique, de l'audiovisuel, des multimédias, de l'Internet et des télécommunications, le voyeurisme sans plaisir, l'insidieuse drogue autorisée qui nous submerge en ignorant souvent la moralité, etc... Le "Black Mirror" représente l'écran d'une télévision, d'un PC ou d'un portable.

J'aurais aimé en parler plus longuement, mais n'ayant vu que quelques épisodes (assez pour me faire une idée de l'ensemble) sur France 4 à des heures où tout être humain devrait être dans les bras de Mor"Gane la"Phée et la sortie en DVD en France de l'intégrale des épisodes prévue (je l'avais même précommandée) ayant été annulée par l'éditeur français, je vais donc m'arrêter là.
A Noter quand-même que cette série eut droit à 2 récompenses en 2012 de la meilleure mini-série par "International Emmy Awards" et meilleure série au "Festival de la Rose d'or de Lucerne".
Lorsque l'on voit les séries navets qui sortent ces temps-ci, on ne peut être que consterné.

PS: En 2011, les Français s'essayaient encore à la SF avec "Doc Martin", "Fortunes", "Les Mystères de l'amour ( troisième série dérivée de "Elle aimait les garçons")", "Le Sang de la vigne", "XIII : La Série", "Week-end chez les Toquées", "Platane" et "Signature" tandis que les Ricain avec "Being Human" plagiaient lamentablement la splendide série britannique éponyme (toujours inédite en VF).


Les Pionniers de l'espérance - 4 : 1953-1956
Les Pionniers de l'espérance - 4 : 1953-1956
par R. Poivet
Edition : Relié
Prix : EUR 13,20

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Le jardin Fantastique" est un classique de la BD resté dans ma vieille mémoire., 1 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Pionniers de l'espérance - 4 : 1953-1956 (Relié)
Parue initialement dans le No 45 du périodique "Vaillant" (qui devint par la suite "Pif Gadget" de décembre 1945 et inspirée de "Flash Gordon" tout étant imprégnée de l'esprit du journal, "Les Pionniers de l'Espérance" était une série de BD de science-fiction scénarisée par Roger Lécureux et dessinée par Raymond Poïvet. Elle dura jusqu'au N° 239 de "Pif Gadget", en septembre 1973, date du départ de "Raymond Poïvet" (1910-1999), brutalement "remercié" par l'éditeur Vaillant, sans aucune explication.

la série est de très grande qualité avec planètes lointaines, monstres fabuleux, "buveurs de mer" venant assécher nos océans, bref toutes les ressources de la SF d'aventure utilisées intelligemment.

Cette édition "Les Pionniers de l'espérance - 4 : 1953-1956" réédite un chef-d'oeuvre resté dans beaucoup de vieilles mémoires : "Le jardin Fantastique". J'avais l'édition de 1961 des éditions Vaillant, mais un "copain" invité chez moi l'a prise, avec les 4 premiers "Strange", en oubliant certainement qu'elle n'était pas à lui (depuis ma collection de BD a déménagé pour un endroit plus sûr). Ses auteurs ont ici délaissé les confins du cosmos pour un simple jardin de banlieue où nos pionniers se sont fait miniaturiser pour aller à la recherche de l'une des leurs qui s'est trouvée réduite à quelques centimètres de hauteur. Ils vont devoir alors affronter les terribles monstres (fourmis, mouches, araignée, carabes) qui grouillent dans cet innocent jardin. L'invention du scénario et la beauté des illustrations en font un classique de la BD.

Je ne pense pas que la comédie américaine réalisée par "Joe Johnston" en 1989 : "Chérie, j'ai rétréci les gosses" s'en soit inspirée... Mais qui sait ???
En plus le titre rappelle étrangement un autre film qui parle aussi de miniaturisation, "Le Voyage fantastique (Fantastic Voyage)" de "Richard Fleischer" de 1966.


Stuck - Instinct de survie [Blu-ray]
Stuck - Instinct de survie [Blu-ray]
DVD ~ Stephen Rea
Proposé par Video screen
Prix : EUR 5,59

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Qu'aurions-nous fait dans une telle situation ?, 31 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stuck - Instinct de survie [Blu-ray] (Blu-ray)
"Stuck" est un film américain de 2007 de "Stuart Gordon" ("Re-Animator" 1985, "Fortress" 1993, "Space Truckers" 1997, "Dagon" 2001) avec "Mena Suvari" ("American Pie" 1999 2001 2012, "American Beauty" 1999", Domino" 2005), "Stephen Rea" ("The Crying Game" 1992, "Entretien avec un vampire" 1994, "Michael Collins" 1996, "Premonitions" 1998, "V pour Vendetta" 2005, "Underworld:Nouvelle Ère" 2012) et "Russell Hornsby" ("Grimm/Hank Griffin" TV 2011-?).

Le sujet: "Brandi" (Mena Suvari), une jeune infirmière qui rentre d'une soirée bien arrosée et donc en état de sobriété décalée, renverse un inconnu (Stephen Rea) qui s'encastre littéralement dans son pare-brise. Par peur des autorités, elle l'emmène, encore vivant et coincé dans la vitre, dans son garage pour le laisser agoniser.

Ce huis clos époustouflant et assez choquant du réalisateur spécialiste du gore et de l'humour noir "Stuart Gordon" qui à tout d'un film à petit budget mais est en réalité un véritable petit bijou, avec une "Mena Suvari" prise à contre-emploi de ses habituels rôles d'American Beauty et un "Stephen Rea", un fidèle des films de "Neil Jordan", toujours aussi excellent. Tiré parait-il d'un vraisemblable fait divers, "Gordon" décortique d'une façon réaliste et sans concession tout ce que la nature humaine est capable de faire dans une situation échappant à tout contrôle, n'oubliant pas pour cela une critique assez virulente de notre société moderne égoïste et immorale ainsi que ses fans de la première heure par des scènes de gore et d'humour noir. Un film qui donne des sueurs froides et nous interroge cruellement : "Qu'aurions-nous fait dans une telle situation ?".

A ne pas manquer.


La Main qui tue
La Main qui tue
DVD ~ Devon Sawa
Proposé par LE TANDEM
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Christopher Hart reprend avec bonheur le rôle qu'il interprétait dans les 2 films sur la Famille Addams..., 30 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Main qui tue (DVD)
"La main qui tue (Idle Hands)" est une comédie d'horreur américaine de 1999 de "Rodman Flender" ("The Unborn " 1991, "Leprechaun 2" 1994) avec "Devon Sawa" ("Destination finale I et V" 2000 et 2011), "Seth Green" ("Buffy contre les vampires/Oz le loup-garou" TV 1997-2003, "Austin Powers" 1997-1999-2002), "Elden Henson" ( "L'Effet papillon" 2004, "Déjà Vu" 2006), "Jessica Alba" ("Dark Angel" TV 2000-2002, Les 4 Fantastiques et "Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent : Susan Storm/La Femme Invisible" 2005 et 2007) et "Vivica A. Fox" ("Independance Day" 1996, "Kill Bill" 2003) et... "Christopher Hart" ("La Famille Addams et Les Valeurs de la Famille Addams /La Chose" 1991 1993) dans le rôle de la Main.

Le sujet: Dans une petite ville américaine bien tranquille d'ordinaire (Bon, je sais... ça fait déjà trop classique), la main d'un adolescent, devenue incontrôlable, est responsable d'une série de meurtres atroces le jour d'halloween (Hé oui, c'est tout pour le résumé, comme pour un film d'horreur normal...)

Pourtant c'est loin d'être un film d'horreur normal, mais une comédie à la fois surprenante, effrayante, gore et extrêmement loufoque. Ce petit bijou sanglant et drôle de "Rodman Flender" (pas très très très bon réalisateur d'habitude, mais on a tous des fatigues régénératrices), passant à la moulinette (au sens propre comme au figuré) tous les clichés du genre, a tout pour plaire : héros fainéant et glandeur qui ne regarde pas les informations car il déteste ce genre d'émissions et qui se sert de son inhalateur pour fumer de l'herbe, effets spéciaux bien steaks hachés réussis avec de l'hémoglobine qui gicle partout, deux morts-vivants bons vivants, dont l'un avec la tête séparée du corps et l'autre avec une bouteille de bière dans le crâne, qui reviennent sur Terre parce que la musique du Paradis est nulle, pour faire bombance et profiter de la fumette, dialogues et répliques décalés savoureux parfois au-dessous de la ceinture mais sans l'exagération des parodies modernes, humour décapant et anti-politiquement correct à prendre au énième degré, des comédiens tout à fait convaincants, une main baladeuse (toujours au sens propre comme au sens figuré) qui se fait les griffes avec un taille-crayon, une B.O rock d'enfer... et une "Jessica Alba" de 18 ans en costume d'halloween angélique qui part en lambeaux (le costume pas Jessica).

Que demander de plus ?
J'ai adoré...

DVD 1999 Audi VF et VO 5.1


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20