Profil de Cécile Larousse > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Cécile Larousse
Classement des meilleurs critiques: 1.216.051
Votes utiles : 33

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Cécile Larousse (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Le temps où nous chantions
Le temps où nous chantions
par Richard POWERS
Edition : Broché

24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pur chef d'oeuvre!, 25 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le temps où nous chantions (Broché)
Ce livre est énorme! Mais vous y êtes irrémédiablement happé. Tout au long de ses 750 pages formidablement écrites, l'auteur vous "embarque" entre petite et grande Histoire dans 60 ans d'histoire américaine à travers celle de la famille Storm... à moins que ce ne soit l'inverse... Et la musique, toujours la musique qui sort des pages pour vous envôuter. Mais aussi la famille, les relations difficiles entre parents et enfants, entre frères et soeurs, la guerre, la mixité, la question raciale, le Temps qui passe trop ou pas assez vite... Une fresque d'une densité extraordinaire et presque impossible à résumer tant elle féconde. Bref, un véritable chef-d'oeuvre!

Le Temps où nous chantions a été élu meilleur livre de l'année par The NewYork Times et The Washington Post... et ils ne se sont pas trompés! Quant à moi, je connais déjà le titre et l'auteur du prochain roman que je vais lire: Richard Powers, Trois fermiers s'en vont au bal.


Et des amours desquelles nous parlons...
Et des amours desquelles nous parlons...
par Jean-Denis Bredin
Edition : Poche

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Emouvant et implacable à la fois., 25 juin 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et des amours desquelles nous parlons... (Poche)
Court, très court: un concentré en 110 pages du drame secret d'un homme qui n'a simplement pas su aimé.

Cet homme, c'est Claude. Dans sa vie, trois femmes qu'il aime ou tente d'aimer. Agnès avec qui il a construit une histoire d'amour devenue conjugale. Judith, la maîtresse mariée qui "bovaryse" en s'offrant les plaisirs interdits de l'adultère. Estelle, qui un bref moment, lui fait deviner ce que peut être la passion...

Un roman de rêves amoureux et d'illusions brûlées, où les gestes l'emportent sur les mots et où l'auteur, dans un style presque lapidaire, nous fait partager d'une manière saisissante les émotions et plus encore les sensations exaltantes mais aussi douloureuses que Claude connaît auprès de ces trois femmes.

Emouvant et implaccable à la fois


Petit traité de désinvolture : Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport ... aussi des chats, des tortues et des Chinois
Petit traité de désinvolture : Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport ... aussi des chats, des tortues et des Chinois
par Denis Grozdanovitch
Edition : Poche
Prix : EUR 6,70

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La désinvolture contemplative, quel ennui!, 17 juin 2006
Ainsi que les présente son auteur, voici des petites chroniques dilettantes et disparates où il est question du temps et de la vitesse, des îles et de la désinvolture, du sport et de la mélancolie... mais aussi des chats, des tortues et des chinois.

Etrange au prime abord. Douteux même, si on ajoute que son auteur est un ancien champion de tennis!

Mais je me suis quand même laissée tentée par une « foultitude » de critiques dithyrambiques sur ce petit livre d'un auteur jusque là inconnu ! Dans La Croix par exemple, on a pu lire « Denis Grozdanovitch est une bénédiction du ciel » (je n'invente rien). Ailleurs encore: « Nourri d'émotion, de souvenirs, de lectures hétéroclites, ce livre, inracontable, tient du miracle. C'est un concentré de trouvailles qui plonge l'heureux lecteur dans un sentiment de légèreté rare. De pérégrinations en méditations, on ne sait s'il faut poursuivre la lecture, pour découvrir par exemple les mystérieux rendez-vous des Tueurs de temps, ou reposer le livre et laisser divaguer son esprit. Au lecteur de décider ».

Sur le fond, cet ouvrage impéccablement écrit, composé de saynètes et de méditations, se propose de tuer le temps. Il fait l'éloge de l'oisiveté, du détachement, des cerfs-volants, de la banalité, ect. Mais après un début plutôt savoureux et surprenant, j'ai hélas rapidement senti l'ennui me gagner.

Car je l'avoue, moi, la désinvolture contemplative, çà m'emmerde ! J'ai vite reposé ce livre.

Puis je l'ai repris, taraudée par la culpabilité de ne pas aimer ce livre et son auteur, ancien sportif formidablement cultivé, attachant et sans prétention, maniant par ailleurs magnifiquement la langue française.

Mais quelques chroniques plus loin, et malgré des qualités d'écriture incontestables, je l'ai définitivement reposé. Rien à faire! Sans doute pas pour moi, tout simplement. Que l'auteur me pardonne mon manque de désinvolture!


Page : 1