undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Soldes Cliquez ici cliquez_ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Emmanuel Gautier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Emmanuel Gautier
Classement des meilleurs critiques: 508
Votes utiles : 698

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Emmanuel Gautier (Strasbourg, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
The full moon sessions
The full moon sessions
Prix : EUR 16,41

2.0 étoiles sur 5 "Bleeding Torment", 28 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The full moon sessions (CD)
Throne fut – et est à nouveau, semble-t-il – un projet fondé en 1995 par AJ van Drenth, Bob Bagchus et Eric Daniels, à l’époque où le premier était toujours dans Beyond Belief et où les autres étaient sans emploi suite à la séparation d’Asphyx (qui s’est bien entendu reformé plus tard, comme on le sait). Le but du projet étant de rendre hommage à ce qui est aujourd’hui appelé la première vague black metal.
Eric Daniels n’est pas resté très longtemps et ce ne fut rapidement que le duo van Drenth/Bagchus qui écrivit et enregistra les quelques titres présents sur cette compilation. Daniels n’est pas souvent crédité, mais il a fait partie de l’aventure.

Les morceaux ont fait l’objet d’un remastering par Berthus Westerhuis, bien connu des groupes de death hollandais.
La compilation contient l’ensemble des titres enregistrés par le projet lors de sa première incarnation, répartis sur trois démos réalisées en cette même année 1995.

On y retrouve une sorte de doom/death très inspiré de Hellhammer/Celtic Frost, avec un son de garage sur la plupart des morceaux. De plus, la voix de van Drenth n’est clairement pas encore au top ; ceux qui le connaissent par le biais de Temple – comme c’est mon cas – risquent d’être surpris…

L’intérêt de cette compilation me paraît quelque peu limité. Déjà parce que musicalement, ce n’est pas fameux : Asphyx et Beyond Belief ont fait du doom/death frostien bien meilleur. Après, parce que malgré la restauration, le son reste complètement pourri sur la plupart des morceaux. Il faut dire qu'il n'y a qu'un guitariste/vocaliste et un batteur ici, ça fait un peu décharné...
Il reste que le feuillet est apparemment assez garni, avec une couverture sympa (un bel hommage à Hellhammer, là encore).

Pour les férus d’histoire death métallique et de projets annexes, lâchez-vous !

Retrouvez cette chronique sur le site auxportesdumetal.com


What Lies Beyond
What Lies Beyond
Prix : EUR 16,38

4.0 étoiles sur 5 "From The Depths", 28 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : What Lies Beyond (CD)
Avec en guise de blase un mix entre Bastard Priest et Grave, un logo à la Entombed et un titre d’album qui rappelle un certain premier album d’Unleashed, on sent venir le combo swedeath classique pas très original et pas forcément inspiré avec ce premier album ; même les titres des morceaux font penser à des noms déjà utilisés. Je passerai sous silence la couverture très moche.

Certes, ils n’ont pas inventé le fil à couper le beurre. C’est du swedeath tout ce qu’il y a de plus orthodoxe.
Mais mazette ! quelle efficacité ! quelle inspiration dans les riffs ! Ces mecs ont une patate d’enfer et te larguent des riffs qui tuent les uns à la suite des autres.

Rien qu’avec le premier morceau, j’étais déjà par terre, moi qui n’expire que du CO2 mélangé à de l’essence de swedeath depuis des années. Il en faut généralement pas mal pour me surprendre.
Mais écoute après écoute, pour confirmer que ce n’était pas qu’un coup de cœur hâtif survenu à un moment de faiblesse pour lequel l’enthousiasme se serait rapidement estompé une fois la bestiole digérée et cuvée, j’en arrivai à la conclusion que cet album avait vraiment du corps, de la consistance, de la structure, de la profondeur et une belle longueur rafraîchissante.

Corps et consistance, parce que les compos sont dynamiques et envoient du bois, même dans les passages plus mid tempo et quand on sort du d-beat classique.
Structure et profondeur, parce que les mélodies sont travaillées et finement exécutées, sans technique particulière mais avec une accroche terrible qui te met au tapis d’entrée de jeu. C’est bien agressif, mais toujours très maîtrisé ; un peu comme si les gars avaient déjà dix ans de bouteille.
Longueur rafraîchissante, parce que c’est le genre de disque qu’on aime à se repasser plusieurs fois de suite et que, même s’il n’y a rien de bien neuf dans tout ça, on a cette sensation de fraîcheur dans un genre complètement balisé et aux riffs ultra éculés.

J’ai jeté une oreille sur leur première démo (2014), dont les trois morceaux sont réenregistrés ici : franchement, il y avait du potentiel mais rien ne laissait imaginer que ce serait aussi bon.

Vous pouvez vous amusez à chercher les différentes influences, chaque riff pouvant faire penser à un groupe de swedeath classique qu’on connaît depuis des lustres. Mais on n’ôtera rien au côté complètement jouissif de cet album, véritable plaisir coupable pour les férus du death krisprolls bien gaulé. J’adore !

Retrouvez cette chronique sur site auxportesdumetal.com


Anareta
Anareta
Prix : EUR 21,00

5.0 étoiles sur 5 "The Nihilist", 28 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anareta (CD)
J’ai eu à peine le temps de digérer Ecdysis, ce chef-d’oeuvre qui fait rentrer Horrendous dans la cour des grands en ce qui me concerne, que revoilà déjà un nouvel album du groupe.

Comme on peut s’en douter vu le peu de temps séparant les deux albums, ils ne sont pas très différents : c’est au même Subterranean Watchtower Studios de Damian Herring (vocaliste/guitariste et producteur de renom à présent) que le disque a été enregistré – de manière plus condensée que les précédents albums, selon les dires des membres du groupe -, la couverture (pas géniale, mais bon…) est aussi signée Brian Smith, le style pratiqué est sensiblement le même. Et c’est bien entendu le même label.
En fait, on a l’impression de prime abord que ce sont les morceaux supplémentaires d’Ecdysis qu’on retrouve, ceux qui n’ont pas été inclus non pas pour leur moindre qualité mais pour des raisons de concision.

Car Anareta est aussi sensiblement du même niveau que son excellent prédécesseur : à peine les premiers morceaux écoutés, on se rend immédiatement compte que Horrendous reste exceptionnel dans son approche du heavy/death, avec cette touche très personnelle et ces mélodies élaborées, pour des morceaux équilibrés et exécutés à la perfection et sur lesquels la production fait honneur à tous les instruments.

Fort heureusement, le groupe n’a pas sombré dans un metal trop édulcoré, trop prog ou trop psyché et a conservé son agressivité. Horrendous demeure un groupe de metal extrême, qu’on se le dise.
Je reste bluffé et admiratif devant tant de talent, car ce disque recèle encore des perles mélodiques à donner des frissons, le groupe parvenant à insuffler une grande émotion dans ses morceaux parfois avec trois fois rien. Pour exemple (parmi bien d’autres), écoutez la fin d’Acolytes ou l’instrumental Siderea. C’est juste brillant, rien à dire de plus.

J’ai noté en-dessous du précédent, car il n’y a plus d’effet de surprise et je n’ai pas retrouvé de morceau du calibre de The Stranger – que j’ai sacré morceau de l’année 2014, à titre personnel.
Mais il faut prendre cet album comme un essai transformé, car le groupe de Damian Herring reste à son meilleur niveau depuis ses débuts, inégalé dans sa catégorie.

Retrouvez cette chronique sur le webzine auxportesdumetal.com


The confessional of the black penitents
The confessional of the black penitents
Prix : EUR 14,11

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 "Utter Blackness", 28 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The confessional of the black penitents (CD)
Même si j’ai un peu saqué leur dernier en date, j’ai le plus grand respect pour Varathron, qui représente actuellement le plus fidèlement le son black hellénique des années 90 ; surtout que le groupe de Stefan Necroabyssious n’a sorti son chef-d’œuvre ultime que sur le tard, le splendide Stygian Forces Of Scorn pour mémoire.

Voici en tout cas un EP qui va remettre les pendules à l’heure chez moi, parce que c’est du lourd.
Après une belle et digne intro en grandes pompes, au souffle épique et ambiancée comme il se doit, Varathron propose deux superbes morceaux dans la veine de ce qui s’est fait sur l’album précité. A savoir, un black metal mélodique et épique, varié et au riffing élaboré, porté par la voix imposante de Stefan, éminent frontman et seul rescapé de la formation originelle.
Tout en finesse, avec une production puissante de circonstance, les deux morceaux nous emmènent dans l’univers si particulier de Varathron, peuplé de monstres mythologiques, d’horreurs lovecraftiennes et d’apparitions démoniaques en tout genre. On sent déjà les hymnes de concert en puissance, surtout pour Utter Blackness qui contient des riffs particulièrement marquants dignes des meilleurs morceaux de Stygian Forces…

En parlant de concert, ce sont quatre morceaux live (tirés de deux concerts récents en Grèce) qui font le « remplissage » pour le reste de l’EP. J’emploie ce terme dans la mesure où je ne trouve généralement pas d’intérêt à cet ajout, préférant évidemment d’autres nouveaux morceaux. Néanmoins, il faut leur rendre justice : déjà la sélection est excellente, et par ailleurs l’énergie live est parfaitement retranscrite ; ceux qui ont eu la chance de les voir pourront le constater. Et puis ça marque aussi le coup pour le retour du groupe sur scène en 2014.

Pour info, la couverture est une œuvre de Carlos Schwabe, un peintre suisse symboliste, qui a déjà été utilisée il y a quelques années pour la compilation de Gorement.

L'EP est disponible dans différents formats, dont un vinyle limité.

Retrouvez cette chronique sur le webzine auxportesdumetal.com


Endless Elysian Fields
Endless Elysian Fields
Prix : EUR 9,99

4.0 étoiles sur 5 "The Cosmic Cold", 28 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Endless Elysian Fields (Téléchargement MP3)
Projet d’un ancien guitariste de Saturnus (Mattias Svensson), associé au vocaliste de Skald (Henrik Kindvall), Soijl sort directement un premier album sur le label russe Solitude Productions, référence en matière de doom tout venant.

C’est sans surprise que ce qu’on retrouve sur cette première galette s’apparente à un doom/death mélodique et mélancolique, avec un gros son et une tendance atmosphérique tout à fait de mise.
N’étant pas connaisseur de Skald, c’est mon premier contact avec la voix de Henrik Kindvall, qui est ma foi doté d’un chant guttural des plus convaincants, contrastant idéalement avec le côté aérien des passages les plus mélodiques ; il évite judicieusement le chant clair bancal, préférant déclamer de temps à autre les paroles sur un ton solennel.

Mattias Svensson gère l’intégralité des instruments et s’est également chargé de la production.
Il est difficile de ne pas penser à Saturnus à l’écoute de cet album, tant le style, les arrangements mélodiques et l’ambiance s’en rapprochent.

Soijl compense en quelque sorte son manque d’originalité par une certaine ingéniosité dans la composition. De ce disque émanent des atmosphères poignantes, qui tiennent en haleine l’auditoire sur des morceaux dépassant les huit minutes de moyenne, avec quelques passages mémorables, comme la deuxième moitié de Dying Kinship, avec des plans que n’aurait pas renié un My Dying Bride. Quand le groupe balance des riffs plus incisifs et monte en puissance, on pense plus à Indesinence.
Le clavier n’est pas envahissant et ne se fait entendre que quand il faut, ajoutant une judicieuse touche atmosphérique à l’ensemble.

Très classique dans sa forme, influencé par différents groupes du style mais en ayant pour ainsi dire pris le meilleur de chacun, Soijl contentera aisément les férus de doom/death mélodique à tendance gothique ; car ce premier jet est d’une qualité homogène et propose des compositions fort bien construites, le tout enrobé d’une ambiance prenante du début à la fin.

Retrouvez cette chronique sur le webzine auxportesdumetal.com


Macabre Kingdom
Macabre Kingdom
Proposé par tws-music-eu
Prix : EUR 14,25

4.0 étoiles sur 5 "Universal Devourer", 12 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Macabre Kingdom (CD)
Enorme !
Collaboration entre l'infatigable Rogga Johansson (projets old school death metal trop nombreux pour être cités) et Dave Rotten (Avulsed, patron d'Xtreem) au guttural impressionnant, aidés aux fûts par Brynjar Helgetun et à la prod' par Patrick Buss (tous deux dans Crypticus).
Un riffing old school plus caverneux tu meurs, un gros son bien gras et un feeling old school à faire headbanger les morts avec des morceaux brutaux et accrocheurs, voilà le programme.
Plutôt qu'Avulsed ou qu'un autre projet de Rogga J, optez pour Putrevore : satisfaction garantie.


Split
Split
Prix : EUR 14,11

4.0 étoiles sur 5 Shattered Obsequies, 11 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Split (CD)
Eye Of Solitude est décidément un groupe sur lequel on peut compter en termes de régularité : il ne se passe pas une année sans qu’on entende parler d’eux, jusqu’ici.
Après une tournée en compagnie de Faal, groupe néerlandais de doom/funéraire de l’écurie Ván Records, en juin 2014 est né ce projet de split que vous aurez, je l’espère, entre les mains.

La partie Eye Of Solitude est proche dans l’esprit de ce que faisait le groupe sur Sui Caedere, à savoir un doom/death d’aspiration funéraire, avec le seul guttural de Daniel Neagoe – toujours aussi imposant – en guise de chant et une musique assez épurée malgré la longueur du morceau, avec cette lenteur et langueur constante. La seule variation qu’on constate, c’est ce passage de piano et violon en milieu de parcours, qui apporte idéalement ce surcroît de mélancolie qui sied parfaitement au morceau, en plus de l’aérer pertinemment.

Je ne suis pas connaisseur de l’œuvre de Faal – mais ça risque de changer - mais je situerais leur partie dans le même style que celui d’Eye Of Solitude, également avec des thèmes peu nombreux mais très travaillés, de manière à ne pas ennuyer l’auditoire surtout sur une durée de treize minutes. C’est toujours le challenge d’un groupe de doom/death et funéraire, et il faut reconnaître qu’ils l’ont ici relevé. Le titre est moins linéaire, offrant quelques contrastes entre des périodes d’accalmie sur un riffing en son clair et des passages plus denses et violents en son saturé, sur lesquels les parties vocales sont également plus appuyées.
La seconde partie du titre est plus éthérée, avec de douces mélopées de guitares sur un tempo encore plus lent qu’au début pour une fin toute en puissance et qui s’évanouit d’un seul coup.

Un bon split pour ma part, assez classique mais très bien exécuté dans l’ensemble. Chacune des deux formations tire habilement son épingle du jeu car, bien qu’officiant dans le même genre, on distingue aisément les deux parties grâce aux personnalités respectives des groupes. J’ai peut-être une préférence pour le morceau de Faal, mais ça se joue à peu de choses.

Retrouvez cette chronique sur le webzine auxportesdumetal.com


Manifest Rebellion
Manifest Rebellion
Prix : EUR 17,35

4.0 étoiles sur 5 "Thanatognomonic", 8 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Manifest Rebellion (CD)
Ayant décelé chez ce combo chilien un gros potentiel à l’écoute de leur premier EP, je me suis par conséquent rué sur leur tout premier album, pour lequel ils sont passés chez Memento Mori.

On remarque d’emblée que leur son est plus propre et moins brutal qu’auparavant : si l’on compare par exemple les deux versions de Fire Forces Of Hate (celle du split avec Abrekadaver de cette année et celle de l’album), c’est assez flagrant qu’ils la jouent ici quelques demi-tons au-dessus et que le son est moins cru.
Au final, ça n’a pas tellement d’importance car lors de l’écoute intégrale du disque, on en prend plein la poire du début à la fin.

L’essence evil du groupe est demeurée intacte et ils ont du bon riff à foison à proposer. Il faut dire que cet album est copieux, avec une durée moyenne de cinq minutes par titre. Mais c’est à coup de gros riffs death/thrash avec une aura blackisante et de variations de tempo que les Chiliens arrivent à tenir la route sur des compos aussi longues, ce tout en conservant une énergie et une intensité homogènes. Il y a même quelques solos éparses, courts mais diablement bien exécutés.
Les derniers titres présentent un surcroît d’intensité, notamment Venomous Tyranny et Rise The Witchpower avec son passage épique au milieu.

Ce qui les prive du statut d’incontournable du style, c’est ce cruel manque de personnalité. Ils ont certes réussi à garder un gros niveau et à pondre des morceaux suffisamment intéressants pour susciter au moins la curiosité chez le connaisseur, mais ils n’ont pas pour autant accouché d’une œuvre au caractère suffisamment trempé pour s’inscrire durablement dans les mémoires.
Le niveau de violence est cependant très satisfaisant et il y a de quoi passer un très bon moment. Je crois que je vais continuer à suivre ce groupe de près.

Retrouvez cette chronique sur le webzine auxportesdumetal.com


Aeons in Tectonic Interment
Aeons in Tectonic Interment
Prix : EUR 20,84

5.0 étoiles sur 5 "Sunless Deluge", 8 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aeons in Tectonic Interment (CD)
Le voilà, le dernier Tyranny, qu’on attend depuis dix ans. Avec les derniers Shape Of Despair et Skepticism, on a droit à la grande année du doom funéraire finlandais.
Tyranny, duo composé notamment de Matti Mäkelä (Corpsessed, Profetus), avait marqué les esprits avec un premier EP sorti chez Firebox – label qu’on associe à l’école doom funéraire du même nom, disparu entre temps -, suivi l’année d’après d’un premier album, le superbe Tides Of Awakening.
A l’écoute de ces disques, j’avais été puissamment envoûté par la musique de Tyranny, qui incarnait – et encore actuellement – le cauchemar lovecraftien dans sa forme la plus réussie. En effet, Tyranny joue un doom funéraire particulièrement rampant et dense, monolithique comme il se doit et doté surtout des growls terrifiants des deux protagonistes.

Bref, parlons peu, parlons bien : cet album s’impose pour moi sans doute comme la sortie funéraire de l’année.
Le groupe a non seulement repris les bases saines de l’album précédent, mais a modernisé son son et surtout travaillé encore plus l’album dans sa progression logique.
Il commence par un morceau somme toute assez classique, qui constitue en quelque sorte une mise en bouche pour ce qui suit ; même si c’est déjà un sacré morceau de dix minutes, mais en funéraire on a le temps. Le second morceau est déjà plus imposant, plus intense et inclut un passage d’une minute trente environ d’ambient ; passage qui aère judicieusement le morceau, plutôt que d’en faire une plage à part comme c’était le cas avec le dernier morceau de Tides Of Awakening.

La procession funéraire est bien lancé, et voilà qu’arrive le troisième titre, le plus court mais aussi le plus ambitieux et novateur de l’album, avec sa tendance limite indus et ses bruitages glauques parsemé tout le long du titre. Cauchemardesque ! Une pièce idéalement placée au milieu de l’album.
Le disque suit son court jusqu’au dernier morceau, sur lequel semble renaître un espoir avec cette ligne mélodique qui en constitue la principale accroche. On note aussi un superbe passage au piano en deuxième moitié, un peu à la Murkrat.

Cet album m’a stupéfié, car Tyranny réussit ce tour de force de livrer une musique lancinante, léthargique, à tout moment pesante tout en fournissant à l’auditoire une accroche, une spécificité à chaque morceau et ce dans une logique de progression tout à fait pertinente. Dans ce sens, il apparaît comme moins opaque et surtout moins linéaire que son prédécesseur.
Pour un groupe qui tire ses racines du doom funéraire le plus traditionnel qui soit, sa personnalité s’en retrouve raffermie, affinée.
Aeons In Tectonic Interment cultive la folie, l’horreur, la désolation avec un imparable brio et une élégance rare. Je gage qu’avec les années, cet album deviendra un nouveau classique du doom funéraire.

Retrouvez cette chronique et d'autres lourdeurs pachydermiques sur le webzine auxportesdumetal.com


Dark Future
Dark Future
Proposé par CDdisc
Prix : EUR 17,30

5.0 étoiles sur 5 "To Live In Gloom Of The Beyond", 3 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Future (CD)
Énorme surprise que cet album du groupe tchèque Destroying Divinity, une claque de death metal brutal et d'une noirceur indescriptible.
Un riffing élaboré qui a tendance à fuir toute forme de mélodie agréable à l'oreille, des influences de Morbid Angel, Hate Eternal et Immolation, un tempo véloce quasi constant, un guttural à réveiller les morts.
Un des disques les plus intenses des dernières années, qui n'a finalement pas grand-chose à voir avec les sorties Brutal Bands habituelles, qu'il surclasse largement pour la plupart.
Les amateurs de death à ambiance sombre prégnante se doivent de jeter une oreille à ce bijou. Frissons assurés !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20