Profil de Frédéric > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Frédéric
Classement des meilleurs critiques: 86.426
Votes utiles : 64

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Frédéric "Fred" (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Effective Java
Effective Java
par Joshua Bloch
Edition : Broché
Prix : EUR 32,16

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A mettre sous son oreiller. Ce qu'il ne faut pas faire et pourquoi il ne faut pas le faire., 28 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Effective Java (Broché)
Il n'est pas besoin d'être un programmeur java avancé pour avoir besoin de ce livre.

Même pour un débutant (je suis en train d'apprendre ce langage), ce livre, pourtant écrit par l'un des artisans de Java, est très rapidement compréhensible et met tout de suite en garde contre les galères potentielles.
Il montre par l'exemple : un truc qui ne va pas marcher, où est la galère cachée derrière, et ce qu'il faut faire pour l'éviter.

Pas de raisonnement manichéen : ne jamais faire ceci, toujours faire cela. Au contraire, on trouve des phrases telles que 'ne devenez pas paranoïaques', on peut quand même faire les choses si on comprend le piège. L'auteur montre sur divers cas que les deux extrêmes sont également nuisibles.

Pour un francophone, l'anglais est parfois un peu difficile. J'ai acheté l'édition française (Java efficace), première édition moins complète que cette seconde édition, mais quand même semblable, pour obtenir la traduction des notions les plus subtiles, et tout va bien.

A chaque fois que j'utilise une nouvelle notion apprise dans un livre de cours (par exemple DelannoyProgrammer en Java (avec CD-rom) ou GroussardJAVA 7 - Les fondamentaux du langage Java) ou une référence telle que FlanaganJava In A Nutshell), je me précipite sur le livre de Joshua Bloch pour voir ce qu'il en dit, ce qui est très utile par la suite.

A lire et à relire.


Java Cookbook 2e
Java Cookbook 2e
par Ian F Darwin
Edition : Broché
Prix : EUR 38,51

5.0 étoiles sur 5 Amusant à lire, exemples très fouillés. Livre excellent pour apprendre, mais aussi pour réviser. On ne s'endort pas., 28 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Java Cookbook 2e (Broché)
Cette seconde édition, malheureusement non traduite en français, surclasse très nettement la première édition, traduite en français sous le nom 'Java en action'.
Même pour un francophone, il ne faut pas hésiter à faire le pas, dès lors qu'on possède le minimum d'anglais permettant par exemple de lire une doc Unix.
Le style est amusant et agréable à lire. On ne s'endort pas sur ce livre. Les 'jokes' ne sont pas des 'private jokes' réservées aux 'native English people', mais faciles à comprendre.
Mais ce qui est le plus important, c'est qu'on y apprend beaucoup et vite. Les exemples sont complexes mais vont directement à ce qui est utile, en expliquant clairement les notions utilisées. Trouver dans l'abondance des API la bonne API, la bonne méthode et ce qu'elle fait constitue une barrière pour les débutants. Ce livre ouvre la barrière.
Pour ne pas transporter ce livre (c'est un pavé!) j'en ai acheté 2 : c'est à l'évidance un livre de chevet pour se 'fraichir', puis plus tard se rafraichir la mémoire.
A consommer sans modération.


Programmer en Java (avec CD-rom)
Programmer en Java (avec CD-rom)
par Claude Delannoy
Edition : Broché

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très bon livre pour débuter, avec des annexes très utiles pour la suite, 28 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Programmer en Java (avec CD-rom) (Broché)
Ce livre est remarquable, tant par sa pédagogie que par sa structuration.
On y apprend très vite les notions essentielles. Cela ne dispense pas d'aller explorer un peu plus les API, mais les tables fournies en annexes et dans le chapitre 'flux' donnent déjà un bon début des références utiles.

Pour ne pas transporter ce pavé, j'en ai acheté deux, qui n'ont guère le temps de refroidir.


Java en concentré : Manuel de référence pour Java
Java en concentré : Manuel de référence pour Java
par David Flanagan
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un livre excellent dont on ne peut plus se passer après l'avoir apprivoisé, 28 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Java en concentré : Manuel de référence pour Java (Broché)
Travaillant sur 3 endroits distincts, je viens d'acheter le 3ème exemplaire de mon Flanagan in a nutshellJava In A Nutshell : Manuel de référence ou en concentré (il est un peu lourd pour le transporter dans la poche) : 2 en français (pour bien comprendre) et 1 en anglais pour arriver enfin à traduire la doc en ligne, énorme et en anglais, dont je ne comprends pas toujours les subtilités ou les mots très spécialisés ne figurant pas dans les dictionnaires. J'ai aussi acheté en français les 2 autres volumes (FondationJava Foundation Classes in a Nutshell et EntrepriseJava Enterprise in a Nutshell : Manuel de référence pour Java 2 [je n'ai pas dit 'Fondation et Empire' !], plus les exercices, en double eux aussi, pour ne pas les transporter).

Certains commentaires des clients Amazon reprochent à ce livre son poids et ses annexes, jugées par certains inutiles. Certes il fait son poids, mais pour ceux que le poids rebutent, et/ou qui préfèrent un écran, il existe des versions numériques, trouvables chez Amazon. Par ailleurs, il existe des dizaines de livres pour apprendre, ne montrant par nécessité qu'une très petite partie des possibilités des API disponibles.
Concrètement, j'utilise Flanagan + 2 'livres pour apprendre', de façon à disposer d'un spectre de niveaux : du simple ('Java 7'JAVA 7 - Les fondamentaux du langage Java de Groussard (cours): 400 pages) servant de pense-bête à la référence (Flanagan : environ 3300 pages en tout) en passant par le niveau intermédiaire (DelannoyProgrammer en Java (avec CD-rom) (cours): 900 pages). Il faut les 3 niveaux : on n'apprend pas dans un manuel de référence, mais on ne va jamais bien loin sans lui. Par contre, on ne révise pas en 2 minutes une notion à vérifier si on se replonge dans la référence. De même j'utilise plusieurs livres d'exercices, car chaque programmeur a son style, qui peut ne pas être le vôtre. Avec au moins 2 livres d'exercices de même niveau (j'utilise Flanagan [Exemples en Java in a Nutshell, 2e édition [Broché], ISBN-13: 978-2841771370] et le 'Cookbook'Java Cookbook de Ian Darwin, très complémentaires) on trouve sa 'saveur' et on va plus vite. C'est en regardant comment ces 2 livres d'exercices mettent en jeu les API les plus complexes qu'on comprend réellement comment cela fonctionne. Les bidouillages qu'on réalise en se précipitant tout suite sur son clavier dès qu'on croit avoir compris font en fait perdre des mois et des mois dans le debugging qui va suivre pour réparer des erreurs de jeunesse (je ne parle pas l'age du programmeur, mais de l'age de son expérience dans le langage utilisé) ou liées à la précipitation (c'est encore pire). Ne pas oublier de mettre sous son oreiller le livre 'Effective Java'Effective Java de Joshua Bloch qui explique ce qu'il ne faut pas faire, et pourquoi il ne faut pas le faire.

Les livres que je cite ici sont tous excellents, et tous trouvés sur Amazon. Je ne cite pas ceux qui me sont tombés des mains.

D'autres internautes reprochent à ce livre de ne pas comporter de code source. Du code source, on en trouve PARTOUT : c'est l'avantage de Java. Et ce n'est pas en collant le code des autres sur son disque dur qu'on apprend. Il faut s'y mettre soi-même et on apprend bien plus de ses erreurs qu'en regardant tourner (heureusement!) la classe qu'on vient de copier du CD vers son disque.

Chercheur physicien, théoricien puis expérimentateur, j'ai derrière moi 30 ans de programmation (représentant entre 600 et 800 000 lignes de code) dans des langages anciens (Fortran, PL1, Basic, Pascal et un peu de C, qui m'a lassé très vite par le manque de fiabilité des pointeurs allant partout dans le tas, sans que ce langage apporte grand chose par rapport à ceux de son époque, dès lors qu'on les maîtrisait) .

Mais, même avec mon expérience, passer à l'objet, qui représente un vrai progrès, nécessite de bien connaître (pas seulement de survoler) la bibliothèque des API. L'approche objet est maintenant suffisamment ancienne pour avoir montré ses limites (décrites dans la documentation professionnelle) et BIEN la comprendre est nécessaire pour ne pas s'embarquer dans des galères, maintenant bien documentées si on cherche les bonnes références. Ce doit être encore plus difficile quand on part de zéro.
Pour jouer, un livre de débutant de 300 pages doit suffire. Mais cela ne suffit pas dès lors qu'on veut réaliser un projet un tant soit peu compliqué. Il est impossible de se plonger de façon approfondie dans les API POUR SAVOIR S'EN SERVIR sans en explorer BEAUCOUP et comprendre comment les mettre ensemble : c'est là que la partie référence de ce livre est IRREMPLACABLE. Sur le net, on passe son temps à descendre et remonter l'écran pour trouver l'information utile, et, perdu dans les détails (nécessaires) de l'implantation, ON PERD TOUTE VUE GLOBALE et on se déconcentre rapidement. Fatigué d'arpenter la doc on-line qu'on retient mal, et puisqu'on est sur son clavier, on préfère bidouiller ce qu'on croit avoir compris, et c'est là que les ennuis commencent...
J'ai plus compris en 2 jours à explorer (en me concentrant sur des thèmes précis, pas en papillonant ...) la partie référence de ce livre en français qu'en plusieurs semaines à explorer sur le net la référence on-line en anglais (que j'écris et parle pourtant assez bien). En effet, telle qu'elle est faite, la présentation des références dans ce livre (et ses 2 frères) est très commode dès qu'on s'y est mis, et avec quelques doigts ou marque pages, on peut visualiser en même temps de nombreuses pages, ce qui devient rapidement infernal si on essaye de visualiser la même chose avec plusieurs pages web ouvertes en parallèle. Le temps passé à se promener dans les pages web de la doc on-line pour trouver les quelques lignes utiles parmi des dizaines de pages écran est considérable et, surtout, il fait perdre le fil de ce qu'on cherche. Si on n'a pas le choix, on peut toujours y arriver, mais c'est BEAUCOUP PLUS LONG, et si on doit en plus imprimer ou écrire ce qu'on a trouvé, alors c'est encore bien plus long que d'écrire simplement 'Flanagan 1 p 880, 885 et 887' sur un coin de papier ou sur un autre livre, moins précis.

Mr Flanagan, n'écoutez surtout pas ceux qui ne veulent pas de vos annexes, ils n'ont qu'à acheter la version numérisée ou des livres pour jouer. Il existe encore des gens qui ont besoin de vrais livres de références pour aller au fond des choses DANS UN TEMPS RAISONNABLE. J'ai, avec vos livres gagné plus de 6 mois sur le temps nécessaire a acquérir le niveau dont j'ai besoin pour réécrire mes anciens programmes qui ne tournent plus sur les systèmes actuels, et dont mes jeunes collègues ont besoin.


Les Ailes pourpres : le mystère des flamants
Les Ailes pourpres : le mystère des flamants
DVD ~ Luc Jacquet
Proposé par CVRD-Médias
Prix : EUR 6,49

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 irréel, on se croirait sur une autre plnète, 22 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Ailes pourpres : le mystère des flamants (DVD)
La marche du petit flamand rose fait bien évidemment penser à la marche de l'empereur. Mais alors que ce sont les parents pingouin qui marchent, ici, ce sont les bébés flamands qui marchent, et quelle marche ! Sûr que ceux qui résistent seront ensuite capables de voler sur des milliers de km pour leurs migrations. Les décors et le fonctionnement du milieu naturel sont impossible à imaginer avant de l'avoir vu ! Mais on en sent la fragilité, que le documentaire n'oublie pas de mentionner en conclusion. La voix off n'est ni infantilisante ni envahissante, ce qui est un TRES bon point. On échappe ici la si envahissante personnalisation des animaux.
Du coup, j'ai eu envie de revoir tous mes films de ce type, des pingoins aux migrateurs...
Après avoir, dans un premier réflexe, eu envie de plus de détails sur les migrations des flamands auxquelles se préparent si durement ces petits flamands, la comparaison avec les autres films revus dans la foulée, m'a amené à penser finalement que le parti pris dans ce film de ne pas déborder est le bon et évite les banalalités où personne ne trouve la réponse à SA question. Nous sommes au 21ème siècle, et internet nous fournit sans histoire les documents annexes, qui n'ont pas besoin d'encombrer des images qui suffisent à elles seules à nous faire saisir l'étonnante complexité du monde vivant et son imbrication avec des conditions naturelles parfois exceptionnelles.
A voir et revoir.


Verbatim Disque dur externe 3,5" USB 2.0 1,5 To
Verbatim Disque dur externe 3,5" USB 2.0 1,5 To

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Verbatim 1.5 To USB : vitesse de copie FAT32 et NTFS, gros fichiers, nombreux bons points et 1 mauvais point, 21 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Verbatim Disque dur externe 3,5" USB 2.0 1,5 To (Personal Computers)
Après 2 mois de bons et loyaux services avec 2 disques Verbatim 1.5To en FAT32, j'en rachète 4 autres identiques.
Quand on aime, on ne compte pas.
Utilisation en format NTFS et FAT32 satisfaisante.
Pour formater en FAT32 sous Windows, utiliser l'utilitaire de Windows (explorateur Windows ou Gestion de l'ordinateur).
Pour revenir au format FAT32, chercher l'utilitaire Verbatim_FAT32_tool.exe sur le site Verbatim :
[...]

Tests de vitesse de copie : de disque externe à disque externe, sous Windows XP SP3.
Source = disques rapides d'une autre (bonne) marque bien connue.
Destination = Verbatim 1.5To non fragmentés et au départ vides : disques neufs (FAT32) ou juste formatés (NTFS).
1. Gros fichiers : copie de blocs de 400Go et 980Go respectivement effectués en réarchivant des disques 500Go et 1To pleins : la vitesse de copie vers FAT32 et NTFS est assez voisine pour les gros blocs de très gros fichiers (72 et 76 Go/heure respectivement).
2. Paquets plus petits (qques Go) de petits fichiers nombreux : la vitesse est évidemment moindre, vu le nombre de fichiers. Le FAT32 est nettement plus lent.
Exemple de test pour un même paquet de 2.75 Go - 3800 fichiers de petite taille (images et textes) en duplication sur le disque lui-même ; même ordinateur ; plusieurs disques testés :
- 4 min pour Verbatim NTFS, soit 41 Go/heure : un rêve
- 13 min pour Verbatim FAT32, soit 13 Go/heure : FAT32 BEAUCOUP plus lent que NTFS
lors des divers tests effectués : ce facteur varie entre 3 à 6 fois plus lent
- 8 min pour mon disque autre marque 1To NTFS, soit 21 Go/heure,
(disque haut de gamme, avec Sata et FireWire 800)
- 11 min pour mon disque autre marque 1To NTFS, soit 15 Go/heure,
- 12 min pour mon disque autre marque 500Go FAT32, soit 14 Go/heure.
3. Très gros fichiers supérieurs ou égaux à 4Go : ces fichiers sont difficile à copier entre volumes reliés à un même PC. La solution de passer par un réseau ethernet fonctionne, mais à quel prix en terme de rapidité !
Si on doit déplacer de tels fichiers entre drives, il est préférable de les fractionner en morceaux de taille 4Go max, ce qui est fait automatiquement si on les crée sur un disque formaté en FAT32. NOTE: avec Ghost, on peut choisir soi-même le fractionnement de ses fichiers.
Un fichier de 5Go sera ainsi fragmenté en un fichier de 4Go exactement (4194304 ko) et un fichier de 1Go au nom duquel est accolé le suffixe .001.
Mais un drive FAT32 contenant des fichiers de 4Go pose des problèmes suivants (sous Windows XP) : impossible de défragmenter, presque toujours impossible de copier un fichier de 4Go sur un drive FAT32 (le même ou un autre) : un fichier portant le même nom est bien copié, mais il est vide ! La solution qui marche : déplacer ces gros fichier vers un drive formaté en NTFS, où on, pourra maintenant les copier ou les déplacer. En résumé : créer sur FAT32 puis archiver sur NTFS.

Les bons et le (seul) mauvais points :
2 points à savourer sans modération :
- le charme discret et suranné du bon vieux bouton marche arrêt. On retrouve enfin la maîtrise de l'allumage et de l'arrêt du disque.
- c'est également un vrai bonheur de retrouver de bon gros connecteur USB, facile à mettre en place et bien maintenus au dos du disque, surtout après quelques années à s'énerver avec les connecteurs mini-USB qu'on n'arrive jamais à mettre en place, et qui se décrochent tous seuls en cas d'emmêlement de fils.
- Sur les très longues durées de copie (13h pour 980Go en USB2.0), les disques cibles Verbatim n'ont pas chauffé du tout (les disques de l'autre marque sur lesquels étaient lues les data était nettement plus chauds).
- Ces disques sont très silencieux,
- mais (seul mauvais point)
j'ai pu noter de temps à autre quelques cliquetis, qui m'ont un peu inquiété, et
- par ailleurs, j'ai pu observer qu'en FAT32, si on lance trop vite plusieurs commandes à la fois sur le disque, (typiquement des copies ou des suppressions multiples effectuées en parallèle) on a l'impression que le driver du disque "patine" et qu'on perd toute réactivité. Conclusion : aller doucement pour ne pas l'effaroucher.

Pour toutes ces raisons, je vais utiliser ces disques :
- pour de l'archivage de masse en format NTFS, du fait de leur rapidité,
- en gardant un disque FAT32 pour résoudre les problèmes de gros fichiers, et
- en évitant néanmoins de les utiliser comme unique disque externe derrière un ordinateur, en raison des cliquetis qui m'inquiètent.
Mais au prix actuel de ces petites merveilles de la technique, on n'a de nos jours plus aucune excuse pour perdre ses données pour s'être contenté d'une sauvegarde unique ! A la vitesse à laquelle on recopie d'un seul coup 1To de données, on n'a plus le droit de se priver de la bonne vielle règle des 3 sauvegardes distinctes en des lieux et sur des supports séparés.


Eaton (MGE) 66934 Multiprise Protection box 5 Tel@ / TV
Eaton (MGE) 66934 Multiprise Protection box 5 Tel@ / TV
Prix : EUR 27,48

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eaton protection CPL TV : très bon matériel ; mise en route, 18 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eaton (MGE) 66934 Multiprise Protection box 5 Tel@ / TV (Personal Computers)
C'est la 7ème box Eaton que j'installe afin de protéger TV et réseau CPL.
Evidemment, c'est l'orage qui sera le juge de paix final.
Mais pour le fonctionnement du réseau, cela marche merveilleusement bien, sans aucune altération de débit. L'une des multiprises alimente 2 ordinateurs, une imprimante réseau et tous les périphériques correspondants. Une autre alimente TV+magnétoscope+son ainsi qu'une chaîne hifi (ancienne et puissante) avec de multiples éléments. Sans aucun problème.
ATTENTION : quand on installe des boîtiers CPL, cela ne marche pas toujours sur la première prise de courant testée : ne pas incriminer le boîtier CPL ou la multiprise Eaton; il faut d'abord mettre en cause l'installation électrique. En effet, dans les installations un peu anciennes, les liaisons peuvent suivre des chemins détournés en passant par de multiples connexions intermédiaires invisibles mais qui dégradent la bande passante nécessaire au CPL. J'ai 2 domiciles distincts, l'un avec une installation électrique récente et l'autre avec une installation d'origine. Avec l'installation récente, tout a fonctionné du premier coup sur toutes les prises. Avec l'installation ancienne, il a fallu dans chaque pièce chercher la bonne prise, que j'ai toujours trouvée, preuve supplémentaire du bon fonctionnement tant des boîtiers CPL et des multiprises Eaton.
Lorsqu'une prise (en fait c'est le chemin entre 2 prises) fonctionne mal, on ne le voit pas tout de suite, car les coupures sont aléatoires. Après y avoir passé du temps, le test le plus efficace que j'ai trouvé est le suivant : lancer une émission de radio par internet et enregistrer la ligne avec un logiciel adapté pendant plusieurs heures. En analysant le fichier son produit, on détecte alors de façon infaillible les coupures et leur durée, car l'enregistrement continue quoi que reçoive la ligne. On peut aussi copier de grandes quantités de données entre les 2 ordinateurs distants, mais tout s'arrête au premier plantage, quelque soit sa source (ligne ou données) et la preuve de l'origine du dysfonctionnement est alors moins claire.


Western Digital My Book Essential Edition WDH1U10000E Disque Dur Externe USB 2.0 1 To
Western Digital My Book Essential Edition WDH1U10000E Disque Dur Externe USB 2.0 1 To

51 internautes sur 51 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 My Book presque parfait mais ATTENTION aux différences entre les diverses versions, 2 avril 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le disque récemment commandé (1To USB 2.0) n'est 'que' le quatrième exemplaire 1To après 4 autres exemplaires 500Go. Comparé à d'autres modèles d'autres marques, je suis toujours très satisfait, et j'y reviens... Mais pour être constructif, il me semble important de signaler 3 défauts qui me semblent quand même importants, et dont j'espère qu'ils ne m'amèneront pas à réviser mon avis.
Premier défaut : la connectique USB avec ces petits connecteurs me semble peu durable et il me semble noter quelques problèmes sur un disque pourtant neuf, heureusement pourvu de FireWire. J'hésite maintenant à les débrancher.
Second défaut : j'attire l'attention des utilisateurs entre des différences non documentées entre les divers modèles. Si on veut être tranquille avec un disque qui s'allume et s'éteint avec le PC, alors seul le modèle 'Essential Edition' (USB 2.0 seul) semble le faire.
Avec les modèles plus haut de gamme ('Studio Edition' et 'Home Edition' avec USB 2.0 + FireWire 400/800 + eSATA) cela ne marche pas et le disque ne s'arrête pas avec l'ordinateur. C'est par hasard que j'ai découvert qu'il fallait appuyer de façon prolongée sur un bouton très peu visible, peu commode et non documenté (ou alors de façon ésotérique) pour parvenir à les arrêter sans les débrancher. Il est évident qu'on oublie de le faire 3 fois sur 4! En mode Firewire, la reconnaissance du disque par le PC est parfois longue et je n'ai pas réussi à faire fonctionner 2 modèles Firewire en mode 'bus' chaîné. Je réserve donc ces modèles haut de gamme à un archivage de masse de type 'dormant' avec la certitude de pouvoir toujours les lire même en cas de défaillance des connecteurs USB, discutables, et j'utilise un modèle Essential Edition (USB 2.0 seul) en disque externe permanent que je n'ose pas débrancher pour la même raison.
Troisième défaut : la documentation est absente (ou introuvable) sur ces problèmes que je pense essentiels pour un choix éclairé du modèle. Le logiciel fourni ne sert pas à grand chose puisque valable peu de temps. A ces gadgets sans lendemain, on préfèrerait une documentation technique convenable sur le mode de fonctionnement. Etre obligé de deviner comment s'arrête et se met en marche le disque me semble indigne d'un matériel de ce niveau.
Ces critiques ne m'empêchent pas d'être globalement satisfait. Mon disque MyBook le plus ancien (un 'vieux' Essential edition 500Go USB2.0 avec le gros connecteur USB, plus rassurant) est tombé plusieurs fois en fonctioonnement (10 cm, pas 1m!) sans que cela altère le moins du monde ses performances.
S'il vous plait, Werstern Digital remettez les gros connecteurs USB et documentez convenablement le fonctionnement! Alors ce sera parfait.


Page : 1