Profil de olivier no limit > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par olivier no limit
Classement des meilleurs critiques: 5.461
Votes utiles : 87

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
olivier no limit

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Ultralive Ballisticrock
Ultralive Ballisticrock
Prix : EUR 14,43

33 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ted: le retour du fou, 22 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ultralive Ballisticrock (CD)
olivier no limit chroniqueur pour le webzine METAL FRANCE

Mégalo, avec des idées politiques plutôt extrêmes, poussant son image de virilité presqu'à la caricature (il arrivait sur scène avec une liane portant un costume de TARZAN), mais guitariste de hard rock génial, le fou est de retour avec un live nommé « ultralive ballistirock et c'est de l'énergie brute. Mister TED NUGENT himself.

Dans les années 70 ce fut un grand. Des albums comme « Tooth Fang and Claw », « Ted Nugent », « Free for All », « Cat Scratch Fever », marquèrent toute une génération. En 1978, son live «Double Live Gonzo » allait mettre le feu. Les vieux se rappellent peut être de tonton ZEGUT qui, sur RTL, anima début 80' et pendant 10 ans, une émission dédiée au hard rock et dont le nom était WANGO TANGO, un morceau de NUGENT.

C'est lui qui inventa cette formule : « si c'est trop fort c'est que vous êtes trop vieux ». Son hard rock parlait de la chasse, de patriotisme américain ; Fou d'armes à feu, adepte de la peine de mort. Drôle de bonhomme.

Alors ce concert enregistré mi-aout 2011 sur la tournée « I Still believe you » démontre une chose : Ted est toujours bourré d'une énergie incroyable malgré ses 60 ans passé. D'ailleurs quand je repense au papy du boogie, STATUS QUO, qui ont le même age et qui eux aussi courent comme des gamins sur scène, je me dis que le rock est une fontaine de jouvence pour ceux qui lui ont survécu.

Accompagné de son vieux pote Derek St.Holmes, il enfile les titres avec une énergie communicative, étant parfois très bavard, surtout sur le cd2, quand il introduit un morceau. ; Et sa guitare parle, s'exprime, tout au long de cette double galette, bourrée d'un feeling électrifié vraiment communicatif : on s'y croirait et on en redemande.

Il revisite nombre de morceaux nés dans les années 70, le tout mis en valeur par un son plus que correct supporté par un public ....plus que présent.

Le DVD, quant à lui, permet de visionner de « belles images » qui capturent live `l'énergie du monsieur ».Nombreux plans de caméras judicieux, supposant de gros moyens logistiques.

Solos qui n'en finissent pas de durer pour notre plus grand plaisir, riffs qui vous sautent au visage : le hard rock est à la fête.

Quand je me suis acheté ce live c'était juste par nostalgie : j'avoue que le plaisir ressentie par cet achat me fut une petite surprise.

Les monstres sacrés ne meurent pas.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 29, 2013 9:17 PM CET


Sons Of The North
Sons Of The North
Prix : EUR 13,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 bin moi un peu déçu, 22 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sons Of The North (CD)
olivier no limit du webzine METAL FRANCE

« This Savage Land » du groupe Anglais BLACK SPIDERS. J'étais tout heureux d'écouter leur nouvel album faisant suite à « Sons of the North » paru en 2011 (voir chronique). Et puis voilà, je me retrouve un peu moins emballé par ce nouveau méfait stoner/hard rock. Explications.

Je les ai vus 2 fois en première partie d'AIRBOURNE, à la LAITERIE (Strasbourg) et sur scène cela déménage. Aussi quand j'ai écouté le premier album ce ne fut que du plaisir.

Et là je ne sais pas, il y a quelque chose qui coince ;

Pourtant ils font dans pas mal de styles, sachant se diversifier : heavy rock à la BLACK SABBATH sur « Sleepy Demon », mais surtout rock n' roll, style hard fast rock à la HELLACOPTERS (Still It to the Man), genre MOTORHEAD (Trouble, Teenage Knife Gang), voir gros hard rock vintage (Knock You Out) ;

Mais il y a aussi des titres auxquels se mélangent des influences soit un peu pop, comme sur le couplet de « Put Love in It's Place », soit grungy « bien propre sur les bords » sur le refrain de « Raised by Wolf ».Et pourtant, au final, Je trouve ces deux morceaux plutôt bien vus, dégageant au bout du compte , malgré ce qui aurait pu être un« handicap musical aseptisé », un sacré feeling.

Alors qu'est ce qui ne va pas ?

J'ai mis du temps à trouver.

Et bien c'est la voix ! Trop claire, peinant dans les aigus, trop gentille pour ce genre de musique. On l'a voudrait parfois plus sale, plus folle, plus hargneuse. Elle ne colle pas toujours avec le style. Ais je vieilli (certainement), mais sur cet album j'ai du mal à supporter ce vocal, du moins dans certaines compostions.

Dommage car ces mecs ont vraiment un univers à eux.

Alors peut-être un peu plus de rage dans le gosier et cela devrait fonctionner à l'avenir.

Cependant cet avis n'engage que moi.

olivier no limit du webzine METAL FRANCE


Last patrol ltd edition
Last patrol ltd edition
Prix : EUR 18,46

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 le retour d'un monstre du stoner, 21 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last patrol ltd edition (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Ils sont de retour les MONSTER MAGNET, ces monstres du stoner rock, avec ce « Last patrol »... qui marque un certain virage en arrière.
Ni la drogue, ni les changements de guitaristes au cours des années passées, n'auront eu la peau de Dave Wyndorf. Ce type, à sa façon, est un gourou du stoner rock qui sait composer de morceaux qui tuent avec des suites d'accords simples, mais qui dans ses mains deviennent magiques.
J'ai parlé, en début de chronique, d'un virage en arrière. C'est vrai car délaissant le hard rock, les refrains qui marquent au fer rouge, MONSTER MAGNET retrouve le gout du space rock, du psychédélique tout en préférant ici le son rock au détriment de rythmiques plus heavy.
Quelques exemples pris au hasard :
On y trouve
Ce « Last Patrol » qui aurait pu, en plus concis, être un tube, mais qui devient un titre hypnotique et qui n'en finit pas de mourir.
Ce « Hallelujah » possède un quelque chose de bluesy comme si John Lee Hooker renaissant de ses cendres, devenait psychédélique et mystique.
Ce « Three King Fishers » qui respire à plein nez le parfum vénéneux de BLACK SABBATH version « je suis dans l'espace ».
Ce « Mindless Ones » très rock embué de bidoullages et effets psyché via les 70.
Ce « The Duke » qui aurait pu être écrit par LED ZEP himself.
Alors ces fameuses suites d'accords dont je parlais plus haut , et bien Dave les a habillé de sons venu d'ailleurs tout en gardant cette aura inimitable qui se dégage de sa musique, quelque soit la manière dont elle est jouée.
Ici le l'expression psyché old school n'est pas un vain mot. Je dirai que cette galette est vraiment bonne et sa musique ensorcelante, même si je regrette un peu la teneur en électricité musclée que l'on retrouvait sur leurs albums précédents .

Un bon cru.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 29, 2013 9:18 PM CET


Aftershock
Aftershock
Prix : EUR 19,67

18 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 lemmy is not dead!, 21 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aftershock (CD)
olivier no milit du webzine METAL FRANCE

La terre peut s'écrouler, les impôts augmenter, les hommes politiques continuer de nous tenir des promesses qui ne verront jamais le jour : Je m'en fous. Je viens de recevoir le nouveau MOTORHEAD et il n'y a que cela qui compte !!! Et en plus cela faisait longtemps qu'ils ne nous avaient pas sorti une galette de cet acabit car elle est bonne...très bonne !

Vu les derniers ennuis de santé de Lemmy, à chaque concert, chaque cd, on se dit que c'est le dernier. Pourtant malgré tous ses excès le bonhomme est toujours là, droit dans ses bottes, défiant la mort, hors du temps hors des normes, et le voilà, accompagné de ses acolytes. Le power trio qui tue est de retour.

Et ça fait mal.

Et cela pour plusieurs raisons.

D'abord le son : toujours produit par Cameron Webb il sait ce qu'il faut faire pour mettre en valeur et captiver live l'énergie qui émane de MOTORHEAD.

Ensuite, bien qu'à mon sens plus sur le versant rock n' roll que heavy, cet album est assez diversifié.

Quelques exemples :

« Heartbreaker » : refrain typique du groupe, comme un tic qui se colle sous votre peau et ne vous lâche plus.

« Coup de Grace » : ouah ces solos ! Ils vous prennent les tripes. D'ailleurs tout au long de l'album, monsieur Campbell fait des prodiges de feeling.

« Lost Woman Blues » : un pur blues qui finit façon « la grange « de ZZ TOP.

« Death Machine » : nous voici revenu à l'époque d'ANOTHER PERFECT DAY, un album injustement décrié par les fans de l'époque.

« Dust and Glass » : un autre blues avec un feeling à la SANTANA !

« Queen of the Damned": punk rock bien speedé! D'ailleurs sur cet album c'est le retour de petits brûlots style : "lâchez les chiens ils ont faim ! » Comme « Paralyzed

« . Keep Your Powder Dry » : on dirait du ACDC à la Bon Scott

« Knife » : du pur rock n' roll.

Après, pour faire un album valable il ne suffit pas de se diversifier ou d'avoir un son qui met sa musique en valeur, il faut surtout pondre de bons morceaux. Et bien c'est le cas ici ! Chaque titre renferme en son sein ce truc qui fait vibrer le caeur du fan. Ils ne sont pas tout d'égale valeur, mais ne sont jamais moyens : ils étincellent et donnent souvent le petit frisson qui fait toute la différence.

J'ai reçu cette rondelle depuis hier soir et me la passe régulièrement en boucle. Que ceux qui pensent que MOTORHEAD c'est toujours la même chose peuvent aller se faire voir ! Les autres, cet «Aftershock » vaut son pesant de LEMMY !

D'où ma note que certain trouveront peut-être gonflée ! Elle est égale au plaisir que j'ai en écoutant cet album.

Un coup de caeur ! Un coup au caeur ! Un petit hommage pour cette icone du rock !


Lightning Bolt
Lightning Bolt
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 ce nouvel album, voilà sincérement ce que j'en pense, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lightning Bolt (CD)
olivier no limit chroniqueur pour le webzine METAL FRANCE

« Lightning Bolt » par le groupe PEARL JAM. J'en ai été un grand fan à l'époque ou le grunge battait son plein, puis j'ai décroché. J'avoue avoir cru qu'ils n'existaient plus. Et voilà que je vois une publicité pour ce cd, alors je l'achète. Juste une petite chronique pour ceux qui comme moi ont aimé ce combo de Seattle qui vouait un grand respect pour Neil Young.

Et bien j'ai été dans un premier temps déçu ; Plus de cette musique pointée via le grunge cependant ce sont les seuls, qui ont continué leur chemin vaille que vaille. Oh là, j'oubliai FOOFIGHTERS.

Leur musique se prend comme du rock, moitié électrique pour 50 pour cent des titres et moitié ballades souvent bien fignolées et jamais sirupeuses. Leur galette est variée : ce sont de vrais musiciens et de bons compositeurs.

Des morceaux comme «. We're Outta Here » sont accrocheurs en diable et des titres tels que « Mind Your Manners » sont vraiment électrifiés. On dirait un peu un TERAPHY ? au meilleur de sa forme. « Our Future Days » a quelque chose à dire. Et puis « Infaillible » est vraiment rock n' roll, voire un peu rockabilly

Quant au reste ce n'est pas franchement ma tasse de thé mais je respecte, car je le répète ces mecs ont le don pour composer de la musique même si elle n'est pas toujours en adéquation avec celle que j'aime.

Alors pas un must pour le metalleux lambda mais juste l'album d'un groupe qui a le don de continuer à vivre et qui sait ce que veut dire le mot composer.

Après au détour d'une ballade comme «Post Script » ou «Where the Sponge » je me suis laissé aller.

ainsi va la vie.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 21, 2013 10:16 PM MEST


The Prodigal Child
The Prodigal Child
Prix : EUR 10,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 ils montent ils montent!, 20 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Prodigal Child (CD)
Petit oiseau est en train de devenir un rapace aux griffes aiguisées. Je voulais parler du groupe DEFICIENCY et de son nouvel album « The Prodigal Child ». Ce groupe lorrain avec cet album vient de franchir une nouvelle étape dans l'échelle des valeurs metal. Un bond de géant.

On retrouve certains des ingrédients de leur précèdent album « State of Disillusion », à savoir un gout pour la mélodie, la rage et la technicité...mais en décuplé.

La mélodie se retrouve partout : dans leurs refrains, au cours de leurs nombreux et jouissifs passages instrumentaux. Ils sont inspirés par des groupes comme SOILWORK ainsi que le MACHINE HEAD de maintenant. Metalcore et death mélo font bon ménage. Certains solos se parent parfois d'un aspect néo-classique comme sur « Stronger Than You », voir prog.

Ensuite la technicité : ils ont dû prendre des cours du soir pour arriver à de tels progrès, car, que ce soient les solos, les riffs, la section rythmique, les multiples voix (allant du growl, au chant clair en passant par quelque chose de coléreux), ils ont fait de sacré bonds dans le professionnalisme. Le niveau est plus qu'évident. Et puis la nomenclature de leurs titres est variée pleine de rebondissements.

Ensuite la rage est toujours là. Il n'y a qu'à écouter les premiers titres qui démarrent sur les chapeaux de roues, bien thrash, pour vous en convaincre (ne serait-ce que l'excellent «A Prospect of Traveling Beyond » ).

Voilà j'aurai pu terminer ma chronique là-dessus, rajouter que cette galette est bien plus diversifiée dans son propos que ce qu'ils ont fait auparavant. Il y a juste un petit regret de ma part et c'est très personnel, leur thrash est moderne, technique, voir ambitieux et c'est un essai réussi, mais je regrette pourtant leur coté plus old school où des gens comme EXODUS, voir METALLICA étaient plus présents. Cela dit il reste quelque chose de DEATH ANGEL.

Voilà, c'est tout ! Un groupe que j'espère en devenir


Savages - Edition limitée
Savages - Edition limitée
Prix : EUR 21,00

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 un album qui manque de peche, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Savages - Edition limitée (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Retour du père Cavalera avec SOUL FLY et un album au doux nom de « savages ». Après avoir pondu un précèdent méfait tourné vers la violence (Enslaved), retour à un thrash un peu plus groove.

Et oui Max nous revient en essayant de se calquer un peu vers ses premiers amours, à savoir un thrash au groove tribal, à coup de riffs simples et marquants, de changements de plans, de musicalité, de musique ethnique se mélangeant au côté organique de la bête comme ce passage guitare classique sur « El comegente » .Mais en fait , son metal reste assez moderne et ses « roots » ne le sont pas tant que cela. Par contre il essaye de se diversifier.

Sinon pour ne pas changer et bien...il y a des changements en la personne du fiston, Zyon Cavalera, qui assure maintenant au niveau des fûts et puis Terry Date (PANTERA, SOUNDGARDEN) qui s'occupe de la production. Enfin, pour terminer, un nouveau label : Nuclear Blast.

Ensuite les invités : Mitch harris de NAPALM DEATH (Ah napalm death !) sur « K.C.H » et Neal du groupe CLUTCH sur « Ayatollah of Rock 'n' Rolla » ;

Alors j'ai beaucoup aimé « « Ayatollah of Rock 'n' Rolla » avec ses faux airs southern, j'ai trouvé «Cannibal Holocaust » vraiment pas désagréable et puis, hormis quelques passages de ci de là... ; j'ai décroché.

Effectivement des titres comme : » Bloodshed », «Fallen », « El Comegente », « Soulfliktion » m'ont laissé sur ma faim ; Cela commence fort, on y croit, mais le tout s'avère rapidement manquant de ressort, de pêche, de vie, d'articulation ; rien à voir avec la vitesse d'exécution, ni l'agressivité : sa musique manque de vie, de substance : c'est du chamalo qui voudrait être De l `acier. Et c'est dommage, car il y a un sacré potentiel dans cet album, mais le ressort semble s'être casséà commencer par la voix deMax un peu fatiguée.

Cela me fend le caeur de dire cela mais cet album n'a rien de Savage dans sa vivacité.


8:18
8:18
Prix : EUR 18,00

3.0 étoiles sur 5 du bon metalcore, 20 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 8:18 (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

8:18 » nouvel album du groupe de metal chrétien THE DEVIL WEARS PRADA. Je ne peux pas dire que je sois un excité de ce genre, au contraire, mais ayant déjà chroniqué d'autres cd de ce groupe, je me suis dit, allez pourquoi pas celui-là. Et bien m'en a pris.

D'emblée cela cartonne avec « Gloom ». Grosses rythmiques incisives en avant, une des deux voix qui éructe avec un growl vraiment monstrueux. Et pas de gosier émo : cool.

« Rumors » déboule », et je me retrouve dans les canons habituel de ce genre de musique, à savoir musique travaillée, tout en changements, en rebondissements incessants de tempos, cavalcades et tressautement hachées façon hardcore, voix méchantes et refrains aux vocaux clairs sur fond de suite d'accords pop. C'est technique, bien fait, et les voix éructées n'en font pas de trop. Pas mal.

Après je débranche, je n'accroche plus jusqu'à ce qu'arrive « Sailor's Prayer » avec son petit fond death melo. Ensuite « Care More » sorte de pop rock dépouillé ne m'attire pas;

Puis à partir de « martyrs », leurs titres, au fil de des écoutes, montent d'un degré dans "l'accroche",l'impact, et je trouve vraiment bien tournées leurs compositions ; de plus leurs titres sont assez courts, ne distillant que ce qu'il faut d'essentiel pour attirer l'auditeur, le tout emballé dans une certaine vivacité pleine de fraicheur.

Alors je pense que les amateurs du groupe devraient, en majorité, y trouver leur compte ainsi que ceux qui aiment ce style ; peut-être que certains n'approuveront pas le côté pop qui se pose parfois sur leur musique et qui baisse, de temps à autre son apport en agressivité, mais, franchement, que voilà une rondelle qui se laisse écouter.


The Dream Calls for Blood (Edition Limitée)
The Dream Calls for Blood (Edition Limitée)
Prix : EUR 18,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 du bon thrash, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Calls for Blood (Edition Limitée) (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Depuis le revival thrash, il y a deux groupes d'anciens considérés, jadis, par certains comme des « seconds couteaux » qui ont carrément entamé une deuxieme carrière plutôt prolifique. EXODUS et DEATH ANGEL .

Suite logique de «Relentless Retribution », « The Dream Calls for Blood »en est le digne successeur.

Pour ce nouvel opus, les thrasheurs de DEATH ANGEL nous proposent au menu un brulot thrash où le heavy devient un rouleau compresseur lancé à pleine vitesse. Il y a de la musicalité, de la finesse d'exécution mais on cherche la force d'impact par le biais de morceaux qui sont plus ramassés, plus compacts, plus teigneux que ceux présent sur ««Relentless Retribution ».

Faut dire que cette galette a été pondue sur la route, qu'ils ont tourné sans cesse depuis 2010, que d'après les dires de Rob Cavestany, ils leur a fallu beaucoup de sacrifices et de combats pour revenir là où ils sont en train de s'engouffrer, et cela transparait dans leur musique. Impossible de tricher, c'est palpable, immédiat, bâti comme pour un combat.

Chacun assure à son poste : le chanteur vide ses poumons et fait des merveilles, les guitares sont au diapason : solos nombreux et véloces, riffs de tueurs et rythmiques en béton armé ; de plus leur « nouvelle » section rythmique n'est pas en reste et propulse le tout là où il faut.

Quant aux titres, on peut penser de temps à autre à des groupes comme ANNIHILATOR (Son of the Morning ,Detonate), MEGADETH (Territorial Instinct - Bloodlust ) mais ils raisonnent surtout comme...DEATH ANGEL !

Petite intro à la guitare acoustique sur "Execution - Don't Save Me ", un morceau plutôt heavy avec un refrain qu'aurait pu chanter RONNIE JAMES DIO. "Detonate" à l'intro orgueilleuse un peu néoclassique, sans oublier des parties virevoltantes de haute tenue comme sur "Empty".

Alors diront les grincheux il y a des titres qui sont moins expérimentaux qu'avant mais bon sang cet album se prend comme un gant d'acier en pleine poire, gant à l'acier finement ciselé.

Thrash un jour! Thrash toujours !


Dream Theater - Inclus DVD
Dream Theater - Inclus DVD
Prix : EUR 15,99

4.0 étoiles sur 5 un grand groupe, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dream Theater - Inclus DVD (CD)
olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Rentrer dans un album de ce monstre du metal progressif, c'est comme de pénétrer dans une cathédrale, que tu sois athée ou agnostique : quelque part tu retiens ton souffle et même si tu frimes style « ni dieu ni maitre » quelque part, il y a du respect.

Une fois l'émotion passée, on se rend compte de plusieurs choses.

Déjà cet album rempli jusqu'à la gueule donne dans une musique assez immédiate ne serait-ce qu'au niveau des riffs de John Petrucci, le chef d'orchestre du groupe, comme par exemple ce «The Enemy Inside » plein d'attaque .De plus leurs compositions ne s'étendent pas à l'infini (si ce n'est « Illumination Theory » qui dépasse les 20 minutes).

Ensuite on a l'impression que DREAM THEATER nous fait une sorte de bilan musical tout au long de cette galette, en nous présentant une palette assez large de ce qu'ils sont capables de faire, à commencer par «The Looking Glass » qui semble extirpé de l'album « Images and Words ». Auto plagiat ? Ce qui est certain c'est que lorsqu'on joue à ce niveau il est difficile de faire mieux. Cependant DT semble avoir perdu de son esprit aventureux, ce genre de démarche qui le poussait à marcher en des terres musicales inconnues. Ils nous rejouent même la carte de l'instrumental (Enigma Machine).

J'avoue ne pas aimer le son du batteur que je trouve manquant de relief....si seulement "Mike" Portnoy pouvait revenir , tout en continuant à laisser leur liberté d'expression aux musiciens. Quant au chant je le trouve parfois trop pop et un peu « gnan gnan" comme sur « The Bigger Picture », même si le gosier de Kevin James LaBrie est bien placé et que le monsieur sait chanter et emporter des refrains comme celui de «Behind the Veil » loin dans les nues.

Et pourtant malgré toutes ses critiques , il ne demeure pas moins que des titres comme « Illumination Theory », « The Enemy Inside », » Behind the Veil » sont de bonne facture et que si cet album ne surprend pas (on pense parfois à RUSH), il n'en reste pas moins de haute tenue et dispensant de l'émotion. Autre point à préciser c'est qu'ici chaque musicien est bien représenté, mis en valeur.

Alors bien qu'il soit un peu moins inspiré que son prédécesseur « A Dramatic Turn of Events », je préfère ce dernier plus électrique et moins axé sur les ballades.

La messe est dite.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 8, 2013 10:57 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3