undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Daniel Roussel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Daniel Roussel
Classement des meilleurs critiques: 51.604
Votes utiles : 83

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Daniel Roussel

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Visions of Glory, 1874-1932
The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Visions of Glory, 1874-1932
par William Manchester
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

5.0 étoiles sur 5 Captivant, 26 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Visions of Glory, 1874-1932 (Broché)
Non seulement parce que que se déroule sous nos yeux la vie et carrière de Churchill, personnage complexe et homérique, mais également, peut êre surtout, parce que le long de cette vie, l'auteur nous fais comprendre les grands enjeux politiques du moment: l'Empire, le maintien de l'ordre en Inde, en Egypte, la guère des Boers, les enjeux, choix stratégiques de la Grande Guerre, la question irlandaise, la naissance et la montée du Labour après la guerre et le déclin des Libéraux (et des idées libérales en général). Ce premier tome se termine sur l'entrée en wilderness de Churchill, et l'arrivée de Hitler. Une petite pose après 800 pages avant d'attaquer le Tome II!


The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Alone, 1932-1940
The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Alone, 1932-1940
par William Manchester
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Captivant, 26 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Last Lion: Winston Spencer Churchill: Alone, 1932-1940 (Broché)
Non seulement parce que que se déroule sous nos yeux la vie et carrière de Churchill, personnage complexe et homérique, mais également, peut êre surtout, parce que le long de cette vie, l'auteur nous fais comprendre les grands enjeux politiques du moment: l'Empire, le maintien de l'ordre en Inde, en Egypte, la guère des Boers, les enjeux, choix stratégiques de la Grande Guerre, la question irlandaise, la naissance et la montée du Labour après la guerre et le déclin des Libéraux (et des idées libérales en général). Ce premier tome se termine sur l'entrée en wilderness de Churchill, et l'arrivée de Hitler. Une petite pose après 800 pages avant d'attaquer le Tome II!


The Portrait of a Lady - Volume 1 (English Edition)
The Portrait of a Lady - Volume 1 (English Edition)
Prix : EUR 0,00

5.0 étoiles sur 5 Excellent, 7 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Portrait of a Lady - Volume 1 (English Edition) (Format Kindle)
Formidable Henry James. Son chef d'oeuvre certainement. Analyse psychologique des plus savantes, dans un style de grand maître. de la vraie littérature, quoi


La France Big Brother
La France Big Brother
par Laurent Obertone
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

6 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Extrêmement décevant, 7 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La France Big Brother (Broché)
L'idée me plaisait bien, car je pense qu'il y a une part de vérité dans le fait que notre esprit est conditionné: média de masse, pouvoir politico-médiatique, pensée dominante etc. je m'attendais donc à une démonstration, un décorticage de notre société, de ses meurs politiques et médiatiques. Las! je n'ai trouvé qu'une suite d'affirmations, d'éructations sans queue ni tête et sans logique. je n'ai pas pu terminer et chose qui ne m'arrive jamais, même lorsque je n'aime pas un livre, ai mis celui-là à la poubelle


The Warden
The Warden
par Anthony Trollope
Edition : Broché
Prix : EUR 5,77

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 incontournable, 29 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Warden (Broché)
Incontournable si on aime la littérature anglaise du XIX°, et les romans moralistes.
Difficile de faire un commentaire sur un grand classique: tout ce que je peux dire a déjà été dit, en mieux, plus complètement certainement
Dans un style très clair, un vocabulaire simple, Trollope pose le problème moral suivant: la recherche d'une justice abstraite, basée sur des concepts généraux, ne risque t-elle pas de déboucher sur une situation pire que celle qui découle de la tradition, de sentiments de charité décents et ordinaires. La recherche de la Justice absolue et idéale va éveiller des passions contraires à la fois au bon sens, à l'équité et finalement entrainera pour tous le malheur (sauf pour les avocats, les journalistes et les mauvais romanciers, bref tous ceux qui se nourrissent du malheur des autres)
Féroce attaque des révolutionnaires idéalistes ou réformateurs radicaux, du journalisme tout puissant (déjà), de la légalité dépourvue de la notion de justice, et de la disparition, en ce début de la révolution industrielle, du lien certes paternaliste, qui créait pour "le maître" des obligations envers ses gens, obligations qui disparaissent lorsque l'individu, maintenant pourvu de droits civiques, est finalement seul face aux nécessités et à la dureté de la vie, et à la mort.


Keep the Aspidistra Flying
Keep the Aspidistra Flying
par George Orwell
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 important pour connaitre Orwell, 31 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Keep the Aspidistra Flying (Broché)
Largement autobiographique (les origines sociales de Gordon: famille lower middle class, qui manque cruellement d'argent mais veut garder les apparences; les premières souffrances dues au manque lorsque Gordon est dans sa public school-pour laquelle ses parents se sont saignés aux 4 veines et sacrifié l'avenir de sa soeur Julia), "Keep..." introduit le concept central de l'oeuvre d' Orwell: la "décence" (Il n'emploie as encore le terme du concept abouti de "common decency"qui apparaitra je crois dans "The Road to Wigan Pier". Traumatisé par ce qu'il considère comme la soumission de la société au dieu argent, Gordon décide de se libérer de cet esclavage, refuse toute compromis et tombe de plus en plus bas dans la société, et se réfugie dans son statut de "poète" (raté). Bien entendu, il est d'autant plus l'esclave de l'argent qu'il veut s'en débarrasser, le manque d'argent étant finalement bien plus aliénant que l'argent lui même. Le manque d'argent non seulement lui fait mener une vie misérable, mais éteint toute créativité artistique-comment peut on écrire de la poésie avec 2£ par semaine?- et entraîne une frustration sexuelle insupportable (La même idée se trouve dans Burmese Days). Le personnage de Rosemary (son amie), permet d'introduire la notion de décence: il est possible de vivre décemment sans devenir l'esclave de l'argent. Coup de griffe au passage aux socialistes fortunés, en la personne de Ravelston, marxiste avec une rente de 2000£ par an (beaucoup d'argent à l'époque) et qui, comme dit Rosemary, peut se permettre d'avoir des principes.
La fin est inattendue pour Orwell le pessimiste: on s'attend à une fin tragique, comme le suicide de James dans Burmese Days: Gordon en effet doit choisir entre se joindre aux adorateurs du dieu argent, donc renier ce en quoi il croit,ou renier son humanité en abandonnant Rosemary (enceinte) à son sort. Gordon choisit de rentrer dans le rang. Est ce bien un "happy ending"? N'est il pas plutôt pessimiste de dire que finalement c'est l'argent qui l'emporte? Non, justement grâce à cette notion de "décence", qu'Orwell mentionne plusieurs fois dans les dix dernières pages, et qui permet de vivre dans le monde de l'argent, si soi-même on a des valeurs supérieures, ici la Vie symbolisée par le foetus que porte Rosemary.
En résumé:
Peut on vivre en refusant l'argent?
Ce refus n'est il pas finalement plus aliénant que l'argent lui même?
La solution peut elle être collective (le marxisme de Ravelston), ou individuelle (la "décence" de Rosemary, puis Gordon)
Le salut est finalement dans la reconnaissance d'un lien social, une vertu personnelle qu'Orwell appellera plus tard "common decency) que se retrouve d'une façon innée dans le peuple

En conclusion: une étape indispensable pour comprendre la pensée d'Orwell


Vanity Fair (English Edition)
Vanity Fair (English Edition)
Prix : EUR 0,00

3.0 étoiles sur 5 Pas Tolstoï, quand même!, 28 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vanity Fair (English Edition) (Format Kindle)
Pour reprendre un commentaire de lecteur, chronique de la vie dans une certaine société anglaise du temps de Napoléon, certes, mais difficilement comparable à "La Guerre et la Paix". Intéressant certes, mais beaucoup de clichés et de stéréotypes. Pas beaucoup d'analyses psychologiques, très peu de profondeur, aucune mystique. Des personnages drôles et parfois émouvants, mais assez superficiels. Tout est un peu convenu, "predictable". Il faut certes l'avoir lu, mais Thackeray n'est pas Tolstoï!


Aurais-je été résistant ou bourreau ?
Aurais-je été résistant ou bourreau ?
par Pierre Bayard
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 27 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aurais-je été résistant ou bourreau ? (Broché)
Dans un style clair et plaisant, sans jargon ni obscurité, Pierre Bayard pose les bonnes questions, et nous donne un moyen pour réfléchir sur nous même. Introspection salutaire. Qui suis-je? Que suis je capable de faire? Le Bien ou le Mal, ou, la plupart du temps, rien du tout?
. Ce n'est que lorsqu'on se trouve dans une situation de confusion totale des valeurs, que l'on doit faire des choix au péril de sa vie, que l'on peut vraiment savoir qui l'on est.
Devrait être lu par tous les donneurs de leçons médiatisés, tous les indignés subventionnés, tous ceux qui ont perdu le sens des mots et utilisent les mots fascistes, génocides, etc pour un oui ou pour un non.
Une merveilleuse leçon d'humilité


Villette
Villette
par Charlotte Brontë
Edition : Broché
Prix : EUR 7,01

4.0 étoiles sur 5 Très intéressant, 23 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Villette (Broché)
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le roman. Beaucoup de lenteur au début. Des coïncidences (personnages qui se rencontrent 10 ans après sans se reconnaitre, etc), un peu niaises, à première vue. Puis les choses-non l'histoire, ou les personnages, mais plutôt les thèmes- prennent de la substance et de la force. Le grand thème, c'est l'opposition de la Raison et du Sentiment, à travers l'opposition catholicisme,-protestantisme. Dans le thème du sentiment, c'est la distinction Amour "frivole" et Amour "pur", ou "fraternel", le premier sur le modèle de l'amour de Graham pour Givevra, ou Paulina pour Graham, et le second celui, réciproque mais qui a bien du mal à éclore, entre Lucy et Mr Emanuel. L'incapacité de la puritaine Lucy à la moindre sensualité (sinon manger un choux à la crème). Un très beau passage (Ch XXXVI), qui met en parallèle Sylvie, la petite chien de Mr Emanuel et Lucy, qui toutes deux attendent Mr Emanuel, mais la petite chienne en jappant et sautant, et Lucy en essayant de réprimer sa joie.
Bref. Un très grand roman, mais prenez votre temps!
P.S. Le thème majeur, bien sûr, c'est la place de la femme dans la société anglaise de l'époque. Et ça, c'est traité magistralement


White Jacket; or, the World on a Man-of-War
White Jacket; or, the World on a Man-of-War
par Herman Melville
Edition : Broché
Prix : EUR 14,72

4.0 étoiles sur 5 du pur Melville, 23 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : White Jacket; or, the World on a Man-of-War (Broché)
Melville est un des rares écrivains à rendre intéressants de longues descriptions techniques. comme dans Moby Dick, ces longs chapitres sur les baleines, ici, c'est de longs passages sur l'organisation , le gréement, etc d'un navire de guerre. Et pourtant, par magie, on s'accroche


Page : 1 | 2 | 3