undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de lianschnells > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par lianschnells
Classement des meilleurs critiques: 2.216.154
Votes utiles : 19

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
lianschnells (Leipzig, Allemagne)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Slang
Slang
Prix : EUR 7,24

19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'exception qui confirme la règle..., 23 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Slang (CD)
Qu'attendez-vous de la part d'un groupe de rock qui a déjà sept albums à son actif, le dernier d'entre eux étant un "best of"? Qu'ils continuent à faire encore et toujours la même rengaine, histoire de ne conserver que ses fans les plus fidèles, sans prendre le moindre risque de se lancer dans de nouveaux projets? Non, évidemment. Et c'est bien là l'intérêt de "Slang".
Dès le premier titre ("Truth?"), on est quelque peu perplexe. Aucune voix sirupeuse, aucune rythmique travaillée à l'extrême... On est face à une musique sombre, dure, voire un peu grunge. Splendide. Mais cela s'arrêtera là. Non que le second morceau ne vaille pas la peine d'être écouté, bien au contraire, mais il est déjà très différent du premier. On tourne la page et on découvre "Turn to dust", qui est, certes, très classique quant aux voix, mais empreint de sons orientaux lui donnant corps et âme. On continue avec "Slang", un titre bref et rapide, mais qui vous marque, tel le point d'exclamation à la fin d'une phrase. Et le disque tourne, encore et encore, révélant à chaque piste une petite merveille de créativité. "All I want is everything", "Work it out", "Breathe a sigh", etc. Chaque morceau a son esprit bien à lui. Impossible de les confondre. On passe par tous les styles. On découvre petit à petit la richesse d'un album qui est plus qu'innovateur pour le léopard sourd. Du sombre "Deliver me" au mélancholique "Where does love go when it dies?", en passant par un conte sur le très regretté Steve Clark ("Blood runs cold"), l'aventure se poursuit, jusqu'à la clôture à l'aide du mystérieux "Pearl of euphoria".
C'est beau. C'est grand. C'est Def Leppard.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 7, 2014 10:46 AM CET


Page : 1