Profil de Jord > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jord
Classement des meilleurs critiques: 109
Votes utiles : 1048

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jord
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Earth X
Earth X
par Ross-a+Krueger+J+Léo
Edition : Cartonné
Prix : EUR 66,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une Uchronie Marvel de 1999 qui se perd volontiers dans sa complexité... Pour lecteurs avertis seulement., 16 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Earth X (Cartonné)
Difficile pour moi de parler de cette réédition de "Earth X" (parue en 4 Tomes de la collection "100% Marvel" en VF à partir de 1999). J'avais apprécié le travail du dessinateur "Alex Ross" (participation au scénario et illustrations des couvertures originales dans "Earth X") sur la mini-série "Marvels" achetée en 1997 dans sa première édition en VF qui résumait la genèse des Super-Héros Marvel depuis ses origines. J'avais alors abandonné la lecture des Comics depuis bien 15 ans et cette mini-série m'a donné envie de la reprendre. Les premiers que j'ai achetés ensuite (avant de commencer à prendre les revues mensuels) sont justement les 100% Marvel de "Earth X" du même scénariste. Choix étrange puisque cette série est une uchronie, mais quand on regarde l'époque de sa première parution, elle suivait alors dans un monde futur la continuité des "Marvel Comics", ce qui m'a permis de m'y retrouver un peu dans les personnages abandonnés vers 1982 et même d'en découvrir de nouveaux. Car, quoiqu'on pense de "Earth X" (j'en parle beaucoup avec nostalgie), ces personnages y apparaissent tous, même si c'est sous un jour nouveau. On retrouve au tout début "Uatu le gardien" (Créé par Stan Lee et Jack Kirby en 1963) et "Machine Man" (créé par Jack Kirby en 1977), principaux acteurs et commentateurs de l'intrigue qui vont nous mener sur des chemins tortueux d'une histoire assez décousue, visiblement improvisée et assez dure à suivre dans son ensemble. Puis les protagonistes de l'Univers Marvel font leur apparition (vieillis, différents, transformés physiquement et moralement, vivant une existence où les anciennes équipes ont éclaté pour suivre une autre destinée, certains sont même décédés) : "Avengers", "Fantastic Four", anciens et nouveaux "X-Men" et une pléiade ahurissante de Super-Héros et de Super-Criminels qui donnent le tournis (autant que l'histoire elle-même qui je dois l'avouer est pratiquement incompréhensible sans au moins une deuxième lecture).

Le sujet (comme si l'on pouvait vraiment résumer cet album) : "Earth X" se passe sur une Terre parallèle du futur, après la fin de l'âge héroïque, où un œuf des "Célestes" a été implanté. "Flèche Noire" libère les brumes qui ont sont à l'origine des pouvoirs de son peuple les "Inhumains" et l'Humanité entière se transforme en mutants...

J'ai donc dit que je parlais de cette mini-série, qui entraîna tant de polémique à la fin du siècle dernier (et qui risque fort d'en créer bien d'autres à présent avec l'évolution de l'Univers Marvel), avec nostalgie. Même si "Earth X" était déjà une Uchronie en 1999 (elle l'est devenue encore plus de nos jours), elle m'a réconciliée avec les "Comics". J'ai eu envie de reprendre ce que j'avais laissé tomber pendant tant d'années et de me remettre à suivre les aventures des Héros de ma jeunesse. D'autres commentateurs ayant fait d'excellents articles sur cette réédition en "Omnibus", je ne m'attarderais pas trop sur celle-ci (Je l'ai d'ailleurs achetée, bien que possédant toujours les "100% Marvel"). Je trouve dommage que ce soit pas l'excellent "Alex Ross" qui ait illustrée cette série (puisque celle-ci est basée sur ses notes et il en signe d'ailleurs les couvertures originales). Peut-être aurait-elle était plus cohérente ? "Alex Ross" avec ses dessins soignées et réalistes n'aurait pas précipité une idée intéressante qui se perd petit à petit dans un labyrinthe inextricable assez déroutant.

En résumé, "Earth X" est vraiment une œuvre à part dans les "Marvel Comics" que je conseille d'acheter avec précaution et qui ne plaira certainement pas aux nouveaux lecteurs (ni aux puristes d'ailleurs). La comparer aux productions actuelles est totalement inutile, la continuité ayant détruit d'ailleurs un nombre impressionnant de bonnes idées (ou de fausses-bonnes idées) de cette série. Moi, je l'ai bien aimée, beaucoup la détesteront. Je ne veux donc influencer personne dans l'achat d'un album dont le prix n'est pas à la portée de toutes les bourses et dont l'intrigue est assez particulière tant on a l'impression que le scénariste ne sait pas trop dans quelle direction aller. (Les séquelles prévues en réédition - "Universe X" (712p) en octobre normalement et "Paradise X" ?? - sont encore pires et les ayant lus, je peux vous dévoiler que "Earth X" est une série tout à fait cohérente par rapport aux suites).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 17, 2014 4:58 PM MEST


Paul
Paul
DVD ~ Simon Pegg
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 8,88

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un vrai régal de film américain scénarisé par "Simon Pegg" et "Nick Frost", 16 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paul (DVD)
Film à l'humour bien britannique grâce aux talentueux scénaristes anglais ("Simon Pegg" et "Nick Frost" qui s'offrent les rôles-titres avec un "Troisième Type", doublé en VF par "Philippe Manœuvre"), "Paul" ("Paul" en VO), réalisé par "Greg Mottola" en 2011, est un vibrant et hilarant hommage aux films de SF des années 1970 avec de multiples clins d'œil à des œuvres cultes, des célèbres séries TV et des Comics. Il n'est pas étonnant que cette petite perle n'ait vraiment eu du succès qu'en dehors des USA (même un policier demande aux touristes britanniques comment les représentants de la loi font pour abattre les gens sans armes chez eux).
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 23, 2014 12:25 PM MEST


Le Monde perdu
Le Monde perdu
DVD ~ Bessie Love
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un chef-d'œuvre du cinéma qui fait regretter presque celui-ci ne soit pas resté muet., 15 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Monde perdu (DVD)
"Le Monde perdu (The Lost World)" est un film muet en noir et blanc américain de Harry O. Hoyt de 1925, adapté du livre éponyme de "Arthur Conan Doyle" qui eut par la suite plusieurs adaptations cinématographiques ou télévisuelles ("Le Monde perdu (The Lost World)" de Irwin Allen 1960, "Les Aventuriers du monde perdu (The Lost World)" de Stuart Orme en 2001, téléfilm sorti en France en DVD sous le titre " Le Monde interdit"...
Le professeur "Challenger" (Wallace Beery) décide de retrouver un monde perdu que mentionne dans son journal l'explorateur disparu "Maple White". Son expédition arrive, formée par le Pr "Summerlee", Sir "John Roston", le reporter "Edward Malone" et la fille de "Maple White", "Paula White", arrive non sans mal jusqu'à un plateau de la jungle amazonienne. Là s'offre à eux un spectacle hallucinant, une terre où vivent encore des animaux préhistoriques...

Premier grand film évoquant des monstres dans l'histoire du cinéma, une cinquantaine de modèles réduits de dinosaures créés par le maquettiste "Marcel Delgado" et articulés image par image par le maître "Willis O'Brien", futur animateur de "King Kong".
Bien sûr le combat entre un "tyrannosaure" de l'extrême fin du "Crétacé" et un "brontosaure" du "jurassique" (à présent appelé "apatosaure") est des plus fantaisiste car, même s'ils avaient pu vraiment se rencontrer, le paisible herbivore n'avait pas de dents; mais ce premier face-à-face spectaculaire de l'histoire des dinosaures au cinéma sera pourtant repris dans les films qui suivront.
Un chef-d'œuvre du cinéma qui fait regretter presque celui-ci ne soit pas resté muet.

Donc pas de 5.1 et en VOST uniquement.
Deux versions sont proposées sur Amazon: Celle 64 minutes et celle de 100 minutes.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (14) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 17, 2014 9:36 AM MEST


Eus An Eil Steredenn d'Eben
Eus An Eil Steredenn d'Eben
par Paol Ar Meur
Edition : Reliure inconnue
Prix : EUR 6,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Gant piv eo aet ma fillig-nij ?, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eus An Eil Steredenn d'Eben
"Gant piv eo aet ma fillig-nij?(Avec qui est allé ma poêle-vol?)" dit Paol Ar Meur " http://www.amazon.fr/s/ref=dp_byline_sr_book_1?ie=UTF8&field-author=Paol+Ar+Meur&search-alias=books-fr&text=Paol+Ar+Meur&sort=relevancerank " l'auteur de ce recueil de nouvelles marrantes en breton qui cherche en vain un site de cosoucoupage !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 2, 2014 8:27 PM MEST


Castle Freak
Castle Freak
DVD ~ Jeffrey Combs
Proposé par store2dvd
Prix : EUR 4,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 DVD "Full Moon Entertainment" 4/3 et non DVD "88 Films" restauré numériquement en 16/9., 20 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Castle Freak (DVD)
Avant tout je tiens à préciser que les indications d'Amazon concernant le DVD "Full Moon Entertainment" 4/3 et non le DVD "88 Films" restauré numériquement en 16/9 sont pratiquement correctes. VOST et VF 2.0 mais pas de version italienne et impossibilité de changer de langue sans passer par le menu. Le DVD que j'ai reçu est celui de "Full Moon Entertainment" de 2000 en 4/3 et non la version de "88 Films" restaurée numériquement en 16/9 de 2012 et sortie en Blu-ray et DVD (dont mon commentaire apparait aussi) uniquement dans la langue de la mondialisation (il paraît que beaucoup de personnes la comprennent mais dans mon entourage, je n'en connais que deux la baragouinant et qui seraient bien incapables de suivre un film en anglais sans l'aide de sous-titres). Ceci-dit passons au plus intéressant : le film en lui-même.

"Castle Freak' est un film d'horreur américain 1995 réalisé par "Stuart Gordon" ("Re-Animator" 1985, "Aux portes de l'au-delà/From Beyond" 1986, "Fortress" 1993, "Dagon" 2001), inspiré d'une nouvelle de "H. P. Lovecraft" : "Je suis d’ailleurs/The Outsider" (la scène où la créature se voit pour la 1ère fois dans une glace seulement), avec son acteur favori "Jeffrey Combs" ("Re-Animator", "Aux portes de l'au-delà/From Beyond", "Fortress", "Necronomicon" 1993, "Fantômes contre fantômes/The Frighteners" 1996, "Beyond Re-Animator" 2003) "Barbara Crampton" ("Re-Animator", "Aux portes de l'au-delà/From Beyond"), "Jessica Dollarhide" et "Jonathan Fuller" ("The Pit and the Pendulum/The Inquisitor" 1990) dans le rôle du monstre.

Le sujet: Un américain, "John Reilly" (Jeffrey Combs), hérite d'une château du 12ème siècle en Italie ayant appartenu à une Duchesse de la région. Il s'y rend avec sa femme "Susan" (Barbara Crampton) et leur fille "Rebecca" (Jessica Dollarhide), une adolescente aveugle. Il va vite comprendre à ses dépends que les policiers italiens ne sont pas très sympathiques, qu'il ne faut accepter pas n'importe quel héritage (surtout d'une personne dont on ignore le lien de parenté) et que ses parents lui ont caché bien des choses sur les origines de sa famille.

Une chose est certaine, "Stuart Gordon" ne fait pas dans la dentelle, ses films précédents nous l'ont démontré et, même s'il est un fervent admirateur de "H. P. Lovecraft", il lui rend hommage d'une façon très personnelle. Ce "splatter and slasher film" est pourtant beaucoup plus sérieux et plus adulte que ses autres adaptations de l'écrivain, "Re-Animator" et "From Beyond", évitant le Grand-Guignol et la parodie "steak haché sanglant". "Castle Freak" est une série B classique assez intéressante dont le principal défaut se trouve dans d'inutiles scènes de gore et de violence bestiale et morbide (on ne change pas du jour au lendemain). Si le maquillage de latex de la créature criminelle (que moins de sadisme aurait rendue vraiment pitoyable) est assez réussi, les couleurs ne sont pas du même niveau et nuisent à l'ensemble. Sans doute la nouvelle version restaurée a corrigé ces défauts mais n'étant pas pour le moment disponible en VF, je ne peux le dire (Elle est en vente sur Amazon en DVD et en Blu-ray). "Jeffrey Combs" joue du "Jeffrey Combs", on ne lui demande pas plus, l'orage arrive à point nommé comme d'habitude, l'ambiance et le suspense sont assez éprouvants et bien-sûr, pas de happy end pour nous remettre le moral.

Bref un film à déconseiller aux plus jeunes, aux puristes des oeuvres de "H. P. Lovecraft" et aux amis des chats qui vaut cependant le coup d'oeil si on fait attention aux projections d'hémoglobine.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 8, 2014 6:38 PM MEST


Les Chroniques de Conan T01 1971-1974
Les Chroniques de Conan T01 1971-1974
par Thomas-R
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Cette collection est la première à publier "Savage Sword of Conan" dans une édition de qualité et sans censure., 20 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chroniques de Conan T01 1971-1974 (Broché)
Pour cette collection "Les Chroniques de Conan", je n'ai commencé à faire des commentaires détailles qu'à partir du "Tome 2 : 1981", je voudrais ajouter que les premiers numéros sont exceptionnels sur un point (les autres aussi, bien-entendu, mais présentant des textes inédits, mon propos est hors-sujet). Outre la qualité des histoires et la présence de certains épisodes parus en français dans des revues mensuelles comme par exemple "l'Echo des Savanes Spécial USA", cette collection a l'énorme honnêteté par rapport au précédentes éditions chez d'autres éditeurs (vérifié de visu) de présenter les épisodes complets sans de censure verbale ou par rapport à la violence qui était employée jusqu'ici. Les pages mal-traduites et le noir et blanc jauni massacré dans l'une d'entre elle (une Anthologie du début des années 2000) et l'absence de pages, la modification de scènes pouvant attirer les foudres des censeurs ainsi qu'un dialogue plus soft pour être plus "tous publics" (je parle ici évidemment des premières éditions en français de 1974 qui offraient cependant des dessins conformes aux originaux US mais qui ne pouvaient pas à l'époque laisser passer trop de violence et retouchaient donc certaines cases).
Cette collection est donc la première à publier "Savage Sword of Conan" suivant l'ordre chronologique des parutions US à partir de 1974 (avec ajouts de titres issus d'autres collections de Conan pour adultes d'où les années "1971-1974 du premier tome) dans une édition de qualité.
Je ne peux par honnêteté faire aucun commentaire sur le contenu de ce premier splendide tome car ils est devenu introuvable ou vendu à un prix assez cher, mais je pense que je le ferai si un jour une réédition est prévue.


Ultimate fantastic four tome 1
Ultimate fantastic four tome 1
par Brian Michael Bendis
Edition : Broché
Prix : EUR 14,95

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 10 ans après sa parution en revues, "Ultimate Fantastic Four" rejoint ses congénères dans la collection "Marvel Deluxe"., 19 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ultimate fantastic four tome 1 (Broché)
Créé en février 2004 par "Brian M. Bendis" et "Mark Millar" pour le scénario et "Adam Kubert" pour les illustrations, "Ultimate Fantastic Four" est le quatrième titre de l'univers Ultimate à voir le jour (cinquième si on prend en compte "Ultimate Marvel Team-Up" où "Spider-Man" faisait équipe avec un autre partenaire et qui n'a eu que 5 Numéros), après "Ultimate Spider-Man" (Nouvelle version de "Spider-Man" créée en octobre 2000 par "Brian M. Bendis" et "Mark Bagley"), "Ultimate X-Men" (Nouvelle version des "X-Men" créée en 2001 par "Mark Millar" et "Adam Kubert") et "Ultimates" (Version réinterprétée de "The Avengers" créée en mars 2002 par "Mark Millar" et "Bryan Hitch").

Ce Titre restait aussi jusqu'à présent le seul à ne pas avoir eu de rééditions des revues, parues en France à partir d'octobre 2004, dans la collection "Marvel Deluxe". Les épisodes proposés ont donc mis près de 10 ans avant de paraître en album à une époque où l'univers Ultimate, qui ne devait à l'origine avoir aucun rapport avec l'univers classique Marvel, se contentant de moderniser les héros le plus populaires de Marvel Comics et éviter les problèmes dus à la continuité de personnages apparus dans les années 60, mais qui eut lieu malgré tout assez récemment en 2012, avecune rencontre dans une mini-série entre le nouveau "Ultimate Spider-Man" ("Miles Morales" qui pris la place de "Peter Parker" après la mort de celui-ci) et le véritable Spider-Man ainsi qu'un cross-over entre les différents univers par l'intermédiaire de la série parallèle "Marvel Zombies" (série qui à pour origine "Ultimate Fantastic Four" 21 à 23).
Depuis bien des événements ont bouleversé l'univers Ultimate surtout après le CrossOver "Ultimatum" : "Ultimate Fantastic Four" s'est arrêté au N° 60 en avril 2009 (32 revues parues en France), "Reed Richards" méconnaissable s'est transformé en un Super-Criminel, "Ben Grimm" est redevenu humain et s'est engagé dans l'armée et quant à "Johnny Storm", il a un moment vécu chez "Peter Parker" et partagé ses aventures. Mais tout ça, c'est une autre histoire car cet univers n'est de toutes façons plus ce qu'il était à la parution du premier N° de UFF.

Dans cet album, on peut déjà trouver des incohérences avec les précédents : Les 4 Fantastiques étaient déjà apparus adultes et non adolescents, dans d'autres titres de l'univers Ultimate, comme par exemple "Ultimate Spider-Man Hors série" 3 et 5 (puis ces épisodes ont purement et simplement été éliminés de la continuité sans explications). On revoit aussi le "général Ross", sensé avoir été tué au cours de la saga "Retour à Arme X" dans "Ultimate X-Men" 4 à 7.
Aucune introduction dans ce "Marvel Deluxe" qui commence directement au premier épisode, mais une présentation et la correspondance avec les autres albums essentiels de l'univers Ultimate parus dans la collection avec dates de parution et vignettes de couvertures à la fin.
Donc un album qui raconte l'origine du groupe familiale d'adolescents ("Reed Richards/Mister Fantastic", "Susan Storm/The Invisible Woman/La Femme Invisible", "Benjamin Grimm/The Thing/La Chose" et "Johnny Storm/The Human Torch/La Torche") alors que Spider-Man et les Ultimates sont déjà des figures familières de cette univers. Leurs pouvoirs ne viennent
pas des rayons cosmiques après un voyage spatial mais d'une expérience sur l'exploration par téléportation dans la Zone Négative qui tourne mal. On y rencontre aussi un certain "Victor van Damme", camarade et rival de classe de "Reed Richards" et descendant de "Dracula", avant qu'il ne devienne un étrange "Dr Doom/Fatalis" d'abord avec des pieds de bouc puis d'une manière plus traditionnel par la suite et le quatuor va affronter le pauvre "Dr. Arthur Molekevic" : "l'Homme-Taupe/Mole Man".

Un "Marvel Deluxe" qui regroupe le six premiers épisodes (février 2004 à juillet 2004) que j'attendais depuis longtemps, même si ma passion pour l'univers Ultimate s'est bien émoussée depuis que l'univers classique a fini par lui ressembler. A l'époque, c'était assez nouveau et original.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 20, 2014 4:38 AM MEST


Die, Monster, Die !
Die, Monster, Die !
DVD ~ Boris Karloff
Proposé par PLANETECINE
Prix : EUR 7,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Quand une couleur phosphorescente et indéfinissable tombée du ciel d'une nouvelle devient glauque dans un film., 18 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die, Monster, Die ! (DVD)
"Die, Monster, Die!" ("Monster of Terror" en anglais et "Le Messager du diable" parfois en français) est un film d'horreur de 1965 de "Daniel Haller" ("Horreur à volonté/The Dunwich Horror" 1970, le pilote de "K2000" TV 1982), librement adapté de la nouvelle "La Couleur tombée du ciel/The Colour out of Space" de "H. P. Lovecraft", avec "Boris Karloff"("Deux nigauds contre le Dr. Jekyll et Mr. Hyde" 1953), "Nick Adams" ("Frankenstein vs. Baragon" et "Invasion Planète X" Japon 1965), "Freda Jackson ("La Croisée des destins" 1956, "Les Maîtresses de Dracula" 1960, "La Vallée de Gwangi" 1969) "Suzan Farmer" ("Les Pirates du diable" 1964, "Dracula, prince des ténèbres" et "Raspoutine, le moine fou" 1966, et "Patrick Magee" ("Orange mécanique" 1971, "Asylum" 1972, "Barry Lyndon" 1975).

Le sujet : Un scientifique américain, "Stephen Reinhart" (Nick Adams) se rend dans le village d'Arkham en Angleterre pour y retrouver sa petite amie, "Susan Witley" (Suzan Farmer). il est fraichement accueilli à son arrivée, d'abord par les habitants, puis au manoir par le père de Susan, "Nahum Witley" (Boris Karloff). La réaction de celui-ci, les mystères qui entourent la famille de sa fiancée et la découverte d'un énorme cratère entourée d'arbres calcinés commencent à l'inquiéter. Il va fouiner où il faut pas et découvrir l'origine de bien des choses innommables (pour ne pas spolier) dont une météorite est la cause.

"La couleur tombée du ciel" est la première nouvelle de "H. P. Lovecraft" parue dans un magazine de science-fiction en 1927, "Amazing Stories" de "Hugo Gernsback" (l'inventeur du mot "Sientifiction" qui devint par la suite "Science-Fiction". Le plus important prix de la SF, le prix Hugo, vient de son nom et non pas comme je l'ai entendu dans une VF d'un film récemment : il a remporté le prix "Victor Hugo" de la SF). Cette nouvelle est de la pure SF ("Lovecraft" abhorrait plus que tout la représentation anthropomorphique des extraterrestres par les auteurs de son époque et "Hugo Gernsback" n'aurait jamais accepté de publier du fantastique, et encore moins de l'horreur, dans son magazine de "Scientifiction") et fait partie du premier recueil de Lovecraft paru en France en 1954.

Si l'on fait l'impasse sur le déplacement de la ville d'Arkham, ville imaginaire du Massachusetts inventée par "Lovecraft", de Nouvelle Angleterre en Angleterre (ce qui en soit n'est qu'un détail), il existe quand même beaucoup de différences entre la nouvelle et ce film , mélange de science-fiction et d'horreur : Dans le récit original, le héros narrateur, un expert venu de Boston, est anonyme, la météorite tombée en 1882 sur les terres d'un agriculteur nommé "Nahum Gardner", contenant des globules colorés et propageant une maladie sur les hommes, les bêtes et les plantes ne contient que du vulgaire minerai d'uranium et non une mystérieuse entité extraterrestre, etc... En faire une adaptation gothique horrifique, avec un inquiétant manoir, des monstres horribles et ressemblant à s'y méprendre à certains films de la Hammer en plus laborieux, apporte l'ambiance désirée par les producteurs mais on est quand même très loin de l'univers de "Lovecraft". A voir par curiosité... Et parce que les bonnes adaptations de cet écrivain sont aussi rares que les euros du Vatican.

DVD import : VO, VF, VA et VI mono 1.0 (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - Format image 2.35:1 - durée 76 min - Pas de bonus sinon des menus interactifs.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2014 11:25 PM MEST


Conan le conquérant
Conan le conquérant
DVD ~ Mickey Rooney

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Par Chrome, la légende continue... la malédiction plutôt. Conan le Barbare mérite sa contrepétrie de cona..........., 18 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Conan le conquérant (DVD)
C'est quoi ce téléfilm que j'ai découvert dans ma pile de boitiers de rechange. Ha oui... Je me souviens maintenant: c'est le pilote de la série fauchée "Conan" de 1997, "Le cœur de l'éléphant (The Heart of the Elephant)" avec Ralf "le Germain Hagen/Gladiator" Moeller dans le rôle-titre. Ce pilote est pour une fois vraiment adapté d'une nouvelle classique de "Robert E. Howard": "la Tour de l'Éléphant", mais ça ne le sauve pas pour autant. Un pilote où les scènes extérieures ont été tournées au Mexique, qui prouve que là-bas les Mexicains ont des poteaux électriques dans le désert puisqu'on en aperçoit de temps en temps dans le lointain.

Le reste de la série ne valant pas mieux, je préfère arrêter d'en parler. Depuis le chef d'œuvre de "John Milius" en 1982, que se soit au cinéma ou à la télévision, "Conan" a dû subir la malédiction de "Toth-Amon" dans ses adaptations.
La série complète n'a jamais été éditée en VF et ce n'est pas moi qui m'en plaindrait pour une fois. Il y en a d'autres plus intéressantes à sortir du caveau de l'oubli.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2014 3:47 PM MEST


Les Femmes préhistoriques
Les Femmes préhistoriques
DVD ~ Martine Beswick
Prix : EUR 13,26

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 le soulevement des Blondes contre les brunes se fera sans glands...., 17 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Femmes préhistoriques (DVD)
"Les Femmes préhistoriques/Slave Girls - UK/Prehistoric Women - USA" est un film de 1967 de "Michael Carreras" ("Les Maléfices de la momie/The Curse of the Mummy's Tomb"1964, "Le Peuple des abîmes/The Lost Continent" 1968, "La Momie sanglante/Blood from the Mummy's Tomb" 1971), avec "Martine Beswick" ("Bons baisers de Russie" 1963, "Un million d'années avant J.C." 1966, "Dr Jekyll et Sister Hyde" 1971), "Michael Latimer", "Carol White" ("L'Homme de Kiev" 1968, "Rio Verde" 1971), "Stephanie Randall" et "Alexandra Stevenson".

Les sujet: "David Marchant" (Michael Latimer), un explorateur britannique poursuit un léopard pour l'achever et est capturé par des indigènes adeptes de comédies musicales des années 60 et adorateur d'un rhinocéros blanc. En touchant l'idole, David se retrouve transporté dans une jungle paradisiaque luxuriante où de pauvres petites blondinettes sont esclaves de sculpturales amazones à la chevelure noire, gouvernée par la reine "Kari" (Martine Beswick) qui tombe amoureuse de l'explorateur en voulant faire de lui son homme à tout faire, ce qui n'est pas du goût de la jeunette aux cheveux d'or "Saria" (Edina Ronay) (mais il paraît qu'au départ les tribus blondes plus intelligentes -c'est dans le scénario - avaient fait de même avec les tribus brunes). David est enfermé avec les hommes (il y en quand-même) qui travaillent durs dans une grotte à je ne sais quelles tâches, pendant que les femmes dansent sur des chorégraphies de la contre culture hippie...

Donc un film prémonitoire sur notre société actu... Hopala! Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je reprends... Utilisant presque tous les décors et les costumes laissés par le film "Un million d'années avant J.C./One Million Years B.C." de 1966, le producteur et réalisateur de la Hammer, "Michael Carreras", persuadé que la principale cause de son succès (il oubliait sans doute les merveilleux trucages de "Ray Harryhausen") était due aux femmes peu vêtues de peaux de bêtes, nous offre ici un film assez bizarre à l'érotisme soft et au scénario des plus basique (même la fin est parachutée et évidente). Les actrices ne sont certainement pas amatrices de coca, hamburgers, mauvaises graisses (antiques ou préhistoriques) et sucre superflus tandis que "Michael Latimer" dans le rôle-titre se contente de suivre l'histoire avec stoïcisme et sans charisme comme un touriste invité dans une partie de "dames". Bref, une curiosité à voir si l'on a du temps à perdre qui ne me laissera ni bons ni mauvais souvenirs (j'aurais juste aimé être le figurant qui joue la mousse quand "Martine Beswick" prend son bain).

DVD de 2005 de la collection "Les Trésors de la Hammer" : VO et VF Dolby Digital mono (possibilité de changer de langue et de supprimer les sous-titres sans passer par le menu) - 2.35 Cinémascope d'origine - durée 87 min - Bonus : Bande Annonce du film (VOST).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 31, 2014 10:33 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20